Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Voyages en Méditerranée de l’Antiquité à nos jours, ss dir. M. Pelletier et L. Berges

(2008), édition du Comité des travaux scientifiques et historiques - ACSH- Domaine corse, 491 p.
Claudine Durbiano
p. 127-128
Bibliographical reference

Voyages en Méditerranée de l’Antiquité à nos jours, ss dir. M. Pelletier et L. Berges, (2008), édition du Comité des travaux scientifiques et historiques - ACSH- Domaine corse, 491 p.

Full text

1Cet ouvrage rassemble les communications du 128e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques qui s’est tenu à Bastia en 2003. La première partie traite des moteurs religieux, historiques et scientifiques des voyages, la seconde de leurs spécificités littéraires et touristiques.

2Introduisant la première partie, C. Guilmet montre comment la description de la Grèce de Pausanias du iie siècle ap. J.-C., traduite en 1731, accompagne aux xviiie et xixe siècles la redécouverte du patrimoine de l’Antiquité grecque, en occultant la Grèce moderne. Les communications suivantes s’intéressent à la représentation cartographique de la Méditerranée, du Moyen Âge au xixe siècle, avec de nombreuses illustrations d’un grand intérêt. À partir de différentes appellations, de la Mare Nostrum des Romains à la Magum Mare d’Isidore de Séville au viie siècle et à la Mare Nostrum Mediterraneum, la représentation de la mer Méditerranée est réduite jusqu’au xiie siècle à un canal maritime au cœur du monde habité. Mer d’entre les terres, pour la distinguer du grand océan circulaire avec lequel elle communique, mer du milieu conquise et domestiquée, elle est à la fois la limite et le centre des terres qui l’entourent, permettant le passage et les échanges. M. Pelletier et A. Morgat insistent sur les efforts des ministres français de la Marine aux xviiie et xixe siècles pour cartographier cette mer dont les rivages, politiquement fractionnés, mettront longtemps à être correctement positionnés, comme en témoigne le Neptune de la Méditerranée (1820) fait de pièces et de morceaux de différentes époques. Jusqu’au xve siècle, le facteur religieux détermine les voyages. Le « Levant » est synonyme de « Lieux saints » et les voyageurs décrivent les lieux traversés. Mais au xvie siècle, avec l’expansion turque, Europe et Levant, soit chrétienté et islam, se retrouvent face à face, non pas sous la forme d’un conflit religieux semblable aux croisades, mais d’un conflit politique. L’alliance de François Ier avec le sultan ottoman pour contrecarrer la puissance de Charles Quint inaugure toute une série de missions diplomatiques et de voyages de savants et de marchands, comme Pierre Belon (1546). Leurs récits nous apportent une foule de renseignements. Les cultures gréco-romaine et judéo-chrétienne se croisent avec la civilisation musulmane. Les voyageurs naviguent sur une mer latine, byzantine et musulmane. L’unité de la chrétienté a éclaté et les nations affirment leurs différences. A. Guini‑Skliar rend compte de la mission scientifique de G. A. Olivier et G. Bruguière (1801) dans l’Empire ottoman, qui témoigne de l’ouverture d’esprit et de la curiosité des scientifiques à la fin du xviiie siècle. Avec le xixe siècle, les échanges entre les deux rives nord et sud de la Méditerranée se développent, notamment avec la nouvelle colonie, l’Algérie. M. Gros rappelle le rôle d’Amédée-Ernest-Barthélémy Mouchez dans le levé des côtes algériennes. L’Italie fascine par le patrimoine historique et politique des cités au premier rang desquelles Venise, dont P. Barraillé évoque l’héritage disputé, au centre des débats politiques de l’époque avec les nombreuses publications qui accompagnent les événements politiques en France de 1841 à 1914. Enfin, la Corse et la Sardaigne sont appréhendées sous le regard croisé d’hommes politiques et philosophes français ou italiens, au xviiie siècle, période où les géographes sont encore essentiellement cartographes. Au xixe siècle, la thématique des îles-jumelles est légitimée par la définition géologique d’un bloc corso-sarde, héritage de l’ancienne Tyrrhénide. La thématique récurrente des îles inconnues, abandonnées et exploitées se développe. Malgré un timide essor touristique lié à l’émergence du concept d’« île de beauté » en Corse, les deux îles restent à l’écart des grands tours.

3Sur le plan littéraire, la Méditerranée accélère et potentialise les passions et les conflits. Le soleil et la mort n’y font qu’un. L’idée persistante d’insularité se divise en insularité identitaire ou culturelle. Comme ses contemporains Hugo, Flaubert et Stendhal, Balzac a été un grand voyageur. L. Bergès analyse dans son œuvre et sa correspondance les points d’attirance et de répulsion, les portraits qui permettent de cerner la représentation littéraire de la Méditerranée à l’époque de la monarchie de Juillet et de l’intégrer dans la quête de pittoresque et d’exotisme du voyageur. Quant à J. Verne, C. Gauchon montre combien ce breton catholique qui a effectué deux croisières en Méditerranée, est désorienté par le cosmopolitisme, résultat de la mobilité des populations, et la complexité des villes méditerranéennes. Il permet de percevoir l’image qu’un Français du Nord pouvait se faire de la Méditerranée dans la deuxième moitié du xixe siècle. L’ouvrage se termine par une analyse de l’organisation du tourisme entre 1900 et 1939 sur la Côte d’Azur et la médiatisation des îles méditerranéennes où le modèle balnéaire est le plus prégnant. Il intègre deux mythes essentiels de la Méditerranée, celui de la célébration de la mer (Poséidon) et celui du soleil que célèbre Apollon.

4Malgré des participations inégales, la publication des actes de ce colloque d’histoire contribue à l’élaboration d’une géohistoire de la Méditerranée, de ses mythes et de ses représentations, et interpelle les géographes.

Top of page

References

Electronic reference

Claudine Durbiano, « Voyages en Méditerranée de l’Antiquité à nos jours, ss dir. M. Pelletier et L. Berges », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2008, connection on 23 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/560

Top of page

About the author

Claudine Durbiano

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page