Skip to navigation – Site map

Restructuration des systèmes agraires et perceptions de « l’autre » de part et d’autre de la frontière gréco-bulgare

Agrarian systems restructuring and perceptions of the «other» on both sides of the Greek‑Bulgarian border
Stavriani Koutsou and Mihalis Petrou
p. 45-51

Abstracts

The presence of Bulgarian emigrants in a rural bordering region of Greece: dimos of Trigono-Evros county
Numerous immigrants (about 15% of the country’s workforce) originating from Asia and Eastern Europe and recently installed in Greece have contributed to the revitalization and restructuring of the agriculture and rural economy while offering solutions to the everlasting problem of the sparse and expensive agricultural labor force. We study a specific form of the bulgarian emigration towards the Trigono municipality, a little greek rural region located near the bulgarian and turkish borders. The migration process is seasonal and organized in the frame of bilateral conventions between states. Following field researches, we investigate the transformations inherited from the immigrants integration into the local agricultural productive systems, the social work organization and generally speaking the socio-economic structures of the rural community. Through an anthropological approach, the everyday relations between emigrants and indigeneous populations are also treated as well as their perceptions and representations of “the other”.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Grèce, Bulgarie
Top of page

Full text

1 - Ouvriers étrangers dans l’espace rural grec : un facteur sous-évalué de la restructuration agricole

1La Grèce, pays d’émigration de la fin du XIXe siècle jusqu’aux premières décennies d’après-guerre, accueille depuis peu des flux migratoires en provenance d’Europe centrale et orientale, suite aux changements de régimes politiques. De nos jours, selon les données du dernier recensement de l’Office National Statistique Grec (ONSG), on estime que les migrants représentent près de 10% de la population du pays et 15% de sa main-d’œuvre.

  • 1 Les réflexions dominantes du discours public à propos des phénomènes migratoires renvoient au besoi (...)

2Ces dernières années, tant en Grèce que sur le plan international, les recherches se multiplient. La question des migrations1 y est mise en évidence, sous le poids tant de la masse incontrôlée des nouvelles arrivées que des mutations démographiques et socio-économiques enregistrées dans les pays d’accueil. Ces mutations étudiées en particulier dans le sud de l’Europe dans le cadre des récentes transformations politiques et de la nouvelle division internationale du travail sont totalement nouvelles et brusques (King, 2000; Labrianidis, 2000).

3En Grèce, l’attrait des migrants est lié au rôle majeur joué par le pays dans les Balkans, ainsi qu’à la forte demande en main-d’œuvre bon marché et flexible qui résulte de la stratégie de développement d’une grande partie du capital grec. Dans l’espace rural plus particulièrement, les recherches de terrain -relativement peu nombreuses- mettent en évidence l’importante et plurivalente contribution des migrants étrangers au maintien des systèmes de production agricole et à la revitalisation des économies locales (Kassimis et al, 2005; Petrou, 2005; Kassimis et al, 2003). L’emploi d’étrangers dans les travaux agricoles a apporté une solution au grave déficit de main-d’œuvre de l’agriculture grecque des dernières décennies. Leur arrivée a coïncidé avec une période de compression progressive des revenus agricoles due, d’une part, à la réduction du soutien de la Politique Agricole Commune (PΑC) et, d’autre part, à la hausse du coût de production, lié à la hausse des prix des intrants (semences, engrais, produits phytosanitaires, pétrole, etc.). Les migrants apparaissent ainsi à maints égards comme un « don du ciel».

4Les ouvriers agricoles étrangers sont chargés de combler de facto le manque de compétitivité de l’agriculture grecque, qui découle du retard de modernisation structurelle et technologique ou, tout simplement, du déficit démographique, notamment dans les régions montagneuses et pauvres. Les migrants contribuent, selon les cas, à la survie de modes de production extensifs (oléiculture, élevage pastoral de chèvres et moutons, etc.), au maintien des exploitations fragiles, à la restructuration vers des productions plus dynamiques et compétitives (cultures sous serres et maraîchères, par exemple) ou encore à la préservation de la pluriactivité des exploitants. On peut, dès lors, affirmer que les migrants étrangers passent progressivement du statut d’actifs occasionnels à celui d’acteurs structurels permanents au sein du monde rural, d’autant plus que certains d’entre eux s’intègrent avec leurs familles dans les sociétés locales.

5Nous présentons ici une « forme spécifique » de migration dans une région frontalière grecque, le dème (municipalité) de Trigono (département d’Evros). Ce mouvement migratoire est spécifique : il s’agit d’un déplacement organisé d’ouvriers agricoles bulgares vers une région limitrophe, établi dans le cadre d’un accord transnational. Le mouvement est caractérisé par une périodicité fixe chaque année, à l’époque des principaux travaux agricoles. Le dème de Trigono, situé à l’extrémité nord-est de la Grèce, vit depuis quelques années un phénomène inédit qui renverse la situation socio-économique antérieure : il accueille des centaines de voisins bulgares, employés dans les travaux agricoles pendant un semestre, d’avril à septembre. L’entrée des migrants a entraîné diverses transformations dans le système local de production agricole, mais aussi, plus généralement, dans les structures socio-économiques locales.

  • 2 Dans le cadre du projet de recherche interdisciplinaire ACI Frontières et territoires dans les Balk (...)

6L’étude de terrain a été réalisée en deux phases ; la première au cours de l’été 2005 (Anthopoulou & Koutsou, 2006) et la seconde à l’été 20062. Hormis la collecte des données statistiques détaillées auprès du Bureau municipal et du Bureau de développement rural, l’étude locale comprend également des interviews réalisées auprès des acteurs locaux (préfet, maire, présidents de coopératives, entrepreneurs), des questionnaires spécifiques remplis par des exploitants agricoles (20) et des discussions approfondies avec des producteurs grecs et des migrants bulgares (15). Nous nous sommes enfin appuyés sur des enquêtes préalables effectuées dans la région (Koutsou, 2002).

2 - La présence d’ouvriers agricoles bulgares dans le dème de Trigono (frontière nord‑est de la Grèce)

7La municipalité de Trigono est localisée à l’extrémité nord‑orientale de la Grèce (fig. 1). Elle s’étend sur 390 km2. Au nord, son territoire est délimité par les frontières bulgare et turque matérialisées par le fleuve Evros ; au sud, le cours de l’Ardas sépare la commune du reste du département d’Evros. Les conditions politiques qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, ainsi que le «rideau de fer», ont fait de la Bulgarie «l’ennemi du nord» pour la Grèce, de sorte que toute relation et tout contact entre la société locale et les «voisins communistes» bulgares ont été rompus.

Fig. 1 - Le dème de Trigono et les territoires environnants

Fig. 1 - Le dème de Trigono et les territoires environnants

D.A.O./P. Pentsch

8Le dème de Trigono se compose de 17 localités et sa population, selon le dernier recensement de 2001, se montait à 6 656 habitants. La société locale a connu de vastes flux migratoires au cours des quarante dernières années, orientés surtout vers l’Europe occidentale et les centres urbains helléniques, et motivés essentiellement par la modernisation de l’agriculture au cours de la même période. L’émigration a atteint des proportions considérables, entraînant une baisse de la population de 51,5% de 1961 à 2001.

9L’évolution politique en Europe orientale a conduit à l’«ouverture» des frontières avec la Bulgarie en 1989. Un nouveau poste-frontière est alors inauguré à Ormenio, qui marque le début de relations très étroites entre les deux communes de part et d’autre de la frontière. Les prix sensiblement plus bas des produits en Bulgarie ont conduit les habitants de Trigono à mener des « expéditions » journalières afin d’acheter vêtements, produits alimentaires, outils et machines agricoles et même pour se divertir, ce qui a rendu les contacts entre les deux communes frontalières quasi quotidiens. Les Grecs ont voulu connaître leurs voisins anonymes, qu’ils devinaient la nuit depuis bien des années à travers les lumières des villages. Dans le même temps, les Bulgares ont commencé eux aussi à affluer dans la région en quête d’emplois saisonniers. Ils ont trouvé un débouché dans les travaux agricoles.

  • 3 Pasteurs nomades hellénophones dispersés entre la Grèce continentale, la Thrace et la Macédoine. Av (...)

10Jusqu’en 2001, date à laquelle l’État grec a donné un cadre juridique à la légalisation des migrants, le séjour des Bulgares dans la région était illégal, à l’exception des Bulgares-Sarakatsanes3. La loi 2910/2001 confie aux dèmes le contrôle des immigrés, et autorise depuis cette date l’entrée des Bulgares non Sarakatsanes à travers, toutefois, une procédure particulièrement complexe et bureaucratique : en effet, les Bulgares sont autorisés à pénétrer sur le territoire grec et à y demeurer six mois par an, à la seule condition qu’un employeur grec les y invite, les héberge et soit leur garant.

11Selon les données du Service des étrangers du dème de Trigono, 40 Bulgares sont arrivés en 2001, 150 en 2003 et 455 en 2005. En 2006, 373 demandes d’entrées ont été enregistrées jusqu’en juin, les estimations portant ce chiffre à au moins 700 jusqu’à la fin de l’année. Ces chiffres n’incluent pas les Bulgares-Sarakatsanes, dont le nombre est estimé à 150‑200 personnes par an. Le séjour des migrants est assuré dans tous les cas par les employeurs, qui soit aménagent d’anciens entrepôts, soit louent ou achètent des maisons abandonnées et les rendent habitables. Les patrons se chargent dans le même temps des frais d’hébergement (électricité, eau). Sur l’ensemble des migrants bulgares, 60 à 65% sont des femmes. Cette préférence féminine est déterminée par les travaux auxquels les ouvriers sont destinés. Ces derniers proviennent des régions bulgares limitrophes situées à cinquante kilomètres au plus des frontières.

2.1 - Les multiples conséquences socio-économiques de l’entrée d’ouvriers agricoles bulgares

2.1.1 - Restructuration du système de production agricole

12L’économie du dème de Trigono s’appuie presque exclusivement sur le secteur primaire. Le secteur secondaire est très faible et comprend une unité de production dans le bâtiment et deux unités de transformation de produits agricoles (une entreprise de vinification et une autre de congélation de produits maraîchers).

  • 4 Aujourd’hui, la SAU du déme de Trigono s’étend sur 19 850 ha, dont 40% sont irrigués. Les exploitat (...)

13En ce qui concerne le secteur primaire, l’agriculture prédomine. La part de l’élevage, modernisé, dans l’économie locale s’est réduite jusqu’à devenir négligeable. La construction d’un réseau public d’irrigation par dérivation des eaux de l’Ardas a fondamentalement réorienté l’évolution de l’agriculture locale. Sa mise en fonction au début des années 1970 a modifié la distribution culturale de la plaine, tout en permettant l’introduction de nouvelles cultures intensives4.

14Depuis l’adhésion de la Grèce à la Communauté européenne, le système de production agricole de Trigono est pleinement assujetti aux orientations de la Politique Agricole Commune (PΑC). Dans les années 1980 et 1990, par le biais de ses subventions, la PΑC a guidé les exploitants de surfaces non irrigables vers la monoculture du blé dur et du tournesol, et ceux des surfaces irrigables vers le maïs, la betterave à sucre et le coton. La réforme de la PΑC en 1992 a laissé entendre des réductions de subventions, tandis que la révision de 2005 a effectivement procédé à une telle réduction, tout promettant une prochaine suppression pure et simple des aides. Les producteurs sont contraints de trouver des cultures compétitives, susceptibles d’assurer des revenus satisfaisants au-delà des subventions. L’asperge est une de ces alternatives.

15L’asperge, parfaitement adaptée au bassin de l’Ardas, bénéficie d’un rendement très satisfaisant et d’une excellente qualité de produit. Elle est cultivée dans la région à partir de 1985, et constitue un produit exclusivement destiné à l’exportation. Les surfaces allouées à ce produit jusqu’à la fin des années 1990 étaient très réduites, en raison de ses exigences élevées en matière de main-d’œuvre qui, jusque-là, était presque exclusivement familiale. L’ouverture des frontières avec la Bulgarie et la possibilité d’emploi de main-d’œuvre étrangère, bon marché de surcroît, a été une excellente occasion pour les producteurs d’accroître leurs surfaces cultivables – elles ont été multipliées par quinze entre 2000 et 2005. Elles s’élèvent aujourd’hui à 124,3 ha. Parallèlement, la superficie consacrée au coton a doublé (tant en culture sèche qu’irriguée) et, depuis deux ans, des cultures maraîchères très exigeantes en main-d’œuvre sont apparues. Tout changement dans le système de cultures s’effectue ainsi en fonction de la disponibilité des migrants bulgares (cultures sous serres, arboriculture, etc.). Les ouvriers bulgares sont devenus un élément structurel du système de production agricole actuel.

16Les nouvelles cultures entraînent des investissements importants (plantations, équipement en machines, dispositifs d’irrigation, etc.) Dans un assez grand nombre de cas, la taille des exploitations s’est réduite grâce à la suppression de parcelles louées, auparavant consacrées aux cultures subventionnées par la PAC (céréales, maïs).

2.1.2 - Les mutations de l’organisation du travail agricole

17Les producteurs tirent parti des ouvriers agricoles bulgares tout au long de leur séjour en Grèce (d’avril à octobre). Leur premier emploi consiste à récolter les asperges, entre avril et la mi-juin. Ensuite, le même producteur les affecte à d’autres travaux agricoles sur son exploitation : sarclage du coton et des betteraves, arrosage, mise en culture des produits maraîchers (semailles, sarclage, récolte), sarclage de la vigne, entre autres. Ce producteur d’asperges peut en même temps «prêter» ses ouvriers à d’autres exploitants. Des réseaux se constituent autour de l’employeur initial, qui a «invité» ces manœuvres de Bulgarie. En les accueillant, il veille à leur assurer le plus possible de journées de salaire au cours de leur séjour en Grèce, afin qu’ils soient disponibles l’année suivante.

  • 5 Ιl est de 15 à 17 €/jour pour la récolte des asperges et de 2 €/heure pour le sarclage du coton et (...)
  • 6 La proximité du dème de Trigono avec la région d’origine des ouvriers agricoles bulgares est une se (...)

18La proximité de la Bulgarie est un élément important et particulier qui influe sur le marché du travail local. Les salaires journaliers des Bulgares dans le Trigono sont relativement bas, comparés à ceux des migrants dans d’autres régions grecques5. Toutefois, les producteurs déclarent préférer les Bulgares non seulement pour leurs bas salaires, mais aussi pour leur disponibilité. Les ouvrières grecques, par exemple, refusent de travailler pendant les fêtes de Pâques (qui coïncident toujours avec la période de récolte des asperges), ce qui rend leur embauche incompatible avec les récoltes quotidiennes exigées par la culture de l’asperge. «Les Bulgares viennent pour travailler et c’est ce qu’ils font tous les jours jusqu’à ce qu’ils repartent», déclarent les producteurs, ce qui leur garantit une récolte sûre dans le temps6.

19Les mutations enregistrées dans l’organisation du travail à l’intérieur de l’exploitation familiale sont très importantes et intéressantes, notamment en ce qui concerne son volume et sa nature. Tous les producteurs interrogés déclarent travailler davantage depuis qu’ils emploient de la main-d’œuvre étrangère, phénomène dû à l’agrandissement des surfaces cultivées et à l’introduction de cultures exigeantes. Ils déclarent, cependant, que la nature de leur occupation est différente. À présent, leur rôle s’oriente vers la gestion et la supervision et non plus vers le travail manuel. «Les Bulgares nous ont permis de nous sentir patrons», déclarent certains.

20Les membres de la famille qui apportaient leur concours ont également vu leurs responsabilités évoluer. L’épouse qui, encore récemment, était absolument indispensable pour la récolte des asperges et le sarclage des betteraves et du coton, ne s’occupe désormais plus, dans la plupart des cas, de ces opérations. Cependant, les producteurs à la tête des exploitations les plus importantes ont déclaré que leurs épouses continuent de travailler au domaine autant que par le passé. Le rôle de l’épouse, en l’occurrence, consiste plutôt à superviser, contrôler et apprendre le travail aux ouvriers agricoles. On constate un tel phénomène dans les grandes exploitations, où le chef n’a pas le temps d’assurer lui-même la supervision de tous les lopins. Dans les petites et moyennes exploitations, au contraire, l’arrivée des migrants pousse l’épouse à se retirer quasi complètement des travaux agricoles.

21On peut dire que l’irruption des migrants bulgares dans la région a, la plupart du temps, provoqué la mise en place d’une nouvelle organisation du travail, qui repose désormais sur un seul actif -le chef d’exploitation- et non plus sur le groupe familial.

22L’arrivée d’ouvriers agricoles bulgares a également entraîné des changements dans l’organisation sociale du travail. Elle a participé à la suppression de l’organisation collective, telle l’entraide intra-communautaire, qui se manifestait à travers le prêt de journées de travail d’un producteur à l’autre. L’entraide entre les producteurs revêt désormais un autre aspect, le «prêt» des ouvriers agricoles. Or, dans le même temps, les migrants supplantent complètement la main-d’œuvre locale. On n’utilise plus les effectifs féminins locaux, même en proportion réduite. De plus, les Tsiganes musulmans d’Orestiada et Didymoticho, petites villes distantes de 10 à 30 km de Trigono, ont été évincés. Jusqu’à l’arrivée des migrants, ces Tsiganes étaient employés par les producteurs locaux exclusivement dans le sarclage du coton et des betteraves, mais jamais dans la récolte des asperges, faute d’une confiance suffisante. De nos jours, bien que le salaire journalier des Tsiganes se situe au même niveau que celui des Bulgares (voire moins), les producteurs préfèrent les Bulgares.

2.1.3 - Les mariages mixtes

23L’ouverture des frontières a également permis la contraction de nombreux mariages entre hommes Grecs et femmes Bulgares. Ces rapprochements sont facilités par le partage de la même confession orthodoxe. Ils viennent résoudre partiellement un vaste problème social qui affecte l’ensemble de l’espace rural grec : le célibat de nombreux hommes de 20-40 ans.

24Nous disposons de données sur les mariages mixtes depuis 1999, date à laquelle ont été mis en place les dèmes élargis. Selon les données de l’état civil du dème de Trigono, environ 30% des mariages ont été, ces dernières années, contractés avec des femmes bulgares (tab. 1).

Tableau 1: Mariages mixtes dans le dème de Trigono (1999-2006)

Année

Nombre total de mariages

Mariages mixtes

%

1999

32

9

28,1

2000

20

7

35,0

2001

37

9

24,3

2002

30

13

39,4

2003

32

8

25,0

2004

34

9

26,4

2005

16

1

6,2

2006(jusqu’en juillet)

6

2

33,3

Total

207

58

28,0

Source : Mairie du dème de Trigono, État civil, registre des mariages.

25Une analyse plus approfondie des mariages mixtes nous a permis de constater que la plupart d’entre eux sont contractés entre jeunes qui s’unissent pour la première fois. De façon plus détaillée, un tiers des conjoints-hommes a entre 20 et 40 ans et un autre tiers entre 40 et 50 ans. Les plus de 60 ans en sont en principe à leurs secondes noces et presque tous sont veufs.

  • 7 Des études antérieures sur la région (Koutsou, 2002; Koutsou, 1996) ont montré une émigration plus (...)

26On peut considérer que ces mariages mixtes apportent une solution partielle au célibat des hommes7 et leur permettent, indirectement, de reporter un départ. Ils améliorent aussi la situation démographique locale, étant donné que les couples ainsi formés restent et procréent dans la région.

2.2 - Voisins bulgares et grecs : les perceptions respectives de « l’autre »

27La présente recherche s’est également focalisée – à travers une approche anthropologique – sur l’exploration empirique des types d’interactions entre migrants et autochtones, sous l’impact de leurs perceptions stéréotypées respectives. Et cela, d’autant plus que Grecs et Bulgares – qui, jusqu’à une époque récente, étaient très proches spatialement mais résolument séparés par des « frontières hostiles » – vivent aujourd’hui des rapports symbiotiques (espace de travail, mariages mixtes, loisirs et consommation). Les expériences personnelles et collectives relatives au lieu (« ici » et « là-bas »), les rapports entre le « soi » collectif et «l’autre» et les diverses caractéristiques culturelles entre «siens» et «étrangers» sont autant d’objets d’études intéressants dans le contexte précis de Trigono.

28Au cours des dernières années, les producteurs grecs ont eu l’occasion de connaître de plus près les voisins bulgares qui leur étaient auparavant étrangers. En s’appuyant sur leur évaluation de la rentabilité des ouvriers bulgares, les autochtones attribuent spontanément des caractéristiques culturelles générales aux migrants en question. Un cas caractéristique est celui de Nikos (38 ans). Ce producteur se déplace assez souvent en Bulgarie dans le cadre de ses obligations professionnelles. La faible distance qui sépare les villes bulgares de la frontière permet aux habitants des communes grecques de la région de visiter régulièrement le pays voisin.

29Lui-même, depuis quelques années, emploie un certain nombre de Bulgares dans son exploitation et il est assez souvent mécontent de ses ouvriers, car – comme il l’affirme lui-même – ils ne sont pas capables de comprendre ses ordres.

« Les Bulgares sont des gens gentils et paisibles, mais ils ne comprennent pas et ne prennent pas d’initiatives au travail. Ils ont pris cette habitude dans le régime précédent, où on leur disait exactement quoi faire. Ce qui prouve en général que, en tant que peuple, ils sont assez en retard par rapport à nous… Ils sont pauvres et sous-développés et la situation n’a pas changé jusqu’à aujourd’hui, puisque quand on y va pour acheter des outils pour les champs, on ne voit aucun développement ».

30Les Bulgares, quant à eux, rejettent le mépris qui leur est manifesté. Yannis (45 ans) est un cas caractéristique. Pendant les dix dernières années, il est venu continuellement en Grèce pour travailler, au départ dans les champs et aujourd’hui dans le bâtiment. Yannis exprime son point de vue sur les capacités de travail des Bulgares :

Les gens ici croient que nous les Bulgares, nous sommes inférieurs. Quand ils disent « moi je te donne à manger », cela signifie qu’ils nous sous-estiment. Pourquoi tu me donnes à manger? Je le gagne en travaillant. Ils disent sur nous, les Bulgares, qu’on ne comprend pas le travail et qu’on a besoin de quelqu’un au-dessus de notre épaule pour nous dire ce qu’il faut faire... Si nous on n’était pas là, vous seriez condamnés, car vos jeunes ne font pas du tout les travaux agricoles qu’ils considèrent comme dévalorisants. Nous les Bulgares, on ne considère aucun travail comme dévalorisant, car l’État avec le communisme nous a appris la culture du travail. N’importe quel travail. Il y a des professeurs de piano et des instituteurs qui récoltent votre production. Nous, on n’est ni faibles, ni sous-développés. On avait de l’électricité à partir de 1950 et vous, vous avez eu le courant dans vos villages en 1966. Lorsque nous, on avait des génératrices, des tracteurs, vous ici, vous semiez à l’aide des bœufs. On vous voyait d’en face. Ces infrastructures existent encore, seuls les capitaux manquent. C’est vous qui avez une mentalité de sous-développés.

31À l’inverse, pour certains producteurs locaux, l’interaction quotidienne avec les ouvriers étrangers produit des représentations où la culture voisine est dévalorisée. Les employeurs grecs portent un jugement a priori négatif sur le régime communiste qui, selon leur point de vue, privait ses citoyens de toute initiative privée. Les difficultés de compréhension des instructions dans le cadre des travaux agricoles quotidiens de la part des ouvriers trouve ici une explication toute prête. De plus, la «pauvreté» que de nombreux locaux ont constatée au cours de leurs voyages en Bulgarie et l’offre débordante – selon les mêmes – d’amour vénal ont forgé l’image d’un «champ de valorisation circonstancielle» dans le voisinage. La vente massive et souvent spéculative par des Bulgares de machines et matériaux autrefois détenus par l’État vient conforter aux yeux des producteurs l’image d’une société en état de décomposition sociale et de désagrégation économique. En l’occurrence, l’origine ethnique, la «pauvreté», l’«opportunisme» et l’«insuffisance» des aptitudes ouvrières sont assimilées, de sorte que les ouvriers agricoles bulgares se retrouvent stigmatisés par des jugements dépréciatifs (Mennell, 1989). Les infrastructures déficientes, la faiblesse économique et sociale du pays d’origine et le pouvoir d’achat plus élevé des autochtones revêtent une valeur culturelle et deviennent le point de comparaison entre «ici» et «là-bas», le «propre» et «l’étranger». Le processus de prise de conscience d’un «soi» suzerain, qui s’autoconforte et se distancie de «l’autre» sous‑développé, se met en place (Guéfou-Madianou, 2003).

32Les échanges nuptiaux, outre la stimulation démographique qu’ils entraînent, comportent une dimension culturelle importante. Ils oblitèrent l’homogénéité ethnique des autochtones et renforcent le caractère pluriculturel des sociétés locales. Les autochtones apprécient cette nouvelle réalité sociale de différentes façons. Nombreux sont ceux qui appréhendent de façon dépréciative les mariages en question. Selon un certain nombre d’habitants donc :

Toutes les Bulgares cherchent la sécurité économique, car dans leur pays, il y a la pauvreté et ils ont faim. Ces mariages sont des mariages d’intérêt.

33Les jugements sont d’autant plus rudes que, pour la société locale, la dot est une institution culturelle importante (Sant-Cassia, 1994 ; Kouroukli, 1994). L’absence de biens patrimoniaux de la famille de la future mariée établit un écart par rapport au système de valeurs que comporte le modèle local dotal dominant. Néanmoins, en dépit des jugements stéréotypés négatifs des autochtones à l’égard des futures mariées bulgares, le nombre relativement élevé de mariages mixtes, ces dernières années, pourrait signifier une acceptation plutôt qu’un rejet des femmes en question. La société locale n’échappe pas aux contradictions.

34Lorsque l’entourage proche constate les aptitudes de l’épouse-belle-fille bulgare et que toute réserve quant à sa moralité est levée, le soulagement gagne les familles et les communautés villageoises.

Les Bulgares qui se sont mariées ici se sont avérées des femmes appliquées, car ce sont de bonnes mères, d’excellentes ménagères et des travailleuses.

35On peut dire que certaines réserves initiales et la méfiance à l’égard des mariages mixtes sont aujourd’hui largement surmontées même si, selon les propos d’Éléna, une institutrice bulgare, c’est «un véritable concours qu’une femme bulgare doit passer constamment au village».

36Coincées dans le «devenir social» de la société locale, les femmes de Bulgarie s’efforcent de forger leur propre image en tant qu’épouses, mères et travailleuses, mais surtout en tant que femmes, à travers leurs expériences quotidiennes dans un espace de contrôle et de restriction de leurs aspirations personnelles. D’une part, en tant que femmes, elles se sentent piégées dans une réalité socio-culturelle conservatrice – elles ne sont pas autorisées à accéder à de simples activités de loisirs. D’autre part, en tant que femmes bulgares, elles risquent à tout moment de confirmer les a priori sociaux négatifs, puisqu’elles portent le stigmate (Goffman, 1968) d’un modèle féminin qui ne s’accorde pas avec les modèles réglementaires locaux.

3 - En guise de conclusion

37L’installation des migrants bulgares dans la région rurale de Trigono a eu de multiples impacts d’ordre économique et socio-culturel sur la société locale, très marginalisée du fait de sa position ultra-périphérique aux frontières encore récemment « hostiles » du nord du pays. Le recrutement des ouvriers agricoles bulgares s’est accompagné d’une nouvelle organisation de l’exploitation agricole et a permis la survie, voire l’intensification, du système productif local, qui était en crise profonde dans les années 1980. Il s’est aussi accompagné d’une réorganisation du travail tant au niveau familial que social.

38Les mariages mixtes contractés entre Grecs et femmes bulgares ont apporté une solution partielle au problème du célibat des jeunes ruraux, qui affecte profondément la campagne grecque. Et, si les autochtones expriment des jugements négatifs à l’égard des immigrants considérés comme pauvres, sous-développés, peu compétents (ouvriers agricoles) ou de «mœurs légères» (jeunes femmes), les rapports étroits établis à travers les échanges nuptiaux font surgir une image différenciée de « l’autre ». Les stéréotypes négatifs semblent être au moins partiellement démentis par les faits, une fois constatée la bonne volonté des femmes bulgares qui adoptent en tant qu’épouses et mères les valeurs culturelles locales.

39En tout cas, les migrants bulgares paraissent constituer un élément structurel plutôt que conjoncturel du système socio-économique local. Ils créent une forte dépendance du monde rural grec vis-à-vis des futures stratégies et pratiques migratoires de leurs voisins. Ce système s’avère assez fragile et risque de s’écrouler avec l´adhésion toute récente de la Bulgarie à l’Union Européenne. Les transformations économiques et structurelles que l’adhésion va entraîner de l’autre côté de la frontière risquent de ralentir le progrès spectaculaire de cette petite région de Trigono, que la main d’œuvre bulgare (abondante et bon marché) a revitalisée.

Top of page

Bibliography

Anthopoulou T., Koutsou S., (2006), « Globalisation, mobilité et nouvelles dynamiques agraires. Les dimensions foncières des mutations dans une région frontalière au nord-est de la Grèce », in Jouve A.-M. et al. (dir.), Les frontières de la question foncière : enchassement social des droits et politiques publiques, Montpellier, CIHEAM – IAMM (sous presse).

Goffman E., (1968), Stigma. Notes on the Management of Spoiled Identity, Harmondsworth, Penguin, 173 p.

Géfou-Madianou D., (2003), « Conceptualisations du soi et de l’« autre » : questions d’identité dans la théorie anthropologique contemporaine », in Guéfou-Madianou D., Soi et « autre » : conceptualisations, identités et pratiques en Grèce et à Chypre [Εαυτός και “άλλος” : εννοιολογήσεις, ταυτότητες και πρακτικές στην Ελλάδα και στην Κύπρο], Athènes, Gutenberg, p. 15‑111.

Kassimis C., Papadopoulos A., (2005), « The multifunctional role of migrant workers in Greek countryside : implications for the rural economy and society », Journal of Ethnic and Migrants Studies, 31 (1), p. 99-127.

Kassimis C., Papadopoulos A., Zakopoulou E., (2003), « Migrants in rural Greece », Sociologia Ruralis, 43 (2), p. 167-184.

Koutsou S., (2002), « Deux villages de Thrace devant l’arrivée de l’eau et l’ouverture des frontières (1990-2000) », Géocarrefour, Vol 77 (4), p. 377-384.

King R., (2000), « Southern Europe in changing global map of migration », in King R., Lazaridis G., Tsardanidis C., Eldorado or fortress ? in Southern Europe, Palgrave Macmillan Press, p. 1-26.

Kouroukli Μ., (1994), « Famille, dot et héritage. Le cas de la visite à Corfou », in Colette P., Famille et fortune en Grèce et à Chypre [Οικογένεια και περιουσία στην Ελλάδα και την Κύπρο], Athènes, Estia, p. 77-110.

Labrianidis L., (2000), « Geographical proximity matters in the orientation of FDI. The case of Greek FDI in the Balkans », in Petrakos, G., Tolev, S., The development of the Balkan region, Aldershot, Ashgate, p. 463-489.

Marvakis Α., Parsanoglou D., Pavlou Μ., (2001), « introduction », in Marvakis Α., Parsanoglou D., Pavlou Μ., Migrations en Grèce [μετανάστεσ στην ελλάδα], Athènes: Ellinika Grammata, p. 13-30.

Mennell S., (1989), Nobert Elias : civilisation and the human self-image, Oxford: Backwell Publishers, 319 p.

Petrou Μ., (2005), Technologie contemporaine et migrants étrangers. La négociation des rapports socio-culturels et productifs dans une commune rurale [Σύγχρονητεχνολογία και αλλοδαποί μετανάστες : η διαπραγμάτευση των κοινωνικο-πολιτισμκών και παραγωγικών σχέσεων σε μια αγροτική κοινότητα], thèse de doctorat en anthropologie sociale, Athènes, Université Panteion.

Salamone S., Stanton J., (1986), « Introducing the nikokyra : identity and reality in social process », in Dubisch J., Genderand Power in Rural Greece, Princeton, Princeton University Press, p. 97-120.

Sant-Cassia P., (1994), « Politique nuptiale. Usages stratégiques de la dot dans un village chypriote grec », in Colette P., Famille et fortune en Grèce et à Chypre [Οικογένεια και περιουσία στην Ελλάδα και την Κύπρο], Athènes, Estia, p. 131‑168.

Top of page

Notes

1 Les réflexions dominantes du discours public à propos des phénomènes migratoires renvoient au besoin de gérer « le problème des migrations et des migrants », à travers des approches purement économiques coût/profit à l’échelle régionale et locale ou socio-anthropologiques sur l’insertion des migrants et les stéréotypes culturels des autochtones (Marvakis Α. et al, 2001).

2 Dans le cadre du projet de recherche interdisciplinaire ACI Frontières et territoires dans les Balkans à l’époque contemporaine, financépar l’École Française d’Athènes – UMR 8138 IRICE. Coordination: Anne Couderc. Organisation scientifique: Anne Couderc, Olivier Deslondes, Gilles de Rapper.

3 Pasteurs nomades hellénophones dispersés entre la Grèce continentale, la Thrace et la Macédoine. Avec la fin des guerres balkaniques, des groupes des Sarakatsanes sont restés au sud de Bulgarie et de la Yougoslavie de « l’autre côté » des frontières. Les Sarakatsanes de Bulgarie parlent le grec et ont des relations étroites avec les Sarakatsanes de Grèce. La Grèce a d’emblée appliqué une politique migratoire préférentielle à leur égard et les a autorisés à entrer et séjourner dans le pays pendant une période limitée

4 Aujourd’hui, la SAU du déme de Trigono s’étend sur 19 850 ha, dont 40% sont irrigués. Les exploitations agricoles sont au nombre de 1 525 et leur taille moyenne est de 13 ha.

5 Ιl est de 15 à 17 €/jour pour la récolte des asperges et de 2 €/heure pour le sarclage du coton et des betteraves à sucre ou pour d’autres travaux. Toutefois, les salaires journaliers sont établis à des niveaux faibles à cause des frais d’hébergement des Bulgares, qui sont pris en charge par l’employeur. La prise en charge de ce coût, selon les producteurs, élève le salaire journalier de 3-4 €, ce qui le porte à 20 € environ, de dix euros environ inférieur aux salaires correspondants des ouvriers agricoles grecs.

6 La proximité du dème de Trigono avec la région d’origine des ouvriers agricoles bulgares est une seconde raison qui permet de maintenir les salaires journaliers à un bas niveaux. La frontière est distante de 5 à 20 km à peine, ce qui permet aux employés de se rendre en Bulgarie dans la journée. Cette proximité leur permet de se ravitailler dans leur pays, où le coût des denrées alimentaires ne dépasse pas le tiers des prix grecs. À travers des visites régulières à la frontière, les Bulgares ont également la possibilité d’acheter des produits alimentaires auprès de supermarchés « itinérants » tenus par des compatriotes, qui viennent spécialement jusqu’à la frontière. Ils ne sont donc pas obligés de dépenser leur salaire en Grèce pour leurs besoins alimentaires. Ils ne fréquentent que rarement les cafés et tavernes des villages. « Ils ne laissent même pas un euro dans la région », déclarent certains propriétaires d’établissements.

7 Des études antérieures sur la région (Koutsou, 2002; Koutsou, 1996) ont montré une émigration plus élevée chez les jeunes femmes, qui s’orientent vers les centres urbains du pays pour mener des études ou rechercher un emploi.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Le dème de Trigono et les territoires environnants
Credits D.A.O./P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/527/img-1.jpg
File image/jpeg, 106k
Top of page

References

Electronic reference

Stavriani Koutsou and Mihalis Petrou, « Restructuration des systèmes agraires et perceptions de « l’autre » de part et d’autre de la frontière gréco-bulgare », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2010, connection on 17 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/527 ; DOI : 10.4000/mediterranee.527

Top of page

About the authors

Stavriani Koutsou

Institut d’Enseignement Technologique, Salonique,skoutsou@farm.teithe.gr

Mihalis Petrou

Université Panteion, Athènes, mpetrou@panteion.gr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page