Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Violaine Appel, Cécile Bando, Hélène Boulanger, Gaëlle Crenn, Valérie Croissant, Bénédicte Toullec (dir.), (2008), La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de culture évènementielle et initiatives des collectivités locales

Collectif universitaire, Presses Universitaires de Nancy, 275 p.
Paula Enfroy and Boris Grésillon
p. 150
Bibliographical reference

Violaine Appel, Cécile Bando, Hélène Boulanger, Gaëlle Crenn, Valérie Croissant, Bénédicte Toullec (dir.), (2008), La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de culture évènementielle et initiatives des collectivités locales, collectif universitaire, Presses Universitaires de Nancy, 275 p.

Full text

1Les 10 et 11 mai 2007 à l’initiative du GRICP se tenait à Nancy le colloque sur La mise en culture des territoires – Nouvelles formes de culture évènementielle et initiatives des collectivités locales. Les communications des différents participants ont été rassemblées par les Presses universitaires de Nancy, dans un ouvrage passionnant par les éclairages qu’il apporte. Les travaux sont regroupés selon trois grands axes:

1. Construction des identités et mise en image des territoires.

2. Acteurs et dynamiques des politiques culturelles.

3. Dispositifs et déploiement des évènements culturels.

2Laurent Beru, au travers de son analyse des festivals hip hop organisés dans les villes de banlieue,montre que les motivations sociales peuvent parfois primer sur les considérations économiques dans la construction d’une identité territoriale. En choisissant cette culture urbaine comme socle de leur identité, ces villes en charge de quartiers « sensibles » en Seine Saint Denis, à Aubervilliers ou encore Vaulx-en-Velin à Lyon, visent à la fois la création d’une identité à part entière et originale sur la scène nationale, et l’amélioration de la vie quotidienne. Pour Laurent Beru, c’est un moyen « d’acheter la paix sociale ». La lecture de cet article pose une question de fond: ce type d’initiative n’est-elle pas un moyen de masquer la persistance des problèmes? Ne participent-elles pas à la constitution de « vitrines » masquant l’insuffisance d’une véritable action sociale en direction de ces publics?

3La création identitaire peut aussi servir à restituer au territoires ruraux une certaine visibilité perdue. C’est ce qui a motivé l’organisation dans l’Ouest vosgien d’une fête du paysage dans le petit village enclavé de Nonville. R. Jacopin, J.-P. Husson et M. Benoit montrent comment la préparation de cet événement a réussi à fédérer les forces, et ils dressent un inventaire des retombées effectives. L’article montre que l’évènement a permis, outre la mobilisation très forte des acteurs locaux, le déblocage de fonds publics afin de pérenniser ce type d’action. L’article démontre bien comment, par son caractère transversal, l’action culturelle sert de « levier » de développement des territoires ruraux. De plus, il constitue une illustration concrète et riche de la nécessité d’accorder une place déterminante aux associations très ancrées dans le territoire et capables de ce fait d’approches et d’initiatives riches et originales.

4La question de l’autonomie des actions artistiques vis-à-vis des financements publics est posée par Laura Delavaud au travers de son article La ville au service de la culture versus la culture au service de la ville. En prenant comme exemple le cas de Nantes, cette sociologue rend compte des bienfaits de la mise en place d’une solide et nouvelle politique culturelle dans les années 1990, bienfaits sur le plan démographique et sur l’essor économique de la ville. En réponse à la crise identitaire due aux fermetures successives de nombreux secteurs de l’industrie notamment des chantiers navals, le maire socialiste Jean-Marc Ayrault décide de soutenir l’action culturelle et artistique de la ville afin de redorer l’image de la cité et de la rendre attractive. L’auteur explique que face à cette situation, le choix de l’artiste est certes influencé par le désir du politique, mais qu’il n’est pas contraint, tout en soulignant le risque que fait courir à l’autonomie de l’artiste tout soutien public financier.

5Dans la troisième partie de l’ouvrage, Alain Lavigne propose une analyse des Fêtes de la Nouvelle France à Québec envisagées comme exemple d’une nouvelle culture évènementielle plutôt réussie. Cet article est remarquable par la précision de ses données chiffrées qui constituent des éléments de réflexion intéressants.

6L’étude menée par Émilie Dalage, Les ambassadeurs de Lille 2004, capitale européenne de la culture, un dispositif politique normatif, se propose d’analyser la spécificité de la stratégie de communication mise en œuvre pour l’opération « Lille 2004 » en observant, d’une part, les choix de communication et d’autre part, l’expérience effective des acteurs bénévoles. L’article vise à faire la part entre le discours de l’institution et la réalité des contradictions du recours aux bénévoles, surnommés les « ambassadeurs ». En fournissant des références théoriques riches, il conclut à la réussite « miraculeuse » du projet.

7Pour conclure on soulignera tout l’intérêt d’un ouvrage auxquels les questionnements de la géographie culturelle fournissent sa structure et qui offre au lecteur un vaste éventail d’expériences et de données. L’intérêt de cet ouvrage tient également à la préservation de l’approche spécifique de chaque intervenant hors de toute tentative artificielle d’homogénéiser les analyses. On ne peut s’empêcher de souhaiter que ces éléments théoriques et pratiques soient mis à la portée des militants associatifs ou des citoyens, véritables acteurs du territoire, qui pourraient en tirer profit dans leur action.

Top of page

References

Electronic reference

Paula Enfroy and Boris Grésillon, « Violaine Appel, Cécile Bando, Hélène Boulanger, Gaëlle Crenn, Valérie Croissant, Bénédicte Toullec (dir.), (2008), La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de culture évènementielle et initiatives des collectivités locales », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4572

Top of page

About the authors

Paula Enfroy

Étudiante en Master, Université de Saint-Étienne

Boris Grésillon

UMR Telemme/MMSH, université Aix-Marseille, Maître de conférences en géographie

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page