Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Les structures portuaires de l’arc atlantique dans l’Antiquité : bilan et perspectives de recherche

L. Hugot et L. Tranoy, éds, (2010), Les structures portuaires de l’arc atlantique dans l’Antiquité : bilan et perspectives de recherche. Journée d’étude du 24 janvier 2008, La Rochelle, Aquitania, supp. 18, 160 p., 20 €, ISBN 2-910763-19-6. 
Marie‑Brigitte Carre
p. 147
Bibliographical reference

L. Hugot et L. Tranoy, éds, (2010), Les structures portuaires de l’arc atlantique dans l’Antiquité : bilan et perspectives de recherche. Journée d’étude du 24 janvier 2008, La Rochelle, Aquitania, supp. 18, 160 p., 20 €, ISBN 2‑910763‑19‑6. 

Full text

1Ce volume rassemble les actes d’une journée d’études qui eut lieu à La Rochelle en janvier 2008 sous l’impulsion de Laurent Hugot et Laurence Tranoy. Le constat de la différence des problématiques des recherches pluridisciplinaires menées en contextes estuariens ou littoraux entre l’espace méditerranéen et le complexe milieu atlantique les a incités à proposer cette discussion autour des méthodes d’approche de l’étude des structures portuaires de l’arc atlantique dans l’Antiquité. La confrontation des approches méthodologiques entre des expériences méditerranéennes bien consolidées (à Marseille et Aquilée, déjà publiées ailleurs) ou plus récentes (Narbonne, présentée ici par J. Cavero et al.) et les recherches en cours sur l’arc atlantique montre à l’évidence que les acteurs de la recherche atlantique ont été capables de façonner leurs propres outils.

2Quelques années après la publication du colloque de Pise Mar Exterior (Urteaga Artigas et Noian Maura, 2005), où quelques ports atlantiques étaient évoqués sous les seuls angles de l’histoire et de l’archéologie, un ouvrage réunissant sept contributions rédigées par plus de 20 auteurs aborde le sujet des structures portuaires de l’arc atlantique dans le cadre d’une approche géoarchéologique plus intégrée. La recherche sur l’archéologie littorale et les espaces portuaires dans l’Antiquité en est encore à ses débuts sur cette façade, alors qu’autour de la Méditerranée des années d’expérience ont nourri sur ce sujet une recherche dynamique (par ex. Marriner et Morhange, 2006). Des études de cas, conduites en contexte fluvial, estuarien ou littoral, montrent ici toute l’originalité des programmes de recherche engagés.

3Dans un article particulièrement bien documenté, Alonso et Ménanteau (p. 13‑38) traitent d’une quinzaine de ports antiques de l’Andalousie du bas Guadalquivir au détroit de Gibraltar. Si ces cités sont pour la plupart bien connues grâce aux textes antiques, elles le sont beaucoup moins du point de vue archéologique et paléoenvironnemental. Les approches géophysiques préliminaires terrestres et sous‑marines (géoélectricité, magnétisme…) apparaissent de plus en plus indispensables à une étude intégrée : c’est ce que montrent la majorité des contributions, qui abordent principalement les nouvelles données acquises sur la côte portugaise (L. Pinheiro Blot et A. Kermorvant) et en France atlantique, dans les estuaires de la Seine et de la Loire (R. Arthuis et alii), sur la côte picto‑santonne (F. Tassaux), et grâce à la fouille archéologique des bassins et des berges de Bordeaux (F. Gerber). Trois sites en Charente‑Maritime, Gironde et dans l’Aude ont fait l’objet de prospections géophysiques (V. Mathé et alii), première confrontation entre les deux façades maritimes.

4Ce volume illustre avec succès la « naissance » de la waterfront archeology en France atlantique, avec 30 ans de retard. C’est en effet toute la diversité de la façade atlantique qui est évoquée ici, entre le sud de la péninsule ibérique et la Manche, avec la présentation d’études qui allient les approches archéologiques, historiques, géomorphologiques et géophysiques, terrestres et sous‑marines. L’ouvrage se conclut par une réflexion méthodologique d’A. Hesnard sur la nature et la définition de la géoarchéologie maritime, et qui met en avant, particulièrement à partir de l’exemple des fouilles du port de Marseille, la nécessaire intégration – et non‑juxtaposition – des diverses disciplines sur le terrain. Les bilans présentés mettent en évidence la prise en compte de cette problématique, toujours présente dans les recherches programmées comme dans les fouilles d’urgence et la richesse des diverses réponses qui lui sont apportées. Servie par une très belle illustration et une présentation impeccable, la publication de cette table ronde fructueuse ne pourra que stimuler les recherches sur la façade atlantique de la Gaule et les faire mieux connaître à la communauté scientifique.

Top of page

Bibliography

MARRINER N., MORHANGE Ch., (2006), Geoscience of ancient Mediterranean harbours, Earth Science Reviews, 80, p. 137‑194.

URTEAGA ARTIGAS M.M., NOIAN MAURA M.J., eds, (2005), Mar Exterior. El Occidente atlántico en época romana. Rome, Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma‑CSIC, 194 p.

Top of page

References

Electronic reference

Marie‑Brigitte Carre, « Les structures portuaires de l’arc atlantique dans l’Antiquité : bilan et perspectives de recherche », Méditerranée [Online], 117 | 2011, Online since 31 December 2011, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6143

Top of page

About the author

Marie‑Brigitte Carre

Centre Camille Jullian, MMSH, Université d’Aix‑Marseille, CNRS

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page