Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Méditerranée : 250 millions d’années d’évolution, Morhange Ch.

(2007), aquarelles de J.-M. Gassend, éditions de la Nerthe, 119 p., ISBN-10: 2913483429, ISBN-13: 978-2913483422, 40 euros
Jean Guilaine
p. 128-129
Bibliographical reference

Morhange Ch. (2007), Méditerranée : 250 millions d’années d’évolution, aquarelles de J.-M. Gassend, éditions de la Nerthe, 119 p., ISBN-10: 2913483429, ISBN-13: 978-2913483422, 40 euros

Full text

1Qui a su résister à la séduction des paysages méditerranéens, aux effets de cette chimie mêlant azur céleste, vert des pinèdes et blancheur du calcaire ? Qui n’a été sensible aux criques ensoleillées, à la majesté des temples antiques, aux citadelles haut perchées, aux pittoresques villages accrochés à la rocaille ? Qui ne s’est fourvoyé devant une photographie ou un tableau en situant en Grèce un paysage provençal, maltais, apulien ou chypriote ? Voilà bien quelques dénominateurs communs qui fondent l’unité méditerranéenne. Unité de façade, piège de l’esprit et de l’imaginaire, tant la mer et ses terres savent nous envoûter par leur magique perversion. Et c’est pour cela que nous aimons la Méditerranée.

2Il serait pourtant superficiel de considérer cet espace comme un décor figé, musée mi-naturel, mi-humanisé, une sorte de grand parc touristique dont les plages attirent toujours plus des urbains pollués en quête de lumière. Car la mer ne cesse de bouger. Elle vit depuis la nuit des temps une très longue histoire, plongeant ses origines dans les soubresauts de formation de la planète. Puis le cadre géographique en étant à peu près fixé, voici qu’un nouveau venu, l’homme, en explore les contours, puis les îles, se met enfin à opérer sur son environnement des chambardements dont la mer et le paysage ne cesseront de subir les à-coups. La Méditerranée est donc bien un être vivant.

3Cet ouvrage a donc ceci d’original : il tente, à partir d’exemples ciblés, de nous faire toucher du doigt les évènements passés ou actuels de ces métamorphoses. L’invitation au voyage par le texte et l’image de Christophe Morhange et de Jean-Marie Gassend sort des sentiers battus. Les aquarelles nous livrent des éclairages insolites et enchanteurs. Le texte nous décrit une histoire qui se chiffre en centaines de millions d’années. Car avant d’être une mer fermée, la Méditerranée fut une sorte d’océan dont une partie, compressée entre la plaque africaine et la plaque eurasiatique, s’est muée en hautes montagnes. De cette prise en étau, insérée dans une histoire géologique de temps long, les volcans sont les sentinelles de veille et leur fureur se rappelle périodiquement à la mémoire des hommes : Santorin vers -1600, Etna en -121, Vésuve en 79.

4La disparition en masse des dinosaures du Secondaire puis, au Tertiaire, le développement des mammifères ouvrent une nouvelle page de l’histoire de la mer. Il fut même un temps où Gibraltar se ferma et où la Méditerranée, asséchée, se trouva réduite à un chapelet de cuvettes. On imagine à peine le creusement, l’affouillement que durent effectuer tous les cours d’eau tributaires pour atteindre leur profil d’équilibre ! Les gorges de l’Ardèche sont un bon témoin de ces profonds encaissements en milieu karstique.

5Les oscillations quaternaires eurent aussi leurs incidences. Au cœur des froids würmiens, la mer se retire, la terre s’étale. Vienne le réchauffement et la fonte des glaces s’amorce, la mer, par effet retour, envahit à nouveau les côtes basses. Enfin, après le Néolithique, les apports sédimentaires, souvent imputables à l’activité agricole, la font à nouveau reculer. Jusques à quand ? Le réchauffement pourrait la rendre à nouveau conquérante.

6Ce livre traite aussi du face à face historique entre la mer et l’homme. Ce dernier ne s’est pas contenté de façonner à sa guise les paysages côtiers. Dans sa mégalomanie, il croit avoir dompté la mer elle-même. Erreur, car il est la première victime de ses propres agressions : bétonnage inconsidéré des plages, rejets nocifs, pollutions maritimes, atteintes à la biodiversité.

7Et pourtant la Méditerranée reste encore un trésor économique, culturel, esthétique. L’homme l’apprendra-t-il à ses dépens ? Cet ouvrage est aussi une invitation à préserver cet espace créatif, lui qui inspira parmi les plus grandes civilisations de la planète.

Top of page

References

Electronic reference

Jean Guilaine, « Méditerranée : 250 millions d’années d’évolution, Morhange Ch. », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2008, connection on 18 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/571

Top of page

About the author

Jean Guilaine

Professeur au Collège de France

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page