Skip to navigation – Site map
Écologie, biologie et paysages des systèmes fluviaux méditerranéens

Étude de la qualité physicochimique et microbiologique de deux réseaux hydrographiques nord marocains : Laou et Tahaddart

Study of physicochemical and microbiological quality of two north Moroccan hydrographic networks: Laou and Tahaddart
Sanae Errochdi, Majida El Alami, Nard Bennas, Boutaïna Belqat, Mohammed Ater and Fatiha Fdil
p. 41-51

Abstracts

A total and thorough characterization of the physicochemical and microbiological quality of surface waters of the two hydrographic networks Laou and Tahaddart was carried out by the means of a follow-up which was spread out over three consecutive years (from April 2007 to July 2009).

The total physicochemical and microbiological quality was evaluated starting from ten parameters which are : conductivity, dissolved oxygen, turbidity, ammonium , nitrites, nitrates , orthophosphates , the total coliforms, the fecal coliforms and the fecal streptocoques ones .
This study shows that the rivers of these two basins slopes undergo multiple stresses and arrive at their tolerance level on some of their sections.
On the level of the area catchment Laou, the quality of water is generally good with average on the level of the whole of the rivers prospected except some sections whose quality is bad because of the discharges of worn water without preliminary treatment, intensification of agriculture with the use of manure and plant health products as well as the inexistence of points of specific control to specific pollution.
As for the area catchment Tahaddart, the quality of water is good with average on the level of the under-basin Haricha, while it is bad with very bad on the level of the two under-basins El Hachef and Mharhar. The problems of the quality of water on this basin lie in the nature of the substrate strongly erosive, agriculture and the nature of husbandries, the breeding and overgrazing.

Top of page

Full text

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet WADI financé par l’Union européenne 6e FP. Contrat INCO-CT-2005-015226. Nous remercions la coordinatrice générale, le professeur F. Scapini et le coordonnateur local, le professeur A. Bayed du projet WADI.

1La détérioration de la qualité des eaux dans les écosystèmes aquatiques est un enjeu de plus en plus important au Maroc comme ailleurs dans le monde et plus particulièrement dans le contexte méditerranéen où les ressources en eau sont limitées, fragiles et menacées. En effet, ces ressources souffrent de la surexploitation (Margat et Vallée, 1999 ; Mutin, 2000 ; Khamar et al., 2000 ; Azzaoui et al., 2002), dans un contexte où les réserves s’amenuisent de façon inquiétante face à une consommation accrue par l’augmentation des activités humaines, surtout là où les densités de population sont élevées. D’autre part, la consommation d’eau douce engendre inéluctablement une pollution par le rejet des eaux usées menaçant directement la qualité de l’eau et l’intégrité des écosystèmes aquatiques. De plus, il y a une autre forme de pollution dite « diffuse » à travers la contamination des eaux de surface et des eaux souterraines par les activités agricoles. Il devient donc de plus en plus difficile d’estimer le taux de contamination que ces différentes formes de pollution engendrent et d’en faire un suivi quantitatif (Ghazal et al., 2006).

2Au Maroc, l’évaluation de la qualité physicochimique et bactériologique des eaux de surfaces est réalisée essentiellement pour les principaux réseaux hydrographiques comme ceux du Loukkos, de la Moulouya, du Bouregreg, de l’Oum Er-Rbia, du Tensift, du Ziz, du Guir et du Rhéris (Taoufik, 2005 ; Agoumi et Debbagh, 2006 ; Belghyti et al. 2006 ; SEEE, 2009 ; Lamri et al., 2011). Mis à part le Moulouya, tous ces bassins sont plutôt atlantiques et les bassins méditerranéens ont été peu étudiés. Cependant, les bassins méditerranéens sont reconnus par une certaine identité hydrologique, car il s’agit de petits bassins à faible étendue (Margat, 1992). Les études concernant la qualité des eaux dans les deux bassins‑versants des Oueds Laou et Tahaddart qui appartiennent à la façade méditerranéenne du Maroc et constituent l’objet de notre étude sont rares (El Alami et al., 2006). Pourtant, les eaux de cette zone n’échappent pas aux différentes formes de pressions anthropiques qui conduisent à la détérioration de l’état de santé des écosystèmes aquatiques. Toutefois, l’Agence du Bassin Hydraulique Loukkos (ABHL) possède des points de suivi de la qualité des eaux de surface au niveau de cette zone, mais qui sont limités et ne couvrent pas l’aire des bassins‑versants. En effet, il s’agit seulement de trois points de contrôle au niveau du bassin‑versant du Laou et deux points au niveau du Tahaddart (INGEMA et SCET‑SCOM, 2004) ce qui est insuffisant pour approcher la connaissance de la qualité des eaux à l’échelle des bassins.

3Dans ce contexte et pour contribuer à combler cette carence sur l’état de la qualité des eaux dans ces régions, nous avons réalisé cette étude entre avril 2007 et juillet 2009, dont l’objectif principal est d’évaluer la qualité des eaux superficielles à partir d’un dispositif de suivi spatiotemporel couvrant les réseaux hydrographiques de deux bassins‑versants (Laou et Tahaddart). L’étude est basée sur le suivi d’un ensemble de paramètres dont certains sont mesurés in situ et d’autres par des analyses physicochimiques et bactériologiques réalisées au laboratoire. Les résultats obtenus nous permettent de plus de faire le diagnostic de la qualité des eaux des deux bassins‑versants et d’avancer des hypothèses explicatives sur les principaux facteurs qui influencent cette qualité, de réaliser une caractérisation et une typologie des cours d’eau qui forment ces bassins. D’autre part, la comparaison entre les deux bassins‑versants est fort intéressante eu égard à leurs caractéristiques très contrastées à différents niveaux (tableau 1).

Tableau 1

Tableau 1

Comparaison des deux réseaux hydrographiques du Laou et du Tahaddart.

1 - Aire d’étude

4Le bassin‑versant du Laou est un bassin méditerranéen situé dans la région Nord Ouest du Maroc, dans les provinces de Tétouan et Chefchaouène. Il fait partie de la partie centrale de la chaîne rifaine (Haut Rif). Il s’agit d’un petit bassin dont la superficie n’excède pas 930 km² (El Alami et Dakki, 1998), (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Localisation des deux bassins‑versants étudiés Laou et Tahaddart.

D’après ABHL, 2005.

5Quant au bassin‑versant du Tahaddart, il est composé de trois sous bassins de dimensions variables dont les cours d’eau se jettent dans l’Atlantique (sous bassins Mharhar, dans l’Hachef et l’Haricha) (fig. 1). Il s’étend sur une superficie d’environ 2 740 km² et fait partie de la zone externe du Rif (Bayed, 2008).

6Le tableau 1 résume les principales différences entre les deux bassins‑versants étudiés en ce qui concerne, la nature du substratum géologique, le climat, l’occupation du sol, la densité de population et les types d’activités agricoles.

7Le choix des stations retenues pour ce travail a été réalisé en se basant sur les critères suivants :

  • la répartition sur l’ensemble du réseau hydrographique afin de couvrir les différents habitats représentés dans la région;

  • la localisation des stations en amont et aval des sources potentielles de pollution afin de mettre en évidence leur impact sur l’intégrité écologique des cours d’eau étudiés.

8En se basant sur ces deux critères, 15 stations dans le bassin‑versant du Laou et 11 dans le bassin‑versant du Tahaddart ont été retenues pour cette étude (fig. 2).

Fig. 2 

Fig. 2 

Localisation des stations dans les deux bassins‑versants du Laou (a) et du Tahaddart (b), les étoiles correspondent à l’emplacement des stations et les lettres au code les représentant.

Cartes élaborées respectivement à partir des cartes topographiques : feuille Chefchaouen 1/50 000 et Mnezla, Melloussa et Arbae Ayacha 1/100 000

9Les codes ainsi que les données relatives à la localisation de ces stations sont résumés dans le tableau 2.

Tableau 2

Tableau 2

Localisation géographique et caractéristiques des principales stations étudiées dans les deux réseaux hydrographiques du Laou et du Tahaddart (P : permanent ; SP : semi permanent ; T : temporaire).

2 - Matériel et méthodes

2.1 - Mesure des composantes mésologiques et périodicité des prélèvements

10Six campagnes de prospection étalées sur trois années, d’avril 2007 à juillet 2009 ont été réalisées. Pour chaque campagne et chaque station, des échantillons d’eau ont été prélevés et analysés au laboratoire. Les principaux paramètres mesurés et les différentes techniques utilisées sont résumés dans le tableau 3.

Tableau 3

Tableau 3

Méthodes d’analyse des paramètres physicochimiques et microbiologiques utilisés pour la typologie et l’évaluation de la qualité globale des eaux.

11Le suivi de ces différents paramètres a été fait suivant un calendrier saisonnier. Cependant, au cours des périodes pluvieuses (hiver 2008, automne 2008, hiver 2009 et automne 2009) nous n’avons pas pu réaliser l’échantillonnage à cause des crues et des inondations. D’autre part, ces fortes crues pourraient fausser les résultats des analyses physicochimiques et microbiologiques de l’eau et donc n’ont pas été pris en considération pour l’appréciation de la qualité globale de l’eau. D’ailleurs, l’article 6 de l’arrêté conjoint du ministre de l’équipement et du ministre chargé de l’aménagement du territoire de l’urbanisme de l’habitat et de l’environnement N° 1275-02 du 17 octobre 2002, définissant la grille de qualité des eaux de surface, proscrit l’échantillonnage pendant cette période.

12En effet, la situation pluviométrique des années hydrologiques 2008- 2009 et 2009-2010 a été globalement excédentaire par rapport à la normale pour la majorité des bassins hydrauliques du Royaume. Les pluies enregistrées ont généré des apports d’eau importants et de fortes crues, dont certaines n’ont jamais été enregistrées dans l’historique des observations hydrologiques (DRPE, 2009 et 2010).

13Afin de connaitre la typologie des eaux de surface des deux bassins du Laou et du Tahaddart, une étude de la structure mésologique a été réalisée par le biais d’une analyse en composantes principales (ACP) d’une matrice de 26 stations et 18 variables mésologiques et physicochimiques, à savoir : l’altitude, la largeur du lit, la température, la salinité, le pH, la conductivité, l’oxygène dissout, la turbidité, l’ammonium, les nitrites, les nitrates, les sulfates, les orthophosphates, l’alcalinité, les chlorures, la dureté totale, la dureté calcique et la dureté magnésique. Pour cette analyse nous avons utilisé Statistica 7.

2.2 - Évaluation les qualités physicochimique et bactériologique de l’eau

14Plusieurs indices de la qualité physicochimique et microbiologique des eaux ont été développés et utilisés dans différents pays dans le monde tels que la France, (MEDD & agences de l’eau, 2003), l’Espagne (Queralt, 1982 ; Fernandez-Alaez et al., 1992) le Canada, (Provencher et Lamontagne, 1977 ; Hébert 1997, 2005), les États‑Unis (Otto, 1978), le Mexique (Alvarez et al., 2006) etc. Tous ces indices fonctionnent de la même façon et requièrent la mesure d’un certain nombre de descripteurs physicochimiques ou bactériologiques. Pour chacun des descripteurs utilisés, les concentrations mesurées sont converties en sous indices à l’aide de formule mathématique pour produire l’indice final (Hébert, 1997). La méthodologie suivie dans notre étude est un nouveau système élaboré par la Direction des Ressources et la Planification de l’Eau (DRPE) au Maroc (SEEE, 2008). Ce système a l’avantage d’être précis et complet ; il est basé sur la notion de l’indice de qualité pondéré qui est calculé pour chaque paramètre et pour chaque type d’altération. Chacune des sept altérations est évaluée par des paramètres chimiques et microbiologiques (tableau 4).

Tableau 4

Tableau 4

Extrait de la grille générale de la qualité physicochimique et microbiologique utilisée pour la classification des eaux de surface

(SEEE, 2002) actualisée par la DRPE (SEEE, 2008).

15En effet, les valeurs des fourchettes fixées par les nouvelles grilles pour évaluer la qualité des eaux sont transformées en chiffres sans unité variant de 0 pour une qualité très mauvaise à 100 pour une qualité excellente (SEEE, 2008).

16L’indice d’un paramètre s’obtient par pondération et l’indice d’une altération s’obtient par la moyenne des valeurs pondérées des paramètres caractérisant la dite altération (IP). L’indice de qualité global est l’indice le plus faible obtenu pour l’ensemble des altérations considérées. La grille générale de la qualité des eaux de surface fixe cinq classes de qualité définie chacune par un ensemble de valeurs seuils que les différents paramètres ne doivent pas dépasser (SEEE, 2008).

17Afin de représenter la qualité physicochimique et microbiologique, chaque classe est illustrée par une couleur particulière :

  • Classe de qualité excellente : bleue

  • Classe de qualité bonne : verte

  • Classe de qualité moyenne : jaune

  • Classe de qualité mauvaise : violette

  • Classe de qualité très mauvaise : rouge

18La formule du calcul de l’indice pondéré est la suivante : IPpa = Ii+[(Is-Ii)/(bs-bi)]*(bs-pa)

  • IPpa : indice pondéré du paramètre analysé

  • Ii : Indice inférieur

  • Is : Indice supérieur

  • bi : borne inférieure

  • bs : borne supérieure

  • pa : paramètre analysé

3 - Résultats et discussions

3.1 - Typologie des deux réseaux hydrographiques du Laou et du Tahaddart

19L’analyse en composantes principales (ACP) montre que la distribution des stations dans les plans F1-F2 (fig. 3) correspond à une bonne structuration permettant de discriminer les deux bassins‑versants.

Fig. 3

Fig. 3

Projection des variables et des stations des deux réseaux hydrographiques du Laou et du Tahaddart sur le plan factoriel F1-F2.

20Le plan factoriel F1-F2 englobe 56,76% de l’inertie totale. L’examen des corrélations entre les axes et les différentes composantes mésologiques étudiées permet d’expliquer la signification de chaque axe dans la répartition structurée du nuage des stations et la relation entre la structure typologique et les variables du milieu. L’axe F1 (37,81% de l’inertie totale) est corrélé surtout avec l’altitude et la minéralisation (tableau 5).

Tableau 5

Tableau 5

Matrice des corrélations des trois premiers axes factoriels avec les différents paramètres mésologiques étudiés.

21L’axe F2 (18,94% de l’inertie totale), s’explique principalement par la turbidité et les éléments nutritifs en termes d’ammonium, nitrites et des orthophosphates.

22Ainsi, on peut voir sur la figure 3 que l’altitude varie dans le sens inverse des autres paramètres. En effet, un net gradient de l’amont vers l’aval relie de droite à gauche du plan factoriel F1-F2 l’altitude décroissante avec la largeur du lit de l’oued, la température de l’eau et la minéralisation croissante.

23La projection des stations sur le plan factoriel F1-F2 montre l’individualisation de deux groupements majeurs de stations formant deux nuages de points opposés. Le premier groupement à droite de l’axe factoriel F1, réunit des cours d’altitude assez élevée du bassin‑versant du Laou présentant des eaux fraiches, limpides, bien oxygénées et peu minéralisées. Le second groupement à gauche de l’axe factoriel F1, représente les stations du bassin‑versant du Tahaddart caractérisées par des basses altitudes avec des eaux tempérées, fortement turbides et hautement minéralisées.

24La différenciation de la typologie des stations des deux bassins montre l’influence de leurs caractéristiques bien contrastées aussi bien en ce qui concerne aspects naturels (orographie, géologie, climat, …) que les aspects humains (démographie, occupation sol, activités agricoles, …).

3.2 - Évaluation de la qualité des eaux des deux réseaux hydrographiques Laou et Tahaddart

25L’analyse des valeurs minimales et maximales des paramètres physicochimiques et microbiologiques de qualité étudiés (tableau 6), et des valeurs moyennes de l’indice pondéré de qualité globale des eaux de surface des deux bassins‑versants du Laou et du Tahaddart au cours de la période 2007- 2009 (fig. 4), nous permet de dégager les constatations suivantes :

  • Les paramètres physicochimiques des eaux de surface étudiées montrent de grandes amplitudes de variations aussi bien au niveau spatial que temporel à l’intérieur d’un même bassin et d’un bassin à l’autre.

  • Sur les 26 stations étudiées, seules trois présentent une qualité globale bonne. Il s’agit de deux stations dans le bassin‑versant du Laou (O1 et KA) et une dans celui du Tahaddart (HA). Quatorze stations montrent une qualité moyenne : neuf dans le réseau hydrographique du Laou (M1, M2, L1, RM, L2, BM, TA, L3, L4 et L5) et cinq dans celui du Tahaddart (HM, OC, CH, AN et KH).

  • Huit stations possèdent une qualité mauvaise : dans le BV du Laou (O2, ARM, TA et TS) et quatre dans celui du BV du Tahaddart (SG, AA, EK et HC).

  • Une seule station présente une qualité très mauvaise. Il s’agit de la station (JL) dans le BV du BV Tahaddart.

  • Dans le BV du Laou, la dégradation de la qualité est liée principalement aux altérations nitrates et phosphates et accessoirement les matières organiques et oxydables en termes d’ammonium.

  • Quant au BV du Tahaddart, ce sont principalement les altérations par les matières en suspension, nitrates et accessoirement les matières azotées en termes d’ammonium et matières phosphorées qui sont à l’origine de la détérioration de la qualité.

Tableau 6

Tableau 6

Valeurs minimales et maximales des paramètres physicochimiques et microbiologiques de qualité étudiés

Fig. 4

Fig. 4

Valeurs moyennes de l’indice de qualité global enregistrées au niveau des stations des deux bassins‑versants du Laou et du Tahaddart, (moyenne IQG : moyenne de l’indice de qualité global).

3.3 - Évaluation des altérations des différents paramètres de qualité pour les deux bassins‑versants:

3.3.1 - L’altération par les nitrates

26Les nitrates représentent la principale forme azotée retrouvée dans les eaux naturelles et ils sont généralement liés aux activités humaines (Groupe scientifique de l’eau, 2003). En effet, la présence des nitrates dans les eaux superficielles peut être liée soit à des apports d’origine agricole par lessivage d’engrais à base de nitrates, soit à la transformation de l’ammonium en nitrates provenant des rejets domestiques ou des déjections animales véhiculées par les eaux de ruissellement au niveau des stations connaissant une activité pastorale importante (Observatoire régional de la santé Rhône-Alpes, 2007; El Ouali Lalami et al., 2011). Les deux bassins‑versants du Laou et du Tahaddart montrent l’existence d’une pollution diffuse par les nitrates. Les concentrations les plus élevées ont été enregistrées au niveau des stations O2, ARM, TA et TS du BV du Laou et au niveau de SG et AA du BV du Tahaddart.

27Au niveau du cours supérieur de l’oued Laou la présence de la culture du cannabis engendre un usage intensif des engrais azotés. D’autres parts, les points d’eau, particulièrement ceux qui existent à proximité des villages, servent pour abreuver le bétail (El Alami et al., 2006 ; Fahd et al., 2007) notamment au niveau du cours inférieur (Ater, 2004) ce qui constitue une autre source non négligeable de contamination des eaux par les nitrates.

28Si la mécanisation est encore limitée dans le bassin du Tahaddart à cause du caractère accidenté du terrain, l’utilisation des engrais, par contre, est importante et couvre presque la totalité de la superficie agricole utile, posant le problème de la pollution diffuse des eaux superficielles par les nitrates. De plus, l’élevage notamment des ovins et bovins présente une activité importante pour la population du bassin. En effet, il s’agit d’une activité pratiquée durant toute l’année sur des parcours occupant 15% de la surface totale du bassin (Chentouf, 2006).

29Les altérations par les matières organiques et oxydables (MOOX) et les matières azotées hors nitrates (MAHN) comprennent comme paramètres de qualité l’oxygène dissous, l’ammonium et les nitrites. Elles concernent les eaux riches en matières organiques au niveau des points d’eau situés à l’aval des décharges sauvages (stations ARM et O2), des rejets d’eaux usées domestiques (stations JL, à l’aval du centre rural Jbel Lehbib, et L2, à l’aval du centre urbain de Chefchaouène), de terrains agricoles (station BM, EK, KH) ou au niveau des points d’eau connaissant une activité pastorale importante. Les nitrites sont habituellement retrouvés en petite quantité dans les eaux de surface. Ils sont considérés comme plus toxiques que les nitrates (Groupe scientifique de l’eau, 2003 in Ghazal et al., 2006). Les éléments nutritifs en termes d’ammonium et de nitrites entrainent une eutrophisation importante se manifestant par un développement excessif d’algues filamenteuses couvrant le lit de la rivière et conduisant ainsi à une augmentation de la turbidité des eaux et une diminution du taux d’oxygène dissous.

3.3.2 - L’altération par les matières phosphatées

30Les valeurs maximales sont enregistrées au niveau des stations M2, L1, L3, L4, JL et HC. Les cours d’eau touchés par la pollution phosphatée sont situées en aval de centres urbains ou ruraux. Il s’agit des points d’eau affectés par une pollution ponctuelle, via les rejets des eaux usées domestiques, ou diffuse à travers les fosses sceptiques ou puits perdus, mais aussi les points d’eau où des lavoirs sont utilisés par les populations locales pour laver linges et vaisselles et où il y a usage de détergents à base de phosphates (El Alami et al., 2006 ; Fahd et al., 2007).

3.3.3 - L’altération par les matières en suspension

31Cette altération touche d’une manière remarquable le bassin‑versant du Tahaddart qui souffre d’une contrainte majeure liée à la nature des sols fortement érosifs (flychs, marne et argile) et au relief accidenté où les sols sont affectés par le ruissellement (Chentouf, 2006). Ceci se traduit par une forte turbidité des eaux notamment en période de crue. Ce type de pollution est surtout notable au niveau du sous bassin Hachef avec une valeur maximale de 191 NTU enregistrée à la station HC au printemps 2007.

3.3.4 - L’altération par la minéralisation

32La conductivité des eaux est importante au niveau des stations KH, SG et AA avec une valeur maximale enregistrée au niveau de la station KH de l’ordre de 1180µs / cm. Cependant, elle est plus faible au niveau des stations du bassin du Laou avec une minimale de 38 et 69 µs / cm enregistrée respectivement au niveau des stations O1 et O2. Selon la classification marocaine des eaux de surface, les valeurs trouvées de conductivité (<2 700 µs/cm) classent les eaux des deux bassins‑versants de qualité excellente à bonne pour ce caractère.

3.3.5 - L’altération par les micro-organismes

33L’étude microbiologique a mis en évidence une contamination bactérienne moyenne à importante d’origine humaine et/ou animale. Les résultats obtenus montrent que les stations situées à proximité des décharges (ARM, O2 et M2), recevant des rejets d’eaux usées (JL), connaissant une activité pastorale importante (HA, HM, JL, EK, O2, O1) ou de baignade (M1) ont enregistré des concentrations élevées en coliformes totaux (CT) variant entre 10 875 UFC/100 ml et 50 000 UFC/100 ml. Selon la classification marocaine des eaux de surface (SEEE, 2002 et 2008), les valeurs trouvées restent conformes aux normes et classent ces eaux en qualité moyenne. Le reste des stations présente une qualité excellente à bonne.

34En ce qui concerne les concentrations en coliformes fécaux (CF), des valeurs élevées ont été enregistrées au niveau des stations HM, HA et JL appartenant au réseau hydrographique du Tahaddart. Le cadre réglementaire des eaux de surface en CF (SEEE, 2002 et 2008) classe les eaux des stations des deux bassins étudiés en excellente à bonne qualité microbiologique, excepté les deux stations HM et HA présentant une qualité moyenne et JL avec une qualité mauvaise.

35Les teneurs en streptocoque fécaux (SF) trouvées sont très faibles et sont conformes aux normes de qualité. Selon la classification marocaine des eaux de surface en SF (SEEE, 2002 et 2008), les eaux des stations des deux réseaux étudiés sont d’excellente à bonne qualité.

3.4 - Évolution de la qualité globale des eaux à l’échelle des bassins‑versants au cours de la période d’étude

36Afin de pouvoir suivre l’évolution de la qualité des eaux à l’échelle des bassins‑versants, un calcul du cumul (%) des indices pondérés (conseil général de la Loire, 2010) pour l’ensemble des stations du BV du Laou et du BV du Tahaddart suivies entre 2007 et 2009, a été réalisé.

37En ce qui concerne le bassin‑versant Laou (fig. 5), l’évolution temporelle de la qualité globale montre qu’au cours de l’année 2007, le réseau hydrographique a présenté une qualité bonne à moyenne.

Fig. 5

Fig. 5

Évolution temporelle de la qualité globale de l’eau au cours de la période 2007-2009 à l’échelle du bassin‑versant du Laou (P : printemps, E : été, A : Automne).

38Depuis l’automne 2007, la qualité s’est fortement dégradée à cause d’une contamination des eaux par les nitrates : 60% des stations présentaient une qualité très mauvaise à moyenne. Cette qualité s’est dégradée davantage au cours du printemps (73% des stations sont entre les classes de qualité III et V) et l’été de l’année 2008 (53% possédaient une qualité très mauvaise à moyenne et 33% étaient à sec) à cause d’une forte perturbation par les activités anthropiques (baignade, lavage de voiture, lessive) et d’une sévère sécheresse qui a marqué la période estivale. Les paramètres responsables de ce profil de qualité sont les nitrates et les orthophosphates. Au cours de l’année 2009, la qualité a montré une nette amélioration par rapport à l’année précédente notamment après une période hivernale pluvieuse très importante qui a été marquée par des inondations. Celles-ci ont fortement diminué la concentration en éléments polluants par dilution des eaux des rivières, en augmentant leurs débits d’écoulement et en favorisant ainsi leur épuration contre les différentes substances polluantes.

39Quant au bassin‑versant Tahaddart (fig. 6), la majorité des cours d’eau dévoilent une qualité bonne à moyenne seulement au cours du printemps 2007, tandis que le reste du temps ils présentent une qualité mauvaise à très mauvaise à cause des matières en suspension et d’une contamination azotée, phosphorée, et bactérienne.

Fig. 6

Fig. 6

Évolution temporelle des de la qualité globale de l’eau au cours de la période 2007- 2009 à l’échelle du bassin‑versant du Tahaddart (P : printemps, E : été, A : Automne).

40La qualité s’est dégradée davantage au cours de l’été, l’automne et le printemps suivant à cause des matières azotées et des nitrates. Cependant, cette qualité s’est améliorée au cours de l’année 2009, et ceci grâce au volume important de précipitations qui a marqué les deux saisons, automnale 2008 et hivernale 2009, suivies par une période de stabilité écologique des écosystèmes aquatiques.

Conclusion générale

41L’analyse typologique a montré une bonne structuration à travers la séparation des stations du bassin‑versant du Laou et celles du Tahaddart en deux groupements distincts. Cette différenciation s’explique par une bonne discrimination par l’altitude, la minéralisation et les éléments nutritifs.

42La dégradation de la qualité de l’eau du bassin‑versant du Laou est liée essentiellement aux altérations par les nitrates, les phosphates et à un degré moindre à l’altération par les matières organiques et oxydables en termes d’ammonium. Toutefois, si les stations étudiées dévoilent une multitude d’impacts menaçant la qualité des eaux (usage abusif d’engrais, pâturage, rejets d’eau usées sans traitement préalable, décharges sauvages, tourisme estival), l’analyse des données physicochimiques et microbiologiques obtenues au regard des normes marocaines de qualité des eaux de surface indique une qualité de la majorité des stations du bassin‑versant du Laou bonne à moyenne. Ceci s’explique par le fait que les cours d’eau de ce bassin sont à écoulement permanent excepté les affluents ARM, BM et TS ayant un régime temporaire. Ils présentent des eaux claires, peu minéralisées avec de très faibles taux de salinité (à l’exception du bas Laou au niveau des stations L4 et L5). En effet, la présence de sources pérennes (sources de Maggo, Ras el Ma et Talembote) assure un renouvellement continu des eaux et une dilution des polluants dans l’eau. De plus, les débits forts et l’assimilation par les végétaux et les micro-organismes expliqueraient bien l’absence de fortes concentrations en éléments azotés, phosphorés et bactériens. Ainsi, l’eau au niveau de ces stations est conforme pour différents usages comme l’irrigation et la production de l’eau potable.

43Dans le Tahaddart, à l’exception du sous bassin Haricha dont la qualité est moyenne, les deux sous bassin Mharhar et Hachef présentent une qualité mauvaise. Ce sont principalement les altérations par les matières en suspension, les nitrates et accessoirement les matières azotées en terme d’ammonium et les matières phosphorées qui sont à l’origine de la détérioration de la qualité. Ces cours d’eau présentent des eaux fortement turbides, fortement minéralisées, avec des taux de salinité élevés et possèdent un substrat fortement érosif. Cette érosion est accentuée par le piétinement exercé par les troupeaux de bétail qui endommagent la végétation et déstabilisent les berges par broutage et augmentent la turbidité des eaux, qui détériorent l’habitat aquatique et accélèrent l’eutrophisation. De plus, la disparition de la végétation riveraine diminue l’ombre et augmente la température des eaux favorisant par conséquent la croissance des macrophytes et des algues indésirables. La dégradation de la qualité est accentuée par le pompage des eaux pour des usages domestiques ou agricoles mais aussi par la forte évaporation et l’irrégularité des précipitations lors des périodes de sécheresse prolongées.

44Les eaux sont aptes à l’irrigation et aux usages industriels, tandis que la production d’eau potable est non recommandée. Quant à la station Jbel Lehbib, l’eau présente une qualité très mauvaise qui est inapte pour la plupart des usages.

45Les cours d’eau au niveau des deux bassins‑versants étudiés sont l’objet de perturbations multiples et diverses. L’importance et l’intensité de ces perturbations sont telles que les cours d’eau sont arrivés à leur seuil de tolérance au niveau de certains tronçons. Ce phénomène s’observe en saison estivale où les pressions sur les ressources (irrigations, tourisme) sont plus fortes alors que les apports naturels sont minimaux.

46Ce travail est le premier en son genre pour l’étude de la qualité physicochimique et microbiologique des cours d’eau du Tahaddart et constitue également un complément aux études réalisées au niveau de du Laou. Il a permis de mettre en évidence la nature et le degré de pollution des cours d’eau et d’identifier les tronçons les moins pollués et les plus conservés.

Top of page

Bibliography

Agence du bassin hydraulique Loukkos (ABHL), (2009). L’agence du bassin hydraulique du Loukkos en bref, 20 p., [en ligne].

AGOUMI A., DEBBAGH A., 2006), Ressources en eau et bassins‑versants du Maroc : 50 ans de développement (1955-2005), [en ligne], 62 p.

Alvarez A., Rubiños Panta E., Gavi Reyes F., Alarcón Cabañero J.J., Hernández Acosta E., Ramírez Ayala C., Mejía Saenz E., Pedrero Salcedo E., Nicolas Nicolas E., Salazar Sosa E., (2006), Indice de calidad del agua en la cuenca del río Amajac, Hidalgo, México: Diagnóstico y Predicción, фyton, 75, p. 71-83.

Ater M., (2004), Présentation du site marocain de l’Oued Laou, [en ligne], 16 p.

Ater M., Hmimsa Y., (2008), Agriculture traditionnelle et agrodiversité dans le bassin‑versant de l’Oued Laou. Du bassin‑versant vers la mer : Analyse multidisciplinaire pour une gestion durable, Travaux de l’Institut Scientifique, Rabat, série générale, 5, p. 107‑115.

Azzaoui S., El Hanbali M., Leblanc M., (2002), Copper, lead, iron and manganese in the Sebou drainage basin; sources and impact on surface water quality, Water Quality Research Journal Canada, 37, (4), p. 773-784.

Bayed A., (2008), Projet WADI. Présentation du site marocain de Tahaddart, 15 p., [http://www.wadi.unifi.it/morocco2_study_site.pdf].

Belghyti D., El Kharrim K., Guamri Y., Loukili A., Lamri D., Hrach-Rass A., Tahoum M., (2006), Étude préliminaire physicochimique et biotypologique de la Moulouya, Rapport I, Projet (PBERM) (Life pays tiers. 02 CY/MA/029), 153 p.

Chentouf H., (2006), Potentialités et limites à la mise en œuvre d’une gestion intégrée des ressources en eau : diagnostic rapide du bassin de Tahaddart, Tanger, mémoire de 3e cycle pour l’obtention du Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées (DESS), faculté des lettres et des sciences humaines, Université Mohammed V, Rabat Agdal.

Conseil canadien des ministres de l’Environnement, (2003), Recommandations canadiennes pour la qualité des eaux en vue de protéger la vie aquatique : l’ion nitrate in Recommandations canadiennes pour la qualité de l’environnement, 1999, Conseil canadien des ministres de l’Environnement, Winnipeg, 8 p.

Conseil général de la Loire, (2010), Réseau départemental de suivi de la qualité des rivières de la Loire : physicochimie, hydrobiologie et piscicole, rapport FDPPMA42 – Bilan des campagnes 2009 – évolution depuis 2002 – Juin 2010, 171 p.

DRPE (Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau), (2009), Situation des ressources en eau et du remplissage des barrages durant l’année hydrologique 2008-2009. Rapport de la Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau. Secrétariat d’État auprès de l’énergie des mines, de l’eau et de l’environnement. Département de l’Eau, 16 p.

DRPE (Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau),( 2010), Situation des ressources en eau et du remplissage des barrages durant l’année hydrologique 2009-2010. Rapport de la Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau. Secrétariat d’État auprès de l’énergie des mines, de l’eau et de l’environnement. Département de l’Eau, 15 p.

El Alami M., Dakki M., (1998), Peuplements d’Ephéméroptères et de Trichoptères de l’Oued Laou (Rif Occidental, Maroc) : distribution longitudinale et biotypologie, Bulletin de l’Institut Scientifique, 21, p.51-70.

El Alami M., Bennas N., Belqat B., (2006), Typologie et qualité biologique de l’eau du réseau hydrographique Laou, Nord Ouest du Maroc, in Scapini F (ed), The Mediterranean changes, Firenze University Press, Firenze, p. 123‑141.

El Ouali Lalami A., Merzouki M., El Hillali O., Maniar S. et IbnsoudA Koraichi S., (2011), Pollution des eaux de surface de la ville de Fès au Maroc : typologie, origine et conséquences, Larhyss Journal, 9, p. 55-72.

Fahd S., Ater M., (2006), Rapport de la IVe réunion internationale du projet « WADI » chefchaouen & Asilah 31/10 au 4/11/2006, 42 p.

Fahd S., Mediani M,. (2007), Herpétofaune du bassin‑versant de l’oued Laou, Rapport intermédiaire, Wadi 6e FP, INCO-CT2005-015226, 35 p., [en ligne].

Fernandez‑Alaez C., Fernandez‑Alaez M., Becares E., (1992), Utilisation de deux indives chimiques (ICG et ISQA) dans la détermination de la qualité de l’eau de plusieurs rivières espagnoles, Hydroécologie Appliquée, tome 4(1), p. 37-47.

GHAZAL C., DUMOULIN S., LUSSIER M.‑C., (2006), Portrait de l’environnement du bassin‑versant de la rivière Nicolet, Québec, Corporation de gestion des rivières des Bois-Francs, 173 p. et 9 annexes.

Groupe scientifique de l’Eau, (2003), Fiches synthèses sur l’eau potable et la santé humaine, Institut national de santé publique du Québec, 173 p.

HÉBERT S., (1997), Développement d’un indice de la qualité bactériologique et physicochimique de l’eau pour les rivières du Québec, Québec, ministère de l’environnement et de la faune, Direction des écosystèmes aquatiques, envirodoq no EN/970102, 20 p., 4 annexes.

—, (2005), Comparaison entre l’indice de la qualité générale de l’eau du Québec et l’indice de qualité des eaux du CCME (IQE) pour la protection de la vie aquatique, Québec, Québec, ministère de l’Environnement et des Parcs. Direction de suivi de l’état de l’environnement ISBN 2-550-45900-8 (PDF), envirodoq n° ENV/2005/0265, collection n° QE/170, 11 p.

INGEMA & SCET – SCOM, (2004), Étude d’actualisation du plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau des bassins Loukkos, Tangérois et Côtiers méditerranéens. Mission 1 : analyse et synthèse des connaissances actuelles dans le domaine des ressources en eau – évaluation et prévision des besoins et des demandes en eau. Sous-mission 1. 2 : analyse et synthèse de l’état qualitatif des ressources – analyse prospective de l’évolution de la qualité des ressources en eau.

INYPSA, (1999), Programme opérationnel INTERREG II Espagne-Maroc, programme coordonné d’aménagement, récupération et amélioration du bassin‑versant de l’oued Laou (MAROC), vol. 1 : Analyse de la Situation actuelle, Maroc, 204 p.

KHAMAR M., BOUYA D., RONNEAU C., (2000), Pollution métallique et organique des eaux et des sédiments d’un cours d’eau marocain par les rejets liquides urbains, Water Quality Research Journal, 35(1), Canada, p. 147-161.

Lamri D., Hassouni T, El Guamri Y., Belghyti D., (2011), Étude de la qualité physicochimique et biologique des eaux de l’oued Moulouya (Maroc), Biomatec Echo, 4 (7), p. 17-25.

MARGAT J., (1992), L’eau dans le bassin méditerranéen. Situation et prospective, PNUE, Economica, Paris, 196 p.

MARGAT J., VALLÉE D., (1999), Ressources en eau et utilisations dans les pays méditerranéens : repères et statistiques, PNUE. PAM. Plan Bleu, 224 p.

Ministère de l’Équipement, ministère chargé de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement, (2002), Arrêté n° 1275/02 du 17 octobre 2002 définissant la grille de qualité des eaux de surface. Bulletin officiel, 5 p.

Ministère de l’Écologie et du Développement durable et Agences de l’Eau, (2003), Système d’évaluation de la qualité de l’eau des cours d’eau (SEQ-Eau), Grilles d’évaluation, version 2.

MUTIN G., (2000), L’eau dans le monde arabe, Ellipse, Paris 160 p.

PROVENCHER M., LAMONTAGNE M.‑P., (1977), Méthode de détermination d’un indice d’appréciation de la qualité des eaux selon différentes utilisations, Service de la Qualité des Eaux, ministère des richesses naturelles, Québec, 70 p. + annexes.

Observatoire régional de la Sante Rhone-Alpes, (2007), Les nitrates, Tableau de bord santé-environnement, région Rhône‑Alpes, 16 p.

OTTO W. (1978), Water quality index: a survey of indexes used in the United States, Environmental Monitoring Series, EPA.‑600/4‑78‑005, 128 p.

QUERALT R., (1982), La calidad de las aguas en los rios, Tecnologia del agua, 4, p. 449‑457

SEEE (Secrétariat d’État auprès du ministère de l’Énergie des Mines, de l’Eau et de l’Environnement), (2008), fiche sur le nouveau système d’évaluation de la qualité des eaux, Maroc, 5 p., [en ligne].

—, (2009), État de la qualité des ressources en eau au Maroc année 2007-2008, Dépliant de la qualité de l’eau, 2 p.

TAOUFIK M., (2005), A study of water quality in Lower Oum abiaa Basin, Morocco, Water Quality Research Journal of Canada, 40 (1), p. 120-129.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1
Caption Comparaison des deux réseaux hydrographiques du Laou et du Tahaddart.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-1.jpg
File image/jpeg, 800k
Title Fig. 1
Caption Localisation des deux bassins‑versants étudiés Laou et Tahaddart.
Credits D’après ABHL, 2005.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-2.png
File image/png, 141k
Title Fig. 2 
Caption Localisation des stations dans les deux bassins‑versants du Laou (a) et du Tahaddart (b), les étoiles correspondent à l’emplacement des stations et les lettres au code les représentant.
Credits Cartes élaborées respectivement à partir des cartes topographiques : feuille Chefchaouen 1/50 000 et Mnezla, Melloussa et Arbae Ayacha 1/100 000
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-3.png
File image/png, 523k
Title Tableau 2
Caption Localisation géographique et caractéristiques des principales stations étudiées dans les deux réseaux hydrographiques du Laou et du Tahaddart (P : permanent ; SP : semi permanent ; T : temporaire).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-4.jpg
File image/jpeg, 544k
Title Tableau 3
Caption Méthodes d’analyse des paramètres physicochimiques et microbiologiques utilisés pour la typologie et l’évaluation de la qualité globale des eaux.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-5.jpg
File image/jpeg, 232k
Title Tableau 4
Caption Extrait de la grille générale de la qualité physicochimique et microbiologique utilisée pour la classification des eaux de surface
Credits (SEEE, 2002) actualisée par la DRPE (SEEE, 2008).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-6.jpg
File image/jpeg, 452k
Title Fig. 3
Caption Projection des variables et des stations des deux réseaux hydrographiques du Laou et du Tahaddart sur le plan factoriel F1-F2.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-7.png
File image/png, 175k
Title Tableau 5
Caption Matrice des corrélations des trois premiers axes factoriels avec les différents paramètres mésologiques étudiés.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-8.jpg
File image/jpeg, 224k
Title Tableau 6
Caption Valeurs minimales et maximales des paramètres physicochimiques et microbiologiques de qualité étudiés
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-9.jpg
File image/jpeg, 816k
Title Fig. 4
Caption Valeurs moyennes de l’indice de qualité global enregistrées au niveau des stations des deux bassins‑versants du Laou et du Tahaddart, (moyenne IQG : moyenne de l’indice de qualité global).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-10.png
File image/png, 35k
Title Fig. 5
Caption Évolution temporelle de la qualité globale de l’eau au cours de la période 2007-2009 à l’échelle du bassin‑versant du Laou (P : printemps, E : été, A : Automne).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-11.png
File image/png, 24k
Title Fig. 6
Caption Évolution temporelle des de la qualité globale de l’eau au cours de la période 2007- 2009 à l’échelle du bassin‑versant du Tahaddart (P : printemps, E : été, A : Automne).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6221/img-12.png
File image/png, 23k
Top of page

References

Electronic reference

Sanae Errochdi, Majida El Alami, Nard Bennas, Boutaïna Belqat, Mohammed Ater and Fatiha Fdil, « Étude de la qualité physicochimique et microbiologique de deux réseaux hydrographiques nord marocains : Laou et Tahaddart », Méditerranée [Online], 118 | 2012, Online since 30 May 2014, connection on 30 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6221 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6221

Top of page

About the authors

Sanae Errochdi

Faculté des Sciences de Tétouan, département de Biologie, Laboratoire Diversité et Conservation des Systèmes Biologiques, Tétouan, Maroc, errochdi_sanae@yahoo.fr

Majida El Alami

Faculté des Sciences de Tétouan, département de Biologie, Laboratoire Diversité et Conservation des Systèmes Biologiques, Tétouan, Maroc

Nard Bennas

Faculté des Sciences de Tétouan, département de Biologie, Laboratoire Diversité et Conservation des Systèmes Biologiques, Tétouan, Maroc

Boutaïna Belqat

Faculté des Sciences de Tétouan, département de Biologie, Laboratoire Diversité et Conservation des Systèmes Biologiques, Tétouan, Maroc

Mohammed Ater

Faculté des Sciences de Tétouan, département de Biologie, Laboratoire Diversité et Conservation des Systèmes Biologiques, Tétouan, Maroc

Fatiha Fdil

Agence du Bassin Hydraulique du Loukkoss, Tétouan, Maroc

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page