Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Communicare la memoria del Mediterraneo, Gravina F., Cibecchini F., Hesnard A., éds.

(2007), actes du colloque international de Pisa, région Toscane, collection du Centre Jean Bérard, 24, Naples/Aix-en-Provence, 322 p.
Christophe Morhange
p. 130
Bibliographical reference

Gravina F., Cibecchini F., Hesnard A., éds., (2007), Communicare la memoria del Mediterraneo, actes du colloque international de Pisa, région Toscane, collection du Centre Jean Bérard, 24, Naples/Aix-en-Provence, 322 p.

Full text

1Ce livre correspond à la suite logique des quatre volumes de la série ANSER (programme européen Anciennes Routes Maritimes Méditerranéennes qui s’est déroulé entre 2002 et 2004) qui présentait les travaux du projet pluridisciplinaire d’étude des ports et des routes maritimes durant l’antiquité. Ce recueil est constitué de 24 articles présentant, dans une première section, un panorama diversifié des expériences muséographiques récentes de mise en valeur du patrimoine archéologique sous-marin et littoral. Par exemple, B. Arnold montre comment le musée du Laténium en Suisse doit tout à l’obstination de quelques archéologues et à l’impulsion indirecte des travaux de sauvetage nécessités par le passage d’une autoroute. M. Morel-Deledalle rappelle la découverte des épaves antiques à Marseille et les différents choix muséographiques effectués depuis 1860. Les musées maritimes de Gênes (Musée Galata de la mer inauguré en 2004) et celui de la province d’Alicante (MARQ) sont aussi présentés dans le contexte de la rénovation récente des fronts urbains. Différents exemples de parcs archéologiques sont ensuite décrits, comme celui de Val di Cornia (région de Piombino, Italie) et d’Empurias (Catalogne). Ils semblent avoir produit des retombées touristiques notables et participent à l’éducation du grand public. Une deuxième section présente des éléments sur la valorisation du patrimoine à différentes échelles spatiales (Portugal, Venise, Toscane, Olbia en Sardaigne, parc sous-marin de Baia, Naples, Pise…). La question de la conservation des épaves est particulièrement difficile et différentes solutions ont été proposées. Comme le rappelle sagement M. Morel-Deledalle, chaque expérience de valorisation du patrimoine archéologique sous marin est « une intervention unique sur un objet unique ». Il ne faut éviter qu’une fois sa prestation réalisée le restaurateur abandonne l’objet archéologique et le conservateur à un sort incertain…. Différents projets de musée et de parc archéologique sont présentés dans une troisième section (Tipaza en Algérie, Larache-Lixus au Maroc, Andalousie, Malte, Livourne…). Afin de diffuser la connaissance à un large public et rendre l’héritage accessible, différentes solutions sont proposées comme des plongées sous-marines, des expositions, des sites aménagés qui permettent une meilleure contextualisation et même des reconstitutions.... Des résumés en quatre langues (anglais, français, espagnol, italien) permettent une lecture aisée de cet ouvrage utile, qui reflète bien le dynamisme de la communauté des archéologues sous-marins. Espérons que les édiles liront cet ouvrage et sauront préserver la richesse culturelle et naturelle de ces fronts de mer afin de conserver la mémoire pluri-millénaire de la Méditerranée.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « Communicare la memoria del Mediterraneo, Gravina F., Cibecchini F., Hesnard A., éds. », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2008, connection on 20 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/575

Top of page

About the author

Christophe Morhange

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page