Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Rébecca Piednoir et Michel Gairaud, (2010), Artistes loin de Paris. L’exemple de Marseille-Provence

Paris, éditions Les petits matins, 208 p.
Boris Grésillon
p. 153
Bibliographical reference

Rébecca Piednoir et Michel Gairaud, (2010), Artistes loin de Paris. L’exemple de Marseille-Provence, Paris, éd. Les petits matins, 208 p.

Full text

1À l’heure où un bilan des décentralisations culturelles s’impose en France, de nombreux acteurs culturels de province s’interrogent sur leur avenir, entre retrait de l’État de ses missions culturelles, baisse généralisée des subventions et projet de réforme des collectivités territoriales. Est-il encore possible de créer et d’être reconnu en tant qu’artiste loin de Paris, c’est‑à‑dire loin du réseau des décideurs politiques, de la critique nationale et des grandes institutions culturelles? À cette question, l’ouvrage Artistes loin de Paris. L’exemple de Marseille-Provence répond par l’affirmative, preuves et exemples à l’appui. Les auteurs connaissent parfaitement le tissu culturel marseillais et provençal. Rébecca Piednoir a été chargée des relations publiques pour plusieurs scènes nationales, dont le Théâtre de la Criée à Marseille (scène nationale). Quant à Michel Gairaud, il est journaliste et rédacteur en chef du journal satirique régional Le Ravi, et à ce titre, il est très au fait de l’actualité politique et culturelle de la région PACA. Dans une double perspective d’investigation journalistique et d’enquête sociologique, R. Piednoir et M. Gairaud sont allés à la rencontre de ceux qui font la culture à Marseille et dans sa région, et ont rassemblé leurs propos dans un essai actuel et stimulant. Certains artistes sont des stars, tel Angelin Preljocaj, directeur du Centre chorégraphique national d’Aix-en-Provence, ou sont très connus, comme la metteur en scène Catherine Marnas ou le musicien Pierre Sauvageot, directeur de Lieux publics, Centre national des arts de la rue. D’autres sont moins connus, du moins vu de Paris, mais ils jouent un rôle moteur dans le dynamisme culturel marseillais, qu’il s’agisse de Bruno Schnebelin, le fondateur de la compagnie Ilotopie ou de Tatou, l’un des chanteurs du groupe Massilia Sound System. D’autres artistes, enfin, plus jeunes, gagnent à être connus. C’est justement ce que permet ce petit livre qui leur donne aussi la parole.

2À travers le récit de ces parcours d’artistes qui sont aussi des parcours de vie, le lecteur non averti se rendra compte du foisonnement de la scène artistique marseillaise. Mais on peut tout aussi bien lire cet ouvrage comme un essai de géographie culturelle, tant les réflexions des artistes sur l’espace – l’espace physique qui les environne ou l’espace plus intime de la création – sont abondantes. À la méfiance exprimée par la plupart des créateurs vis-à-vis de la capitale répond une attirance (qui sonne parfois comme une déclaration d’amour) pour Marseille, cet « espèce de fatras urbain » (Pierre Sauvageot) et les infinies potentialités de son espace. Cependant, on est très loin des clichés faciles sur la cité phocéenne et ses charmes. Créer et vivre de son art n’est pas plus facile à Marseille qu’à Paris ou ailleurs. Simplement, Marseille et sa région, à en croire les artistes ici interviewés, qui souvent ont fui Paris, offrent une respiration, voire une inspiration que n’autorisent pas d’autres métropoles de taille plus importante. Au total, quelle que soit la grande diversité des parcours des 15 créateurs à qui l’ouvrage donne la parole, on est frappé par la justesse et la pertinence de leurs propos sur l’espace et les aménités du territoire marseillais. De manière inattendue, non académique et originale, les auteurs croisent ces entretiens avec leurs propres réflexions sur le financement de la culture, la difficulté d’être artiste aujourd’hui ou encore sur les enjeux de Marseille-Provence 2013, future capitale européenne de la culture aux contours encore incertains en 2010. Il en résulte un essai bref et stimulant, dont la démarche pourrait être appliquée avec profit au tissu culturel et artistique d’autres régions françaises.

Top of page

References

Electronic reference

Boris Grésillon, « Rébecca Piednoir et Michel Gairaud, (2010), Artistes loin de Paris. L’exemple de Marseille-Provence », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 20 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4586

Top of page

About the author

Boris Grésillon

Maître de conférences en géographieUMR Telemme/MMSH, université Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page