Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Elsa Vivant, (2009), Qu’est-ce que la ville créative?

Paris, PUF, 92 p.
Boris Grésillon
p. 146
Bibliographical reference

Elsa Vivant, (2009), Qu’est-ce que la ville créative?, Paris, PUF, 92 p.

Full text

1Suite au succès sans précédent des livres de l’économiste américain Richard Florida sur la « classe créative » (2002 et 2005), véritables best-sellers de librairie, ses théories ont été discutées, débattues, critiquées, outre-Atlantique comme en Europe et en France. Elles continuent néanmoins de nourrir la réflexion des chercheurs et de guider l’action des politiques, qui souhaitent à tous crins transformer leur territoire en ville créative, en y attirant les artistes, les designers, les architectes, les migrants, les homosexuels ou les professions libérales, autant de catégories de population que Richard Florida regroupe abusivement dans l’appellation de « classe créative ». Il manquait en France un ouvrage de synthèse sur les travaux de R. Florida en particulier et sur la ville créative en général. C’est désormais chose faite avec ce petit livre d’Elsa Vivant, maître de conférences en urbanisme à l’Institut français d’urbanisme et spécialiste de la scène culturelle « off ».

2L’ouvrage est bien construit, très clair et bien écrit. Sur un sujet aussi vaste et un thème aussi vague que la ville créative, rédiger une synthèse de 90 pages pouvait apparaître comme une gageure. L’auteur relève brillamment le défi. Après une introduction rappelant au lecteur les principaux apports de la théorie de Florida, Elsa Vivant entre dans le vif du sujet en déclinant la ville créative sous quatre aspects et autant de chapitres: culturel (« I. Les scènes de la créativité artistique »), sociologique (II. « Portrait de l’artiste en gentrifier »), économique (III. « La ville, territoire de l’économie créative »), et politique (IV. « Faire la ville pour les créatifs »). En conclusion, l’auteur expose « le paradoxe de la ville créative » qui, à force de vouloir à tous prix attirer les « créatifs », finit par tuer la créativité… En effet, à force d’être valorisés, réhabilités et finalement gentrifiés, les quartiers des grandes agglomérations qui hébergeaient les créateurs et les artistes deviennent des quartiers branchés qui attirent davantage les touristes et les populations qualifiées et à hauts revenus.

3Outre la clarté du propos, la grande qualité de l’ouvrage est de parvenir à présenter la ville dite créative sous toutes ses facettes tout en s’appuyant sur des références solides et des exemples précis. Ainsi, on comprend mieux dans quelle mesure l’économie créative est importante pour les métropoles et pourquoi les créatifs sont aujourd’hui l’objet de tant d’attention de la part des pouvoirs publics et des politiques en charge de l’aménagement, même si l’auteur a raison de rappeler en conclusion que « la créativité ne se planifie ni ne se programme ». Au total, on peut juste regretter que l’auteur n’ait pas davantage approfondit son analyse de la théorie de R. Florida au cours des chapitres, comme l’introduction le laissait à penser. Mais cela n’enlève rien à la grande qualité de ce petit ouvrage, qui constituera rapidement un livre de référence pour les étudiants, les enseignants, les urbanistes, les responsables politiques et… les créatifs eux-mêmes.

Top of page

References

Electronic reference

Boris Grésillon, « Elsa Vivant, (2009), Qu’est-ce que la ville créative? », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 26 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4556

Top of page

About the author

Boris Grésillon

Maître de conférences en géographieUMR Telemme/MMSH, université Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page