Skip to navigation – Site map

Regards croisés

Jacques Daligaux
p. 3-4

Full text

1Les territoires littoraux sont des milieux complexes et fragiles, particulièrement sensibles aux effets du changement climatique et des activités anthropiques, et soumis à des enjeux économiques, écologiques et patrimoniaux importants. Parmi ses composantes spatiales, la frange côtière est la plus convoitée, la plus fragile, la plus exposée et la plus rare. De sorte que sa gestion quotidienne et son avenir cristallisent toutes les craintes et toutes les attentes, et il convient ici plus qu'ailleurs d'y protéger les hommes et contenir la ville.

2La zone côtière constitue aussi un remarquable théâtre d'innovations techniques et juridiques, et un observatoire privilégié des logiques sociales et politiques. C'est pourquoi nous avons voulu croiser les regards disciplinaires: regards des géographes humanistes sur l'antagonisme entre urbanisation et protection environnementale, regards des géographes physiciens sur le recul et la défense du trait de côte, regards des juristes sur l'évolution des outils juridiques encadrant le risque naturel ou la planification. Nous avons souhaité également que cette approche Droit/Géographie soit présente dans la plupart des contributions des géographes « humanistes », avec une analyse plus ou moins poussée du cadre normatif et de la gouvernance. Il s'agit selon nous d'un champ de réflexion d'avenir - ce dont témoigne la jeunesse des auteurs - qui nécessitera un rapprochement durable entre les deux disciplines.

3Enfin, les rivages méditerranéens partagent une histoire et un destin communs. En dépit des décalages spatio-temporels, et d'une grande diversité culturelle et géographique, ils sont confrontés aux mêmes difficultés, tentent de relever les mêmes défis et se heurtent souvent aux mêmes résistances. Le choix a donc été fait d'une large ouverture internationale, dans l'esprit et la tradition de la revue. L'objectif n'était pas de mettre en avant les particularismes nationaux, ni même une spécificité méditerranéenne, mais de voir comment se propagent les prises de conscience, se construisent les projets et se mettent en place les tentatives de réponse.

La planification urbaine et l'aménagement du territoire

4Les pays de la rive nord ont été assez bien couverts. On pourra ainsi observer la difficile application des lois "Littoral" en France, en Espagne et en Italie. Une contribution sur la Corse montre un espace insulaire méditerranéen à la croisée des chemins. Enfin, un président de tribunal administratif nous offre une analyse inhabituelle et iconoclaste de la loi Littoral et de ses péripéties juridiques. La tâche s'est avérée plus difficile sur les rives méridionales et orientales, où l'articulation entre dynamiques urbaines et cadre juridique est rarement explorée, dans un contexte politique souvent difficile et/ou en mutation. Malgré une longue prospection et plusieurs textes proposés, deux seulement ont retenu notre attention. On y voit comment, en Tunisie et au Maroc, l'émergence tardive d'un nouveau dispositif juridique, inspiré des modèles nord-méditerranéens, peine à maîtriser des atteintes environnementales spectaculaires. De cette mise en perspective entre les deux rives, deux idées émergent. En premier lieu, les juristes le savent bien, le droit finit toujours par suivre les attentes sociales. La diffusion des lois Littoral, hier sur les rives nord, aujourd'hui sur les rives sud, en témoigne. En revanche, le droit n'est efficace que s'il bénéficie d'une gouvernance équilibrée. Or justement, au "manque d'État" croissant dans les pays occidentaux répond le « trop d'État » persistant dans les pays en développement ; une problématique que devra résoudre la Gestion Intégrée des Zones Côtières. En second lieu, l'équilibre entre protection et développement cherche toujours sa voie, malgré les incantations politiques, les conventions internationales et la pression des grands organismes de financement. Dans un espace méditerranéen profondément touché par la crise économique, l'environnement est certes devenu une préoccupation sociale et une réalité politique, mais il est clairement mis en balance avec le développement socio-économique. Si les dérives les plus grossières semblent révolues, aucune alternative durable ne se dessine face au modèle touristique et urbanistique dominant.

La défense du trait de côte

5L’accent a surtout été mis sur la rive sud de la Méditerranée. La rive nord a en effet été l’objet de plusieurs publications antérieures dans la revue Méditerranée, alors que les rivages du Maghreb, désormais bien étudiés, souffraient d’un manque de « porté à connaissances ». En outre, ces territoires sont l’objet d’aménagements urbains et touristiques souvent mal contrôlés, sans consultation préalable sérieuse des spécialistes du milieu naturel.

6Le littoral tunisien, dont le développement touristique remonte déjà à quelques décennies a permis de dresser un bilan exhaustif, et peu rassurant, des impacts de cette évolution. L’étude intègre de façon exhaustive les données démographiques, urbanistiques et géotechniques pour répondre à la question posée et répond implicitement, mais sans ambages, qu’il faudrait en effet « contenir la ville », faute de quoi le risque est d’aboutir à une situation contre-productive, avec la disparition des plages naturelles. Plus récemment atteint par les grands projets touristiques, le littoral marocain, en particulier celui de Saidia sur la Méditerranée, fait l’objet d’une étude complète. L’interférence entre l’aménagement d’un fleuve côtier (ici les barrages sur la Moulouya) et le « bétonnage » d’une vaste plage par un port et un complexe touristique a des effets fortement négatifs, tant sur la stabilité côtière que sur le riche écosystème de l’arrière-pays (pourtant en principe protégé par une réglementation internationale…). Ce type d’interférence négative est également mis en évidence sur le littoral d’El Jadida, sur les plages urbaines proches de l’embouchure de l’Oued Oum Rbia. Il apparaît ainsi évident que l’aménagement côtier doit toujours être replacé dans l’espace plus vaste qui conditionne le fonctionnement naturel des plages, en l’occurrence celui des bassin-versants fluviaux proches. Les directives actuelles de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC), mises en application en France par l’Agence de l’Eau, vont heureusement dans ce sens.

7L’étude des littoraux, et la possibilité de développer des protections contre leur érosion, passent aussi nécessairement par la mise au point de techniques de mesures modernes. Ces dernières font l’objet de deux articles, portant sur le calcul du budget sédimentaire de la plage urbaine d’El Jadida (Maroc) et sur la mesure de l’extension des herbiers à Posidonies dans la rade d’Hyères (France). Ils illustrent bien les orientations des recherches actuelles en géomorphologie côtière, qui sont amenées à l’utilisation croissante d’outils de mesure de haute technologie et de calculs mathématiques. C’est une des conditions pour établir une relation fructueuse avec les ingénieurs et techniciens des services maritimes et, certainement, une voie nouvelle et intéressante de la géographie physique appliquée.

Top of page

References

Electronic reference

Jacques Daligaux, « Regards croisés », Méditerranée [Online], 115 | 2010, Online since 05 July 2011, connection on 23 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4596

Top of page

About the author

Jacques Daligaux

Maître de conférences en géographie à l'Université de Provence, chercheur à l'UMR Telemme / MMSHdaligaux@mmsh.univ-aix.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page