Skip to navigation – Site map
Introduction

Géoarchéologie en Méditerranée

Programmes ArchéoMed-PaléoMed
Antoinette HESNARD, Nick Marriner and Christophe Morhange
p. 11-13

Full text

1La thématique retenue pour ce numéro est tournée vers l’analyse spatiale de dynamiques géoarchéologiques, à différentes échelles spatiales et temporelles en Méditerranée en domaine fluvial, littoral et sous-marin. Ce numéro est dédié en hommage à Mireille Provansal qui a beaucoup œuvré pour l’approche pluridisciplinaire en géographie physique et en archéologie des paysages. Il présente certains acquis scientifiques du projet ARCHEOMED (dont le chef de file était la Regione Toscana, Francesco Gravina), dans le cadre du programme européen Interreg IIIB MEDOC, sous la direction d’Antoinette Hesnard pour le partenariat français et la direction de la partie scientifique et du programme ANR en cours PALEOMED sous la direction de Christophe Morhange.

2Ce nouveau numéro fait suite à plusieurs publications précédentes de la revue Méditerranée. En 1995, nous avions déjà publié un volume consacré aux paléoenvironnements et aux origines de la cité grecque de Marseille (Méditerranée, 1995, vol. 82). En 1998, M. Provansal et P. Leveau éditaient un numéro sur l’archéologie et les paléopaysages, invitant à réfléchir sur le terme de géoarchéologie (Méditerranée, 1998, vol. 90). Les articles couvraient la France méditerranéenne et la Catalogne. En 2000, un numéro thématique était consacré aux paléoenvironnements des ports antiques (Méditerranée, 2000, vol. 94). En 2005, une publication traitait de la géoarchéologie des environnements littoraux à plus petite échelle (Méditerranée, 2005, vol. 104). En 2007, le numéro 108 abordait la question des paléo-risques littoraux en présentant principalement le problème des variations lentes ou instantanées du niveau marin. Enfin, le volume 112 (2010) développait des résultats récents de la recherche géoarchéologique en Italie. Cette publication s’inscrit donc dans cette série consacrée aux rapports des sociétés et de leur environnement envisagés dans la perspective historique. Elle présente un nouvel aperçu de la collaboration entre sciences historiques et sciences de l’environnement.

3Nous avions comme quatre principaux objectifs de publications (1) des résultats inédits comme ceux concernant, par exemple, le bassin portuaire d’Ampurias en Catalogne ou l’évolution du lac Mariout en Égypte, (2) des tentatives de synthèse comme les interactions entre les sociétés et l’environnement dans les Balkans depuis le Néolithique, les dynamiques géoarchéologiques appliquées à l’étude des fonds de vallée (3) des travaux exploratoires comme l’évolution géomorphologique des basses plaines littorales comme outil de compréhension des biais taphonomiques en archéologie, (4) des percées méthodologiques, comme l’utilisation du sonar multifaisceaux dans la reconnaissance d’anciens ports submergés et une application acoustique nouvelle à l’origine de relevés 3D de sites archéologiques sous-marins.

4La première partie traite de « l’histoire des fleuves » et comprend trois articles abordant les dynamiques paléoenvironnementales et géoarchéologiques au fil de l’eau.

5Une introduction critique de Philippe Leveau replace ces travaux dans leurs contextes culturels et insiste sur la difficulté des approches pluridisciplinaires en dressant un bilan un peu mitigé des apports des disciplines naturalistes à la recherche archéologique.

6L’article de G. Arnaud-Fassetta présente une synthèse des recherches géomorphologiques et géoarchéologiques appliquées à l’étude des fonds de vallée en milieu rural et urbain dans les plaines deltaïques en s’appuyant sur quelques exemples bien étudiés (Mississippi, Pologne, Rhône, Italie…). Ces recherches tentent de déterminer les facteurs contrôlant l’évolution des milieux physiques et ses interactions avec les sociétés. Sa tentative de synthèse met en évidence des fluctuations paléohydrologiques plus ou moins synchrones depuis le Post-Glaciaire, pouvant aboutir à une périodisation de l’aléa de crue en termes de fréquence et de magnitude, et permet d’évaluer la vulnérabilité des sociétés face aux contraintes hydroclimatiques.

7Dans un autre contexte climatique, É. Fouache et M. Ghilardi montrent comment, au cours des cinquante dernières années, de nombreuses études paléoclimatiques et géoarchéologiques se sont focalisées sur la péninsule balkanique. Les recherches se sont intéressées aux relations entre l’évolution des paléoenvironnements et l’adaptation des sociétés à la mobilité des paysages. Les auteurs proposent une synthèse des relations homme-milieu en Grèce et en Albanie. Entre 9 000 et 5 000 ans BP, le processus de néolithisation a conduit à des défrichements massifs à l’origine d’érosion accélérée des sols jusqu’à nos jours. De nombreuses baies ont été rapidement colmatées, enclavant les ports antiques.

8Dans un troisième article, J.-M. Carozza pose la question de l’évolution géomorphologique des basses plaines littorales comme outil de compréhension des biais taphonomiques en archéologie. Il propose d’étudier l’architecture des basses plaines alluviales languedociennes et leur évolution dans le temps comme facteur d’explication du biais taphonomique à petite échelle. Il montre que les conditions de préservation des sites archéologiques sont partiellement contrôlées par l’architecture des dépôts, qui répondent principalement aux modifications du niveau de base et au détritisme. Cette approche conduit à diviser les basses plaines en entités homogènes du point de vue des conditions de l’archivage sédimentaire et d’envisager au sein de chacune d’elles les conditions de préservation de l’information archéologique.

9La seconde partie comprend sept articles abordant les dynamiques paléoenvironnementales et géoarchéologiques littorales.

10À l’échelle régionale, P. Carmona etal. présentent l’évolution du littoral à Valence (Espagne) depuis 6 000 ans avec les divagations du fleuve Turia et la question de la régularisation et de la métamorphose du rivage. Les auteurs différencient trois étapes dans l’histoire du peuplement littoral en relation avec la mobilité des environnements. Les Âges du Bronze et du Fer sont caractérisés par des milieux lagunaires étendus. Dans la seconde étape, des sédiments d’inondation et la formation des levées ont eu lieu aux périodes ibérique et romaine républicaine. Enfin, les barrières littorales se sont développées et un processus accéléré de colmatage a eu lieu dans les marécages et la lagune de l’époque impériale au Moyen Âge. À une échelle spatiale comparable, C. Flaux décrit l’histoire géomorphologique du lac Maryût (Égypte) depuis 3 000 ans. Le Maryût, bassin lacustre qui baigne la façade sud de la cité d’Alexandrie, constitue la marge occidentale de la ceinture lagunaire du delta du Nil. Il est actuellement le bassin réceptacle de tout le système d’irrigation, de drainage et de rejet des eaux industrielles et urbaines de la partie nord-occidentale du delta. Cette artificialisation totale du Maryût est une expression de la croissance économique, industrielle et démographique que connaît la cité d’Alexandrie depuis le début du xixe siècle. Cette pression contemporaine sur le bassin lacustre n’est pas singulière dans l’histoire environnementale du Maryût. La cité d’Alexandrie, fondée en 331 avant notre ère, a su dès le début de son histoire exploiter son arrière-pays lacustre. Au cours de la période hellénistique et avec un apogée pendant les périodes romaine et tardo-romaine, le bassin a constitué un axe essentiel pour le transport de marchandises et de personnes entre Alexandrie et le delta du Nil d’une part, et avec son arrière-pays agricole d’autre part.

11À grande échelle, soit l’échelle du site archéologique ou du bassin portuaire, nous avons regroupé cinq communications sur des sites inédits. G. Bony etal. abordent la géoarchéologie des ports antiques d’Ampurias (Catalogne). Cette cité située sur la marge sud de la plaine deltaïque des fleuves Fluvia et Muga, dans le golfe de Rosas, a fait l’objet de nombreuses fouilles archéologiques depuis plus d’un siècle. Trois villes antiques ont été découvertes ainsi qu’une zone portuaire qui aurait servi aux colons grecs. Une campagne de carottages a été organisée afin de valider l’existence du port grec, de comprendre l’évolution de la plaine deltaïque et son incidence sur le colmatage du bassin portuaire. L’analyse granulométrique d’une carotte prélevée dans la zone du « port grec » a permis de caractériser l’environnement du bassin qui s’apparentait à un milieu marin plutôt battu. Ces données sédimentologiques sont discutées avec des données géo électriques. Les résultats obtenus soulignent trois problèmes majeurs concernant la fonctionnalité de ce prétendu bassin : l’accessibilité délicate, le mode battu de son environnement ainsi que la faiblesse de sa colonne d’eau. On peut donc émettre de sérieuses réserves quand à l’utilisation du « port grec » comme bassin protégé. Il s’agissait d’un port ouvert sous la forme d’une plage de poche.

12À Megara Hyblea (Sicile), P. Tiralongo montre comment l’analyse géomorphologique conjuguée aux données archéologiques a permis une étude plus approfondie de la ligne de côte et de la question de l’emplacement du port antique de Megara Hyblaea. En étudiant les sources historiques, topographiques, archéologiques et avec le support de l’étude géomorphologique, l’auteur écarte l’hypothèse de la présence d’un ancien port dans l’anse de l’Arenella. Il propose une évolution de la ligne de côte de l’embouchure du Cantera. et restitue un tableau du système portuaire de Megara Hyblaea.

13L’article de P. Melli etal. présente des données nouvelles liées à l’évolution historique du littoral de la ville de Gênes (Ligurie). L’étude intégrée a été réalisée dans les secteurs de Portofranco et sous la place de la Vittoria. Les résultats permettent de décrire les modifications des différents secteurs côtiers depuis la période préhistorique. Les données géoarchéologiques mettent en évidence l’existence d’un système portuaire organisé. En particulier, au cours de la période préhistorique, l’embouchure de la rivière Bisagno a probablement été utilisée comme zone portuaire jusqu’à son colmatage, puis délaissée au profit du vieux port.

14Apollonia du Pont (Baralis etal.) fait l’objet d’une note intéressante du fait de la quasi-absence de publications sur ce site de mer Noire, en démontrant la présence du tombolo antérieure à la colonisation grecque du viie siècle av. J.-C. La façade NO de ce tombolo est l’emplacement le plus favorable pour permettre l’acostage des navires et installer un port.

15Enfin, N. Carayon discute de l’organisation spatiale des agglomérations phéniciennes insulaires en interrogeant un « modèle » tyrien. En effet, l’utilisation des îlots à proximité de la côte pour établir une agglomération portuaire apparaît à plusieurs reprises dans le monde phénicien.

16La troisième partie est probablement la plus novatrice en abordant la question des recherches sous-marines.

17P. Drap et A. Caiti présentent une méthodologie acoustique et optique nouvelle pour une étude bathymétrique et des relevés 3D de sites archéologiques sous-marins, qui permet d’étudier les fonds marins au delà de 60 mètres, limite légale de la plongée en scaphandre autonome en France. En contrepoint, la technologie sonar multifaisceaux a été élaborée pour examiner en détail les fonds marins. Elle offre un positionnement précis et d’excellentes images 3 D. Ces images sont utilisées dans l’article de Stanley etal. pour explorer la zone de Capo Colonna-Punta Scifo en Calabre (Italie du Sud). Les auteurs montrent comment le sonar multifaisceaux peut aider à résoudre des problèmes d’identification et de mobilité du fond marin. Les structures identifiées peuvent correspondre à une installation portuaire grecque. Elles traduiraient alors une submersion d’environ 10 m qui reflèterait d’éventuels glissements.

Top of page

References

Electronic reference

Antoinette HESNARD, Nick Marriner and Christophe Morhange, « Géoarchéologie en Méditerranée », Méditerranée [Online], 117 | 2011, Online since 31 December 2013, connection on 25 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/5871

Top of page

About the authors

Antoinette HESNARD

Aix-Marseille-Université, CNRS

By this author

Nick Marriner

géographe, université d’Aix-Marseille, CEREGE, marriner@cerege.fr

By this author

Christophe Morhange

géographe, université d’Aix-Marseille, CEREGE, morhange@cerege.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page