Skip to navigation – Site map

Continuités et ruptures dans l’aménagement des espaces urbains post-socialistes en Bulgarie

L’exemple de Sofia et Plovdiv
Continuity and discontinuity of the post-socialist urban planning in Bulgaria. The examples of Sofia and Plovdiv
Milena Guest
p. 65-77

Abstracts

Through the study of the Sofia and Plovdiv Master plans and the evolution of the two urban places after 1990, this paper questions the socialist inheritance in its urbanistic and semantic dimension. It reveals both continuities and disruptions in the political will expressed by two different economic, political and social systems -sometimes opposed.

Top of page

Full text

1 - Introduction

1Le temps du régime socialiste paraît aujourd’hui presque irréel, révolu, à l’ouest comme à l’est de l’Europe. Mais les traces de l’urbanisme socialiste, loin d’être effacées, occupent une place dominante dans les tissus urbains bulgares et participent de la recomposition des liens sociaux. Avec l’intégration du pays à l’Union Européenne se pose la question des continuités et des discontinuités dans l’aménagement des espaces urbains post-socialistes. Le nouveau régime, réputé moins violent que dans d’autres pays de l’ancien bloc de l’Est, et la singularité de la structure de la propriété – la quasi-totalité des logements sont propriété privée et la plupart sont habités par leurs propriétaires d’avant 1990 – font de la Bulgarie un sujet d’étude particulier. L’objectif de cet article est donc d’étudier certains aspects de l’agencement des deux « modèles de modernité » – socialiste et occidentale – longtemps séparés et analysés comme contradictoires.

2À travers les Plans directeurs d’organisation et d’aménagement de Sofia et de Plovdiv et l’évolution des espaces urbains, nous analysons les héritages socialistes encore actifs dans leur dimension urbanistique et sémantique. Les compétences dans l’élaboration des documents d’urbanisme après 1990 changent de main : cette tâche incombe désormais à la municipalité (Alexandrova-Guest, 2006). Mais les principes et les procédés d’aménagement et d’organisation des espaces urbains après 1990 ont-ils changé, et en quoi ? L’ordonnancement spatial qu’ils proposent se différencie-t-il de ceux produits pendant le régime socialiste ? Dans cette perspective, la première partie de l’article entend étudier les héritages urbanistiques qui traduisent les intentions des pouvoirs publics à différents moments historiques. Nous pourrons ainsi examiner par la suite les orientations données à l’aménagement des espaces urbains de Sofia et Plovdiv par les nouveaux plans d’urbanisme et révéler les continuités et discontinuités des intentions politiques dont ils sont porteurs. Enfin, une réflexion sur la construction des aires urbaines viendra compléter notre analyse sur la rémanence des structures socialistes dans le nouveau contexte politique, économique et social de l’intégration du pays à l’UE.

2 - Héritages urbanistiques en scène

3Les Plans directeurs sont les principaux documents où les changements de limites des villes bulgares sont codifiés pour être ensuite confirmés par voie législative. C’est donc bien l’étude de ces héritages urbanistiques qui nous aidera à comprendre ce qu’est la ville aujourd’hui.

  • 1 Il s’agit des villes de Bankia, Novi Iskar et Buhovo qui, à elles seules, réunissent 2% de la popul (...)

4Dans le cas de Plovdiv, comme dans celui de quelques autres villes bulgares, le cadre administratif officiel de la ville est défini par une seule commune. Mais cette correspondance est un fait rare en Bulgarie, car quasiment chaque commune comprend un pôle urbain majeur et sa couronne périurbaine, qui peut inclure d’autres villes de taille beaucoup moins importante, ainsi que plusieurs villages. Ainsi, la commune de Sofia réunit la ville de Sofia et sa région périurbaine, regroupant pour sa part trois villes et 34 villages1. Les limites administratives de la commune sont les mêmes que celle de la région de Sofia (Sofia-oblast) (fig. 1).

Fig. 1 - Structure administrative de Sofia, région-capitale.

Fig. 1 - Structure administrative de Sofia, région-capitale.

Carte : Milena Guest

© Milena Guest, 2007.

2.1 - Sofia, une capitale qui « grandit sans vieillir »2

  • 2 Lors de la participation de la Bulgarie à l’exposition universelle à Paris en 1900, le comité exécu (...)

5« Aucune ville de notre temps en Europe n’a autant changé d’aspect extérieur en si peu de temps... ». Cette phrase extraite des Voyages à travers la Bulgarie (1899) de Konstantin Irechek résume aussi bien l’histoire de Sofia au xixe siècle que depuis. La transformation de Sofia en métropole au cours du xxe siècle est rapide, mais incomplète, et très dépendante de l’évolution de la conjoncture politique nationale et internationale. Si la volonté de suprématie de la capitale bulgare dans l’espace national et régional est moins prononcée dans les premières décennies du siècle, elle s’accentue progressivement entre les deux guerres ; la population sofiote augmente considérablement et la carte administrative évolue avec la création de la Grande commune de Sofia (1938).

  • 3 Son territoire est d’environ 57 km², sa population est désormais de 327 000 habitants.
  • 4 Académie des Sciences Bulgare et Municipalité de Sofia (2000), София. 120 години столица [Sofia. Ca (...)

6À la veille de la Deuxième Guerre mondiale, le conseil municipal anticipe l’élaboration d’un nouveau plan d’urbanisme de la ville3. Pour cette tâche il sollicite l’architecte allemand A. Mussman sans avoir recours à l’organisation d’un concours. Le plan divise la ville en deux parties, intérieure (la ville de Sofia) et extérieure (sa région périurbaine), dans le but d’améliorer son organisation et sa gestion territoriale. Dans l’aménagement de la capitale, A. Mussman s’inspire du modèle des « cités-jardins » de Howard. Même si le plan accorde une place majeure à la circulation et met en œuvre les principes du zonage fonctionnel, il vise surtout à l’enrichissement de la composition spatiale de la ville en s’appuyant sur les montagnes environnantes. Le plan, qui fait l’objet de houleux débats, est finalement rejeté pour des motifs principalement politiques. Ceux d’ordre structurel, avancés par un grand nombre d’architectes bulgares à partir des années 1940, dénoncent la « méconnaissance de la réalité bulgare, tout comme celle des réalités sofiotes »4. Ainsi, le plan est définitivement abandonné en 1945 avec la mise en place d’un nouveau régime politique et économique.

  • 5 Le plan du professeur Tonev prévoit une croissance de la population sofiote jusqu’à 800 000 habitan (...)
  • 6 10 000 immeubles à Sofia étaient endommagés, 3 000 complètement détruits, dont la majorité situés d (...)

7Avec le changement de conjoncture politique croît l’influence des idées et des théories urbanistiques empruntées aux architectes russes (Shtousev, Baranov, Polyakov, Naumov). L’idéologie associe indissolublement ville et industrie, symboles de progrès et de modernité. En 1948 est créé l’Institut de planification, d’études et de recherche Sofproekt, notamment chargé par la municipalité des études du Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Sofia. Durant deux années, sous la direction de l’architecte P. Mitov, il retravaille le plan Tonev5 qui était né dans l’urgence de l’immédiat après-guerre pour faire face aux destructions6. La nouvelle version est finalement adoptée en 1949 et reste en vigueur pendant presque treize années, car aucune fraction politique ne peut s’assurer la majorité ni entreprendre la révision du plan selon ses propres intérêts politiques et économiques au cours de cette période. Le plan du centre-ville (1951), entraîne plusieurs transformations de caractère morphologique, fonctionnel et social. De nombreux bâtiments d’une réelle valeur architecturale et patrimoniale sont détruits, notamment l’ancien bazar de la ville, populaire et très animé, bâti de maisons traditionnelles à un ou deux étages, de pierre et de bois. À sa place est élevé un ensemble de bâtiments de style stalinien, conçu pour être le modèle architectural du nouvel ordre politique. À lui seul, il résume les ambitions des dirigeants bulgares de l’époque et marque symboliquement l’instauration du nouvel ordre idéologique.

8En 1961, c’est le Plan directeur de L. Neykov qui est retenu. Ce plan propose des mesures de densification de la ville et de stabilisation de la population communale à 800 000 habitants. Mais, très vite, les objectifs et les paramètres de développement démographique et économique qu’il s’était fixés sont dépassés en raison du développement rapide des industries qui attirent de plus en plus de main-d’œuvre. L’élaboration d’un nouveau plan est donc nécessaire. Toutefois, le projet élaboré en 1972 entre en contradiction avec plusieurs décrets – notamment le Décret du Conseil ministériel pour la protection des terres arables – et est aussitôt rejeté. Le Plan du centre-ville, en revanche, est actualisé par l’équipe de l’architecte Romenski : la mise en place d’une première ligne du métro, ainsi que la modernisation des parties occidentales du centre-ville sont programmées. Néanmoins, elles n’aboutissent pas. Le plan Neykov reste le plan officiel d’aménagement de la capitale jusqu’en 2007.

9Malgré la nécessité, avec le changement de régime, d’élaborer un nouveau plan directeur, les études préliminaires ne donnent de résultats qu’en 1999. La réforme de la propriété est une des raisons principales du retard. Elle se prolonge jusqu’en 2000, tout en restant partielle. L’absence d’une législation claire qui accompagne les mutations politiques, économiques et sociales, ainsi que l’absence de plan cadastral participent également à ce retard.

10Au cours des dix-sept années qui précèdent l’intégration du pays à l’UE, la ville de Sofia garde une certaine stabilité démographique (1 237 000 habitants en 2007) ; elle se maintient depuis 1992 grâce à l’accroissement migratoire. Quant à sa répartition, elle montre des similarités avec les autres capitales d’Europe centrale -excepté Budapest, où les densités dans le centre-ville sont doubles. Par rapport aux capitales occidentales, la densité de population à Sofia est inférieure dans un rayon compris entre deux et quatre kilomètres du centre-ville, mais reste plus élevée dans sa périphérie.

  • 7 Les zones industrielles occupent en 2002 près de 30% des terrains bâtis et environ 20% du territoir (...)

11Durant la première décennie de transition post-socialiste, l’affectation et l’usage des sols restent marqués par des continuités structurelles telles que la faible reconversion des zones industrielles ou le caractère encore précaire du secteur tertiaire. Au cours des cinq dernières années, le secteur tertiaire gagne en qualité, la désindustrialisation progresse7. La propriété individuelle, limitée aux logements pendant le régime socialiste, est redéfinie comme propriété privée à part entière dès 1990 (Alexandrova-Guest, 2006). Ainsi, une certaine pérennité dans l’occupation des logements est assurée.

12Malgré cela, les différences entre groupes sociaux se creusent et entraînent une polarisation des espaces. Les populations les plus aisées se concentrent dans la partie méridionale de la ville et aux pieds de la montagne Vitosha. Ces quartiers résidentiels se sont développés sous le régime socialiste : les normes de construction étaient limitées, de sorte que la nomenklatura en a fait un lieu privilégié d’installation de ses résidences. Mais avec le changement de régime, ce secteur attire toutes les convoitises. Depuis quelques années, de nouvelles formes d’habitat s’y sont développées – des résidences fermées –, produits des aspirations nouvelles des populations les plus aisées, souvent d’origine étrangère ou résidant à l’étranger, qui cherchent un cadre de vie « exceptionnel », plus calme et sécurisé.

13En contraste, la partie septentrionale de la ville, qui concentre les plus importantes zones industrielles, bâtie quasi-exclusivement de complexes d’habitation, reste peuplée par une population très modeste ; les Roms et les Turcs y sont surreprésentés, surtout dans l’arrondissement de Kremikovtsi. Les prix fonciers et immobiliers reflètent pleinement cette différenciation héritée du régime précédent (Alexandrova-Guest, 2006 ; Guest, 2008).

2.2 - Plovdiv, loin de la tabula rasa

  • 8 La topographie de la ville se distingue par ses sept collines, dont six portent encore un nom turc(...)

14Plovdiv, compte près de 342 000 habitants. La deuxième ville du pays dégage une atmosphère très différente de celle de Sofia. L’identité de Plovdiv à travers les siècles se révèle surtout à travers « la vieille ville » du xixe siècle, ses ensembles architecturaux de la Renaissance bulgare articulés avec la topographie spécifique de la ville8. Trois de ces collines deviennent des lieux privilégiés de la vie sociale au cours du siècle dernier (fig. 2). À cette époque, les structures urbanistiques des tépé diffèrent de celles de la « ville basse » : la population qui y habite est plus aisée, les compositions architecturales intègrent de façon très originale des vestiges des formes urbaines antérieures. C’est sur cette partie, la plus ancienne de la ville, que se sont concentrés les efforts des municipalités successives pour préserver l’environnement et les principaux sites historiques, dès la fin du xixe siècle (fig. 3).

Fig. 2 – Centre-ville de Plovdiv

Fig. 2 – Centre-ville de Plovdiv

© Milena Guest, 2007.

  • 9 De cette période, la ville conserve des œuvres d’architectes étrangers et bulgares témoins des infl (...)
  • 10 Ce plan prévoyait une population de 250 000 habitants en 1990. La superficie de la ville de Plovdiv (...)

15La rivière Maritsa, autre élément clef de la topographie, joue un rôle important dans l’économie locale, mais reste peu utilisée jusqu’au milieu du xxe siècle, car mal maîtrisée. Le premier plan cadastral de 1891 enregistre le développement d’un axe Sofia-Istanbul qui longe la rivière, tout en conservant l’axe nord-sud comme artère principale d’extension du bâti. La ville se développe d’abord au sud et au sud-ouest puis, entre 1930 et la Deuxième Guerre mondiale, la progression s’oriente vers le Nord9. Le plan du professeur Yanzen10, achevé en 1944, perpétue aussi l’importance de cet axe. Mais les changements politiques de 1944-45 provoquent une révision qui anticipe un développement est-ouest. Une équipe d’architectes russes et bulgares propose un nouveau plan d’urbanisme en 1947, qui désigne désormais la Maritsa comme axe principal de développement de la ville. Il s’appuie sur un système orthogonal de rues qui traverse aussi le centre historique et qui bouleverse complètement les tissus anciens lors de sa réalisation.

Fig. 3 - Les tépé de Plovdiv, 2007.

Fig. 3 - Les tépé de Plovdiv, 2007.

© Milena Guest

16Ce plan est actualisé en 1951 par K. Boyadzhiev. La superficie prévue se monte à 1 450 ha, la population devant atteindre 261 000 habitants. De nouvelles artères est-ouest et nord-sud sont prévues qui encore une fois percent la ville historique. Ainsi, lors de la réalisation du plan, une partie du tissu urbain ancien est détruite avec l’aménagement d’une voie rapide nord-sud qui contribue à l’étalement de l’agglomération. Les périphéries sont colonisées par les complexes d’habitation. Les densités de construction élevées sont limitées par la présence d’importants espaces verts. Vers la fin de la période socialiste, ces derniers occupent environ 25% du territoire de l’agglomération, ce qui représente près de 15 m² par habitant. Ce résultat est atteint grâce à l’aménagement de grands parcs péricentraux, tandis que les petits jardins du centre-ville disparaissent progressivement. Le Plan directeur de l’architecte I. Popov (1968) modifie peu ce schéma, et se contente de lui donner plus d’ampleur.

17Encore une fois, l’évolution de la ville est plus rapide que prévu. En 1987, le plan de A. Topalova voit le jour. En procédant à une étude des conditions écologiques de la région, il propose le développement d’une zone résidentielle de 23 000 ha en dehors des limites de la ville, sur le territoire de la commune des Rhodopes. Le caractère expansionniste du plan pousse le pouvoir politique à l’approuver. Toutefois, en raison des nouvelles conditions politiques et économiques en Bulgarie, la procédure d’adoption n’aboutit pas. La ville suit une évolution chaotique.

18Le changement de régime en 1990 remet en cause les principes mêmes de la planification socialiste. La nécessité d’élaborer un nouveau plan directeur est manifeste, mais se heurte aux mêmes obstacles qu’à Sofia. L’absence de plan cadastral ralentit la restitution qui se poursuit encore après 2000. Durant tout ce temps, de profondes mutations affectent l’espace urbain. Sur le plan démographique, après une stabilisation au début de la transition, le solde migratoire devient négatif, la commune perd des habitants. En même temps, la structure de la population change : le nombre d’habitants disposant d’un baccalauréat régresse, la proportion d’illettrés augmente. Ce phénomène est dû en grande partie à la forte concentration des Roms sur le territoire communal. Hérité de la période socialiste, ce regroupement s’amplifie (les trois ghettos rassemblent désormais près de 90 000 résidents).

19En ce qui concerne l’affectation et l’usage des sols, une grande partie du bâti du centre-ville est reconverti en commerces et bureaux, tandis que les quartiers périphériques, handicapés par des infrastructures sociales déficientes, peinent à impulser l’émergence de nouvelles activités. Les habitants ont installé eux-mêmes des petits commerces de proximité, aménagé les entrées de leurs immeubles en plantant des vignes et en installant des bancs pour se réunir le soir. Ils se sont même approprié de petites parcelles pour faire pousser arbres fruitiers ou légumes.

20Les prix de l’immobilier reflètent cette situation. Excepté la « vieille ville » où les effets de la pression foncière sont atténués, le reste du centre-ville enregistre une explosion des valeurs foncières et immobilières, surtout depuis l’intégration du pays à l’UE. Au cours de la seule année 2007, les prix des logements dans le centre-ville de Plovdiv ont augmenté de moitié et rivalisent parfois avec ceux de Sofia (entre 900 et 1 000 €/m²). Les prix des logements dans les complexes d’habitation, quoique croissants, restent largement inférieurs à ceux du centre-ville. L’implantation relativement récente en périphérie des hypermarchés Metro, Technopolis, Billa, ainsi que M. Bricolage et Carrefour changent depuis peu cette donne. Ces centres commerciaux parviennent à réduire la dépendance de ces quartiers vis-à-vis du centre-ville, mais ils peinent à engendrer de nouvelles centralités. Au mieux, ils entraînent la construction rapide et rarement coordonnée des terrains limitrophes alloués à des activités tertiaires hétéroclites. La structure monocentrique de la ville, quoiqu’atténuée, se maintient.

  • 11 En 2005 il regroupe environ 60% des salariés à Plovdiv et sa part dans les revenus nets des ventes (...)
  • 12 Malgré la haute qualité des terres arables et la part importante jusqu’à 2007 de l’agriculture dans (...)

21Le tertiaire, qui se hisse très vite à la première place de l’économie urbaine11 (surtout au détriment de l’agriculture12), souffre encore de la faible qualité des services proposés, compte tenu du nombre réduit de personnes employées dans la haute technologie, la recherche et l’enseignement. Par ailleurs, la privatisation et la liquidation des entreprises étatiques ont causé l’abandon des zones industrielles de la ville. Une partie de l’infrastructure a été pillée, une autre détruite ou dégradée. Malgré cela, les surfaces industrielles restent abondantes (35 m²/habitant en 2005). Le morcellement des terrains entre propriétaires a eu des effets très différents selon les zones : grâce à la vente de nombre de ces terrains, les entreprises des zones industrielles nord et est ont pu se réadapter aux nouvelles conditions économiques et préserver une certaine intégrité, tandis que l’absence de consolidation de la propriété foncière rend incertaine la reconversion de la zone industrielle Sud.

22La multitude des plans d’organisation et d’aménagement de la période socialiste a profondément marqué les espaces urbains des deux plus grandes villes bulgares. Si l’étalement de Sofia et Plovdiv s’est poursuivi malgré les politiques restrictives de peuplement, avec chaque nouveau plan les limites des deux villes sont redéfinies dans le but d’étendre l’emprise du pouvoir politique socialiste sur les territoires, ainsi que de renforcer le contrôle social. Les évolutions des tissus urbains après 1990, sans cadastre ni nouveau plan directeur, s’inscrivent souvent, de par leur dimension spatiale, en creux par rapport aux configurations territoriales héritées, c’est-à-dire que la tendance est à l’aggravation ou à la prise à rebours des héritages de la période socialiste, sans que ces derniers soient reconnus comme capitaux dans l’émergence des nouvelles configurations.

3 - La production moderne des espaces urbains : vers la « ville cohérente »

23Après avoir adopté les principes de la charte d’Athènes, les plans d’urbanisme de Sofia et Plovdiv cherchent aujourd’hui à s’accorder avec la « nouvelle charte d’Athènes » (2003). À travers elle, le Conseil européen des urbanistes formule sa vision urbanistique de l’Europe – centrée sur la « ville cohérente » – et la propose comme « guide de tous les acteurs du développement et du management des villes engagées dans les processus de gestion et de développement durable des territoires ».

  • 13 Conseil européen des urbanistes (2003), La nouvelle charte d’Athènes 2003: la vision du Conseil eu (...)

24La ville cohérente ainsi conçue résulte de tout un ensemble de mécanismes agissant à différentes échelles : « aussi bien des éléments de cohérence visuelle et physique du bâti que des mécanismes de cohérence entre les diverses fonctions urbaines, les réseaux d’infrastructure, et l’usage des nouvelles technologies d’information et de communication »13. Cette cohérence concerne les domaines de l’art et de la composition urbaine, de la réhabilitation des formes urbaines, de l’amélioration du sentiment individuel et collectif de sécurité et du maintien « d’excellence esthétique » dans tous les lieux de la ville. Force est de constater que ces propos théoriques restent dans certains de leurs aspects étrangement proches de formules employées par le régime socialiste. Pourtant, dans le texte de la charte, cette cohérence refuse toute homogénéisation urbanistique à l’échelle de l’Europe. La validité d’une telle différenciation mérite d’être interrogée d’abord au sein même des villes.

3.1 - Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Sofia

  • 14 Municipalité de Sofia (2002), Общ устройствен план на град София и Столична община [Plan directeur (...)

25Le nouveau plan directeur de Sofia pour 2020 couvre la totalité du territoire de la région-capitale. Il prévoit 1 150 000 habitants pour la ville et 150 000 pour sa région périurbaine. Son but est de « créer des conditions favorables pour l’intégration de Sofia dans l’espace européen uni et sa promotion en tant que centre régional dans le système des villes européennes »14 (fig. 4).

Fig. 4 – Plan directeur de Sofia

Fig. 4 – Plan directeur de Sofia

Source : Sofproekt, Sofia Master Plan, mars 2002

26Le premier objectif défini par le plan est le développement de la ville dans ses limites actuelles. Les espaces péricentraux, qui se caractérisent par une densité relativement faible  – inférieure à celle de villes comme Paris ou Barcelone, pour la même distance au centre-ville –, sont les premiers à concentrer les intérêts des promoteurs immobiliers. Les opérations menées sont souvent de faible envergure,  disséminées, et amènent un renouvellement des tissus urbains par à-coups. Leur effet cumulé reste encore incertain.

27En revanche, les périphéries disposent d’importants terrains non bâtis. Les nouvelles constructions sont érigées parfois en plein champ. La pression foncière extrêmement forte aux pieds de Vitosha incite les autorités locales, par le biais du plan directeur et malgré l’objectif annoncé au départ, à repousser les limites de la ville au sud, jusqu’au parc naturel. Elles laissent ainsi libre cours à une urbanisation effrénée, accessible uniquement aux catégories sociales les plus aisées sur des territoires aux infrastructures déficientes et à l’équilibre écologique fragile.

28En deuxième objectif, le plan entérine la structure polycentrique en remplacement de celle, monocentrique, héritée de la période socialiste. L’abondance des terrains périphériques non bâtis, contigus et relativement bien desservis, est un facteur essentiel pour l’implantation des nouvelles activités. Ces dernières se développent quasi exclusivement grâce aux initiatives privées, impulsées par des investisseurs étrangers. La municipalité veille à ce que l’acquisition des terrains par les promoteurs se fasse dans les meilleures conditions ; elle se propose souvent comme médiateur entre les acquéreurs potentiels et nombre de petits propriétaires auxquels des biens ont été restitués après 1990. Elle n’hésite pas non plus à vendre des terrains communaux.

29Parallèlement, l’aménagement d’un centre d’affaires dans la partie la plus ancienne de la capitale a débuté. Il est précédé en 1997 par la mise en service de la première ligne de métro et par un concours pour l’aménagement de la partie occidentale du centre-ville sur le thème de l’« Europe unie ».

30Comme nous l’avons vu, ces espaces avaient déjà fait l’objet d’un concours international à la fin des années 1960 et au tout début des années 1970. Le plan qui en est issu prévoyait, comme en témoigne l’étude de R. Ferras (1971), que « les quartiers dégradés de la partie occidentale de la place Lénine [Sveta Nedelya] seront rasés. Les nouvelles avenues mettront en valeur les bâtiments actuels qui s’intégreront dans la nouvelle zone administrative, mis en valeur par la grande avenue ouest-est, zone publique et commerciale débouchant sur la Maison du Parti ». Jamais réalisée faute de moyens par le régime socialiste, cette idée est aujourd’hui relancée dans le contexte de l’intégration du pays à l’UE. Son « actualité » s’explique par la volonté politique de hisser Sofia au « rang des capitales régionales européennes » en concentrant des activités tertiaires.

31Ce n’est donc pas la déconcentration des activités tertiaires du centre-ville qui nourrit l’émergence des centres secondaires. Reconversion du centre-ville et développement de pôles secondaires en périphérie créent des situations de concurrence et font que la mise en place d’une structure polycentrique, opérante dans les villes occidentales, reste incertaine dans le cas de Sofia.

32Enfin, le troisième objectif porte sur le développement périurbain septentrional, sur la « principale réserve foncière de la commune de Sofia au xxie siècle ». La « zone de développement nord » est promue et comprend la ville de Novi Iskar et les villages de piémont de la Stara Planina (fig. 1 et fig. 4). Le plan directeur préconise ici l’essor des zones résidentielles de haut standing et l’aménagement de parcs de loisirs. Mais la poursuite de cet objectif se heurte pour le moment à une activité industrielle encore importante. D’autre part, détentrice de moins d’un tiers des terrains concernés, la municipalité ne parvient pas à mettre en place une politique foncière préférentielle susceptible d’attirer les promoteurs. Les autorités locales et régionales espèrent que le développement des corridors européens suscitera l’arrivée de services de gestion du transit qui déclencheront ainsi la reconversion de cette zone marquée par des héritages industriels lourds.

33Tous ces objectifs tendent à faire évoluer la région‑capitale de sorte qu’elle se rapproche au maximum dans son organisation des villes occidentales. Cependant, dans la recherche de ce rapprochement, l’évolution réelle des espaces depuis 1990 n’est pas toujours prise en compte. D’une manière générale, les objectifs du nouveau plan directeur s’inscrivent dans la continuité de certains plans de l’époque socialiste.

3.2 - Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Plovdiv

34Le plan d’urbanisme de Plovdiv, dans sa version préliminaire, comporte trois versions différentes : un scénario de base à l’horizon 2015 et deux ultérieurs, alternatifs l’un à l’autre. Le scénario de base envisage le développement de la ville dans ses limites de 1968 au moyen de la densification des espaces bâtis et de l’utilisation des réserves foncières. La densification est dirigée en priorité vers la périphérie urbaine, ce qui se traduit par un effort de diversification des formes dans les complexes d’habitation et par de nouvelles unités d’habitation. La densité des constructions, plus élevée dans le centre, se maintient (fig. 5).

Fig. 5 – Plan directeur de Plodiv

Fig. 5 – Plan directeur de Plodiv

Source : Plovdiv Master Plan, mars 2003

  • 15 Le statut spécifique de « réserve historique et architecturale » est accordé à la « vieille ville » (...)
  • 16  Cette colline, la plus petite de toutes, fut condamnée à la disparition en raison de l’expansion c (...)

35Le plan prévoit, à propos du centre-ville, la préservation de toute la partie « ancienne »15. Le reste du centre-ville doit accueillir de nouvelles fonctions au nord et au sud de Bounardzhik tépé. Une percée en direction du parc « Otdih i Kultura » [« Détente et culture »] est également prévue. L’édification du Mall of Plovdiv, après destruction totale de Markovo tépé16, au pied même du monument au soldat soviétique Alyosha, est déjà bien avancée (fig. 1).

36Parallèlement, une place importante est accordée au réaménagement de la Maritsa qui, en raison d’un faible rôle structurant jusqu’à présent, est restée en marge dans la structuration du paysage urbain et à l’écart des pratiques sociales. Le projet planifie l’installation d’infrastructures de sport, de promenades et de pistes cyclables. La construction d’un barrage en amont est même prévue pour retenir une grande partie des sédiments drainés par la rivière. Ce programme, qui réunit pouvoirs publics et entrepreneurs, est perçu par les habitants comme très improbable. Son objectif est d’assurer l’accessibilité aux berges en réduisant le débit du cours d’eau dans les limites de la ville. Les berges pourront alors accueillir diverses attractions. Ainsi, comme le préconisaient les plans d’urbanisme de 1944 à 1985, la ville va « cesser de tourner le dos à la rivière » (fig. 6).

Fig. 6 - En prolongement du centre-ville, les berges sauvages de la Maritsa, 2007

Fig. 6 - En prolongement du centre-ville, les berges sauvages de la Maritsa, 2007

© Milena Guest

37Le troisième objectif du plan consiste à développer les infrastructures et à utiliser les réserves souterraines de façon optimale. Mais la modernisation des tissus urbains s’avère particulièrement difficile, compte tenu des riches vestiges archéologiques du centre-ville. Les brèches creusées pendant la période socialiste sont aujourd’hui devenues les principaux axes de circulation autour desquels le réseau de transport se réorganise.

  • 17 L’aire d’influence urbaine de Plovdiv telle que définie par le plan directeur comprend 27 villes et (...)

38À plus long terme, après 2015, le plan directeur propose deux autres scénarios : le premier (« A ») envisage le développement de la ville à l’intérieur des limites communales ; le second (« B ») escompte une expansion urbaine qui couvre une vaste aire d’influence17. Au cours de cette période, plusieurs facteurs sont susceptibles d’agir en faveur de l’une ou de l’autre variante, à commencer par l’intégration du pays à l’UE. Les importants changements législatifs, administratifs ou économiques - par exemple les dernières modifications de la Constitution, qui accordent une plus grande autonomie financière aux communes, ou les modifications à venir de la Loi d’aménagement territorial- peuvent infléchir les choix urbanistiques. Il en va de même pour les effets induits par la réalisation du scénario de base. L’après 2015 laisse aussi espérer un avancement de l’intercommunalité.

39Cette attitude politique paraît prudente étant donné la vitesse des changements qui affectent Plovdiv. Néanmoins, son côté indécis laisse transparaître le caractère conjoncturel du plan et l’absence d’études sur les effets plausibles de l’application du scénario de base. Les deux scénarios, opposés l’un à l’autre dans leurs grandes lignes, le démontrent également.

40Le deuxième scénario opte pour une ville « dispersée » avec une population de 500 000 habitants. L’accent est mis sur le développement et la gestion coordonnée des infrastructures d’importance régionale, voire nationale, comme l’aéroport de Plovdiv. L’expansion du tissu urbain se poursuivrait vers le Sud en direction des Rhodopes, où l’ouverture d’un poste frontière avec la Grèce doit avoir lieu prochainement. Les villages logés aux pieds de la montagne, peuplés d’environ 20 000 habitants, devraient accueillir de nouvelles zones résidentielles. Selon les estimations du scénario « B », ils devraient doubler leur population.

41Ce type de planification dénuée de tout substrat géographique paraît pour le moins absurde. Elle rappelle les grands plans visionnaires de la période socialiste. La similitude des projections est flagrante. Les villages méridionaux en question ont, comme on l’a vu, déjà été intégrés dans les plans de 1968 et 1987. Derrière ces continuités se cachent des ambitions politiques modernisatrices qui s’imposent progressivement avec l’industrialisation. Ces ambitions sont tout aussi valides aujourd’hui, à l’époque post-industrielle, dans le contexte de la concurrence métropolitaine.

  • 18 Dans le premier axe du programme « Développement régional », intitulé « Développement urbain durabl (...)

42Derrière les plans d’urbanisme de Sofia et Plovdiv, les autorités locales, régionales et nationales, appuyées par des institutions internationales telles que la Banque mondiale – à travers des fonds d’investissement – orientent les choix en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire et anticipent la reconstruction des deux villes à l’image des villes occidentales. Comme le précise de façon très explicite le plan directeur de Plovdiv, il s’agit en effet « d’assurer le rapprochement, la réalisation puis l’application des standards européens qui sont un indicateur complexe à la fois du développement des rapports socio-économiques et des finalités socio-économiques à atteindre ». L’enjeu posé par les pouvoirs publics est celui de l’« intégration de la ville dans l’espace européen uni et son affirmation comme centre régional dans le système des villes européennes ». La « cohérence » recherchée passe par le recours aux mêmes procédés urbanistiques d’organisation et d’aménagement des territoires. Elle devient possible à condition que les autorités et administrations locales utilisent de manière optimale les financements issus des fonds structurels européens18.

4 - Les prémices de la construction des aires urbaines

  • 19 Le taux d’urbanisation était de 25% en 1946. Il n’est passé à 65% qu’en 1985.

43Par le fait même que, jusqu’à une époque récente, la réalité sociale et spatiale en Bulgarie est demeurée paysanne19, les lois concernant la croissance, l’organisation et l’aménagement des villes bulgares et particulièrement de la jeune capitale, tracent les moments clefs du projet national moderne. L’exode rural ici a été plus tardif par rapport à celui qui a gonflé les centres urbains d’Europe occidentale, et l’extension spatiale accélérée de la ville sur les terres agricoles n’a souvent été qu’administrative. Les réformes territoriales entreprenant la redistribution des populations et la réorganisation de l’économie urbaine à chaque époque ont toujours obéi à des logiques urbanistiques et administratives comparables au moins en ceci : elles sont modernisatrices et centralisatrices. Elles répondent à l’aspiration sociale et économique d’une population citadine composite à accéder à des conditions de vie modernes, mais visent aussi à rallier cette population aux idéologies de l’époque par le moyen de ces mêmes aspirations (Alexandrova-Guest, 2006).

  • 20 Sur le plan administratif, elle s’est manifestée par le passage de 3 à 2 niveaux de découpage admin (...)

44 La politique de systématisation du territoire menée en Bulgarie dans les années 1970 a laissé des traces tangibles dans l’organisation des espaces urbains en procédant au dépassement, autant que faire se peut, de l’opposition ville-campagne. Au niveau national, la systématisation a entraîné la suppression ou le regroupement de certaines localités20 ; au niveau régional et local, elle a procédé au remaniement de l’organisation interne de ces localités, de façon à ce qu’elles servent à leur tour de matrice pour les comportements collectifs. Le système de peuplement représente donc à cette époque une « cellule territoriale de base où se réalise l’essentiel du cycle de la reproduction sociale (...) et qui est le référentiel obligé de toute décision d’aménagement du territoire » (Volle, 1986). Synthèse complexe de différentes formes de peuplements, villes et villages, avec des liens étroits au niveau de la production, des migrations et de la gestion territoriale, les systèmes de peuplement sont la trame de construction des aires urbaines.

45Cependant, la définition de ces aires urbaines après 1990 se heurte à des difficultés majeures, comme nous allons le voir dans le cas des deux plus grandes villes bulgares. Ces difficultés proviennent d’une part d’une définition floue de la ville ; d’autre part, l’agglomération n’est pas rattachée, comme c’est communément le cas, à une définition morphologique d’espaces densément et continûment bâtis. Elle correspond à l’intensité des liens économiques entre communes limitrophes organisées autour d’une commune-centre qui concentre la majorité de la population urbaine de l’ensemble des territoires concernés.

46Le changement de régime déclenche la désindustrialisation du pays et substitue des réseaux de petites et moyennes entreprises essentiellement tertiaires aux programmes de spécialisation, de concentration de la production et de répartition des « forces productives ». Ces mutations sont rarement suivies par la mise en place de projets de développement communs entre communes ou autres formes de coopération économique. Étant donné la lenteur de la progression de l’autonomie communale jusqu’à l’intégration du pays dans l’UE, les liens intercommunaux peinent à se développer. Les élus locaux craignent de voir se reproduire des dépendances économiques similaires à celles mises en place par le régime socialiste, des dépendances qui contribuaient à légitimer le centralisme administratif au niveau local et régional. C’est en ce sens que nous parlerons ici des prémices de la construction des aires urbaines.

4.1 - Sofia, vers une aire urbaine décidée « d’en haut »

  • 21 Avec la Loi de découpage administratif des territoires sofiotes et ceux des autres grandes villes ( (...)
  • 22 Sofia est à la fois obshtina et okolia en 1947, obshtina et oblast en 1949, obshtina et okrag en 19 (...)

47Par rapport au territoire national, la centralité sofiote est assurée sur le plan urbanistique par la Loi sur l’aménagement de la commune de Sofia (2007), qui définit des normes et des règles propres à son organisation et à son aménagement, mais qui confère aussi à Sofia21 un double statut administratif : celui de région-capitale. Les limites administratives de la commune de Sofia (obshtina) coïncident avec celles de la région de Sofia (Sofia-oblast). Ce statut spécifique s’est perpétué tout au long du régime socialiste22. À chaque modification du découpage territorial est instituée une imbrication politique étroite entre le pouvoir central et les organes locaux de la capitale. Même au niveau de l’agglomération sofiote, qui couvre en 1989 un territoire près de trois fois plus vaste (4 235 km²) que celui de la région de Sofia, les liens économiques entre les différentes communes sont régis de façon centralisée. Cela permet au pouvoir central de développer certains leviers de gestion et de contrôle des espaces, notamment pour atténuer les effets d’une polarisation économique au niveau régional ou encore limiter la croissance urbaine.

48Avec le changement de régime, la Loi d’application du Plan directeur d’aménagement de la commune de Sofia, élaborée en 1961 (en vue de la réalisation du dernier plan d’urbanisme de la capitale), est modifiée à deux reprises afin de favoriser l’émergence d’un nouveau système de gouvernance multi-niveaux et d’un nouveau mode de régulation territoriale. Toutefois, ces modifications étant insuffisantes, un projet de loi sur l’aménagement de la commune voit le jour en 2005. Son objectif est de donner un cadre juridique à la mise en application du nouveau plan directeur.

49Ce projet propose la constitution d’un Conseil économique et social de l’agglomération de Sofia, organe consultatif dont le but sera d’inciter les communes limitrophes de la capitale à des actions communes sur l’ensemble de leurs territoires (Article 32-1). Cet article définit de fait les limites de l’agglomération (fig. 1). Les autorités locales et les habitants des communes concernées se mobilisent contre une telle décision. Ils s’opposent à la création du Conseil économique et social et à la création de l’agglomération sofiote telle que définie par la loi.

50Les maires de Pernik, d’Ihtiman et de Samokov, communes nouvellement intégrées dans les limites de l’agglomération, accusent le projet de loi non seulement de reprendre les limites de l’agglomération imposées par le régime socialiste, mais de les élargir de façon mécanique. Ils soupçonnent cette décision de cacher des ambitions politiques et urbanistiques expansionnistes de la capitale qui ne datent pas de 1990. Le fait que ce Conseil soit financé sur le budget municipal de Sofia et que le maire de la capitale en soit le président, vient conforter cette incertitude. Les élus des communes concernées craignent ainsi de perdre leur autonomie en rejoignant une structure intercommunale dans laquelle Sofia serait dominante. Le gouverneur de Sofia-oblast se prononce également contre cet article de la loi et qualifie la définition de l’agglomération sofiote et la mise en place d’un tel conseil d’ « invention politique », sans débat public. Cette qualification est d’autant plus fondée que la municipalité sofiote ne dispose pratiquement pas d’autonomie financière vis-à-vis de l’État jusqu’en 2007, ce qui ne l’empêche pas de garder de hautes ambitions territoriales. Ce n’est qu’en février 2007 que les communes bulgares acquièrent la liberté de définir le niveau des impôts locaux sur leur territoire. À la recherche d’une ressemblance accrue avec les villes occidentales, la Loi sur l’aménagement de la capitale est adoptée avec quelques corrections dans l’espoir de relancer les dynamiques intercommunales, quoique encore une fois de façon administrative (Guest, 2008).

4.2 - Plovdiv, vers une aire métropolitaine « classique »

51La ville de Plovdiv est à la fois le centre de la commune homonyme – les limites sont quasiment identiques –, le siège officiel de deux autres communes (Maritsa et Rhodopes) et le centre de la région de Plovdiv. La commune concentre la moitié de la population régionale. Ici, comme dans le cas de Sofia, l’emboîtement d’échelles et l’accumulation des fonctions indiquent un fort centralisme administratif qui s’exprime tout aussi clairement dans la composition du budget communal. La municipalité de Plovdiv reste jusqu’en 2007 étroitement dépendante financièrement du budget national. La quasi-totalité des impôts communaux est reversée au budget national. Une partie est transférée en retour vers la municipalité. Ainsi, le budget est constitué à plus de 50% des fonds affectés par le gouvernement central, le reste provenant des recettes hors impôts et surtout de la vente de propriétés.

52À l’initiative de la municipalité de Plovdiv et essentiellement sur financement propre, un programme de réalisation du Plan d’urbanisme de Plovdiv est élaboré en 2007. Son but est d’« impulser un nouveau style d’administration et de gouvernement, proche de celui expérimenté par les métropoles occidentales ». Pour cela, une attention particulière est accordée au scénario « B » qui repose sur le développement de liens entre la commune de Plovdiv et les autres communes de la région. En 2005, environ 20 000 résidents de la région de Plovdiv travaillent dans la commune du même nom, ce qui représente à peine 3% de la population régionale. En revanche, 25% des usagers des services sociaux de la métropole sont originaires de la région.

53Les autorités locales craignent de ne pas disposer de suffisamment d’espace pour le développement de nouveaux pôles d’investissement urbains. Elles accusent le découpage administratif actuel de confiner le développement de Plovdiv dans les limites communales et de mettre ainsi en péril la structuration des liens intercommunaux. La Stratégie de développement de la ville de Plovdiv, élaborée avec le soutien de la Banque Mondiale, démontre que dans ses limites communales, la ville de Plovdiv ne dispose pas de réserves foncières nécessaires pour assurer son développement à moyen et long terme.

54C’est la première fois qu’un tel document voit le jour depuis 1990. Il cherche à améliorer la coordination des actions entre différents niveaux d’administration territoriale. Mais ses préconisations confortent une coordination sur le principe vertical et non horizontal (intercommunalité). Le programme reste calqué dans sa durée d’application comme dans son contenu sur les priorités tracées par le Plan de développement de la région. Il cherche surtout à contribuer à une utilisation optimale par les autorités locales des financements en provenance des fonds structurels européens. Afin que la municipalité soit au mieux préparée à l’adhésion du pays, les élus locaux de Plovdiv tentent déjà de mettre en place un projet commun avec deux des communes limitrophes : le parc écologique « Maritsa ».

55La coexistence de collectivités territoriales emboitées et opérantes sur le même territoire, aussi bien à Sofia qu’à Plovdiv, ainsi que la dépendance financière des deux villes vis-à-vis du budget national sont des témoins d’un centralisme persistant. Les aires urbaines ont du mal à se mettre en place sans l’intervention quelque peu volontariste des autorités locales, surtout dans le cas de la région-capitale. Les procédés et les configurations administratives de la période socialiste ressurgissent souvent, ajustés au contexte libéral du marché.

56Dans la structuration de leurs espaces géographiques, les deux plus grandes villes bulgares aspirent à de configurations spatiales et prétendent à des fonctions et attributs propres aux capitales ouest-européennes, comme si cette mise en conformité pouvait garantir l’effacement des dysfonctionnements urbains hérités de l’économie planifiée. Et, dans le même temps, les pouvoirs politiques locaux mobilisent activement l’héritage urbanistique socialiste. Cet amalgame résulte de la rapidité des mutations survenues après 1990. Il découle également du choc entre les fortes inerties structurelles et une vision de « la ville occidentale et moderne » propre aux autorités bulgares, mais élaborée de toutes pièces grâce aux définitions, normes et financements des politiques européennes d’intégration.

Top of page

Bibliography

Académie des Sciences Bulgare et Municipalité de Sofia, (2000), София. 120 години столица [Sofia – Capitale depuis 120 ans], Presses de l’Académie des Sciences, Sofia, 567p.

Alexandrova-Guest M.,(2006), Habiter Sofia au tournant du xxie siècle. Essai géographique sur l’aménagement des espaces urbains post-socialistes, Thèse de doctorat, ENS LSH Lyon, 426 p.

Andrusz G., Harloe M., Szelenyi I., dir., (1996), Cities after socialism: urban and regional conflict in post-socialist societies, Blackwell, Oxford/Cambridge, 340 p.

Carter F. W., (1973), « Changements fonctionnels et structurels de l’après-guerre dans la conurbation de Sofia », Géographie et Recherche, Dijon, n°8, p. 25-39.

Conseil européen des urbanistes, (2003), La Nouvelle Charte d’Athènes 2003 : la vision du Conseil européen des urbanistes sur les villes du 21e siècle, http://www.ceu-ectp.org/f/athens/index.html.

Dainov E., Nachev I., Pancheva M., Garnizov V., (2007), The « Sofia Model »: creation out of chaos, ACRE report 2.10, http://www2.fmg.uva.nl/acre/results/documents/WP2.10SofiaFINAL.pdf, 107 p.

French R. A., Hamilton F. E. (dir.), The socialist city: spatial structure and Urban policy, Londres-Toronto, John Wiley & Sons, 541 p., p. 425-459.

Ferras R., (1971), « Sofia, expansion et rénovation urbaine », Bulletin de la Société languedocienne de Géographie, n°5 (1), Montpellier, p.3-25.

Guest M., (2002), « Les incertitudes de la transition en Bulgarie », Annales de la recherche urbaine, n°92, p.17-25.

Guest M., (2004), « Bulgarie : Achever les complexes d’habitation socialistes ? », in Dufaux F., Foucaut A., dir., (2004), Le monde des grands ensembles, Creaphis, Paris, 255 p., p.163-179.

Guest M., (2004), « Социални и пространствени промени в София през първото десетилетие на постсоциалистически преход » [Mutations sociales et spatiales à Sofia durant la première décennie de transition post-socialiste], in Stoyanov P., Batchvarov M., dermendjiev A., dir., Géographie sociale et culturelle, Veliko Tarnovo, p.75-89.

Guest M., (2008), « Sofia, paradoxes d’une politique urbaine émergente », L’Espace géographique, 15 p. (à paraître).

Hamilton F.E.I., Andrews K.D., Pichler-Milanovic N., (2005), Transformation of cities in Central and Eastern Europe. Towards globalization, New York, United Nations University Press, 519 p.

Hirt S.A., (2005), « Planning the post-communist city: Experiences from Sofia », International Planning Studies, Carfax, vol. 10, n°3-4, p. 219- 240.

Iaurif (1993), Sofia : une politique urbaine à redéfinir, Rapport de mission (20 au 29 septembre 1993), région d’Île-de-France, Paris, 51 p.

Iretchek K., (1899), Voyages à travers la Bulgarie, Sofia, 97 p.

Krasteva A., (2005), « L’idée de l’Europe, lectures bulgares », in Rey V., Saint-Julien Th. (2005), Territoires d’Europe. La différence en partage, éd. ENS, Lyon, p. 31-42.

Novarina G., dir., (2003), Plan et Projet. L’urbanisme en France et en Italie, coll. VILLES, éd. Anthropos, Paris, 233 p.

Rey V.,(1996), « Les modèles de la modernité », in Rey V., Brunet R., Géographie universelle : Europes Orientales, Russie, Asie centrale, Chapitre 2, Belin-Reclus, Paris, p. 29-45.

Stanilov K., éd., (2007), The Post-Socialist City, Dordrecht: Springer, The Geojournal Library, vol. 92.

Tsenkova S. (1999), « Emerging Housing Markets: A Tale of Two Cities », European Spatial Research and Policy, vol. 2, p. 38-59.

Volle J.-P., (1986), Bulgarie : les Systèmes de peuplement, Reclus, Montpellier, 75 p.

Documents

Municipalité de Sofia, (2001), Общ устройствен план на град София и Столична община [Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Sofia-ville et de la municipalité de Sofia], Étape 1, Sofproekt, Sofia, 34 p.

Municipalité de Sofia, (2002), Общ устройствен план на град София и Столична община [Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Sofia-ville et de la municipalité de Sofia], Étape 2, Sofproekt, Sofia.

Municipalité de Sofia et Banque mondiale, (2001), Стратегия за развитието на град София [Stratégie de développement de Sofia-ville], Rapport préliminaire, Sofia, 77 p.

Municipalité de Plovdiv, (2005), Общински план за развитие на Пловдив 2005-2013 [Plan communal de développement de Plovdiv 2005-2013], 206 p.

Municipalité de Plovdiv, (2001), Общ устройствен план на град Пловдив [Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Plovdiv], Partie I et Partie II, CITYPLAN Plovdiv, 132p. et 186 p.

Municipalité de Plovdiv, (2003), Общ устройствен план на град Пловдив [Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Plovdiv], Partie III, CITYPLAN Plovdiv, 313 p.

Top of page

Notes

1 Il s’agit des villes de Bankia, Novi Iskar et Buhovo qui, à elles seules, réunissent 2% de la population urbaine. Quant aux villages, ils représentent 5% de la population.

2 Lors de la participation de la Bulgarie à l’exposition universelle à Paris en 1900, le comité exécutif demande une copie du blason de la jeune capitale bulgare. Ce n’est qu’à cette occasion et à l’initiative du maire de Sofia, H. Popov, que ce blason a été élaboré. Il représente un bouclier à quatre quartiers (les deux supérieurs, celui de Ulpia Serdica et de l’église « Sveta Sofia », qui ont donné leurs noms à la ville, et les deux inférieurs, celui de la montagne Vitosha, éternel témoin des événements historiques dans la construction et l’évolution de la capitale et celui d’Apollo Medicus qui représente les sources minérales de Sofia). Le blason reçoit en 1911 la devise « grandir sans vieillir » qui affiche désormais les ambitions de la jeune capitale.

3 Son territoire est d’environ 57 km², sa population est désormais de 327 000 habitants.

4 Académie des Sciences Bulgare et Municipalité de Sofia (2000), София. 120 години столица [Sofia. Capitale depuis 120 ans], Sofia, 567 p., cit. p. 474.

5 Le plan du professeur Tonev prévoit une croissance de la population sofiote jusqu’à 800 000 habitants et une extension de la superficie de la ville à 4 000 ha. La structure de Sofia est censée devenir polycentrique, mais des précisions supplémentaires à propos de la localisation et du développement de ces centres secondaires manquent.

6 10 000 immeubles à Sofia étaient endommagés, 3 000 complètement détruits, dont la majorité situés dans le centre-ville.

7 Les zones industrielles occupent en 2002 près de 30% des terrains bâtis et environ 20% du territoire de la ville, ce qui représente une part trois à quatre fois supérieure à celle de la plupart des villes européennes. Et même si leur part dans les tissus urbains est réduite de près d’un tiers en 2007, elle reste encore importante.

8 La topographie de la ville se distingue par ses sept collines, dont six portent encore un nom turc: Dzhambaz tépé, Taksim tépé et Nebet tépé, composant un seul groupe ; Sahat tépé, Bounardzhik et Dzhendem tépé, un deuxième et entre ces deux dernières, Markovo tépé.

9 De cette période, la ville conserve des œuvres d’architectes étrangers et bulgares témoins des influences de l’architecture européenne (banques, hôtes, églises, places publiques).

10 Ce plan prévoyait une population de 250 000 habitants en 1990. La superficie de la ville de Plovdiv, alors de 1 260 ha, y est divisée de la sorte: 62% des espaces sont voués à la fonction résidentielle, 24% aux infrastructures et 14% aux parcs, places publiques, terrains non bâtis. Le document annonçait l’arrêt des nouvelles constructions sur les collines de Plovdiv, débutées dans les années 1920, et planifiait l’aménagement de coulées vertes reliant l’ensemble des collines et parcs de la ville.

11 En 2005 il regroupe environ 60% des salariés à Plovdiv et sa part dans les revenus nets des ventes est de 63%. Mais il faut savoir que même si la ville de Plovdiv concentre un peu plus de 3% des entreprises du pays en 2005 –la quasi-totalité dans le secteur privé– le nombre des salariés y est très rarement supérieur à dix.

12 Malgré la haute qualité des terres arables et la part importante jusqu’à 2007 de l’agriculture dans l’occupation des sols. Seules 110 entreprises agricoles sont enregistrées à Plovdiv, avec près de 1 000 salariés. Bradées au profit d’installations commerciales, les terres arables sont de plus en plus émiettées.

13 Conseil européen des urbanistes (2003), La nouvelle charte d’Athènes 2003: la vision du Conseil européen des urbanistes sur les villes du 21e siècle, http://www.ceu-ectp.org/f/athens/index.html.

14 Municipalité de Sofia (2002), Общ устройствен план на град София и Столична община [Plan directeur d’organisation et d’aménagement de Sofia-ville et de la municipalité de Sofia], Projet préliminaire, direction Architecture et urbanisme, Sofproekt, Sofia.

15 Le statut spécifique de « réserve historique et architecturale » est accordé à la « vieille ville » par le décret n°143/1956 du Conseil ministériel, précisé par le décret n°5/1998 du ministère de la Culture. La vieille ville est également reconnue comme patrimoine mondial. Un premier projet de l’UNESCO a permis la restauration de sept maisons.D’ici 2009 débutera un second projet financé par le gouvernement japonais, qui vise à l’harmonisation et à l’aménagement des espaces protégés.

16  Cette colline, la plus petite de toutes, fut condamnée à la disparition en raison de l’expansion continuelle de la ville dans les années 1930, mais elle fut finalement préservée.

17 L’aire d’influence urbaine de Plovdiv telle que définie par le plan directeur comprend 27 villes et villages sur quatre communes différentes. Il couvre un territoire de 127 km² avec une population de 417 000 habitants (2005). La densité moyenne de population est de 330 personnes/km², c’est-à-dire quatre fois supérieure à la moyenne du pays.

18 Dans le premier axe du programme « Développement régional », intitulé « Développement urbain durable et intégré », environ 600 millions d’euros sont prévus. Les principaux bénéficiaires sont les six plus grandes communes bulgares (dont Sofia et Plovdiv).

19 Le taux d’urbanisation était de 25% en 1946. Il n’est passé à 65% qu’en 1985.

20 Sur le plan administratif, elle s’est manifestée par le passage de 3 à 2 niveaux de découpage administratif et le regroupement des 1 345 unités administratives de base en 291 systèmes de peuplement.

21 Avec la Loi de découpage administratif des territoires sofiotes et ceux des autres grandes villes (1995).

22 Sofia est à la fois obshtina et okolia en 1947, obshtina et oblast en 1949, obshtina et okrag en 1959, obshtina et oblast en 1987.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Structure administrative de Sofia, région-capitale.
Caption Carte : Milena Guest
Credits © Milena Guest, 2007.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/533/img-1.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Fig. 2 – Centre-ville de Plovdiv
Credits © Milena Guest, 2007.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/533/img-2.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Fig. 3 - Les tépé de Plovdiv, 2007.
Credits © Milena Guest
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/533/img-3.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Fig. 4 – Plan directeur de Sofia
Caption Source : Sofproekt, Sofia Master Plan, mars 2002
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/533/img-4.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Fig. 5 – Plan directeur de Plodiv
Caption Source : Plovdiv Master Plan, mars 2003
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/533/img-5.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Fig. 6 - En prolongement du centre-ville, les berges sauvages de la Maritsa, 2007
Credits © Milena Guest
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/533/img-6.jpg
File image/jpeg, 59k
Top of page

References

Electronic reference

Milena Guest, « Continuités et ruptures dans l’aménagement des espaces urbains post-socialistes en Bulgarie », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2010, connection on 28 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/533 ; DOI : 10.4000/mediterranee.533

Top of page

About the author

Milena Guest

Docteur en géographie de l’ENS LSH Lyon, Équipe Géophile-UMR 5600 Environnement, Ville, Société, Enseignante à l’ENSAN, milena.guest@wanadoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page