Skip to navigation – Site map
Se protéger de la mer

Budget sédimentaire du littoral de la baie d’El Jadida (Maroc).

Méthodes d’études et implications pour la gestion des côtes
Sedimentary budget of the coast of the bay of El Jadida (Morocco)
Methods of studies and implications for the management of coast
Mohamed Chaïbi and François Sabatier
p. 116-124

Abstracts

The sedimentary budget of the El Jadida bay, on the Marrocco Atlantic coastline, has been evaluated using several methods. This partialy urbanised beach is of high touristic interest. The sediment budget is mostly stable, but has a central erosional area which is the most vulnerable sector of the beach. The Oum Er-Rbia oued constitutes the source of sediments. Since its dams equipment in the end of the 40’s, it provides insufficient sediment system for the sustainability of the littoral system.

Top of page

Full text

1Sur la façade atlantique marocaine, la baie d’El Jadida est particulièrement représentative des enjeux méthodologiques proposés aux gestionnaires des espaces littoraux. Elle a connu en effet un aménagement important pour accueillir et développer l’économie touristique et sa partie sud constitue la plage urbaine de la ville. Par conséquent, l’établissement d’un budget sédimentaire général s’avère indispensable pour la gestion de cette baie. Cette approche est d’autant plus importante que cet espace est situé à l’embouchure de l’Oum Er-Rbia, deuxième fleuve marocain, sur lequel 8 barrages ont un rôle de rétention sédimentaire, dont les effets sont connus sur l’érosion littorale (Badraoui et Hajji, 2001, Remini et Remini, 2003; Reminin et Hallouche, 2005).

  • 1  Cf. glossaire en fin d'article.

2Le concept de budget sédimentaire des plages est relativement ancien puisque les premiers travaux datent des années 1960 (Bowen et Inman, 1966), formalisés durant les années 1970 (Komar, 1976). Très tôt les chercheurs en domaine littoral ont cherché à quantifier les bilans sédimentaires des différentes unités qui composent le prisme littoral(1) (dune, plage, zone du déferlement, petits fonds) pour mieux en comprendre les échanges sédimentaires. Cette pratique, courante en ingénierie (SPM, 1984) est cependant complexe à mettre en œuvre car elle nécessite de combiner plusieurs approches méthodologiques, dont chacune présente des limites et induit des résultats qui peuvent être quelques fois contradictoires. L’établissement d’un budget sédimentaire d’une plage demande donc une analyse critique des observations de terrain et des calculs théoriques (Komar, 1996). Les budgets sédimentaires des plages de baies sont d’autant plus complexes à réaliser que le transit littoral est souvent bidirectionnel (Silvester, 1970). En outre les organismes fluviaux qui débouchent dans une baie modifient son budget sédimentaire de manière chaotique, au rythme des crues (Komar, 1976) Enfin, les limites latérales des baies présentent théoriquement des « frontières », dont la perméabilité vis à vis des flux sédimentaires n’est pas toujours facilement mesurable (Bowen et Inman, 1966). De plus, les budgets sédimentaires des baies n’ont pas fait l’objet d’investigations méthodologiques novatrices récentes, au contraire des plages ouvertes à la houle et de leurs embouchures tidales(1) (Rosati, 2005). Par conséquent, les études de cas établissant le budget sédimentaire de plages de baies peuvent apporter des éléments de réflexions sur ces environnements, pour les scientifiques mais aussi pour les gestionnaires.

1 - Présentation de la zone d’étude

3La plage d’El Haouzia, dans la baie d’El Jadida, est située sur la façade atlantique marocaine (33° 18’ N et 8° 24’ W). Le secteur d’étude s’étend depuis la digue portuaire, au Sud (plage de la Ville et de Deauville), jusqu’à l’embouchure de l’oued d’Oum Er-Rbia, au NE (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Localisation du site d’étude

Cartographie Mohamed Chaïbi

4La plage d’El Haouzia est une plage sableuse (D50 = 0,28 mm environ). Elle présente une organisation transversale presque homogène des unités morphologiques: le cordon dunaire ancien et végétalisé est large (jusqu’à 800 m), les dunes embryonnaires bordières sont présentes partout, la plage stricto sensu, d’une largeur de 100 à 150 m est bordée par un estran(1) plutôt rectiligne (fig. 1 et photo 1).

Photo 1

Photo 1

Le système plage-dune de la baie d’El Jadida

Cliché Mohamed Chaïbi

5Dans le prolongement de l’estran, la plage immergée est rectiligne et, à notre connaissance, elle ne montre pas de barres d’avant cote. La partie centrale de la baie présente plusieurs particularités: des zones rocheuses affleurent, qui témoignent donc d’une faible épaisseur du prisme sableux, l’altimétrie de l’estran est plus faible que sur les partie Nord et Sud et les dunes sont basses et dégradées avec des siffle-vents(1). Par contre, au sud, dans le fond de la baie et à l’abri de la digue portuaire (plage de la Ville et de Deauville), la plage ne présente pas de cordon dunaire du fait des aménagements touristiques.

6Avec un module de 117 m³/s, l’oued Oum Er-Rbia, qui prend sa source dans le Moyen Atlas (1240 m), est le 2nd fleuve marocain et communique avec l’océan par un seul chenal principal. L’embouchure est peu profonde (4m à marée basse) et sa largeur est réduite, ne dépassant pas 200m. En relation avec une charge sédimentaire faible induite par la construction de 8 barrages en amont dès les années 1940 et avec l’action des courants de marée à son embouchure, le chenal qui arrive en mer ne présente pas de lobe d’accumulation, mais prend la forme d’un petit canyon sous-marin avec des ruptures de pentes assez marquées (1 à 3 m de haut), surtout en rive droite. D’après les critères établis par Fitzgerald et al. (2001) sur l’évolution des embouchures tidales naturelles, l’embouchure de l’oued d’Oum Er-Rbia se classe dans le sixième type, parmi les embouchures dominées par les houles, wave dominated inlet.

7Les vents dominants de la région sont de secteur W, N et NE. Les vents forts (11 à 16 m/s) proviennent des secteurs W et SW. Ils parcourent une surface marine considérable avant d’atteindre la côte et induisent des houles bien formées. Le climat de houle est déterminé à partir des données fournies par le Service Météorologique Maritime du Maroc (1999). Les houles dominantes proviennent du cadran WNW à NW pendant 78 % du temps. Les houles les plus efficaces sont celles dont les périodes sont longues (+/-11 secondes). Leur fréquence dépasse 59 % du temps. Le plan d’eau est régulièrement agité puisque les hauteurs significatives supérieures à 2 m dépassent 40 % des cas. La marée est de type semi-diurne, avec une période de 12 h 25 mn. Si la marée « moyenne » est proche de 2‑3 m de haut, les plus fortes amplitudes enregistrées sont de l’ordre de 4,48 m pendant les vives eaux (août 2001).

8L’établissement du budget sédimentaire de la baie d’El Jadida passe donc par la détermination de l’influence des houles sur le transit sédimentaire et sur l’évolution du trait de côte, sur la mesure des échanges du système plage-dune et la quantification des apports de l’oued Oum Er-Rbia.

2 - Méthodologie

2.1 - Mesure de l’énergie à la côte: plans de houle, indices de réfraction et dérive littorale

9Afin de cerner la répartition de l’énergie et les caractéristiques de la houle sur la baie d’El Jadida, nous avons réalisé des simulations de la propagation de la houle à l’aide du modèle Fudda-Vag, qui utilise la théorie des rayons(1). Cette approche est relativement simpliste mais elle a été utilisée en première approximation pour sa rapidité d’exécution afin de procurer des ordres de grandeurs de la propagation de la houle. Pour les trois directions de propagation de houle choisies, NNW, NW et WNW, nous avons retenu une période (T) de 11 secondes. Les coefficients de réfraction(1) de la houle à la côte ont été répartis en trois classes, afin de mettre en évidence les secteurs moins exposés aux attaques des houles (Kr < 1), ceux moyennement exposés (1 ≤ Kr ≥ 1,3) et enfin les zones très exposées (Kr > 1,3).

10À partir de plans de propagation et du climat de houle, issu de sorties de modèles océanographiques (Service Météorologique Maritime du Maroc, 1999), les résultats obtenus nous ont permis de simuler le transport sédimentaire total et résultant(1) annuel au moyen de l’équation du SPM (1984). La hauteur de houle au déferlement est calculée à partir de la formule de Goda (1970) et l’incidence des vagues au rivage est estimée au niveau de la côte bathymétrique -5m. Le gradient du transport sédimentaire résultantsera aussi interprété en terme de bilan sédimentaire générépar la dérive littorale, afin d’estimer l’évolution de la ligne du rivage à moyen terme. Ces calculs décrivent les processus qui affectent la plage à une échelle pluri-annuelle (Stive et de Vriend, 1995). Toutes ces procédures, utilisées par Chaïbi (2003), sont décrites dans le SPM (1984).

2.2 - Mesure de l’évolution du rivage

11L’évolution du rivage s’appuie sur une comparaison entre des clichés aériens verticaux, réalisés en 1988 et 1997 sur la majeure partie de la baie. À proximité de l’embouchure, les clichés utilisés proviennent de missions réalisées en 1949, 1984 et 1996. Les méthodes de traitements et d’intégration sous Système d’Information Géographique (SIG) reprennent les techniques aujourd’hui classiques en milieu littoral. Compte tenu de la mauvaise résolution des images et des difficultés de calages, l’erreur d’interprétation du rivage est estimée à +/- 9 m pour chaque date.

2.3 - Mesure de l’évolution annuelle du prisme littoral par profils topographiques

12Afin de rendre compte de l’évolution annuelle de l’estran, de la plage et des dunes embryonnaires, deux séries de 11 profils topographiques ont été réalisées au moyen d’un tachéomètre entre juin 2001 et mai 2002. Les profils sont extrapolés latéralement entre eux pour reproduire les variations volumiques du site d’étude.

3 - Résultats

3.1 - Propagation de la houle

13De manière synthétique, quel que soit le secteur de provenance de la houle, les fortes concentrations d’énergie (Kr > 1,3) se situent au niveau des pointes d’El Jadida au Sud et celle d’Azemmour au Nord (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Propagation de la houle de secteurs NNW, NW et NE (T=11s)

Conception et réalisation : Mohamed Chaïbi

14 Logiquement, la baie est relativement abritée des houles entre ces deux caps. Au Sud de la plage d’El Haouiza, la force de la houle est réduite, du fait de la protection par le pointement rocheux de la ville et la digue portuaire. La partie centrale de la baie connait des situations diverses selon la provenance des houles: les coefficients de réfractions (Kr) y sont faibles à forts, ce qui laisse supposer de rapides variations longitudinales de l’énergie des vagues à la côte, qui pourraient se traduire théoriquement par la succession de zones d’érosion et de dépôts.

3.2 - Quantification du transport longitudinal à moyen terme

15Le transport longitudinal total calculé dans la baie d’El Haouzia, c’est à dire mis en mouvement pour tous les secteurs de houles, est très important puisqu’il varie de 1 à 5 millions de m3/an selon les secteurs. Selon les calculs, les valeurs les plus élevées se trouvent aux bornes du site d’étude, entre les profils 1 et 5 (Sud) et entre les profils 31 et 34 (Nord). Dans la partie centrale, le transport total oscille autour de 1 million de m3/an.

16Le transport longitudinal résultant théorique (fig. 3) forme 3 secteurs différents, de part et d’autre des points de calcul 20 et 6.

Fig. 3

Fig. 3

Transit littoral résultant (m3/an)

Cartographie Mohamed Chaïbi

17Le point de calcul 20 correspond à une divergence, au nord de laquelle le transit sédimentaire est orienté vers le Nord avec des valeurs globalement homogènes, proches de 1 million de m3/an; le transport résultant est globalement similaire au transport total ce qui témoigne d’une direction dominante du transit. Au Sud de ce point, le transport global s’oriente vers le Sud. Entre les points 6 et 20, il varie de 60000 à 2,2 millions de m3/an. Le transport total est largement supérieur au transport résultant, ce qui suggère qu’un transit bidirectionnel est possible. En effet le transport présente deux secteurs aux comportements différents, convergeant entre les points 8 et 9 et divergeant entre les points 7 et 6. Il est localement inversé (vers le Nord) aux points de calcul 7-8 et 19. Au sud du point de calcul 6, le transit résultant, identique au transit total (500000 à 5 millions de m3/an),montre une direction dominante vers le sud.

18Le bilan sédimentaire théorique (fig. 4) s’appuie sur le gradient longitudinal du transport résultant et présente donc un fonctionnement différencié suivant les secteurs. Les valeurs obtenues sont très importantes puisqu’elles varient entre 300000 m3/an et 1,2 millions de m3/an. Globalement, ce fonctionnement présente deux zones bien marquées par l’érosion et d’autres en accumulation. Les zones en accumulation sont réparties le long de la baie ainsi que dans la partie septentrionale au niveau de la rive droite de l’oued d’Oum Er-Rbia. En revanche, les zones d’érosion sont localisées principalement au milieu et au Sud de la baie à la limite des infrastructures portuaires.

Fig. 4

Fig. 4

Bilan sédimentaire du transit littoral (m3/an)

Cartographie Mohamed Chaïbi

3.3 - Évolution à moyen terme du trait de côte de la baie d’El Jadida

19L’évolution du linéaire côtier de la baie d’El Jadida entre 1988 et 1997 (+/- 2m environ), généralement inférieur à la marge d’erreur de nos mesures, est caractérisée par une grande stabilité sur toute la période (fig. 5). Depuis 1988 aucun recul, ni avancée significatifs, n’apparaîssent à partir de la lecture des photographies aériennes. Les seules évolutions notables interviennent au NE de la baie, au niveau de l’embouchure de l’oued Oum Er-Rbia.

20L’évolution du trait de côte à proximité de l’oued Oum Er-Rbia entre 1949 et 1996 présente deux caractéristiques principales: une érosion de la plage de la rive droite et une accumulation au niveau de celle de rive gauche.

21La plage de Lalla Aïcha Al Bahria (rive droite) montre une érosion importante et continue depuis 1949. Entre 1949 et 1984, elle a entraîné un recul du trait de côte de -45 m environ, soit un taux de recul moyen de l’ordre de 1,28 m/ an (fig.5). Entre 1984 et 1996, l’érosion se poursuit (-10 m), mais sur une zone plus restreinte que celle de la période précédente et avec une amplitude plus faible (0,8 m/an). Le recul du trait de côte dans ce secteur coïncide entièrement avec la répartition de l’énergie des houles à la côte, obtenue à partir des plans de propagation de houles. En effet, ces derniers font apparaitre des coefficients de réfraction moyens lors des houles NW et moyens à forts lors des houles WNW.

22Le trait de côte de la rive gauche de l’oued d’Oum Er-Rbia enregistre aussi d’importantes évolutions et montre au contraire une tendance à la progradation(1). L’évolution morphologique et les calculs théoriques convergent et indiquent une dérive dominante vers le NE. Les sédiments provenant des secteurs en érosion et apportés par la dérive littorale, forment une flèche sableuse d’embouchure (fig. 5). Entre 1949 et 1984, le taux d’avancée de la ligne de rivage est de 32 m (soit 0,91 m/an). Cette progression s’est poursuivie au cours de la période de 1984 à 1996; même si elle s’est affaiblie (0,41 m/an), elle se manifeste par la mise en place d’un crochet sur la partie interne de la flèche qui participe au rétrécissement de l’embouchure de l’oued d’Oum Er-Rbia (fig.5).

Fig. 5

Fig. 5

Évolution du rivage de la baie d’El Jadida et l’embouchure de l’oued Oum Er-Rbia

Cartographie Mohamed Chaïbi

23Les changements surfaciques des sédiments, déplacés et stockés sur la plage de la rive gauche de l’oued, ne compensent pas le volume érodé sur la plage de la rive droite. En l’absence de données sur les apports sédimentaires de l’oued, il est difficile de proposer des ordres de grandeurs de la réduction des apports continentaux mais on peut donc considérer que les apports de l’oued sont extrêmement réduits car ils sont incapables de compenser l’agressivité marine.

3.4 - Organisation et bilans sédimentaires à l’échelle annuelle (2001-2002)

24L’évolution morphologique des plages de la baie d’El Haouzia, mesurée par la superposition des profils de plage, indique un bilan sédimentaire (très) faiblement positif (+5000 m3) témoignant d’un équilibre sédimentaire entre 2001 et 2002 (fig.6). Le long du rivage, en accord avec les plans de propagation, les secteurs en érosion correspondent aux zones exposées aux attaques des houles, surtout par celles de secteurs NW et WNW. Par contre les zones en accrétion coïncident avec les secteurs les moins exposés à la plupart des directions de houles.

25Dans la partie Sud, et en prenant compte le transit littoral théorique (fig.3), nous mettons en évidence une cellule littorale(1), où l’accumulation mesurée au niveau de la plage de la Ville et de Deauville (+37000 m3/an) s’explique par la fourniture sédimentaire depuis l’érosion de la partie Sud de la plage d’El Haouiza (-87000 m3/an). Une dérive littorale bi-directionnelle dans cette zone en érosion alimente la partie centrale (profil G) qui gagne +43000 m3/an. Au final, entre les profils G et Q, les bilans sédimentaires faiblement déficitaires (-7000 m3/an) suggèrent un équilibre sédimentaire dominant entre ces secteurs avec peut être de très faibles pertes vers les petits fonds de la zone abritée au droit de la plage de la Ville (fig.6).

Fig. 6

Fig. 6

Bilan sédimentaire annuel des plages et des dunes (m3/an)

Cartographie Mohamed Chaïbi

26Au NE du profil G, les zones d’érosion et d’accrétion alternent et ne correspondent pas à la dérive littorale dominante théorique. Ici le bilan sédimentaire est positif (+12000 m3/an) et suggère de faibles apports sédimentaires par l’oued d’Oum Er-Rbia ou des apports sédimentaires par la cellule excédentaire au SO du profil G. Cette hypothèse implique alors des dérives littorales bi-directionnelles, qui expliqueraient aussi l’alternance de zones en érosion et en accrétion dans cette baie.

4 - Discussion

27Les bilans sédimentaires issus des calculs du transit littoral et de sa mesure à l’échelle décennale par les photos aériennes (1988-1997) sont localement incohérents entre eux et avec les résultats obtenus par la mesure des profils de plages à l’échelle annuelle (2001-2002).

28En effet, le secteur Sud (plage de la Ville et de Deauville) est en réalité en accrétion (+13700 m3/an), alors que la modélisation simule une érosion en relation avec une augmentation du gradient de transport longitudinal. Cette discordance est due aux limites de la propagation de la houle dans cette zone: l’angle d’incidence qui contrôle largement le transit littoral théorique, est estimé au niveau de la bathymétrie -5 m et diffère de celui de la zone de déferlement. De plus le modèle Fudda-Vag ne simule pas la diffraction, ce qui a pour conséquence de réduire la hauteur et l’incidence de la houle et donc le gradient du transit littoral. Le même problème se retrouve aussi dans la partie septentrionale de la zone étudiée, caractérisée par une forte réfraction de la houle. Le point 32 du calcul (fig. 4) montre pourtant un gain sédimentaire, alors que les autres points (30, 31 et 33) dans le même secteur indiquent un démaigrissement. Mais, ici, les résultats obtenus sont en accord avec ceux déterminés par les profils de plage (-22600 m3/an).

29Les problèmes de simulation de propagation des houles ne sont finalement pas surprenants, car le modèle utilisé (Fudda-Vag) est relativement simpliste puisqu’il ne considère pas la bathymétrie complexe de la zone étudiée. Cependant, cette approche, rapide à mettre en œuvre, a procuré des ordres de grandeurs qui aident à la compréhension des transits littoraux. On considère généralement que la méthode utilisée ici comporte une marge d’erreur de ± 50 % (SPM 1984). Néanmoins, les volumes estimés sont très importants, en comparaison avec ceux mesurés à partir des profils de plage et des photographies aériennes: les ordres de grandeur varient d’un facteur 10 à 1000 (Schoonees et Theron, 1993). Nous restons donc prudents quant à la signification réelle des volumes estimés, d’autant qu’il semble que le rivage soit globalement resté stable à moyen terme, entre 1988 et 1997.

30Dans l’établissement des budgets sédimentaires, Cooper et Pethick (2005) rappellent l’importance de l’analyse visuelle de terrain. Sur cette base, nous interprétons la flèche d’embouchure de la rive gauche comme une direction principale et évidente de la dérive littorale vers le NE dans la partie Nord du site d’étude. Au Sud, les plages de la Ville et de Deauville, en position d’abri, reçoivent logiquement des sédiments issus de l’érosion de la partie sud de la plage d’El Haouzia. La direction des transits des deux extrémités de la zone d’étude sont donc « facilement » identifiables. Par contre, dans la partie centrale de la plage d’El Haouzia, les simulations montrent des alternances des directions (fig.3) qui finalement sont aussi enregistrées par l’analyse des profils de plage (fig.6) puisque ces derniers témoignent de variations longitudinales importantes. L’évolution décennale du trait de côte n’a pas fourni de renseignements précis sur le recul ou l’avancée du rivage, car la zone semble globalement stable, ce que confirmentl’analyse topographique et les budgets sédimentaires. Dans le détail les relevés de terrains mettent aussi en évidence une érosion importante dans la partie centrale de la baie. Cette zone, où des dérives bidirectionnelles semblent exister, présente donc la vulnérabilité la plus élevée face à l’érosion marine. Sur une plage à la morphologie similaire de Tunisie (plage de baie abritée par un pointement rocheux), une répartition identique a été mise en évidence (Halouani et al., 2007). Sur ce type de baies abritées par un pointement rocheux, qui induit une forte réfraction et diffraction, les rivages évoluent peu et tendent vers une position d’équilibre (Silvester, 1970): entre les transits sédimentaires de directions opposées aux 2 extrémités, la zone de divergence est caractérisée par l’alternance d’érosion et de sédimentation.

31Enfin, le 2nd fleuve marocain, qui s’écoule aux limites de la zone d’étude, ne fournit pas de sédiments à la baie d’El Jadida, car il se trouve en aval de la dérive littorale. De plus, les barrages, construits depuis le début des années 40, bloquent significativement les apports sédimentaires (Remini et Remini, 2003; Remini et Allouche, 2005). La gestion des sédiments de cette plage passe sans doute par une intégration globale, des bassins versants à la mer. On peut se demander si la vidange des barrages par curage ne pourrait pas palier au déficit sédimentaire des plages, d’autant que la majorité des ouvrages sont aujourd’hui comblés à plus de 90 %, ce qui pose des problèmes de gestion hydraulique difficiles pour les autorités.

Conclusion

32Le budget sédimentaire global de la baie d’El Jadida sur la côte Atlantique marocaine est stable avec des variations de la ligne de rivage très réduites (hormis à l’embouchure) qui témoignent d’une situation d’équilibre. Si les directions des transits sédimentaires ont pu être estimées, leur quantification demande encore à être améliorée, car il apparait que les formules théoriques surestiment largement les volumes de sables en transit. Néanmoins, il était utile de comparer plusieurs méthodes pour définir le fonctionnement sédimentaire de cette baie. L’Oum R’Bia, 2nd fleuve marocain, n’apporte pas de sédiments dans la zone d’étude puisqu’il se situe en aval dérive et que la majorité des sédiments, en théorie apportés durant les crues, reste bloquée par les 8 barrages construits depuis plus de 50 ans. Les infrastructures liées aux activités touristiques sont situées essentiellement sur la dune ancienne végétalisée: il semble que les aménageurs aient été clairvoyants en excluant la construction d’ouvrages maritimes en mer qui auraient probablement déstabilisé le milieu. La gestion sédimentaire de cette baie, si elle s’avère nécessaire, pourrait reposer sur le dépôt artificiel des sables stockés aujourd’hui dans les barrages.

Remerciements

33Nous remercions chaleureusement Mireille Provansal pour son soutien et son apport scientifique à ce travail.

Top of page

Bibliography

Badraoui A., Ahmed Hajji A., (2001),Envasement des retenues de barrages, La Houille Blanche, no 6-7, p. 72-75.

Bowen A.J., Inman D.L., (1966), Budget of littoral sand in the vicinity of Point Arguello, California, Technical memo., US Army Engineering Research Center, Washington D.C., 48 p.

Chaïbi M., (2003), Dynamique sédimentaire et morphogénèse actuelle du littoral d’El Jadida (Maroc), thèse de l’université de Provence, 256 p.

Cooper P., Pethick J., (2005), Sediment Budget Approach to Addressing Coastal Erosion Problems in St. Ouen’s Bay, Jersey, Channel Islands, Journal of Coastal Research, vol. 21, no 1, p. 112-122.

Fitzgerald D. M., Kraus N. C, Hands E.B., (2001), Natural mechanisms of sediment bypassing at tidal inlets, ERDC/CHL CHETN-IV-30, Coastal and Hydraulic Engineering Technical Note, Vicksburg, Mississippi: U.S. Army Engineer Research and Development Center, 8 p.

Goda Y., (1970), A synthesis of breaker indices, Trans. JSCE, no 2, p. 227-230.

Halouani N., Sabatier, F., Gueddari, M., Fleury J., (2007), Évolution du trait de côte de Tabarka-Bouterfess (Nord‑Ouest de la Tunisie). Résultats préliminaires, Méditerranée, no 108, p. 131-137.

Komar P.D., (1976), Beach processes and sedimentation, Prentice Hall, 544 p.

—(1996), The budget of littoral sediments concepts and applications, Shore and Beach, no 4, 18-262.

Remini W., Remini B., (2003), La sédimentation dans les barrages de l’Afrique du Nord, Larhyss, no 2, p. 45-54.

Remini B., Allouche W., (2005), Prévision de l’envasement dans les barrages du Magreb, Larhyss, no 4, p. 82-89.

Rosati J.D., (2005), Concepts in Sediment Budgets, Journal of Coastal Research, vol. 21, no 2, p. 307-322.

SPM (1984), Shore Protection Manual, Corps of Engineers Research Center, Department of the Army, US Army, 980 p.

Service météorologique maritime du Maroc, (1999), Rapport annuel des données de houles, 12 p.

Schoonees J.S., Theron A.K., (1993), Review of the field-data base for longshore sediment transport, Coastal Engineering, vol. 19, p. 1-25.

Silvester R,. (1970), Growth of crenulate shaped bays to equilibrium, Journal of Waterways and Harbors Division, vol. 96, no 2, p. 275-287.

Stive M.J.F., de Vriend H.J., (1995), Modelling shoreface profile evolution. Marine Geology, vol. 126, no 1-4, p. 235-248

Top of page

Annex

Glossaire

Prisme littoral: volume des sables qui composent la zone littorale. Le prisme littoral s’étend souvent entre une dizaine de mètres de profondeur et l’arrière dune.

Embouchure tidale: embouchure d’un fleuve soumis à une marée. Les courants de marées jouent un rôle fondamental dans la distribution des courants.

Siffle-vents: zone basse d’une dune facilitant un écoulement du vent. Les siffle-vents peuvent être causés par les tempêtes, le vent et/ou le piétinement.

Théorie des rayons: mécanisme (simple) expliquant la propagation de la houle depuis le large vers la côte. Cette théorie stipule que la vitesse et la direction de la houle dépendent de la profondeur d’eau sur laquelle elle se déplace. Par conséquent, en se dirigeant vers la côte, lorsque la profondeur diminue, la houle change de direction, de vitesse et de force (cf. coefficient de propagation et plan de propagation).

Coefficient de réfraction Kr: la réfraction correspond au changement de direction et de force de la houle en fonction de la profondeur. Ce processus s’exprime par un coefficient dont les valeurs supérieures ou inférieures à 1 témoignent respectivement d’une augmentation ou d’une diminution depuis le large vers la côte (cf. théorie des rayons et plan de propagation).

Transport sédimentaire total et résultant: le transport de sédiments localisés dans la zone du déferlement, parallèlement au rivage, peut être calculé en tous points du rivage. Il prend généralement des directions opposées durant une année. Sur un point, ce transport sédimentaire est dit « total » lorsque le calcul concerne la somme des volumes déplacés, quelles que soient les directions. Le transport sédimentaire est dit « résultant » lorsque le calcul décrit la différence des volumes déplacés entre les directions opposées.

Plan de propagation: document cartographique retraçant la propagation de la houle depuis le large vers la côte (cf. théorie des rayons et coefficient de réfraction).

Progradation: avancée du rivage.

Cellule littorale: une cellule littorale comprend deux zones: un secteur dont les gains sédimentaires proviennent d’une zone limitrophe en érosion. Généralement, la dérive littorale exprimée par le transport sédimentaire résultant est le mécanisme fondamental qui explique ce transfert de matériaux. (cf. transport sédimentaire total et résultant).

Diffraction: durant la propagation de la houle, ce mécanisme se réalise grâce à la présence de points « durs » (cap rocheux, île, digue…) autour desquels la houle modifie sa direction et sa force. Ce mécanisme, plus complexe que la réfraction, est rarement décrit par les plans de propagation qui utilisent la théorie des rayons.

Top of page

Notes

1  Cf. glossaire en fin d'article.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Localisation du site d’étude
Credits Cartographie Mohamed Chaïbi
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5225/img-1.png
File image/png, 78k
Title Photo 1
Caption Le système plage-dune de la baie d’El Jadida
Credits Cliché Mohamed Chaïbi
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5225/img-2.png
File image/png, 552k
Title Fig. 2
Caption Propagation de la houle de secteurs NNW, NW et NE (T=11s)
Credits Conception et réalisation : Mohamed Chaïbi
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5225/img-3.png
File image/png, 200k
Title Fig. 3
Caption Transit littoral résultant (m3/an)
Credits Cartographie Mohamed Chaïbi
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5225/img-4.png
File image/png, 213k
Title Fig. 4
Caption Bilan sédimentaire du transit littoral (m3/an)
Credits Cartographie Mohamed Chaïbi
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5225/img-5.png
File image/png, 240k
Title Fig. 5
Caption Évolution du rivage de la baie d’El Jadida et l’embouchure de l’oued Oum Er-Rbia
Credits Cartographie Mohamed Chaïbi
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5225/img-6.png
File image/png, 41k
Title Fig. 6
Caption Bilan sédimentaire annuel des plages et des dunes (m3/an)
Credits Cartographie Mohamed Chaïbi
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5225/img-7.png
File image/png, 230k
Top of page

References

Electronic reference

Mohamed Chaïbi and François Sabatier, « Budget sédimentaire du littoral de la baie d’El Jadida (Maroc). », Méditerranée [Online], 115 | 2010, Online since 30 December 2012, connection on 29 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/5225 ; DOI : 10.4000/mediterranee.5225

Top of page

About the authors

Mohamed Chaïbi

Laboratoire ELMar, équipe GEGEL, Département des Sciences Naturelles et de Géographie, Faculté polydisciplinaire, université Cadi Ayyad, Safi, Maroc, chaibim2003@yahoo.fr

By this author

François Sabatier

Maître de conférences de Géographie physique, Aix-Marseille Université, Europôle de l’Arbois, Aix-en-Provence, sabatier@cerege.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page