Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Lionel Arnaud, (2008), Réinventer la ville. Artistes, minorités ethniques et militants au service des politiques de développement urbain: une comparaison franco-britannique

Collection « Res Publica », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 173 p. 
Jérémy Garniaux
p. 152
Bibliographical reference

Lionel Arnaud, (2008), Réinventer la ville. Artistes, minorités ethniques et militants au service des politiques de développement urbain: une comparaison franco-britannique, collection « Res Publica », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 173 p.

Full text

  • 1 L’auteur a d’abord soutenu une thèse portant sur le sport comme outil de gestion et de régulation d (...)

1Paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2008, Réinventer la ville... rend compte d’une recherche menée pendant près de cinq ans par Lionel Arnaud, chercheur et maître de conférences en sociologie à Rennes. L’enjeu originel était de questionner la valorisation de « pratiques expressives » censées échapper à la « rationalité calculatrice et quantitative du capitalisme moderne » (p. 24)1.

2L’étude est centrée sur l’observation des pratiques culturelles des minorités ethniques en milieu urbain. À travers une comparaison de deux événements européens, le carnaval de Notting Hill à Londres et le défilé de la Biennale de la Danse à Lyon, l’auteur pose la question de la légitimité d’un enrôlement des cultures dites minoritaires au service des politiques de développement local, alors même que ces cultures, régulièrement associées au « désordre » ou à « l’insécurité » (p. 19), ont été longtemps dévalorisées.

3Les événements choisis ont donc en commun d’être porteurs de l’expression de cultures « vernaculaires » – le terme est choisi et permet d’éviter les notions trop peu satisfaisantes de « culture populaire » ou « ethnique » (p. 31). Le carnaval de Notting Hill, né en 1959, apparaît dans un contexte de racisme exacerbé depuis l’arrivée de migrants d’origine antillaise au Royaume-Uni, à la suite de la décolonisation. En France, la Biennale de Danse à Lyon est convoquée pour son intégration de la danse hip-hop, expression culturelle « réactive » apparue dans les années 1980.

4L’ouvrage est structuré en trois grandes parties. La première présente les conditions d’émergence du carnaval et du hip-hop, véritables outils de contournement des blocages économiques et politiques entretenus par les populations établies: la culture apparaît en effet comme un terrain permettant l’expression de la contestation sociale.

  • 2 Terme anglais qui renvoie à la notion marxiste de « commodité » et désigne un processus au cours du (...)
  • 3 Voir P. Urfalino, 1993, « De l’anti-impérialisme américain à la dissolution de la politique culture (...)

5Une seconde partie s’attache à décrire le double processus de politisation et de commodification2 de la culture. Cette dernière apparaît progressivement comme une arme de conquête et d’affirmation politique: de nouvelles catégories sociales émergent, porteuses d’une « contre culture moyenne », qui cherchent à renverser les hiérarchies sociales établies – tout en perdant dans un même mouvement la légitimité associée aux cultures « populaires » préexistantes. L’auteur soutient ensuite la thèse d’une association étroite entre ce processus de reconnaissance et la marchandisation croissante du carnaval et du hip hop, convoquant l’analyse de Philippe Urfalino pour illustrer le phénomène: lorsque « l’appel à la créativité » se substitue à la « sacralisation de l’œuvre », le lien entre activité artistique, esprit d’entreprise et production est désormais autorisé (p. 97)3.

6La troisième partie détaille les modalités de l’enrôlement des activités culturelles par les politiques de développement local. De nouvelles « potentialités de croissance » pour les territoires sont en effet attendues à travers le soutien aux événements culturels (p. 120); cela se traduit par exemple dans les critères de sélection des projets artistiques pour la Biennale de la Danse. En termes de développement territorial, le projet urbain et sa « perspective relationnelle » viennent supplanter le programme et sa « perspective rationnelle » (p. 121). La fragmentation des espaces urbains est alors perçue comme la traduction d’un ensemble complexes de réseaux et d’identités: il s’agit désormais de favoriser l’appropriation de l’espace plutôt que sa maîtrise. L’ouvrage se clôt par une identification comparative des deux événements, que l’on aurait aimé lire plus tôt. « Carnaval sous surveillance » d’un côté, « défilé chorégraphié » de l’autre: malgré des natures différentes, les deux manifestations connaissent des mutations similaires.

7Ce travail s’appuie sur une trentaine d’entretiens et une riche bibliographie. Au-delà de l’analyse sociologique, on y lira une vision critique intéressante des rapports entre ville, territoire et culture, à l’heure où de nombreuses métropoles se veulent culturelles.

Top of page

Notes

1 L’auteur a d’abord soutenu une thèse portant sur le sport comme outil de gestion et de régulation des différences culturelles et des désordres urbains.

2 Terme anglais qui renvoie à la notion marxiste de « commodité » et désigne un processus au cours duquel la valeur d’usage tend à dominer progressivement la valeur d’échange d’un bien.

3 Voir P. Urfalino, 1993, « De l’anti-impérialisme américain à la dissolution de la politique culturelle », Revue française de science politique, vol. 43, no 5, octobre, p. 837.

Top of page

References

Electronic reference

Jérémy Garniaux, « Lionel Arnaud, (2008), Réinventer la ville. Artistes, minorités ethniques et militants au service des politiques de développement urbain: une comparaison franco-britannique », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 20 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4583

Top of page

About the author

Jérémy Garniaux

Doctorant UMR Telemme/MMSH, université Aix-Marseille

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page