Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique

F. Dumasy et F. Queyrel (études réunies par), (2009), Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique, (École pratique des hautes études III, Hautes études du monde gréco‑romain 42, Librairie Droz, Genève). 278 p., 95 figs., 16 pl., 91.08 €, ISBN 978‑2‑600‑01342‑0.
Nicolas Carayon
p. 146
Bibliographical reference

F. Dumasy et F. Queyrel (études réunies par), (2009), Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique, (École pratique des hautes études III, Hautes études du monde gréco‑romain 42, Librairie Droz, Genève). 278 p., 95 figs., 16 pl., 91.08 €, ISBN 978‑2‑600‑01342‑0.

Full text

1Cet ouvrage rassemble treize études présentées lors de deux colloques traitant des paysages antiques et des villes fluviales et maritimes. La publication est structurée en quatre parties selon un plan géographique : (1) Grèce et Asie Mineure. Des trois articles qui constituent cette section, celui de P. Scherrer est le plus conséquent. Il reprend l’immense dossier de l’habitat dans la région d’Ephèse depuis le troisième millénaire avant l’ère chrétienne jusqu’à l’époque byzantine, vu sous l’angle des contraintes maritimes et fluviales. (2) Italie (3 articles). L’article de F. Vermeulen traite des prospections géoarchéologiques réalisées dans la vallée de la Potenza (Marches, Italie). Les objectifs de ce projet pluridisciplinaire étaient de mieux comprendre l’occupation et l’histoire des paysages entre 1000 av. J.‑C. et 1000 apr. J.‑C. et de mesurer l’évolution de la complexité sociale et de l’urbanisation. Les résultats obtenus ont permis de mettre en lumière le modèle d’occupation protohistorique du Picenum antique jusqu’à la lente romanisation des iiie et iie s. av. J.‑C. S. Bruni revient sur les travaux effectués autour du système portuaire de Pise, entre l’Arno, l’Auser et la mer Tyrrhénienne. L’archéologie confirme l’importance de la ville et de la région. Depuis l’Énéolithique, l’implantation humaine a occupé les principales émergences d’un système lagunaire. Les recherches montrent, conformément à ce qui est décrit dans les sources textuelles, que Pise était dotée, depuis l’époque orientalisante tardive, d’un système articulé de ports et d’établissements joints à la ville ou aménagés le long de la côte. (3) Orient. L’article de M.‑F. Boussac traite du port lacustre de Taposiris Magna. À la différence des autres ports autour du lac Maréotis, tous ouverts, Taposiris possède un dispositif complexe de port fermé. Les résultats soulignent la grande envergure du programme de construction, daté de l’époque impériale, et l’importance de son impact sur le paysage. J.M. Dentzer propose une étude de l’espace urbain et de l’environnement dans les villes nabatéennes de Pétra, Hégra et Bosra. Il porte un intérêt particulier aux traces laissées dans le paysage par l’organisation nabatéenne de l’espace urbain. (4) Gaule (4 articles). L. Long aborde la question des ports d’Arles en présentant les données issues de fouilles subaquatiques récentes dans deux zones portuaires antiques : le port fluvial au cœur de la cité et un avant‑port, au niveau des Saintes‑Maries‑de‑la‑Mer, face à une ancienne embouchure du Rhône. P. Régaldo‑Saint Blancard présente le port antique de Bordeaux jusqu’au xiiie siècle de notre ère. Il se dégage l’image d’une ville quasiment insulaire ; deux promontoires entourés de palus, de marécages, de rivières et d’un fleuve qui est une mer. L’article de G. Ayala et A. Vérot‑Bourrély présente les résultats de la fouille du parc Saint‑Georges à Lyon qui illustre l’évolution d’une berge de la Saône depuis sa mise en place naturelle jusqu’à son insertion totale dans la trame urbaine. Le dernier article est présenté par F. Trément et al. qui exposent les résultats de travaux interdisciplinaires visant à appréhender les interactions sociétés‑milieux dans la longue durée à l’échelle du bassin de Sarliève (Puy‑de‑Dôme, France).

2À ces quatre parties s’ajoute une remarquable étude de P. Leveau qui ouvre l’ouvrage. Il présente une approche historiographique de l’archéologie du paysage en la replaçant à chaque fois dans un contexte culturel et scientifique. La naissance, récente, de cette discipline est le fruit des relations établies sur le terrain entre l’archéologie et les géosciences. Deux approches se distinguent, nées du statut d’objet archéologique reconnu au sédiment, l’une portant sur les composantes du paysage, l’autre sur les processus. L’auteur souligne que bien avant la naissance de la géoarchéologie, géographes et préhistoriens ont utilisé les méthodes et les outils des géosciences. Ne disposant pas de sources écrites pour restituer les modes de vie ruraux et identifier les modes de subsistance, ils se sont fondés sur l’analyse des structures de l’habitat, des artefacts et des écofacts. Les méthodes élaborées ont ensuite été transférées à l’étude des périodes plus récentes. La collaboration développée avec les disciplines environnementales offre à l’archéologie une ouverture nouvelle : l’étude des risques naturels.

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Carayon, « Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique », Méditerranée [Online], 117 | 2011, Online since 31 December 2011, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6089

Top of page

About the author

Nicolas Carayon

UMR 5140 CNRS, nicocara@hotmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page