Skip to navigation – Site map
Se protéger de la mer

Plages et urbanisation en Tunisie: des avatars
de l’expérience du xxe siècle aux incertitudes
de l’avenir

Beaches and urbanization in Tunisia : adversities of the experiment of the twentieth century in the uncertainties of the future
Ameur Oueslati
p. 103-116

Abstracts

The beaches of Tunisia, mainly those of the eastern coast, are among the most densely occupied by man in the Mediterranean south bank. They have also begun to manifest different forms of weakness early in the twentieth century.

This paper is first to recall, from the experience of the twentieth century, the main features of the evolution that led to the current state of beaches in urbanized and in tourist areas. It also tries to identify the main problems faced by these forms. Special attention is given to marine erosion that we try to characterize and quantify.

This work also provides a place for the prospective approach and shows that the vulnerability of Tunisian beaches is increasing especially with storms and in a condition of a sea level rise.

Top of page

Full text

1La Tunisie est, aujourd’hui, le pays de la rive sud de la Méditerranée qui offre les exemples les plus nombreux de rivages sableux côtoyés par des villes et des zones touristiques et des conséquences d’une occupation accélérée, parfois même hâtive, de ce type de rivages. Les plages y sont en effet, les formes littorales qui ont, jusqu’ici, attiré le plus d’installations humaines de bord de mer. Cette attractivité et la perception de ces formes par l’homme ont toutefois sensiblement varié avec le temps.

2Après une lecture des principales caractéristiques de l’évolution récente, l’accent sera mis sur l’érosion marine dont nous tenterons de dégager les causes et les modalités dominantes et que nous essayerons de quantifier. Enfin, les dernières parties seront consacrées aux tendances actuelles et aux risques d’avenir, surtout avec de fortes tempêtes et dans une conjoncture d’élévation du niveau marin.

1 - Construire en dur au bord des rivages sableux: un très vieux désir ressuscité

3Le nombre impressionnant de sites archéologiques antiques identifiés le long des côtes tunisiennes (Slimet al., 2004), témoigne de l’importance de l’attraction exercée par les rivages, y compris ceux sableux, sur les sociétésdu temps de Carthage et de l’empire romain. Cette situation va changer plus tard et ces mêmes rivages vont rester, à en juger par la répartition des espaces bâtis et des vestiges archéologiques, largement désertés pendant de longs siècles. L’examen des documents cartographiques et photographiques, de différentes dates disponibles, révèle qu’une majeure partie des plages et des espaces dunaires qui les bordent présentait encore, à la fin du dix-neuvième siècle, un cachet naturel. Le vingtième siècle va inaugurer une nouvelle ère, caractérisée par la multiplication des aménagements de front de mer et des constructions « pieds dans l’eau ». Mais les vraies manifestations de la densification du bâti et de son extension le long des plages sableuses ne vont vraiment prendre de l’ampleur qu’après les années 1960. Une telle évolution reflète en fait, de profondes mutations dans la perception et l’utilisation, par l’homme, de tels rivages.

1.1 - Jusqu’au milieu du vingtième siècle

4Il n’y a pas de citadins plus amoureux de la plage que les Tunisiens. Cela tient sans doute à la proximité de la mer de leur ville… Oui, vraiment, on est tenté de croire à quelque obscur atavisme amphibie, à quelque secrète superstition ondine, quand on voit avec quelle frénésie, quelle impatience, Tunis l’Arabe, dès les premières chaleurs, se déverse sur les plages.

  • 1  Les noms de lieux sont donnés sur les figures correspondantes à l’objet pour lequel ils sont évoqu (...)

5Ce texte, extrait d’un article paru, sous le titre « Plages tunisiennes » le 17 juillet 1909 dans le no 3464 du journal L’illustration, ne laisse pas de doute quant à la place qu’occupait la plage chez le tunisien et l’ambiance que cela occasionnait il y a déjà un siècle. En fait, les choses étaient bien différentes que de nos jours. D’une part, la fréquentation de la plage pour la villégiature se limitait à quelques villes littorales, les plus grandes et plus particulièrement Tunis. Ailleurs, la plage était le plus souvent fréquentée pour la baignade sans séjour, ou sans séjour important, au bord de la mer. D’autre part, cette fréquentation n’a occasionné des constructions en dur que dans des secteurs très localisés dont les plus importants se trouvaient dans les banlieues de Tunis. Même dans ces dernières, plusieurs tronçons de plages sont restés longtemps peu fréquentés et une partie des locaux qu’occupaient les estivants correspondait à des constructions légères dont les cabines et les rotondes en bois représentées sur des cartes postales, évoquées dans des articles de la presse et décrites dans plusieurs documents d’archives des municipalités littorales relativement anciennes comme celles de La Goulette, Ezzahra, Radès et Hammam Lif (Khali, 2001). Les aménagements portuaires étaient également rares; ils se limitaient à quelques petits ports de pêche et surtout aux ports de commerce de Tunis, Sfax, Sousse et Bizerte1.

6De plus, un peu partout, l’espace bâti, y compris dans des villes aujourd’hui connues pour leur caractère très proche du rivage, a gardé une distance, parfois importante, par rapport aux plages. Les exemples existent même dans la banlieue sud de Tunis et dans d’autres grandes villes. Sur la carte marine de 1888, les deux quartiers de Jara et de Menzel qui constituaient l’essentiel de l’espace bâti de la ville de Gabès étaient respectivement séparés de la plage par une distance de l’ordre de 1,67 et de 2,67 km. Mais les illustrations les plus nombreuses et parfois les plus significatives sont données par les villages et petites villes, notamment dans la région de Bizerte, dans la péninsule du Cap Bon et dans le Sahel; trois des régions littorales les plus anciennement et les plus fortement anthropisées de la Tunisie. La distance qui séparait le bâti de ces agglomérations des plages dépassait fréquemment 1 km et parfois 5km (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Agglomérations, autres que les grandes villes, qui ont vu leur bâti s’étendre jusqu’à la plage alors qu’elles ont continué à en être séparées par des étendues plus ou moins importantes (indiquées en km sur la figure), généralement consacrées à l’agriculture ou à des activités d’extraction du sable et de la pierre, jusqu’à la fin de la première moitié du xxe siècle

Conception et réalisation: A. Oueslati, 2010

7Une telle faiblesse des espaces bâtis à vocation résidentielle ou touristique au contact des plages peut s’expliquer, au moins en partie, par la faiblesse du niveau de vie et de l’ouverture sur l’étranger dans un pays vivant sous la colonisation ainsi que par un certain conservatisme dans la famille tunisienne. Mais dans certains milieux, comme l’île deJerba qui a connu une histoire mouvementée, et surtout marquée par les attaques des envahisseurs le plus souvent venus par voie maritime, elle doit exprimer aussi un sentiment d’insécurité; le rivage a longtemps été perçu comme une frontière à risque. Dans d’autres cas, l’explication doit se trouver dans les précautions que manifestait l’homme vis-à-vis des contraintes du milieu naturel. Sur la côte orientale de la péninsule du Cap Bon et dans différents segments de la côte du Sahel par exemple, les terrains qui bordent directement les plages étaient fuis à cause de leur nature humide, très souvent du type sebkhas et chotts inondables par les eaux pluviales ou par les eaux marines lors des tempêtes. La proximité des plages sableuses, surtout celles accompagnées de dunes assez développées, étaient parfois aussi évitée à cause des problèmes d’ensablement.

1.2 - Après les années 1960

8C’est surtout après les années 1960, que les plages vont vraiment commencer à exercer une attraction nette sur différentes formes d’aménagement. L’évolution n’a cependant pas toujours connu le même rythme ni les mêmes caractéristiques. Jusqu’aux années 1970, la nouvelle tendance s’est surtout manifestée à travers l’extension, souvent très timide, des villes littorales par l’étalement de leur espace bâti en direction de la mer et par le développement de quelques aménagements portuaires. Des créations hôtelières ont vu le jour mais elles étaient encore rares. La côte nord-est de Jerba par exemple, qui compte aujourd’hui plus de cent hôtels, ainsi que les aménagements qui leurs sont associés (routes, terrains de golf, commerces, …), était encore abandonnée à la nature. Sur les photos aériennes de la mission de 1963 on n’y reconnaît que quelques marabouts isolés et deuxpetites unités hôte­lières qui correspondent aux noyaux des hôtels Jazira et Ulysse.

9À partir des années 1970 et, surtout au cours des deux dernières décennies du vingtième siècle, les choses ont beaucoup changé. Des zones touristiques très étendues ont été créées, parfois sur des intervalles de temps très courts. Parallèlement, a eu lieu un développement important de l’infrastructure portuaire avec notamment une multiplication remarquable du nombre de ports et abris de pêche ainsi que des ports de plaisance. L’exploitation du front de mer s’est manifestée aussi par une prolifération des résidences secondaires et, un peu partout, les villes côtières ont vu leur espace bâti faire tache d’huile en direction de la mer. Dans plusieurs agglomérations, l’évolution s’est faite selon des tendances que les habitants des périodes antérieures aux années 1960 n’auraient, sans doute, jamais imaginées ni approuvées. Les exemples les plus expressifs existent sur la côte orientale de la péninsule du Cap Bon et dans le Sahel où les agglomérations ont longtemps évité le rivage et choisi de s’installer perchées, sur les collines d’un cordon littoral fossile ou sur la topographie de plateau située en arrière d’un tel cordon (fig. 2 et 3).

Fig. 2 et 3

Fig. 2 et 3

Chebba et Korba: deux des nombreuses agglomérations qui ont vu leur tissu urbain s’étendre en direction des plages avec lesquelles il a longtemps gardé une distance parfois importante.
1-plage, 2-sebkha, 3-route principale, 4-espace bâti jusqu’au début du xxe siècle, 5-jusqu’au milieu du xxe siècle, 6-vers la fin du xxe siècle

Conception et réalisation: A. Oueslati, 2010

10Le phénomène s’est étendu également à des segments côtiers situés à l’écart des aires traditionnellement urbanisées. Il s’est traduit alors par la naissance de gros quartier et des villages de résidence secondaire (Brahim, 2001; Ben Ali, 2001; Sahtout, 2002). Le cas de Chaffar, situé à une trentaine de kilomètres au Sud de la ville de Sfax, donne l’une des illustrations les plus remarquables. D’un milieu presque désert à la veille des années 1970, on est passé à un gros village. À la fin des années 1990, on y comptait, en plus de nombreux services, 642 villas (Bouaziz, 2001) utilisées uniquement, ou presque, pendant la saison estivale.

11L’aboutissement de cette évolution est un développement linéaire parfois impressionnant des aménagements de front de mer et une pression croissante sur les rivages. Des quartiers ou des villes entières, jusque là bien séparés les uns des autres, ont vu leurs espaces bâtis s’unir. C’est le cas de différentes banlieues de la capitale. Mais les illustrations sont tout autant expressives ailleurs. Dans le Cap Bon, la jonction entre les villes de Nabeul et de Hammamet est presque achevée. Dans le Sahel, la continuité est quasi totale entre les agglomérations de Hammam Sousse et de Monastir, passant par Sousse. La plus grande partie de la côte sableuse de la façade nord-est de l’île de Jerba, presque déserte, on l’a dit, au début des années 1960, est aujourd’hui longée par des installations touristiques parfois très denses et contiguës.

2 - Une dégradation au rythme de la multiplication et de la densification des espaces bâtis au bord et aux dépens des plages

12La remarquable extension des villes ainsi que la prolifération des zones touristiques et d’une façon générale, l’accélération de l’occupation du front de mer, ont fait que plusieurs aménagements ont été réalisés dans la précipitation. Ce phénomène, qui concerne les grandes comme les petites agglomérations, a conduit à différentes formes de pression et de dégradation. Celles-ci apparaissent à travers la qualité du matériel des plages et des formes de vie associées ainsi que la qualité des eaux littorales. La situation a parfois atteint, de ce point de vue, des niveaux dramatiques comme dans différents segments de la côte de la ville de Sfax et surtout de celle de Gabès qui concentrent de grandes unités d’industries chimiques. Mais c’est le recul des rivages, par érosion marine, qui a souvent constitué la principale préoccupation et qui a, en tout cas, retenu le plus l’attention des géomorphologues.

2.1 - Une érosion exacerbée lors des tempêtes

13En réalité, les manifestations de l’érosion des plages ont été relevées, en Tunisie, même dans des terrains encore non atteints par les espaces bâtis. On y a vu (Oueslati, 1993; 2004) le témoignage d’une faiblesse naturelle de ce type de côtes expliquée surtout, comme dans d’autres littoraux de la planète, par une pénurie sédimentaire et une tendance à la hausse du niveau marin (Paskoff, 1993). Cependant c’est là où le béton des villes et des quartiers touristiques s’est le plus étendu au bord de la mer que cette érosion a le plus retenu l’attention. Car, ses effets sont souvent beaucoup plus manifestes dans le paysage et, en tout cas, plus préoccupants parce que les vagues s’attaquent directement à des aménagements et menacent de disparition des plages qui ont constitué la raison d’être de différentes installations, comme les hôtels et les quartiers ou villages de résidence secondaire.

14La vitesse avec laquelle s’est fait le recul des rivages sableux dans les villes et les zones touristiques, en raison de leur érosion, est très variable. Les valeurs moyennes, obtenues pour des périodes parfois relativement longues, vont de quelques décimètres à 2m/an. Mais elles cachent les situations les plus significatives. Car, l’érosion agit souvent par saccades et ses effets sont le mieux perçus à l’occasion des tempêtes. De plus, la vitesse du recul est généralement plus importante au cours des premières années qui succèdent à l’implantation des aménagements au bord des plages. Des valeurs supérieures à 5 m sont alors très fréquentes (tab. 1).

Tableau 1

Tableau 1

Exemples de vitesses de déplacement de rivage sableux dans les villes et les zones touristiques de la Tunisie

Valeurs recueillies dans la bibliographie citée ou obtenues par des mesures personnelles. Elles sont souvent le résultat de comparaisons de photos-aériennes de différentes dates. La correction géométrique de telles photos n’ayant commencé à devenir courante, en Tunisie, qu’au cours des dix dernières années, certaines valeurs doivent donc être prises avec beaucoup de précaution

15Il est intéressant de retenir aussi que pour les plages bordées par des constructions en dur la valeur du recul du rivage tend à diminuer, avec le temps (Oueslati, 2004). Ceci ne doit pas s’expliquer par une diminution dans la vigueur et l’efficacité des processus de l’érosion. La plage se rétrécissant et devenant de moins en moins volumineuse à mesure que l’érosion travaille, le corps exposé aux vagues est de moins en moins large et les valeurs obtenues quant à la valeur du recul ne fait que suivre. De plus, à partir d’un moment donné, les vagues s’attaquent plus facilement et plus fréquemment aux murs qui finissent par fonctionner comme falaises vives ou en sommeil. La plage va alors, au gré de l’état de la mer, se rétrécir, disparaître ou se reconstituer, mais toujours provisoirement. Un suivi, sur plus de vingt cinq ans, de l’évolution de segments de plage de la ville de Hammamet est très significatif à cet égard (fig. 4 et 5).

Fig. 4

Fig. 4

Trois photos illustrant l’évolution de la plage de Hammamet à la hauteur du mur externe de l’hôtel Aladin, situé entre les hôtels Sindabed et Parc.
Sur la première photo, prise au début de l’été de 1995, la plage couvre le pied du mur d’enceinte de l’hôtel Aladin sur presque la moitié de sa hauteur. Sur la deuxième photo, prise au lendemain d’une tempête sur­venue à la fin de l’automne de 2001, la plage a perdu une partie importante de son matériel ; le mur est affouillé à la base et menace de basculer. Dans la troisième photo, datant du printemps de 2002, la plage s’est partiellement reconstituée

Crédit photo: A. Oueslati

Fig. 5

Fig. 5

Évolution de la largeur de la plage de l’hôtel Sindabed à Hammamet

Réalisation: A. Oueslati

Schéma réalisé à partir de mesures sur les photos aériennes, le plan de ville et des mesures directes sur le terrain. Les points indiqués sur le graphique précisent les dates pour lesquelles on dispose d’une mesure directe sur le terrain ou d’une mesure sur un plan produit à la suite de relevés topographiques

16Si bien que, ce sont les valeurs de la période antérieure au passage à la dynamique de « falaise » qui doivent être considérées comme les plus significatives quand au rythme de l’érosion, aux effets des aménagements et à la capacité de la plage à résister à l’action des vagues. En Tunisie, cette capacité s’est un peu partout avérée limitée, voire même très limitée. Presque partout, les côtes bordées par des constructions en dur et ayant connu des tempêtes marines importantes ont vu leurs plages démaigrir parfois jusqu’à la disparition. Le démaigrissement s’exprime à travers un recul du rivage, un dégarnissement vertical de la plage ou les deux à la fois. Les rares cas de plages qui ont connu, dans les villes et les zones touristiques, un engraissement s’expliquent surtout par l’existence d’obstacles bloquant le transit littoral, notamment les jetées de ports ou certains ouvrages de défense comme les épis et les brise-lames (tab. 1).

2.2 - Le dérèglement du transit littoral, l’opposition à l’échange sédimentaire entre les différentes parties du profil transversal des plages et l’utilisation de moyens de protection non adaptés: les principales causes accélératrices de l’érosion marine en milieu urbain

17La fragilité des plages des villes et des zones touristiques, en Tunisie, a parfois des liens avec des aménagements situés en dehors de tels espaces. C’est ainsi par exemple, que les nombreux barrages implantés sur les cours d’eau, notamment l'oued Majerda et l'oued Miliane, qui débouchent dans le golfe de Tunis, ont entraîné une réduction sensible de l’alimentation des plages de la capitale en sédiments (Paskoff, 1985; El Arrim, 1996; Oueslati, 2004). De son côté, l’accentuation de l’érosion dans les plages de la corniche de Bizerte et de La Marsa s’explique, en partie, par une réduction des apports sableux par le vent depuis que les dunes de l’arrière pays immédiat ont été fixées par reboisement (Oueslati, 2004).

18La fragilité des rivages sableux a été également accentuée, et pour longtemps, par le comportement ou les interventions de certains estivants, de certains propriétaires des constructions de front de mer ou de certains organismes locaux notamment les municipalités. On pense par exemple, à la destruction de la végétation de l’avant dune, à l’extraction du sable de cette dernière et de la plage pour les chantiers de construction ou encore à l’enlèvement, dans un souci de propreté de la plage, des feuilles de posidonie accumulées (parfois sous la forme de véritables banquettes) par les vagues sur l’estran et qui, en fait, offrent aux rivages une protection naturelle.

19Les problèmes les plus délicats viennent toutefois de la présence même des espaces bâtis au contact des rivages et de la façon dont ils ont été implantés. Les plus directs sont en rapport avec les aménagements causant un dérèglement du mouvement des sédiments le long du rivage (transit littoral) ou une perturbation de l’échange sédimentaire entre les différentes parties du profil transversal des plages. Ils sont parfois aussi, on y reviendra, en rapport avec les techniques utilisées pour lutter contre l’érosion marine. Une cartographie de l’évolution, au cours du vingtième siècle, des espaces bâtis au bord des rivages à plages et des secteurs touchés par l’érosion confirme la bonne corrélation entre les deux phénomènes (fig. 6 et 7).

Fig. 6

Fig. 6

Les rivages sableux directement bordés par des constructions (indiqués en noir gras) à l’orée (A) et la fin (B) du xxe siècle.

Sources : cartes marines de la fin du xixe siècle, différentes missions de photos aériennes, cartes topo­graphiques de différentes dates et relevés personnels sur le terrain

Fig. 7

Fig. 7

Les plages (indiquées en gras) dans lesquelles ont été signalées (dans la bibliographie et les documents d’archives) des manifestations d’érosion au début (A), au milieu (B) et à la fin (C) du xxe siècle : une évolution parallèle à celle donnée par la figure 6

Réalisation: A. Oueslati

20Par ailleurs, les plages qui souffrent, aujourd’hui, des formes d’érosion et de dégradation les plus épineuses et celles dont l’état a nécessité des travaux de défense appartiennent aux villes et aux zones touristiques.

21La population connaît bien cette évolution et les plages de différentes agglomérations, notamment Tunis, ont perdu leur attractivité d’antan (fig. 8).

Fig. 8

Fig. 8

Origines des estivants qui fréquentent les plages de Kalaat Landlouss* et Maamoura-Bni Khiar**. Une part importante vient de Tunis parce que ses plages sont devenues de plus en plus encombrées et ont, surtout, subi différentes formes de dégradation dont celles dues à l’érosion

* D’après Oueslati, 2004) ** D’après statistiques de Ben Ali, 2001

22Des enquêtes menées dans des côtes situées à l’écart des milieux urbains ont toutes révélé qu’une part, parfois très importante, des estivants qui les fréquentent, est originaire de grandes villes qui sont pourtant dotées de plages. Ces dernières sont, en fait, de plus en plus fuies à cause des problèmes d’encombrement certes, mais aussi à cause des différentes formes de dégradation qu’elles ont subies, dont le rétrécissement, voire parfois la disparition, par érosion.

2.2.1 - Le dérèglement du transit littoral

23La dérive littorale étant souvent monodirectionnelle sur de grands segments du littoral tunisien, les différents obstacles, même les plus petits d’entre eux (embarcadères, appontements, sorties de canalisations d’égouts ou d’évacuation des eaux pluviales, …) ont très souvent eu des effets très apparents sur la dynamique sédimentaire. Mais ce sont certains ouvrages de défense du rivage (épis et brise-lames) et surtout les aménagements portuaires qui ont entraîné les conséquences les plus graves.

24Le schéma qui revient le plus souvent dans la littérature, même s’il ne représente qu’une partie de la réalité et ne donne parfois qu’une image simpliste de la situation (Oueslati, 2004), insiste sur la dynamique contrastée dans les segments de rivage qui bordent ces aménagements. Selon qu’elles sont exposées au courant de la dérive littorale dominante ou qu’elles en sont coupées, les plages ont souvent connu un engraissement ou un démaigrissement. La vitesse avec laquelle s’est déplacé le rivage est parfois rapide et a, dans bien des situations, obligé à recourir à des travaux de protection. Mais ce ne sont pas toujours les plus grands ports ou les jetées les plus longues qui ont occasionné l’érosion la plus rapide. La nature du site, surtout l’importance du rôle que joue la dérive littorale dans l’alimentation sédimentaire de la plage, peut être plus décisive. Les vitesses de déplacement enregistrées à Ghar El Melh sont parmi les plus importantes, pourtant les jetées du port (créé en 1974) responsable n’avaient, au départ, que 300 et 200 m de long. En effet, dans le secteur coupé des apports de la dérive littorale, le recul du rivage a atteint au cours des seules trois premières années (1976-1978) qui ont succédé à la création du port, quatre vingt dix à cent mètres sur un tronçon long de 560 m (El Arrim, 1996).

2.2.2 - L’interruption de l’échange sédimentaire entre les différentes parties du profil transversal des plages

25On le sait bien aujourd’hui, les constructions en dur au bord des plages ont comme inconvénient, outre la fixation du trait de côte et le renforcement de l’action des eaux marines lors des tempêtes, suite à leur réflexion par les murs qu’elles heurtent, l’interruption des échanges sédimentaires dans le profil transversal de ces formes. Or, de tels échanges jouent un rôle fondamental puisqu’ils s’inscrivent dans une dynamique d’adaptation aux conditions météomarines et de complémentarité entre les différentes parties d’un tel profil. Rien n’est plus significatif que le fait que presque toutes les plages bordées par des constructions en dur sont aujourd’hui confrontées à des problèmes d’érosion. Le déclenchement de cette dernière peut être très rapide. Mais là aussi, ce ne sont pas, nécessairement, les sites les plus anciennement occupés ou dont l’occupation est la plus dense qui vivent les situations les plus critiques. L’état initial de la plage et le cadre naturel ainsi que la manière dont se fait l’aménagement comptent beaucoup. D’une façon générale, le déclenchement et la progression de l’érosion ont été les plus vite ressentis là où des constructions en dur se sont trop approchées de la mer empiétant sur des plages ne bénéficiant pas d’une alimentation sédimentaire importante du fait, par exemple, de leur éloignement des sources d’alimentation sédimentaire (embouchures des cours d’eau ou des falaises vives), de leur exposition ou de l’existence d’un obstacle qui les prive des apports des courants côtiers. Des illustrations parmi les plus expressives existent dans la zone touristique de Jerba, à Raf Raf et à Klibia (fig. 9 et 10).

Fig. 9

Fig. 9

La plage de Raf Raf: l’un des nombreux exemples de plages ayant connu une forte et rapide dégradation par érosion suite à l’envahissement de l’avant dune par des constructions en dur
À l’état naturel cette plage est limitée, dans ses deux extrémités, par des falaises vives ce qui lui permet de bénéficier d’une alimentation sédimentaire par la dérive littorale. Mais elle appartient à une côte à mode battu et ne reçoit pas de cours d’eau importants. Elle devient particulièrement vulnérable dès que des constructions en dur s’approchent de l’espace atteint par les vagues de tempêtes

Photographies : A. Oueslati

Fig. 10 - Évolution de la plage de l’hôtel El Mamounia à Klibia

Fig. 10 - Évolution de la plage de l’hôtel El Mamounia à Klibia

Mesures faites directement sur le terrain au niveau de l’extrémité orientale de la terrasse de l’entrée de l’hôtel; pour 1981, d’après le plan de ville de Klibia. Cette plage, large de 58 m au début des années 1980, ainsi que la terrasse qui la bordait ont été érodées. La place est désormais couverte par un enrochement. Une telle situation s’explique par le bâti qui a empiété sur la partie interne de la plage mais aussi par la nature du site. Ce dernier ne bénéficie pas d’apports sédimentaires importants et est exposé aux vents du Nord Est. Il a été, en plus, coupé des apports de la dérive littorale par les jetées du port de pêche de Klibia situé du côté septentrional

Photographie et réalisation des croquis: A. Oueslati

2.2.3 - L’utilisation de moyens de protection non adaptés

26La lutte contre l’érosion marine, en Tunisie, date du début du vingtième siècle. Dans la banlieue nord de Tunis, la première à voir ses rivages sableux démaigrir, parce justement elle est la première à voir des constructions en dur se multiplier au bord et aux dépens des plages, des épis en pieux de bois ont commencé à être utilisés dès les années 1910. Mais, au lendemain d’une forte tempête survenue en janvier 1981 sur les rivages des golfes de Tunis et de Hammamet, va commencer l’ère de la défense lourde. Les ouvrages utilisés sont, selon les cas, des murs de soutènement, des enrochements, des épis et des brise-lames. Comme c’est le cas dans d’autres littoraux, ils ont souvent occasionné, outre les lourdes dépenses, de nouveaux problèmes environnementaux (Paskoff, 1993; Oueslati, 1993) et ont parfois accentué l’érosion ou l’ont déplacée vers d’autres secteurs.

27Les murs de soutènement ont presque toujours, en favorisant la réflexion des eaux marines, accéléré la fuite des sédiments vers le large avant de céder sous l’effet du sapement basal par les vagues. Les épis ont eu des effets comparables à ceux des jetées des ports. Les brise-lames ont parfois eu les effets les plus néfastes. Certes, ils ont presque toujours permis la formation de tombolos (Zeggaf Tahri, 1999). Mais ces derniers ont un peu partout évolué vers des sols compactés et salés qui ont vite été colonisés par des plantes halophiles infestées de moustiques (fig. 11 et 12).

Fig. 11 - Tombolos formés à l’abri des brise-lames de la plage de Soliman

Fig. 11 - Tombolos formés à l’abri des brise-lames de la plage de Soliman

Transformés en terrain occupé par une végétation halophile ou hygrophile; les alvéoles sont souvent encombrées de feuilles de posidonie. Un paysage qui n’a rien à voir avec celui que les propriétaires étaient, un jour, venus chercher

Photographies: A. Oueslati

Fig. 12 – Exemple (à Mahdia) d’évolution de tombolos formés à l’abri de brise-lames

Fig. 12 – Exemple (à Mahdia) d’évolution de tombolos formés à l’abri de brise-lames

Tas de terre accumulés avant leur utilisation pour le remblayage de la zone humide nouvellement formée et plantation de palmiers

Photographies: A. Oueslati

28Si bien que, dans certains cas la décision a été de les couvrir par un matériel qui n’a rien à voir avec celui des plages et de les transformer en une terre battue parfois utilisée comme aire de parking pour les voitures des estivants. D’un autre côté, les alvéoles qui séparent les tombolos ont été parfois complètement comblées par des accumulations de sédiments fins et de feuilles de posidonies. Les odeurs dégagées par ces dernières, en décomposition, constituent une autre forme de nuisance. Non moins grave est le fait que les tombolos ont parfois aussi joué le rôle d’obstacles, très efficaces, sur le chemin de la dérive littorale défavorisant les plages situées en aval de ce courant. C’est le cas par exemple, à l’Ouest du village de résidences secondaires de Soliman, défendu par une batterie de cinq brise-lames. Coupée des apports de la dérive littorale en provenance des falaises gréseuses de Korbous, la plage a reculé à une vitesse annuelle de 5m au cours de la période 1996-2004.

3 - Des villes toujours décidées à continuer leur marche sur les plages et une défense douce qui n’arrive pas à prendre le relais de la défense lourde!

29Déjà, au cours des années 1970 et 1980, différentes études et publications (Italconsult, 1973; Oueslati, 1977; LCHF, 1981; Paskoff, 1985),ont attiré l’attention sur la vulnérabilité des plages et les risques qui guettaient les aménagements venus les côtoyer. Depuis, des lois ont été promulguées et différentes mesures ont été prises par les départements chargés des questions de l’environnement et de la gestion du milieu naturel, afin de lutter contre la dégradation de ces formes et les pratiques qui leurs sont nuisibles. Un important travail de délimitation du Domaine Public Maritime (DPM), même s’il est souvent venu trop tard, notamment dans les grandes villes et les zones touristiques, a été effectué et a eu des effets positifs en permettant de préserver certains espaces. La production scientifique et les rapports (notamment ceux élaborés dans le cadre des activités de l’APAL, Agence de la Protection et d’Aménagement du Territoire)consacrés au sujet et à l’organisation de la gestion et de l’occupation des plages n’ont cessé de se multiplier. Mais tout n’a pas progressé de la façon et au rythme souhaité. On a parfois même, l’impression que le fossé ne fait que se creuser entre les recommandations des scientifiques, les mesures législatives et les efforts des instances chargées de l’environnement côtier et de l’aménagement du littoral d’une part et les pratiques sur le terrain d’autre part.

30Certes, de tels efforts n’ont pas été sans écho. Une certaine prise de conscience s’est développée. Des cas d’aménagements récents qui ont, du propre gré de leurs propriétaires, gardé des distances parfois importantes par rapport au trait de côte existent aussi. À Jerba, on peut trouver des exemples d’unités hôtelières, relativement récentes, qui ont été implantées en arrière de la plage et de l’avant dune (Oueslati, 1995). Mais on a continué aussi, parfois jusqu’à nos jours, à reproduire des imprudences condamnées dès les premières publications relatives à l’érosion des plages. Pire encore, dans certains cas, se sont ajoutées de nouvelles pratiques nuisibles, notamment avec le développement de ce qu’on appelle les campagnes de nettoyage des rivages. La tendance est de plus en plus à une mécanisation de ces travaux. Ceci s’est souvent soldé par une défiguration du profil transversal de la plage et une destruction de la végétation de l’avant dune, dont on connaît bien la valeur tant pour la biodiversité que pour la fixation du sable et, partant, pour le développement d’une réserve sédimentaire de grande importance.

31Aussi continue-t-on à rencontrer tracteurs et charrettes à la recherche du sable sur les rivages et dans le lit des cours d’eau qui y débouchent. L’extension des espaces bâtis au détriment des plages et des dunes qui les bordent était encore chose très courante au cours des années 1990 et n’a pas encore totalement cessé. L’observateur ne peut que s’étonner devant les innombrables reproductions des mêmes imprudences dans des secteurs très proches l’un de l’autre. Il n’est pas rare par exemple, de voir s’élever des constructions aux côtés d’autres, préexistantes, qui ont perdu leur plage, qui ont commencé à souffrir de l’action des vagues ou qui ont été sévèrement endommagées.Parmi les nombreux exemples, nous citons le cas du village de résidences secondaires de Soliman plage situé dans le golfe de Tunis. Encore embryonnaire à la veille des années 1980, ce village a été largement installé sur la dune bordière et les constructions ont parfois empiété sur le bas de plage. Pourtant, à quelques kilomètres de là, les banlieues de Tunis (Hammam Lif, Ezzahra, La Goulette, Kheireddine, le Kram et Carthage) venaient de perdre leurs plages naturelles dont l’emplacement est occupé par des brise-lames, épis et enrochements. Il n’est pas étonnant que dès la fin des années 1980, à Soliman aussi, les constructions, dont les propriétaires avaient opté pour une position« pieds dans l’eau », aient commencé à être endommagées et qu’à partir du printemps de 1990, des travaux de défense par enrochements et brise-lames furent entrepris. Plus étonnant encore, aujourd’hui, un lotissement est en cours de réalisation dans le même secteur, sur le côté ouest de l’hôtel Solymar dont la plage a subi une érosion intense et nécessité une protection par des brise-lames. Les ventes vont toujours bon train alors que les vagues ont déjà emporté une bonne partie de la plage et s’attaquent à la partie externe des rues du lotissement (fig. 13)!

Fig. 13 - Deux photos prises, en 2003 et en 2010, immédiatement à l’Ouest de l’hôtel Solymar

Fig. 13 - Deux photos prises, en 2003 et en 2010, immédiatement à l’Ouest de l’hôtel Solymar

Elles montrent que malgré l’érosion on a nivelé ce qui restait des dunes bordières pour annexer leur emplacement au lotissement

Photographies: A. Oueslati

  • 2  D’après le site [http://www.apal.nat.tn]. D’autres secteurs aménagés en esplanades sont cités, mai (...)

32La persévérance dans l’erreur apparaît aussi à travers l’attachement aux techniques de la défense lourde malgré toutes les critiques formulées à leur égard, en Tunisie et ailleurs. Il est vrai qu’il n’y a pas eu beaucoup de recours à la technique des brise-lames et des épis après les années 1990. Mais la fixation du rivage, par les enrochements, les murs de soutènement et, plus récemment, par des routes et places côtières, souvent baptisées corniches ou esplanades!, a continué à être pratiquée. Parmi les actions les plus récentes, figurent celles qui ont figé la côte comprise entre Sayada et Rass Eddimess dans le Sahel et la côte orientale de la ville de Houmet Essouk à Jerba. Entre 1998 et 2006, les esplanades côtières réalisées, avec l’appui de l’APAL ont intéressé au moins 18,5km de linéaire côtier2.

33Par contre, et malgré les nombreuses recommandations figurant dans les travaux des scientifiques (Paskoff, 1985; Oueslati, 2004) et dans différentes études (Italconsult, 1973; LCHF, 1981; Hydrotechnica Portuguesa, 1995) réalisées pour le compte de départements publics chargés de l’environnement et de la gestion et de l’aménagement, l’ère de la défense douce, notamment par la technique du rechargement artificiel, n’arrive pas vraiment à voir le jour.

34Certes, de grands travaux sont programmés. Mais on ne voit pas encore leur concrétisation sur le terrain. Des appels d’offres intéressants commencent à voir le jour pour des interventions importantes. Il y a eu aussi quelques tentatives de rechargement ici et là, comme à Raf Raf et à Jerba. Mais, ne répondant pas toujours aux exigences de la technique et n’ayant pas toujours bénéficié du suivi nécessaire, elles n’ont pas permis d’aboutir aux résultats escomptés ou se sont carrément soldées par des échecs. Dans plusieurs cas, comme à Jerba, le rechargement s’est souvent fait dans le cadre d’initiatives privées, notamment par des hôteliers. Il a été fréquemment question de simples déversements sur l’estran sans études préalables concernant les volumes nécessaires ou même la nature du matériel utilisé et ses caractéristiques sédimentologiques. Très souvent aussi, le but était de sauver une saison touristique ou de remédier au plus vite à une situation critique imposée par une érosion rapide déclenchée par exemple, par un aménagement déréglant le transit littoral ou une forte tempête. Dans certaines situations, il était tout juste question de trouver un usage à des produits de dragages de ports.

35Une expérience importante, d’ailleurs considérée comme pilote, a été entreprise à Aghir, dans la zone touristique de l’île de Jerba. Mais elle ne fut pas menée au bon endroit. La plage traitée appartient à une côte qui montrait depuis le début des années 1990, au moins, des signes d’une érosion sévère (Oueslati, 1993) et qui a, de plus, été coupée des apports du transit littoral suite à la création d’une digue abri pour les pêcheurs du secteur. Le sable utilisé, pour le rechargement, estimé à quelque 60 000m3, a été pompé depuis le secteur situé sur la face nord de la digue exposée à la dérive littorale la plus active et où la plage s’est par conséquent développée. Le résultat n’a été concluant que pour une courte période. Car, très vite le site est devenu le siège de grandes accumulations de feuilles de posidonies et a connu un important colmatage par des sédiments fins, parfois dominés par la fraction vaseuse. Les hôtels du site se sont retrouvés, en l’espace de quelques années, sans plage sableuse et séparés de la mer par une étendue large de plusieurs hectomètres, impropre à la baignade. Or, une telle situation était prévisible (fig. 14).

Fig. 14

Fig. 14

La plage de Aghir, juste au lendemain de l’opération de rechargement et aujourd’hui: grandes quantités de feuilles de posidonie et travaux visant à enlever une partie des matériaux responsables de l’envasement du site

Photographie d’en haut: d’après M.-A. Torki, APAL, 2000 ; photographies du bas : A. Oueslati

36Dans un tel cadre caractérisé par sa faiblesse bathymétrique, la digue ne pouvait par sa forme et son orientation, que créer une zone d’ombre, dans laquelle la dynamique des eaux très affaiblie favorise les formes d’envasement. C’est encore une fois une illustration du hiatus qui a souvent existé entre scientifiques et décideurs.

37Plus grave, le rechargement est parfois devenu synonyme de remblaiement des estrans. Si bien qu’on est en train de passer d’une position de lutte contre l’érosion marine à une position de recherche de gain d’espace aux dépens de la mer. La plage, ou ce qui en reste, n’est plus alors une pièce importante. Elle passe sous des remblais de plus en plus engagés vers le large. Une telle pratique, ancienne dans certaines grandes villes comme Tunis, Bizerte et Sfax, s’est étendue au cours des dernières années à des agglomérations, petites de taille et dont les habitants ont longtemps tenu à garder une distance entre leurs constructions et la mer. Elle continue de nos jours en dépit de toutes les mesures législatives, notamment celles relatives à la protection du DPM. Les exemples les plus significatifs appartiennent aux rivages des agglomérations de la côte comprise entre Monastir et Bkalta où, en plus de l’importance des espaces remblayés, le risque vient de la nature même du matériel utilisé (fig. 15).

Fig. 15 - Exemple d’espaces (en hachures) gagnés sur la mer par remblayage entre les agglomérations de Lamta et de Sayada dans le Sahel

Fig. 15 - Exemple d’espaces (en hachures) gagnés sur la mer par remblayage entre les agglomérations de Lamta et de Sayada dans le Sahel

La photo, prise en mai 2008, donne une idée de la nature du matériel utilisé (restes de chantiers de construction, déchets de différentes usines, …). Ici l’espace gagné est en cours de transformation en un espace vert avec parcours de santé

Photographie du haut: A. Oueslati, photographie du bas: Google

38Ce dernier n’est souvent autre que des déchets de la ville: restes de matériaux de construction, déchets d’usines et parfois même des ordures ménagères. Les terrains gagnés grâce à une telle décharge sont occupés par des constructions ou aménagés en espaces verts, esplanades et parcours de santé de front de mer!

4 - Si des tempêtes comparables à celle de 1981, ou encore plus violentes, se produisaient! Et si le niveau de la mer montait?

39La tempête survenue en janvier 1981 dans le golfe de Tunis et dans la partie méridionale du golfe de Hammamet a permis, à l’époque, de prendre acte de l’extrême vulnérabilité des plages et des constructions édifiées à proximité. La première réaction était de chercher à se défendre contre la mer. C’est alors que fut donné le coup d’envoi à la défense lourde dans le pays. Mais l’évolution qu’ont connue, depuis, les plages, dans les villes et les zones touristiques, n’indique pas que des enseignements ont été vraiment tirés de cet événement.

40Au lendemain de la tempête, les laisses des vagues étaient bien circonscrites dans le paysage. Les eaux qui s’étaient avancées à travers l’espace bâti ont abandonné de grandes quantités de matériaux. Provenant surtout des constructions démolies, ces derniers ont couvert les chaussées des rues perpendiculaires au rivage et ont parfois été accumulés, dans leur limite interne, sous la forme d’un véritable cordon littoral éclairant en quelque sorte sur la limite que le bâti n’aurait pas dû franchir en direction de la mer. Mais le premier souci des responsables était d’en débarrasser, le plus vite, les rues et aucun relevé précis n’a été fait. Or, ce dernier aurait permis de mieux comprendre la dynamique qui peut s’installer avec un tel événement et dans pareil milieu et apporté des indications intéressantes pour la délimitation du DPM, ainsi que pour une meilleure définition des espaces à risque et de ceux à prohiber pour les constructions en dur dans d’autres secteurs côtiers. La vision prospective ayant manqué, tout est passé dans l’oubli et de nombreuses plages, jusque là non aménagées, ont évolué vers une situation comparable, par la densité du bâti et sa localisation par rapport au rivage, à celle des secteurs ravagés par la tempête de 1981.

41Le littoral du district de Tunis par exemple, a, depuis, bien changé de visage. Sur les quelque 45km de plages (depuis Raoued au Nord jusqu’à Hammam Echchat dans la banlieue sud), qui représentent environ 92 % de l’ensemble de la côte de ce district (le reste étant des falaises), environ 34km sont déjà bordés par des constructions en dur contre quelque 26km pendant les années 1980. Les tronçons de plages (11km) qui échappent encore aux aménagements directs et au bâti, le sont surtout parce qu’ils appartiennent à des rivages bordés par des marécages (les environs de l’embouchure de oued Miliane) ou par des espaces verts (la forêt de Hammam Echchat). De plus, une part importante de ces plages (environ 8,5km) connaît déjà des problèmes d’érosion et les travaux de protection existent dans de longs segments (presque 14km). Si bien que, la situation est beaucoup plus précaire qu’en 1981. En fait, ce type d’évolution s’observe dans toutes les villes littorales, quelle que soit leur taille, et dans les zones touristiques. Ceci apparaît bien à travers le tableau 2 qui présente quelques exemples variés, par la taille des villes et le type d’implantations littorales, et appartenant à différentes parties du littoral tunisien.

Tableau 2

Tableau 2

L’évolution du bâti au bord des plages et l’état actuel de ces dernières dans quelques villes et zones touristiques de la Tunisie

Dans ces mesures ne sont considérés que les rivages à plages sableuses ; ne sont pas comptés également les espaces occupés par les structures portuaires

42Ainsi, tout laisse penser qu’avec une tempête comparable à celle de janvier 1981, les dégâts pourraient donc s’avérer beaucoup plus lourds au niveau des aménagements. De nombreuses plages, ou plutôt des restants de plages, risquent de disparaître. En fait, cette même évolution rend les rivages des villes particulièrement vulnérables à l’élévation marine annoncée pour les prochaines décennies (IPCC, 1992; GIEC, 2007). Des travaux récents (Oueslati, 1991; Oueslati et al., 1992, Oueslati, 2004; DGQV, 2008) l’ont déjà dit. Les différents scénarios, basés sur les projections les plus récentes du niveau marin, montrent en effet, que lesproblèmes les plus épineux se poseront dans les rivages bordés par des constructions en dur, denses et continues sur de grandes distances et qui vivent déjà un déficit sédimentaire. Car, dans de telles circonstances les plages n’auront pas la possibilité de s’adapter à la nouvelle conjoncture. Les murs et les différents corps rigides s’opposeront à leur migration vers l’intérieur, à la manière d’un tapis roulant, connue à travers le principe de Bruun (Paskoff, 1993).

43De fait, cette migration est vue comme l’une des composantes essentielles de l’adaptation des plages à une tendance marquée par le retrait du rivage suite à une élévation du niveau marin ou par simple érosion. Les côtes de la Tunisie offrent de nombreuses illustrations d’une telle adaptation. Dans bien des secteurs, les plages ont continué à exister malgré les indices d’un retrait important de la ligne de rivage (fig. 16).

Fig. 16 - Blockhaus dans le littoral nord de Sousse

Fig. 16 - Blockhaus dans le littoral nord de Sousse

Engagé dans la mer alors qu’il se trouvait, lors de sa construction à l’époque de la deuxième guerre mondiale, au moins au niveau de l’avant dune
Le rivage s’est retiré mais la plage n’a pas disparu. Plus au Sud dans la même ville, la plage naturelle a localement disparu parce que bordée par des constructions en dur continues

Photographie: A. Oueslati

44Par contre, d’autres plages, parfois voisines, ont connu un démaigrissement important ou ont été totalement érodées à cause des constructions qui les bordent et qui occupent très souvent l’emplacement de l’avant dune.

Conclusion

45Ainsi, il apparaît que la perception, la fréquentation et l’utilisation des plages ont beaucoup évolué, en Tunisie, au cours du vingtième siècle. Mais le changement le plus significatif s’est produit durant les quatre dernières décennies et plus particulièrement depuis les années 1980 avec la confirmation et le développement du secteur touristique et l’accélération de l’urbanisation. Des rivages sableux longtemps livrés à la nature sont devenus densément aménagés et très recherchés. De leur côté, des agglomérations littorales qui ont longtemps tenu à garder une distance par rapport à la mer, ont autorisé leur bâti à s’étaler en direction des rivages souvent sur des terres humides. Peu importe le risque, l’essentiel est d’avoir un pied au contact de l’eau et une fenêtre qui donne sur le bleu.

46Cette course vers le bord de mer a conduit à plusieurs formes de dérèglement de la dynamique naturelle des plages mais aussi, et en même temps, à l’apparition de différentes formes de dégradation parmi lesquelles l’érosion est, souvent, l’élément le plus apparent ou le plus menaçant. Les imprudences les plus graves et fréquentes, au sein même des milieux urbains, et ayant conduit à une telle dégradation, ont accompagné la multiplication des aménagements de front de mer. C’est notamment le cas des implantations résidentielles, touristiques, industrielles et portuaires qui ont entraîné une perturbation de la dynamique sédimentaire dans le profil des plages et le long du rivage. Cette responsabilité de l’homme, à travers l’urbanisation, dans l’aggravation des risques liés à l’érosion marine apparaît clairement. Les plages les touchées par l’érosion appartiennent aux segments de côtes qui renferment les villes et les zones touristiques les plus importantes. C’est aussi dans ces mêmes zones qu’ont été entrepris les travaux de protection les plus nombreux et les plus coûteux mais qui ont souvent aussi aggravé le problème parce qu’ils sont la plupart du temps restés au niveau de la défense lourde. 

47L’origine du mal se trouve aussi dans un man­que, parfois très net, au niveau des approches intégrées et des approches prospectives, de la coordination entre les différentes instances concernées par la gestion et l’aménagement des espaces naturels, ainsi que des insuffisances au niveau de la connaissance des plages, faute de recherches approfondies et d’études d’impact, préalablement à leur exploitation. Le malheur est souvent venu des faiblesses des études et des diagnostics qui ont présidé à l’aménagement. Si bien que les plages des villes tunisiennes ont longtemps offert, et continuent parfois à offrir, une remarquable illustration du déphasage ou de la coupure qui existe entre les aspects juridiques et les efforts déployés par certains départements chargés de la protection de l’environnement d’une part et l’attitude de leurs utilisateurs d’autre part. La même constatation s’applique quant à la valorisation des résultats et recommandations des recherches scientifiques. L’intérêt économique l’a presque toujours emporté sur l’environnemental. Les scientifiques, spécialistes du milieu naturel, n’ont commencé à être vraiment suivis que lorsque, et parfois seulement là où, la situation s’est trop dégradée.

48Il faut reconnaître aussi que la recherche scientifique a encore bien des questions à affiner. Les plages de la Tunisie, offrent, par la variété des espaces naturels et humains auxquels elles appartiennent ainsi que par leur histoire, un terrain très propice à la recherche. Mais on a parfois continué à voir paraître des écrits qui, par leur contenu et surtout par leur approche et apport, ne dépassent pas des publications datant des années 1980 et parfois même des années 1970. Plus grave, l’observation directe du terrain a souvent fortement décliné au profit de l’analyse à distance facilitée par l’outil informatique. Le retard est toujours important au niveau des études quantitatives significatives et criant quant à la modélisation et aux approches de simulation. De plus, les tentatives dans ce domaine n’ont souvent fourni que des résultats douteux ; car plusieurs données de base sont encore lacunaires ou manquent carrément pour différents espaces (mesures directes, courantologie, contenu biologique de plusieurs rivages, mobilité du sol, dynamique sédimentaire au large, …).

49Mais aujourd’hui, la protection des plages reste surtout du ressort des pouvoirs publics. C’est à ces derniers qu’incombe l’application des différentes lois et mesures déjà existants et qui constituent, si elles sont bien appliquées, un garant de protection au moins pour les rivages qui échappent encore à l’urbanisation et dont on sait combien ils sont, ou ils peuvent être, convoités. Si ces lois et mesures avaient été appliquées depuis leur promulgation, plusieurs plages ne seraient pas dans l’état de dégradation que nous connaissons. Parallèlement, un grand effort est à faire au niveau de l’application des nouvelles techniques et approches de protection des plages et une place plus importante doit revenir à la recherche scientifique et aux approches prospectives.

50Bien connaître les unités naturelles, dans leur fonctionnement actuel et face aux aléas d’aujourd’hui et de demain, avant leur aménagement, aidera à mieux préparer et orienter l’aménagement. Continuer à marginaliser l’apport de la recherche scientifique au nom de la rentabilité économique immédiate, est contre tout développement durable. Il ne pourra que faire perdurer la boule de neige; on continuera à voir, comme par le passé, se reproduire les mêmes bavures.

Top of page

Bibliography

Ben Ali B., (2001), La côte de Maamoura-Beni Khiar: géomorphologie et environnement, DEA de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, université de Tunis, 209 p.

Bouaziz R., (2001), La côte de Chaffar: géomorphologie et environnement, DEA de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, université de Tunis, 130 p.

Brahim F., (2001), Le Sahel central et méridional: géomorphologie et dynamique récente du milieu naturel, doctorat de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, université de Tunis, 432 p.

DGQV (Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité de la Vie),(2008), Étude de la vulnérabilité environnementale et socio-économique du littoral tunisien face à une élévation accélérée des niveaux de la mer dues aux changements climatiques et identification d’une stratégie d’adaptation, Rapport de synthèse, version définitive, 58 p.

El Arrim A., (1996), Étude d’impact de la dynamique sédimentaire et des aménagements sur la stabilité du littoral du golfe de Tunis, thèse doctorale de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, université de Tunis, 223 p.

GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat),(2007), Bilan 2007 des changements climatiques: rapport de synthèse, 103 p.

Hydrotecnica Portuguesa, (1995), Étude générale pour la protection du littoral tunisien, rapports I-V, 165 p.

Khali A., (2001), Les plages du golfe de Tunis de la Goulette à Hammam Lif: dynamique morphologique récente et apports des archives à la connaissance de leur évolution, DEA de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, université de Tunis, 125 p.

IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), (1992), Global climate change and the rising challenge of the sea, Report of the Coastal Zone Management.

Italconsult, (1973), Projet d’infrastructure touristique, contrôle de l’érosion marine, ONTT, Tunis, 187 p.

LCHF (Laboratoire Central d’Hydraulique de France), (1981), Protection des plages sud de Tunis, 1ère partie: diagnostic sédimentologique, Ministère de l’Équipement, Direction des services aériens et maritimes.

Long B. et Karakiewicz B., (2002), Réhabilitation du littoral Nord-Est de Jerba, Tunisie, in Erosion littorale en Méditerranée occidentale: dynamique, diagnostic et remèdes, CIESM workshop series no 18, 104 p., CIESM, Monaco, p. 63-65, [en ligne]

Nouri Y. et Paskoff R., (1980), Remarques sur le comportement actuel des plages dans le fond du golfe de Tunis, Revue tunisienne de géographie, 6; p. 145-150.

Oueslati A. (ex-Rebhi), (1977),Levé et commentaire de la carte géomorphologique de Metline au 1: 50 000, mémoire dans le cadre d’un certificat d'aptitude de recherche; université de Tunis, 86 p.

Oueslati A., (1991), Coastal geomorphology and sea level rise consequences in Tunisia, New Brunswick, New Jersey: Institute of Marine and Coastal Sciences, Division of Coastal and Environmental Studies, International Sea Level Rise Studies Project, 21 p.

― (1993), Les côtes de la Tunisie ; Géomorphologie et Environnement et aptitudes à l’Aménagement, Publications de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, Tunis, 387 p.

― (1995), Les îles de la Tunisie, Publications CERES, 368 p.

― (2004), Littoral et aménagement en Tunisie, Orbis presses, 534 p.

Oueslati A., Devine N., (1992), Quantification of risk to Tunisia from an accelerated sea-level rise, New Jersey: Institute of Marine and Coastal Sciences, Division of Coastal and Environmental Studies, International Sea Level Rise Studies Project, Phase II, 28 p.

Paskoff R. (1985), Les plages de la Tunisie, Editec, Caen, 198 p.

― (1993), Côtes en danger, collection « Pratiques de la géographie », Masson, Paris, 250 p.

Sahtout N., (2001), Les plages de la côte de Nabeul-Hammamet: Géomorphologie et apport des archives locales à la connaissance de leur évolution récente, DEA de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, université de Tunis, 103 p.

Slim H., Trousset P., Paskoff R., Oueslati A., (2004), Le Littoral de la Tunisie: étude géoarchéologique et historique, éd. CNRS, France, 308 p.

Zeggaf Tahri M., (1999), Étude de l’impact des ouvrages de protection sur la dynamique sédimentaire du littoral du golfe de Tunis et des côtes nord de Mahdia, thèse de la faculté des Sciences Humaines et Sociales, université de Tunis, 140 p.

Top of page

Notes

1  Les noms de lieux sont donnés sur les figures correspondantes à l’objet pour lequel ils sont évoqués.

2  D’après le site [http://www.apal.nat.tn]. D’autres secteurs aménagés en esplanades sont cités, mais leur extension est exprimée en superficies.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Agglomérations, autres que les grandes villes, qui ont vu leur bâti s’étendre jusqu’à la plage alors qu’elles ont continué à en être séparées par des étendues plus ou moins importantes (indiquées en km sur la figure), généralement consacrées à l’agriculture ou à des activités d’extraction du sable et de la pierre, jusqu’à la fin de la première moitié du xxe siècle
Credits Conception et réalisation: A. Oueslati, 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-1.png
File image/png, 16k
Title Fig. 2 et 3
Caption Chebba et Korba: deux des nombreuses agglomérations qui ont vu leur tissu urbain s’étendre en direction des plages avec lesquelles il a longtemps gardé une distance parfois importante.1-plage, 2-sebkha, 3-route principale, 4-espace bâti jusqu’au début du xxe siècle, 5-jusqu’au milieu du xxe siècle, 6-vers la fin du xxe siècle
Credits Conception et réalisation: A. Oueslati, 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-2.png
File image/png, 31k
Title Tableau 1
Caption Exemples de vitesses de déplacement de rivage sableux dans les villes et les zones touristiques de la Tunisie
Credits Valeurs recueillies dans la bibliographie citée ou obtenues par des mesures personnelles. Elles sont souvent le résultat de comparaisons de photos-aériennes de différentes dates. La correction géométrique de telles photos n’ayant commencé à devenir courante, en Tunisie, qu’au cours des dix dernières années, certaines valeurs doivent donc être prises avec beaucoup de précaution
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-3.png
File image/png, 60k
Title Fig. 4
Caption Trois photos illustrant l’évolution de la plage de Hammamet à la hauteur du mur externe de l’hôtel Aladin, situé entre les hôtels Sindabed et Parc.Sur la première photo, prise au début de l’été de 1995, la plage couvre le pied du mur d’enceinte de l’hôtel Aladin sur presque la moitié de sa hauteur. Sur la deuxième photo, prise au lendemain d’une tempête sur­venue à la fin de l’automne de 2001, la plage a perdu une partie importante de son matériel ; le mur est affouillé à la base et menace de basculer. Dans la troisième photo, datant du printemps de 2002, la plage s’est partiellement reconstituée
Credits Crédit photo: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-4.png
File image/png, 300k
Title Fig. 5
Caption Évolution de la largeur de la plage de l’hôtel Sindabed à Hammamet
Credits Réalisation: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-5.png
File image/png, 7.4k
Title Fig. 6
Caption Les rivages sableux directement bordés par des constructions (indiqués en noir gras) à l’orée (A) et la fin (B) du xxe siècle.
Credits Sources : cartes marines de la fin du xixe siècle, différentes missions de photos aériennes, cartes topo­graphiques de différentes dates et relevés personnels sur le terrain
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-6.png
File image/png, 14k
Title Fig. 7
Caption Les plages (indiquées en gras) dans lesquelles ont été signalées (dans la bibliographie et les documents d’archives) des manifestations d’érosion au début (A), au milieu (B) et à la fin (C) du xxe siècle : une évolution parallèle à celle donnée par la figure 6
Credits Réalisation: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-7.png
File image/png, 21k
Title Fig. 8
Caption Origines des estivants qui fréquentent les plages de Kalaat Landlouss* et Maamoura-Bni Khiar**. Une part importante vient de Tunis parce que ses plages sont devenues de plus en plus encombrées et ont, surtout, subi différentes formes de dégradation dont celles dues à l’érosion
Credits * D’après Oueslati, 2004) ** D’après statistiques de Ben Ali, 2001
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-8.png
File image/png, 30k
Title Fig. 9
Caption La plage de Raf Raf: l’un des nombreux exemples de plages ayant connu une forte et rapide dégradation par érosion suite à l’envahissement de l’avant dune par des constructions en dur À l’état naturel cette plage est limitée, dans ses deux extrémités, par des falaises vives ce qui lui permet de bénéficier d’une alimentation sédimentaire par la dérive littorale. Mais elle appartient à une côte à mode battu et ne reçoit pas de cours d’eau importants. Elle devient particulièrement vulnérable dès que des constructions en dur s’approchent de l’espace atteint par les vagues de tempêtes
Credits Photographies : A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-9.png
File image/png, 145k
Title Fig. 10 - Évolution de la plage de l’hôtel El Mamounia à Klibia
Caption Mesures faites directement sur le terrain au niveau de l’extrémité orientale de la terrasse de l’entrée de l’hôtel; pour 1981, d’après le plan de ville de Klibia. Cette plage, large de 58 m au début des années 1980, ainsi que la terrasse qui la bordait ont été érodées. La place est désormais couverte par un enrochement. Une telle situation s’explique par le bâti qui a empiété sur la partie interne de la plage mais aussi par la nature du site. Ce dernier ne bénéficie pas d’apports sédimentaires importants et est exposé aux vents du Nord Est. Il a été, en plus, coupé des apports de la dérive littorale par les jetées du port de pêche de Klibia situé du côté septentrional
Credits Photographie et réalisation des croquis: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-10.png
File image/png, 145k
Title Fig. 11 - Tombolos formés à l’abri des brise-lames de la plage de Soliman
Caption Transformés en terrain occupé par une végétation halophile ou hygrophile; les alvéoles sont souvent encombrées de feuilles de posidonie. Un paysage qui n’a rien à voir avec celui que les propriétaires étaient, un jour, venus chercher
Credits Photographies: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-11.png
File image/png, 202k
Title Fig. 12 – Exemple (à Mahdia) d’évolution de tombolos formés à l’abri de brise-lames
Caption Tas de terre accumulés avant leur utilisation pour le remblayage de la zone humide nouvellement formée et plantation de palmiers
Credits Photographies: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-12.png
File image/png, 248k
Title Fig. 13 - Deux photos prises, en 2003 et en 2010, immédiatement à l’Ouest de l’hôtel Solymar
Caption Elles montrent que malgré l’érosion on a nivelé ce qui restait des dunes bordières pour annexer leur emplacement au lotissement
Credits Photographies: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-13.png
File image/png, 406k
Title Fig. 14
Caption La plage de Aghir, juste au lendemain de l’opération de rechargement et aujourd’hui: grandes quantités de feuilles de posidonie et travaux visant à enlever une partie des matériaux responsables de l’envasement du site
Credits Photographie d’en haut: d’après M.-A. Torki, APAL, 2000 ; photographies du bas : A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-14.png
File image/png, 196k
Title Fig. 15 - Exemple d’espaces (en hachures) gagnés sur la mer par remblayage entre les agglomérations de Lamta et de Sayada dans le Sahel
Caption La photo, prise en mai 2008, donne une idée de la nature du matériel utilisé (restes de chantiers de construction, déchets de différentes usines, …). Ici l’espace gagné est en cours de transformation en un espace vert avec parcours de santé
Credits Photographie du haut: A. Oueslati, photographie du bas: Google
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-15.png
File image/png, 525k
Title Tableau 2
Caption L’évolution du bâti au bord des plages et l’état actuel de ces dernières dans quelques villes et zones touristiques de la Tunisie
Credits Dans ces mesures ne sont considérés que les rivages à plages sableuses ; ne sont pas comptés également les espaces occupés par les structures portuaires
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-16.png
File image/png, 56k
Title Fig. 16 - Blockhaus dans le littoral nord de Sousse
Caption Engagé dans la mer alors qu’il se trouvait, lors de sa construction à l’époque de la deuxième guerre mondiale, au moins au niveau de l’avant duneLe rivage s’est retiré mais la plage n’a pas disparu. Plus au Sud dans la même ville, la plage naturelle a localement disparu parce que bordée par des constructions en dur continues
Credits Photographie: A. Oueslati
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4928/img-17.png
File image/png, 111k
Top of page

References

Electronic reference

Ameur Oueslati, « Plages et urbanisation en Tunisie: des avatars
de l’expérience du xxe siècle aux incertitudes
de l’avenir », Méditerranée [Online], 115 | 2010, Online since 30 December 2012, connection on 27 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4928 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4928

Top of page

About the author

Ameur Oueslati

Professeur en géomorphologie littorale, aménagement des milieux naturels, risques naturels et anthropiques, laboratoire CGMED, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université de Tunis 

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page