Skip to navigation – Site map

Culture scientifique et tourisme :  exemple du réseau des « musées du Verdon »1.

Scientific culture and tourism: example of the Verdon museum network
Christel Venzal-Barde
p. 87-92

Abstracts

A department-wide strategy in Alpes-de-Haute-Provence has sought to structure local tourism in two main directions. Cultural tourism centered on the museum of prehistory of the Verdon Gorges in Quinson has introduced an additional element to this area as a playground for those who enjoy nature and extreme sports.  The impact of this dual strategy as a way to achieve a durable tourist development is discussed.

Top of page

Index terms

Top of page

Full text

  • 1  Ce travail de recherche a fait l’objet d’une communication dans le cadre du colloque « La culture, (...)

1La culture est présentée dans les projets de développement local comme un vecteur de développement territorial. Elle permet d’identifier une identité locale et d’afficher une typicité de la destination touristique, dans une offre de loisirs fortement concurrentielle. Les ressources culturelles sont sollicitées, évaluées et gérées dans le but d’améliorer l’image, le positionnement et l’identité d’un site touristique. Les collectivités territoriales privilégient de plus en plus la mise en valeur du patrimoine local à des fins économiques et touristiques. Trois formes essentielles du patrimoine culturel sont répertoriées : le patrimoine bâti (monuments, quartiers, villes et villages), le patrimoine enfoui (grottes, peintures rupestres), le patrimoine transmis (musées, savoir-faire, archives, inventaires, coutumes). Les programmes de réhabilitation du patrimoine bâti se multiplient et concernent prioritairement les édifices collectifs (églises, chapelles, lavoirs…). Les ressources culturelles apparaissent comme une solution permettant à long terme de réguler le développement des pratiques touristiques. La mobilisation des ressources culturelles d’une destination touristique nécessite l’implication des acteurs locaux, notamment dans la définition de l’identité locale.

2Dans la mise en valeur des ressources culturelles, les acteurs examinent l’adéquation à envisager entre les spécificités naturelles et culturelles des lieux. Cependant la clientèle des espaces naturels ne se confond pas totalement avec celle du circuit culturel classique. Les sensations recherchées et les modalités de visites divergent. La recherche de liberté, de grands espaces, détermine les adeptes de la nature mais ce public cherche également à comprendre le territoire et ses habitants. Comment les principes du tourisme culturel s’adaptent-ils aux sites naturels ?

3La Réserve naturelle géologique de Haute-Provence (RNGHP) a implanté trois espaces muséographiques sur son territoire (Castellane, Digne-les-Bains et Sisteron) mais leur réussite touristique demeure incertaine (fig. 1). La plupart des sites culturels enregistrent des résultats d’exploitation déficitaires et sont fortement subventionnés au niveau de leurs investissements et souvent aussi de leur fonctionnement. À partir du projet et des résultats du Musée de la Préhistoire des gorges du Verdon (MPGV), sur la commune de Quinson, quel est le rôle de ce musée et de sa mise en réseau sur le développement du tourisme culturel et scientifique du territoire ?

Fig. 1 - Localisation des Musées enquêtés (territoire des Alpes-de-Haute-Provence)

Fig. 1 - Localisation des Musées enquêtés (territoire des Alpes-de-Haute-Provence)

Sources : Géofla, RNGHP, PNRV.

1. Adaptation des principes du tourisme culturel aux sites naturels

4Le tourisme culturel se définit comme « un déplacement (d’au moins une nuitée) dont la motivation principale est d’élargir ses horizons, de rechercher des connaissances et des émotions au travers de la découverte d’un patrimoine et de son territoire » (Origet du Cluzeau, 1998). Les sites culturels permettent de comprendre un territoire à travers l’analyse et l’étude de ses spécificités culturelles et naturelles. À partir d’un tourisme plutôt socialement élitiste et concentré sur les sites dédiés à la culture, le tourisme culturel évolue et se diversifie. Les adeptes du tourisme culturel complètent leurs circuits de visite par la découverte du territoire dans son ensemble et, notamment, des sites naturels qui le composent. Le tourisme culturel n’est plus uniquement réservé à la découverte des villes mais se développe de plus en plus dans les campagnes. La clientèle de tourisme culturel se diversifie et se démocratise. Pour C. Origet du Cluzeau, ce rapprochement culture/nature donne lieu à un concept nouveau de « tourisme écoculturel ». Le développement du tourisme culturel sur des sites naturels s’oriente vers une approche écotouristique. L’écotourisme ne s’associe pas uniquement à un tourisme de nature mais correspond à une découverte ludique et éducative d’un territoire en association avec son environnement naturel et culturel. À l’inverse du tourisme solidaire et du tourisme durable qui désignent des démarches et des engagements, l’écotourisme désigne une gamme d’offres. Selon l’Organisation mondiale du tourisme, l’écotourisme rassemble toutes les formes de tourisme axées sur la nature et dans lesquelles la principale motivation du touriste est d’observer et d’apprécier la nature, ainsi que les cultures traditionnelles. L’écotourisme comporte une part d’éducation et d’interprétation et est généralement organisé, mais pas uniquement, pour des groupes restreints, par de petites entreprises locales spécialisées. Il correspond à une offre de tourisme réceptif favorisant le développement local. Il a des retombées négatives limitées sur l’environnement naturel et socioculturel et favorise la protection de ces espaces.

5La mise en œuvre d’événementiels s’associe au développement de cette offre écotouristique orientée sur les sites naturels. De nombreuses villes, mais également des stations touristiques et des communes rurales, associent de plus en plus leur destination à l’organisation de festivals, fêtes et autres événementiels culturels. L’impact de ces événements est variable mais susceptible de générer des flux touristiques complémentaires d’une offre principalement orientée vers la nature. Les stratégies développées par les organisations locales du tourisme sont de plus en plus conditionnées par ces événements, qui deviennent ainsi des produits touristiques annexes et complémentaires de la destination. La relation qui unit l’événement et la destination contribue, par exemple, au développement de structures associées plus ou moins directement aux thématiques des événementiels. L’événement est ainsi fortement représenté dans les pratiques de tourisme culturel en attirant une clientèle d’occasionnels, ou de passionnés par les thèmes développés notamment dans le domaine du patrimoine (comme les Journées du patrimoine). Afin de débuter la promotion du projet MPGV au niveau départemental et régional, ses responsables ont ambitionné la création d’un événementiel sur les thèmes de la préhistoire. Cet événementiel, crée en 1992, repose sur le choix d’un thème permettant d’aborder les potentialités thématiques liées à l’archéologie et, plus globalement, à replacer l’Homme préhistorique dans son environnement. Les thèmes proposés sont les suivants : l’évolution technologique de l’Homme de la pierre taillée au laser, la vie au Néolithique, l’évolution de l’habitat, la cuisine préhistorique, le feu, la chasse, l’eau… L’objectif des Journées de la Préhistoire est la communication entre les habitants des deux départements partenaires du projet (Alpes-de-Haute-Provence et Var), les musées, les centres de recherche et les universités de la région mais également auprès des touristes des basses gorges du Verdon. Cette promotion s’étend à l’ensemble de la destination Verdon et bénéficie d’une diffusion dans la presse locale régionale (reportage diffusé lors de journaux télévisés et émissions régionales).

6Une offre de tourisme culturel constitue un complément de l’offre touristique d’une destination nature. Les projets mis en œuvre par les acteurs locaux dynamisent la recherche d’une identité du territoire et stimulent la mise en réseau des connaissances et des compétences. Au centre de ces réseaux de tourisme culturel et scientifique, le musée a un rôle central en tant qu’outil de médiation touristique de la culture scientifique du territoire. L’offre muséale se spécialise pour répondre aux attentes des touristes et des acteurs du territoire.

2. Le Musée de la Préhistoire des gorges du Verdon : outil de médiation scientifique et touristique du territoire

7À l’inverse des autres pratiques culturelles, les musées connaissent un succès croissant. L’offre muséale se diversifie, les expositions temporaires se multiplient. La création d’un musée s’accompagne souvent du souhait des acteurs locaux de valoriser leur ville, leur région, et de présenter leur identité locale. Sur leur site internet ou dans leurs brochures, 29% des destinations (régions, départements, villes) mettent en avant une offre de musées. Ils deviennent des faire-valoir de la politique culturelle et scientifique locale. Les porteurs de projets se diversifient et les intervenants (architectes, muséographes, médiateurs, concepteurs, collectivités…) se multiplient. Ces musées présentent généralement les résultats de recherches entreprises localement. Le site et les objets découverts participent à la reconnaissance d’un patrimoine local très diversifié. Les objets et fossiles découverts lors des fouilles ne sont plus systématiquement expédiés vers les laboratoires de recherche ou les musées des grandes villes. Les campagnes de fouilles s’organisent sur place et le mode de restitution des résultats de recherche est envisagé au commencement du projet.

8D’autre part, la perception et l’usage des musées par le public ont évolué. Le musée est perçu comme « un lieu plus convivial et ouvert » (Teboul et al., 1999). Les musées deviennent par les services proposés aux visiteurs en plus des expositions (boutiques, restaurants, cafétérias, circuits à thème…) des espaces de loisirs. La fonction première d’un musée est de conserver un patrimoine, d’être une mémoire active pour les générations futures. Les premiers espaces dénombrés de présentation « muséale » sont les cabinets de curiosité. Ils dévoilent des collections d’objets classés principalement en fonction de leur intérêt esthétique ou leurs origines géographiques. Le cabinet de curiosité est « un lieu de sociabilité ». L’exotisme et la profusion des objets présentés émerveillent les visiteurs. Cet engouement entraîne cependant une confusion des genres et une multiplication des expositions qui n’ont de musée que le nom. Une démarche muséale requiert des compétences très diverses et une rigueur scientifique souvent absente de tous ces projets locaux. Tout devient musée et les touristes non avertis se perdent dans les nombreuses offres. L’institution Musées de France tente d’éclaircir cette offre en labellisant des musées selon des critères précis. Pour Georges-Henri Rivière « le musée est le miroir où la population se regarde pour s’y reconnaître, où elle cherche l’explication du terroir auquel elle est rattachée ; jointe à celle des populations qui l’ont précédée dans la continuité ou la discontinuité des générations. Un miroir que cette population tend à ses hôtes pour s’en faire mieux comprendre dans le respect de son travail, de ses comportements, de son intimité ». Dans cette optique, les écomusées se multiplient dans le monde rural en souhaitant présenter aux touristes de passage dans une région l’identité du pays et de ses habitants. Ces expositions contiennent de nombreux outils du passé, des vêtements, des meubles, dans un désordre souvent révélateur d’un manque de gestion des collections. Ces projets ne correspondent pas toujours à la définition d’un écomusée. L’écomusée se définit ainsi comme « un musée chargé de préserver les traces de ce qu’une communauté considère comme étant le témoignage de sa culture, dans la diversité de ses formes d’expression, et de le révéler » (Rasse, 2000, p.110). Tous les musées locaux ne peuvent donc être qualifiés d’écomusées, dénomination qui nécessite l’implication, la mobilisation et surtout l’adhésion de la population locale.

9Le Musée de la Préhistoire des gorges du Verdon (MPGV), à Quinson, présenté comme le pôle de recherche en préhistoire de l’université de Provence, se positionne comme le centre scientifique et culturel de ce territoire. Son succès touristique met-il en évidence l’intérêt de développer une offre scientifique sur ce type de territoire ? Le taux de fréquentation du MPGV, est-il un vecteur de développement durable du territoire du Verdon ? Globalement, la fréquentation du MPGV, avec une moyenne de 91 367 visiteurs par an sur les quatre années d’ouverture, dépasse de 50% les chiffres programmés dans les études précédant l’ouverture du musée (60 000 visiteurs/an). Les deux premières années de fonctionnement ont enregistré un niveau record en dépassant les 100 000 visiteurs et l’année 2003 a été marquée par une baisse de 33,2% (71 782 visiteurs contre 106 546) expliquée principalement par une diminution des visiteurs originaires de la région PACA et par une graduation de l’effet de nouveauté. Le nombre des entrées a augmenté de 4,2% en 2004 avec un total de 74 191 visiteurs. La fréquentation du MPGV se différencie quelque peu de la courbe de fréquentation de la destination Verdon qui a enregistré une baisse entre 2002 et 2003 se confirmant en 2004. La fréquentation annuelle de la destination Verdon représentait 26% en 2003 contre 22% en 2004 des nuitées totales des Alpes-de-Haute-Provence.

10Les habitants de la Région PACA sont les premiers clients du MPGV. En donnée brute, la Région PACA représentait 55,5% des visiteurs en 2001, 47,4% en 2002 pour atteindre 52% en 2003  et retomber à 42,5% en 2004. La part de la Région démontre la potentialité touristique des visiteurs régionaux. Les Franciliens sont répertoriés comme les premiers clients d’une destination du fait de la population totale de leur région. C’est pourquoi nous estimons nécessaire de pondérer le nombre de visiteurs par le nombre d’habitants de chaque région par un ratio de 1/10 000. Nous obtenons ainsi la potentialité touristique des régions d’origine des visiteurs du MPGV. Les Régions Rhône-Alpes et PACA totalisent le plus grand nombre de visiteurs depuis l’ouverture du musée. La proximité géographique explique partiellement ces données. Si nous analysons l’ensemble de la fréquentation nationale, nous constatons que les régions situées à l’ouest (Bretagne, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes, Limousin, Aquitaine et Midi-Pyrénées) représentent un nombre très faible de visiteurs. L’éloignement géographique diminue la potentialité touristique de certaines de ces régions. L’offre concurrentielle des régions du sud-ouest de la France renforce ce faible niveau de fréquentation. La Région Languedoc-Roussillon confirme son niveau de fréquentation globalement peu élevé sur les quatre années de fonctionnement. En revanche, les Régions Auvergne et Franche-Comté enregistrent une baisse de leur potentialité touristique proche de celle des régions plus éloignées géographiquement. Les Régions Centre et Basse-Normandie, malgré un éloignement géographique marqué, représentaient un potentiel supérieur en 2001 et 2002, légèrement plus faible en 2003 et 2004. Les régions du nord-est étaient correctement représentées en 2001 et surtout en 2002. En 2003, les Régions Nord, Picardie, Champagne-Ardennes, Lorraine et Franche-Comté ne sont plus que très faiblement présentes. Jusqu’en 2004, les visiteurs originaires de la Région Alsace étaient aussi bien représentés que ceux de l’Ile-de-France. Les touristes originaires du nord de la France recherchent principalement des destinations ensoleillées, mais avec des niveaux de revenus plus faibles que les habitants de l’Ile-de-France.

11Trois logiques spatiales apparaissent (fig. 2) : une opposition entre les zones urbaines (excédentaires) et les zones rurales (déficitaires) sur une ligne allant de Cherbourg à Montpellier ; un déficit de visiteurs sur un axe nord-ouest à sud-ouest ; enfin, une opposition entre la clientèle bretonne, la plus éloignée et celle de la Région PACA, la plus proche géographiquement. Ces données pourraient permettre d’ajuster les campagnes de promotion en les concentrant sur les régions représentant une potentialité touristique remarquable et pas uniquement en direction des habitants des Régions Ile-de-France ou  PACA. Le MPGV enregistre par ailleurs une fréquentation étrangère de 20%. L’ouverture et les niveaux de fréquentation de ce musée ont permis de dynamiser le village de Quinson et ses alentours. L’installation de plusieurs salariés et de leurs familles a légitimé le maintien de certains services publics sur le village comme l’école et la poste. Afin de s’impliquer davantage dans le développement touristique du territoire du PNR du Verdon, les gestionnaires du MPGV ont souhaité être associés au réseau des musées du parc. Quel est son mode de fonctionnement et ses orientations stratégiques ? Quel est son impact sur les résultats du MPGV ?

fig. 2 - Répartition des visiteurs du Musée de la préhistoire des gorges du verdon, originaires de France (données relatives à l’importance démographique des Régions) en 2003 et 2004.

fig. 2 - Répartition des visiteurs du Musée de la préhistoire des gorges du verdon, originaires de France (données relatives à l’importance démographique des Régions) en 2003 et 2004.

Sources : Géofla, RNGHP, PNRV.

3. Mise en réseau des musées du Parc naturel régional du Verdon : pour une offre touristique innovante

12Au-delà des définitions techniques, un réseau associe un ensemble de structures dans la réalisation d’un projet commun, impossible ou plus difficile à mettre en œuvre séparément. Dans le cadre du territoire du PNR du Verdon, le schéma touristique durable préconise une mise en réseau des moyens et des structures pour parvenir à une diversification de l’offre touristique. Les avantages d’une structure en réseau sont multiples : partage d’expériences, valorisation du travail de chaque structure et du groupe de structures, création d’une dynamique de groupe, implication de chaque protagoniste dans la réussite du projet, réduction des coûts (rapport investissement sur bénéfices), gain en compétitivité, mutualisation des modes de communication (publicité, renvoi de clientèle…), renforcement de la crédibilité du projet, mise en commun des compétences pour réaliser le projet, obtention de subventions. Comment la mise en réseau de structures culturelles et scientifiques peut-elle représenter un facteur d’innovation permettant une production touristique durable du territoire ?

13Dans le cadre des musées, le travail en réseau renforce la liaison territoire-musées et permet de proposer un produit touristique complet. La structuration en réseau facilite la mutualisation des compétences, des connaissances et initie un référencement commun. Les musées perçoivent leur appartenance à un groupe, une identité commune et leur identité propre au sein du groupe. Ils améliorent ainsi leur communication. Se structurer en réseau ne se résume pas à un échange d’informations. La mise en œuvre d’un projet collectif décomposé en objectifs constitue le socle du réseau. La forme, le contenu et le mode de fonctionnement du réseau doivent être pensés par les membres du réseau et dans le sens du projet collectif. Les objectifs se déclinent selon les orientations énoncées par le réseau. Dans le cas du réseau des musées du PNR du Verdon, le premier objectif concerne l’apprentissage du travail en commun. Les difficultés de communication entre ces structures (petits musées gérés en majorité par des associations de bénévoles) liées au manque de moyens financiers et logistiques, mais également à l’éloignement géographique, ne permettaient pas à chaque structure de connaître l’ensemble de l’offre culturelle et scientifique proposées sur ce territoire. Des échanges ont donc été organisés pour faciliter la médiation interne du travail de chaque participant. Ils ont incité les musées à se réunir pour développer l’offre culturelle et scientifique du territoire du PNR du Verdon peu identifiée face aux loisirs sportifs de nature. Le deuxième objectif de ce réseau s’est concentré sur une « carte pass » permettant d’offrir aux visiteurs de ces musées des tarifs réduits sur les prix d’entrée dès le deuxième musée du réseau visité. Les résultats de cette carte pass sont globalement faibles (fig. 3), de 600 à 900 personnes bénéficient chaque année de ces réductions. Mais au-delà de ces chiffres, la collaboration instaurée depuis quatre années permet à chacun de progresser dans la qualité des expositions proposées au public. L’implication du MPGV dans ce réseau contribue fortement à cette professionnalisation. Cette carte représente un outil marketing non encore complètement exploité par ces musées. Le document accompagnant cette carte de réduction présente l’ensemble de l’offre culturelle et scientifique du territoire du PNR du Verdon. Ces musées sont sélectionnés et répondent aux critères d’exigence d’une offre culturelle de qualité. Les Musées de France estiment que le Musée du moyen Verdon à Castellane, géré par des bénévoles, remplit les conditions d’adhésion à son label. Les partenaires de ce musée sont convaincus que leur participation au réseau des musées du PNR du Verdon participe à cette reconnaissance.

fig. 3 - Résultat de la «carte pass» regroupant les musées du PNR du Verdon de 2002 à 2004

fig. 3 - Résultat de la «carte pass» regroupant les musées du PNR du Verdon de 2002 à 2004

Sources : Géofla, RNGHP, PNRV.

14En conclusion, nous pouvons avancer que la mise en réseau de l’offre culturelle et scientifique participe au développement touristique durable du territoire. L’affichage commun instaure une offre écotouristique respectant les habitants et l’environnement naturel d’un territoire identifié pour les besoins du projet collectif. La mise en réseau des musées d’un territoire facilite la lisibilité de cette offre et assure une promotion plus large. Le travail en réseau permet à des projets modestes de se professionnaliser et renforce ainsi leur compétitivité.

Top of page

Bibliography

Davalon J., Grandmont G., Schiele B., (1992), L’environnement entre au musée, Paris, PUL, p.71–121.

Dupuy G., (1985), Systèmes, réseaux et territoires. Principes de réseautique territoriale, Paris, Presses de l’Ecole de France, 332 p.

Fulconis F., (2000), La compétivité dans les structures en réseau. Méthode d’analyse et perspective « managériales », Thèse de gestion, IAE de Nice, Université de Nice-Sophia-Antipolis, 656 p.

Lanquar R., Hollie R., (2001), Le Marketing Touristique, PUF, coll. Que sais-je ? n°1911, 127 p.

Lendrevie J., Lindon D., (1993), Théorie et Pratique du Marketing. Mercator, Paris, Dalloz, 514 p.

Origet du Cluzeau C., (1998), Le Tourisme culturel, PUF, coll. Que sais-je ? n°3389, p.99-123.

Rasse P., (2000), Les Musées à la lumière de l’Espace Public. Histoire, Évolution, Enjeux, Paris, L’Harmattan, 238 p.

Riviere G-H. (1989), Musées et société à travers le temps et l’espace, in La Muséologie selon Georges Henri Rivière, Paris, Dunod, 444 p.

Sauty F., (2001), Ecomusées et musées de société au service du développement local, utopie ou réalité, Clermont-Ferrand, Source, 110 p.

Tebou R. et Champarnaud L., (1999), Le Public des Musées. Analyse socio-économique de la demande muséale, Paris, L’Harmattan, 134 p.

Top of page

Notes

1  Ce travail de recherche a fait l’objet d’une communication dans le cadre du colloque « La culture, vecteur du développement des territoires touristiques et sportifs », organisé par l’Université Joseph Fourier, Groupe CIT – CERMOSEM du laboratoire Territoires UMR PACTE, Laboratoire SENS ( Sport et environnement social), Le Pradel, 13 et 14 octobre 2005.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Localisation des Musées enquêtés (territoire des Alpes-de-Haute-Provence)
Caption Sources : Géofla, RNGHP, PNRV.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/468/img-1.jpg
File image/jpeg, 48k
Title fig. 2 - Répartition des visiteurs du Musée de la préhistoire des gorges du verdon, originaires de France (données relatives à l’importance démographique des Régions) en 2003 et 2004.
Caption Sources : Géofla, RNGHP, PNRV.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/468/img-2.jpg
File image/jpeg, 44k
Title fig. 3 - Résultat de la «carte pass» regroupant les musées du PNR du Verdon de 2002 à 2004
Caption Sources : Géofla, RNGHP, PNRV.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/468/img-3.jpg
File image/jpeg, 81k
Top of page

References

Electronic reference

Christel Venzal-Barde, « Culture scientifique et tourisme :  exemple du réseau des « musées du Verdon ». », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 01 December 2008, connection on 17 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/468 ; DOI : 10.4000/mediterranee.468

Top of page

About the author

Christel Venzal-Barde

Docteur-Chercheur associé, Laboratoire Territoires UMR PACTE, Université Joseph Fourier, Grenoble, christel.barde@laposte.net

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page