Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

L. Lopez Trigal, A. Abellan Garcia, D. Godenau (coordinatores) et al., (2009), Despoblamiento, envejecimiento y territorio

Universidad de Leon, 831 p.
André de Réparaz
p. 139
Bibliographical reference

L. Lopez Trigal, A. Abellan Garcia, D. Godenau (coordinatores) et al., (2009), Despoblamiento, envejecimiento y territorio, Universidad de Leon, 831 p.

Full text

1Le titre de cette imposante publication est un peu réducteur: dès la page intérieure un sous-titre ajoute à « Dépeuplement, vieillissement et territoire », « une analyse de la population espagnole » car il s’agit là d’une série d’études effectuées sous l’égide du groupe « Population » de l’Association des Géographes Espagnols et réunies à l’occasion de leur congrès à l’université de Léon.

2Cinquante huit articles sont répartis en quatre blocs thématiques:
– les transformations récentes des structures de la population,
– le vieillissement, population âgée et territoire,
– le dépeuplement et la reconfiguration territoriale,
– les applications des méthodes d’analyse spatiale dans les études de population.

3Il s’y ajoute une conclusion sur « les chiffres de la population en Espagne et leurs implications territoriales » avec des résultats par communauté autonome concernant les taux de chômage en 2008, allant de 8,12 % en Navarre à 21,8 % en Aragon pour un moyenne nationale de l’ordre de 14 %.

4L’étude du dépeuplement entraîne celle des repeuplements de types divers dans les campagnes et celle des congestions de population sur les littoraux. Elle débouche aussi sur des observations concernant les migrations internes ou extérieures avec des retraités aisés à côté des immigrants modestes. Ces derniers sont étudiés à partir de « l’inégalité intra urbaine dans l’accessibilité aux transports publics » et la « mobilité de la population urbaine par les transports publics et privés », la chronogéographie avec Santander comme exemple. Certains travaux abordent le thème des espaces vécus avec « les réseaux familiaux et les distances affectives dans la qualité de la vie »; d’autres mettent en opposition les descendants d’émigrants hispaniques qui retraversent l’Atlantique venant d’Uruguay, d’Argentine, du Vénézuela ou du Brésil vers la Galice face aux immigrants sans rapport antérieur avec l’Ibérie (Maroc, République dominicaine, Roumanie…). Certaines études abordent la géographie du genre avec la population féminine déficitaire dans les espaces ruraux, aragonais en particulier.

5Au total un ouvrage qui est une mine d’informations sur la population espagnole mais dont les analyses sont juxtaposées et où il manque des interrelations et des synthèses générales ou régionales. De même, malgré les déclarations initiales, les études restent essentiellement démographiques et socio-démographiques, laissant de côté les aspects concernant l’aménagement de l’espace face aux problèmes de population.

Top of page

References

Electronic reference

André de Réparaz, « L. Lopez Trigal, A. Abellan Garcia, D. Godenau (coordinatores) et al., (2009), Despoblamiento, envejecimiento y territorio », Méditerranée [Online], 115 | 2010, Online since 31 December 2010, connection on 20 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/5288

Top of page

About the author

André de Réparaz

Professeur émérite en géographie, Université Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page