Skip to navigation – Site map
Réseaux et ancrages locaux

Mondialisation des espaces néo-évangéliques au Maghreb

Controverses religieuses et débats politiques
Globalization of neo-evangelical spaces in Maghreb
Religious controversies and political debates
Karima Dirèche
p. 59-65

Abstracts

For more than ten years, the Maghreb is considered to be a missionary land by various globalized neo-evangelical denominations. As conversions multiply, places of worship are emerging everywhere accompanied by public demands for freedom of worship. These have triggered a national debate in Algeria and Morocco accompanied by authoritarian and repressive reactions by political and religious authorities. Preaching networks and the training of local religious leaders reveal their complexity, and their connections to churches in Europe and North America are often unclear. Christian presence is far removed from the Catholic and Protestant churches of colonial times fuelling a public debate on citizenship and religious diversity. This is echoed in the discussion of the rule of law in Maghreb.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1Le Maghreb est considéré, depuis plus d’une décennie, comme une terre de mission par diverses obédiences néo-évangéliques mondialisées. Les conversions se multiplient, les lieux de culte émergent un peu partout accompagnés (principalement en Algérie) de revendications publiques d’une liberté de culte et de conscience. Ces dernières ont déclenché un véritable débat national en Algérie et au Maroc et des réactions plutôt autoritaires et souvent répressives de la part des autorités politiques et religieuses. Les réseaux de prédication et de formation des leaders religieux locaux laissent apparaître toute leur complexité dans les connections souvent floues à des Églises d’Europe et d’Amérique du nord. Cette présence chrétienne bien éloignée des Églises catholiques et protestantes du temps colonial alimente un débat public sur la citoyenneté et la diversité religieuse et fait écho à toute la réflexion de l’État de droit au Maghreb.

2La réflexion, présentée dans cet article, interroge les polémiques engendrées, ces dernières années au Maroc et en Algérie, à propos de la présence des missionnaires néo-évangélistes et de leur politique de prédication et de conversion. Ces polémiques évoquent également pour la première fois une citoyenneté nationale non-musulmane et font entrer, dans le débat politique, des paradigmes nouveaux et des modes (individuels et collectifs) d’affirmation religieuse fondée sur des valeurs et des pratiques très éloignées de ce que les expériences historiques de ces pays ont eu à connaître, à produire et à diffuser. Elles permettent, par ailleurs, de repousser les limites du débat religieux toléré et limité, jusqu’alors au périmètre islamo-islamiste alimenté par les enjeux de politique nationale, à d’autres thématiques comme celles des libertés individuelles.

  • 1 Ce phénomène de conversion, quasi-invisible dans les années 1990, avait occupé le débat public lors (...)

3Si, en Algérie et depuis juillet 20041, le débat occupe l’espace public - débat dans lequel les convertis algériens n’hésitent pas à interpeller publiquement les autorités politiques pour revendiquer la liberté de culte-, le Maroc présente, quant à lui, une configuration différente dans laquelle l’autochtonie de la conversion est abordée très timidement. Dans les deux cas, la question de la conversion de citoyens algériens ou marocains aborde frontalement la question sensible des libertés individuelles mais également la question, plus complexe, de l’équation religion/identité nationale. Pour les États en question, la conversion apparaît comme une réalité encombrante trop souvent interprétée comme une menace sociale et politique: source d’altérité dangereuse remettant en question le lien social et politique mais également manifestation d’intrusion étrangère dont les acteurs sont difficilement identifiables. Par ailleurs, ce phénomène des conversions néo-évangéliques s’affirme au moment où le débat sur l’islam national s’ancre dans une volonté de spécificité historique et culturelle. C’est donc au moment (pour l’État marocain comme pour l’État algérien) où s’élabore, dans son historicité, le discours sur l’identité religieuse (avec le recentrage sur le local, l’authenticité, la personnalité) que les conversions néo-évangéliques viennent quelque peu perturber le débat dominant sur l’islam historique et national.

4Les missionnaires comme les convertis s’affirment avec un dispositif de pratiques et de valeurs spirituelles et idéologiques venus d’ailleurs: prières, références, chants liturgiques, lectures religieuses, représentations du monde, empruntent à d’autres codes et à d’autres cultures bien éloignés du référentiel arabo-berbère maghrébin. Et même si des efforts importants sont réalisés (par les missionnaires comme par les convertis) pour démontrer que le passage au christianisme est un phénomène endogène à la société locale et exclusivement une affaire individuelle de foi, il n’en demeure pas moins qu’il apparaît, bien souvent, comme une configuration atypique et souvent aberrante dans l’environnement socio-politique national.

5Le phénomène qui ne connaît pas les frontières et qui ne craint pas la confrontation avec les cultures locales se greffe en terrain maghrébin tout en adoptant rapidement tous les critères d’appartenance (notamment linguistiques) Mais, dans le même temps, il est l’expression d’un prosélytisme mondialisé dont toutes les caractéristiques sont aujourd’hui bien identifiés (FATH, 2008). Un christianisme standard qui s’indigénise et se maghrébinise sans complexe en terre musulmane tout en opérant des relations complexes entre individu et communauté; un christianisme transnational, transculturel qui diffuse un message universel sans se préoccuper réellement d’historicité ou de légitimité historique dans l’espace qu’il occupe. Et qui, au regard de l’observateur, affiche un caractère désinhibé (même s’il est parfois très discret) sinon conquérant avec la religion musulmane.

6Nous analyserons les enjeux et les impacts de ce phénomène à deux niveaux:

7Les enjeux en termes de mondialisation du religieux. Qui sont ces nouvelles églises qui s’installent au Maghreb? Quel est le sens de ces nouvelles pratiques du religieux?

8Les enjeux à l’échelle nationale des deux pays: Pourquoi de telles controverses? Comment des groupes de convertis ultra-minoritaires peuvent-ils représenter, pour les États en question, une menace d’altération du lien identitaire et national?

1 - La place des pays du Maghreb dans un monde évangélique multipolaire

  • 2  1/3 de la population nicaraguayenne et 20 % de la population brésilienne ont adhéré à ces nouvelle (...)
  • 3  Elles sont en pleine expansion au Cameroun, au Burkina Faso, au Nigéria ou en Côte d’Ivoire.
  • 4  Jusqu’à encore récemment, les migrants subsahariens étaient présentés comme les seuls « clients » (...)

9Le mouvement néo-évangélique est aujourd’hui composé d’une multitude d’Églises qui se partagent le marché du christianisme nouvelle vague. Parfois ultra-marginales, ces églises participent pleinement à l’expansion du prosélytisme missionnaire qui les caractérise. Présentes aussi bien en Amérique du sud2, qu’en Afrique subsaharienne3 et en Asie (Aujourd’hui, c’est la Corée du sud qui fournit le plus gros contingent des missionnaires protestants dans le monde!), elles opèrent dans les pays du Maghreb notamment via les groupes de migrants subsahariens4 et particulièrement ceux originaires des pays africains anglophones.

10Contrairement aux Églises traditionnelles qui s’organisent autour d’un pôle central et hiérarchique, le monde évangélique s’organise sur un réseau horizontal mondial d’Églises. Cette organisation complexe donne souvent le sentiment de dispersion voire d’atomisation et surtout d’absence de cohérence d’ensemble. Elle participe également à une certaine opacité dans les réseaux de prédication et de formation puisque chaque Église dispose, en principe, d’une autonomie propre et organise, elle-même, son modus opérandi.

  • 5 L’agrément d’un culte et d’un édifice de culte est soumis à une double autorisation de la part des (...)
  • 6 Ordonnance du 28 février 2006 fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musu (...)

11En Algérie, jusqu’en 2006, année de la promulgation de la loi sur la gestion des cultes non-musulmans5, les Églises néo-évangéliques se fédéraient à l’Église Protestante d’Algérie (EPA) pour bénéficier d’une légitimité sur le terrain; ainsi, pendant longtemps, les nouvelles Églises (d’inspiration méthodiste et pentecôtiste) se présentaient simplement comme chrétiennes protestantes pour agir sur le terrain. En soumettant les Églises à un agrément délivré par les autorités du pays, la loi de 2006 qui réglemente l’exercice du culte autre que musulman, a imposé une certaine forme de transparence en exigeant une explicitation de l’appartenance religieuse. Si la loi a été interprétée comme répressive6, elle n’en a pas moins le mérite de clarifier le champ d’action des multiples communautés chrétiennes locales.

2 - Algérie/Maroc: deux champs d’action différents 

  • 7 Archevêque d’Alger, Cardinal Primat d’Afrique, sa nomination en Algérie, en 1867, lui laisse entrev (...)

12Contrairement aux pays du Moyen-Orient, où les communautés chrétiennes appartiennent aux plus anciennes réalités historiques et religieuses de cet espace, les sociétés du Maghreb associent la religion chrétienne à la période coloniale et aux expérimentations d’évangélisation liées à des acteurs de l’Église catholique comme le cardinal Charles de Lavigerie7. L’équation colonisation/christianisation reste plus que jamais d’actualité aujourd’hui et les églises locales (de tradition catholique ou protestante réformée) ont totalement intégré, depuis les indépendances, la position de discrétion qui exclut tout type de prosélytisme qu’il soit d’ordre théologique ou d’ordre intellectuel. Cependant, la configuration s’est modifiée au moment où des organisations religieuses et sociales (caritatives, éducatives, de type ONG…) n’appartenant pas aux églises institutionnelles locales et ne correspondant pas à des acteurs clairement identifiées, émergent dans leurs activités auprès des populations concernées. Dans un premier temps, les opinions publiques marocaines et algériennes (relayées en cela par une presse nationale souvent ignorante de la question) n’avaient pas établi la distinction entre Églises traditionnelles et groupes missionnaires extérieurs. L’Église catholique (aussi bien en Algérie qu’au Maroc), pourtant extrêmement discrète et réservée depuis les indépendances, s’est retrouvée au centre d’un débat houleux qui l’a renvoyée à ses expériences évangélisatrices du temps colonial. Et les autorités ecclésiastiques officielles (catholiques ou protestantes) ont quelque peu délaissé leur droit de réserve et leur langage diplomatique pour dénoncer publiquement l’amalgame avec ces groupes chrétiens décrits, par elles, comme fondamentalistes. L’article 6 de la constitution marocaine stipule que « l’islam est la religion d’État mais garantit à tous le libre exercice des cultes » complété en cela par le code pénal qui protège cette liberté en précisant que « quiconque par des violences ou des menaces a contraint ou empêché une ou plusieurs personnes d’exercer un culte, d’assister à l’exercice de ce culte est puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 100 à 500 dirhams ». L’article 2 de la constitution algérienne stipule lui aussi que l’islam est la religion d’État ; et l’article 36 garantit l’inviolabilité de la liberté de conscience et d’opinion. On pourrait supposer que la liberté de conscience est synonyme de liberté de religieuse.

2.1 - Les Églises dites historiques

  • 8 Nommé à Alger, quelques mois avant l’insurrection de la Révolution algérienne en novembre 1954, il (...)
  • 9 Pierre Claverie, évêque d’Oran, a été assassiné en 1996 quelques mois avant l’assassinat des moines (...)
  • 10 L’Église catholique au Maroc a été marquée par la conversion de Jean-Mohamed Ben Abdeljlil. Convert (...)

13L’Église catholique d’Algérie créée au début de la conquête est enracinée dans l’histoire coloniale du pays. Des personnalités hautes en couleur ont marqué son histoire. Pourtant avec l’action du cardinal Léon-Etienne Duval8 engagée à soutenir le combat indépendantiste de l’Algérie dans les années 1950, l’Église catholique a acquis ses galons « nationaux » et devient, à l’indépendance, une institution religieuse nationale. Certains de ses membres ont même payé, de leur vie, la violence de la guerre civile qui a secoué le pays pendant une décennie9. Tout comme l’Église d’Algérie, l’Église du Maroc privilégie le dialogue islamo-chrétien dans une position de très grande discrétion. Moins marquée dans son histoire par l’investissement dans le nationalisme indépendantiste, elle reste, néanmoins prudente, dans ses actions et s’interdit toute action de prosélytisme10. La visite du pape Jean-Paul II en 1983 et son discours prononcé au stade de Casablanca devant 80000 jeunes marocains reste un moment marquant pour l’histoire de cette institution.

  • 11 Quant en 1956, à l’indépendance du Maroc, l’Église réformée de France au Maroc a décidé de ne plus (...)
  • 12 Et elle dépend du Ministère des Affaires intérieures et non du Ministère des Habous et des Affaires (...)
  • 13 Expression empruntée à l’hebdomadaire marocain Tel Quel no 417.

14Quant àl’Église évangéliste du Maroc11 dont le culte est reconnu par l’État marocain12, elle ne peut pas, tout comme l’Église catholique, accueillir des Marocains dans le cadre de ses cultes et parmi ses membres. Non pas parce que la loi l’interdit mais parce que les édifices religieux sont étroitement surveillés par une police nationale soucieuse de préserver l’identité musulmane de leurs concitoyens. Cette surveillance constante, justifiée par les autorités, pour des raisons de sécurité mais exercée implicitement au nom de « la sécurité spirituelle13 » des citoyens ne laisse quasiment aucune marge de manœuvre à une éventuelle visibilité des convertis marocains et encore moins à une affirmation publique de leur nouvelle confession. Aujourd’hui, c’est un christianisme clandestin, secret qui se pratique dans des maisons individuelles au sein de groupes très restreints. Seuls, les forums d’expression web permettent de se mettre en contact avec des Marocains chrétiens; et encore cette prise de contact est à mesurer avec précaution car l’anonymat des individus ne permet pas une analyse fiable des données recueillies. La contrainte et la désapprobation sociales, la surveillance policière et l’offensive de l’islam d’État prennent au Maroc une radicalité encore plus grande. Tandis qu’en Algérie, les convertis occupent depuis quelques années la sphère publique, relayés en cela, par une mobilisation citoyenne dans les nombreuses affaires judiciaires qui touchent les nouveaux chrétiens; ces derniers s’affirmant comme une composante religieuse assumée dans le débat politique.

  • 14 Hugh Johnson dont la carte de séjour algérienne n’a pas été renouvelée en 2008 pour des raisons off (...)
  • 15 Mustapha Krim est président de l’Église Protestante d’Algérie depuis 2008. Kabyle converti au chris (...)

15Ces Églises dites historiques sont remises en question dans leur légitimité à la fois religieuse et institutionnelle par un christianisme offensif missionnaire dont elles ne maîtrisent ni les discours ni les actions; par ailleurs, elles sont dans l’injonction de se justifier, publiquement (par) et à l’égard des autorités nationales voire de condamner les modes d’action des groupes missionnaires dont elles se distancient très sévèrement. En Algérie, l’EPA après avoir été présidée pendant près de quarante ans par un Américain14 résidant dans le pays depuis le début des années 1960 est désormais, depuis 2008, dirigée par un Algérien converti au protestantisme15 Ce qui donne à cette Église une légitimité inscrite dans l’appartenance nationale de son responsable.

2.2 - Des modes d’action différents

  • 16 Expression pour désigner les 10 années de guerre civile en Algérie (1992-2002).

16Les deux pays présentent des configurations différentes et la visibilité politique et religieuse des groupes évangélistes obéit à des modalités complexes. Si la visibilité des évangélistes est publique en Algérie, relayée, en cela, par des groupes actifs de convertis qui refusent de pratiquer leur nouvelle religion dans la clandestinité, le Maroc semble investi par d’autres modes d’action. Le terrain humanitaire, le secteur scolaire et éducatif privé, les espaces migrants subsahariens sont des biais privilégiés de présence évangéliste mais il est impensable, aujourd’hui, d’imaginer des citoyens marocains revendiquer publiquement une nouvelle appartenance religieuse. L’histoire et les orientations politiques de ces dernières décennies qui ont marqué l’évolution des deux pays expliquent en partie les différences de configuration. L’histoire récente de l’Algérie avec son cortège de drames et de violences a, sans aucun doute, malmené et altéré le lien social et aggravé les questions identitaires exacerbées depuis l’indépendance. L’instrumentalisation de l’islam dans le terrorisme religieux comme dans le terrorisme d’État, le nombre effarant de victimes de la guerre civile, l’aberration des massacres de populations, l’incapacité de l’État à protéger ses concitoyens a fragilisé la société algérienne. La prédication évangéliste n’a pas hésité à se diffuser au sein de groupes meurtris, vulnérables, en quête de projets de vie et d’identité. Les réseaux missionnaires n’ont pourtant pas attendu la décennie noire16 pour investir le terrain algérien. La politique de coopération européenne de l’Algérie post-indépendante avait déjà permis à des missionnaires français, suisses, anglais américains de parcourir le territoire dans le cadre de fonctions très officielles (médecins, enseignants, éducateurs, ingénieurs…) pour préparer le « temps d’éveil et d’ouverture chrétiens ».

  • 17 L’expulsion, en mars 2010, de 16 éducateurs chrétiens qui exerçaient dans un orphelinat («le villag (...)
  • 18 Notamment le Moyen Atlas et les périphéries urbaines des grandes villes comme Casablanca, Rabat ou (...)
  • 19 « Que faire des évangélistes? » (Tel Quel, n169) «  Enquête: la tentation du Christ » (Tel Quel, (...)
  • 20 Dans la liste des ennemis de l’islam marocain: les Chiites, les salafistes, les athées et les ch (...)

17Au Maroc, les évangélistes sont désignés uniquement comme des étrangers et l’expulsion de plusieurs missionnaires en mars 201017 a permis de révéler certains modes opératoires sur le terrain marocain. La configuration marocaine présente donc des paramètres très différents. L’action évangéliste est visible à travers les groupes de migrants subsahariens (en situation régulière ou clandestine) et les groupes de prière, les lieux de culte, soumis à une surveillance policière très étroite (et interdits donc en principe aux Marocains), sont organisés autour des étrangers installés dans le pays. Les groupes évangélistes s’installent également dans certaines régions déshéritées du pays18 où ils s’engagent dans le. Social (orphelinats; écoles professionnelles, ONG…). Et si des hebdomadaires titrent quelques Unes audacieuses19 en enquêtant et en donnant la parole à des Marocains chrétiens, le phénomène reste très circonscrit et dominé par la répression menée à l’égard de la prédication shiite20.

18Néanmoins, les deux pays présentent des convergences à plusieurs niveaux.

2.3 - La question des chiffres: quelles réalités?

19Le chiffre des conversions semble être la grande inconnue dans les débats: extensible à souhait, il s’étire pour l’Algérie jusqu’à 100000 personnes: pour le Maroc 7000 individus sont évoqués régulièrement dans la presse nationale. Aucune source fiable, aucune étude démographique sérieuse, aucune statistique officielle ne viennent étayer ces évaluations quantitatives instrumentalisées.

20Pour l’Algérie, où la question de la conversion est devenue une affaire publique et politique, la question des chiffres, n’est absolument pas tranchée. Aujourd’hui, l’EPA ne donne aucun chiffre précis du nombre de protestants; elle se contente d’affirmer seulement qu’il existe, en Algérie, 32 lieux de culte. Cela n’explique rien et ne permet pas d’avoir une idée exacte du phénomène de conversion et encore moins de l’organisation des réseaux de prédication. La visibilité du nombre est fondamentale à plusieurs niveaux pour:
– prendre la mesure du phénomène, quantitativement;
– comprendre la complexité des appartenances aux églises néo-évangéliques;
– rendre visibles des individus organisés et non des supposés groupes informels et dangereux ;

21Qui aurait à gagner à une telle transparence? Les autorités politiques et religieuses qui préfèrent brandir la menace de l’ingérence étrangère et l’atteinte à l’intégrité nationale afin de mieux éviter le débat frontal de la démocratisation? En Algérie, ce débat n’a plus eu lieu depuis 1991-92 avec l’arrêt brutal du processus électoral face à la victoire du Front Islamique de Salut au premier tour des élections législatives et les dérives autoritaires du pouvoir présidentiel. Sachant que la République algérienne, bien qu’officiellement « laïque » (Sanson, 1983), considère l’islam comme une donnée constitutive de son identité collective; et qu’à l’échelle individuelle, l’islam est une composante de la citoyenneté, la présence des convertis change la donne juridique mais également politique. Car revendiquer le droit de changer de religion, c’est réclamer sa part et sa marge de manœuvre dans une pluralité politique, seule garante des libertés. Dans le contexte actuel, où le président Bouteflika s’est représenté, pour la troisième fois à sa propre succession, lors des élections d’avril 2009, rien ne laisse penser à une éventuelle alternative politique. Et la « diabolisation » des convertis résonne comme un des gages politiques donné aux partis islamistes dans le cadre d’un renforcement de l’alliance avec le pouvoir présidentiel.

22Au Maroc, la polémique autour des chiffres raisonne faiblement car l’idée de comptabiliser des Marocains convertis supposerait de prendre acte, publiquement, de conversions volontaires et assumées. Ce qui serait contraire à la version officielle actuelle qui temporise les chiffres des convertis tout en accusant les missionnaires de « séduire », « d’influencer » et « d’imposer » de nouveaux choix religieux à des Marocains présentés souvent comme fragiles et défaillants.

2.4 - Des réactivités nationales à la mesure des menaces présumées

23Les autorités politiques et religieuses sont partagées entre diabolisation, appels à la raison et mesures de répression. Dans les deux pays, la conversion est considérée comme une menace à l’ordre social et politique. Les leaders politiques et religieux évoquent tous une atteinte au corps social et à l’identité nationale. L’équation islam/identité nationale va de soi et elle est constamment avancée pour dénoncer et condamner la prédication missionnaire. Cet unanimisme religieux va de pair avec un nationalisme d’État lié intimement à l’islam où les valeurs islamiques sont devenues des valeurs nationales. Identifier l’islam à la nation et en faire un élément indissociable de l’identité du pays renvoie à l’élaboration première des nationalismes maghrébins à l’époque coloniale et post-indépendante.

  • 21 Présentée parfois comme celle « des néo-conservateurs évangélistes alliés aux sionistes avec des mo (...)

24En Algérie, « la main de l’étranger » est l’expression utilisée par les autorités pour identifier les responsables de l’offensive missionnaire. Cette « main de l’étranger21 » serait à l’origine d’entreprises de déstabilisation politique du pays et de menace de la religion. Cet argument ne semble pas convaincre l’opinion publique algérienne qui voit régulièrement ces dernières années des concitoyens s’exprimant publiquement et s’affirmant dans l’espace politique pour mieux revendiquer une reconnaissance nationale et un respect des libertés individuelles constitutionnelles. Cette visibilité religieuse tranche avec les discours sur les conspirations étrangères et les opérations internationales opaques et anonymes de déstabilisation du pays.

25La reprise en main des champs religieux nationaux et le durcissement à l’égard des chrétiens (expulsions, arrestations, procès, amendes astronomiques, peines de prison) se constatent aussi bien au Maroc qu’en Algérie. Et si dans ce dernier, un colloque international intitulé « l’exercice du culte: un droit garanti par la religion et la loi » a été organisé en février 2010, à l’initiative de la Présidence de la République dans le but de faire le bilan de l’application de la loi de 2006 et donner l’image d’une Algérie tolérante loin des pratiques inquisitoriales décrites dans la presse nationale, ce n’était ni un signe d’apaisement à l’égard des convertis ni d’abandon des procédures judiciaires. Elles se sont multipliées, au contraire, tout au long de l’année 2010, pour « prédication sauvage » ou pour ruptures du jeûne du Ramadhan.

3 - Un islam national contre un évangélisme mondialisé

  • 22 Discours du trône, 30 juillet 2003.
  • 23  Une mosquée dont le coût est estimé à plus d’un milliard d’euros et qui se voudrait être le troisi (...)

26Dans les deux pays, nous assistons à des réformes de l’appareil clérical, à l’élaboration d’un discours sur l’islam national et à la promotion d’une identité religieuse nationale. Ces éléments affirment à la fois la spécificité d’un islam national fondée sur le respect du rite malékite et sur l’importance du soufisme mais également sur des caractères historiques propres au pays. Des caractères historiques qui auraient forgé un islam national authentiquement marocain ou algérien. Cette historicisation est plus marquée au Maroc où le roi, en personne, interpelle son peuple de la façon suivante: « Est-il donc besoin pour le peuple marocain, fort de l’unicité de son rite religieux et de l’authenticité de sa civilisation d’importer des rites étrangers à ses traditions?22». L’importance accordée à l’expérience historique du Maroc, pour identifier et définir une pratique religieuse nationale, est en quelque sorte un gage d’authenticité mais surtout d’indépendance à l’égard des modèles religieux du reste du monde musulman. En somme un islam marocain qui serait, avant tout, le produit de l’histoire du pays et de son peuple et distant de toutes les influences radicales apportées par l’Orient. La lutte contre les influences islamistes et wahhabites très présentes au Maroc se retrouve en Algérie. L’État algérien redécouvre l’islam populaire et confrérique. Les programmes de rénovation de zaouïas se multiplient sur tout le territoire national; des centaines de mosquées sont en chantier dont celle de la Grande Mosquée d’Alger23.

27La défense et la promotion de l’islam national peut donc se lire comme un exercice de légitimation politique. Du début de la guerre civile en Algérie (1992) à la fin du règne de Hassan II (1999), les processus de légitimation du pouvoir s’exerçaient principalement par la référence à l’histoire de l’indépendance et du nationalisme indépendantiste. La référence à la guerre d’indépendance en Algérie comme à celle du combat anticolonialiste au Maroc ont longtemps fait partie de la rhétorique idéologique nationaliste. Mais aujourd’hui, usés jusqu’à la corde voire décrédibilisés en Algérie, les paradigmes de l’histoire nationale ne répondent plus aux attentes sociales et sont remplacés de plus en plus par des référents religieux unanimistes. Certes, cela n’est pas nouveau dans les pratiques du politique dans les pays maghrébins puisque ces derniers, depuis les indépendances, ont fondé leur nation sur l’islamité, clé de voute de la doxa identitaire nationale. Mais rarement le religieux n’a autant été instrumentalisé par le pouvoir. Une instrumentalisation d’autant plus radicale qu’elle doit contenir, plus que jamais, les dérives islamistes et les effets des prédications salafistes et wahhabites en jeu dans les sociétés maghrébines. La conversion représente ainsi une véritable menace sociale puisqu’elle porte atteinte directement au socle de l’identité nationale et donc du corps politique. Les nouveaux convertis s’appuient sur une autre culture qui ne fait plus référence aux fondamentaux de l’histoire nationaliste et de l’islam mais sur une culture de la fraternité qui transcende les frontières nationales, des récits bibliques, des émotions qui alimentent une cohésion de groupe qui n’a plus rien à voir avec les références historiques et religieuses traditionnelles. Au Maroc où la monarchie alaouite s’appuie sur la dimension religieuse du roi, descendant du prophète et fédérateur de la nation marocaine, l’islam est le socle du dispositif du pouvoir et de l’appareil politique dans sa totalité. « Et même si la monarchie marocaine se targue d’une tolérance religieuse en acceptant la diversité confessionnelle, la politique est à la tolérance zéro concernant les évangélistes. Car la sévérité à l’égard des missionnaires chrétiens est un gage mais également un avertissement donné à l’islamisme radical. L’Islam d’État, tel qu’il est en train de s’élaborer dans les deux pays, demeure le seul référent en matière religieuse et toute tentative d’en sortir ou de le remettre en question par d’autres pratiques est sévèrement sanctionné. Cette nationalisation de l’islam se double d’une religiosité exacerbée (en Algérie, l’ensemble des programmes de télévision sur les 5 chaînes nationales et des programmes radiophoniques est interrompu pour émettre en direct les appels à la prière) et d’une moralisation de la société civile qui jouent sur les vagues de conservatisme qui touchent les sociétés maghrébines.

4 - Un nouveau temps politique? Pour une interpellation des libertés individuelles

  • 24 Selon la formule de la presse algérienne qui relataient le fait divers: « surpris en flagrant délit (...)

28Les affaires de dé-jeuneurs qui se sont multipliées en 2009 et 2010 aussi bien en Algérie qu’au Maroc, sont révélatrices d’une nouvelle aspiration sociale et sans doute de nouvelles alternatives à la religiosité d’État. En effet, la médiatisation et la procédurisation des délits24 autour de la rupture du jeûne du ramadhan renvoient à la question des libertés religieuses étroitement associées à l’aspiration aux libertés individuelles exprimées par certains groupes sociaux. Ainsi au Maroc, ce sont les membres du MALI (Mouvement Alternatif des Libertés Individuelles) qui ont pris l’initiative, en septembre 2009 de rompre le jeûne dans une forêt près de la ville de Mohammedia. Cette opération décidée au nom de la liberté de conscience garantie par la constitution marocaine s’est soldée par l’arrestation massive des membres du groupe et par une condamnation très sévère du conseil des Oulamas et des autorités politiques. La configuration est totalement différente en Algérie puisque les non-jeûneurs pris en flagrant délit de rupture du jeûne sont des Algériens kabyles convertis. En fait, quelque soit la raison pour laquelle le jeûne a été interrompu, elle active naturellement des pratiques autoritaires et une judiciarisation rapide.

  • 25 « Est puni d’un emprisonnement de trois à cinq ans et d’une amende de 50000 à 100000 dinars (...)

29Le code pénal de chaque pays condamne la prédication. En effet, l’article 220 du code pénal marocain prévoit que « quiconque employant des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion sera puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 100 à 500 dirhams » tandis que les affaires de ruptures de jeûne en Algérie, sont jugées en fonction de l’article 144 bis 2 du code pénal25 L’interprétation juridique reste donc extensible car aucun article de loi ne prévoit précisément de poursuites contre des non-jeuneurs.

30En Algérie, un collectif de défense pour des croyants autres que musulmans en Algérie ainsi qu’une mobilisation spontanée de la société civile (associations, intellectuels, simples citoyens) multiplient les actions en interpellant les autorités algériennes pour veiller au respect des libertés individuelles garanties par la constitution; une mobilisation citoyenne telle que des procès ont été ajournés. Au Maroc, l’opinion publique n’est pas sollicitée sur cette question et seul un communiqué de presse daté du 15 mars 2010, au nom de l’Union Mondiale des chrétiens marocains interpelle le gouvernement marocain en lui demandant la « permission accordée aux Marocains de se convertir à la religion qu’ils veulent y compris le christianisme, sans être soumis à aucun interrogatoire ou harcèlement de la part de la sécurité, comme c’est garanti par la Constitution marocaine26». Et si les Églises sont libres de pratiquer leur culte, il est très difficile pour un Marocain d’y participer tant les édifices religieux sont soumis à une surveillance policière très étroite. Là encore une fois, aucun texte de loi ne vient, pourtant, fonder cette interdiction.

31Au Maroc, tout Marocain qui ne naît pas juif est considéré comme un musulman. La conversion est très souvent présentée comme une trahison à l’égard de l’islam mais également à l’égard de son pays. L’athéisme est, dans ces conditions moins stigmatisé car il laisse la possibilité de ramener la brebis égarée au sein de la communauté d’origine; tandis que le converti est perdu pour les siens. L’alinéa 2 de l’article 220 du code pénal marocain qui « punit de la même peine quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion » a été largement utilisé pour justifier l’expulsion des missionnaires évangélistes au printemps 2010. Changer de religion posera à court terme des adaptations dans le droit. Comment désormais, une chrétienne algérienne ou marocaine anciennement musulmane accéderait-elle à l’héritage ou à la garde de ses enfants en cas de divorce ou du décès de son conjoint? Quelles seraient les nouvelles modalités juridiques du mariage d’un converti? Et celles de l’inhumation d’un chrétien (prévoir des carrés spécifiques ou réutiliser à nouveau les anciens cimetières chrétiens de la période coloniale)?

32Les convertis bousculent une Charia’a résiduelle contenue dans les dispositifs législatifs et un conservatisme religieux arcbouté à des pratiques autoritaires du pouvoir. Dans ces conditions, la conversion est interprétée comme une contestation de l’ordre social et politique qui remet en question les légitimités traditionnelles (historiques et religieuses) du pouvoir. Elle pose brutalement et sans fioritures politiques et théologiques la question centrale et sensible de l’unanimisme politique des États maghrébins. La configuration, telle qu’elle se présente alors, est bien au-delà de la contestation de la régulation sociale communautaire et bien au-delà de la simple contestation de la doxa religieuse.

  • 27 Terme emprunté au titre de l’ouvrage Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à (...)

33Ces bifurcations27 religieuses révèlent une hyper‑politisation du champ religieux maghrébin. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la présence néo-évangéliste n’a pas induit un débat théologique sur l’apostasie ou sur le blasphème en islam. Les autorités religieuses comme les islamistes ont en commun de développer un contre-argumentaire qui privilégie la défense de l’intégrité nationale; un contre-argumentaire plutôt convenu, sans réflexion théologique et encore moins soucieux d’un dialogue islamo-chrétien. C’est en ce sens que la question religieuse est totalement monopolisée par les États en question.

Top of page

Bibliography

Fath S., (2008), Dieu XXL, La révolution des mégachurches, Autrement, 224 p.

Plunkett (de) P., (2009), Les évangéliques à la conquête du monde, Perrin, 312 p.

Roy O. (2008), La Sainte ignorance. Le temps de la religion sans culture, Seuil, 273 p.

Sanson H., (1983), La laïcité islamique en Algérie, CNRS, 174 p.

Top of page

Notes

1 Ce phénomène de conversion, quasi-invisible dans les années 1990, avait occupé le débat public lors d’une campagne de presse orageuse en 2004. Ce débat intensifiait l’ampleur du phénomène et l’efficacité du prosélytisme protestant notamment en Kabylie, région berbère du nord de l’Algérie. Les chiffres avancés selon lesquels 30 % de la population de la région de Tizi-Ouzou aurait été évangélisée ont provoqué, au cours de l’été 2004 une polémique médiatique sans précédent et des réactions tranchées de la part des pouvoirs public. Deux campagnes de presse (2004 et 2008) ont alimenté des débats de société très polémiques au sujet de la liberté de culte et de conscience et ont permis de prendre la mesure et la réalité de la présence de l’action missionnaire chrétienne évangélique dans le pays et surtout de donner la parole publiquement à des citoyens algériens convertis qui, pour la première fois, assument pleinement le droit à changer de religion.

2  1/3 de la population nicaraguayenne et 20 % de la population brésilienne ont adhéré à ces nouvelles églises.

3  Elles sont en pleine expansion au Cameroun, au Burkina Faso, au Nigéria ou en Côte d’Ivoire.

4  Jusqu’à encore récemment, les migrants subsahariens étaient présentés comme les seuls « clients » des églises néo-évangéliques masquant ainsi les potentialités autochtones à la conversion.

5 L’agrément d’un culte et d’un édifice de culte est soumis à une double autorisation de la part des autorités algériennes: Une délivrée par le Ministère de l’Intérieur et une autre délivrée par le Ministère des Affaires religieuses.

6 Ordonnance du 28 février 2006 fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulmans. La loi réglemente de façon très stricte les cultes en leur imposant de s’organiser en associations religieuses soumises à des agréments de l’État. La visibilité des Églises et la transparence de leurs pratiques sont imposées par l’identification des lieux de culte, des déclarations préalables à toute manifestation religieuse, etc. Par ailleurs, des dispositions pénales (amendes et peines d’emprisonnement) sont prises à l’encontre du prosélytisme: « […] est puni d’un emprisonnement de deux ans à cinq ans et d’une amende de 500 000 dinars quiconque: incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion, ou en utilisant à cette fin des établissements d’enseignement, d’éducation, de santé, à caractère social ou culturel, ou institutions de formation, ou tout autre établissement, ou tout moyen financier » (article 11).

7 Archevêque d’Alger, Cardinal Primat d’Afrique, sa nomination en Algérie, en 1867, lui laisse entrevoir une campagne d’évangélisation à l’échelle du continent africain. Il fonde son propre ordre missionnaire, la Société des Missionnaires d’Afrique plus connue sous le nom de société des pères blancs

8 Nommé à Alger, quelques mois avant l’insurrection de la Révolution algérienne en novembre 1954, il dénonça très tôt l’usage de la torture et les violations des droits de l’Homme par l’armée française. Il fut surnommé par ses détracteurs et par les partisans de l’Algérie française, Mohamed ben Duval.

9 Pierre Claverie, évêque d’Oran, a été assassiné en 1996 quelques mois avant l’assassinat des moines de Tiberhine.

10 L’Église catholique au Maroc a été marquée par la conversion de Jean-Mohamed Ben Abdeljlil. Converti en 1924 au catholicisme et entré dans les ordres (père franciscain), il appartient à une famille de notables de Fès et un de ses frères (Omar Abdeljlil) est une grande figure du nationalisme marocain (et un des fondateurs du parti indépendantiste de l’Istiqla). Cette conversion avait mis mal à l’aise la résidence générale accusée de favoriser un apostolat catholique. Voir Maurice Bormans, Jean-Mohamed Abd-el-jalil, témoin du Coran et de l’Évangile, Éditions du Cerf, 2005.

11 Quant en 1956, à l’indépendance du Maroc, l’Église réformée de France au Maroc a décidé de ne plus avoir de succursales dans l’ancien empire colonial, l’Église protestante du Maroc a décidé de rester sous le nom d’Église évangéliste du Maroc.

12 Et elle dépend du Ministère des Affaires intérieures et non du Ministère des Habous et des Affaires islamiques.

13 Expression empruntée à l’hebdomadaire marocain Tel Quel no 417.

14 Hugh Johnson dont la carte de séjour algérienne n’a pas été renouvelée en 2008 pour des raisons officielles liées à la sécurité d’État.

15 Mustapha Krim est président de l’Église Protestante d’Algérie depuis 2008. Kabyle converti au christianisme, Premier algérien natif à diriger une institution religieuse chrétienne, il est le porte-parole le plus actif de sa communauté.

16 Expression pour désigner les 10 années de guerre civile en Algérie (1992-2002).

17 L’expulsion, en mars 2010, de 16 éducateurs chrétiens qui exerçaient dans un orphelinat («le village de l’espérance ») à Ain Leuh dans le Moyen Atlas a lancé une campagne de surveillance extrême des missionnaires étrangers.

18 Notamment le Moyen Atlas et les périphéries urbaines des grandes villes comme Casablanca, Rabat ou Tanger.

19 « Que faire des évangélistes? » (Tel Quel, n169) «  Enquête: la tentation du Christ » (Tel Quel, no 147).

20 Dans la liste des ennemis de l’islam marocain: les Chiites, les salafistes, les athées et les chrétiens évangéliques.

21 Présentée parfois comme celle « des néo-conservateurs évangélistes alliés aux sionistes avec des moyens financiers importants. Elle est destinée à former une minorité chrétienne au sein de la majorité musulmane pour pouvoir intervenir dans les affaires du pays », propos du président du Haut Conseil Islamique algérien in Collectif algérien pour la défense des croyants autres que musulmans en Algérie, 14 mars 2008, [en ligne]. L’autre thèse est celui du complot évangéliste américain qui délivrerait, en contrepartie des conversions; de l’argent et des visas.

22 Discours du trône, 30 juillet 2003.

23  Une mosquée dont le coût est estimé à plus d’un milliard d’euros et qui se voudrait être le troisième édifice le plus grand du monde musulman.

24 Selon la formule de la presse algérienne qui relataient le fait divers: « surpris en flagrant délit de consommation de denrées alimentaires »

25 « Est puni d’un emprisonnement de trois à cinq ans et d’une amende de 50000 à 100000 dinars ou de l’une de ces deux peines seulement quiconque offense le prophète (paix et salut sur lui) et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l’islam que ce soit par voie d’écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen ».

26 Communiqué disponible, [en ligne].

27 Terme emprunté au titre de l’ouvrage Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement, sous la direction de Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grosseti, La Découverte, 2010.

Top of page

References

Electronic reference

Karima Dirèche, « Mondialisation des espaces néo-évangéliques au Maghreb », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 28 April 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5390

Top of page

About the author

Karima Dirèche

Chercheure en Histoire contemporaine, CNRS/centre Jacques Berque, direche@mmsh.univ-aix.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page