Skip to navigation – Site map

La nouvelle frontière gréco-bulgare1

The new Greek-Bulgarian border
Régis DARQUES, Olivier DESLONDES and Bernard Lory
p. 37-43

Abstracts

Previously separating two enemy countries and conflicting sides, the Greco-Bulgarian border gradually opened itself up to migrants and traders. Yet it has lost a part of its legal status, it remains a gap between two unequally developed, and consequently complementary countries: on the one hand, Bulgaria and its small farms have available workers for seasonal outside employment; on the other hand, the intensive Greek industries are no more competitive and the Greek agriculture needs workers. The border retail trade, the seasonal migrations towards Greece and the factory relocations towards Bulgaria have been stimulated since the 90s, generating a cross-border economy and restoring social links after a fifty years separation period. Nevertheless, these relations are endangered by the speculating basis of such new activities, unless development processes independent from foreigners could emerge.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Grèce, Bulgarie
Top of page

Full text

1 - Introduction

  • 1 Cet article est issu d’un travail de terrain effectué en Grèce et en Bulgarie en 2005-2006 dans le (...)

1La nouveauté de la frontière entre la Bulgarie et la Grèce est consécutive aux ruptures qui se sont enchaînées après 1990 : « transition » post-communiste, mondialisation des économies nationales, incorporation de la Bulgarie à l’Union européenne et à l’Occident. En cessant d’être un tronçon du rideau de fer et un obstacle à la circulation, la frontière s’est maintenue sous la forme d’une discontinuité entre deux États très inégalement développés, aux coûts salariaux dissemblables, aux systèmes politique et économique différents. Comme d’autres États de l’Europe centrale et orientale, la Bulgarie offre aux entreprises d’importants avantages comparatifs vis-à-vis de l’Europe occidentale : ses coûts de production, mais aussi sa proximité géographique, sa stabilité, son lien politique avec l’Union européenne, son bon niveau d’équipement, d’éducation et de formation la distinguent à la fois des Balkans dits « occidentaux » et de pays ateliers plus éloignés. Quant à la Grèce, située aux avant-postes de ces mutations, elle a été l’un des premiers pays occidentaux à tirer parti de la donne créée par l’ouverture des frontières, en employant de nombreux saisonniers venus des pays voisins et en y délocalisant une partie de son activité manufacturière.

2Nous traitons ici la question des éléments locaux qui, en renforçant ou en contredisant les facteurs d’attractivité généraux, rendent compte de la distribution spatiale et de l’organisation des nouvelles activités. L’hypothèse qui a guidé les recherches effectuées en 2005 et 2006 dans les régions de Sandanski, Gotse Deltchev (Bulgarie), Serrès et Drama (Grèce) est que le voisinage immédiat d’une Grèce riche et manquant de bras constitue pour les activités de main-d’œuvre, en Bulgarie méridionale, une rente de situation analogue à celle dont profitent les maquiladoras mexicaines, à condition que la route et le poste frontière permettent de communiquer aisément, et qu’un climat local propice à l’entreprise prépare et facilite le développement économique.

3Le temps, enfin, est un acteur essentiel de la géographie frontalière, tant les systèmes d’activités qui la remodèlent sont prompts à réagir à tout nouveau changement de conjoncture ou de réglementation.

2 - Front ou frontière ?

4La frontière actuelle a été tracée en deux fois : en 1913, lorsqu’à l’issue des guerres balkaniques, le traité de Bucarest attribua la plus grande partie de la Macédoine historique à la Grèce et à la Serbie, la Bulgarie ne conservant de ses acquisitions précédentes que la région du Pirin (moyenne vallée de la Struma), le versant nord du Rhodope et surtout, sa fenêtre sur la Mer Egée entre Kavala et la Maritsa ; puis en 1919, lorsque le traité de Sèvres lui enleva ce débouché maritime thrace. La frontière ainsi tracée prend appui sur les montagnes du Kerkinis-Belès, du Pirin et du Rhodope,et tranche entre ces massifs les vallées encaissées des fleuves Struma/Strymon et Mesta/Nestos. À l’ouest du Rhodope, le défilé de la Struma à Promachonas et le seuil de Nevrokop sont les seuls passages carrossables. À l’est, le large couloir de la Maritsa/Evros forme le passage majeur entre la Bulgarie et la Turquie, mais ne joue qu’un rôle marginal pour la Grèce.

5La frontière sépare des espaces régionaux différemment organisés et orientés : en Grèce, le chapelet de bassins et de plaines littorales resserrés entre le Rhodope et l’Egée guide l’antique Via Egnatia et la route moderne entre Salonique et Istanbul ; en Bulgarie au contraire, la circulation le long du Rhodope est malaisée et les routes principales suivent les vallées méridiennes, descendant vers le littoral égéen au sud (Struma), ou vers le couloir de la Maritsa au nord par la vallée de l’Arda. En Grèce comme en Bulgarie, les unités géographiques se calquent sur des bassins de petite dimension : plaines fermées de Serrès et de Drama, plaines littorales de Xanthi et de Komotini, cultivées en coton, maïs ou tournesol ; en Bulgarie, le bassin autrefois arboricole et viticole de Sandanski-Petritch (vallée de la Struma) s’oppose à celui de Gotse Deltchev (vallée de la Mesta), au climat plus rude, tourné vers la culture du tabac et l’élevage. Mais ces petites régions du midi bulgare ont en commun leur dynamisme économique et démographique, sans équivalent dans la léthargique Bulgarie septentrionale : la Grèce y serait-elle pour quelque chose ?

6Une adversité historique oppose les deux pays. Depuis la rivalité entre l’Empire byzantin de Basile « bulgarochtone » et celui du tsar Samuel, jusqu’au face à face entre blocs après 1945, les Grecs n’ont cessé de considérer leur voisin comme une menace. Les Bulgares ont été leur principal concurrent territorial et l’un des principaux relais des visées russes ou soviétiques dans les Balkans. Les Grecs se voient volontiers en rempart de l’Occident, et se résignent mal à la désacralisation de leur frontière avec une Bulgarie membre de l’Union européenne depuis 2007. Lors de sa création en 1913, cette frontière avait scindé des régions mixtes où cohabitaient Grecs, Bulgares, Juifs, Turcs, Pomaques et Valaques. Il a fallu des échanges de populations spontanés ou planifiés entre les deux pays, puis la naturalisation des minorités slaves restées en Grèce pour que la frontière politique devînt aussi, dès l’entre-deux-guerres, une frontière ethnique, seuls les Pomaques et les Musulmans turcophones conservant une sorte de dimension transnationale.

7Maintenue hermétique entre la Seconde Guerre mondiale et la fin des années 1980, elle transforme les régions proches en cul-de-sac des territoires nationaux. À cette époque, l’espace frontalier est défini et délimité, en Grèce comme en Bulgarie, par un régime de résidence et de circulation restreint et par une surveillance stricte assurée par l’armée. Les abords de la frontière sont signalés par des fortifications militaires – fortins, obstacles antichars, no man’s land –aujourd’hui vestiges dont le démantèlement traîne en longueur. Aggravée par les représentations collectives, cette situation conflictuelle a paralysé le développement.

8Bien qu’au nord, la planification économique bulgare fût censée en compenser les inconvénients et gommer toute forme de marginalité territoriale, tandis qu’au sud, les régions frontalières grecques, laissées pour compte, émigraient et déclinaient, les contextes nationaux ont prévalu, creusant les inégalités de développement et de niveaux de vie entre les deux pays. La divergence s’est accentuée après 1990 : la récession bulgare, puis la forte croissance grecque sont responsables d’un écart de revenu théorique par habitant de un à deux en 2005 (un à trois entre la Bulgarie et la moyenne européenne).

3 - La Bulgarie, le pays où tout est moins cher ?

9L’ouverture de la frontière, vers 1990, suscite des flux, des échanges et des activités plus ou moins durables et plus ou moins directement liées à la proximité de la Grèce. Les plus éphémères sont ceux induits par la fréquentation touristique, mue par la curiosité de découvrir un voisin proche et méconnu, de parcourir quelques kilomètres en territoire étranger, d’acheter des articles supposés introuvables chez soi, ou meilleur marché. Les Bulgares furent les premiers à patienter à Promachonas pour faire leurs emplettes à Salonique, tant que leur pouvoir d’achat le leur permit et tant que dura la rareté des produits occidentaux en Bulgarie, c’est-à-dire peu de temps. Au commerce de détail s’ajoutaient d’autres motifs de déplacement touristique : travail saisonnier complété par le commerce de valise pour les plus modestes, vacances au bord de l’Egée pour les plus fortunés.

10Ce fut bientôt le tour des Grecs de Salonique d’aller flairer les bonnes affaires dans les bazars frontaliers de Petritch et Sandanski, chaque fin de semaine et par dizaines de bus, au grand dam des commerçants de Serrès, cependant rassurés de voir le flux se tarir avec l’inflation des prix et la démythification des lieux visités.

11Les biens fonciers et immobiliers, encore bon marché en Bulgarie, ont provoqué un autre engouement.

12Le marché foncier proprement dit est encore balbutiant, surtout le marché des terres agricoles auquel les étrangers n’avaient pas librement accès jusqu’en 2007. Du reste, la privatisation est trop récente pour que les nouveaux propriétaires soient prêts à s’aliéner un bien à haute valeur symbolique, sinon à des prix très élevés. Enfin, la propriété foncière reste trop morcelée pour ne pas vouer à l’échec, en l’absence de médiateur, les tentatives de sociétés agricoles pour réunir par location les grandes parcelles de culture et les surfaces nécessaires à une agriculture rentable. De ce point de vue, les modalités de la privatisation en Bulgarie semblent avoir durablement entravé la reprise de l’activité agricole, contrairement à ce qu’on observe par exemple dans certaines régions roumaines.

13En revanche, le marché immobilier est en plein essor. L’habitat rural traditionnel de type « balkanique », investi d’une valeur patrimoniale et sentimentale élevée, est très prisé par la nouvelle bourgeoisie bulgare, mais aussi par les Britanniques. Les prix flambent dans la région montagneuse et forestière de Smolyan, au cœur du Rhodope, où des villages entiers comme Momtchilovtsi ou Shiroka Lâka sont en passe d’être rachetés, rénovés et transformés en résidences secondaires. Ces mutations ont été, a posteriori, facilitées sous le régime précédent par ses efforts pour équiper et desservir correctement les vallées les plus reculées.

14Le marché le plus spéculatif est celui des appartements neufs, observé en 2006 dans les régions touristiques où il s’adresse à des clientèles fortunées ou étrangères. Dans les stations de sports d’hiver de Bansko (massif du Pirin) et de Pamporovo (Rhodope), les promoteurs vendent sur plan et images de synthèse des chalets bulgares « typiques » à des prix oscillant entre 500 et 1 000 euros le mètre carré ; les souscripteurs sont sofiotes, britanniques, russes. Peu présents dans le Rhodope, les Grecs sont plus visibles à l’ouest, comme promoteurs aussi bien qu’acheteurs : à Gotse Deltchev, un Grec de Kastoria vend sur plan des appartements de 70 mètres carrés. La clientèle visée est grecque. Dans tous les cas, les principaux arguments de vente sont la hausse spéculative de l’immobilier qui en ferait à coup sûr un investissement juteux. À Pamporovo, on fait accessoirement valoir aux Britanniques les plus crédules « la proximité de la mer Egée à prix bulgare », même si la route « pour voitures » à travers le Rhodope, entre Rudozem et Xanthi, n’existe que sur le papier.

15En réalité, le voisinage de la Grèce et la frontière jouent un rôle difficile à cerner sur ce plan. La spéculation immobilière, qui met les appartements neufs hors de portée du Bulgare moyen, affecte en premier les villes et les régions touristiques ; elle se prête mal à l’analyse régionale. D’autre part, elle peut s’essouffler presque aussi vite que le petit commerce frontalier.

16Bien davantage que les articles made in China vendus à Petritch ou à Sandanski, c’est la main-d’oeuvre bulgare qui intéresse les Grecs. En premier lieu parce qu’elle est tout simplement, avec d’autres immigrés d’Europe orientale (Albanais, Roumains, Moldaves, Polonais), la seule disponible pour effectuer la plupart des travaux saisonniers exigés par l’agriculture grecque. Le salaire mensuel de base pratiqué en Bulgarie est un autre argument de poids : bien qu’en forte progression, il n’atteignait pas cent euros en 2006, soit un coût horaire du travail, à qualification égale, environ trois fois inférieur à celui pratiqué en Grèce.Ces deux aspects conduisent à distinguer deux situations : celle où les Bulgares sont employés par les agriculteurs grecs en Grèce, et celle où ils sont employés par les sous-traitants bulgares des entreprises grecques.

4 - Les systèmes agricoles et la mobilité de la main-d’œuvre

17Les réformes de l’après-communisme ont démantelé à la fois les grandes exploitations collectives et les combinats agro-industriels qui, associés à ces dernières, structuraient les filières et avaient contribué à faire de la moyenne vallée de la Struma le jardin, le verger et le vignoble de la Bulgarie socialiste. Aujourd’hui, les petits propriétaires s’efforcent d’adopter des cultures compatibles avec l’émiettement agraire et parcellaire : à Kârnalovo, près de Petritch, les horticulteurs maraîchers se sont regroupés autour d’une « bourse aux légumes » qu’ils parviennent à contrôler. Mais ces succès locaux ne compensent pas le recul considérable des surfaces cultivées depuis 1990. Il ne reste presque rien du vignoble de Melnik et les pêchers de Petritch vivotent, faute d’argent à y investir. L’agriculture bulgare semble avoir été sacrifiée à l’industrie et au tourisme, ainsi qu’à deux impératifs politiques : la restitution de la propriété foncière puis, dès 1995, la soumission progressive aux quotas agricoles de la PAC (vin, tabac) en échange de la contrepartie assez théorique des aides européennes.

18La régression de l’agriculture, fréquemment déplorée par les témoins du système collectif, oblige les paysans à faire feu de tout bois pour compléter le revenu qu’ils tirent de leur production. À cet égard, en survivant à la privatisation, certaines filières agro-industrielles jouent un rôle ambigu et accentuent cette nécessité. À Gotse Deltchev, l’industrie du tabac offre aux petits producteurs du bassin de la Mesta et du Rhodope des prix assez rémunérateurs pour les dissuader de cesser toute production, mais trop médiocres pour les dispenser de recourir à toutes sortes d’activités complémentaires. Cette région forme donc un réservoir de main-d’œuvre disponible et bon marché tant que la crise du tabac n’aura pas totalement sapé l’agriculture locale, obligeant les cultivateurs à une requalification complète et enclenchant un nouvel exode rural.

19À l’échelle nationale, les Bulgares émigrent en masse : 700 000 seraient à l’étranger, majoritairement en Europe occidentale. En mars 2001, la Grèce en recensait chez elle environ 100 000, soit le deuxième groupe de ressortissants étrangers après celui des Albanais. Encore la date du recensement n’a-t-elle pas permis d’appréhender le gros de l’émigration saisonnière, concentrée entre avril et octobre dans l’agriculture et le tourisme. Les petits cultivateurs du midi bulgare semblent nombreux à vendre leurs bras et leur savoir-faire à leurs voisins grecs des bassins de Serrès et de Drama. Quitte à pénaliser davantage leurs propres productions, ils viennent à la rescousse d’une agriculture grecque intensive, gourmande en eau et en main-d’œuvre, mais à laquelle les bras feraient défaut si elle n’allait les chercher dans les régions pauvres et peu productives, mais peuplées et vivantes du Rhodope pomaque bulgare.

20Les contrats sont saisonniers. En 2006, une journée passée à sarcler le coton ou les pommes de terre, ou à repiquer le tabac, était payée en moyenne 25 euros. Une fois décomptées les dépenses de logement et de nourriture, une saison pouvait donc rapporter 2 000 euros : moins que dans le sud de l’Espagne ou de l’Italie pour des tâches équivalentes, mais plus que le salaire de base dans un atelier bulgare, avec des frais de transport et un temps de parcours réduits. À moins de cent kilomètres de chez soi, on est entre voisins, dans un environnement familier. D’ailleurs, le recours à l’immigration saisonnière a réactivé des liens de parenté culturelle et parfois familiale que le rideau de fer avait provisoirement rompus. Malgré plusieurs décennies d’acculturation par l’école, les régions frontalières grecques comptent encore des habitants dont la langue maternelle est proche du bulgare, capables de se passer d’interprète s’ils veulent se rendre eux-mêmes dans le Rhodope bulgare pour y recruter des saisonniers pomaques. Cette pratique semble courante et permet de délivrer sur place le contrat nécessaire à l’obtention d’un permis de travail et de séjour. On est loin d’une immigration sauvage et clandestine plaçant les saisonniers à la merci des employeurs, ce qui explique que les femmes et les personnes âgées aient une certaine prédilection pour le travail en Grèce, laissant les plus jeunes partir au loin. Les contrats sont souvent reconduits d’année en année. Les relations peuvent être encore plus durables : les mariages entre agriculteurs grecs et femmes bulgares sont monnaie courante. Dans ce même volume, S. Koutsou en fait un décompte précis en même temps qu’elle analyse en détail l’apport du travail saisonnier bulgare à l’agriculture de la Thrace grecque.

  • 2 Selon la Banque nationale de Bulgarie, le montant des salaires rapatriés par les Bulgares employés (...)

21Tout n’est pas idyllique. Aux yeux des Grecs, la plupart des travailleurs bulgares restent avant tout des étrangers, et les affaires priment sur les sentiments. On en vient à se plaindre de les voir s’attabler au kafenion en fin de journée sans consommer. On plaint aussi tout cet argent qui circulerait à sens unique de la Grèce vers la Bulgarie, sans s’aviser que c’est la contrepartie d’un travail dont la Grèce ne pourrait se passer2. Mais dans l’ensemble, les relations de travail s’inscrivent dans la tradition balkanique du komšiluk (bon voisinage) et construisent un véritable espace frontalier beaucoup plus sûrement que les euro-régions. On a observé ce même genre de relation transfrontalière à la frontière albano-grecque, dans la région de Bilisht et de Kastoria (Deslondes, De Rapper, Roux, 2001).

5 - Le boom manufacturier

  • 3 Banque nationale de Bulgarie. Après avoir été parmi les tout premiers investisseurs étrangers en Bu (...)

22L’abandon de l’agriculture par les pouvoirs publics fait-il partie d’une stratégie industrielle programmée ? Toujours est-il que l’exiguïté des structures agricoles, en contraignant les familles à une pluralité d’emplois et de revenus, alimente l’offre de travail et contribue à la médiocrité des salaires. La Bulgarie s’apparente à bien des égards aux pays ateliers d’Europe de l’est, à l’instar de la Roumanie et de la Pologne. Les investissements directs étrangers (IDE) n’ont cessé d’y croître presque chaque année – au niveau national, 100 millions de dollars en 1993, 1,9 milliard en 2003 et 2,3 milliards en 2005, soit 10% des IDE réalisés cette année-là dans les PECO3 – et 40% de ces investissements vont à des industries de main-d’œuvre comme la confection ou la chaussure.

23Le coût de cette main-d’œuvre, avec un salaire de base proche de 90 euros mensuels en 2006, est un atout ; sa disponibilité à ce tarif en est un autre : on commence à s’en apercevoir dans la mesure où le réservoir est en voie d’épuisement, le rythme d’investissement donnant du même coup les premiers signes d’essoufflement.

24D’autres conditions d’attractivité essentielles sont d’ordre juridique, règlementaire, fiscal et douanier. Comme partout, on entend les petits patrons se plaindre des tracasseries administratives qui feraient obstacle à la libre entreprise. Discours convenu : non seulement la réglementation bulgare n’a pas contrarié l’industrialisation, mais elle en a partiellement créé les conditions.

25La confection de prêt-à-porter dans l’oblast de Blagoevgrad, concentrée dans les obshtini de Petritch, Sandanski et Gotse Deltchev, illustre bien le rôle moteur de l’État. À partir de 1993, de nombreuses entreprises de Macédoine grecque ont transféré dans cette région leurs tâches d’exécution en ne conservant en Grèce que les activités de bureau (design ou dessin des modèles, marketing ou vente). La coupe du tissu, l’assemblage, la couture, la finition et l’emballage des vêtements sont confiés à des sous-traitants bulgares, « partenaires commerciaux » juridiquement indépendants de leur donneur d’ordres mais étroitement subordonnés à ce dernier sur un triple plan commercial, technique et financier. Le Grec est le vrai patron : il commande et surveille, il finance aussi. Il a apporté l’outillage, réalisé les investissements et détient le plus clair du capital. La loi bulgare autorise ces participations étrangères majoritaires pourvu que la raison sociale du sous-traitant soit bulgare, et que les apparences soient sauves. Les ateliers sont moins importants en chiffre d’affaires qu’en nombre d’emplois, 80 en moyenne, ouvrières en blouse alignées par dizaines derrière leur machine à coudre, sous la lumière crue des néons, dans les trépidations des machines et du disco pour une centaine d’heures et autant d’euros par mois (fig. 1).

Fig. 1 - Un atelier de Diana Textile, à Sandanski.

Fig. 1 - Un atelier de Diana Textile, à Sandanski.

Cliché : O. Deslondes (2006).

26Pour que le système soit rentable, encore faut-il que la marchandise puisse franchir la frontière sans taxe ni entrave. La législation bulgare y a pourvu en accordant ici et là, à certains endroits et pour certains produits, un régime d’importation dit provisoire autorisant un sous-traitant bulgare à recevoir de son patron étranger, en franchise, toute marchandise destinée à lui être retournée après transformation. Ainsi, l’entreprise grecque reste de bout en bout propriétaire de cette marchandise. Vis-à-vis de la Grèce, un tel système n’a plus lieu d’être depuis janvier 2007, mais il est incontestablement à l’origine du boom manufacturier dans les vallées de la Struma et de la Mesta entre 1993 et 2003. Bien rodé, il avait été mis en œuvre par la Grèce dès les années 1950, à l’époque où elle faisait figure de pays de main-d’œuvre, pour attirer la confection des vêtements de fourrures en sous-traitance dans la région de Kastoria (Deslondes, 1997).

  • 4 Données du service économique de l’ambassade de Grèce à Sofia.

27La localisation des investissements grecs en Bulgarie4 semble donc obéir à des conditions logiques : si pour d’évidentes raisons, les régions métropolitaines de Sofia et Plovdiv concentrent 58% des 3 746 établissements concernés en 2003, l’oblast frontalier de Blagoevgrad en regroupe à lui seul 20%, conjuguant l’effet du régime de franchise douanière et celui du voisinage grec. Ces deux atouts, qui s’ajoutent aux conditions d’attractivité générales, peuvent être valorisés par un climat local favorable aux entreprises. Dans chaque municipalité s’y emploient avec plus ou moins de zèle et de succès des organismes délégués comme le Business Incubator de Gotse Deltchev, ou l’Euro Info Center de Sandanski, qui relaient la chambre de commerce et d’industrie de Blagoevgrad.

28C’est ainsi que le petit bassin intramontagnard de Gotse Deltchev a pu attirer une centaine de firmes à capitaux étrangers, offrant près de la moitié des 20 000 emplois salariés locaux (pour 35 000 actifs), dont les trois quarts dans l’industrie de l’habillement (lingerie féminine, bonneterie, chaussure). Des Français, des Italiens et des Allemands sont présents à côté des investisseurs grecs. La proximité de la Grèce n’est qu’indirecte et son rôle est marginal dans l’industrie locale, car le poste frontière entre Gotse Deltchev et Drama n’est ouvert que depuis 2005, bien après la l’arrivée de cette industrie. Pas un village, à vingt kilomètres à la ronde, sans atelier de confection ou de tricotage. Gorno Drianovo, dans le massif du Dubras à l’est de Gotse Deltchev, est un gros village pomaque peuplé et vivant, associant de nombreuses activités : la culture du tabac et la foresterie, mais surtout l’emploi saisonnier en Grèce et en Turquie, le travail des femmes dans les deux ateliers de tricotage « grecs » du village, le travail des hommes sur les chantiers de rénovation du village voisin de Kovatchevitsa.

29À l’ouest du Pirin, la région de Sandanski-Petritch rassemble une autre grappe de PME spécialisées dans la confection, les fournitures médicales, la pharmaceutique et la pâtisserie industrielle. Les nouveaux emplois s’adressent bien en partie aux ruraux et suppléent le sous-emploi agricole ; reste à savoir avec quels systèmes de production agricoles ils sont le plus compatibles, et quelles catégories de ménages sont les plus susceptibles d’y recourir.

6 - Un développement durable ?

30Un aperçu détaillé de l’industrie de la confection, de loin la plus représentative de la situation locale, permet d’esquisser une typologie des entreprises bulgares en fonction de leurs relations avec leurs « partenaires » étrangers, et de s’interroger sur la longévité d’un développement fondé sur ce mode d’industrialisation.

31Au bas de l’échelle se trouve la petite entreprise mixte financée, équipée et contrôlée par son donneur d’ordre exclusif. À Sandanski, Diana Textile Ltd est un atelier de 230 salariés exécutant des vêtements courants (T-shirts, sous‑pull, etc) pour le compte exclusif du fabricant grec Artemis.La conception assistée par ordinateur permet de dessiner les modèles au « magasin » de Salonique et de les transférer instantanément aux instruments de coupe installés dans l’atelier de Sandanski où les pièces sont assemblées, cousues et emballées avant de regagner les entrepôts d’Artemis. Aucune perspective d’innovation et d’accès au marché sans Artemis ; la disparition d’Artemis entraînerait celle de Diana Textile.

32Au sommet de la hiérarchie industrielle locale, rares sont les entreprises à cycle complet, indépendantes sur tous les plans. Elles n’en sont que plus visibles. PirinTex, l’un des établissements industriels phares de Gotse Deltchev, emploie 2 400 salariés – réputés les mieux payés de la région – pour confectionner du prêt-à-porter masculin destiné, entre autres, aux marques Kenzo et Hugo Boss. Son patron, un Allemand de la Hesse, s’était installé une première fois à Katerini (Grèce). En 1993, il a transféré son entreprise à Gotse Deltchev en s’associant tout d’abord à un combinat sous forme de joint-venture dont il a racheté toutes les parts dès 1998. Bien intégré à la vie locale, ce dirigeant n’exclurait pas une autre délocalisation, plus loin vers l’est, si cela lui semblait justifié par l’augmentation des salaires bulgares ou par la difficulté de recruter.

33En situation intermédiaire se trouvent des PME sans participation étrangère à leur capital et sans relation exclusive avec un donneur d’ordres, mais sans accès direct au marché non plus. C’est le cas d’Evromoda à Ribnovo, fabricant de lingerie féminine pour des marques françaises, ou de Mila à Kârnalovo, qui tricote des pulls et des chemises pour Lacoste, La Redoute et d’autres marques avec 160 salariés et un outillage automatisé.

34Les chances de pérennité de l’industrie textile dépendent sans doute de la capacité des petites entreprises à gravir les échelons de cette hiérarchie : comment un simple façonnier comme Diana Textile peut-il desserrer l’étreinte de son donneur d’ordres ? Dans quelles conditions un sous-traitant comme Evromoda peut-il travailler pour son compte, en concevant et en vendant lui-même sa production ? L’enjeu de cet affranchissement est l’aptitude à investir et innover.Il y va de la survie de la branche. En effet, les délocalisations et les embauches ont commencé à tarir le réservoir de main-d’œuvre dès la fin des années 1990, au point non seulement de décourager de nouvelles délocalisations, mais aussi de mettre en difficulté les ateliers existants qui disent ne conserver leurs ouvrières qu’au prix d’augmentations salariales de l’ordre de 15% par an depuis 2003. Chez les jeunes femmes de la région de Blagoevgrad, le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis 1990. Les campagnes les plus isolées (Rhodope pomaque) et les actifs plus âgés sont encore loin de cette situation, mais on aperçoit déjà les limites d’une croissance économique victime de ses contradictions, d’un développement dont le coût de la main‑d’œuvre serait l’unique et paradoxal moteur : venues puiser aux mêmes réservoirs bon marché, les nouvelles activités ne peuvent se maintenir qu’en augmentant les salaires, à moins de se déplacer vers les pays les moins chers ou d’embaucher des immigrés asiatiques – menace qui permet de limiter les augmentations. En 2006, les Bulgares ne se privaient pas d’affirmer que certaines entreprises grecques, après avoir profité de l’aubaine des années 1990, pliaient déjà bagage pour ne pas avoir à affronter le cap de 2007, c’est-à-dire la normalisation technique exigée par l’adhésion. Dès lors, ils envisagent ouvertement l’après-textile.

35Mais cette fragilité touche l’ensemble des activités dans la région de Blagoevgrad. L’agriculture est enlisée, en mal de structures viables et de filières rémunératrices. Le commerce frontalier n’a été qu’un feu de paille ; la croissance industrielle s’apparente d’une certaine façon au même caractère spéculatif. Pour survivre au nomadisme des entreprises, cette région doit, comme tant d’autres, mettre en œuvre des outils de développement durable qui s’appellent innovation, formation, indépendance commerciale, diversification, participation locale au capital des entreprises, plutôt que bas salaires.

7 - Quels territoires frontaliers et transfrontaliers ?

36Les entreprises ont-elles noué, au plan local, des liens susceptibles de tisser les mailles d’un territoire spécialisé, et d’assurer ainsi leur promotion collective ? Pour le moment, rien qui permette de qualifier les bassins industriels frontaliers de systèmes productifs. Les relations que chaque entreprise entretient « verticalement » avec ses clients ou ses donneurs d’ordres éloignés, surpassent largement les relations « horizontales » avec ses voisines, ténues ou conflictuelles. La concurrence se fait rude pour l’embauche de main-d’œuvre.

37Des relations informelles ou associatives, liées à une origine commune, pourraient cependant jeter les bases d’un tel système. Nombre de petits patrons sont en effet issus des mêmes combinats où ils dirigeaient telle chaîne de production ou tel service, et ont repris une partie de l’activité à leur compte au moment des privatisations. C’est la recherche d’un associé capable de financer la reprise qui les a conduits à faire appel aux étrangers. Ainsi, le patron de Mila, à Kârnalovo, était directeur de production au combinat textile Biliana de Petritch, qui travaillait déjà pour La Redoute : il a tout naturellement repris une partie de l’activité et des commandes, partagées avec d’autres ateliers de même origine. De même, un fabricant de jouets sous-traitant de Kinder n’est que l’avatar de l’ancien combinat de plasturgie PirinPlast, à Gotse Deltchev. L’héritage industriel de la Bulgarie socialiste, en essaimant de la sorte, joue un rôle clé dans la réindustrialisation des années 1990, au même titre que dans une grande partie de l’Europe orientale. À contrario, les campagnes du nord de la Grèce étaient, sauf de rares îlots, un désert industriel et le sont restées.

38Que faut-il attendre des euro-régions « Struma-Strymon », « Mesta-Nestos » et « Rhodope » que montrent généreusement les cartes publiées par la Commission européenne ? À vrai dire, il ne s’agit pas de régions, ni de territoires, mais de cadres associatifs réunissant les institutions des deux bords – dèmes, obshtini, nomes, oblasti, chambres consulaires, etc. – pour définir des projets communs et en obtenir le financement auprès de leurs ministères respectifs, avec le soutien de l’Europe. Mais ces projets communs, de l’avis général, se réduisent à peu de choses. Les Bulgares dénoncent un partenariat inégal où ils seraient subordonnés à une partie grecque rompue aux ficelles des financements européens, et détournant la coopération à son usage propre, pour des projets qui n’auraient rien de transfrontalier. Que reste-t-il aux Bulgares ? Faute de marge de manœuvre vis-à-vis de l’administration centrale, « on n’échange que des danses et des chansons » caricaturent les élus ; en somme, on célèbre rituellement les retrouvailles. En revanche, la coopération dans les domaines clés – partage de l’eau, infrastructures, services, conservation des espaces naturels et surtout, développement économique – relève directement de l’État central. Que ce soit en Grèce, où la réforme territoriale a créé des nomes (départements) « autogouvernés » où le président est à la fois élu local et représentant de l’État, ou en Bulgarie où l’oblast (département), sans compétence ni budget propres, n’est rien d’autre que la conférence des élus municipaux, la centralisation persistante s’oppose à l’émergence de micro-régions dotées de pouvoirs locaux.

39En outre, il n’est même pas sûr que les grandes réalisations répondent à de véritables besoins : la nouvelle route entre Drama et Gotse Deltchev et le poste frontière d’Exochi-Ilinden, construits à grands frais, symbolisent avec éclat les nouvelles relations gréco-bulgares, mais restent déserts. Promachonas continue de monopoliser les flux (fig. 2).

Fig. 2 - Le nouveau poste frontière d’Exochi-Ilinden, quelques semaines après son inauguration.

Fig. 2 - Le nouveau poste frontière d’Exochi-Ilinden, quelques semaines après son inauguration.

Cliché : O. Deslondes (2006).

40Au total, s’il émerge des espaces transfrontaliers entre la Grèce et la Bulgarie, les contours en sont indécis, car c’est en dehors des mailles territoriales et des structures classiques, par le biais de relations multiples entre employeurs et saisonniers, investisseurs et associés, donneurs d’ordres et sous-traitants, prêteurs et emprunteurs, vendeurs et clients, intéressées ou désintéressées, que se construit la notion.

41Cela ne suffit pas à faire une région transfrontalière ; en revanche, la nouvelle économie d’échanges a contribué à redessiner les espaces frontaliers en les insérant dans une logique productive, avec tous les aléas et toutes les imperfections que cela comporte.

Top of page

Bibliography

Béthemont J. et Sivignon M. (2002), « Effets de frontière en Thrace occidentale ». La Grèce aujourd’hui, Géocarrefour, vol. 77, n°4, Lyon, 367-373.

Billaut M. (1996), « Analyses locales en Bulgarie, commune de Petric », Les nouvelles campagnes de l’Europe centre orientale, V. Rey (dir.), CNRS Éditions, Paris, 149-152.

Deslondes O. (1997), Les fourreurs de Kastoria, entre la Macédoine et l’Occident, CNRS Éditions, collection « Méditerranée », Paris, 228 p.

Deslondes O., De Rapper G. et Roux M. (2000), « Dimanche à Miras, lundi à Dipotamia. La frontière albano-grecque dans la région de Bilisht et de Kastoria », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n° 29, Paris, 199-223.

Top of page

Notes

1 Cet article est issu d’un travail de terrain effectué en Grèce et en Bulgarie en 2005-2006 dans le cadre de l’ACI Frontières et territoires dans les Balkans à l’époque contemporaine (École Française d’Athènes, UMR 8138 IRICE).

2 Selon la Banque nationale de Bulgarie, le montant des salaires rapatriés par les Bulgares employés en Grèce s’élevait à 300 millions d’euros en 2004.

3 Banque nationale de Bulgarie. Après avoir été parmi les tout premiers investisseurs étrangers en Bulgarie jusqu’en 2002, les Grecs ont rétrogradé loin derrière les Autrichiens et les Allemands, malgré les grosses opérations réalisées dernièrement par Globul (téléphonie mobile), Evrobank ou Mevgal. Le montant des nouvelles participations grecques ne représente que 6% des IDE en 2004, contre 37% pour l’Autriche.

4 Données du service économique de l’ambassade de Grèce à Sofia.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Un atelier de Diana Textile, à Sandanski.
Credits Cliché : O. Deslondes (2006).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/526/img-1.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 2 - Le nouveau poste frontière d’Exochi-Ilinden, quelques semaines après son inauguration.
Credits Cliché : O. Deslondes (2006).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/526/img-2.jpg
File image/jpeg, 74k
Top of page

References

Electronic reference

Régis DARQUES, Olivier DESLONDES and Bernard Lory, « La nouvelle frontière gréco-bulgare », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2010, connection on 17 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/526 ; DOI : 10.4000/mediterranee.526

Top of page

About the authors

Régis DARQUES

Géographe, CNRS, FRE 3027 MTE, Montpellier.

By this author

Olivier DESLONDES

Géographe, UMR 5600 Environnement-Ville-Société, Université Lumière-Lyon 2.

By this author

Bernard Lory

Historien, INALCO, Paris.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page