Skip to navigation – Site map
Écologie, biologie et paysages des systèmes fluviaux méditerranéens

Caractérisation écologique et biologique de l’odonatofaune de deux cours d’eau méditerranéens : l'oued El-Kébir et l'oued Bouaroug (Nord-Est de l’Algérie)

Ecological and biological characterization of odonatologic fauna of two Mediterranean water flows: Oued El-Kébir and Oued Bouaroug (North-East Algeria)
Wafa Benchalel and Boudjema Samraoui
p. 19-27

Abstracts

We have conducted an ecological and biological study on Odonates of two rivers (Oued El-Kebir and Oued Bouarroug) which are distinct by their biology and their hydrographical cycle. This study has been conducted for twelve successive months (1993-1994).

These rivers, which have not been explored before, are situated in El-Kala region (north east Algeria).The results highlight the affinity of some species for some lotic environments Oued El-Kebir may be a less demanding environment than Oued Bouarroug and, thus, it may contain more species. A total of 13 species were identified in Oued El-Kebir, and 11 in Oued Bouarroug. Reproduction was proved for5 species in Oued El-Kebir and 8 species in Oued Bouarroug. In both sites of study, the flight period of the species extends from the beginning of spring to the end of autumn.

The follow-up of the larval development of some species has proved the univoltunism of B. irene, C. haemorrhoidalis, C. puella, L. vridis, O. chrysostigma, P. subdilatata. Other species such as O. anceps O. costae P. genei are probably univoltine. But we lack data that confirms their univoltinism because of the sampling problem. As for G. lucasi and Onychogomphus uncatus, these species are probably not univoltines. A morphometric characterization of the different larval stages (metric and numerical characters) has also been established for every species which the reproduction has been proved.

Given the intense anthropic pressure in the sampled areas especially in Oued El-Kebir, the regression of the species’ total number seems to be unfortunately irreversible. These hydrographical basins need to be immediately and effectively protected in order to keep this natural heritage.

Top of page

Full text

L’auteur remercie le ministère algérien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le laboratoire de recherche des zones humides, département de biologie, Université d’Annaba où la partie pratique a été réalisée.

1L’étude de l’évolution et de la composition des peuplements animaux, notamment des insectes et des Odonates, peut nous renseigner sur les dynamiques de leurs milieux de vie. Au‑delà de leur valeur esthétique, qui a été le centre d’intérêt de beaucoup de collectionneurs et de chercheurs (Corbet, 1999), les Odonates dont les larves ont un mode de vie aquatique constituent un groupe de premier choix pour l’évaluation, la surveillance et la gestion des zones humides. D’après Dommanget (1989), ces insectes prédateurs liés aux zones humides peuvent en effet être considérés comme de bons bio-indicateurs de la dégradation des écosystèmes (Moore, 1997; Chovannec et al., 2001, 2004 et 2005, Schmidt, 1985; Castella, 1987; Oertli et al., 2005; Indermuhele et al., 2008). Un bon bio-indicateur doit avoir des exigences écologiques très spécifiques afin qu’on puisse faire un lien direct entre sa présence/absence et une particularité environnementale (Leclercq, 2001), comme par exemple la famille des Calopterygidae, dont les larves sont sensibles au manque d’oxygène et ne colonisent que les cours d’eau claire et bien oxygénée (Jaulin et Palos, 2008).

2Durant les dernières décennies, de multiples investigations ont été entreprises pour décrire l’odonatofaune algérienne (Selys-Longchamps, 1849, 1865, 1866, 1871, 1902; Kolbe, 1885; Mclachlan, 1897; Martin, 1901; 1910; Morton, 1905; Le Roi, 1915; Kimmins, 1934; Reymond, 1952; Nielsen, 1956; Dumont, 1978, 2007), mais ce n’est qu’à la fin des années quatre vingt dix qu’une liste de 63 espèces a été établie (Samraoui et Menai, 1999) dont 4 (C. exul, C. splendens, C. virgo meridionalis, Cordulegaster boltonii algirica), inféodées aux milieux lotiques n’ont plus été trouvées depuis un siècle. D’autres espèces: Lindenia tetraphylla, C. boltonii algirica, C. aenea, et R. semihyalina ont été considérées comme localement éteintes (Samraoui et Corbet, 2000). La cause principale de ces absences est probablement la dégradation de leurs habitats privilégiés (Samraoui et Menai, 1999). La Numidie, où se situe la région d’El-Kala qui dispose d’une riche palette de zones humides exclusives au sein du bassin méditerranéen, abrite une biodiversité odonatologique exceptionnelle (Samraoui et Belair, 1997, 1998) : un total de 45 espèces d’odonates (~  ¾ des espèces algériennes) y a été enregistré (Samraoui et Corbet, 2000) et le taux d’endémisme y est le plus élevé (Riservato et al., 2009). Un important réseau hydrologique abrite cette remarquable odonatofaune. Selon De Belair (1995), quatre oueds jouent un rôle prépondérant dans la région : à l’Ouest de la Numidie, l’oued El-Kébir Ouest, au centre, les oueds Seybouse et Bounamoussa et à l’Est, l’oued El-Kébir Est. L'oued El Kébir et l’oued Bouarroug font partie des cours d’eaux du parc national d’El-Kala. Ils n’ont pratiquement jamais fait l’objet d’un échantillonnage systématique auparavant. La présente étude vient compléter celles déjà entreprises par les auteurs cités ci-dessus. Elle met l’accent sur la richesse en espèces d’Odonates dites bio-indicatrices au sein de deux milieux lotiques de la Numidie. Une dégradation importante de ses habitats a été notée (Samraoui et Menai, 1999) et ses populations ont subi un déclin sévère (Jödicke et al., 2004), l'oued El-Kébir étant particulièrement exposé à la pollution tant chimique qu’organique et aux rectifications du cours d’eau entravant sa dynamique naturelle.

3Dans l’optique de la conservation de telles espèces, et en complément à la détermination des richesses odonatologiques pour chaque milieu étudié, la phénologie larvaire ainsi qu’une caractérisation des différents stades larvaires sur le plan morphométrique (caractères métriques et numériques) a été également établie pour chaque espèce dont la reproduction a été confirmée dans les stations d’échantillonnage. Cette étude devrait permettre d’obtenir des résultats utiles localement à la connaissance et à la gestion, et comparables à des études similaires réalisées ailleurs et extrapolables à plus large échelle pour une gestion rationnelle de ces milieux vulnérables.

1 - Site, matériel et méthodes

1.1 - Site d’étude

4La région d’El Kala où coulent les deux oueds qui ont fait l’objet de notre étude est située dans le climat méditerranéen subhumide caractérisé par une saison sèche de mai à septembre, au cours de laquelle un déficit en pluie est enregistré, et une saison humide qui va d’octobre à avril. Le volume des précipitations varie de 717,2 mm à 944 mm par an, janvier étant le mois le plus pluvieux. Les vents les plus violents soufflent en hiver et les plus faibles en été ; ceux qui prédominent sont de direction Nord-Ouest, à l’opposé des vents de Sud-Ouest qui ramènent le Sirocco pouvant souffler 14 jours par an. L'oued El‑Kébir et l'oued Bouarroug (fig. 1) font partie des cours d’eau protégés par le parc national d’El‑Kala (36° 43’ N à 36° 57’ N et de 7° 43’ E à 8° 37’ E pour une superficie de 78 400 ha).

Fig. 1

Fig. 1

Situation géographique de l’oued Bouarroug et de l’oued El-Kébir et stations d’échantillonnage. (B1 : station d’échantillonnage sur l’oued Bouarroug ; K1 : station d’échantillonnage sur l’oued El-Kébir).

Source : http://www.ornithomedia.com/​magazine/​mag_art140_carte1.htm

5Les deux oueds sont assez distincts notamment en termes de caractéristiques hydrographiques (géologie, climat, pente du terrain, présence humaine). Les eaux de l’oued Bouarroug, à débit moyen, coulent pendant toute l’année avec une petite augmentation du débit pendant la saison hivernale. L’oued traverse sur une grande partie de son cours, la réserve naturelle de Brabtia pour se jeter dans le lac Mellah où il forme un véritable delta au Sud de ce lac. Au niveau de l’estuaire de l’oued où l’altitude est très faible (2 m en moyenne), les eaux s’évacuent difficilement, gênées par le talus qui naît à mi-distance entre les oueds Erreguibet et Mellah. Le débit de l’oued semble bien alimenté car celui-ci coule toujours avec un bon débit même pendant les plus fortes années de sécheresse (De Belair, 1990). Une véritable ripisylve riche dominée par Laurus nobilis, Alnus glutinosus, Potamogeton nodosus, Lythrum salicara et Osmonda regalis longe l’oued Bouarroug.

6Avec une longueur totale estimée à 60,4 km et un débit de crue pouvant atteindre 2 000 m3/s, l’oued El‑Kébir, prend sa source en Tunisie. De faible importance au départ, il conflue avec l’oued Bougous au niveau du barrage de la Mexana (De Bellair et al., 1987). La plaine alluvionnaire de la Mekhada est drainée principalement par l’oued Bounamoussa et l’oued El-Kébir qui convergent en oued Mafragh avant de se déverser dans la mer (De Bellair, et al., 1987; Marre, 1992; Labar, 2003). Lors des grosses pluies d’hiver, les eaux de cet oued envahissent le marais au Nord d’El-Tarf et par l’oued Messida rejoignent le lac Oubeira. L’oued El‑Kébir avec ses affluents (Guergour, Dardan, Bou‑Halloufa) et Bounamoussa (Soudan, Guerriah) confluent et forment ainsi l’artère hydrologique qui draine les eaux de la région jusqu’aux marécages de la Mekkada.

7Le bassin de la vallée Mafrag est aménagé en amont par deux ouvrages de rétention. Il s’agit des barrages Cheffia et Mexa construits respectivement sur Bounamoussa et El‑Kébir. Un autre barrage est actuellement en construction au Sud de Mexa dans le sous-bassin d’El‑Kébir, c’est le barrage de Bougous. Sur le plan socio-économique, le bassin‑versant de la Mafrag est moyennement peuplé (353 686 habitants), caractérisé par la présence des activités rurales, principalement l’agriculture et l’élevage. L’agriculture y est essentiellement intensive et l’irrigation est assurée en grande partie par les rivières tributaires de l’estuaire (Haridi, 2010). La végétation ripisylve est constituée de Populus alba, Nerium oleander, Rubus mifolius et Salix pedicellata.

8Cette étude a été menée entre 1993 et 1994. Un échantillonnage systématique a été effectué au niveau d’une seule station par oued, considérée comme représentative : la station B1 sur l’oued Bouarroug, située à 500 m de l’entrée principale de la réserve naturelle de Brabtia et la station K1 sur l’oued El-Kébir, localisée au niveau du pont traversé par la route qui relie la ville d’El‑Taref et la commune de Ain El-Assel (fig. 1). Cette portion de l’oued El-Kébir (K1) est soumise à des perturbations dues aux activités humaines (déchets, irrigation) et utilisée comme abreuvoir pour le bétail en été. Ce choix des stations s’est fait surtout pour la commodité de l’échantillonnage, dans des endroits assez dégagés de végétation et facilement accessibles (photos 1 et 2 : de la station K1 à l’oued El-Kébir).

Photos 1 et 2

Photos 1 et 2

Station d’échantillonnage (K1) à Oued El-Kébir pendant la saison estivale

Clichés Wafa Benchalel, 1993

1.2 - Matériel et Méthodes

9Un total de 41 sorties hebdomadaires aussi régulières que possibles ont été effectuées entre mai 1993 et mai 1994 tout en respectant les heures et la durée de temps passées dans chaque station (7h - 9h GMT à la station B1 et 10h -14h GMT à la station K1). Sur le terrain, dans un premier temps, la date et les conditions météorologiques ont été relevées pour chaque sortie. Les caractéristiques physiques, thermiques et chimiques de la station d’échantillonnage ont été également enregistrées (température ambiante, température et pH de l’eau, profondeur de l’eau et variation de la largeur du lit). Ensuite, les imagos ont été recensés, dénombrés et, dans la mesure du possible, identifiés. Sinon, à l’aide d’un filet à papillon, ils sont capturés puis identifiés au laboratoire. Les différentes observations concernant l’état et l’activité des imagos ont également été notées (Teneral, Immature/Mature, Oviposition, Copulation, Tandem). En période d’oviposition, les végétaux sur lesquels des femelles ont été vues pondre (espèces endophytes) ont été récupérés ou bien nous avons capturé la femelle qu’on a fait pondre dans un flacon rempli d’eau (espèces exophytes).

10L’échantillonnage des larves s’est effectué à l’aide d’une épuisette. Celles-ci ont été identifiées immédiatement, puis transportées individuellement dans des récipients remplis d’eau pour éviter le cannibalisme. Sur l’oued El-Kébir, qui s’assèche par endroit durant la saison estivale, nous avons recherché les larves dans des endroits secs afin de vérifier leur éventuelle estivation. Les exuvies ont été récoltées aux abords des oueds où elles s’accrochent aux différentes ceintures végétales ou uniquement sur la rive (cas des Gomphidés à l’oued El Kébir). Nous les avons transportées au laboratoire dans des boites en plastique pour les identifier (clé d’identification: Aguesse, 1968 ; D’Aguilar et al., 1985 ; D’Aguilar et Dommanget, 1985, 1998).

11Au laboratoire, les larves ont été séparées dans des récipients individuels contenant de l’eau préalablement filtrée, du sable et du gravier provenant des oueds. Nous avons rajouté ensuite de la nourriture (larves de moustiques Culex sp provenant d’un élevage local et des micro-organismes pour les premiers stades). Pour les larves au stade final, un support d’émergence en bois a été placé dans chaque récipient et protégé par une cage en tulle pour récupérer les imagos. Chaque larve récoltée a fait l’objet d’une description complète des caractères morphologiques suivants: nombre d’articles des antennes et du tarse, nombre d’épines latérales et dorsales.

12Différentes mesures au moyen d’un micromètre oculaire et d’une réglette de précision ont été effectuées concernant la longueur du corps (sans lamelles pour les zygoptères), la largeur céphalique et la longueur de la ptérothèque métathoracique (Future aile). Les larves mortes ont été récupérées et conservées dans de l’alcool, sinon, elles ont été mesurées à nouveau et les exuvies conservées.

2 - Résultats

2 .1 - Caractérisation des conditions de milieu

13La température de l’eau représente un facteur abiotique de la plus grande importance dans le développement et la croissance des larves. Les températures ambiantes moyennes mensuelles présentent des maxima (26 °C) pendant les mois les plus chauds (juillet-août) et des minima (11,14 °C, 12,83 °C à B1 et K1 respectivement) pendant les mois les plus froids (janvier-février) ; elles sont également légèrement supérieures pour le site de l’oued El-Kébir (notamment au printemps) (fig. 2). La température de l’eau fluctue dans l’année selon le même rythme que la température ambiante et elle est également supérieure au niveau de la station K1 que de la station B1 (fig. 2). Le pH moyen mensuel de l’eau présente une forte variabilité intra-annuelle et s’est révélé légèrement plus acide à l’oued Bouarroug (6,83) qu’à l’oued El-Kébir (7,35) (fig. 2). La profondeur de l’eau au niveau de la station B1 a montré des fluctuations sensibles situées entre 11,37 et 20, 75 cm entre mars et décembre 1993. En janvier et février 1994 le niveau de l’eau a atteint une moyenne de 27,76 cm. Au niveau de la station K1 qui s’assèche par endroits pendant la saison estivale, le niveau de l’eau a chuté à 15,12 cm entre juin et novembre 1993. À partir du mois de janvier 1994 une remontée brusque a été notée atteignant 190 cm en février (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Température ambiante moyenne mensuelle, température moyenne mensuelle de l’eau, PH de l’eau et variation mensuelle du niveau de l’eau sur l’oued Bouarroug et sur l’oued El-Kébir. Période d’étude : 1993-1994.

2 .2 - Caractérisation des populations

1411 espèces d’Odonates adultes ont été recensées sur l’oued Bouarroug : Calopteryx haemorrhoidalis, Lestes viridis,Platycnemis subdilatata, Ischnura graellsii, Coenagrion puella, Ceriagrion tenellum, Gomphus lucasi, Anax.imperator, Orthetrum anceps, Crocothemis erythraea, Sympetrum striolatum) et 13 espèces sur l’oued El-Kébir : Lestes viridis, Platycnemis subdilatata, Ischnura graellsii, Coenagrion lindenli, Erythroma viridulum, Ceriagrion tenellum, Paragomphus genei, Aeshna mixta, Anax imperator, Orthetrum chrysostigma, Sympetrum striolatum, Trithemis annulata, Trithemis arteriosa). Parmi les espèces citées ci-dessus 5 (C. haemorrhoidalis, C. puella, C. erythraea, G. lucasi, O. anceps) ont été observées exclusivement sur l’oued Bouarroug et 7 (A. mixta, C. lindenli, E. viridulum, O. chrysostigma, P. genei, T. annulata, T. arteriosa) uniquement sur l’oued El-Kébir. En revanche, 6 espèces (A. imperator, C. tenellum, I. graellsii, L. viridis, P. subdilatata, S. striolatum) ont été enregistrées dans les deux sites. Ces espèces ont une période de vol s’étalant du début du printemps jusqu’à la fin de l’automne et cela dans les deux stations d’échantillonnage (tab. 1).

Tableau 1

Tableau 1

Caractérisation des populations sur les 2 sations d’échantillonage.

15Les espèces communes au 2 sites ont des périodes de vol proches avec de légers décalages de durée (comme Ceriagrion tenellum) ou de mois (Leste viridis).

16L’échantillonnage de larves a permis de suivre le cycle biologique d’espèces appartenant à cinq familles (Calopterygidae, Platycnemididae, Gomphidae, Aeshnidae et Libellulidae). La description morphologique caractérisant le dernier stade larvaire (F-0) pour chaque espèce dont la reproduction a été prouvée dans les stations B1 et/ou K1 est consignée dans le tableau 2.

Tableau 2 - Phénologie adulte, larvaire et description morphométrique des espèces se reproduisant sur l’oued Bouarroug et/ou sur l’oued El-Kébir.

Tableau 2 - Phénologie adulte, larvaire et description morphométrique des espèces se reproduisant sur l’oued Bouarroug et/ou sur l’oued El-Kébir.

F-0 : dernier stade larvaire avant l’émergence – Lc : longueur du corps – Lt : largeur céphalique – La : longueur de l’aile – Art/Ant : articles des antennes – Art/Tar : article du tarse – Epi/Lat épines latérales – Epi/Dor épines dorsales).

3 - Discussion

17Nous avons inventorié l’odonatofaune de deux cours d’eau du Nord-Est algérien et suivi le cycle biologique des espèces qui s’y reproduisent. La région d’étude est caractérisée par une saison sèche de mai à septembre, au cours de laquelle un déficit en pluie est enregistré, et une saison humide qui va d’octobre à avril. Durant cette période, les pluies sont abondantes et font que les oueds se réalimentent en eau. Le même type de climat a été rapporté par Emberger (1952) : un hiver froid et humide et un été chaud et sec. Les températures de l’air et de l’eau sont sensiblement plus élevées sur l’oued El-Kébir que sur l’oued Bouarroug notamment au printemps, probablement en raison de la végétation ripisylve dense caractérisant la station B1. Le pH de l’eau est légèrement plus acide sur l’oued Bouarroug et la profondeur et la largeur des oueds a montré des fluctuations, au cours de l’année, plus marquées sur l’oued El-Kébir suite aux crues hivernales que sur l’oued Bouarroug.

18La période de vol des espèces observées sur l’oued Bouarroug et sur l’oued El-Kébir s’étale du début du printemps jusqu’à la fin de l’automne, ce qui est cohérent avec les observations de Menai (1993) pour les mêmes sites. La période de vol est en parfaite synchronisation avec l’arrivée de la saison sèche (mai-septembre) au cours de laquelle les conditions climatiques (déficit pluviométrique) et topographiques sont favorables aux émergences des imagos particulièrement sur l’oued El-Kébir.

19La richesse spécifique est faible par rapport à celle observée ailleurs au niveau des principaux lacs de la région. Par exemple, 28 espèces d’Anisoptères ont été observées au niveau du lac Oubeira par Bouguessa (1993), alors que durant un cycle annuel complet, 11 espèces d’Odonates adultes ont été recensées à oued Bouarroug et 13 espèces à oued El-Kébir appartenant à cinq familles (Calopterygidae, Platycnemididae, Gomphidae, Aeshnidae et Lilellulidae). En ce qui concerne la capacité de ces espèces à se reproduire et à compléter leur cycle de vie au niveau de ces deux oueds, notre échantillonnage étalé sur une année nous a permis de confirmer la reproduction de B. irene, C. haemorrhoidalis, C. puella, G. lucasi, O. uncatus, O. anceps sur l’oued Bourroug et O. costae, O. chrysostigma, P. genei sur l’oued El-Kébir et L. viridis, P. subdilatata dans les deux sites. Bien que l’ensemble des espèces citées ci-dessus soient inféodées aux eaux courantes, elles ne réussissent pas forcément leur cycle de vie dans le même type d’eau courante. On parlera alors d’« habitats privilégiés » et « d’espèce sténoèces » à l’exception de L. viridis et P. subdilatata qui semblent avoir une grande plasticité d’adaptation leur permettant de réaliser leurs cycles de vie dans les deux oueds malgré les différences notamment climatiques et hydrologiques.

20La qualité de l’eau a une influence déterminante sur la biodiversité, notamment la pollution liée à l’excès de matière organique entraînant l’eutrophisation du milieu. Celle-ci constitue un facteur limitant pour la colonisation du milieu chez certaines espèces comme B. irene, C. haemorrhoïdalis et quelques espèces de Gomphides. La température de l’eau s’avère aussi déterminante, dans la mesure où une eau chaude contient toujours moins d’oxygène qu’une eau fraîche, ce qui pénalise l’odonatofaune plus spécialisée et exigeante quant à la qualité et la stabilité de son milieu de vie. Les espèces qui y vivent sont dites sténoèces (B. irene, C. haemorrhoïdalis, C. puella, G. lucasi, O. uncatus, O. anceps) et nécessitent des conditions d’habitat spécialisées avec des eaux claires et bien oxygénées, à débit régulier durant toute l’année et une température favorable assurée par un rideau végétal approprié comme c’est le cas sur l’oued Bouarroug.

21Les espèces inféodées aux eaux courantes de l’oued El-Kébir (O. costae, O. chrysostigma, P. geneï) semblent moins exigeantes et notamment moins sensibles à la pollution tant chimique qu’organique et aux variations du cours d’eau. Elles semble pouvoir se comporter à un certain moment de leur vie, comme les espèces des eaux lentiques et se contenter pendant la saison estivale des pièces d’eau stagnante en voie d’eutrophisation (cas des larves de P. génei et O. chrisostigma). Conjointement, ces espèces sont parfaitement adaptées aux crues de l’oued El-Kébir qui tout en détruisant une partie de leurs populations périodiquement ont un effet structurant sur leur habitat (tri des sédiments, nettoyage des lits de gravier, évacuation du surplus de matière organique hors du lit). En période estivale lorsque la température est très élevée et que la station K1 s’assèche par endroits, d’autres stratégies adaptatives sont également adoptées par ces espèces dont Lestes viridis en est un bon exemple : les imagos de cette espèce quittent le milieu qui les a vus naître pour estiver dans les aulnaies ripisylves ou autres milieux frais et ombragés de la région subissant une diapause pré-reproductive de trois à quatre mois (Samraoui, 2009). Ils réapparaissent plus tard en période de reproduction lorsque le niveau d’eau remonte. B. irene, C. haemorrhoidalis, C. puella, G. lucasi, O. Uncatus et O. anceps peuvent être considérés comme espèces bio indicatrices, elles sont très révélatrices de la santé du milieu qui les héberge compte tenu de leur exigence vis-à-vis de l’oxygène dissout dans l’eau. En effet, les larves de ces espèces n’évoluent qu’à l’oued Bouarroug caractérisé par une eau courante claire et riche en oxygène. Ces conditions ne se conforment pas aux conditions du laboratoire et même aux conditions hydrologiques des eaux de l’oued El-Kébir qui sont plus troubles et moins oxygénées et abritent forcément une odonatofaune moins exigeante comme O. costae, O. chrysostigma et P. genei. En effet, les larves de ces espèces émergent en masse et en position horizontale sur le sable au bord des petites flaques d’eau de 10 cm de diamètre.

22L’évolution d’une génération par an (univoltunisme) est confirmée chez la majorité des espèces échantillonnées (B. irene, C. haemorrhoidalis, C. puella, L. vridis, O. chrysostigma, P. subdilatata). Les autres espèces dont le problème d’échantillonnage constitue un obstacle dans la détermination de l’univoltinisme comme P. genei, O. costae, O. anceps sont probablement univoltines en l’absence de données qui le confirment. Quant à G. lucasi et O. uncatus, ces espèces ne sont probablement pas univoltines puisque quelques larves sont au stade final pendant l’hiver. Cependant ce fait reste à prouver.

23Dans une même cohorte, quelques larves peuvent effectuer une mue supplémentaire par rapport au groupe. Ceci semble être une stratégie adaptative confirmée dans cette étude chez C. haemorrhoïdalis. La mue supplémentaire semble nécessaire pour rattraper un certain retard de croissance par rapport à la taille moyenne du groupe. Le même phénomène a été déjà signalé chez Enallagma ebrium (Fontaine et Pilon, 1979) et Aeshna mixta (Shaller et Mouze, 1970). Ces auteurs attribuent cette différence dans le type de développement aux conditions extérieures demeurant défavorables après l’éclosion et même à des facteurs agissant avant l’éclosion c’est-à-dire durant l’ovogenèse.

Conclusion

24Cette étude a permis d’établir les listes des principales espèces qui fréquentent deux cours d’eau traversant le parc national d’El-Kala (sites inscrits sur la liste des zones humides d’importance internationale depuis 1983 au titre de la Convention Ramsar) afin de mettre en évidence les caractéristiques essentielles de chaque milieu et leurs différences. Elle contribuera à faire un pas en avant dans la recherche sur l’odonatofaune pour mieux protéger ses milieux vulnérables, notamment aux changements climatiques défavorables (diminution de la pluviométrie) et surtout aux impacts anthropiques (urbanisation, agriculture intensive, délits de coupe, pollution par les engrais et les détergents, pacage et incendies, sablières). De ce fait, l’intégralité de la couverture végétale et la faune qu’elle supporte ou abrite se trouve fragilisée (Belouahem et al., 2009 ). La protection de ces zones humides, et en particulier, des cours d’eau passe notamment par la connaissance approfondie de leur flore, de leur faune et des principaux facteurs écologiques qui régissent leur répartition.

Top of page

Bibliography

Aguilar (d’) J., Dommanget J.-L., (1998), Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord. L’identification et la biologie de toutes les espèces, Delachaux et Niestlé, Neuchâtel-Paris, 1985 : 1ère édition, 463 p.

Aguilar (d’) J., Dommanget J.-L., Préchac R., (1985), Guide des libellules d’Europe et d’Afrique du Nord. Delachaux et Niestlé, Neuchâtel, Paris, 341 p.

Aguesse P., (1968), Les Odonates de l’Europe occidentale, du nord de l’Afrique et des îles atlantiques, Paris, Masson, 262 p.

Belair (de) G., (1990), Structure, fonctionnement et perspective de gestion de quatre éco-complexe lacustres et marécageux (El Kala, Algérie) extrême orientale), thèse d’université USTL Montpellier II, 193 p. + annexes.

—, (1995), Habitats dulçaquicoles en Numidie algérienne, Communication présentée au colloque scientifique BIO’MES 97, 7e rencontre de l’ARPE, Dignes‑les‑Bains.

Belair (de) G., Bencheikh-Lehocine M., (1987), Composition et déterminisme de la végétation d’une plaine côtière marécageuse. La Mafragh (Annaba, Algeria), Bull. Ecol., 18(4), p. 393-407.

Belouahem-Abed D., Belouahem F., Belair (d’) G., (2009), Biodiversité floristique et vulnérabilité des aulnaies glutineuses de la Numidie algérienne (NE Algérien) in European Journal of Scientific Research, 32(3‑2009), p. 329‑361.

Bouguessa S., (1993), Étude du développement larvaire chez les Odonates du lac Oubeira. Magister, Université d’Annaba, 200 p. + annexes

Castella E., (1987), Larval Odonata distribution as a describer of fluvial ecosystems: the Rhône and Ain Rivers, France, Advances in Odonatology 3, p. 23‑40.

Chovanec A., Waringer J., (2001), Ecological integrity of river-floodplains systems- assesment by dragonfly survey, Regulated Rivers: Research and Management, 17, p. 493‑507.

Chovanec A., Waringer J., Raab R. et Laister G., (2004), Lateral connectivity of a fragmented large river system: assessment on a macroscale by dragonfy surveys (Insecta: Odonata). Aquatic Conservation: Marine and Freshwater Ecosystems, 14, p. 163‑178.

Chovanec A., Waringer J., Straif M., Graf W., Reckendorfer W., Waringer-Löschenkohl A., Waidbacher H. et Schultz H., (2005), The Floodplain Index – a new approach for assessing the ecological status of river/floodplain – systems according to the EU Water Framework Directive, Large Rivers, 15(1‑4), Archaeology Hydrobiology suppl. 155/1‑4, p. 169-185.

Corbet P.‑S., (1999), Dragonflies: behaviour and ecology of Odonata, Harley, Colchester.

Dommanget J.-L., (1989), Utilisation des Odonates dans le cadre de la gestion de zones humides, in Utilisation des inventaires d’invertébrés pour l’identification et la surveillance d’espaces de grand intérêt faunistique, Paris, Muséum national d’histoire naturelle, p. 93-110.

Dumont H.‑J., (1978), Odonates d’Algérie, principalement du Hoggar et d’oasis du Sud, Bulletin & annales de la Société royale belge d’entomologie, 114, p. 99-106.

—, (2007), Odonata from the Mouydir Plateau (North Central Sahara, Algeria). Bulletin & annales de la Société royale belge d’entomologie, 143, p. 164-168.

Emberger L., (1952), Sur le quotient pluviothermique. C. R. Académie des sciences, 234, p. 2 508‑2 510.

Fontaine R., Pilon J. K., (1979), Étude de la croissance post-embryonnaire chez Enalagma ebrium (Hagen) (Zygoptera: Coenagrionidae), annales de la societé entomologique du Québec, 24, p. 85-105.

Haridi H., (2010), Étude écologique de l’estuaire du Mafrag : distribution des masses d’eaux, des matières nutritives minérales et organiques (Nord Est d’Algérie), thèse de doctorat, Université d’Annaba, 130 p.

Indermuehle N., Angelibert S., Oertli B., (2008), IBEM: Indice de Biodiversité des Etangs et Mares. Un outil pour l’évaluation biologique des étangs et mares. Manuel d’utilisation, école d’ingénieurs de Lullier (eil), Hesso, Genève, 33 p.

Jaulin S., Palos G., (2008), Inventaire et cartographie des espèces patrimoniales d’Insectes de sites remarquables du territoire du PNR de la Narbonnaise en Méditerranée (Aude). Rapport d’étude de l’OPIE-LR, Perpignan, 83 p.

Jödicke R., Boudot J.-P., Jacquemin G., Samraoui B. et Schneider W., (2004), Critical species of Odonata in northern Africa and the Arabian Peninsula. Int. J. Odonatol., 7, p. 239-253.

Kimmins D.E., (1934), Odonata collected by Colonel R. Meinertzhagen in the Ahaggar Mountains, Annals and magazine of natural history (Series 10), 74, p. 173-175.

Kolbe H.J., (1885), Beitrag zur Kenntniss der Pseudoneuroptera Algeriens und der Ostpyrenäen, Berliner entomologische Zeitschrift, 29, p. 151-157.

Labar S., (2003), Contribution à l’identification des aires inondables et qualité physico-chimiques des eaux stagnantes temporaires dans la vallée de la Mafrag (extrême Nord‑Est algérien), thèse de magister en hydrochimie, département de géologie, Université Badji‑Mokhtar, Annaba, 111 p.

Leclercq L., (2001), Intérêt et limites des méthodes d’estimation de la qualité de l’eau, station scientifique des Hautes-Fagnes, Belgique.

Le Roi O., (1915), Odonaten aus der algerischen Sahara von der Reise von Freiherrn H. Geyr von Schweppenburg. Mit einer Übersicht der nordafrikanischen Odonaten-Fauna, Deutsche Entomologische Zeitschrift, p. 609-634.

Marre A., (1992), Étude géomorphologique du Tell Oriental Algérien de Collo à la frontière tunisienne, OPU, Alger, 624 p.

Martin R., (1901), Les odonates en Algérie au mois de mai, La Feuille des Jeunes Naturalistes, Paris, 31, p. 249‑250.

—, (1910), Contribution à l’étude des Neuroptères de l’Afrique. II. Les odonates du département de Constantine. Annales de la Société Entomologique de France, 79, p. 82-104.

Menaï R., (1993), Contribution à la mise à jour de l’odonatofaune, Algérienne, thèse de magister. Université d’Annaba.

McLachlan R., (1897), Odonata collected by the Rev. E.A. Eaton in Algeria, with annotations. The Entomologist’s Monthly Magazine (Series 2), 8 , p. 152‑157, [en ligne].

Moore W.N., (Compiler), (1997), Status Survey and Conservation Action Plan for Dragonflies, IUCN. Gland, Switzerland.

Morton K.J., (1905), Odonata collected by Miss M. Fountaine in Algeria, with description of a new species of Ischnura, The Entomologist’s Monthly Magazine (Series 2), 16, p. 146-149.

Nielsen C., (1956), Odonati del Sahara Nord Occidentale, Revue française d’entomologie, 23, p. 191-195.

Oertli B., Auderset-Joye D. A., Castella E., Juge R., Lehmann A., Lachavanne J.-B., (2005), PLOCH: a Standardized Method for Sampling and Assessing the Biodiversity in Ponds, in Conservation and monitoring of pond biodiversity. Aquatic Conservation: Marine and Freshwater Ecosystems, Special issue vol. 15, (6), p. 665-680.

Reymond A., (1952), Insectes de divers ordres récoltés au Sahara central au cours d’une mission du Centre national de la recherche scientifique en 1947-1948. Bulletin de la Société des sciences naturelles du Maroc, 32, p. 77‑89.

Riservato E., Boudot J.-P., Ferreira S., Jovic M., Kalkman V.J., Schneider W., Samraoui B., Cuttelod A., (2009), The status and distribution of dragonflies of the Mediterranean Basin, Gland : IUCN (International Union for Conservation of Nature).

Samraoui B., (2009), Seasonal ecology of Algerian Lestidae (Odonata), International Journal of Odonatology, 12, p. 383-394.

Samraoui B., Belair (de) G.,  (1997), The Guerbes Senhadja wetlands: Part I. An overview, Écologie, 28, p. 233-250.

—, (1998), Les zones humides de la Numidie orientale : Bilan des connaissances et perspectives de gestion, Synthèse (numéro spécial), 4, p. 1-90.

Samraoui B., Corbet P.S., (2000), The Odonata of Numidia. Part I : status and distribution. International Journal of Odonatology, 3, p. 11-25.

Samraoui B., Menai R., (1999), A contribution to the study of Algerian Odonata, International Journal of Odonatology, 2, p. 145-165.

Selys-Longchamps (de) E., (1849), Libellulinae, in P.H. Lucas (ed.), Exploration scientifique de l’Algérie. Zoologie 2, Histoire naturelle des animaux articulés, Part. 3, Insectes. Paris, p. 110-140.

— (1865), Odonates de l’Algérie (Libellula de Linné), Bulletin de l’Académie d’Hippone, 1, p. 31-34.

—, (1866), Additions aux odonates de l’Algérie, Bulletin de l’Académie d’Hippone, 2, p. 40-41.

—, (1871), Nouvelle révision des odonates de l’Algérie, Bulletin & annales de la Société royale belge d’entomologie, 14, p. 9-20.

—, (1902), Odonates d’Algérie. Recueillis en 1898 par M. le Professeur Lameere, Bulletin & annales de la Société royale belge d’entomologie, 46, p. 430-431.

Schmidt E., (1985), Habitat inventarization, characterization and bioindication by a “representative spectrum of Odonata Species (RSO)”, Odonatologica, 14, p. 127-133.

Shaller F., Mouze M., (1970), Effet des conditions thermiques agissant durant I’embryogenèse sur le nombre et la durée des stades larvaires d’Aeshna cyanea. (Odon. Aeschnidae), Annales de la société entomologique de France, 6, (2), p. 339-346.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Situation géographique de l’oued Bouarroug et de l’oued El-Kébir et stations d’échantillonnage. (B1 : station d’échantillonnage sur l’oued Bouarroug ; K1 : station d’échantillonnage sur l’oued El-Kébir).
Credits Source : http://www.ornithomedia.com/​magazine/​mag_art140_carte1.htm
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6182/img-1.png
File image/png, 747k
Title Photos 1 et 2
Caption Station d’échantillonnage (K1) à Oued El-Kébir pendant la saison estivale
Credits Clichés Wafa Benchalel, 1993
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6182/img-2.png
File image/png, 1.9M
Title Fig. 2
Caption Température ambiante moyenne mensuelle, température moyenne mensuelle de l’eau, PH de l’eau et variation mensuelle du niveau de l’eau sur l’oued Bouarroug et sur l’oued El-Kébir. Période d’étude : 1993-1994.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6182/img-3.png
File image/png, 73k
Title Tableau 1
Caption Caractérisation des populations sur les 2 sations d’échantillonage.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6182/img-4.jpg
File image/jpeg, 528k
Title Tableau 2 - Phénologie adulte, larvaire et description morphométrique des espèces se reproduisant sur l’oued Bouarroug et/ou sur l’oued El-Kébir.
Caption F-0 : dernier stade larvaire avant l’émergence – Lc : longueur du corps – Lt : largeur céphalique – La : longueur de l’aile – Art/Ant : articles des antennes – Art/Tar : article du tarse – Epi/Lat épines latérales – Epi/Dor épines dorsales).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6182/img-5.jpg
File image/jpeg, 561k
Top of page

References

Electronic reference

Wafa Benchalel and Boudjema Samraoui, « Caractérisation écologique et biologique de l’odonatofaune de deux cours d’eau méditerranéens : l'oued El-Kébir et l'oued Bouaroug (Nord-Est de l’Algérie) », Méditerranée [Online], 118 | 2012, Online since 30 May 2014, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6182 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6182

Top of page

About the authors

Wafa Benchalel

Université Badji Mokhtar -Annaba, B.P. 12, 23000 Algérie, wafachalel@yahoo.fr

Boudjema Samraoui

Université Badji Mokhtar -Annaba B.P. 12, 23000 Algérie

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page