Skip to navigation – Site map
Note

Aménagement rural et gestion des ressources en eau dans la plaine du Fucino (massif des Abruzzes, Italie)

Rural planning and water resource management on the Fucino plain (Abruzzi massif, Italy)
Nuove tendenze nell’agricoltura e gestione delle risorse idriche nella piana del Fucino
Ezio Burri and Marco Petitta
p. 101-107

Abstract

Nel 1875, con il drenaggio totale delle acque del lago Fucino e l’inizio delle attività di bonifica idraulica, l’ampia superficie derivata dall’originario alveo lacustre viene destinata, come da progetto, ad una intensiva attività agricola. La riforma, attuata nel 1951 dopo l’esproprio dell’intero possedimento Torlonia, comporterà la ricomposizione fondiaria delle originarie 29.000 particelle esistenti, su una superficie di 11.050 ha. Vennero così create  più 9.000 particelle ed assegnate, nella maggior parte dei casi, ad ex-affittuari che già coltivano quelle terre. Se gli effetti positivi della riforma non hanno tardato a manifestarsi, con un notevole aumento del reddito netto, ad esempio, bisogna comunque rilevare che, secondo le più recenti tendenze, l’interesse dei coltivatori si è sempre più spostato, verso colture orticole più redditizie quali la carota, le insalate, il radicchio, il finocchio, il sedano ed altre. A questa soluzione concorrono circostanze favorevoli quali la resa unitaria molto elevata, l’abbondanza di mano d’opera a basso costo e di provenienza extra-comunitaria, la meccanizzazione delle pratiche colturali, l’aumentata capacità imprenditoriale degli agricoltori e la possibilità di ripetere due/tre cicli colturali sullo stesso terreno. Questa tendenza ha comportato due grossi problemi di natura ambientale con l’impiego massivo di pesticidi e fertilizzanti e una richiesta idrica che supera di gran lunga la disponibilità naturale. Le ultime indagini, rapportando il ciclo colturale degli ortaggi con l’utilizzo di alcuni pozzi hanno infatti evidenziato il preoccupante impatto dei prelievi irrigui sulle falde regionali, in termini di abbassamenti piezometrici.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie, Abruzzes
Top of page

Editor's notes

Traduction et mise au point par M. Chardon et J. Nicod.

Author's notes

Recherche effectuée dans le cadre  du programme Acqua ed Agricoltura nel Fucino, financé par l’ARSSA d’Avezzano (Resp. Ing. Franco Ciofani) et coordonnée par le Dipartimento di Scienze Ambientali, Università dell’Aquila (Resp. Dott. Ezio Burri).

Full text

1Le Fucino a suscité une abondante littérature scientifique, et ses problèmes géomorphologiques, archéologiques et historiques sont exposés dans de nombreux ouvrages (références in Burri, Leveau et Nicod, 1995 ; Burri, 1990). Le lac Fucino, à niveau variable, était situé dans une dépression tectonique, au milieu des massifs calcaro-dolomitiques de l’Apennin des Abruzzes  c’est un bassin fermé, sorte de poljé à écoulement naturel karstique. L’empereur Claude entreprit un premier drainage, grâce au percement d’un souterrain de 5640 m, un des plus grands ouvrages d’art de l’Antiquité, et la colonisation du terrain fut poursuivie sous Trajan et Hadrien. Mais faute d’entretien, le lac se reconstitua au ve/ vie siècles. Un nouveau souterrain fut percé de 1854 à 1862 par la Cie Torlonia (fondée par un banquier romain) et un réseau de canaux fut réalisé – suivant un dessin géométrique reproduit dans de nombreux manuels... Les phases de colonisation agraire et de bonification du Fucino sont en rapport avec l’évolution politique et sociale de l’Italie centrale.

1. Morcellement foncier et mise en valeur agricole

2Dans son journal relatant son voyage dans les Abruzzes au début du xxe siècle, Annie Mac Donnel note au sujet du Fucino : « Naturellement 35 années n’ont pas été suffisantes pour transformer un lac asséché en quelque chose d’attrayant : mais encore cent ans de plus ne suffiraient pas pour rendre beau ce qui a été réalisé, c’est-à-dire un parcellaire d’une précision géométrique sur une surface de 65 miles carrés... » (Mac Donnel, 1908). Cette représentation emblématique du Fucino a toujours frappé l’imaginaire collectif. Au lendemain de la bonification, l’attente la plus fréquente était celle de la naissance d’un nouvel âge d’or pour la Marsica et ses habitants ; mais rapidement la réalité apparut complètement différente : beaucoup de projets furent délaissés et une large partie de la population continua à vivre dans la pauvreté, parce qu’elle avait simplement des besoins qui n’étaient pas conciliables avec les intérêts des Torlonia. À la fin du xixe siècle, le paysage agraire de cette plaine était encore bien attristant avec une situation économique et sociale comparable à celle qui existait avant la disparition du lac. Lors des premières décennies du xxe siècle, la situation ne semblait pas s’être améliorée.

3Au début des années 1930, la cuvette du Fucino avait une surface agricole égale à 34 119 ha, dont près de la moitié en faire-valoir direct (tabl. 1).

Tabl. 1 - types d’occupation du sol agricole

Faire-valoir direct 

16 013 ha

Locations de terre

4 445 ha

Fermages 

1 166 ha

Formes mixtes d’exploitation

12 486 ha

4Sur les  8 507 exploitations, celles inférieures à 3 ha représentent 77,5% de l’ensemble qui pour seulement 27,1% de la surface. Le nombre des petites exploitations (3-5 ha) et des moyennes (5-10 ha) était encore important et par conséquent le pourcentage des plus grandes n’atteignait pas 2<%. Mais les micro-exploitations, bien que d’un poids notable (en nombre), exploitaient une superficie moindre que celle des très grandes exploitations (latifundia). Au cours des années, ce phénomène s’est accentué. En effet, sur tout le territoire du Fucino, les micro-exploitations (94,9% en nombre) ne couvraient que 17,5% du territoire, tandis que les grandes (environ 0,15%) en exploitaient 68%. Les grèves et les  nombreuses revendications de la part des paysans aboutirent aux décisions du 28 février 1951. Cette année-là, l’Ente per la Colonizzazione della Maremna-Tosco-Laziale e del territorio del Fucino fut officiellement constituée ; elle est devenue par la suite l’Ente Fucino (Costantino, 1992).

5L’Ente Fucino dût, dès les premières années de mise en œuvre de la réforme agraire, pousser les paysans à modifier certaines de leurs habitudes, pour qu’ils s’adaptent aux conditions nouvelles de « l’après-Torlonia ». C’était une tâche difficile, puisque si les titulaires de contrats réguliers étaient au nombre de 9 918, il y avait au moins 15 800 locataires de terrains. En fait, chaque contrat  concernait plusieurs éléments fonciers, et les quotes-parts des uns et des autres, dont 73% ne dépassaient pas le demi-hectare, formaient plus de parcelles que les quelques 29 000 originelles. En conséquence, elles furent remises en ordre et réparties en un peu plus de 10 000 unités. Grâce à ce remembrement, on augmenta la superficie agricole d’environ 200 ha. La taille moyenne des exploitations passa d’un hectare à 1,5 ha environ, et la moitié des nouvelles exploitations devinrent auto-suffisantes. De cette manière on diminuait aussi la dispersion des parcelles : en effet 10% des attributaires se trouvaient finalement posséder une exploitation d’un seul tenant dans la même commune de résidence.

6La réforme a bouleversé les modes de culture, en mettant en valeur non seulement la rotation des trois produits fondamentaux, blé, pomme de terre et betterave, mais aussi en stimulant le développement de variétés plus productives. En 10 ans, de 1948 à 1958, les rendements ont été nettement améliorés : la production de blé est passée de 26 à 36 qx/ha, celle de betteraves de 260 à 388 qx/ha, et celle de pommes de terre de 140 à 230 qx/ha.

7Si lors des recensements de l’agriculture de 1961 et de 1970, en dépit de la réforme agraire, une prédominance des micro-exploitations était réapparue, on doit relever qu’en 1982, au moins au niveau communal, la situation s’est améliorée. Le recensement relatif à cette décennie montre que dans quelques communes comme Aielli, les grandes exploitations ont disparu et la surface des petites s’est accrue de façon remarquable. En revanche, dans d’autres, comme Avezzano, les micro-exploitations et les petites  ont diminué tandis que la superficie des grandes exploitations s’est accrue. Au total, la tendance suivante se confirme : les  exploitations agricoles du Fucino se caractérise par l’existence de nombreuses propriétés de taille modeste, de faible rapport, mais qui continuent de représenter un poids social énorme, du fait qu’elles sont beaucoup plus nombreuses que les grandes exploitations. Pour la majeure partie, l’agriculture n’est qu’un revenu secondaire et par conséquent une activité marginale qui ne réussit pas à exploiter, d’une manière satisfaisante, les ressources du territoire. Pour surmonter ce handicap, il serait nécessaire de regrouper les terres et de les donner en gestion à un seul exploitant ou à des coopératives ; mais, la mentalité « coopérativiste » est peu répandue dans cette région, et il n’existe pas de structure capitaliste assez puissante pour reprendre et rassembler les terres du Fucino.

2. La composante géomorphologique et la problématique actuelle

2.1. Le cadre géologique et hydrogéologique  (fig. 1)

8Le bassin du Fucino s’étend sur environ 900 km2, dans les reliefs de roches carbonatées de l’Apennin du Latium et des Abruzzes ; il est constitué principalement, du point de vue morphologique, par une vaste plaine alluviale, de plus de 200 km2. Cette dépression, dont la genèse est liée à d’intenses mouvements tectoniques (syn- et post-orogéniques), est délimitée par des failles. Ce bassin tectonique a subi un remblaiement rapide par des sédiments alluviaux, détritiques et lacustres, dont l’épaisseur est de l’ordre de plusieurs centaines de mètres, et peut dépasser 1000 m dans quelques secteurs (Giraudi, 1994). Le dispositif géologique consiste en une série de reliefs calcaires mésozoïques et cénozoïques, fracturés et parfois intensément karstifiés, qui entourent une plaine alluviale et lacustre. Les failles principales qui séparent la plaine des massifs carbonatés sont principalement de type normal, avec des plans de faille subverticaux et un rejet variable de quelques dizaines à une centaine de mètres ; les séries sédimentaires carbonatées sont abaissées sous la plaine par une série de blocs faillés, en gradins, structure mise en évidence par les prospections géophysiques. Aux marges de la plaine, le contact entre les couches carbonatées et ces alluvions récentes est complexe par l’entrecroisement des apports détritiques de versant et des dépôts fluvio-lacustres. Le dispositif hydrogéologique est tout aussi complexe ; les aquifères carbonatés régionaux sont drainés à leur base par des sources de débit important, mais qui fonctionnent également en relation avec les nappes alluviales et le système hydrographique superficiel (Boni et alii, 1986 ; Celico, 1983 ; De Pratti, 1995). Par conséquent, le débit des canaux artificiels est constitué non seulement des eaux de surface, mais surtout des apports abondants des émergences situées principalement en bordure de la plaine, avec des débits assez réguliers même en période de sécheresse. Les sources principales, alimentées par les dorsales carbonatées environnantes, sont localisées principalement sur la bordure sud-est du Fucino (groupes Trasacco, Ortucchio, Venere, de débit moyen de 1,5 m3/s environ, d’après les publications) et dans le secteur nord (Paludi di Celano, zone Tre Monti, chacune avec des débits variables de 0,1 - 0,5 m3/s). Une partie des eaux souterraines de la plaine est drainée directement vers le lit des divers canaux artificiels (sources dites « linéaires »), avec des débits estimés autrefois de l’ordre de 1 m3/s. La plaine constitue donc par elle-même une unité hydrogéologique caractérisée par l’alternance de dépôts détritiques et alluviaux (graviers, sables, limons et argiles), dont la perméabilité est extrêmement variable en fonction de la granulométrie.

Fig. 1 - L’exploitation des eaux souterraines dans la plaine du Fucino.

Fig. 1 - L’exploitation des eaux souterraines dans la plaine du Fucino.

1 - plaine du Fucino (dépôts alluviaux et lacustres actuels) ; 2 - dépôts détritiques actuels ; 3 -  dépôts alluvio-détritiques anciens (Pleistocène) ; 4 -formations silico-clastiques (aquiclude) ; 5 - aquifères des roches carbonatées ; 6 - stations climatiques ; 7 - principales sources ; 8 - sources linéaires (apports directs dans le lit des cours d’eau) ; 9 -  champs de puits pour l’irrigation ; 10 - id., pour l’eau potable ; 11 - direction de l’eau souterraine.

9Le régime hydrologique de la plaine du Fucino est déterminé par les cours d’eau provenant des secteurs montagneux et par la contribution des eaux souterraines provenant des aquifères des roches carbonatées. Evidemment, le régime des cours d’eau, des sources et des canaux dépend des conditions climatiques, en particulier des précipitations et des températures. Ces conditions déterminent une évapotranspiration égale à 450 mm/an, et un surplus hydrologique moyen sur le bassin, égal aux apports des affluents directs, de seulement 240 mm/an (Petitta & Capelli, 1994). Ce surplus est concentré exclusivement sur le semestre novembre-mars ; d’avril à octobre compris, les précipitations directes ne semblent fournir aucune contribution à l’écoulement hydrologique du bassin. En conséquence, en période estivale, on doit recourir largement à l’irrigation, pour pouvoir satisfaire les besoins en eau de l’agriculture. Les eaux qui affluent effectivement sur le territoire alimentent principalement le réseau hydrographique, et seulement une faible partie pénètre dans le sol, avec la possibilité de rejoindre la nappe phréatique des alluvions, à cause de la faible perméabilité des sédiments situés à la surface de la plaine. On peut donc supposer que la nappe phréatique de la plaine est alimentée principalement par les déversements souterrains provenant des aquifères karstiques environnants.

10À la suite des travaux de bonification, mais surtout de l’exploitation récente des ressources en eau, cette situation hydrogéologique a subi des modifications importantes. Il en est résulté des facteurs élevés de risques, liés à l’appauvrissement et à la pollution de la ressource hydrologique souterraine, tant dans la plaine que dans les aquifères karstiques environnants (Burri et alii, 1997).

2.2. Besoins et consommation d’eau

11Jusqu’en 1950, les besoins en eau, tant pour l’agriculture que pour l’eau potable, étaient limités, et les eaux s’écoulant naturellement dans les canaux suffisaient à couvrir les besoins élémentaires. Devant la nécessité de développer l’agriculture, à partir des années 1950-60, l’Ente Fucino d’alors (maintenant l’ARSSA, Agenzia Regionale per i Servizi di Sviluppo Agricolo, Agence régionale de services pour le développement agricole) a réalisé environ 200 puits, dont une partie est actuellement utilisée directement et individuellement par les propriétaires des terrains, au moyen de pompages dans les périodes où l’irrigation est indispensable. Les puits les plus importants, dont certains artésiens, sont utilisés directement par l’ARSSA, depuis 1989, afin de maintenir actif l’écoulement dans les canaux, pour éviter l’assèchement et ses conséquences environnementales.

12Le prélèvement hydrologique pour les activités agricoles est concentré sur la période de mai à septembre et se fait principalement par le pompage dans les canaux de surface, avec des pompes mobiles couplées aux moteurs des tracteurs (photo 1) ; et aussi bien l’ARSSA que le Consorzio di Bonifica (Société de bonification), organisme ayant compétence dans le cadre de l’irrigation, prélèvent les eaux souterraines dans les champs de puits pour les injecter dans le réseau de canaux utilisés par les particuliers. Mais les ressources en eau sont aussi exploitées par une troisième société, celle des aqueducs, dont l’activité est tournée vers l’utilisation des eaux potables. Ces dernières années, on s’est engagé vers une plus grande complexité du système d’utilisation des eaux : elle résulte du développement des activités du Consorzio Industriale di Avezzano. Celui-ci a demandé d’autres quantités d’eau, fournies par dérivation d’eaux de surface et la réalisation d’un nouveau champ de prélèvement, prochainement mis en service. L’addition des prélèvements des divers organismes de gestion, mais aussi celui incontrôlé et parfois abusif des particuliers, soit par  pompage dans les canaux, soit dans des puits, rendent extrêmement difficile le calcul des volumes d’eau utilisés, et surtout la distinction entre ce qui est naturellement disponible et ce qui est prélevé artificiellement du sous-sol. En conséquence il est difficile d’évaluer la quantité réelle des prélèvements.

Photo 1 – L’irrigation de la plaine du Fucino

Photo 1 – L’irrigation de la plaine du Fucino

Le jaillissement des eaux d’un forage réalisé récemment, utilisant des moteurs de tracteurs actionnant les pompes pour l’irrigation.

Cliché : E. Burri, 2002.

13Les recherches actuellement en cours ont permis une première évaluation des écoulements et des prélèvements (Burri et Petitta, 1998). Les données disponibles indiquent une diminution progressive des apports du total des écoulements, par les émissaires du bassin depuis la fin des années 1960. Le débit total du bassin du Fucino, mesuré sur le collecteur central, durant l’année, est en moyenne de 6 m3/s. Cependant cette valeur est sensiblement réduite pendant ces dix dernières années, passant d’une moyenne annuelle de 7,6 m3/s pendant la période 1968-87 à 3,3 m3/s seulement lors de la décennie 1988-97 (minimum de 1,5 m3/s en 1990). Si on observe les valeurs relatives à la période estivale (juin-septembre), on note une diminution de 4,4 m3/s de la période 1968-87 à 0,9 m3/s pendant la dernière décennie, correspondant à seulement 9 millions de m3  au total pour les quatre mois d’été. De fait, pendant la période estivale, les écoulements dans le Fucino, lors de la dernière décennie, ont été soutenus, à peu près en totalité, par les prélèvements effectués dans le sous-sol, sans lesquels les canaux seraient pratiquement à sec, comme c’est arrivé en 1990. Une telle situation est déterminée, en plus d’une diminution naturelle des apports météoriques observée dans diverses régions d’Italie centrale (Dragoni, 1996), par l’augmentation des besoins et consommation d’eau pour l’irrigation, stimulée par des productions plus forcées et plus dépendantes de l’eau (fig. 2). En effet, les prélèvements dans les puits pour l’eau potable du Consorzio Acquedottistico Marsicano (Société des aqueducs de la Marsica) étaient limités jusqu’au milieu des années 1980 à environ 1 million de m3 par an, dont au moins 0,4 millions de m3  pour le seul trimestre d’été. Actuellement ils sont de l’ordre de 10 millions de m3/an, dont au moins 4 pendant le seul trimestre d’été, avec des pompages futurs déjà prévus. L’ARSSA extrait environ 500 l/s de ses puits, mais seulement durant la saison d’irrigation (en 1998 : 23 juin au 31 août), lorsque les canaux risquent d’être asséchés par les prélèvements importants opérés par les agriculteurs (ARSSA, 1988-98). Depuis 1989, année du début des pompages, le prélèvement s’est accru depuis de moins de 1 million de m3/an jusqu’à 2 millions actuellement. De mai à septembre, en outre, le Consorzio di Bonifica del Fucino dérive environ 200 l/s du Giovenco et effectue des pompages pour environ 250 l/s dans ses puits (soit un total d’environ 0,7 million de m3 en saison). L’activité de cette société est donc en croissance rapide, avec comme objectif de prélever environ 4 à 5 millions de m3 par saison, grâce à l’utilisation de nouveaux puits, en partie en service en 1999. La quantité totale d’eau prélevée dans le sous-sol du Fucino en période estivale dépasse donc actuellement les 6 millions de m3 par saison, en considérant tous les usages. En réalité, la demande d’eau d’irrigation pour les productions agricoles, ajoutée aux prélèvements d’eau potable, a rejoint et même dépassé les ressources hydrologiques disponibles naturellement dans les canaux. Dans ce cadre, l’augmentation continue des prélèvements d’eau, en particulier ceux dans le sous-sol, détermine un problème d’environnement, qui nécessitera des évaluations précises.

Fig. 2 – Graphique de l’évolution des cultures, en %, de 1959 à 1999, mettant en évidence la croissance de l’activité horticole et de la culture de la carotte

Fig. 2 – Graphique de l’évolution des cultures, en %, de 1959 à 1999, mettant en évidence la croissance de l’activité horticole et de la culture de la carotte

2.3. Problèmes d’environnement en cours d’étude

14Quelques problèmes concernant directement la disponibilité des ressources en eau sont de ce fait d’un très grand intérêt pour les organismes gestionnaires. Pendant la saison d’irrigation, les prélèvements dans le sous-sol sont intenses et concentrés sur les bordures de la plaine, au contact avec les aquifères des roches carbonatées ; la recharge de l’aquifère régional est pratiquement nulle et les écoulements dans les canaux sont très réduits, à cause de la sécheresse, des pompages dans les puits et des prélèvements effectués par les agriculteurs. En raison d’une agriculture intensive, une concentration des substances fortement polluantes peut se réaliser dans les sols de la plaine ; celles-ci peuvent être mobilisées par les eaux d’irrigation et rejoindre les canaux jusqu’à l’Incile (le souterrain d’évacuation des eaux du Fucino), et se déverser dans le bassin du Liri. En même temps, ces polluants, peuvent aussi rejoindre la nappe de la plaine et par cette voie les puits situés sur sa bordure, lorsque la surface piézométrique vient à être rabattue en dessous du niveau piézométrique de la plaine. Un épisode de ce type, heureusement isolé, s’est déjà produit dans un puits géré par le Consorzio Acquedottistico Marsicano.

15Sur la bordure méridionale du Fucino, les prélèvements d’eau dans le sous-sol ont déterminé la diminution du débit des sources et parfois leur tarissement. Les données sur les niveaux piézométriques dans les puits indiquent une baisse générale, qui, à partir de 1998, fut enregistrée en continu, de façon à pouvoir effectuer des évaluations précises sur les variations de la piézométrie, naturelles ou induites par le pompage saisonnier (fig. 3). Actuellement les niveaux piézométriques tendent à remonter, probablement grâce à une augmentation des précipitations en comparaison d’un passé récent (Burri et Petitta, 1999).

Fig. 3- Graphique représentant l’évolution du niveau piézométrique du puits équipé d’un appareil d’enregistrement (pas de temps : un jour)

Fig. 3- Graphique représentant l’évolution du niveau piézométrique du puits équipé d’un appareil d’enregistrement (pas de temps : un jour)

Ce puits se trouve dans l’aire de Trasacco, sur la marge méridionale du bassin du Fucino, à proximité des plus importants champs de puits du Fucino : du Consorzio Acquedottistico, du Consorzio de Bonifica, du Nucleo Industriale et de l’ARSSA. Les variations naturelles correspondent à des fluctuations sur un cycle annuel, avec généralement des maxima de mai-juin et des minima de novembre-janvier. À cette périodicité se superpose l’effet du prélèvement pour l’irrigation, révélé par des pics négatifs pendant l’été. La dépression induite du niveau piézométrique détermine des risques importants pour l’environnement : appauvrissement progressif des aquifères, risque de pollution des nappes.

16Outre ces aspects, on ne peut sous-évaluer aussi quelques problèmes de caractère environnemental :

  • L’interaction entre les aquifères des roches carbonatées qui entourent la plaine et ceux des dépôts quaternaires. Une exploitation excessive des eaux souterraines de la plaine pourrait provoquer un appauvrissement général des aquifères, avec par conséquent aussi une diminution de l’alimentation des sources et des cours d’eau dans les régions de montagne, même celles protégées,  tel le Parc régional du Sirente-Velino au nord, et le Parc national des Abruzzes au sud. Un problème similaire, par certains aspects, mais de plus grande ampleur, s’est posé pour les sources d’altitude du massif du Gran Sasso d’Italia, qui ont subi une diminution sensible de leur débit, par suite du drainage souterrain causé par la réalisation du tunnel autoroutier du même nom (Massoli-Novelli et Petitta, 1997).

  • La diminution des écoulements de surface vers le bassin du Liri, à travers l’émissaire Torlonia. Cela pourrait créer des situations de risque, à cause des concentrations plus fortes de polluants dans les eaux rejetées dans le réseau des canaux du Fucino, même si elles ont été épurées.

  • Une utilisation inadéquate, dans le cas de l’emploi, pour la « grande » irrigation, des eaux souterraines de bonne qualité, et aussi de celles qui proviennent des zones d’alimentation protégées.

17Les recherches en cours : mesure des variations de la surface piézométrique dans la plaine (en relation avec les débits relevés saisonnièrement à partir des puits), contrôle de l’état des canaux, ainsi que l’évaluation des débits actuels des sources et des drainages dans le lit des canaux, sont en train de nous fournir des informations quantitatives nouvelles et importantes, pour programmer, là où c’est nécessaire, les mesures indispensables à la protection de la ressource en eau souterraine, à la prévention de la pollution, et pour l’avenir, à la réglementation de l’utilisation des eaux d’irrigation.

18En conclusion, il semble désormais évident, que pour atteindre l’objectif d’une gestion correcte des ressources agricoles et hydrologiques dans la plaine du Fucino, il est indispensable de procéder à une évaluation des modalités de prélèvement et de distribution des ressources hydrologiques : cela doit être accompagné d’une révision des types de cultures et d’une modernisation des techniques d’irrigation.

Top of page

Bibliography

Arpea M., 1959, La Marsica. Problemi attuali e prospettive per il futuro, L’Universo, Firenze, XL, p.975- 984.

ARSSA (Agenzia Regionale per i Servizi di Sviluppo Agricolo), (1948-1994), Dati sull’agricoltura (inediti).

ARSSA (Agenzia Regionale per i Servizi di Sviluppo Agricolo), (1988-1998), Dati idrologici e idrogeologici  (inediti).

Boni C., Bono P. e Capelli G., (1986), Schema Idrogeologico dell’Italia Centrale, Mem. Soc. Geol. It., Roma, 36, p.991-1012.

Burri E., (1990), Storia di un lago. Il Fucino in Abruzzo, Terra, Patron, Bologna, 10, p.42-52.

Burri E., Leveau Ph. et Nicod J., (1995), Régulation romaine et drainage moderne du Fucino (Italie centrale), Karstologia n° 25, p.41-50.

Burri E., Massoli-Novelli R. e Petitta M., (1997), Vulnerability of karstic aquifers in Abruzzi (Italy). Two different case-studies: Gran Sasso mountain and Fucino plain, inProc, of 6th Conference on Limestone Hydrology and Fissured Aquifers, 12th Int. Cong. Speleology, La Chaux-de-Fonds (Neuchatel, Suisse), 2, p.201-204.

Burri E. e Petitta M., (1998), Groundwater lowering in karstic aquifers due to agricultural activity in the Fucino Plain (Abruzzi, Central Italy), Acta Carsologica, Ljubljana, XXVII/1-2,  p.27-46.

Burri E. e Petitta M., (1999), Farming and water management in the Fucino plain (Central Italy) in the last century, in Proc. XVIIe congresso internazionale della International Commission on Irrigation and Drainage (ICID), Granada (Espagne), vol. 1D, p.257-268.

Burri E. and Petitta M., (2002), Groundwater monitoring as a management tool for irrigation in the Fucino Plain (Abruzzo, Central Italy), inProceedings Conference Future Groundwater at Risk, Lisbon, June 2001, p.425-432.

Burri E. and Petitta M., (2004a), Water for agriculture, environment and human needs in the Fucino area (Central Italy), inProceedings of the UNESCO/IAHS/IWHA symposium held in Rome, December 2003, J.C.Rodda & L. Ubertini eds., The basis of civilization: water sciences?, IAHS red book, 286, p.67-76.

Burri E. and Petitta M., (2004b), Agricultural changes affecting water availability: from abundance to scarcity (Fucino plain, Central Italy), Irrigation and drainage, 53,  p.287-299.

Celico P., (1983), Idrogeologia dei massicci carbonatici, delle piane quaternarie e delle aree vulcaniche dell’Italia centro-meridionale: Progetti speciali per gli schemi idrici nel Mezzogiorno, Quad. Cassa Mezzogiorno 4/2, Roma.

Costantino F., (1992), Azienda modello o latifondo ? Il Fucino dal prosciugamento alla riforma, Italia Contemporanea, 189, p.635-74.

De Pratti G.M., (1995), Indagine sulla risorsa idrica della Conca del Fucino, Quad. Geol. Appl., Bologna, Suppl.1/95, p.213-219.

Dragoni W., (1996), Response of some hydrogeological systems in Central Italy to climatic variations, inDiachronic climatic impacts on water resources with emphasis on Mediterranean region, Angelakis A. & Issar A. eds., NATO-ASI series, Springer Verlag, Cremligen, vol. 1, 36, p.193-229.

Giarrizzo A., (1971), La Piana del Fucino dopo il prosciugamento. Note Antropogeografiche, Boll. Soc. Geog. It., Roma, p.619-666.

Giraudi C., (1994), Origine ed evoluzione geologica recente del bacino del Fucino, in Burri E. (a cura di ) Il lago Fucino e il suo emissario, CARSA Ed, Pescara, p.14-34.

Landini P., (1991), Innovazione e processo di sviluppo regionale nella Marsica, Studi e Informazioni, Firenze, 3, p.139-145.

Landini P. e Massimi G., (1994), Dinamica processuale e scenari dello sviluppo economico urbano, inBurri E. (a cura di),Il lago Fucino e il suo emissario, CARSA Ed, Pescara, p.64-77.

Mac Donnel A, (1908),  In the Abruzzi, London, Chatto & Whindus.

Massimi G., (1994), Geografia dei sistemi agricoli italiani. Abruzzo, Roma, REDA.

Massimi G. e Cardinale B., (1994 ), Pathways of development and environmental compatibility in the Abruzzo Mountains: the Marsica Fucense as case study, inScaramellini G. (a cura di), Sustainable Development of Mountaines Communities, Milano, Guerrini & Associati, p.99-115.

Massoli-Novelli R. e Petitta M., (1997), Hydrogeological impact of the Gran Sasso tunnels (Abruzzi, Italy), inInternational Symposium on Engineering Geology and the Environment, Athens, Greece, 23-27, vol.3, p.2787-2792.

Pederschi L., (1953), Aspetti geografici della trasformazione fondiaria-agraria in Maremma e nel Fucino, Boll. Soc. Geogr. It., Roma, p.283-287.

Petitta , M. e Capelli G, (1994), Inquadramento idrologico del bacino del Fucino, inBurri E. (a cura di), Il lago Fucino e il suo emissario, CARSA Ed, Pescara, p.46-61.

Petitta M., Burri E., Del Bon A. and G. Pannunzio, (2003), Water and agriculture management: environmental problems in the Fucino Plain, in L.Razowska-Jaworek and A. Sadurski eds, IAH Selected Papers 5, Nitrates in groundwater, p.269-277.

Petitta M., Burri E., Del Bon A. and Marchetti A., (2005), Hydrogeological map of the Fucino, scale 1/50 000, ARSSA, SELCA Firenze.

Salvatori F., (1994), Sviluppo locale e crescita economica nella marsica, Boll. Soc. Geogr. It, Roma, p.455- 469.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - L’exploitation des eaux souterraines dans la plaine du Fucino.
Caption 1 - plaine du Fucino (dépôts alluviaux et lacustres actuels) ; 2 - dépôts détritiques actuels ; 3 -  dépôts alluvio-détritiques anciens (Pleistocène) ; 4 -formations silico-clastiques (aquiclude) ; 5 - aquifères des roches carbonatées ; 6 - stations climatiques ; 7 - principales sources ; 8 - sources linéaires (apports directs dans le lit des cours d’eau) ; 9 -  champs de puits pour l’irrigation ; 10 - id., pour l’eau potable ; 11 - direction de l’eau souterraine.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/473/img-1.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Photo 1 – L’irrigation de la plaine du Fucino
Caption Le jaillissement des eaux d’un forage réalisé récemment, utilisant des moteurs de tracteurs actionnant les pompes pour l’irrigation.
Credits Cliché : E. Burri, 2002.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/473/img-2.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig. 2 – Graphique de l’évolution des cultures, en %, de 1959 à 1999, mettant en évidence la croissance de l’activité horticole et de la culture de la carotte
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/473/img-3.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Fig. 3- Graphique représentant l’évolution du niveau piézométrique du puits équipé d’un appareil d’enregistrement (pas de temps : un jour)
Caption Ce puits se trouve dans l’aire de Trasacco, sur la marge méridionale du bassin du Fucino, à proximité des plus importants champs de puits du Fucino : du Consorzio Acquedottistico, du Consorzio de Bonifica, du Nucleo Industriale et de l’ARSSA. Les variations naturelles correspondent à des fluctuations sur un cycle annuel, avec généralement des maxima de mai-juin et des minima de novembre-janvier. À cette périodicité se superpose l’effet du prélèvement pour l’irrigation, révélé par des pics négatifs pendant l’été. La dépression induite du niveau piézométrique détermine des risques importants pour l’environnement : appauvrissement progressif des aquifères, risque de pollution des nappes.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/473/img-4.jpg
File image/jpeg, 48k
Top of page

References

Electronic reference

Ezio Burri and Marco Petitta, « Aménagement rural et gestion des ressources en eau dans la plaine du Fucino (massif des Abruzzes, Italie) », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 01 December 2008, connection on 19 February 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/473 ; DOI : 10.4000/mediterranee.473

Top of page

About the authors

Ezio Burri

Dipartimento di Scienze Ambientali, Università degli Studi, Via Vetoio, Località Coppito, 67100 L’Aquila, ezio.burri@aquila.infn.it

Marco Petitta

Dipartimento di Scienze della Terra, Università di Roma “La Sapienza”, Piazzale Aldo Moro, 00100 Roma, marco.petitta@uniroma1.it

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page