Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

The New Albanian Migration, recueil de textes rassemblés par Russell King, Nicola Mai et Stéphanie SchwanderSievers

(2005), Sussex Academic Press, Brighton-Portland, 218 pages avec références bibliographiques et index
Michel BOUILLET
p. 125-127
Bibliographical reference

(2005), The New Albanian Migration, recueil de textes rassemblés par Russell King, Nicola Mai et Stéphanie SchwanderSievers, Sussex Academic Press, Brighton-Portland, 218 pages avec références bibliographiques et index

Index terms

Geographical index :

Italie, Grèce, Albanie
Top of page

Full text

1Ce petit livre, soigné et bien présenté sous couverture rigide avec jaquette, est agréable à compulser. Sous son titre général, il regroupe neuf articles traitant d’un aspect particulier de cette « nouvelle migration albanaise » issue de la chute du communisme. Il s’agit de la deuxième partie des Actes du Congrès international sur les migrations albanaises, qui s’est tenu à l’Université de Sussex, les 6 et 7 septembre 2002. Si Russell King est géographe, la plupart des contributeurs sont des sociologues, à l’instar de Nicola Mai, des anthropologues et une albanologue, Stephanie Schwander-Sievers. Tous sont chercheurs ou universitaires.

2Le premier article, Introduction et théorisation de la migration albanaise rédigé par R. King et Kosta Barjaba, sociologue albanais, présente le corps de l’ouvrage en rappelant d’abord la crise du début des années 1990 avec l’image – devenue un stéréotype – des « boat people » albanais arrivant sur de vieux cargos rouillés dans les ports de Brindisi et de Bari. Les auteurs rappellent que la plupart des migrants passèrent clandestinement par les chemins de montagne vers la Grèce voisine. Cette première vague de quelques 50 000 à 60 000 personnes ne doit pas masquer le mouvement de percolation régulier qui a amené 800 000 citoyens albanais à résider à l’étranger (sur une population de 2,5 millions d’habitants), la plupart en Grèce (500 000 environ) et en Italie (200 000). Ces deux pays sont les centres d’intérêts essentiels du présent ouvrage. Il est à noter que les aspects du mouvement migratoire analysés dans ce livre ne concernent que les ressortissants de la république d’Albanie, à l’exclusion notamment des Kosovars ou des Albanais du Monténégro ou de Macédoine.

  • 1 À l’époque ottomane, le kurbet était une migration provisoire ou saisonnière – à destination de Con (...)

3Les auteurs procèdent à un bref rappel historique de la tradition migratoire des Albanais depuis le xve siècle, dont les Arbëresh d’Italie méridionale sont les descendants. Après avoir indiqué leur rôle dans l’émergence du mouvement national albanais au xixe siècle, ils décrivent leur déplacement vers les États-Unis entre 1880 et 1914, où 60 000 d’entre eux se sont installés. Ils sont rejoints par des familles entières après 1911 et l’indépendance du pays. L’expatriation se poursuivra plus lentement vers l’Australie de 1924 à la Seconde Guerre mondiale. Qu’ils soient provisoires et apparentés au kurbet1 ou définitifs, ces mouvements sont largement comparables, pour ne pas dire similaires, à ceux qui affectent aux mêmes époques les populations montagnardes grecques et valaques du Pinde. Ainsi, ils ne sont pas à mon sens, spécifiquement albanais, mais participent d’une réaction identique de bien des peuples de la péninsule balkanique. L’Albanie, comme la Grèce voisine, est un pays où les traditions migrantes sont très anciennes et liées aux pratiques agro-pastorales. Le kurbet est souvent vu comme un « âge d’or » mythifié par les villageois.

  • 2 La montagne représentée comme l’espace des hommes libres s’oppose à la plaine, domaine des exploite (...)

4Georgia Kretsi s’interroge sur les identités nationales dans trois villages de compositions religieuses différentes. Se mêlent les souvenirs, les mythes et les stratégies actuelles de survie, qui passent par l’affirmation d’une identité hellénique pour bénéficier des avantages juridiques et sociaux accordés par la République grecque. Les lecteurs occidentaux découvrent la complexité de la notion d’identité nationale dans les Balkans, variable d’un village à l’autre. Nos représentations tranchées entre Grecs et Albanais sont très largement erronées, car ces populations ont vécu pendant des siècles (millénaires ?) entremêlées au sein d’espaces géographiques où montagne et plaine s’opposaient en terme de pouvoir2. Pendant toute la période ottomane, le système du millet a imposé une discrimination juridique et fiscale entre les religions, faisant passer au second plan les différences ethno-linguistiques, construisant au long des siècles des représentations et un imaginaire largement communs, qui se retrouvent dans les musiques, les danses et la sociabilité d’une manière générale. Il y a bien une identité balkanique globale, à l’intérieur de laquelle se déclinent des personnalités régionales comprenant des particularités locales. Ici, il est bien mis en évidence une personnalité épirote, comme le signale un interlocuteur de G. Kretsi : « Il vaut mieux que vous ne parliez ni d’Albanais, ni de Grec, mais d’Épirote ! » Cette personnalité se rapproche d’ailleurs beaucoup de celle du Rouméliote d’Étolie-Acarnanie.

5La question des migrations contemporaines ne peut être détachée du temps long de l’histoire albanaise. King et Barjaba rappellent que « la période 1944-1990 peut être perçue comme un intermède artificiel au sein de la structure historique des migrations du peuple albanais. ». Cela amène les auteurs à discuter de la « théorisation de la migration albanaise » ; en d’autres termes de voir s’il existe un paradigme migratoire albanais. Pour la période précommuniste, il me semble que les auteurs s’attachent globalement trop à une spécificité albanaise en négligeant les caractères « balkaniques » et « épirotes », communs avec les Grecs. Les migrations récentes sont-elles à distinguer des mouvements affectant les populations de l’ex-bloc communiste et des pays du Maghreb ? Cette question est abordée dans la plupart des communications, y compris par Flavia Piperno qui montre l’ambivalence de leurs comportements sociaux en matière de transferts d’argent et d’investissements : on transfère vers l’Albanie par des réseaux informels en dehors des banques qui se désintéressent de cette clientèle, tant en Italie qu’en Albanie, bien plus que les immigrés d’autres origines ; on investit en Italie, signe d’une volonté d’installation à long terme dans le pays d’accueil.

  • 3 Il est intéressant de noter que le fait de manger avec ses doigts est un stéréotype très fréquent à (...)

6Il est intéressant de constater que « l’intermède » communiste est relativement peu évoqué dans les témoignages et peu développé dans les analyses. G. de Rapper rapporte l’interpellation d’une femme qui conteste le bon vieux temps du kurbet qui a apporté la culture et la civilisation : « Qu’est-ce que tu racontes ? La première fois que nous sommes allés en Grèce [après 1991], nous ne savions même pas comment tirer la chasse d’eau ou nous servir de couteaux et de fourchettes3 ! » Cela me rappelle des anecdotes semblables recueillies auprès de Grecs ou d’Albanais en 1991-1992 en Grèce, de migrants qui ignoraient tout du fonctionnement d’un aspirateur ou de l’utilisation d’un réfrigérateur, ce qui n’a pas empêché l’un d’eux de m’entretenir de la politique de Georges Pompidou ! Indice révélateur du maintien par le système scolaire et la propagande politique de savoirs certains. Néanmoins l’enfermement dont ont souffert les Albanais, traditionnellement grands voyageurs, pendant l’ère communiste d’Enver Hoxha est une donnée aussi importante que la misère économique à la chute du régime. La collectivisation forcée, l’endoctrinement fanatique (proclamation de l’athéisme en 1967) et le repli sur soi autarcique, encore exacerbé après 1978 et la rupture avec la Chine, ont fini par ruiner l’économie, en entravant le progrès technique et en repliant les familles sur des stratégies de survie. Ce facteur mériterait de plus amples développement pour expliquer les comportements décrits et l’ampleur du phénomène migratoire.

7Les réactions ambivalentes dont sont l’objet les Albanais en Grèce et en Italie sont l’armature des communications de plusieurs communications. G. Konidaris analyse méticuleusement l’instrumentalisation de la situation des immigrants irréguliers par les gouvernements grecs, de gauche comme de droite, de 1990 à 1997 et les réponses des gouvernements albanais. Il pointe les trois objectifs politiques grecs : montrer aux grandes puissances la volonté d’amélioration des relations bilatérales et le soutien à la minorité hellénophone d’Albanie, les obliger à faire pression sur les gouvernements albanais et leur montrer que la Grèce est la grande puissance pacificatrice des Balkans post-communistes. Aux revendications des extrémistes grecs sur « l’Épire du nord », les gouvernements albanais de Ramiz Alia et Sali Berisha ont répliqué en recourant à la question des Chams albanophones qui ont fui la Thesprotie en 1944. L’auteur décrit bien la politique de défense des intérêts nationaux grecs, certes amendée depuis 1998 avec les régularisations de sans-papiers, la défense prioritaire des intérêts économiques privés grecs en Albanie et le rôle d’Athènes dans la politique balkanique de l’Union Européenne, au risque de cristalliser de nouveaux irrédentismes, comme la question « helléno-valaque » en Albanie ou le cas du Kosovë/Kosovo.

8G. Kapllani et N. Mai expliquent le scandale médiatique du 28 octobre 2000 : à l’occasion de la fête nationale du « Non », le drapeau grec est porté par Odysseus Cenaj, un élève albanais qui se trouvait être le meilleur de son école. Après avoir disserté sur la « construction culturelle dans l’imaginaire socio-culturel grec » et sur les rapports entre média, identité et nation, ils montrent, en citant Vassílis Vamvakas et René Girard, que l’hystérie anti-albanaise provoquée par cet événement est davantage provoquée par la peur d’un autre semblabe à soi-même, pourtant considéré comme arriéré, inférieur, que par une différence clairement visible.

9E. Kelly et A. Ogorcka traitent de femmes immigrées en Italie et aux États-Unis. Leurs articles traitent de cas très (trop ?) limités, fondés sur des entrevues avec respectivement 17 et 20 personnes. La première a surtout interrogé des étudiantes et a exclu les prostituées, qui seraient pourtant 600 à 800 à Bologne, pour des raisons de dangerosité du sujet et pour ne pas tomber « dans le stéréotype de la prostituée albanaise ». Il s’agit, néanmoins, à notre sens d’un sujet d’étude pertinent qui ne stigmatiserait pas une population, mais au contraire apporterait des éléments de connaissances sur des processus criminels, révélateurs féroces des conditions sociales du pays émetteur, comme du pays d’accueil. La seconde a rencontré des femmes par relations personnelles et via des forums de discussion sur internet. Dans les deux cas, on ne sait pas si le panel choisi est révélateur des populations féminines albanaises migrantes. D’autre part, le choix de s’exprimer en italien pour la première et en anglais pour la seconde est très discutable. Il est préférable que des entretiens se déroulent dans la langue de l’interlocuteur, sujet de l’étude. C’est, à notre sens et, selon notre expérience, le seul moyen de développer à la fois une relation de confiance et d’espérer aborder les questions que « l’étranger n’a pas à savoir ou ne peut pas connaître ». Ceci dit, les difficultés spécifiques rencontrées par les femmes sont abordées et montrent une diversité de point de vue notamment vis-à-vis de la structure familiale traditionnelle albanaise considérée soit comme un soutien, soit comme une oppression.

10L’article de Lois Labrianidis et Panos Hatziprokopiou, solidement charpenté par l’exploitation de 324 questionnaires, s’attache à étudier un début de retour d’émigration. L’amélioration des conditions de vie des immigrés de retour d’Italie ou de Grèce est indéniable. Leur perception des pays d’accueil n’est pas négative, malgré les difficultés rencontrées. « 87% [des personnes interrogées] ont trouvé bénéfice à émigrer ». Cela confirme ce que l’on peut constater dans des pays qui ont une plus longue expérience du retour comme la Grèce, le Portugal ou le Maroc. Les auteurs ont raison d’affirmer que « nous considérons le retour de migration comme la partie invisible d’une dualité unique, souvent sous-estimée ou négligée par les décideurs politiques, l’analyse universitaire et le discours public dans les pays d’accueil. »

11Voici donc un petit livre riche en études de cas, agréable à lire et susceptible d’ouvrir des champs de recherches plus larges aux géographes. La connaissance de notre monde en plein bouleversement global aurait bien besoin de l’apport d’études plus vastes, tant sur le plan régional, que sur celui des flux de populations et des relations intra-européennes.

Top of page

Notes

1 À l’époque ottomane, le kurbet était une migration provisoire ou saisonnière – à destination de Constantinople notamment – de jeunes gens qui partaient se constituer un pécule avant de revenir au village.La montagne représentée comme l’espace des hommes libres s’oppose à la plaine, domaine des exploiteurs et de leurs serfs. Cette similitude de représentation est commune aux Grecs et aux Albanais.

2 La montagne représentée comme l’espace des hommes libres s’oppose à la plaine, domaine des exploiteurs et de leurs serfs. Cette similitude de représentation est commune aux Grecs et aux Albanais.

3 Il est intéressant de noter que le fait de manger avec ses doigts est un stéréotype très fréquent à l’encontre des Albanais, notamment de la part des Serbes du Kosovo.

Top of page

References

Electronic reference

Michel BOUILLET, « The New Albanian Migration, recueil de textes rassemblés par Russell King, Nicola Mai et Stéphanie SchwanderSievers », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2008, connection on 19 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/563

Top of page

About the author

Michel BOUILLET

Géographe, Professeur agrégé, docteur.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page