Skip to navigation – Site map
Études de cas au niveau de base

Connexion de la région lagunaire d’Alexandrie au Nil depuis 2 000 ans : entre contrôle anthropique et forçage naturel

Alexandria’s lagoonal hinterland and its connection to the Nile since 2000 BP: human impacts and natural forcing agents
Clément Flaux
p. 73-79

Abstracts

This paper sheds new light on human-environment interactions in the lagoonal hinterland of Alexandria. The Maryut is located on the western margin of the Nile delta. Recent sedimentological work has reconstructed the environmental evolution of the lagoon during the past 2000 years. We describe four phases: (1) a fluvial‑dominated lagoon between the 3rd and the 10th centuries AD; (2) the gradual aridification of the lagoon towards a sebkha-like environment from the 10th to the 13th centuries AD; (3) a fluvial-dominated lagoon from the 13th century AD; and (4) a second gradual dessication between the 17th and the 18th centuries AD. Two main forcing agents are recognised, operating at two different timescales. During the period studied, the gradual silting-up of the Canopic branch of the Nile induced a general aridification of the basin. At secular timescales, the development and abandonment of the irrigation system appear to be respectively correlated with the flooding and the drying-up of the basin. The Maryut’s sedimentary record therefore closely mirrors the occupation history of the Alexandria hinterland.

Top of page

Full text

L’auteur remercie le CEAlex (CNRS – USR 3134) pour le soutien technique et logistique. L’étude a été financée en partie dans le cadre du projet PALEOMED de l’ANR. Les datations au radiocarbone ont été financées par le programme Artemis – INSU. Le partenariat EGIDE IMHOTEP a financé les déplacements en Égypte pour la réalisation des missions de terrain.

1Ce travail s’insère dans la thématique de recherche géoarchéologique sur les interactions entre les dynamiques socio-économique et environnementale de la région d’Alexandrie en Égypte. La lagune du Maryût baigne la façade sud d’Alexandrie et constitue la marge occidentale de la ceinture lagunaire du delta du Nil. Sa configuration actuelle est aujourd’hui la conséquence d’une anthropisation galopante, entre bonifications de terres agricoles, poldérisation, industrialisation, installation de fermes piscicoles et de marais salants (fig. 1 ; Awad, 2009 et 2010).

Fig. 1 - Unités géomorphologiques et utilisation du sol actuelle dans la marge nord-ouest du delta du Nil

Fig. 1 - Unités géomorphologiques et utilisation du sol actuelle dans la marge nord-ouest du delta du Nil

Sont représentées également la position des carottages (rond noir) et les coupes stratigraphiques (cercle noir) étudiées dans Flaux 2012. Le Maryût est la lagune occidentale du littoral du delta du Nil. Sa topographie est contrainte par la présence de rides littorales pléistocènes (El-Asmar et Wood, 2000) qui constituent la marge deltaïque dans ce secteur. Aujourd’hui le Maryût est le bassin réceptacle de tout le système d’irrigation, de drainage et de rejets des eaux industrielles et urbaines de la partie nord occidentale du delta. Le bassin principal reçoit huit millions de m3 par jour, qui sont quotidiennement pompés et rejetés vers la mer (ALAMIM PROJECT, 2007). Environ 80 % de son ancien bassin est drainé par un réseau très dense de canaux qui ont permis sa mise en valeur agricole (Awad, 2009 et 2010). Le bras occidental encore en eau est divisé par des digues et des routes en de nombreux sous-bassins à vocation piscicole et de production de sel (fig. 1). Cette artificialisation totale du Maryût est une expression de la croissance économique, industrielle et démographique que connaît la cité d’Alexandrie depuis le règne de Méhémet Ali au début du xixe siècle (Empereur, 1998)

Croquis établi d’après images satellites Google Earth, image radar (mission SRTM), prospections de terrain, travaux de cartographie du lac Maryût actuel de Awad, (2009 et 2010) et rapport de la commission ALAMIM PROJECT (2007)

2La cité d’Alexandrie, fondée en 331 avant notre ère, a su dès le début de son histoire exploiter son arrière-pays lacustre. Au cours de la période hellénistique, avec un apogée pendant les périodes romaines et byzantines, le bassin constitue un axe essentiel pour le transport de marchandises (Empereur 1998, Rodziewicz, 1998). Le système d’irrigation étend les zones cultivées par la bonification des terres marécageuses et désertiques de la marge occidentale du delta (Redon, 2007). Les données historiques et archéologiques attestent de la densité de l’occupation des rivages du Maryût, tournée vers une économie d’exportation qui est à son apogée entre le iiie et le viie siècle A.D ; (Redon, 2007 ; Blue et Khalil, 2010 ; Blue et Khalil, sous presse). Elle va chuter brutalement peu après la conquête arabe au viie siècle de notre ère (Décobert, 2002) et le dynamisme économique de la région d’Alexandrie varie avec une tendance au déclin. Ce synopsis de l’histoire de l’occupation humaine dans l’environnement deltaïque littorale d’Alexandrie depuis ~2400 ans suggère un impact important sur la lagune du Maryût. Notre objectif est de reconstituer précisément l’histoire environnementale de la lagune pendant cette période. Nous avons utilisé les archives bio-sédimentaires de la séquence stratigraphique du bassin du Maryût, complétées par des sources historiques. La séquence étudiée s’étend entre le iiie et le xviiie siècle AD. En complément des recherches récentes sur l’histoire médiévale d’Alexandrie qui témoignent d’un intérêt nouveau pour cette période (Empereur et Décobert, 1998 ; Décobert, 2002 ; Empereur et Décobert, 2008), cet article est une synthèse bibliographique qui propose une lecture des interactions hommes-milieux dans la région d’Alexandrie.

1 - Évolution environnementale de la marge nord occidentale du delta du Nil depuis 2 000 ans

3Le bassin du Maryût est une vaste plaine côtière déprimée, située plus bas que la plaine deltaïque du Nil (Hume and Hughes, 1921 ; Warne et Stanley, 1993 ; Goodfriend et Stanley, 1996 ; Flaux et al., sous presse). La bathymétrie du bassin est également situé sous le niveau de la mer, séparé d’elle par un cordon littoral fossile pléistocène (ride II ou Abousir, fig. 2 ; El-Asmar et Wood, 2000) mais une connexion existe actuellement à hauteur d’El-Mexx (fig. 1 et 2).

Fig. 2 - carte du relief de la marge nord-occidentale du delta, séquence stratigraphique selon un transect est-ouest (sections M4 et M3, carottages M12 et M14) et reconstruction des principaux changements environnementaux de la lagune du Maryût (Flaux, 2012).

Fig. 2 - carte du relief de la marge nord-occidentale du delta, séquence stratigraphique selon un transect est-ouest (sections M4 et M3, carottages M12 et M14) et reconstruction des principaux changements environnementaux de la lagune du Maryût (Flaux, 2012).

Le bassin étudié est compris entre la ride II au nord et la ride IV au sud qui affleure sous forme d’îlots au sein de la dépression du Maryût. L’enregistrement sédimentaire étudié ici correspond à la partie haute de la stratigraphie du Maryût. La surface isochrone datée entre le xie et le xiie siècle B.C (Flaux et al., sous presse) est située entre 3,5 et 5,5 m sous le niveau moyen de la mer (SNMM) et est marquée par un hiatus sédimentaire. Pendant l’Antiquité, les sites archéologiques établis à proximité des rivages se distribuent autour de l’isocontour 0 mètre SNMM (Empereur et Picon, 1998 ; Wilson 2010). Le plan d’eau s’étend alors à plus de 20 km au sud de l’alignement d’îlots issus de l’affleurement de la ride IV (Wilson, 2010). L’étude sédimentologique montre la récession maximale du plan d’eau jusqu’à environ 3,5-3,75 m SNMM, vers les xiie-xiiie siècle et xviie-xviiie siècle. Cette fluctuation importante multiséculaire du rivage trouve un écho à l’échelle annuelle dans les récits des voyageurs qui décrivent entre le xvie et le xviie siècle le bassin du Maryût depuis le panorama sur la colline du site archéologique de la colonne de Pompée.

Sources : carte topographique au 1:100000, feuillet 92-48 Alexandria (1930). Generalstab des Heeres Abteilung für Kriegskunde und Vermessungswesen. Survey of Egypt. Archives Jana Helmbold.

4Au tournant de notre ère, Strabon décrit la double connexion du Maryût à la mer et au Nil, par un système de canaux. Selon ses propos, l’endroit [Alexandrie] est baigné par deux mers, au nord par la mer égyptienne, comme on la nomme, et au sud par le lac de Mareia, appelé aussi Maréôtis [Maryût] (Strabon, XVII, 7, in Yoyotte et al., 1997). Cette configuration hydrologique lagunaire va ensuite connaître une évolution tourmentée, qu’il faut mettre en relation avec celle de la branche Canopique (fig. 1), artère nilotique de toute la marge occidentale du delta.

1.1 - Colmatage de la branche Canopique

5Elle est la principale source d’eaux douces pour Alexandrie et le Maryût pendant toute l’Antiquité. Il apparaît établi que son chenal s’est lentement colmaté et que son débit liquide est passé peu à peu dans la branche de Rosette, située plus à l’Est (fig. 1 ; Guest, 1912 ; Cosson de, 1925 ; Toussoun, 1922 et 1926 ; Chen et al., 1992 ; Stanley et al., 2004a ; Ducène, 2004 ; Stanley et Jorstad, 2006). Ce processus serait initié dès le début de la période romaine, d’après des sources historiques analysées par Bernand (1970). Stanley et al., (2004b) ont montré que le lobe deltaïque de la branche Canopique s’est affaissé sous l’actuelle baie d’Aboukir vers le viiie siècle (fig. 1). La géographie historique du canal d’Alexandrie, dérivé de cette branche puis de celle de Rosette, permet de caractériser le colmatage progressif de l’amont vers l’aval de la branche Canopique entre le xe et le xive siècle (Hairy et Sennoune, 2006). L’étude des cartes anciennes, des relevés topographiques et des images satellites montrent que son tracé est resté visible au moins jusqu’au xixe siècle (Stanley et Jorstad, 2006). Au total, il apparaît que la disparition de la branche a été un processus graduel pour toute la période qui nous intéresse ici.

1.2 - Variabilité du plan d’eau du Maryût

6L’étude des paléo-environnements du Maryût repose sur le relevé de deux coupes stratigraphiques et deux carottages effectués dans la partie la plus déprimée du bassin (fig. 2), qui a enregistré les phases de bas niveau de la lagune. Les données sont détaillées dans Flaux, 2012. L’étude du contenu macro- et microfaunistique, des composants minéraux et des structures des dépôts sédimentaires, ainsi que des sources historiques, ont permis de mettre en évidence quatre phases majeures :

  1. après un hiatus sédimentaire qui reste actuellement énigmatique, la sédimentation reprend dans la partie centrale de la lagune du Maryût vers les ii‑iiie siècles AD. L’assemblage faunistique est mixte, associant des espèces typiquement lagunaires à des espèces adaptées à des conditions faiblement saumâtre. Le milieu est donc saumâtre et euryhalin, l’hydrologie du bassin est largement contrôlée par les débits du Nil. Cette phase semble se poursuivre au moins jusqu’aux ix‑xiiie siècles AD ;

  2. la phase suivante est caractérisée tout d’abord par la disparition de la macrofaune et la précipitation de gypse. Ce confinement du milieu va aboutir à un budget hydrologique déficitaire, identifié par la formation de croûtes d’évaporites (gypse et sel). Elles sont déposées en alternance avec des boues d’origine nilotique. Bien que le plan d’eau soit donc régulièrement alimenté par le Nil, et probablement également par la mer, c’est globalement une phase de très bas niveau du Maryût qui est enregistrée ici. Flaux (2012) estime que le plan d’eau peut atteindre 3,75 m sous le niveau moyen de la mer. Cette phase d’aridification progressive serait initiée vers le ix-xe siècle AD et se poursuit jusque dans le courant du xiiie siècle AD ;

  3. la troisième phase est caractérisée par un environnement à nouveau saumâtre et euryhalin, d’après le contenu faunistique. Par rapport à la phase précédente, on observe une remise en eau pérenne du bassin lagunaire, qui est initiée dans le courant du xiiie AD ;

  4. le précédent dépôt est également caractérisé par des processus post-dépositionnels attestant de la fluctuation de la position du rivage (gypse post-sédimentaire et présence de gastéropodes amphibies). Entre les xviie et xviiie siècles, le corpus de récits de voyageurs rassemblés par Sennoune (2008) permet également de dresser un portrait fluctuant du bassin du Maryût. D’après les descriptions compilées, trois paysages maréotiques dominants se dessinent : un vaste lac connecté au Nil, un bassin marécageux et une sebkha. Par ailleurs, certains voyageurs font état d’une connexion entre la mer et le Maryût, lequel devient alors une lagune. Au total, les observations (n=40) permettent d’esquisser une tendance générale à l’assèchement, effective à la fin du xviiie siècle AD lorsque les ingénieurs de l’expédition d’Égypte atteignent Alexandrie (Le Père, 1812), soit la seconde phase d’aridification de l’histoire environnementale du Maryût.

2 - Géoarchéologie du Maryût

7L’analyse sédimentologique et celle des données historiques mettent en évidence deux phases d’assèchement, séparées par une remise en eau du bassin. Cette succession caractérise trois phases majeures de modifications du budget hydrologique du Maryût. Il s’agit de replacer ces transitions environnementales dans un contexte géomorphologique (colmatage graduel de la branche Canopique), climatique (débits du Nil) et socio‑économique (mutations de l’occupation des rivages lacustres), avec la question latente de cette étude : quel lien existe-t-il entre la dynamique sociétale et les transformations de l’environnement lagunaire dans la région d’Alexandrie ?

2.1 - Retrait progressif de la marge nord‑occidentale du delta du Nil
depuis ~ 2 000 ans

8Pendant l’Antiquité, le Maryût est un vaste plan d’eau légèrement saumâtre, connecté au Nil par de multiples canaux ou branches secondaires et peut-être à la mer. C’est la branche Canopique qui alimente tout le réseau hydrographique de la Maréotide (Toussoun, 1922). La réduction des débits liquides dans cette branche serait initiée dès la période romaine. Bernand (1970) a suggéré que le prélèvement croissant d’eaux du Nil pour la cité d’Alexandrie a pu réduire le débit dans la branche et induire le colmatage à l’aval de cette prise d’eau, c’est à dire dans la bouche Canopique, qui ne sera jamais mentionnée par les géographes arabes (Toussoun, 1926). À ce prélèvement, il faut associer le captage des canaux (mais ce sont peut-être des branches secondaires de la Canopique), nombreux nous dit Strabon (XVII, 7, in Yoyotte et al., 1997), qui alimentent le Maryût. Il est ainsi possible que l’assèchement de la branche Canopique soit une conséquence de la dérivation d’une partie croissante de son flux liquide vers le réseau d’irrigation de la marge occidentale du delta, dont la mise en place et l’extension sont corrélatives du développement d’Alexandrie (Redon, 2007). La réduction du débit liquide induit le dépôt de la charge solide et une réduction de la pente, qui elle-même réduit le débit liquide, etc. Un tel processus a été mis en évidence sur la marge orientale du delta. La branche Mendésienne s’est colmatée à partir du iie siècle AD en partie en réponse à la dérivation de ses eaux via le système d’irrigation développé à la période romaine (Blouin, 2006). Les deux phases d’assèchement du bassin du Maryût mettent en évidence un lent processus d’aridification de la marge occidentale du Nil, très probablement corrélatif du déclin de la branche Canopique depuis ~ 2 000 ans.

2.2 - Le Maryût et la variabilité saisonnière et pluri-décennale du Nil

9Au sein d’une tendance générale à l’assèchement de la marge deltaïque occidentale du Nil, l’extension du plan d’eau du Maryût apparaît très fluctuante depuis 2 000 ans. L’analyse sédimentologique met en évidence des phases d’émersion ponctuelles, de proximité du rivage, ou encore l’alternance rapide de conditions lagunaire et évaporitique (Flaux, 2012). De même, les récits des voyageurs qui visitent Alexandrie et décrivent le bassin lagunaire, précisent la fluctuation rapide du plan d’eau (fig. 2). Par exemple, pendant l’été 1663, Edward Melton nous explique que l’on peut tirer du sel, amer, du lac Sebaca (aujourd’hui écrit sebkha). En février de l’année suivante, Jean de Thévenot décrit un palud qui s’étend à perte de vue. Puis l’hiver 1665, Antonio Gonzales observe un lac très vaste et large comme une mer. En 1668, Jacques‑Florent Goujon décrit un grand bras de mer en lieu et place du Maryût (vraisemblablement le bras occidental du bassin, entre les rides II et III), tandis que Delacroix, entre 1674 et 1676, évoque les vapeurs malsaines qui émanent du Maryût provoquant peste et fièvre dans la ville d’Alexandrie. Cette variabilité haute fréquence du plan d’eau est probablement déjà une contrainte d’occupation pendant l’Antiquité, liée à l’amplitude de la variation des débits du Nil, saisonnière et pluriannuelle du Nil (Kondrashov et al., 2005). Sozomen décrit en 380 AD l’inondation dramatique de la région du Maryût suite à une crue du Nil (in Goiran, 2001).

10À une échelle temporelle plus large, entre le ixe et le xve siècle AD, Hassan (2007) caractérise une succession de périodes de très haut et de très bas niveaux du Nil. Cette instabilité hydrologique trouve écho dans les archives historiques qui attestent pour cette période de fréquentes inflations des prix et de nombreuses famines en Égypte. Entre 930 et 1070, le nilomètre de Roda au Caire enregistre une succession de bas niveaux du Nil, en crue et à l’étiage. Cette phase a peut-être favorisé la mise en place d’un budget hydrologique déficitaire dans le bassin du Maryût, peu alimenté par le Nil (indépendamment du colmatage progressif de la Canopique). Cependant, alors qu’entre 1200 et 1350 AD une nouvelle phase de bas niveaux du Nil est enregistrée (Hassan, 2007), nos données montrent la reconnexion pérenne du Maryût au Nil. Cette remise en eau du bassin montre que la dynamique nilotique n’est pas le seul forçage de l’hydrologie du Maryût.

2.3 - Histoire environnementale du Maryût et dynamique de l’utilisation du sol entre le viie et le xviiie siècle

11La région d’Alexandrie connaît des bouleversements politiques important à partir du viie siècle AD Au début de ce siècle, un conflit armé entre les empereurs byzantins Phocas et Heraklius se déroula dans la région du Maryût (Rodziewicz, 1998). L’un des généraux se serait employé à boucher les canaux d’alimentation du bassin afin d’en réduire le plan d’eau. Cette réponse rapide, si elle eut bien lieu, illustre la dépendance à cette période de la pérennité de la lagune à l’entretien des canaux qui la relient au Nil. Le delta est envahi par les Perses en 619 AD, puis par les Arabes en 639-642 AD. Sur les rivages du Maryût, la carte archéologique pendant l’Antiquité dessinait une occupation très dense centrée autour du plan d’eau (Rodziewicz, 1998 ; Empereur, 1998 ; Blue, 2010 ; Blue et Khalil, 2011). La quasi totalité des sites sont délaissés après la conquête arabe. Tous les sites liés à l’économie d’exportation sont rapidement abandonnés (Décobert, 2002). Dans le contexte du déplacement de la capitale d’Alexandrie à Fûstat (près du Caire) et de l’abandon, lent mais inéluctable des voies fluviales (Décobert, 2002), le rôle d’axe de communication du Maryût devient rapidement négligeable. Shortland et al. (2006) dressent la liste d’une série de troubles politiques, de rébellions et de révoltes dans le delta occidental entre le viie et le ixe siècle AD, et font état de sévères incursions Berbères en provenance du désert occidental dans le cours du ixe siècle AD. À la même époque, la construction à Alexandrie d’une nouvelle enceinte fortifiée déconnecte complètement la ville de sa façade lagunaire (Haas, 2001). Enfin, d’après un chroniqueur arabe de la seconde moitié du xe siècle AD, Toussoun (1926) décrit une importante récession agricole à l’échelle de la partie nord du delta, qu’il attribue à des carences de la maintenance des canaux d’irrigation. De la même manière, il est très plausible que l’assèchement du bassin du Maryût initié vers le ixe-xe siècle AD soit la conséquence sur le long terme de l’abandon au moins partiel du système d’irrigation de la marge ouest du delta, dans le contexte d’importants troubles politiques et changements socio-économiques qui affectent la région d’Alexandrie entre le viie et le ixe siècle AD. Le colmatage progressif des drains et canaux induit la réduction des flux d’eaux depuis le Nil jusqu’à la dépression du Maryût dont le budget hydrologique devient dominé par l’évaporation.

12À la fin du xiie siècle AD, le chroniqueur Abul Hassan al-Makhzoumi décrit le processus d’irrigation pendant la crue du Nil de la région de la Béhéra (in Toussoun, 1926), à l’ouest de la branche de Rosette (fig. 1). Toussoun (1926) reporte également le curage d’un important canal de la Béhéra entre 1263 et 1265 AD sous le règne du sultan mamelouk al-Zahir Baybars. Ces documents traduisent la reprise d’une activité agricole dans la Béhéra, et nous suggérons en première interprétation que cette dynamique a pu induire la terminaison du fonctionnement évaporitique du bassin du Maryût, à travers des travaux d’irrigation dans la région.

13D’après deux enregistrements fiscaux datés de 1315 et 1528, Michel (2002) montre que durant cette période, de nombreux villages de la Béhéra régressent significativement ou sont désertés et que la surface cultivée diminue de moitié. La région est affectée par des crises démographiques importantes dues aux ravages de la peste, ainsi qu’en Europe à la même période. Également, dans les premières années de la période ottomane (à partir de 1517), il y a une migration démographique importante des marges vers le centre du delta. Les principaux facteurs de ce processus de désertification ne sont donc pas propre à la Béhéra, mais, plus spécifiquement, il apparaît que c’est la partie occidentale de la région qui est la plus touchée. Michel (2002) suppose que c’est sa situation marginale, en terminaison de la chaîne hydraulique, c’est à dire sous la dépendance du fonctionnement du système d’irrigation à l’amont, qui a favorisé un déclin plus important. Nous suggérons que le second assèchement à partir du xiie siècle AD du Maryût, réceptacle de toutes les eaux d’irrigation de la Béhéra, soit la traduction hydrologique sur le long terme du déclin démographique et agricole de la Béhéra. La marge nord occidentale du delta sera ensuite à nouveau connectée au Nil à partir de travaux d’irrigation de grande ampleur initiés avec l’impulsion économique d’Alexandrie sous le règne de Méhémet Ali au début du xixe siècle (Empereur, 1998).

Conclusion

14Cosson (1935) avait supposé l’assèchement du Maryût dans le courant du xiie siècle. Notre étude permet de préciser l’histoire environnementale complexe du bassin depuis environ 2 000 ans. Entre le ii‑iiie et le viii‑ixe siècles AD, ainsi qu’entre le xiiie et le xvie siècle AD, le bassin est connecté au Nil, le milieu est saumâtre et euryhalin. Deux phases d’aridification sont mises en évidence, entre le ixe-xe et le xiiie puis entre le xvie et le xviiie siècles AD. Nous identifions trois type de processus fonctionnant à trois échelles de temps différentes qui peuvent expliquer cette histoire environnementale :

  1. sur le temps long, le déclin de la branche Canopique depuis la période romaine jusqu’au xixe siècle a induit la récession graduelle de la marge occidentale du delta. Il est possible que la réduction des débits liquides dans la branche soit le corollaire de la dérivation des eaux douces destinées à Alexandrie et son arrière pays agricole ;

  2. à une échelle pluri-séculaire, il est apparu que ces deux phases d’aridification du bassin sont la conséquence plausible de récession démographique et agricole dans la Béhéra induisant l’abandon au moins partiel du système d’irrigation ;

  3. la variabilité pluri-décennale, annuelle et saisonnière du Nil constitue probablement un facteur essentiel de la mobilité des rivages du Maryût, mais la résolution spatio‑temporelle de nos données ne permet ni de quantifier cette mobilité ni d’en estimer l’impact sur l’occupation du sol.

15La gestion du réseau hydrographique est apparue comme un facteur prédominant dans l’évolution du Maryût. Hairy et Sennoune (2006) ont montré combien le canal d’Alexandrie, voie fluviale et ressource d’eaux douces pour la ville, a nécessité un entretien permanent (curage notamment) par les autorités en place. Les changements environnementaux du Maryût, loin d’être un déterminisme à l’évolution de la dynamique socio-économique de la région d’Alexandrie, en seraient plutôt la conséquence et en constituent un outil de lecture.

Top of page

Bibliography

Alamim Project, (2007), Alexandria Lake Maryut Integrated Management, Alexandria, Egypt, stockaking analysis, background material, Workshop report, Alexandria 2007, 263 p.

Awad I., (2009), Lac Mariout : L’eau dans tous ses états cartographiques, in Hairy I. (éd.), Du Nil à Alexandrie: Histoire d’eaux, éd. Harpocrates, Alexandrie, p. 190-205.
—, (2010), A study of the evolution of the Maryut Lake through maps, in Blue L., Khalil E., eds, Lake Mareotis: Reconstructing the Past, BAR international series 2113, Oxford, p. 11‑33.

Bernand A., (1970), Le delta Égyptien d’après les textes grecs. 1- les confins Libyques. IFAO, Le Caire, p. 61‑145

Blouin K., (2006), Homme et milieu dans le nome mendésien à l’époque romaine (ier au vie s.), thèse, Université de Nice Sophia Antipolis, France et de Laval, Québec, 558 p.

Blue L., Khalil E., (2010), Lake Mareotis: Reconstructing the Past. Proceedings of the international conference on the archaeology of the Mareotic region held at Alexandria University, Egypt, 5th-6th april 2008. University of Southampton Series in Archaeology 2, Bar international series 2113, Oxford, 156 p.

Blue L., Khalil E., (eds), (2011), A multidisciplinary approach to Alexandria’s economic past: The Mareotis Case Study, Southampton Monograph Series, Oxford Edited book.

Chen Z., Warne A.G., Stanley J.D., (1992), Late quaternary evolution of the northwestern Nile Delta between the Rosetta promontory and Alexandria, Egypt, Journal of Coastal Research 8,(3), p. 527‑561.

Cosson De A., (1935), Mareotis, being a short account of the history and ancient monuments of the north-western desert of Egypt and of lake Mareotis, London: Morisson and Gibb, Ltd, 219 p.

Décobert C., (éd.), (2002), Alexandrie médiévale 2, Études Alexandrines, 8, Le Caire, 194 p.

Décobert C., (2002), Maréotide médiévale. Des bédouins et des chrétiens, in C. Décobert (éd.), Études Alexandrines, 8, Alexandrie médiévale 2, Le Caire, IFAO, p. 127‑167.

Ducène J.-C., (2004), Le delta du Nil dans les cartes d’Ibn Hawqal, Journal of Near Eastern Studies, 163(4), p. 241‑256.

El-Asmar H.M., Wood P., (2000), Quaternary shoreline development: the northwestern coast of Egypt, Quaternary Science Reviews, 19, p. 1137‑1149.

Empereur J.-Y, (1998), Alexandrie redécouverte, Fayard, Paris, 255 p.

Empereur J.-Y., Décobert C. (éds), (1998), Alexandrie médiévale 1, Études Alexandrines, 2, Le Caire, IFAO, 355 p.
—, (2008), Alexandrie médiévale 3, Études Alexandrines, Le Caire, IFAO, 16, 367 p.

Empereur J.-Y., Picon M., (1998), Les ateliers d’amphores du lac Mariout, in Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, Bulletin de Correspondance Hellénique, 33, p. 75‑91.

Flaux C., (2012), Paléo-environnements littoraux Holocène du lac Maryut, nord-ouest du delta du Nil, Egypte, Holocene coastal palaeo-environments of the Maryut lake in the northwestern Nile delta, Egypt, thèse de doctorat en géographie, Aix-Marseille Université, 3 volumes.

Flaux C., Morhange Ch., Marriner N., Rouchy J.-M., (sous presse), Bilan hydrologique et biosédimentaire de la lagune du Maryût (delta du Nil, Égypte) entre 7800 et 3100 ans cal. B.P., Géomorphologie.

Goiran J.P., (2001), Recherches géomorphologiques dans la région littorale d’Alexandrie en Égypte, thèse de doctorat en géographie physique, Université de Provence, 264 p.

Goodfriend G.A., Stanley D.J., (1996), Reworking and discontinuities in Holocene sedimentation in the Nile Delta: documentation from amino acid racemization and stables isotopes in mollusks shells, Marine Geology, 129, p. 271‑283.

Guest A.R., (1912), The Delta in the middle ages: a note on the branches of the Nile and the Kurahs of lower Egypt, Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland, p. 941‑980.

Haas C., (2001), Alexandria and the Mareotis region, in Burns Th.S. et Eadie J.W. (eds), Urban centers and rural contexts in Late Antiquity, East Lansing, p. 47‑62.

Hairy I., Sennoune O., (2006), Géographie historique du canal d’Alexandrie, Annales islamologiques, 40, p. 247‑278.

Hassan F.A., (2007), Extreme Nile floods and famines in Medieval Egypt (AD 930‑1500) and their climatic implications, Quaternary International, 173-174, p. 101‑112.

Hume W.F., Hughes F., (1921), The soils and water supply of the Maryut district, west of Alexandria, Egypt government Press, Cairo, 50 p.

Kondrashov D., Feliks Y., Ghil M., (2005), Oscillatory modes of extended Nile river records (AD 622-1922), Geophysical Research Letters, 32, [en ligne].

Le Père G., (1812), Mémoire sur la partie occidentale de la province de Bahyreh connue anciennement sous le nom de nome Maréotique, in Empereur J.-Y. (éd.), La Description de l’Égypte : État Moderne 2, coll. Les grandes expéditions scientifiques du 19e siècle, 1, réédition 2006, éd. Harpocrates, Paris, p. 19‑26.

Michel N., (2002), Villages désertés, terres en friche et reconstruction rurale en Égypte au début de l’époque Ottomane, Annales Islamologiques, 36, p. 197‑151.

Redon B., (2007), Le Delta égyptien aux temps des Grecs. La présence grecque en Basse Égypte, de l’époque saïte à la fin de l’époque hellénistique : diffusion, nature, intensité et conséquences, thèse de doctorat en sciences de l’homme et de la société, Univ. Lille III, 605 p.

Rodziewicz M.D., (1998), From Alexandria to the West by land and by waterways, in Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, Bulletin de Correspondance Hellénique, 33, p. 93‑103.

Sennoune O., (2008), Alexandrie et les récits de voyageurs du VIe siècle à 1798, thèse de doctorat en histoire, Université Lumière Lyon 2, 2 vol., 993 p.

Shortland A., Schachner L., Freestone I., Tite M., (2006), Natron as a flux in the early vitreous materials industry: sources, beginnings and reasons for decline, Journal of Archaeological Science, 33, p. 521‑530.

Stanley D.J., Warne A.G, Schnepp G., (2004a), Geoarchaeological interpretation of the Canopic, largest of the relict Nile delta distributaries, Egypt. Journal of Coastal Research 20,(3), p. 920‑930
—, (2004b), Submergence of ancient Greek cities off Egypt’s Nile delta – a cautionary tale. Geological Society of America, 14, p. 4‑10.

Stanley J.D., Jorstad T.F., (2006), Buried canopic channel identified near Egypt’s Nile Delta coast with radar (SRTM) imagery, Geoarchaeology, 21, 5, p. 503‑514.

Toussoun O., (1922), Mémoires sur les anciennes branches du Nil, époque ancienne, Mémoire de l’Institut d’Égypte, IFAO, Le Caire.

—, (1926), La géographie de l’Égypte à l’époque arabe, tome 1, partie 1, Société Royale Archéologique d’Alexandrie, IFAO, Le Caire.

Warne A.G., Stanley J.D., (1993), Late quaternary evolution of the northwest Nile delta and adjacent coast in the Alexandria region, Egypt, Journal of Coastal Research, 9, p. 26‑64.

Yoyotte J., Charvet P., Gompertz S., (1997), Strabon, le voyage en Égypte, un regard romain, Nil éditions, Paris, 313 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Unités géomorphologiques et utilisation du sol actuelle dans la marge nord-ouest du delta du Nil
Caption Sont représentées également la position des carottages (rond noir) et les coupes stratigraphiques (cercle noir) étudiées dans Flaux 2012. Le Maryût est la lagune occidentale du littoral du delta du Nil. Sa topographie est contrainte par la présence de rides littorales pléistocènes (El-Asmar et Wood, 2000) qui constituent la marge deltaïque dans ce secteur. Aujourd’hui le Maryût est le bassin réceptacle de tout le système d’irrigation, de drainage et de rejets des eaux industrielles et urbaines de la partie nord occidentale du delta. Le bassin principal reçoit huit millions de m3 par jour, qui sont quotidiennement pompés et rejetés vers la mer (ALAMIM PROJECT, 2007). Environ 80 % de son ancien bassin est drainé par un réseau très dense de canaux qui ont permis sa mise en valeur agricole (Awad, 2009 et 2010). Le bras occidental encore en eau est divisé par des digues et des routes en de nombreux sous-bassins à vocation piscicole et de production de sel (fig. 1). Cette artificialisation totale du Maryût est une expression de la croissance économique, industrielle et démographique que connaît la cité d’Alexandrie depuis le règne de Méhémet Ali au début du xixe siècle (Empereur, 1998)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5935/img-1.png
File image/png, 104k
Title Fig. 2 - carte du relief de la marge nord-occidentale du delta, séquence stratigraphique selon un transect est-ouest (sections M4 et M3, carottages M12 et M14) et reconstruction des principaux changements environnementaux de la lagune du Maryût (Flaux, 2012).
Caption Le bassin étudié est compris entre la ride II au nord et la ride IV au sud qui affleure sous forme d’îlots au sein de la dépression du Maryût. L’enregistrement sédimentaire étudié ici correspond à la partie haute de la stratigraphie du Maryût. La surface isochrone datée entre le xie et le xiie siècle B.C (Flaux et al., sous presse) est située entre 3,5 et 5,5 m sous le niveau moyen de la mer (SNMM) et est marquée par un hiatus sédimentaire. Pendant l’Antiquité, les sites archéologiques établis à proximité des rivages se distribuent autour de l’isocontour 0 mètre SNMM (Empereur et Picon, 1998 ; Wilson 2010). Le plan d’eau s’étend alors à plus de 20 km au sud de l’alignement d’îlots issus de l’affleurement de la ride IV (Wilson, 2010). L’étude sédimentologique montre la récession maximale du plan d’eau jusqu’à environ 3,5-3,75 m SNMM, vers les xiie-xiiie siècle et xviie-xviiie siècle. Cette fluctuation importante multiséculaire du rivage trouve un écho à l’échelle annuelle dans les récits des voyageurs qui décrivent entre le xvie et le xviie siècle le bassin du Maryût depuis le panorama sur la colline du site archéologique de la colonne de Pompée.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5935/img-2.png
File image/png, 202k
Top of page

References

Electronic reference

Clément Flaux, « Connexion de la région lagunaire d’Alexandrie au Nil depuis 2 000 ans : entre contrôle anthropique et forçage naturel », Méditerranée [Online], 117 | 2011, Online since 31 December 2013, connection on 25 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/5935 ; DOI : 10.4000/mediterranee.5935

Top of page

About the author

Clément Flaux

CEREGE, CNRS-UMR 6635, Europôle méditerranéen de l’Arbois, Aix-en-Provence, flaux@cerege.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page