Skip to navigation – Site map

Le rôle des recompositions sociodémographiques dans les nouvelles dynamiques rurales : l’exemple du Diois

The role of socio-demographic reconstitution in the new rural dynamics: the example of Diois
Françoise Cognard
p. 5-12

Abstracts

Diois (Drôme) is used to demonstrate the demographic revival under way in the mid-level mountain territory of France.  This zone is now viewed as attractive to migrants.  Portraits of new inhabitants in Diois indicate their motivations for moving there.  This in-migration has led to several economic and social transformations that are having an impact on territorial restructuring.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Rhône-Alpes, Drôme, Diois (pays)
Top of page

Full text

1Les Alpes du Sud, saignées par un exode torrentiel dès la première moitié du xixe siècle, ont fait partie des massifs montagneux les plus précocement concernés par la reprise démographique des espaces ruraux. Cette « renaissance  rurale », aujourd’hui confirmée, est due à un renversement des dynamiques migratoires, traduisant une récente attractivité des espaces ruraux et l’existence de phénomènes migratoires inédits et, il y a peu de temps encore, difficilement imaginables. Ce sont quelques-unes de ces nouvelles dynamiques démographiques et des recompositions sociospatiales qui les accompagnent que nous nous proposons d’aborder ici à partir de l’exemple du Diois, étudié lors d’enquêtes de terrain menées dans le cadre d’un contrat de recherche et d’un travail de doctorat (Cognard, 2001, 2002). Ce territoire constitue en effet un exemple emblématique de l’influence des apports migratoires successifs et des enjeux de l’accueil de nouveaux habitants (personnes présentes dans le Diois au recensement de 1999 mais résidant dans un autre département en 1990) dans les espaces ruraux fragiles de moyenne montagne. Quelle est l’importance de ce renouveau démographique ? Quelles sont les motivations des nouveaux habitants ? Quelles conséquences sur la redynamisation de ce territoire ?

1. Une moyenne montagne déjà méridionale

2La communauté de communes du Diois se situe en région Rhône-Alpes, dans le département de la Drôme. Elle regroupe 52 communes toutes situées en « zone montagne » (sauf Lus-la-Croix-Haute en zone de haute montagne), réparties sur quatre cantons : Die, Luc-en-Diois, Châtillon-en-Diois et La Motte-Chalancon (fig. 1). Entre Vercors et Baronnies, cette zone de moyenne montagne calcaire des Préalpes du Sud (culminant au Jocou à 2051 mètres) entaillée par la Drôme, constitue une transition entre les Préalpes humides au nord et sèches au sud. Elle présente cependant incontestablement déjà un certain nombre de caractères méridionaux d’un point de vue climatique comme paysager. Ce territoire se compose de deux sous-ensembles distincts opposant : la vallée de la Drôme (un des principaux axes de circulation à travers les préalpes drômoises) et la zone montagneuse (dont une partie est incluse dans le Parc naturel régional du Vercors). Ce territoire à l’identité forte, se caractérise par un comportement politique assez marqué à gauche (Masseport, 1960), qui tient notamment au protestantisme, à quelques personnalités symboliques de la Résistance et à une certaine tradition contestataire, renforcée aujourd’hui par l’installation de différentes vagues de néoruraux.

Fig. 1 : Altimétrie des cantons du Diois

Fig. 1 : Altimétrie des cantons du Diois

3La communauté de communes du Diois est une des plus grandes intercommunalités françaises par la surface, mais le plus petit pays – au sens de la loi Voynet – de France, et le seul qui se superpose aujourd’hui à une communauté de communes. L’intercommunalité est ici ancienne, puisqu’il existait dès 1974 un syndicat d’aménagement du Diois (SAD), rassemblant cinq cantons (dont celui de Saillans qui n’appartient plus aujourd’hui à la communauté de communes) ne s’occupant à l’origine que de problèmes de voiries communales. À partir de 1976 avec la négociation d’un Contrat de pays, le Diois s’oriente vers le développement local : le SAD est transformé en 1995 en district, qui devient lui-même communauté de communes en juillet 2001, ainsi que pays en 2002. Le Diois s’est par ailleurs engagé dès 1997 dans l’élaboration d’un projet de territoire, occasion pendant plus de deux ans, d’une vaste concertation avec les élus, les acteurs économiques et la population. Le pays diois abritait 10 292 habitants en 1999 sur 1200 km2. La commune la plus importante, Die (photo 1), située à environ une heure de Valence, et 1h30 de Grenoble et de Gap, compte environ 4 500 habitants, soit environ 45% de la population totale et 60% des emplois et du potentiel fiscal. Grâce à son statut de sous-préfecture (située à 2h00 de voiture des communes les plus éloignées), Die dispose d’un taux d’équipement important, notamment dans les services publics ou para-publics, et de commerces diversifiés. Une forte proportion d’achats est ainsi réalisée sur le territoire qui fonctionne comme un bassin de vie indépendant des autres centres urbains de la Drôme.

Photo 1 - Die

Photo 1 - Die

Cliché, F. Cognard, 2003.

4Au point de vue économique, l’agriculture et les industries agroalimentaires tiennent encore une grande place puisqu’elles représentent environ 25% des emplois du Diois (20% pour l’agriculture seule). En effet, le secteur primaire qui constitue la base de l’économie montagnarde, car il y a peu d’autres activités, est également essentiel sur Die grâce aux emplois dans le domaine de la transformation. Même si entre 1988 et 2000, un peu plus d’une exploitation agricole sur cinq a disparu dans le Diois (ce qui reste inférieur aux moyennes régionales et nationales), l’agriculture dioise reste dynamique et, en dépit d’une tendance à la spécialisation, relativement variée. Le secteur viticole est en croissance avec le vin de Châtillon et surtout la Clairette de Die (dont l’AOC regroupe environ 1300 ha), qui pèse d’un poids économique et social important et participe également fortement de l’identité du territoire. En plus des secteurs noix et lavande, le Diois comporte également une filière plantes aromatiques et médicinales relativement importante, et l’agriculture biologique est en nette progression : près de 25% des exploitations dioises sont aujourd’hui certifiées en bio. Enfin, l’élevage, qui a enregistré un mouvement important de concentration, reste bien présent grâce à la tradition ovine et caprine (« agneaux de l’adret » et AOC Picodon). La forêt occupe plus de la moitié de la superficie du territoire et apporte des ressources non négligeables à beaucoup de communes. Conforté par les richesses du patrimoine naturel et historique, et quelques manifestations culturelles d’envergure (Festival est-ouest, Fête de la transhumance…), le tourisme est une activité essentielle qui étoffe l’offre de services et anime l’été tous les villages.

2. Le Diois, terre d’accueil

2.1. Un territoire emblématique de la renaissance rurale

5Le Diois, compte deux des cinq cantons les moins densément peuplés de l’hexagone. Il appartient à la « France du vide » avec une densité moyenne d’environ 8,5 habitants au km2 et seulement un peu plus de 6 habitants au km2 si l’on exclut Die. Les 52 communes du territoire (dont 20 ont moins de 50 habitants) regroupent ainsi moins de 10 300 habitants en 1999, soit de l’ordre de 2,5% des habitants de la Drôme sur un quart du département. Depuis 1831, date du maximum démographique de population, le Diois a en effet connu un formidable dépeuplement « particulièrement accentué pour la montagne, puisqu’il n’y restait en 1990 que 19% des habitants présents en 1831, soit moins d’un sur cinq. Les records de dépeuplement touchent avant tout le haut Diois (amont de Châtillon et de Luc, pays de la Roanne) qui n’a conservé que 11 à 12% de ses habitants, soit guère plus d’un sur dix » (Couriol, Mathieu, 1996). Même si les apports de populations extérieures sont ici assez anciens, le solde migratoire n’est cependant positif que depuis la période 1975-1982 et le Diois ne gagne des habitants que depuis 1982 (en raison d’un décalage entre montagne et vallée). Même si les résultats du recensement partiel réalisé en 2004 et 2005 semblent plutôt confirmer la croissance de 1999, différents motifs d’inquiétude demeurent du fait de très faibles densités qui rendent problématique la pérennité de l’occupation de certains secteurs, et du vieillissement de la population (plus de 32% de plus de 60 ans sur les 4 cantons en 1999 – pour 21,3% en France –). Le solde naturel étant déficitaire, la croissance de la population repose donc uniquement sur l’excédent migratoire.

6L’apport de population extérieure est en effet notable. En moyenne sur les quatre cantons, près de 20% des habitants venaient d’un autre département entre 1982 et 1990 et près d’un quart entre 1990 et 1999. Ce sont les zones les plus montagneuses qui attirent le plus de migrants (28,8% pour le canton de Châtillon-en-Diois et 28% pour celui de Luc-en-Diois) illustrant le fait que la mobilité ne doit pas être sous-estimée dans certains espaces ruraux isolés (tabl. 1). L’immigration et le brassage de population sont ici des phénomènes anciens, la notion d’accueil ayant même une certaine résonance historique. La vallée de la Drôme, affluent du Rhône, a toujours été une zone de passage. Elle a servi à différentes reprises de terre d’accueil : refuge protestant, Résistants pendant la Deuxième Guerre mondiale (même si ceux-ci étaient surtout dans le Vercors, la ville de Die devient un foyer clandestin d’action communiste), et depuis, des vagues successives de néoruraux, comprenant quelques étrangers, en particulier des Néerlandais. Ceux-ci contribuent à l’identité particulière du Diois, en lui conférant une image « hippie » et contestataire avec une certaine méfiance de l’ordre établi, illustrée par l’implantation du mouvement Attac et de la Confédération paysanne.

Tabl. 1 - pourcentages de migrants venant d’un autre département par rapport à la population totale par cantons en 1999

Cantons

Migrants venant

d’un autre département

Châtillon-en-Diois

28,8 %

Die

18,1 %

Luc-en-Diois

28,0 %

La Motte-Chalancon

24,4 %

Moyenne des 4 cantons

24,8 %

Source : Insee, sorties spéciales

7Si ce renouveau démographique et cette nouvelle attractivité s’inscrivent dans un mouvement général à l’échelle des moyennes montagnes méridionales, ils sont aussi pour partie liés à une dynamique de développement local relativement précoce dans le Diois. C’est en effet dans les années 1980 qu’une démarche collective commence à prendre corps, visant à enrayer la logique de déclin démographique (le Livre Blanc du Diois (1977) étant l’expression d’un « pays qui ne veut pas mourir »). Grâce à la vitalité de certains acteurs locaux, les Diois deviennent véritablement « acteurs de leur propre développement », passant d’une intercommunalité de services, à une intercommunalité de projets associée à une démarche participative (Méjean et al., 1997). Parmi cette « minorité engagée » on trouve notamment des néoruraux qui, étant arrivés avec des qualifications importantes, ont profité du vide relatif créé par des années d’émigration. Ils ont en particulier compris assez tôt les limites du modèle productiviste et anticipé l’évolution de la perception des espaces ruraux au sein de la société, et donc le nouveau potentiel offert à des territoires tels que le Diois, restés en marge du modèle économique dominant, et pouvant justement valoriser leur aspect préservé dans une perspective de développement durable. Ils ont ainsi su exploiter les atouts du Diois dans cette nouvelle conjoncture et s’organiser pour répondre à un certain nombre de défis. Dans le domaine agricole, cela s’est notamment traduit par une approche de l’agriculture plus respectueuse de l’environnement et en particulier un développement précoce de l’agriculture biologique. Un nouveau slogan souligne le passage « d’arrière pays de l’époque productiviste » à celui d’« avant-pays de la période de qualité ». Mais c’est aussi indéniablement la capacité de ces acteurs à mobiliser des réseaux extérieurs et leur compréhension des mécanismes institutionnels et financiers qui vont aider ce territoire à retrouver un certain dynamisme en lui permettant d’expérimenter un grand nombre de programmes de développement à l’échelle de la région Rhône-Alpes.

2.2. Le profil des nouveaux habitants du Diois

8Les nouveaux habitants représentent une frange importante de la population du Diois. Ce qui amène logiquement à s’interroger sur leur identité et sur leurs motivations d’installation dans ce territoire. Situé suffisamment loin des grands foyers urbains, le Diois atteste d’une généralisation de l’attractivité du « rural » y compris isolé, et constitue donc un territoire d’étude privilégié pour analyser la composition qualitative de ces nouveaux flux migratoires dépassant le simple cadre de l’étalement périurbain. Les nouveaux habitants qui s’installent dans le Diois apparaissent tout d’abord relativement jeunes, avec en particulier une classe de 0 à 39 ans importante, confirmant ainsi la proportion notable de jeunes familles avec des enfants parmi ces migrants. Les personnes de plus de 60 ans sont, en revanche, très largement minoritaires, avec un maximum de 16,9% de 60-74 ans dans le canton de Châtillon-en-Diois. Ces migrants sont globalement plus qualifiés que les populations autochtones. Pourtant, leur installation s’accompagne fréquemment, dans le Diois, d’une baisse du taux d’activité car le pourcentage de chômeurs y est plus élevé que celui des autochtones, notamment en raison des difficultés du conjoint (et surtout des conjointes) à trouver un emploi. Mais cela est aussi lié à la mobilité, au choix d’une réorientation professionnelle conduisant souvent à la création de micro-entreprises, dans une recherche d’indépendance et à l’installation de retraités.

9Parmi ces nouveaux habitants du Diois, les cadres et les professions intellectuelles supérieures  sont bien représentés avec 7,7% du total (par exemple dans les cantons de Châtillon-en-Diois et La Motte-Chalancon), tandis que les professions intermédiaires, les employés, et les ouvriers sont plutôt sous-représentés. La part des nouveaux agriculteurs est limitée (3,6%) sans être négligeable, d’autant qu’elle est inégale selon les cantons (beaucoup plus importante dans celui de Luc-en-Diois par exemple). Le pourcentage des retraités (17,4%) est inférieur à la moyenne française, avec toutefois des disparités (24,4% à Châtillon-en-Diois, 11,6% à La Motte-Chalancon). Les « autres personnes sans activité professionnelle » sont très importantes (39,4%) et si cette catégorie de l’INSEE, très composite, ne correspond pas uniquement à un afflux de populations en difficultés économiques, elle en est pour partie la traduction.

10Les origines géographiques de ces migrants, essentiellement citadins (plus des trois quarts), sont très variées, les horizons migratoires étant aujourd’hui très élargis. Elles témoignent à la fois de l’existence de migrations de proximité, mais aussi d’origines plus lointaines. Les départements limitrophes fournissent 27% des nouveaux habitants, et l’ensemble de la région Rhône-Alpes, (30,1%). La part de la région parisienne atteint 12,6%, et celle des étrangers 7,2%. Les enquêtes de terrain témoignent de l’arrivée de quelques méridionaux (en particulier de Marseillais). Les lieux de naissance des migrants indiquent que les « migrations de retour » sont aujourd’hui très loin d’être exclusives : seuls 17,1% des migrants sont nés dans la Drôme et 34,8% dans la région Rhône-Alpes (Drôme y compris). Ainsi, les « nouveaux habitants » sont des individus qui reviennent car ils ont des attaches drômoises, en particulier des retraités, mais ce sont d’abord des personnes « extérieures » qui ont découvert la région lors de séjours touristiques. Le pourcentage de migrants nés à l’étranger est relativement important, en particulier à Luc-en-Diois et à La-Motte-Chalancon.

11Mais, si ces statistiques permettent de cerner un peu mieux le profil général de ces migrants, elles ne disent rien de l’identité de ces nouveaux habitants et de leurs motivations d’installation, que seules les enquêtes de terrain permettent d’appréhender (tabl. 2 à 6).

Tabl. 2 - nouveaux habitants par classes d’âge et par cantons (EN %)

Cantons

Migrants

de 0 à 19 ans

de 20 à 39 ans

de 40 à 59 ans

de 60 à 74 ans

de 75 ans et +

Châtillon-en-Diois

23,1 %

32,5 %

25,7 %

16,9 %

1,8 %

Die

29,1 %

36,2 %

21,4 %

11,9 %

1,5 %

Luc-en-Diois

27,4 %

33,7 %

21,0 %

14,3 %

3,6 %

La Motte-Chalancon

25,6 %

32,6 %

28,2 %

11,9 %

1,8 %

Moyenne 4 cantons

26,3 %

33,7 %

24,1 %

13,7 %

2,2 %

France en 1999

24,6 %

28,1 %

26,0 %

13,6 %

7,7 %

Source : Insee, sorties spéciales, sondage au quart.

Tabl. 3 - nouveaux habitants par catégorie socioprofessionnelle et par cantonS (EN %)

Tabl. 3 - nouveaux habitants par catégorie socioprofessionnelle et par cantonS (EN %)

* Chômeurs n’ayant jamais travaillé, militaires du contingent, élèves, étudiants de 15 ans ou plus, personnes diverses sans activité professionnelle (sauf retraités).

Source : Insee, sorties spéciales, sondage au quart.

Tabl. 4 - nouveaux habitants selon leur lieu de résidence en 1990 par cantons (EN %)

Cantons

Milieu rural

Milieu urbain

Etranger

Châtillon-en-Diois

14,7 %

79,1 %

6,2 %

Die

16,6 %

76,6 %

6,8 %

Luc-en-Diois

18,3 %

71,7 %

10,0 %

La Motte-Chalancon

21,1 %

73,2 %

5,7 %

Moyenne 4 cantons

17,7 %

75,1 %

7,2 %

Source : Insee, sorties spéciales, sondage au quart.

Tabl. 5 - lieu de résidence en 1990 des nouveaux habitants par CANTONS (EN %)

Cantons

Région

parisienne

Départements

 limitrophes

 Autres départements de la même région administrative

Châtillon-en-Diois

14,7

79,1

6,2

Die

16,6

76,6

6,8

Luc-en-Diois

18,3

71,7

10,0

La Motte-Chalancon

21,1

73,2

5,7

Moyenne 4 cantons

17,7

75,1

7,2

Source : Insee, sorties spéciales, sondage au quart.

Tabl. 6 - nouveaux habitants selon le lieu de naissance par cantons (EN %)

Cantons

À l’étranger

Dans le même département

Dans les départements limitrophes

 Autres départements de la même région administrative

 Départements de la même région administrative, y compris département d’installation

Châtillon-en-Diois

6,4 %

17,1 %

20,8 %

20,6 %

37,7 %

Die

9,9 %

19,7 %

14,4 %

19,0 %

38,7 %

Luc-en-Diois

11,8 %

15,4 %

14,0 %

15,9 %

31,3 %

La Motte-Chalancon

16,3 %

16,3 %

20,3 %

15,3 %

31,6 %

Moyenne 4 cantons

11,1 %

17,1 %

17,4 %

17,7 %

34,8 %

Source : Insee, sorties spéciales, sondage au quart.

12L’éventail des migrants accueillis dans le Diois est large. Outre les retraités dont l’installation en milieu rural est traditionnelle, deux catégories attirent l’attention : les « porteurs de projet », plutôt d’origine urbaine, assez aisés et qualifiés, et les « réfugiés des villes » ou « RMIstes du soleil ». Pour les retraités, au phénomène classique de retour au pays, accentué dans le Diois par un attachement très fort des protestants aux maisons de famille, s’ajoute aujourd’hui une plus grande diversification des origines géographiques liée à la sédentarisation d’anciens résidents secondaires, y compris nord-européens, qui restent cependant souvent dans des logiques multirésidentielles. Ces retraités sont attirés par le caractère déjà méridional du climat, mais avec des chaleurs plus supportables, une fréquentation encore limitée et des coûts modérés de l’immobilier.

  • 1  Les Sites de proximité Rhône-Alpes (mesure expérimentale du Contrat de plan État/Région en 1994-19 (...)

13Les profils des migrants actifs sont multiples. Si l’on exclut les personnes arrivant pour cause de mutation professionnelle, comme les fonctionnaires, deux logiques principales permettent de les schématiser. Certains se contentent de changer de lieu de résidence et continuent à exercer leur travail en ville, alors que d’autres viennent vivre en milieu rural et y travailler. Le Diois connaît en particulier depuis les années 1990 l’arrivée de personnes, plutôt citadines, ayant des qualifications et des moyens financiers, et qui font un choix de vie à la campagne par rejet du milieu urbain et souvent du fait d’une sensibilité écologique. Ces migrants ont en général monté leur projet avant de déménager et arrivent avec une formation et des capitaux ou occupent temporairement un emploi salarié sur place pendant le montage du projet. Les domaines d’activité privilégiés sont variés, même si les demandes concernant le tourisme, le commerce, l’artisanat et les services à la personne dominent d’après les renseignements fournis par le Site de proximité du Diois1. Les néoagriculteurs sont souvent attirés par des filières spécifiques (élevage ovin et caprin, agriculture biologique, plantes aromatiques et médicinales) qui sont attractives pour des adeptes d’une « autre agriculture », éloignée du modèle productiviste classique.

14Il faut insister sur la diversité du groupe de « porteurs de projets » qui comprend à la fois des personnes avec un capital intellectuel et financier et des chômeurs ou RMIstes qui, pour pallier la faiblesse des emplois locaux, sont eux souvent dans une logique d’auto-emploi. Élément qui est également lié dans le Diois au fait qu’une frange de nouveaux habitants sont tellement désireux d’y vivre, qu’ils s’installent d’abord et ne se soucient qu’ensuite de trouver une activité professionnelle et sont donc parfois contraints de créer leur travail. Un certain nombre d’exemples de télétravail peuvent aussi être relevés, même si ceux-ci restent encore assez ponctuels et limités à certains types de professions (édition, télémarketing). Il existe aussi quelques cas de ce que l’on pourrait appeler des « périurbains à longue distance » qui en s’installant dans le Diois changent de domicile, mais conservent leur travail en ville (Valence, Lyon, Paris…) et consentent donc à parcourir de grandes distances pour s’y rendre plus ou moins fréquemment. D’autres installations enfin sont le fait de personnes qui n’ont que peu de contraintes de localisation, soit parce qu’elles sont très mobiles dans leur activité professionnelle, soit parce qu’elles disposent d’une certaine liberté d’organisation et/ou de localisation. Le Diois paraît ainsi exercer une attraction forte sur les artistes et les artisans d’art.  

15Il constitue également un important lieu d’accueil de populations fragilisées, voire véritablement marginalisées pour certaines d’entre elles. Ce groupe composite comprend à la fois des personnes (familles et jeunes) dans une logique de repli économique et d’autres qui, par leur choix d’implantation en milieu rural, revendiquent une certaine marginalité. Si certains arrivent déjà en difficulté, pour d’autres (en particulier pour les familles) c’est l’échec de leur projet d’installation qui les a fait basculer dans la précarité. Le phénomène focalise en tout cas l’attention de nombreux acteurs locaux, notamment depuis le début des années 1990, qui a coïncidé avec l’arrivée d’une frange de populations « en dérive sociale », présentant des problèmes psychologiques et sociaux graves. Ceux que l’on nomme parfois les « réfugiés des villes » ou les « RMIStes du soleil » viennent ici par choix, même si c’est souvent sans objectif précis et aussi dans une certaine logique de fuite de la ville (problème de drogue ou de petite délinquance). Même si au bout de quelque temps certains construisent des projets, beaucoup espèrent souvent « vivre mieux avec moins » au soleil, en bénéficiant de diverses prestations sociales et de petits boulots. Mais contrairement au secteur voisin de Crest où ce sont avant tout des contrats de travail qui attirent dans un premier temps, dans le Diois, cette migration paraît davantage liée à une fréquentation touristique antérieure et à des réseaux d’accueil, fonctionnant selon une sorte de code d’hospitalité. Dans le Diois, c’est aussi cette identité « hippie » qui contribue à séduire une certaine jeunesse marginale, notamment d’artistes plus ou moins avérés. S’ajoute enfin la présence de travaux saisonniers agricoles (cueillette des fruits et surtout vendanges) et touristiques, et le travail au noir, notamment pour les jeunes en rupture, souvent au RMI et les SDF qui, à partir de la vallée du Rhône, remontent la vallée de la Drôme.

16Parmi ces nouvelles populations, on recense également quelques étrangers, en provenance essentiellement du nord de l’Europe (Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne). Dans les années 1960-70, le Diois a surtout accueilli des Harkis, des Marocains et des Portugais exerçant dans le secteur du bois, mais aussi quelques néoruraux néerlandais. Ils ont été à l’origine d’une filière Plantes aromatiques et médicinales en bio, ayant débouché en 1984 sur la création de la coopérative des Plantes aromatiques du Diois qui compte aujourd’hui une quarantaine de producteurs, et diverses petites entreprises (Herbier du Diois, Sanoflore). Aujourd’hui les installations définitives d’Européens du Nord progressent incontestablement, des retraités aisés aux bénéficiaires de l’aide sociale, notamment à la suite de l’échec d’un projet d’installation. Les porteurs de projet,  sont nombreux dans les domaines touristique et agricole. Pour eux, c’est avant tout « l’espace », « la nature » et le climat qui les attirent dans le Diois, bien que l’arrivée de certains soit aussi liée au reflux de régions plus méridionales saturées et/ou inaccessibles financièrement. Enfin, il semblerait qu’un lien avec le protestantisme et la recherche de racines existe ; ce qui avait déjà été évoqué par J.-N. Couriol (1986) dans sa thèse.

2.3. Un « choix de vie » et une dimension professionnelle souvent à l’arrière-plan

17Pour tous ces migrants, il y a en général association d’une « idée de fond », correspondant à l’image désormais attractive, voire idéalisée, de la campagne (Hervieu, Viard, 1996), et d’une rupture (licenciement, événement familial, maladie, etc.), servant de facteur déclenchant. Mais ce désir d’installation dans le Diois, région rurale relativement isolée, met cependant en exergue un certain nombre de caractéristiques spécifiques à ce nouveau contexte migratoire dans des régions autrefois répulsives. Il interroge en particulier sur l’importance prédominante souvent accordée à la dimension économique dans l’explication des phénomènes migratoires. Car, contrairement aux mouvements de population caractéristiques de toute la période d’exode rural où c’était la perspective d’un emploi qui imposait le choix d’une destination, la recherche d’un travail ou d’une promotion sociale apparaît rarement comme un facteur premier dans le cas de ces migrations, qui ne sont pas motivées uniquement par des critères économiques rationnels. On est en général en présence de projets de vie globaux et rarement d’une logique strictement professionnelle. Le choix du cadre de vie et le bien être retiré par l’installation en milieu rural sont primordiaux. La recherche d’une meilleure « qualité de vie », passant notamment par la recherche de nouveaux équilibres entre vie professionnelle et familiale, et d’un lieu de vie en adéquation avec ces nouvelles aspirations, occupe en effet une place centrale dans les arguments avancés en faveur du milieu rural par ces nouveaux habitants. Or, plus encore que les campagnes dans leur ensemble, les espaces de moyenne montagne, s’inscrivant dans une certaine mode environnementaliste, semblent aujourd’hui incarner des valeurs particulièrement prisées renvoyant aux diverses aménités rurales mais aussi représenter pour beaucoup une sorte de quintessence de « nature sauvage » (photo 2).

Photo 2 - les paysages sauvages du Diois

Photo 2 - les paysages sauvages du Diois

Cliché, F. Cognard, 2003.

18L’attrait d’un environnement très préservé, fréquemment découvert lors de séjours touristiques, au climat ensoleillé mais sans excès de chaleur par rapport à des régions plus méridionales, et les paysages déjà provençaux par certains aspects (lavande, calcaire), semble ici extrêmement puissant. Nombreux sont ceux qui paraissent ainsi avoir une sorte de coup de foudre pour ces lieux, et faire un véritable « choix esthétique pour le Diois ». Paradoxalement, ce territoire longtemps déserté répond désormais aux aspirations des citadins en mal de nature préservée, illustrant l’intégration de milieux montagnards « autrefois répulsifs dans un imaginaire social qui en a transformé le sens » (Fourny, 1994). S’ajoutent également des privilèges de situation : un foncier plus abordable que dans des régions plus méridionales, même si la Drôme est un département de plus en plus prisé et la proximité de la vallée du Rhône. La richesse des relations sociales intervient également : une ouverture de la société locale qui rassure (s’expliquant notamment par la présence déjà ancienne de néoruraux), de multiples mouvements associatifs et manifestations culturelles et, pour certains, la possibilité de participer à une dynamique locale, facilitée notamment par la petite taille des communes permettant souvent de s’impliquer plus directement dans la vie du territoire. Le Diois apparaît en effet fortement engagé dans une démarche de développement local avec la mise en place d’une politique d’accueil économique à laquelle ceux qui désirent entreprendre sont très sensibles (Sencébé, 2002).

Conclusion : de la recomposition sociale au développement territorial ?

19À l’échelle des Préalpes du Sud, le Diois offre l’exemple d’un territoire qui présente aujourd’hui des signes encourageants de renaissance. Les immigrants et la nouvelle conjoncture économique et sociétale contribuent à sa redynamisation. Zone d’arrière-pays longtemps marginalisée, les handicaps d’hier semblent s’être mués pour partie en atouts. Mais le Diois est également exemplaire des recompositions sociales et territoriales complexes actuellement à l’œuvre dans les espaces ruraux fragiles de moyenne montagne. Comme dans d’autres régions de moyennes montagnes ayant souffert d’un long processus de dévitalisation, les nouveaux habitants constituent des forces vives du point de vue démographique et économique, et donc de potentiels leviers du développement territorial. Mais ils apparaissent aussi parfois comme des facteurs de déstabilisation, voire de fragilisation pour les sociétés locales. Ils peuvent en particulier être source de déséquilibres économiques et culturels. Des tensions existent ainsi concernant l’accès au foncier bâti et les conflits d’usage entre ruraux de souche et nouveaux arrivants, ayant souvent une « approche urbaine » des espaces ruraux et parfois une sensibilité écologiste affirmée ainsi que dans la sphère politique pour le contrôle du territoire. Localement, l’inflation des prix du foncier est à l’origine d’une sélection financière des habitants et de l’amorce d’un processus de « gentrification rurale » (Phillips, 1993 ; Raymond, 2003). Mais l’enjeu de l’accueil de nouvelles populations est aussi « identitaire » dans le Diois où la population native semble avoir pris conscience récemment qu’elle devient peu à peu minoritaire et qu’elle a une relation passionnelle au territoire.

Top of page

Bibliography

Cognard F., (2002), Les nouveaux habitants des territoires ruraux, Rapport d’enquêtes de terrain, Mairie-conseils, 128 p.

Cognard F., (2001), Reprise démographique et nouvelles populations dans les moyennes montagnes françaises, in  « Repopulation et mobilités rurales », Espace, Populations, Sociétés, 1/2, p. 53-68.

Couriol J.-N., (1986), Les étrangers de l’Europe du Nord-Ouest dans le Val de Drôme, (étude micro-économique), Thèse de doctorat, Grenoble, 370 p. + annexes.

Couriol J.-N., Mathieu R. (ss la dir. de), (1996), Montagnes drômoises, Fédération Rhône-Alpes pour la protection de la nature, FRAPNA-Drôme, Histoire et patrimoine drômois, 299 p.

Daumas J.-C., (1999), La population du Diois et des Baronnies (xixe-xxe siècles). L’évolution du nombre d’habitants, Terres Voconces, n°1, p. 25-45.

Fourny M.-C., (1994), Nouveaux habitants dans un pays de moyenne montagne, in « Être étranger à la campagne », Études rurales, n°135-136, p. 83-95.

Hervieu B., Viard J., (1996), Au bonheur des campagnes (et des provinces), éditions de l’Aube, 155 p.

Les bassins d’emplois ruraux du Diois et de la vallée de l’Eyrieux, (1997), Rapport intermédiaire, INRA-ENESAD, 37 p.

Livre Blanc du Diois, (1977), Étude d’aménagement rural, Direction départementale de l’agriculture de la Drôme, Comité de défense et de développement du Diois.

Masseport J., (1960), Le comportement politique du Diois, essai d’interprétation géographique, Imprimerie Allier, Grenoble, 177 p.

Mejean P., Geffray T., Landel P. A., (1997), Le projet de territoire du Diois. Des ruraux acteurs de leur développement, in « Marges, périphéries et arrière-pays », Montagnes méditerranéennes, n° 6, p. 127-137.

Phillips M., (1993), Rural gentrification and the processes of class colonization, Journal of Rural Studies, n°2, p. 123–140.

Raymond S., (2003), Du «retour à la nature» au «retour à la campagne», Migrants et recompositions territoriales dans le Midi de la France et en Californie du Nord, Thèse de doctorat d’Études Rurales, mention Géographie, Université de Toulouse-Le Mirail, 356 p.

Sencébé Y., (2002), Un exemple de stratégie d’accueil en milieu rural : l’ouverture sélective et négociée dans le pays du Diois, in « Les politiques d’accueil dans les territoires ruraux », Actes du Séminaire du 26 avril 2002, Collection Actes, n°10, ENITA, p. 41-60.

Sencébé Y., (2001), Les lieux et les temps de l’appartenance - Mobilité et territoire : une analyse sociologique du pays Diois, Thèse de sociologie, Université de Lyon II, 3 volumes, 663 p. + annexes.

Top of page

Notes

1  Les Sites de proximité Rhône-Alpes (mesure expérimentale du Contrat de plan État/Région en 1994-1999 reconduite pour 2000-2006) sont des points ressource pour l’emploi et la création d’activités, destinés à tous les publics, mais qui, de fait, accueillent et sont contactés par de nombreux nouveaux habitants. Ils jouent un rôle en matière d’accompagnement des démarches et projets, de construction des offres d’activités du territoire et doivent assurer localement, une animation et une veille en matière d’emploi.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Altimétrie des cantons du Diois
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/451/img-1.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Photo 1 - Die
Credits Cliché, F. Cognard, 2003.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/451/img-2.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Tabl. 3 - nouveaux habitants par catégorie socioprofessionnelle et par cantonS (EN %)
Caption * Chômeurs n’ayant jamais travaillé, militaires du contingent, élèves, étudiants de 15 ans ou plus, personnes diverses sans activité professionnelle (sauf retraités).
Credits Source : Insee, sorties spéciales, sondage au quart.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/451/img-3.png
File image/png, 8.6k
Title Photo 2 - les paysages sauvages du Diois
Credits Cliché, F. Cognard, 2003.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/451/img-4.jpg
File image/jpeg, 80k
Top of page

References

Electronic reference

Françoise Cognard, « Le rôle des recompositions sociodémographiques dans les nouvelles dynamiques rurales : l’exemple du Diois », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 26 November 2008, connection on 19 February 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/451 ; DOI : 10.4000/mediterranee.451

Top of page

About the author

Françoise Cognard

PRAG, CERAMAC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II ; e.mail : fcognard@free.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page