Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Ann Markusen et David King., (2003), The artistic dividend : the art’s hidden contributions to regional development

University of Minnesota, Minneapolis, 25 p.
Frédéric Leriche
p. 145
Bibliographical reference

Ann Markusen et David King., (2003), The artistic dividend : the art’s hidden contributions to regional development, University of Minnesota, Minneapolis, 25 p.

Full text

1Comptant parmi les géographes et économistes spatiaux les plus éminents, Ann Markusen est surtout connue pour ses recherches en géographie économique. The artistic dividend est le fruit de la réorientation de ses préoccupations scientifiques. Ce livret (25 pages) inaugure une série de travaux sur la question du rôle des artistes dans les dynamiques du développement régional.

2Pour Ann Markusen, l’analyse classique de l’activité artistique propose une lecture erronée de l’art et de son rapport à l’économie régionale. Selon cette analyse, l’art n’est que la conséquence du développement d’une économie régionale prospère, si ce n’est un « parasite » qui se nourrit de la croissance régionale. L’idée est donc assez répandue que l’activité artistique est marginale et sans interférence avec le monde économique. Une autre idée répandue est que l’art constitue une activité tournée vers le marché local, en particulier pour ce qui concerne les spectacles vivants, les visites de galeries etc. En outre, l’image dominante de l’artiste, duale, tend à opposer de rares « stars » à un vaste groupe d’artistes pauvres. La thèse d’Ann Markusen prend le contre-pied de cette analyse. Elle synthétise l’apport des artistes à la croissance régionale par la notion de « dividende artistique » (artistic dividend), définie comme « l’impact économique agrégé qui ne se produirait pas sans la présence des artistes ». Cette notion amalgame trois formes de l’apport des artistes à l’économie régionale:

a/ la productivité et la croissance régionale s’améliorent grâce aux artistes, puisque la créativité et les compétences spécifiques des artistes peuvent contribuer à améliorer le design, la production et les méthodes de commercialisation des produits fabriqués par les entreprises locales;

b/ la présence d’artistes aide les entreprises régionales à recruter le personnel de haut niveau dont elles ont besoin, personnel sensible au potentiel culturel et artistique local. L’activité artistique peut donc être considérée comme un bien public à même de favoriser la loyauté de la main d’œuvre et des entreprises au territoire;

c/ l’activité artistique dynamise l’économie régionale par la demande qu’elle exerce auprès des entreprises locales (du tube de peinture à la galerie en passant par les agents artistiques) et par l’exportation de la production artistique (tableaux, tournées etc.); elle fait donc partie de la base économique régionale.

3L’approche d’Ann Markusen met en lumière la tendance des artistes à se concentrer dans certaines métropoles. Parmi celles-ci, New York et Los Angeles, qualifiées de « arts super cities », se distinguent comme les deux principales agglomérations artistiques des États-Unis. D’autres villes, plus « spécialisées » dans certains domaines artistiques, se distinguent comme pôles de second rang (« second tier cities »): San Francisco, Washington, Seattle, Boston, Orange County, Minneapolis-Saint Paul, San Diego, mais aussi Albuquerque par exemple.

4Quels enseignements tirer de telles recherches, en particulier pour les pouvoirs publics?

5Le développement du dividende artistique résulte de l’engagement sur le long terme des pouvoirs publics, des mécènes, du public en faveur des organisations artistiques, des institutions d’éducation à l’art, et des artistes eux-mêmes. Néanmoins, l’art draine une infime partie des deniers publics injectés en faveur du développement économique régional; les politiques de développement régional financent en effet plus volontiers des projets de revitalisation des espaces urbains centraux, des stratégies d’attraction d’entreprises ou de développement des activités commerciales en banlieue. L’argent public alloué aux activités artistiques, modeste, est surtout destiné au financement des équipements physiques permettant la diffusion des œuvres, non sans concurrence territoriale entre gouvernements locaux, et donc gaspillage des deniers publics. Au final, les artistes eux-mêmes bénéficient très peu des choix concernant l’allocation des deniers publics. Cette analyse suggère que les pouvoirs publics devraient favoriser le développement d’espaces de travail et de rencontre entre artistes, sous la forme par exemple de la reconversion d’anciens bâtiments industriels en studios et « live/work spaces », qu’ils devraient attribuer des prix à des artistes afin d’accroître leur notoriété, et qu’ils devraient développer les interfaces entre monde artistique et monde des affaires afin de faciliter l’injection de la créativité artistique dans les entreprises locales en matière de design, de commercialisation des produits, mais aussi pour améliorer la qualité du cadre du travail et la productivité des salariés.

Top of page

References

Electronic reference

Frédéric Leriche, « Ann Markusen et David King., (2003), The artistic dividend : the art’s hidden contributions to regional development », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4551

Top of page

About the author

Frédéric Leriche

Maître de conférence en géographie, Université Toulouse le Mirail

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page