Skip to navigation – Site map

Profil socioprofessionnel des maires des Alpes-de-Haute-Provence en 1953 et 2003

Socio-professional profile of mayors in Alpes-de-Haute-Provence in 1953 and 2003
Fabien Conord
p. 31-35

Index terms

Geographical index :

France, Alpes-de-Haute-Provence
Top of page

Full text

1Les études sur le personnel politique local se développent avec l’analyse des corpus de maires ou de conseillers généraux. Une enquête pionnière a été conduite en 1986 afin de dégager le profil des maires en France, du Consulat à la fin du xxe siècle, grâce à l’étude de 13 arrondissements répartis sur l’ensemble du pays (Agulhon et al., 1986). Notre étude se limite au département des Basses-Alpes dénommé Alpes-de-Haute-Provence à partir de 1970 considéré dans son ensemble puis apprécié à l’échelle de l’arrondissement. Il s’agit de dresser le profil socioprofessionnel des maires durant la deuxième moitié du xxe siècle. Le choix de 1953 s’explique par deux considérations : le personnel politique local ne se stabilise pas immédiatement après la Seconde Guerre mondiale (Le Béguec, Peschanski, 2000) et les mutations profondes qui affectent le monde rural à partir des années 1950 n’ont pas encore produit leur effet sur la structure socioprofessionnelle de la population. Il est donc possible de saisir le profil socioprofessionnel de la représentation électorale à la veille du grand bouleversement des campagnes françaises et d’apprécier les grands traits des évolutions à partir de cette période.

1. Méthode

2La comparaison proposée est fondée sur deux bases de données différentes, mais qui présentent suffisamment de proximité pour permettre une mise en regard. L’évolution de la géographie administrative du département avec la disparition de plusieurs communes à la fin des années 1960 invalide les comparaisons en valeur absolue. Nous citerons toutefois les chiffres pour les compléter aussitôt par les valeurs relatives révélatrices du poids des diverses catégories socioprofessionnelles. La liste des maires des Basses-Alpes à l’issue des élections municipales de 1953 est le produit d’une enquête réalisée par les services préfectoraux. Elle comporte la population de la commune lors du recensement de 1946, l’arrondissement dont elle relève, le nombre de conseillers municipaux, la composition politique du conseil municipal (nombre d’élus PCF, SFIO, MRP,…), le nombre de femmes et plusieurs autres renseignements concernant le maire et ses adjoints. Pour les adjoints, sont indiqués le nom, la profession et l’étiquette politique, pour le maire, la date de naissance, le nombre d’années de mandat en qualité de conseiller municipal et en qualité de maire. Il s’agit de la première enquête complète de l’après-guerre. Pour faire la comparaison avec la situation actuelle, nous disposons d’un ouvrage publié en 2003 (Tout savoir sur…) qui indique le nom du maire, sa profession et parfois son étiquette politique. Nous nous limitons ici à la comparaison des professions des maires entre 1953 et 2003, ce qui n’est pas toujours aisé car les termes d’« ouvriers » et d’« employés » par exemple ne revêtent pas forcément une signification identique. De surcroît, il doit être tenu compte des évolutions des diverses catégories à l’échelle du pays, quand il s’agit de commenter leur poids respectif en 1953 et en 2003. Les chiffres fournis par l’INSEE sur les professions prennent en compte tous les habitants de plus de 15 ans ; avec l’allongement généralisé de la durée des études, la représentation des « sans emploi » dans la population est surestimée.

2. Une domination masculine persistante 

3En 1953, six femmes seulement étaient maires d’une commune des Basses-Alpes, dont trois agricultrices ; les trois autres étaient respectivement institutrice, sans profession et retraitée des PTT. En 2003, 15 femmes figuraient parmi les maires des Alpes-de-Haute-Provence : trois employées, trois retraitées, deux agricultrices, deux cadres, une profession libérale, une artisane et trois sans profession. L’accession de la plupart d’entre elles à cette fonction élective est récente. La plus ancienne a été élue maire en 1983. Cinq l’ont été en 2001 (un tiers), et une l’est devenue en 2003. Un tiers ont accédé à la mairie en cours de mandat, proportion très forte, puisque sur 196 maires pour lesquels la date de l’élection est indiquée, seuls 29, soit moins d’un sixième (14,8 %), ont accédé à cette magistrature dans les mêmes conditions. Pour les femmes, la proportion est du double. Il y a un phénomène à souligner, et qu’il conviendrait de vérifier pour les autres départements.

3. D’une majorité paysanne à une minorité agricole 

4La chute du nombre de maires exerçant la profession d’agriculteurs est la plus spectaculaire. Ce recul résulte principalement du déclin des exploitants agricoles dans le département, mais il faut aussi tenir compte de l’investissement d’autres catégories de population dans les affaires municipales et de l’abaissement de l’âge de la retraite. G. A. de Réparaz soulignait en 1982 le rôle des résidents secondaires : « Peu à peu, ceux-ci, généralement plus nombreux et plus compétents dans le domaine de la gestion et de la politique communale, prennent en main ces dernières à travers la colonisation de beaucoup de conseils municipaux » (Réparaz de, 1982). Selon lui, le recul des agriculteurs remonte aux années 1955-1965 : « Les conseillers municipaux, les maires, les conseillers généraux, agriculteurs de profession verront, dès lors, leur nombre et leur pouvoir diminuer lentement. De nouvelles élites rurales commencent à apparaître ; elles n’ont plus rien d’agricole : ni l’activité socioprofessionnelle, ni la formation, ni les intérêts principaux » (Réparaz de, 2004). La résistance des agriculteurs est illustrée par un éditorial (non signé) du journal de la Chambre d’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence, paru en 1973. Le titre donne le ton : « Une nouvelle forme de colonisation à éviter ». Le constat que dans nombre de communes « les ruraux ne sont plus maîtres de l’évolution de leur petit pays » motive le combat de la rédaction, qui reconnaît « tout l’intérêt des résidences secondaires » mais souligne « le danger que présente cette nouvelle population lorsqu’elle devient partie prenante de la direction des affaires communales ». Le journal défend la prééminence des agriculteurs qui assurent « la majeure partie des impôts locaux basés sur le foncier » (Chambre d’agriculture, 1973). En 1977, on estime que les agriculteurs ont « toujours la charge de la gestion de l’espace rural (participation au pouvoir communal et impôts locaux) » (Durbiano et al., 1977).

5Afin d’expliquer le recul du poids des agriculteurs, il est nécessaire de prendre en compte également le changement qu’a constitué l’extension de la retraite au monde agricole. L’enquête de 1953 révèle que, dans les Basses-Alpes, 33 édiles agriculteurs sont âgés de 60 ans et plus (et parmi eux, 16 ont 65 ans et plus). La généralisation de la retraite, facilitée par la mise en place de l’IVD (Indemnité viagère de départ), a fait basculer dans la catégorie des retraités les agriculteurs âgés de plus de 60 ans. Si l’on prend en compte, en 1953, tous les maires âgés de 60 ans et plus (âge le plus fréquent de la retraite dans les années 2000), on parvient à un total de 62 (33 agriculteurs, 3 artisans, 3 professions libérales, 1 commerçant, 1 employé, 3 sans profession et 18 retraités). Si on ajoute à ces 62 maires âgés de 60 ans et plus les 13 maires retraités âgés de moins de 60 ans que compte l’enquête de 1953, on totalise 75 élus, ce qui représentent 31,1 % de l’effectif total contre 38,2 % de retraités en 2003. L’augmentation du poids des personnes âgées (tabl. 1) est donc à relativiser.

Tabl. 1 - Comparaison entre les professions des maires en 1953 et en 2003

          1953

2003

nombre

 %

nombre

%

Agriculteurs

152

63,1

22

11,0

Artisans

13

5,4

15

7,5

Commerçants

10

4,2

4

2,0

Ouvriers

5

2,1

8

4,0

Employés

14

5,8

21

10,5

Cadres

5

2,1

22

11,0

Professions libérales

6

2,5

12

6,0

Sans profession

5

2,1

7

3,5

Non indiquées

0

0

12

6,0

Hauts fonctionnaires

0

0

1

0,5

Retraités

31

12,9

76

38,0

Total

241

200

6En 2003, l’éventail des professions agricoles ne se limite pas au métier d’agriculteur ; un « mécanicien agricole » et un « conseiller agricole » sont mentionnés. Quant aux retraités, cinq d’entre eux sont qualifiés de « retraités agricoles ». Les anciens exploitants sont certainement plus nombreux que la source ne l’indique mais, à moins d’une enquête complémentaire, il n’est pas permis de fournir une estimation chiffrée. La part des maires agriculteurs apparaît singulièrement faible pour un département rural, si ce résultat est mis en relation avec une enquête effectuée dans l’Allier à l’issue des élections de 2001 : 29,7 % d’entre eux exercent la profession d’agriculteur. C’est sans doute à mettre en relation avec une convergence rural-urbain et l’émergence d’une nouvelle ruralité plus accentuée en fonction de l’installation de nouvelles populations.

7En 2003, le nombre de travailleurs indépendants (agriculteurs, artisans, commerçants et professions libérales) et de salariés (ouvriers, employés et cadres) s’équilibre avec respectivement 53 et 52 maires, à la différence de 1953 où les salariés ne comptaient que 24 maires sur 241, soit près de 10 % du total pour 26,1 % en 2003. Pourtant, la part des salariés dans le groupe des maires demeure largement inférieure à leur place dans la population globale. Proportionnellement, seuls les cadres sont plus nombreux parmi les maires que parmi les habitants des Alpes-de-Haute-Provence. Ce constat invite à s’interroger sur le profil socioprofessionnel des maires par rapport à l’ensemble de la population.

4. Répartition géographique des professions des maires

4.1. 1953 : des professions, reflet de l’activité économique du département (tabl. 2)

8Les agriculteurs représentent près des 2/3 des maires, suivis de loin par les artisans et les commerçants. Le poids des agriculteurs est maximal dans l’arrondissement de Forcalquier (69 %), contre 57 à 60% dans les trois autres arrondissements. En dehors de cette catégorie, les différences entre arrondissements sont peu significatives, une fois rapportées au nombre de communes. L’absence de salarié dans l’arrondissement de Barcelonnette traduit la persistance d’une économie fondée sur l’agriculture. La faible place des salariés s’inscrit dans le schéma d’une économie traditionnelle, et il n’y a pas de discordance majeure entre leur poids dans la population active et leur poids dans le groupe des maires. Il n’en va plus de même au début du xxie siècle, où ils paraissent largement sous-représentés.

Tabl. 2 - Classement des professions des maires par arrondissement en 1953

Barcelonnette

Castellane

Digne

Forcalquier

Total

Agriculteurs

11

27

48

66

152

Artisans

0

5

4

6

15

Commerçants

3

1

3

3

10

Ouvriers

0

1

1

1

3

Employés

0

2

7

5

14

Cadres

0

2

2

1

5

Professions

1

1

4

0

6

 libérales

Sans

1

0

1

3

5

Retraités

3

8

9

11

31

Total

19

47

79

96

241

4.2. 2003 : surreprésentation des agriculteurs et des cadres

9Dans l’arrondissement de Barcelonnette où 11 maires sur 19 étaient agriculteurs en 1953, il n’y en a plus en 2003, reflet de la mutation économique de la vallée de l’Ubaye avec l’irruption des stations de ski et du tourisme. Un seul exploitant agricole est élu dans l’arrondissement de Castellane contre 17 en 1953. Malgré la baisse importante du nombre de communes dans cette partie du département, la quasi-disparition des agriculteurs parmi les maires illustre l’ampleur du recul. C’est dans la partie la plus montagneuse du département que les agriculteurs sont les moins nombreux à avoir un mandat de maire. Dans les arrondissements de Digne et Forcalquier, la résistance agricole est beaucoup plus forte, puisque un huitième à un sixième des maires exercent encore cette profession, alors qu’ils ne représentent que 2 % environ de la population âgée de plus de 15 ans. C’est dans les communes moins peuplées, dont la composition socioprofessionnelle de la population est peu diversifiée, que les maires agriculteurs sont les plus nombreux. Sur les 51 communes qui comptent moins de 100 habitants, 11 ont un maire agriculteur, soit une proportion presque deux fois supérieure à ce qu’elle est pour l’ensemble des communes des Alpes-de-Haute-Provence. Au total, malgré le recul constaté, la part des agriculteurs parmi les maires du département est cinq fois supérieure à ce qu’elle est dans la population.

10La part des maires artisans et commerçants est deux fois plus importante que leur part au sein des catégories socioprofessionnelles. Les artisans sont particulièrement présents dans l’arrondissement de Castellane, où ils sont plus nombreux en 2003 qu’en 1953, alors que 15 communes ont disparu. La catégorie socioprofessionnelle qui a le plus progressé parmi les maires est celle des cadres. Ils sont désormais surreprésentés par rapport à leur part dans la population âgée de plus de 15 ans (tabl. 3 et 4). En revanche, les ouvriers sont nettement sous représentés. Il résulte de ces constats une surreprésentation des travailleurs indépendants (agriculteurs, artisans et commerçants). Alors qu’ils ne représentent que 7 % de la population âgée de plus de 15 ans, ils regroupent 26,6 % des maires. Les maires retraités (38 %) ont également un poids supérieur à celui de la population de plus de 15 ans (26 %) et leur part atteint environ 50 % dans les arrondissements de Barcelonnette et de Forcalquier.

Tabl. 3 - Part des différentes CSP dans la population âgée de plus de 15 ans, en 1999 (en %)

Catégories socioprofessionnelles

Barcelonnette

Castellane

Digne

Forcalquier

Département

Agriculteurs

2,29

 2,45

 2,17

 1,92

 2,06

Artisans, commerçants

7,67

 9,12

 4,51

 4,53

 4,96

Cadres

3,21

 3,27

 4,52

 4,55

 4,39

Professions intermédiaires

13,11

 7,77

11,51

11,25

11,23

Employés

18,28

15,84

17,81

14,78

16,08

Ouvriers

12,25

11,57

10,75

12,78

11,98

Retraités

23,2

29,51

26,64

26,72

26,67

Sans

19,99

20,45

22,08

23,46

22,62

Source : RGP 1999

Tabl. 4 - Classement des professions des maires par arrondissement, 2003

Barcelonnette

 Castellane

Digne

Forcalquier

Total

Agriculteurs

0

1

10

11

22

Artisans

1

6

4

4

15

Commerçants

1

0

2

1

4

Ouvriers

1

1

2

4

8

Employés

2

2

9

8

21

Cadres

1

7

8

6

22

Professions libérales

2

2

5

3

12

Sans

0

3

1

3

7

Non indiquées

0

2

5

5

12

Divers

1

0

0

0

1

Retraités

8

10

17

41

76

Total

17

34

63

86

200

Conclusion 

11La composition socioprofessionnelle des maires des Alpes-de-Haute-Provence a connu des mutations considérables au cours de la seconde moitié du xxe siècle, en relation avec les transformations de la société française et plus particulièrement du monde rural. Pourtant, ces évolutions ne se résument pas à la constatation, prévisible, de la diminution du nombre d’agriculteurs. Le poids de ces derniers demeure largement supérieur à leur place dans la population. Cette résistance révèle la force de l’association entre agriculture et monde rural et de l’enracinement dans les territoires qui confère toujours à ce métier une légitimité dans la gestion des campagnes. La surreprésentation des agriculteurs parmi les maires a aussi été justifiée par leur apport dans les finances communales par le biais de la taxe foncière principalement, apport qui risque d’être réduit avec la baisse projetée de l’impôt sur le foncier non bâti. D’une manière générale, on constate que ce sont les personnes qui occupent des responsabilités dans la vie professionnelle qui prennent également le plus souvent la direction des collectivités territoriales de base que sont les communes : chefs d’entreprise (artisans, commerçants, chefs d’exploitation) et cadres.

Top of page

Bibliography

Agulhon M., Girard L., Robert J.L., Serman W. et al., (1986), Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 426 p.

Chambre d’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence, (1973), La vie rurale des Alpes de Haute-Provence, mars 1973.

Durbiano, C., Réparaz G.A de, Joannon M., Tirone L. et al., (1977), Campagnes méditerranéennes. Permanences et mutations, Marseille, CRDP, p.210.

Le Béguec G., Peschanski D. (dir.), (2000), Les élites locales dans la tourmente. Du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS Editions, 460 p.

Réparaz G. A. de, (1982), « La montagne provençale investie. Les nouveaux pouvoirs et les agents extérieurs de la transformation contemporaine dans la Haute-Provence montagnarde », in Provence historique, tome XXXII, n°130, octobre-décembre 1982, p.391-407.

Réparaz G. A. de, (2004), « 1850-2000 : un siècle et demi d’agriculture dans les Alpes de Haute-Provence », in C. Durbiano, Ph. Moustier (dir.), Actes des assises pour l’agriculture des Alpes de Haute-Provence, Château-Arnoux, Vial, p.27-33.

 Tout savoir sur les 200 communes des Alpes de Haute-Provence, (2003), Saint-Maurice l’Exil, Callipro.

Top of page

References

Electronic reference

Fabien Conord, « Profil socioprofessionnel des maires des Alpes-de-Haute-Provence en 1953 et 2003 », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 01 December 2008, connection on 17 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/456 ; DOI : 10.4000/mediterranee.456

Top of page

About the author

Fabien Conord

Agrégé d’histoire, allocataire-moniteur Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II, CHEC (Centre d’histoire « Espaces et Cultures »), Clermont-Ferrand.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page