Skip to navigation – Site map
Écologie, biologie et paysages des systèmes fluviaux méditerranéens

Méthode de description de la structure longitudinale du corridor fluvial du bas Sejnane à partir de photographies horizontales

The longitudinal arrangement of physiognomic units of low Sejnane based on horizontal photographs
Brahim Jaziri
p. 52-62

Abstracts

The longitudinal arrangement of physiognomic units of low Sejnane was the subject of a study using a scientific approach based on photographs horizontal mid-channel flow associated with a statistic alanalysis of data generated from cutting snapshots. This study, based on 15 photographs taken over 12 kilometers long (Dam at the mouth), helped to highlight a typology of riverine microlandscapes and achieve a map of results. This study also highlights the impact of dam effect on the fluvial geomorphology and redistribution of physiognomic units within the riverbed in a semi-arid southern Mediterranean where water resources is at the heart of socio-economic issues, and environmentalpolicies.

Top of page

Full text

1Plusieurs chercheurs de différentes disciplines ont développé des méthodes quantitatives et qualitatives pour la lecture des paysages. Initiée par les écologues (Forman et Gordon, 1986, Foltete 1991, Burel et Baudry 1999, Decamps 2003), l’écologie du paysage propose des éléments pour la compréhension du paysage et son fonctionnement. Les travaux de Burel et Baudry (1992) ou de H. Décamps (2004) portent sur le fonctionnement du paysage à partir des connectivités que forment les corridors végétaux (haie, ripisylve, alignement d’arbres) entre les différentes taches forestières au sein d’une matrice plus ou moins fragmentée. Contrairement aux photographies aériennes verticales, les photographies horizontales prises au sol permettent de visualiser le paysage « du dedans » à grande échelle. (Piégay et al., 2003).

2Notre contribution cherche à évaluer les contraintes humaines sur le fonctionnement et la structuration spatiale de la végétation riveraine et des corridors fluviaux après la construction d’un barrage sur l’oued Sejnane par le biais de la technique de photographie horizontale et l’analyse statistique multivariée. Pour cela, il s’agit de répondre à deux principales questions :

  • H1. La méthodologie de la photographie horizontale permet-elle de caractériser un paysage riverain.

  • H2. Cette démarche permet-elle de mettre en évidence la structure micropaysagère (composition, diversité) riveraine après la perte des débits naturels.

I - Présentation du site d’étude

3Le bas Sejnane est un cours d’eau méditerranéen soumis à l’influence d’un barrage (figure 1).

Fig. 1

Fig. 1

Localisation du bas Sejnane

4En effet, la construction du barrage Sejnane a altéré considérablement les facteurs de contrôle hydrique du bas Sejnane (Zairi, 1997; Marzougui, Ben Mammou, 2006 ; Jaziri, 2009). Le volume de la retenue est de 138 millions de m3 et l’apport annuel moyen de la rivière est de 100 millions de m3.Depuis sa mise en eau (1994), le barrage Sejnane a privé le corridor fluvial de la plaine de Teskraya de 84% des apports hydriques provenant de l’amont. Le volume des lâchers annuels du barrage est de l’ordre de 72 millions de m3. L’absence de crues morphogéniques a déclenché une redistribution des unités physionomiques au sein du lit mineur. L’espace riverain est aujourd’hui en phase de mutation paysagère. L’effet barrage a déclenché une évolution de l’occupation du sol particulièrement dans les sections amont de Teskraya. Le ralentissement des processus d’érosion a favorisé une reconquête végétale sur les bancs de galets y compris dans le lit mineur. Néanmoins, au-delà de Teskraya, le chenal d’écoulement est resté stable (Jaziri, 2009).

2 - La méthodologie envisagée et les outils d’analyse

2.1 - La lecture du paysage à partir de la documentation photographique

5L’apport des géographes est considérable dans la lecture des paysages riverains à partir de certains outils d’analyse. Brossard et Wieber (1984) ont proposé des modes de représentation cartographique basées sur la photographie horizontale. Parmi leurs représentations, on cite la cartographie des combinaisons d’objets, la carte de soumission aux vues et la carte des aspects du paysage (Brossard et Wieber, 1984). Cossin et Piégay (2001) ont réutilisé la méthodologie proposée par Brossard et Wieber (1984) pour l’appliquer à l’étude de quatre cours d’eau au sud-est de la France en y ajoutant des analyses statistiques multivariées. L’étude avait pour objectif général d’associer la composante paysagère à la gestion intégrée des cours d’eau.

2.2 - Échantillonnage et technique de prise de vue

6La détermination des micropaysages riverains à partir des photographies horizontales est fondée sur la collecte et l’analyse de photos prises sur sites. La méthode, élaborée par Cossin et Piégay (2001), consiste à prendre des photographies horizontales perpendiculairement au pied de la berge sur les deux rives avec un pas de 1km. On peut distinguer, pour chacune des scènes, les unités paysagères et leur superficie sur la photographie peut être mesurée pour déterminer la part occupée par chacune d’entre elles. La quantification des surfaces de chaque tache paysagère se fait de deux manières (Piégay et Cossin, 2001) : la première manuelle et la deuxième informatique. La méthode manuelle est fondée sur l’usage d’une grille placée sur le croquis des photographies. Elle consiste à compter le nombre de carreaux (0,5 cm de côté) de la grille correspondant à chaque tache paysagère repérée sur ce croquis. Après, on convertit ces carreaux (superficie) en pourcentage de recouvrement de la surface occupée par chaque type de paysage.

7La méthode informatique consiste à numériser la photographie puis, à l’aide du logiciel Adobe Photoshop, à attribuer une couleur à chaque tache paysagère. L’image créée sera transférée dans un logiciel qui recompose l’image vectorielle en image matricielle. Chaque tache paysagère est ainsi définie par le nombre de pixels qui la compose. La surface occupée par chaque couleur, donc par chaque tache paysagère, peut ensuite être mesurée. Ces informations sont ensuite retranscrites dans un tableau de données (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Démarche des analyses des photographies horizontales : du cliché à la carte.

8La comparaison des deux méthodes montre que la méthode manuelle donne de bons résultats avec un gain de temps (Piégay et Cossin, 2001). Les unités se distribuent en 5 grands groupes selon leur composition : végétale, minérale, aquatique, topographique et anthropique. Chaque groupe contient des éléments paysagers par exemple le groupe « topographie » contient 3 éléments paysagers : berge, versant, plat (tableau 1).

Tableau 1

Tableau 1

Éléments paysagers retenus dans l’analyse des micropaysages rivulaires

9Dans la présente recherche, la même démarche est adoptée mais avec quelques ajustements pour la relier à nos objectifs.

10L’objectif de cette approche est de déterminer la structuration des unités paysagères qui composent un segment. La méthode de découpage retenue est semi-informatique : à l’aide du logiciel Corel draw, la photographie est placée sur une grille composée de carreaux de 1 mm de chaque côté. Le calcul de la superficie n’est pas nécessaire dans le cas de la présente étude car on a affaire à une représentation horizontale des objets (des polygones) et non pas à des surfaces bien définies. On peut se limiter au calcul de la part occupée par les objets. Ce sont ces données qui sont utilisées pour dresser une carte des typologies des micropaysages riverains (tableau 2).

Tableau 2

Tableau 2

Comparaison des paramètres retenus pour l’analyse des photographies horizontales

Les photographies ont été prises à l’intérieur des cours d’eau, au milieu du chenal d’écoulement ou bien sur les deux rives, puis assemblées. Il est à noter aussi que toutes les photographies ont été prises le même jour et avec le même appareil.

2.3 - L’analyse statistique des données

11La typologie des micropaysages riverains du bas Sejnane a été réalisée à partir d’une classification ascendante hiérarchique (CAH). La Classification Ascendante Hiérarchique (CAH) permet de réaliser une typologie des stations. Les résultats d’une classification hiérarchique peuvent se présenter soit directement sous forme d’une partition en un nombre fixé de classes, soit sous forme d’une hiérarchie emboîtée qui permet de définir des partitions à différents niveaux d’agrégation (Sanders L., 1990). Ces techniques statistiques permettent d’évaluer les micropaysages riverains, leur agencement longitudinal et leur diversité. L’ensemble de ces analyses multivariées ont été effectuées avec le logiciel XlStat 2007.

2.4 - L’indice de diversité Shannon-Weaver

12L’indice de diversité Shannon-Weaver est le plus couramment utilisé dans la littérature, il est basé sur la formule suivante :

13H’ = - Σ ((Ni / N) * log2 (Ni / N))

  • Ni : nombre d’individus d’une espèce donnée, i allant de 1 à S (nombre total d’espèces).

  • N : nombre total d’individus.

  • H’ est minimal si tous les individus du peuplement appartiennent à une seule et même espèce, ou bien si chaque espèce est représentée par un seul individu. L’indice est maximal quand tous les individus sont répartis d’une façon égale sur toutes les espèces (Frontier, 1983). L’indice de Shannon est souvent accompagné de l’indice d’équitabilité « J » de Piélou (1966) qui représente le rapport de H’ à l’indice maximal théorique dans le peuplement (Hmax). Cet indice peut varier de 0 à 1, il est maximal quand les espèces ont des abondances identiques dans le peuplement et il est minimal quand une seule espèce domine tout le peuplement.

14Pour notre étude, l’indice de diversité est très utile pour comparer les dominances potentielles des éléments paysagers entre différentes stations le long du cours et de faire des corrélations entre l’occupation du chenal d’écoulement avec l’indice approprié à chacune des stations.

3 - Résultats

3.1 - Structure spatiale des éléments paysagers le long du bas Sejnane

15Parmi les 11 éléments paysagers présents sur les photographies du bas Sejnane, 4 seulement ont une représentativité supérieure à 10%. Le groupe élémentaire « Végétal » occupe à lui seul 63% de la surface des photographies. Le groupe élémentaire « Aquatique » représente 20,7% des surfaces.

16De l’amont à l’aval, la composition du paysage riverain est variable (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Évolution spatiale des éléments paysagers de l’oued Sejnane.

17Par sa présence et son abondance, l’eau est considérée comme la variable explicative de la distribution des autres variables visuelles. Dans le cas de l’oued Sejnane, du fait du contrôle hydrique exercé par le barrage, seuls les débits écologiques sont évacués pour maintenir en équilibre l’écosystème du lac de l’Ichkeul (Smart M., 2004). Le développement de la végétation riveraine a tendance à ralentir l’eau surtout au niveau des mouilles. Cela a favorisé une colonisation progressive de la végétation riveraine au milieu du chenal d’écoulement. À un stade pionnier, les aquatiques, présents sur l’oued Sejnane mais absents sur nos photographies du fait de leur petite taille, occupent les flaques d’eau. S’installent ensuite les massettes, les joncs piquants, les roseaux … qu’on qualifie ici d’Herbacés hauts (Hh). Ces espèces occupent une place importante dans le chenal d’écoulement de l’oued Sejnane. Leur tendance est régressive de BS1 à BS15. Par leur croissance rapide et horizontale, ils masquent les eaux stagnantes sur les photographies ce qui explique une évolution inverse des surfaces d’Ec (fig. 3), et cela même si ces espèces ne subsistent qu’aux marges des flaques d’eau. Le long du cours d’eau, l’élément aquatique connait deux tendances : il diminue progressivement du barrage vers le milieu de la plaine alluviale. Sa présence est locale (Bs4) et strictement liée à l’importance de la végétation et à sa distribution. Cette séquence est caractérisée, par un développement important des Hh. Au-delà, la tendance s’inverse, les Ec dominent progressivement dans le chenal d’écoulement alors que les Hh diminuent progressivement, avant de réapparaitre à l’embouchure du cours d’eau.

18Les arbustes sont omniprésents le long du chenal de l’oued. Ils représentent 40% de surface totale des photographies. Leur taux d’occupation est variable le long des cours d’eau avec un pic au niveau de BS8. Ils sont souvent accompagnés par d’autres éléments mais ils dominent dans les photographies prises au centre de la plaine alluviale (Bs7, Bs 8, Bs 9 et Bs 10). Une nuance se fait jour au niveau de la physionomie de ces arbustes. Ce sont généralement des lauriers roses et des tamaris de taille moyenne le long de l’oued, mais à l’approche de l’embouchure, on rencontre exclusivement des tamaris approchant la taille des arborées, formant ainsi un corridor continu et fermé.

19La comparaison de la courbe des Hh avec celle des Ec (fig. 3), montre que la tendance s’inverse dès Bs1. L’amplitude devient plus importante de Bs4 à Bs10. Cette section est totalement envahie par l’élément végétal qui occupe même le chenal d’écoulement. Une concurrence pour l’espace se déclenche alors entre les Hh et les Ar à la faveur de ces derniers. Les arborés sont moins présents que les arbustes. Même si leur tendance est légèrement à la hausse, ils ne sont vraiment bien présents qu’à la partie centrale de la plaine (Bs 8, Bs 9 et Bs 11) et moyennement présents près du barrage. Les espèces arborées occupent les berges du cours d’eau contrairement aux autres éléments végétaux qui occupent le centre même du chenal d’écoulement. La corrélation statistique entre ces variables ne donne pas de résultats interprétables statistiquement. Ceci revient au type de l’information traitée. En effet, les éléments paysagers ou composantes visuelles sur les photographies ne présentent pas la vraie superficie qu’ils occupent sur le terrain, mais simplement leur part relative de la représentativité sur les photographies et le paysage perçu.

20Spatialement les bancs de galets se limitent à Bs7 (fig. 3), ils disparaissent jusqu’à l’embouchure. Ceci s’explique par la conquête du lit mineur par les végétaux ce qui a pour effet de piéger ces galets, délogés désormais depuis les terrasses alluviales et les berges encore nues. L’absence des argiles et des éléments fins peut être expliqué par deux causes :

  • L’effet sélectif des étiages qui favorise l’incision du chenal et le transport des éléments fins, d’où le développement du processus du pavage d’une part,

  • L’installation aisée de la végétation sur ces substrats par rapport aux bancs caillouteux d’autre part (fig. 8).

Fig. 8

Fig. 8

Évolution d’un banc de galets sur la rive d’accumulation

21Le reste des éléments paysagers est mal représenté sur les photographies. Leur présence est ponctuelle, en rapport avec le contexte local. Les cultures par exemple, bien qu’elles soient bien présentes dans la plaine de Teskraya, sont quasi absentes sur les photographies. Ceci tient à l’importance des végétaux sur les rives qui masquent le deuxième et le troisième plan surtout dans un micropaysage fermé.

3.2 - La diversité des micropaysages du bas Sejnane

22L’indice de Shannon est fréquemment utilisé pour l’étude de la diversité. Cet indice mesure le degré et le niveau de complexité d’un peuplement.

23L’application de cet indice dans notre étude permet non seulement de dégager les niveaux de complexité des paysages riverains mais aussi de relier les valeurs trouvées avec l’occupation de l’espace riverain par les éléments paysagers.

24D’après les résultats obtenus, on remarque que les indices sont compris entre 0,74 et 1,80. Les valeurs les plus basses sont celles des tronçons situés au centre de la plaine de Teskraya (Henchir Malaab el Koura) et près de l’embouchure de l’oued (fig. 1), autrement dit les chenaux totalement envahis par la végétation naturelle pour le premier cas ou bien les chenaux envahis par les eaux courantes avec une présence de végétation sur les berges. Les valeurs les plus élevées sont celles des tronçons où les différents éléments paysagers sont présents. Ces valeurs élevées sont aussi des tronçons au pied du barrage et au niveau de Sidi Salah.

25L’indice de diversité de Shannon calculé pour chaque station montre que les sections du chenal d’écoulement envahies par la végétation ou bien par l’eau courante présentent un indice inférieur à l’indice moyen. Par contre, les stations qui comportent un nombre d’éléments paysagers important présentent des indices élevés. Ce sont les stations de la plaine de Teskraya et de l’embouchure qui présentent des micropaysages peu diversifiés ; par contre les stations proches du barrage et les stations à activité érosive encore active, comme les stations proches des affluents, présentent une diversité paysagère plus importante, traduite par des indices de diversité H’ élevés (fig. 4).

26Fig. 4

Évolution spatiale de l’indice de Shannon et du nombre d’éléments paysagers.

27L’évolution longitudinale de l’indice de diversité et le nombre de variables dans chaque station est significatif. Le coefficient de détermination (R²) obtenu est égal à 0,78. Ce coefficient indique une forte corrélation entre le nombre de variables ou éléments paysagers et l’indice de diversité. La figure 4 montre que, de façon générale, plus l’indice est élevé, plus il correspond à une station composée d’un grand nombre d’éléments paysagers avec une moyenne représentativité de l’élément végétal. À l’inverse, une valeur faible traduit un nombre réduit d’éléments paysagers ou un tronçon envahi par un ou deux groupes élémentaires (élément végétal et/ou aquatique). C’est le cas par exemple de BS 9 qui détient l’indice le plus bas. Cette station est caractérisée par un paysage fermé avec la dominance de l’élément végétal qui détient 97,8% de l’espace riverain. Les arbustes (Ar) et les arborés (AR) prédominent dans le paysage riverain avec un nombre réduit d’espèces. Les stations BS2, BS6 et BS12 détiennent les indices de diversité paysagère les plus élevés (fig. 4). Ces stations sont caractérisées par la présence des éléments minéraux, végétaux et aquatiques sur le premier plan mais aussi par l’ouverture des paysages riverains où les cultures, les versants des montages limitrophes et le bâti sont perceptibles même en arrière-plan.

3.3 - Typologie et cartographie des micropaysages riverains du bas Sejnane

28L’étude de la dynamique spatiale des éléments paysagers nous a permis d’évaluer la structure longitudinale des éléments paysagers riverains perçus de l’intérieur. Les analyses statistiques factorielles (CAH) permettent de proposer une typologie des micropaysages riverains.

29À partir de l’arbre hiérarchique obtenu par la CAH (fig. 5), on peut différencier 3 classes distinctes de stations. Une première distinction se fait au niveau du 28e nœud séparant Bs11, Bs3, Bs4, Bs14, Bs12, Bs13, et Bs15 du reste des individus. Ces derniers se subdivisent à leur tour en deux classes : La première regroupe Bs8 et Bs9 et la deuxième regroupe le reste des stations.

Fig. 5

Fig. 5

Dendrogrammes des stations du bas Sejnane ‑ La première classe est formée par les stations Bs2, Bs1, Bs10, Bs6, Bs5, Bs3 et Bs7. La deuxième classe est composée par Bs11, Bs13, Bs4, Bs14 et Bs15 - La troisième classe regroupe deux stations Bs8 et Bs9.

30Les résultats issus de l’analyse statistique ont fait l’objet d’une cartographie. La carte des micropaysages riverains est une carte à couches superposées définies à partir de 2 niveaux de hiérarchisation de la CAH : un niveau en 3 classes et un autre à 6 classes, dans le but de distinguer les nuances typologiques de chaque classe.

31Le résultat de la démarche suivie révèle l’existence de 3 micropaysages dans le bas Sejnane avec des variantes spatiales (fig. 6):

Fig. 6

Fig. 6

Part relative des composantes visuelles selon la CAH appliquée sur le bas Sejnane.

a - Les micropaysages riverains à chenaux humides

32Ils se caractérisent par des lits mineurs humides et dominés par les arbustes sur les berges. Les micropaysages riverains à chenaux humides  se rapportent aux stations Bs4, Bs11, Bs12, Bs13, Bs14 et Bs15 (fig. 7).

Fig. 7

Fig. 7

Typologie des micropaysages de l’oued Sejnane

33Spatialement, ces micropaysages riverains se localisent au-delà de Teskraya et jusqu’à l’embouchure, à l’exception de Bs4. C’est Tamarix africana qui colonise avant tout les berges de ces micropaysages. Il forme un corridor large (10 m par endroit), fermé et continu à tamariçaie monospécifique.

34Deux sous-classes ont été définies, à savoir des micropaysages à chenaux humides avec une dominance d’arbustes et d’herbacées hauts (Phragmites communis) sur les berges. Spatialement cette sous-classe est située principalement à l’embouchure du cours d’eau. Une deuxième sous‑classe de micropaysages est constituée de chenaux humides avec toujours la dominance des arbustes, principalement Tamarix africana et une présence importante des arborées sur les berges. Les formations arborées à bois dur forment de petits ourlets linéaires ou ponctuels. Fraxinus angustifolia et Betula pendula sont abondants dans les stations très humides (Bs4) et le tronçon situé près de Sidi Salah.

b - Les micropaysages à chenaux envahis par la végétation

35Cette classe, composée de micropaysages à chenaux totalement colonisés par les arbustes, occupe le centre de la plaine de Teskraya. Elle regroupe Bs8 et Bs9 (fig. 7). L’extension longitudinale du laurier rose est continue jusqu’au Sidi Salah. Une nériaie à Nerium oleander colonise le lit mineur. Elle est accompagnée par d’autres espèces à caractère fluvial (Tamarix africana) ou terrestre (Pistacia lentiscus). Le développement de la végétation riveraine dans ces stations de l’oued a tendance à ralentir l’eau et à la faire stagner surtout au niveau des mouilles, ce qui a favorisé le déclenchement d’une colonisation progressive de la végétation riveraine au milieu du chenal d’écoulement. Il est à noter que les micropaysages appartenant à cette classe détiennent l’indice de diversité paysagère les plus bas. Ceci s’explique la dominance de l’élément végétal et surtout les arbustes dans le chenal d’écoulement.

c - Les micropaysages à chenaux secs

36Cette classe regroupe des micropaysages à chenaux secs. Elle regroupe Bs1, Bs2, Bs3, Bs5, Bs6, Bs7 et Bs10 (fig. 7). Ces micropaysages sont limités spatialement par le village de Teskraya. Trois sous-classes ont été définies à savoir : des micropaysages à chenaux secs dominés par des bancs de galets (Bs7), des micropaysages à chenaux secs dominés par des arbustes et des herbacées hauts et enfin des micropaysages à chenaux secs dominés par des herbacées. Cette dernière sous-classe occupe exclusivement les exutoires du barrage où dominent les Typha angustifolia. Il est à noter que les micropaysages appartenant à cette classe détiennent l’indice de diversité paysagère les plus élevés, vue, la présence de tous les éléments paysagers. (fig. 7).

4 - Discussion

37Les photographies horizontales prises au sol au milieu du chenal d’écoulement ont permis de décrire le paysage et de réaliser une typologie des paysages riverains du chenal d’écoulement et des berges. Ce résultat n’était pas réalisable par Cossin et Piégay (2001), qui ont emprunté à cette technique à l’école de Besançon, compte tenu de l’angle de prise de vue choisi et des choix méthodologiques envisagés pour répondre à des objectifs spécifiques. Dans le cas de nos auteurs, les photographies horizontales prises au sol ont surtout été utilisées pour connaître et évaluer la perception du paysage par les individus et pour décrire le paysage et réaliser une typologie des paysages de berges.

38La démarche suivie dans cet article aide à confirmer les hypothèses posées par de nombreuses études théoriques et expérimentales (Galay, 1983 ; Williams et Wolman, 1984 ; Collier et al., 1996 ; Brandt, 2000 …) qui ont étudié les impacts des barrages sur les facteurs de contrôle du système fluvial. Les atteintes concernent principalement les débits liquides et solides, ce qui induit des changements morphologiques du chenal. Cet effet de feedback se répercute sur le fonctionnement écologique du cours d’eau. En effet, les chenaux soumis à l’effet barrage connaissent une redistribution des unités paysagères au sein du lit mineur. Au fur et à mesure que le niveau de la ligne d’eau baisse, la sédimentation des bancs est accélérée. Le développement de la végétation est en relation avec la durée d’exposition du banc au-dessus de la ligne d’eau, la profondeur de la nappe alluviale, la nature et la stabilité des sédiments, etc. Au fil du temps, la végétation s’enrichit en nombre et en espèces et les bancs à galets se métamorphosent ainsi en bancs végétalisés (fig. 8).

39La diversité du paysage riverain soumis à l’effet barrage semble avoir aujourd’hui été affaiblie par une reconquête végétale importante dans le chenal d’écoulement du bas Sejnane. Les volumes d’eaux évacuées par le barrage et leurs vitesses, qui traduisent de faibles débits, aboutissent au ralentissement des processus morphogéniques qui sont responsables de la diversification des taches paysagères par le jeu continu entre le rajeunissement des structures végétales et leur maturation (Amoros et Petts, 1993). Néanmoins, au-delà de Teskraya et jusqu’à l’embouchure, la conquête végétale est loin d’être la règle générale. Cela est en relation avec le problème de drainage en amont et les entrées des eaux du lac Ichkeul pendant la saison humide.

40L’étude des micropaysages riverains à partir des photographies horizontales présente quelques inconvénients d’ordre techniques et méthodologiques. En fait, La technique de prise de vue photographique horizontale fait que le premier plan prédomine. Celui-ci occupe en moyenne près de 52% de la superficie des photographies, alors que l’arrière-plan est au contraire sous représenté (en moyenne 6% de la superficie). Cossin et Piégay, (2001) expliquent ce fait par la distance importante qui le sépare du point de prise de vue ou par la présence d’objets au second plan qui, bien souvent, constituent un écran visuel. En absence de correctif, les objets du premier plan seraient amplifiés dans le calcul des parts relatives des éléments paysagers. Par contre, les objets horizontaux sont sous-estimés. Par exemple, les flaques d’eau, malgré leurs petites superficies dans le chenal d’écoulement ou bien dans les photographies, abritent des espèces végétales aquatiques variées comme Alisma plantago-aquatica, Veronica beccabunga, Montiafontana … (Jaziri , 2009). Ces flaques d’eau présentent une diversité floristique, par endroit, plus importante que les autres types biologiques.

41La technique élaborée reste insuffisante pour l’étude paysagère des cours d’eau. Elle constitue un outil complémentaire aux documents bibliographiques et photographiques classiques. Le photoquestionnaire constitue un outil complémentaire à cette méthodologie et qui concerne l’étude de la perception et la représentation des paysages fluviaux. Les phénomènes de perceptions sont aujourd’hui au cœur des études paysagères (Cossin, Girel, 2003). Le photo-questionnaire permet aussi d’évaluer l’appréciation individuelle des scènes paysagères, définir un modèle paysager fluvial des différents acteurs sociaux et enfin de dégager une typologie selon un critère prédéfini.

Conclusion

42La démarche élaborée à partir des photographies prises au sol a permis une cartographie des micropaysages riverains du bas Sejnane vus « du dedans » après dérèglement hydrologique suite à la construction du barrage. C’est aussi un outil d’aide à la décision car elle présente des affinités spatiales ponctuelles, puisqu’elle permet de réaliser un diagnostic de l’état du paysage (Cossin M., Girel J., 2003).La préservation des espaces fluviaux constitue aujourd’hui un enjeu majeur dans le maintien de la dynamique fluviale d’une part et la biodiversité d’autre part. Partant de ce constat, il est nécessaire aujourd’hui d’intervenir, non pas à l’encontre de l’évolution naturelle, mais par la préservation des fonctionnalités de ces milieux fragiles.

Top of page

Bibliography

AMOROS C., PETTS G.E., (1993), Hydrosystèmes fluviaux, Masson, Col. Écologie 24, Paris, 300 p.

BRANDT S.A., (2000a),  Classification of geomorphological effects downstream of dams, Catena, 40, p. 375‑401

—, (2000b), Prediction of downstream geomorphological changes after dam construction: a stream power approach, Water Resources Development, 16 (3), p. 343‑367.

BROSSARD Th., WIEBER J.C., (1984), Le paysage : trois définitions, un mode d’analyse et de cartographie, Espace géographique, no 1, p. 5‑12.

BUREL F., BAUDRY J., (1999), Écologie du paysage, concept, méthodes et applications, éd. Tec et Doc, Paris, p. 359.

COLLIER M.P., WEBB R.H., SCHMIDT J.C., (1996), Dams and rivers, A primer on the downstream effects of dams, U.S. Geological Survey Circular 1126, 94 p

COSSIN M., GIREL J., (2003), De l’écologie du paysage à la perception paysagère des milieux ripicoles,  Les forêts riveraines des cours d’eau, écologie, fonctions et gestion, p. 218‑239.

COSSIN M., PIÉGAY H., (2001), Les photographies obliques, une source d’information pour la gestion des paysages rivulaires, Cahiers de Géographie du Québec, 45 p. 37‑62.

DECAMPS H., DECAMPS O., (2004), Au printemps des paysages, éd Bucher Chastel, Paris, 232 p.

FOLTÊTE J.‑C., (1999),  Paysage et société : question de distances dans le Doubs, Mappe Monde 53, p. 41‑46

FRONTIER S., (1983), L’échantillonnage de la diversité spécifique. In Statégie d’échantillonnage en écologie, Frontier et Masson édit., Paris (Coll. D’Écologie), p. 494.

JAZIRI B., (2009), Le bio et le barrage, végétation riveraine et aménagements hydrauliques : eaux libres/eaux contraintes. Structures, fonctionnalités et représentation dans trois cours d’eau de la Tunisie septentrionale, thèse de doctorat, ENS,LSH Lyon, p. 288.

MARZOUGUI A., BEN MAMMOU A., (2006), Le barrage de l’Oued Sejnane : quantification de l’alluvionnement et évaluation de l’érosion spécifique de son bassin‑versant, Geo, Eco,Trop, p. 57‑68.

PIEGAY H., ARNAUD D., SOUCHON Y., (2003), Effets de la végétation riveraine sur la géométrie des lits fluviaux : études de cas dans le Massif central (France), Géomorphologie: relief, processus, environnement, n2, p. 111‑128

SANDERS L. (1989), L’analyse statistique des données en géographie, éd. Alidade Reclus, Paris, p. 267.

WILLIAMS G.P., WOLMAN M.G., (1984), Downstream effects of dams on alluvial rivers. U.S. Geological Survey Professional Paper 1286, p. 83.

ZAIRI M., (1997), Impact de la gestion des eaux du Nord et de l’activité industrielle correspandante sur le biotope du lac Ichkeul, Unesco, p. 115.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Localisation du bas Sejnane
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-1.png
File image/png, 116k
Title Fig. 2
Caption Démarche des analyses des photographies horizontales : du cliché à la carte.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-2.png
File image/png, 383k
Title Tableau 1
Caption Éléments paysagers retenus dans l’analyse des micropaysages rivulaires
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-3.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Tableau 2
Caption Comparaison des paramètres retenus pour l’analyse des photographies horizontales
Credits Les photographies ont été prises à l’intérieur des cours d’eau, au milieu du chenal d’écoulement ou bien sur les deux rives, puis assemblées. Il est à noter aussi que toutes les photographies ont été prises le même jour et avec le même appareil.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-4.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig. 3
Caption Évolution spatiale des éléments paysagers de l’oued Sejnane.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-5.png
File image/png, 56k
Title Fig. 8
Caption Évolution d’un banc de galets sur la rive d’accumulation
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-6.png
File image/png, 210k
Caption Évolution spatiale de l’indice de Shannon et du nombre d’éléments paysagers.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-7.png
File image/png, 132k
Title Fig. 5
Caption Dendrogrammes des stations du bas Sejnane ‑ La première classe est formée par les stations Bs2, Bs1, Bs10, Bs6, Bs5, Bs3 et Bs7. La deuxième classe est composée par Bs11, Bs13, Bs4, Bs14 et Bs15 - La troisième classe regroupe deux stations Bs8 et Bs9.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-8.png
File image/png, 85k
Title Fig. 6
Caption Part relative des composantes visuelles selon la CAH appliquée sur le bas Sejnane.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-9.png
File image/png, 204k
Title Fig. 7
Caption Typologie des micropaysages de l’oued Sejnane
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6250/img-10.png
File image/png, 227k
Top of page

References

Electronic reference

Brahim Jaziri, « Méthode de description de la structure longitudinale du corridor fluvial du bas Sejnane à partir de photographies horizontales », Méditerranée [Online], 118 | 2012, Online since 30 May 2014, connection on 20 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6250 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6250

Top of page

About the author

Brahim Jaziri

Université de Tunis, brahimjaziri@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page