Navigation – Plan du site
Comptes rendus

A. Acovitsioti-Hameau, Côté colline. Pratiques et constructions de l’espace sylvopastoral en Centre-Var

(2005), Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 334 p.
Claudine Durbiano
p. 110-111
Référence(s) :

A. Acovitsioti-Hameau, (2005), Côté colline. Pratiques et constructions de l’espace sylvopastoral en Centre-Var, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 334 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est tiré de la thèse d’ethnologie de Ada Acovitsioti-Hameau sur les activités pastorales dans les collines varoises, mais il est en fait bien plus que cela puisqu’il prend en compte tous les usages et pratiques liés à la colline. Il recense et étudie tous les vestiges architecturaux même les plus modestes, témoignages de l’action de l’homme dans ce milieu qui aujourd’hui apparaît désert, dans leur dimension historique, technique et environnementale. Tout est analysé dans le moindre détail avec précision, finesse, en replaçant chaque élément dans son contexte pour comprendre les besoins, les enjeux et les comportements sociaux qui ont présidé à leur mise en place et aussi pour apprécier les divers facteurs qui rendent compte soit de leur disparition, soit de leur évolution. L’approche est donc pluridisciplinaire avec l’étude des lieux, l’histoire des technologies, les enquêtes ethnologiques sur les structures et les pratiques. Elle se situe au carrefour de plusieurs disciplines des sciences humaines, histoire, géographie et ethnologie, mais la cohérence de l’ensemble est apportée par l’ethnologie avec de nombreuses enquêtes orales qui sont autant de témoignages de la vie rurale au quotidien.

2Le géographe trouve dans cet ouvrage une matière essentielle sur la colline qui occupe la majeure partie de la superficie de la basse et moyenne Provence. Or, ce territoire a trop tendance à être appréhendé sous le seul angle de la prévention contre l’incendie ou de la protection de la biodiversité alors qu’il constitue un élément fondamental de l’identité locale. Alors que les finages provençaux sont fondés théoriquement sur une organisation tripartite (ager, saltus, silva), l’auteur démontre que dans les faits, la structure territoriale est bipartite. Le saltus est le plus souvent associé à la silva pour constituer les terres incultes ou boisées et généralement inhabitées à l’exception de quelques points d’habitat dispersé. C’est l’espace hors ager, sur les marges des finages qu’on appelle en Provence « la colline » depuis le xixe siècle. Elle correspond à une réalité physique mais il n’y a aucun critère d’altitude. Mais elle est aussi une réalité institutionnelle puisqu’elle se superpose aux terres communes issues de l’Ancien Régime et une réalité mentale. Il existe en effet une géographie du sacré dans la colline avec les croix, les oratoires, les chapelles et autres constructions au rôle protecteur pour neutraliser les dangers et indiquer les limites des territoires. La colline-refuge accueille les marginaux. Lieu réel et idéal, entre le domestique et le sauvage, le travail et le plaisir, la réglementation et la tolérance, la colline fait partie intégrante de la vie rurale.

3Partout en Provence, la colline est complètement intégrée au fonctionnement du système villageois avec de multiples activités, nourricières, extractives et artisanales. Ainsi la cueillette (champignons et végétaux), la chasse, les carrières et bien sûr le bûcheronnage sont décrits dans leurs techniques et leurs pratiques. Ces prélèvements donnent lieu à des activités de transformation avec en particulier le charbon de bois qui a profondément marqué la mémoire collective. Son déclin se manifeste par l’utilisation de la main-d’œuvre italienne qui pallie la désaffection de la main-d’œuvre locale à partir de la fin du xixe siècle. Le four à chaux est aussi souvent présent sur les sites de charbonnage, mais la production de chaux n’a pas donné lieu à un corps de métier spécifique. C’était un volet de l’économie familiale, une source de revenu d’appoint. Mais la spécificité des collines du Centre-Var réside dans les liens étroits qu’entretiennent l’élevage ovin, la production d’huile de cade, de poix nécessaire à l’entretien des navires et la marine toulonnaise.Elle est donc étudiée comme un territoire pastoral boisé avec le berger, le troupeau, l’architecture pastorale, les produits de l’élevage, leur élaboration et leur utilisation. L’auteur rappelle les travaux des historiens (T. Sclafert, P. Coste, N. Coulet et L. Stouff) qui ont clarifié et nuancé l’image du pastoralisme en Provence de l’époque médiévale à la période moderne en mettant notamment l’accent sur la diversité des troupeaux même si les ovins sont prédominants depuis les xiv/xve siècles. Ce sont les besoins alimentaires et le fumage des terres qui motivent l’élevage. Le « migun » était utilisé dans les vignes jusque dans les années 1960. Actuellement la réutilisation des parcours pastoraux en forêt est justifiée par la protection contre l’incendie. Au siècle dernier, cette préoccupation n’était pas une cause mais un effet de l’activité nourricière. La fabrication de l’huile de cade avec deux cents fours recensés est particulièrement bien représentée dans le Centre-Var en raison de la densité du genévrier oxycèdre (cade en provençal) et des possibilités de débouchés commerciaux avec l’élevage ovin. L’huile de cade, antiparasitaire et antiseptique pour les affections cutanées était utilisée pour les troupeaux mais aussi dans la pharmacopée des ruraux et les pratiques ménagères pour éloigner mouches, moustiques et mites. À partir des années 1950, les débouchés de proximité s’amenuisent avec le déclin de l’économie agropastorale remplacée par la viticulture et l’huile de cade est finalement remplacée par des produits chimiques. La poix obtenue par la carbonisation des pins d’Alep est utilisée dans la Marine.

4L’utilisation du terme colline semble être concomitant du déclin des pratiques liées aux usages traditionnels et de l’émergence de nouvelles activités. La symbiose entre activités et milieu ne faisait pas de la colline un lieu spécifique. Ainsi un villageois n’allait pas à la colline mais dans un quartier précis du finage. À partir des années 1950, il y a une coupure avec l’abandon de ce territoire suivie d’un réinvestissement comme terrain de jeu, poumon des villes. La colline n’a plus de rôle nourricier mais fait l’objet d’une remise en pâture pour le nettoyage des sous-bois, d’une mise en patrimoine et d’une utilisation pour de nombreuses activités de loisir. Elle se transforme alors en une mosaïque d’espaces protégés, difficilement pénétrables, et d’espaces totalement viabilisées. C’est la fin du local pour un espace aménagé spécifiquement au sein de territoires qui sont de plus en plus métropolitains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Durbiano, « A. Acovitsioti-Hameau, Côté colline. Pratiques et constructions de l’espace sylvopastoral en Centre-Var », Méditerranée [En ligne], 107 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/483

Haut de page

Auteur

Claudine Durbiano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page