Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Thierry Boissière, Le jardinier et le citadin. Ethnologie d’un espace agricole urbain dans la vallée de l’Oronte en Syrie

(2005), Institut français du Proche-Orient : DGCID (MAE)-CNRS (FRE 2895), Direction scientifique des études médiévales, modernes et arabes, publié avec le concours du GREMMO/CNRS (UMR 5195), Damas - Syrie, 51 fig. et cartes, 29 tabl., 49 photos, 479 p.
Jean-Noël CONSALES
p. 113-114
Bibliographical reference

Thierry Boissière, (2005), Le jardinier et le citadin. Ethnologie d’un espace agricole urbain dans la vallée de l’Oronte en Syrie, Institut français du Proche-Orient : DGCID (MAE)-CNRS (FRE 2895), Direction scientifique des études médiévales, modernes et arabes, publié avec le concours du GREMMO/CNRS (UMR 5195), Damas - Syrie, 51 fig. et cartes, 29 tabl., 49 photos, 479 p.

Index terms

Geographical index :

Syrie, Oronte (fleuve et vallées)
Top of page

Full text

1Contrairement aux villes des pays industrialisés, dans lesquelles les banlieues agricoles ont disparu, les villes des pays en voie de développement conservent, en périphérie, des espaces de production maraîchère et fruitière. Indispensables à l’approvisionnement des marchés urbains, ces jardins constituent de fait de véritables interfaces entre les villes et les campagnes. Ce sont ces zones d’« entre deux », comme les nomme Françoise Métral dans la préface du livre (p. 15), qu’a étudié l’anthropologue Thierry Boissière (maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2), dans deux villes syriennes de la vallée de l’Oronte : Homs et Hama. Résultant d’un profond travail de recherche doctorale, l’ouvrage ainsi présenté est remarquable tant pour la rigueur de son analyse et la clarté de son texte que pour la qualité de ses nombreuses illustrations (51 figures et cartes, 29 tableaux, 49 photos).

2Dès l’introduction, l’auteur se fixe pour objectif de « rendre compte des processus d’évolution et d’adaptation qu’a connu le groupe professionnel des jardiniers de Homs et Hama à la suite des changements socio-économiques qui se sont produits au cours des cinquante dernières années » (p. 32). Se fondant sur cette approche historique, Thierry Boissière commence, dans la première partie, par décrire la situation des jardins et de leurs exploitants, durant les années 1930-1940. À l’époque, les zones agricoles relèvent de réels enjeux stratégiques pour Homs et Hama. En effet, elles permettent non seulement de pourvoir aux besoins alimentaires des citadins, mais encore de s’affranchir de l’influence directe de campagnes reculées, parfois hostiles au pouvoir urbain. L’auteur décrit la singularité des jardiniers dans la ville, sis entre « marginalité et intégration » (p. 115). Il met également en exergue la dépendance de ce groupe professionnel à l’égard des notables urbains, propriétaires de terres qu’ils n’exploitent pas eux-mêmes. Par ailleurs, s’appuyant sur la comparaison du rapport ville/jardin à Homs et Hama, il dégage deux types de zones agricoles urbaines : la « ghouta »(oasis ou vallée fertile irriguée) homsiote ouverte sur l’extérieur et « les jardins urbains » hamiotes, coupés de l’environnement rural et domaine réservé de la société citadine (p. 428).

3Dans la deuxième partie, Thierry Boissière s’attache à décortiquer le processus de marginalisation de ces espaces de culture périphériques, depuis les années 1950. Limités dans leurs volumes de production et concurrencés par de nouveaux bassins ruraux, les jardins ont une position de plus en plus fragile au sein des villes. L’auteur démontre cependant que l’évolution des structures foncières, des rapports productifs et des modes d’organisation socioprofessionnelle contribue à replacer les jardiniers au centre du système de production, d’exploitation et parfois de distribution. Ces derniers deviennent bel et bien les véritables acteurs et bénéficiaires de leur agriculture. La troisième partie décrit avec précision le système agricole des jardins de Homs et Hama. Elle présente une agriculture intensive tournée vers la polyculture et étroitement liée à la ville, tant en termes de débouchés que de savoir-faire. Elle analyse, en outre, le rôle social des jardins. Véritables lieux de vie et de rencontre, ces derniers participent de la sociabilité urbaine.

4La quatrième partie atteste, à ce titre, du renforcement de leur fonction dans l’économie de quartier, en dépit de leur perte d’importance à l’échelle globale des villes. De plus en plus perçues, par les populations urbaines, comme des espaces privés, inaccessibles voire archaïques, les zones agricoles sont en parties intégrées dans des projets municipaux de création de parcs. Dès lors, la fonction productive du non-construit semble moins essentielle que son rôle récréatif et paysager.

5En conclusion, l’auteur s’interroge néanmoins sur l’étonnante pérennité des jardins de Homs et Hama. Pour lui, celle-ci témoigne de la résistance plus générale de ces deux villes intermédiaires « à la modernité imposée par l’État (…) et à la destruction, plus ou moins programmée, plus ou moins avancée, du tissu urbain traditionnel » (p. 434). Mais au-delà de ces considérations purement sociales, cette persistance ne traduit-elle pas surtout l’importance, dans les pays en voie de développement, de la « rente économique de proximité » évoquée dès le xixe siècle par Von Thünen ?

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Noël CONSALES, « Thierry Boissière, Le jardinier et le citadin. Ethnologie d’un espace agricole urbain dans la vallée de l’Oronte en Syrie », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 04 December 2008, connection on 27 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/493

Top of page

About the author

Jean-Noël CONSALES

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page