Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

A. Barthes, C. Durbiano, J. Martinez, Atlas : « évolution de l’agriculture dans le massif des alpes du sud (1979-2000) »

(2006), Coll. Les atlas des Alpes de Provence, Ed. Université de Provence, Aix-en-Provence, 89 p.
Philippe Moustier
p. 109
Bibliographical reference

A. Barthes, C. Durbiano, J. Martinez, (2006), Atlas « Évolution de l’agriculture dans le massif des Alpes du Sud de 1979 à 2000 », Coll. Les atlas des Alpes de Provence, Ed. Université de Provence, Aix-en-Provence, 89 p.

Index terms

Geographical index :

France, Alpes du sud
Top of page

Full text

1Cet atlas en quadrichromie comporte 89 pages et présente 76 cartes réparties en 36 planches. Les informations statistiques tirées du RGA de 1979 et du RA de 2000 (chiffres avec*) fournissent la base de la cartographie et de la vingtaine de tableaux insérés dans l’atlas. Les limites de l’étude sont celles retenues par la délimitation administrative du massif. Elles sont légèrement étendues sur les marges sud et ouest car l’échelle cartographique cantonale choisie nécessite d’inclure quelques communes non intégrées à la zone montagne. La cartographie a été réalisée par des étudiants en géomatique de l’IUT de l’université de Provence, site de Digne-les-Bains. Les textes courts, mais denses, ont été rédigés par C. Durbiano qui connaît bien les Alpes du Sud pour les avoir sillonnées durant une trentaine d’années dans le cadre de ses activités d’enseignement et de recherches, comme en témoigne la vingtaine de photos judicieusement choisies qui complètent l’atlas. De petits encarts précisent des définitions du recensement ou apportent de précieuses informations.

2L’atlas se décline en six parties. Après une présentation du cadre démographique et naturel, marqué par de faibles densités de population et des influences climatiques méditerranéennes, les exploitations agricoles sont analysées exclusivement à partir des données des recensements agricoles de 1979 et 2000. En déclin de 45% depuis 1979, les exploitations ne sont plus que 11 217, en 2000, et leur renouvellement pose problème. Elles s’agrandissent et se professionnalisent. Les facteurs de production sont ensuite présentés, notamment l’irrigation, pour intensifier et diversifier la production sur ce territoire marqué par la sécheresse estivale, avec la coexistence de petits réseaux gravitaires et de vastes périmètres sous pression. Elle concerne plus d’une exploitation sur deux. La SAUée (autour de 400 000 ha) est caractérisée par l’importance des STH (3/5 des surfaces), liée au poids des landes et des parcours, et leur progression au détriment des terres labourables et des cultures permanentes, qui sont concentrées dans les vallées et sur les plateaux. Les céréales (53 187 ha*) sont localisées dans la moyenne Durance et les plateaux du Vaucluse, de Forcalquier et de Valensole ; 55% sont en blé dur. Les PAPAM couvrent 13 951 ha*. Il s’agit surtout du lavandin emblématique des plateaux, tandis que la lavande occupe les terres préalpines au dessus de 600 mètres. Les vergers (9 311 ha*) en légère progression sont concentrés dans le val de Durance jusqu’à Tallard et dans la vallée du Buëch, avec un renforcement au fil des ans de la pommiculture (près de 50% des vergers) au détriment des autres espèces. Les surfaces en vigne ont régressé de 25% depuis 1979. Elle est surtout implantée dans les cantons vauclusiens, tandis que l’oléiculture (3 741 ha*) stimulée par la mise en place des AOC maintient ses positions et occupe les bordures sud et ouest du massif où elle grimpe jusqu’à 600-700 m d’altitude.

3La partie consacrée aux productions animales souligne le poids dans ces montagnes sèches de l’élevage ovin, dont les effectifs restent à peu près stables depuis 20 ans avec un doublement de la taille des troupeaux (451 700 brebis-mères*). Au-delà de l’aspect économique, cet élevage joue un rôle majeur, à travers le pastoralisme, sur le plan environnemental. L’élevage bovin, en régression (–11%), compte autour de 20 000 vaches. Le troupeau de vaches laitières diminue considérablement (plus de la moitié) et se concentre dans le Champsaur, le Gapençais et le bassin de Seyne, tandis que celui des vaches nourrices a été multiplié par six en vingt ans. L’élevage caprin (24 041 têtes*) en recul se professionnalise avec d’excellentes performances. Il en va de même de l’apiculture (59 503 ruches*) bénéficiant de multiples floraisons, 2 ruches sur 5 sont localisées dans les Alpes-de-Haute-Provence. L’Atlas se termine par une approche de la diversification des activités agricoles avec deux thématiques, l’agritourisme et la vente directe. L’agritourisme se développe sur des terres pionnières, 5% des exploitations pratiquent cette activité contre 2,5% au plan national, pourcentage qui grimpe à 11% dans les Hautes-Alpes. Enfin le développement des circuits courts permettant une valorisation de la production est abordé à partir des ventes directes actuellement concentrées à proximité des stations de ski et de l’arrière-pays azuréen.

4Le lecteur pourra regretter l’absence de cartes sur les terres labourables et les cultures fourragères, ainsi que sur la transhumance évoquée par ailleurs. Quant à la réalisation cartographique, elle comporte des maladresses. Il est dommage que sur quelques cartes comme celle de l’âge des exploitants, les informations fournies à l’intérieur des cercles soient parfois difficiles à appréhender, que les seuils n’aient pas été toujours choisis de façon pertinente et que les légendes comportent des erreurs de signes. Hormis ces remarques, cet atlas, met bien en évidence les grandes lignes de l’évolution de l’agriculture sudalpine depuis une vingtaine d’années susceptibles d’éclairer les pistes de l’avenir dans un contexte incertain, mais avec des limites qui sont celles des informations du recensement plus quantitatives que qualitatives. Il sera utile à tous les acteurs économiques des Alpes du Sud et aux étudiants. Ce travail, publié avec le concours de l’IUT de Digne-les-Bains, du Conseil général, de la DDAF des Alpes-de-Haute-Provence et de l’Université populaire ouverte, démontre la volonté d’insertion de l’IUT de Digne-les-Bains comme acteur de la vie économique et sociale des Alpes du Sud.

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Moustier, « A. Barthes, C. Durbiano, J. Martinez, Atlas : « évolution de l’agriculture dans le massif des alpes du sud (1979-2000) » », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 01 December 2008, connection on 19 February 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/476

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page