Skip to navigation – Site map

Analyse infracommunale de la mixité sociale et des rapports à l’espace des villages périurbains des Alpes du Sud

Analysis of the social mix and spatial relationships of villages on the urban fringe of the Southern Alps
Angela Barthes
p. 23-29

Abstracts

Data sets from the general population census (INSEE, 2004) are used to study the distribution of socio-professional elements in villages on the urban fringe. This effort demonstrated the emergence of social and behavioral differences below the level of the commune that revealed much about the identity, function, and sociability of these villages. By analyzing communal «neighborhoods», questions are raised about the new relationships of village space, the socio-spatial mix, impoverishment, and the sociability of the countryside.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Alpes du sud
Top of page

Full text

Introduction

1Les villages périurbains des départements à dominante rurale des Alpes du sud profitent de l’afflux, à partir du milieu des années 1970 (Meyzenq, 1984 ; Tirone, Ellerkamp, 2003), d’une population citadine dont les modes de vie, les pouvoirs d’achat, et les choix d’habitats diffèrent sensiblement de ceux des villageois autochtones. Il en résulte la constitution d’une microsociété hybride mi-rurale, mi-périurbaine dans un contexte d’accroissement de l’habitat principal (10 % en moyenne entre 1982 et 1999) (Durbiano, de Réparaz, 1993 ; de Réparaz, 2001). La répartition des ménages s’effectue en fonction des revenus, de la disponibilité des espaces et des contraintes des marchés fonciers. Les emménagements successifs réorientent petit à petit les formes d’organisations sociospatiales et les modes de sociabilité (Goffette-Nagot, 1994 ; Bonvalet, Dureau, 2000 ; Rouge, 2003). Quelles sont les principales caractéristiques des répartitions infracommunales de la population et quelles sont les résultantes relationnelles et organisationnelles de ces villages périurbains ?

1. Spécificité de l’organisation de l’habitat des villages périurbains : exemple sud-alpin

  • 1  16 064 habitants en 2004.

2L’étude implique les villages proches de Digne-les-Bains, préfecture1 des Alpes-de-Haute-Provence. Leur population est comprise entre 500 et 1000 habitants, le temps médian d’accès à la ville s’effectue en 15 minutes et les migrations pendulaires concernent en moyenne 60 % des actifs. Les dynamiques de population et les mutations fonctionnelles de cette couronne périurbaine proche sont très similaires à d’autres territoires alpins périurbains (Perlik, 1999 ; Briquel, 2001). En quarante ans, la population s’est considérablement accrue, lié à un solde migratoire annuel fortement positif (tabl. 1). Ce processus s’accompagne de la perte d’une partie des fonctions agricoles et du bouleversement de la composition socioprofessionnelle de la population avec le déclin du secteur primaire (45 % des actifs en 1954, 6 % en 2004) au profit du secteur tertiaire (36 % des actifs en 1954, et 75 % en 2004).

Tabl. 1 - Le fort accroissement de population des communes périurbaines proches de Digne

 Communes

Évolution démographique

Temps de parcours

de 1975 à 1999

vers Digne

 (pop. absolue en 1999)

Le Chaffaut

+ 93 %

(674)

10 minutes

Marcoux

+ 25 %

(399)

10 minutes

Mallemoisson

+ 43 %

(992)

10 minutes

Champtercier

+ 57 %

(694)

10 minutes

Mirabeau

+ 96 %

(394)

15 minutes

Entrages

+ 22 %

(85)

15 minutes

Aiglun

+ 65 %

(1035)

15 minutes

Le Brusquet

+ 48 %

(965)

15 minutes

Thoard

+ 35 %

(647)

20 minutes

Mézel

+40 %

(535)

20 minutes

Source : INSEE, RGP 1999.

3 Dans ce contexte, aux noyaux villageois et aux hameaux se greffent à partir du milieu des années 1960, de nouvelles constructions sous forme de lotissements, puis un habitat linéaire le long des routes de vallées. Les populations immigrantes s’installent préférentiellement dans les logements neufs qu’elles ont fait construire en périphérie des villages, et délaissent les maisons anciennes, qui jouissent d’un confort restreint. Beaucoup restent vacantes jusqu’au milieu des années 1980. Les populations se renouvellent ensuite par vagues successives transformant petit à petit les identités villageoises. L’habitat groupé originel se voit investi d’une identité de centre, à l’exception des villages dont l’extension s’est effectuée le long de la route nationale.

4Du fait de la relative simultanéité des processus historiques dans les différents villages, les types architecturaux et leur répartition spatiale demeurent très similaires d’une commune à l’autre. L’agencement du bâti et les périodes de construction permettent de distinguer nettement cinq catégories d’habitat, dont l’agencement est représenté par le schéma simplifié de la commune de Mirabeau (fig. 1). L’habitat groupé, très dense, aux ruelles étroites caractéristiques de la moyenne montagne de haute Provence correspond au cœur ancien du village. Il compte aujourd’hui à peine le tiers des bâtiments de la commune et de multiples granges inoccupées s’intercalent encore entre les habitations, en dépit de la position périurbaine du village. Des hameaux de taille diverse, au nombre de neuf, se répartissent régulièrement sur le territoire communal. L’habitat dispersé, peu représenté dans les Alpes-de-Haute-Provence, est majoritairement composé de fermes de l’Ancien Régime. Ces trois types d’habitats, construits en galets alluvionnaires de la Bléone, sont antérieurs au xviiie siècle. Les constructions plus récentes, consécutives des processus de renaissance rurale (Kayser, 1990, 2001), correspondent au lotissement adjacent au village et l’habitat linéaire qui longe la route d’accès à la vallée. Ce sont des petites maisons individuelles monotones sans recherche architecturale ou esthétique.

Fig. 1 - Schéma simplifié de l’organisation de l’habitat des villages périurbains
(Exemple de la commune de Mirabeau)

Fig. 1 - Schéma simplifié de l’organisation de l’habitat des villages périurbains(Exemple de la commune de Mirabeau)

5Les spécificités organisationnelles de l’habitat dans les villages périurbains amènent à réfléchir sur la transcription de la différentiation spatiale en terme de processus sociaux. Y a-t-il des différences sociales ou comportementales corrélatives des types d’espaces habités ? Quelle représentation les résidents ont-ils de leurs villages ?

2. Une différenciation sociospatiale infra-communale des modes d’habiter dans les villages.

6L’analyse de la répartition infracommunale des usages de l’espace villageois et des caractéristiques des résidents est réalisée par corrélation des indicateurs de l’INSEE (RGP 2004) avec les éléments typologiques de l’habitat. Les résultats sont présentés en moyennant l’ensemble des communes afin de dégager les tendances principales. Le tableau 2 donne un aperçu partiel des principaux résultats tandis que les approfondissements sont consignés en annexe pour une meilleure lisibilité (tabl. 3 à 5). L’ensemble permet la formulation de quelques hypothèses sur les formes de différenciations infracommunales et introduisent des éléments de compréhension des configurations identitaires et fonctionnelles des villages périurbains.

Tabl. 2 - Principaux indicateurs des pratiques d’occupation des différents types d’habitat :
exemple de la périphérie de Digne  

Habitat ancien*

         Habitat récent**

Revenus moyens bruts annuels

17 890 euros

28 209 euros

Salariat

    61  %  dont 20  % précaires

     92 % dont 5 % précaires

Chômage

14 %

 2 %

Structures familiales : célibat et veuvage

38 %

12 %

Statut des logements 

Résidences principales

64 %

84 %

Logements vacants

 9 %

 3 %

Indicateurs de confort des logements

Logements disposant de chauffage central

49 %

67 %

Ménages possédant au moins 4 appareils électroménagers

45 %

79 %

         Village  

Lotissement

Habitat linéaire

Statut des occupants

Propriétaires

74 %

90 %

65 %

Logés gratuitement

12 %

 0 %

 0 %

Composition socioprofessionnelle

Agriculteurs 

72 %

 0 %

 0 %

Cadres, professions intellectuelles

 8 %

79 %

 6 %

Ouvriers 

10 %

20 %

65 %

Retraités

42 %

 1 %

1  %

* Village, hameau, habitat dispersé ; ** lotissement et habitat linéaire ; Cf. les tableaux suivants pour des résultats statistiques plus détaillés.

        Source : INSEE, Recensement de la population 2004 (chiffres arrondis)

2.1. Dans le cœur du village, la permanence des structures sociales et familiales traditionnelles et l’installation de la saisonnalité

  • 2  Enquête « Mobilité en village périurbain » effectuée sur un échantillon de 60 ménages par les étud (...)

7Les centres villageois sont marqués par une population conservatrice des fonctions rurales traditionnelles : les trois quarts des agriculteurs y résident, proportion atteignant 100 % si l’on inclut les hameaux d’habitat ancien. Ils sont complétés par des résidents majoritairement en rupture d’emploi ou dont les revenus sont réduits. Le niveau d’étude est bas avec seulement le quart de la population titulaire du baccalauréat. La précarité, vocable sous lequel sont rassemblés les travailleurs précaires (à l’exclusion des temps partiels imposés) et les chômeurs, touche 34 % de la population du centre ancien. Ils représentent 83 % des précaires totaux de la commune. La proportion des salariés atteint 6 % des actifs dans l’habitat ancien contre 92 % dans l’habitat récent. En parallèle, le fort taux de logés gratuitement, fait exclusif de l’habitat ancien, exprime une plus forte solidarité intergénérationnelle. Elle se manifeste par la permanence des structures familiales de type « trois générations sous le même toit » et par la transmission d’une partie du patrimoine sous forme de dons et de pratiques usufruitières. S’il n’a pas été possible de disposer de données différenciées indiquant le nombre moyen de personnes par ménage, la forte représentativité du célibat et du veuvage (38 %) présage d’une proportion notable de foyers composés d’une seule personne. Un processus de repli sur soi d’une population en situation précaire, mais aussi d’une dynamique de vieillissement de la population explique cette situation. 76 % des retraités résident dans l’habitat ancien, l’âge médian des chefs de familles y est supérieur de 13 ans et la présence de ménages avec au moins un enfant est minoritaire. Ces résultats sont corroborés par une enquête complémentaire2 déterminant une fréquence de déplacements quotidiens très inférieure des habitants des centres villageois.

8L’habitat temporaire est très représenté dans l’habitat ancien avec un fort taux de résidences secondaires (24 %). Les vacances sont l’occasion d’un retour aux sources vers les maisons familiales, fruits d’héritages suite au décès des grands-parents, et les villages se remplissent d’une population jeune, voire adolescente, les mois d’été. En hiver, un tiers des logements se vident et 40 % des appartements sont alors vacants. L’importante de la vacuité des logements centraux met en lumière le processus de « gel foncier » orchestré par réflexe de patrimonialisation des familles anciennes. Détenus par deux ou trois propriétaires, souvent agriculteurs, plusieurs dizaines de bâtiments potentiellement aménageables et de physionomie proche des logements adjacents se dégradent. Outre l’impression d’un certain abandon du centre du village, cette situation participe à la hausse des prix immobiliers, qui s’ajoutent aux pressions liées à la position périurbaine des villages.

2.2. Des lotissements de cadres migrants pendulaires

9La situation sociale dans les lotissements est complètement différente. 79 % des cadres y résident et sont à 80 % propriétaires de leurs logements. La tendance au regroupement des cadres et professions à revenus supérieurs est vérifiée dans toutes les communes dans des proportions plus ou moins marquées. L’occupation des logements est optimale avec une proportion de résidences principales atteignant 79 % et une faible représentation des habitats vacants (3 %). Si la surface moyenne des logements diffère peu selon les zones d’habitat, le niveau de confort souligne l’aisance sociale des résidents des lotissements. Le degré d’équipement indique conjointement un niveau de vie et un rapport à la modernité qui diffèrent des autres catégories d’habitat (tabl. 4). La proportion de ménages pourvus d’au moins 4 appareils ménagers culmine à 83 % dans les lotissements mais n’atteint que 45 % dans l’habitat ancien. Les logements équipés d’un chauffage central sont également deux fois plus nombreux. En outre la situation familiale est fort différente de celle des centres des villages avec près de la moitié des foyers composés d’au moins un enfant, tandis que le célibat et le veuvage restent faibles. Au moins un membre de la majeure partie des ménages exerce une activité professionnelle dans une ville voisine et l’importance des migrations pendulaires explique la faible implication des résidents dans leur commune. La sociabilité quotidienne de voisinage qui s’exerce au sein des lotissements est réduite, et ces derniers revêtent alors la fonction principale de résidences-dortoirs.

2.3. Un habitat linéaire populaire avec des résidents en renouvellement permanent

10L’habitat linéaire, plus populaire que celui des lotissements, accueille en moyenne 65 % des ouvriers et 60 % des employés des communes. Il concentre majoritairement des résidences principales et la moitié des ménages sont locataires de leur logement. Les artisans et commerçants sont bien représentés dans ce type d’habitat au sein duquel la proportion de locataires est la plus élevée. Le niveau de confort estimé est inférieur à celui des lotissements, mais supérieur à celui de l’habitat ancien, avec 75 % de ménages possédant au moins 4 appareils électroménagers. La résidence estivale est peu représentée en raison de l’aménité réduite de ces logements liée à la présence de la route en front de terrasse. En outre, ces habitats subissent un fort taux de renouvellement décennal de population dont l’âge moyen reste relativement stable depuis deux décennies. Ce processus dévoile une faible identification de l’habitant à son lieu de résidence souvent vécu comme un habitat temporaire lors de l’arrivée dans le département en attendant que d’autres opportunités se présentent.

2.4. Des hameaux avec des situations variées

11La situation dans les hameaux est très variée. Majoritairement, leur population se rapproche des conditions qui prévalent au centre des villages avec une prépondérance des catégories socioprofessionnelles liées à l’agriculture. Les faibles revenus, les situations précaires, les retraités, les ménages d’une seule personne dominent dans un contexte de dégradation relative du bâti. Pourtant, un nombre de plus en plus conséquent de petits hameaux sont profondément transformés, à la faveur d’un rachat par une population francilienne ou étrangère, anglophone ou germanique. La présence de ces habitants, à fort niveau de vie, plusieurs mois d’affilée est totalement tournée vers la muséalisation de leur patrimoine bâti avec une faible intégration dans les structures locales si l’on exclut ce qui a trait à la consommation des produits du terroir, et aux besoins de rénovation des logements. L’apprentissage de la langue n’est d’ailleurs souvent pas prioritaire et se limite à l’aspect fonctionnel. Leurs choix du lieu de villégiature portent presque exclusivement sur des hameaux reculés, dont l’accès s’effectue par un chemin unique avec une priorité marquée pour les panoramas dominants. Au village d’Aiglun par exemple, un hameau perché récemment racheté par des Berlinois, vient d’être rénové dans un très beau style provençal, avec des matériaux anciens, et entouré d’un jardin soigné « à l’anglaise » entretenu à l’année par un jardinier local, dans lequel on trouve… des palmiers !!!

3. Des nouveaux modes identitaires et fonctionnels pour les villages en processus de restructuration sociale ?

3.1. Un processus de restructuration sociale associé à la paupérisation d’une partie de la population ?

12Les origines urbaines des immigrants, les catégories professionnelles et les modes d’habiter (qui incluent l’accroissement des migrations pendulaires) composent l’armature d’une nouvelle identité sociale des villages. La restructuration des populations s’accompagne de la superposition d’ensembles sociospatiaux qui révèlent un éclatement des villages « en quartier » (fig. 2).

Fig. 2 - Synthèse des principales divisions sociospatiales des villages périurbains.
La restructuration sociale s’accompagne d’un processus de disparités sociospatiales des catégories professionnelles, des revenus, et des modes de vie.

Fig. 2 - Synthèse des principales divisions sociospatiales des villages périurbains.La restructuration sociale s’accompagne d’un processus de disparités sociospatiales des catégories professionnelles, des revenus, et des modes de vie.

1. Centre ancien en cours de paupérisation
2. Lotissements récents avec tendance au regroupement des cadres
3. Habitat linéraire populaire d’ouvriers ou d’employés du tertiaire
4. Hameaux de proximité en cours de paupérisation
5. Hameaux renovés par des populations franciliennes ou étrangères aisées
Les niveaux de gris les plus élevés correspondent aux populations les plus aisées.

13Dans ce contexte, même si les élus considèrent l’arrivée de population comme une chance de revitalisation, il est indéniable qu’elle exerce aussi des effets secondaires comme le refoulement social (abordé dans la littérature sous le vocable de « repli sur soi » qui laisse entendre le caractère plus ou moins « volontaire » de la situation). Les situations précaires se regroupent dans certains lieux préférentiels de la commune rurale créant des poches de pauvreté relative. La précarité n’est pourtant pas le fait exclusif des résidents anciens, et implique aussi des jeunes ménages chômeurs qui s’installent dans les maisons ayant autrefois appartenues à un ascendant. Ce processus fait écho au durcissement des conditions de travail et à l’idéalisation d’une vie rurale en autonomie relative dans laquelle le paiement d’un loyer n’est plus la préoccupation majeure. Le jardin individuel couvre alors une partie des besoins alimentaires et donne un sentiment de contrôle relatif de sa propre existence (Mesini, 2002). Il n’en demeure pas moins un isolement des possibilités de reprise d’emploi ou d’accès aux soins et à l’éducation, avec des conséquences à long terme plus ou moins pernicieuses. Corrélativement l’accès immobilier, devenu plus sélectif, oblige le départ des populations rurales non propriétaires vers les régions d’aménité moindre (Raymond, 2004).

3.2. Un éclatement de la sociabilité villageoise ?

14D’un point de vue de la sociabilité, la situation revêt un caractère paradoxal. La présence d’agriculteurs participe au maintien de la représentation idéalisée du monde rural dont le cœur villageois devient le symbole, bien que sa fréquentation soit considérablement réduite. Elle se résume le plus souvent au dépôt des enfants à l’école sur le chemin du lieu de travail. Pourtant, la reconnaissance du centre, en tant que lieu représentatif de la vie rurale, confère aux habitants la possibilité d’acquérir un certain sentiment d’appartenance commun, alors qu’il n’est plus, dans le contexte actuel, la synthèse spatiale du socius. La sociabilité des ménages se reporte sur la ville voisine, et les processus d’acculturation rurale sont accentués par la dualité temporelle des temps sociaux qui trouve son origine dans les différences de modes de vie. Agriculteurs, retraités et néoruraux actifs ne sont pas soumis à des contraintes équivalentes d’horaires de travail et de loisirs. Les premiers minimisent leurs déplacements et la temporalité fonctionne selon un schéma linéaire axé sur un seul espace quotidien. L’espace villageois adopte pourtant un rythme hebdomadaire insufflé par les actifs urbains alors que ces derniers restent des utilisateurs ponctuels de l’espace habité. Les lotissements revêtent une fonction résidentielle stricte et ne font pas l’objet de pratiques impliquantes (peu d’utilisation des commerces locaux… etc.). Entre les ensembles spatiaux superposés, existe une relation excluante mais non conflictuelle si ce n’est le grommellement des anciens qui notent très vivement « le défilé de voitures matin et soir dans le village qui rythment les journées » (Dodier, 2004, 2005).

Conclusion

15La permanence de la sociabilité villageoise ancienne, rassemblée autour d’un centre, n’est pas conservée dans les communes rurales périurbaines. Les disparités infracommunales montre une forte dichotomie spatiale qui rappelle, toutes proportions gardées, les processus sociospatiaux que la notion de ségrégation urbaine synthétise. Face à ces constatations, une multitude de questions émergent. Quelles sont les conséquences de la superposition sociale en terme de relations de voisinage ? Y a-t-il une évolution des rapports à l’espace public villageois ? Les dualités sociotemporelles de l’espace habité et les mobilités quotidiennes modifient-elles les solidarités locales ? Comment envisager les problématiques de l’exclusion et de la mixité sociale dans ce contexte ?

Top of page

Bibliography

Bonvalet C., Dureau F., (2000), Les modes d’habiter : des choix sous contraintes, in Métropoles en mouvements, Dureau F. et al. (dir), Antropos, p. 131-153.

Briquel V., (2001), L’avancée de la périurbanisation dans les Alpes du Nord françaises et ses liens avec la croissance récente de la population, Revue de géographie alpine, n°1 tome 87, p. 22-40.

Dodier R., (2004), L’espace dans les stratégies résidentielle des ménages, ESO, n° 21, p.115-123.

Dodier R., (2005), Quelle articulation entre identité campagnarde et identité urbaine dana les ménages périurbains, Actes du colloque de Rennes, mars 2005 : faire campagne, Université de Rennes 2, p. 31-41.

Durbiano C., Reparaz A. de, (1993), Les espaces flous des franges périurbaines de la Basse Provence, Méditerranée, n°1-2, Université de Provence, p.25-29.

Goffette-Nagot F., (1994), Analyse micro-économique de la périurbanisation : un modèle de localisation résidentielle, Thèse d’Economie, Université de Bourgogne, Dijon, 427 p.

Kayser B., (1990), La renaissance rurale : sociologie des campagnes du monde occidental, A. Colin, coll. U, Paris, 316 p.

Kayser B., (2001), Les citadins au village, Espace, Populations et Sociétés, n° 1-2.

Mesini B., (2002), En résistance à l’exclusion : une terre, un toit. L’appropriation des moyens d’existence dans les villes et les campagnes, Actes du Colloque Nouvelles urbanités, nouvelles ruralités en Europe, Ladyss, Strasbourg, 10-12 mai 2000.

Meyzenq C., (1984), La population des Alpes du Sud, un nouvel équilibre ?, Revue de géographie alpine, n°1, tome 72, p. 41-53.

Perlik M., (1999), Processus de périurbanisation dans les villes des Alpes, Revue de géographie alpine, n°1 tome 87, p. 143-151.

Raymond S., (2004), Retour à la campagne et gentrification rurale : réflexion sur l’accès au foncier rural, Actes du colloque franco-espagnol de géographie rurale, 15-16 septembre 2004, Foix.

Reparaz A. de, (2001), Mutation et permanence dans la géographie des campagnes méditerranéennes (1960-2000), Méditerranée, n° 3.4, tome 97, p. 8-16.

Rouge L., (2003), Les nouvelles frontières du périurbain : accession à la propriété en maison individuelle et pratiques résidentielles des ménages modestes toulousains, Actes du colloque les nouvelles frontières : permanences et changements des inégalités sociospatiales, 4-6 juin 2003, Poitiers.

Tirone L., Ellerkamp V., (2003), La région Provence-Alpes-Côte d’Azur à l’aube du xxie siècle, Méditerranée, n° 3.4, tome 101, 176 p.

Top of page

Annex

    

Principaux résultats statistiques de l’analyse sociospatiale infracommunale des villages périurbains : exemple de la périphérie de Digne-Les-Bains

Tabl. 3 - statut des logements et de leurs occupants par type d’habitat

    

Village

Hameau

Habitat dispersé

Lotissement

Habitat linéaire

Statut des logements

Résidences principales

68 %

 60 %

 64 %

79 %

 88 %

Résidences secondaires

22 %

 32 %

28 %

18 %

 8 %

Logements vacants

10 %

 8 %

8 %

3 %

 4 %

Statut des occupants*

Propriétaires

74 %

76 %

82 %

 90 %

65 %

Locataires

14 %

14 %

13 %

10 %

35 %

Logés gratuitement

12 %

10 %

5 %

0 %

0 %

Composition socioprofessionnelle

Agriculteurs

72 %

28 %

0 %

0 %

Artisans, commerçants

20 %

17 %

27 %

36 %

Cadres, professions intellectuelles 

8 %

7 %

79 %

6 %

Professions intermédiaires

15 %

4 %

69 %

12 %

Employés 

5 %

5 %

30 %

60 %

Ouvriers

10 %

5 %

20 %

65 %

Retraités 

42 %

34 %

3 %

21 %

Autres inactifs 

96 %

2 %

1 %

1 %

*Ce chiffre est à rapporter aux occupants des résidences principales

Source : INSEE, Recensement de la population 2004.

Tabl 4 - Mode d’habiter, de se déplacer et confort des logements

   

Habitat ancien (Village, hameau, habitat dispersé)   

  Habitat récent (Lotissement, habitat linéaire)

Structures familiales

Nombre moyen de personnes par ménage

              2.4

Ménages avec au moins 1 enfant

31 %

49 %

Célibat et veuvage

38 %

12 %

Déplacements

Taux de ménages qui possèdent au moins une voiture

92 %

98 %

Utilisation des transports en commun, deux roues ou autres

2 %

0 %

Surfaces des logements (estimation moyenne)

80 m2

Indicateurs de confort des logements

Logements sans douches ni baignoires

2 %

 0 %

Logements sans chauffage central

51 %

23 %

Ménages possédant un garage

59 %

96 %

Ménages possédant au moins 4 appareils électroménagers

45%

79 %

Source : INSEE, Recensement de la population 2004.

Tabl. 5 - Des modes d’activités différenciés par zone d’habitat

   

Habitat ancien

Habitat récent

Salariat

 61 %*

92 %**

Titulaires de la fonction publique

24 %***

49 %

Contrats à durée indéterminée

36 %

41 %

Contrats a durée déterminée

20 %

5 %

Précaires (intérimaires, emplois aidés, stagiaires)

20 %

5 %

Temps partiel

 66 %

89 %

Lieu de travail au village 

5 %

1 %

Chômage

 14 %

2 %

Diplômés :

Aucun diplôme

14 %

5 %

Titulaires d’un diplôme intermédiaire

61 %

41 %

Titulaires du baccalauréat ou équivalent

10 %

18 %

Titulaires d’un diplôme universitaire

15 %

36 %

Revenus moyens bruts annuels

 17 890 euros

28 209 euros

* Chiffre à rapporter aux actifs ayant un emploi, il représente 28 % des habitants
** Chiffre à rapporter aux actifs ayant un emploi, il représente 49 % des habitants
*** Chiffre à rapporter aux salariés

Source : INSEE, Recensement de la population 2004.

   

Top of page

Notes

1  16 064 habitants en 2004.

2  Enquête « Mobilité en village périurbain » effectuée sur un échantillon de 60 ménages par les étudiants de licence professionnelle d’aménagement et d’urbanisme, IUT de Digne-les-Bains.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Schéma simplifié de l’organisation de l’habitat des villages périurbains(Exemple de la commune de Mirabeau)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/455/img-1.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig. 2 - Synthèse des principales divisions sociospatiales des villages périurbains.La restructuration sociale s’accompagne d’un processus de disparités sociospatiales des catégories professionnelles, des revenus, et des modes de vie.
Caption 1. Centre ancien en cours de paupérisation2. Lotissements récents avec tendance au regroupement des cadres3. Habitat linéraire populaire d’ouvriers ou d’employés du tertiaire4. Hameaux de proximité en cours de paupérisation5. Hameaux renovés par des populations franciliennes ou étrangères aiséesLes niveaux de gris les plus élevés correspondent aux populations les plus aisées.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/455/img-2.jpg
File image/jpeg, 20k
Top of page

References

Electronic reference

Angela Barthes, « Analyse infracommunale de la mixité sociale et des rapports à l’espace des villages périurbains des Alpes du Sud », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 01 December 2008, connection on 24 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/455 ; DOI : 10.4000/mediterranee.455

Top of page

About the author

Angela Barthes

IUT, Université de Provence, 04000 Digne-les-Bains ; UMR TELEMME, mmSH, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page