Skip to navigation – Site map
Ressources hydriques et fonctionnement géomorphologique des hydrosystèmes anthropiques

Ressources hydriques sous tension et enjeux de développement durable dans la wilaya de Sidi Bel Abbes (Algérie occidentale)

Hydric stress and issues for the sustainable development in the Sidi Bel Abbès wilaya (west Algeria)
Faiza Bennabi, Laid Hamel, S. Edine Bachir Bouiadjra and Samia Ghomari
p. 105-111

Abstracts

Like the wilayas of west Algerian department, wilaya of Sidi Bel Abbes suffers from water shortage. In this region, where the flows are characterized by a considerable seasonal and irregularity, the water potentials are low. Water resources in ground or surface are insufficient to meet the needs and growing demands of the urban or rural population.

The wilaya of Sidi Bel Abbes couldn’t withstand this water deficit and facing the hazards climate changment recently. In this regard the administrative bodies called for water transfer from neighboring wilayas to cover the registered lack in the last years.

The study is contributing to make a data base participating to understand ways of intra and extra wilayas water management. so it allows analyzing the issue of this critical factor necessary for the whole life and for socio- economic development.

Top of page

Full text

1L’Algérie a connu ces dernières années, dans le cadre des différents plans de développement, un essor économique significatif dans le domaine agricole (Plan National de Développement de l’Agriculture), reposant sur l’extension de l’irrigation. Cela a exercé une forte pression sur les potentialités des ressources hydriques.

2La question de l’eau en Algérie, qui représente un grand enjeu socio- économique, se pose depuis très longtemps aux autorités et aux organismes gestionnaires.

3Les perspectives de modernisation du pays, dans un environnement de mondialisation et de globalisation, rencontrent les défis écologiques ; il importe alors aux chercheurs d’évaluer les outils, les structures et les législations efficaces (Boyer, 2001).

4L’Algérie est un pays du sud du bassin méditerranéen à climat semi-aride (total pluviométrique annuel de 300 à 400 mm) (Onm, 2010). Il se place parmi les pays pauvres en matière de potentialités hydriques avec une forte disparité entre l’Est et l’Ouest. Cette faiblesse globale des précipitations se double d’une disparité spatiale interne. Alors que les régions de l’Ouest algérien souffrent d’aridité, la partie Est du pays est caractérisée par un climat plus humide du fait du contexte montagneux: il s’y écoule des oueds dont les apports sont supérieurs à 1 000.106 m3/ an (Remini, 2010).

5La question des ressources en eau à l’échelle nationale reste ainsi une préoccupation majeure en raison de ces conditions climatiques défavorables, de la croissance démographique vive et de la dégradation quantitative et qualitative des eaux superficielles et souterraines.

6À cet effet un intérêt particulier est porté à la wilaya de Sidi Bel Abbès qui se caractérise par une forte variabilité climatique défavorable. Elle est la moins bien dotée en ressource en eau par rapport aux autres wilayas de l’Ouest algérien, d’où l’importance d’établir un inventaire des disponibilités hydriques, afin de faire ressortir les défaillances de leur mode de gestion dans le but d’anticiper les solutions possibles pour assurer la pérennité du potentiel hydrique de la région.

1 - Présentation de la zone d’étude

7La wilaya de Sidi Bel Abbès se trouve au Nord-Ouest de l’Algérie à environ 80 km d’Oran. Située à une altitude de 486 m, elle s’étend sur une superficie de 9 150 km2. (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Présentation de la wilaya de Sidi Bel Abbès.

8Administrativement, elle compte 52 communes regroupées en 15 Daïras, qui renferment 63 9182 habitants. Le taux de croissance démographique est de +1,72% durant l’année 2010. Cette croissance engendre une forte pression sur les ressources naturelles et notamment sur les ressources en eau, ce qui influe négativement sur les disponibilités actuelles en eau dans cette contrée.

9La région de Sidi Bel Abbès est caractérisée par un climat méditerranéen et elle appartient à l’étage bioclimatique semi-aride à tendance continentale : hiver humide et froid, été sec et chaud, saisons intermédiaires courtes.

10Cette entité territoriale est caractérisée par un réseau hydrographique peu développé, au sein du grand bassin‑versant de la Macta qui s’étend sur une superficie de 14 390 km2. Le drainage y est assuré par trois principaux cours d’eau pérennes (fig. 2a et 2b) :

  • l’oued El Hammam situé dans la partie Est de la wilaya de Sidi Bel Abbès et alimentant le barrage de Bouhanifia appartenant à la wilaya de Mascara ;

  • l’oued Mekerra situé dans la partie centrale de la wilaya de Sidi Bel Abbès et alimentant le barrage de Cheurfa appartenant à la wilaya de Mascara ;

  • l’oued Sarno affluent de oued Mekerra situé dans la partie Nord de la wilaya de Sidi Bel Abbès et alimentant le barrage de Sarno, le seul barrage que compte la wilaya depuis 1954 ;

  • le barrage Sidi Abdelli exploité en partie par la wilaya de Sidi Bel Abbès est alimenté par l’oued Isser situé en dehors du réseau hydrographique de la région de Sidi Bel Abbès ;

11par la présence de plusieurs nappes phréatiques et profondes et la résurgence d’importantes sources, la wilaya de Sidi Bel Abbès présente un potentiel hydrique de l’ordre de 16 Hm3 par an (Ade, 2010a).

Fig. 2a

Fig. 2a

Réseau hydrographique et potentiel en eaux superficielles au Nord de la wilaya de Sidi Bel Abbès.

Fig. 2b

Fig. 2b

Potentiel en eaux superficielles au Sud de la wilaya de Sidi Bel Abbès.

12Ce potentiel hydrique n’arrive pas à satisfaire les besoins quotidiens des usagers et des secteurs économiques de la région. De ce fait, les organismes gestionnaires (Agence Nationale des Barrages, Algérienne des Eaux, Direction de l’Hydraulique de la Wilaya, Agence des Bassins‑versants et Office d’Assainissement) ont élaboré une stratégie d’approvisionnement en eau par le biais des transferts inter et intra- wilaya. Ces transferts sont destinés à alimenter la population et les différents secteurs économiques (DHW, 2010) (fig. 2a et b).

2 - Problématique et but de la recherche

13La wilaya de Sidi Bel Abbès fait face, depuis au moins deux décennies, à une sécheresse chronique et étendue dans l’espace. Ce n’est qu’à l’automne et l’hiver 2008/2009 qu’elle a connu d’appréciables précipitations (300 mm) sur une durée de 60 jours. Mais au-delà de ces épisodes exceptionnels, les périodes de sécheresse se répètent sur des temporalités plus ou moins longues. Depuis les années 1970, celle-ci s’est installée progressivement dans notre région.

14L’objectif poursuivi dans cette étude est celui de tester s’il existe une différence entre les saisons de sécheresse entre la période I (1980-1989) et la période II (1995‑2003). Afin d’agencer la suite, nous proposons d’explorer des données de pluviométrie et de température moyenne  mensuelle.

3 - Étude de la contrainte climatique

15Nous avons voulu tester l’existence d’une variabilité climatique concernant particulièrement la durée de la saison sèche sur la base des données de pluviométrie et de température moyenne mensuelle de 1980 à 2003. Pour ce faire nous avons considéré deux intervalles de temps : période I (1980-1989) et période II (1995-2003). Ce choix est motivé par deux raisons:

  • la difficulté de rassembler les informations liée à une certaine irrégularité de mesures et des données manquantes ;

  • la considération de deux extrêmes sur le temps d’observation (1980 à 2003) va nous permettre de juger de l’étendue de l’aridité.

  • Les besoins de l’analyse nous ont conduit à utiliser l’indice de Gaussen et Baniouls (1953) qui se définit suivant la formule :
    IG = 2T - P (P≤2T)
    P : Précipitation moyenne mensuelle
    T : Température moyenne mensuelle.

16Cet indice permet de caractériser la sécheresse grâce à la règle suivante : IG positif signifie une période de sécheresse et IG négatif indique une absence de sécheresse. À partir de là, nous avons calculé l’indice pour chaque mois de l’année et pour chaque période. Le tableau 1 présente les indices mensuels dans chaque période (deux premières colonnes) et l’écart calculé entre les deux périodes sous forme de différences : période II‑période I (troisième colonne).

Tableau 1

Tableau 1

Calcul statistique du degré de sécheresse dans la région de Sidi Bel Abbès.

17Ces différences calculées nous permettront d’évaluer l’aridité d’un mois donné de la période II par rapport à la période I. L’écart calculé sera positif si le mois concerné de la période II est plus sec que le mois de la période I et négatif dans le cas contraire. De cette manière, si on considère les mois de mai, juin, juillet et août comme références de la sécheresse, nous trouvons que les écarts entre les deux périodes sont positives, ce qui révèle que cette saison considérée dans la période II est plus aride que celle de la période I et que les périodes de sécheresse évoluent et s’intensifient avec le temps. Afin d’affirmer statistiquement ce résultat, nous avons effectué un test statistique de Student pour savoir si les différences constatées entre les indices de Gaussen des mois de mai, juin, juillet et août sont significatives (non nulles). Le test donne un résultat significatif au seuil de signification de 5%, ce qui signifie que nous avons 5% de risque d’erreur de se tromper en considérant cette différence. Par conséquent, nous pouvons déduire que la saison sèche de la période II est plus intense que celle de la période I.

4 - Potentialités hydrologiques et hydriques

18La région de Sidi Bel Abbès vit une situation alarmante où l’eau est au centre des inquiétudes des autorités locales. Avec l’augmentation d’environ 30 Hm3/an des besoins économiques en eau et l’élévation des niveaux de vie, les usagers vivent d’une façon permanente une tension palpable entre l’offre et la demande. Ce diagnostic va permettre de mieux cerner la situation actuelle de la ressource en eau dans la région de Sidi Bel Abbès, afin de circonscrire les problèmes qui en découlent et proposer des solutions appropriées.

19La confrontation de l’offre et la demande d’eau, effectuée à l’échelle de la wilaya de Sidi Bel Abbès a mis en évidence une situation actuelle largement déficitaire qui ne cesse de s’aggraver. Notre inventaire va nous aider à évaluer les potentialités en eaux superficielles et souterraines de la région.

4.1 - Eaux de surface

20Elles concernent les eaux du barrage Sarno, du petit barrage d’écrêtement dans la commune de Tabia, de onze retenues collinaires et de six sources. Pour l’alimentation en eau potable, la wilaya de Sidi Bel Abbès reste tributaire des transferts d’eau des barrages extra wilaya : barrage Sidi Abdelli, barrage Bouhanifia et barrage Cheurfa (tableau 2).

Tableau 2

Tableau 2

Barrages exploités par la wilaya de Sidi Bel Abbès.

21Il est à noter que presque toutes les ressources en eau superficielles sont mobilisées et régularisées au niveau des barrages des wilayas limitrophes (voisines) avec un volume de 120 Hm3/an.

22Les onze retenues collinaires totalisent un volume de 86 000 m3/an destiné essentiellement à l’irrigation agricole.

23Les six sources totalisent une production totale de 5 904 Hm3/an qui provient principalement des aquifères calcaires.

4.2 - Eaux souterraines

24La wilaya compte un potentiel en eau souterraine compris entre 30 et 35 Hm3/an et représenté par douze unités hydrogéograhiques dont onze, situées dans le bassin‑versant de la Macta et une seule dans le bassin‑versant de chott Chergui. Elles sont exploitées sous l’emprise de la petite hydraulique (105 forages et 45 puits produisant un volume de 30 Hm3/an) (Ade, 2010b) (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Potentiel en eaux souterraines dans la wilaya de Sidi Bel Abbès.

4.3 - Eaux usées

25Dans les régions semi arides telle que la région de Sidi Bel Abbès, la réutilisation des eaux usées dans le domaine agricole et industriel est devenue une nécessité pour combler le déficit (Abdedayem, 2007).

26En matière de récupération des eaux usées, la wilaya totalise cinq stations dont quatre ne sont pas opérationnelles, la seule qui reste se trouve au chef lieu et traite l’équivalent de 28 000 m3/jour (Ona, 2011).

27Le projet d’exploitation des eaux usées de la station d’épuration de Sidi Bel Abbès dans le cadre du développement des périmètres irrigués est actuellement à l’étude au niveau des services de la wilaya pour son éventuelle approbation, selon la cellule de communication de l’ADE.

28Pour faire face à la demande en eau, la wilaya mobilise annuellement un volume global de 40,95 Hm3/an, réparti comme suit  (ADE, 2010b):

  • un volume 20,5 Hm3 pour couvrir les besoins en eau potable qui sont de l’ordre de 20,8 Hm3/an ;

  • un volume de 19,25 Hm3 pour couvrir les besoins agricoles qui sont de l’ordre de 25,89 Hm3/an ;

  • un volume de 1,20 Hm3 pour couvrir les besoins industriels de l’ordre de 2,5 Hm3 /an.

29En se basant sur ces potentialités hydriques que recèle la wilaya, on constate clairement un déficit hydrique de 8,34 Hm3/an des volumes effectivement mobilisés par rapport aux besoins. Ce déficit n’est pas important en ce qui concerne l’eau potable, par contre il est très prononcé pour les besoins de l’agriculture et l’industrie.

30Ainsi, la wilaya n’a pas les atouts nécessaires dans le domaine de mobilisation des eaux de surface et la pression qui s’exerce sur les eaux souterraines ne fait que faire ressentir le déficit en eau. De ce fait, la région ne peut pas s’auto‑suffire en matière d’alimentation de la population et des secteurs agro‑alimentaire et industriel.

31Devant l’augmentation continuelle du déficit en eau, les gestionnaires (Ade et Dhw) de ce secteur sont interpelés à trouver des moyens adéquats, afin de ne pas compromettre l’avenir des générations futures. Or, la région de Sidi Bel Abbès a un manque en matière d’ouvrages de mobilisation, le seul barrage Sarno qu’elle possède étant insuffisant.

32Les eaux de ce barrage étaient destinées à l’alimentation en eau potable des communes de Sidi Hamadouche, Sidi Bel Abbès et Sidi Brahim avec un volume de 1 000 m3/jour. Toutefois, il y a lieu de noter que la capacité de stockage de ce barrage a tendance de baisser, vu les faibles apports de la pluviométrie, les phénomènes de l’évaporation et de l’envasement dont le taux de sédimentation annuel est supérieur à 0,75% du volume global du barrage (Remini, 2005).

33La sécheresse de ces dernières années a eu un impact négatif sur le régime d’écoulement des cours d’eau de la région, ce qui a engendré une baisse conséquente du niveau de remplissage de ce barrage, d’où l’obligation de faire appel à des transferts extra wilaya.

5 - Enjeux sociétaux et perspectives d’un développement durable 

34La gestion de l’eau dans un cadre local et régional doit être nécessairement considérée à différentes périodes, d’abord à court et à moyen terme, afin d’être optimisée pour une meilleure prise en compte du comportement des usagers, ensuite à long terme, par l’intégration des évolutions dans le contexte du réchauffement climatique et les changements sociétaux que connaît la planète Terre (Vervier, 2004).

35L’Algérie, principalement la wilaya de Sidi Bel Abbès, avec toutes ses entités territoriales, n’est pas à l’abri de ces changements climatologiques et socio-économiques.

36La sécheresse est une réalité présente et matérialisée par un déficit et une rareté hydrique (Hermon, 2008). D’après Remini (2010), les données pluviométriques enregistrées ces dernières décennies dans le territoire national ont permis de constater que les moyennes accusent un déficit important par rapport aux périodes antérieures (1960-1970), de plus de 20% dans les régions de l’Ouest, 13% dans les régions du Centre et 12% dans les régions de l’Est du pays, alors que les températures moyennes annuelles sont plus douces.

37Dans cette optique, il faut envisager des alternatives aux approches opérationnelles de grands travaux pour préserver et sécuriser ce qui existe comme ressources et pour améliorer et résoudre les problèmes actuels d’approvisionnement.

38En raison de ces contraintes majeures qui freinent le développement de la wilaya de Sidi Bel Abbès et l’amélioration de la qualité de vie des populations, la vision prospective devra s’articuler autour de la mise en œuvre des actions de consolidation suivantes :

  • l’achèvement des différentes actions de mobilisation de ressources d’appoint prévues dans le cadre du Schéma Directeur de l’alimentation en eau potable et les différents transferts réalisés en vue de sécuriser les conditions d’approvisionnement en eau potable, ces actions sont :
    - un transfert intra wilaya à partir de la nappe de Chott Chergui. Avec un volume de 25 000 m3/jour, ce transfert satisfait les 200 000 habitants de la ville de Sidi Bel Abbès et certaines communes telles que : Marhoum, Mérine, Téghalimet, Tenira et Hassi Daho (fig. 2 b) ;
    - un transfert d’eau à partir de la station de dessalement de Honay (Dhw, 2010) ;

  • la poursuite des actions de réhabilitation et de remplacement des réseaux de distribution des principales agglomérations de la wilaya de Sidi Bel Abbès pour réduire les taux de fuites d’eau et garantir l’impact attendu des différents transferts réalisés à partir des barrages de Sidi Abdelli, Bouhanifia, Sarno et Cheurfa ;

  • la poursuite des programmes de réalisation des retenues collinaires et de la réhabilitation des stations d’épuration de la wilaya, adossée à une action volontariste de valorisation de l’eau disponible pour les secteurs agricoles et industriels, qui sont alimentés actuellement par le recours exclusif aux eaux conventionnelles (eaux potables) ;

  • la sensibilisation et l’information des usagers des institutions communales et régionales en les faisant participer à la prise de certaines décisions telles que: la réhabilitation des réseaux de distribution, la tarification de l’eau, la subvention des équipements d’irrigation modernes et les enjeux de la gestion de l’eau pour les différents domaines économiques de la wilaya, car le droit de l’eau est une perspective de solidarité régionale ;

  • l’adoption de nouvelles techniques et pratiques d’économie de l’eau dans les différents domaines socio-économiques en introduisant par exemple en agriculture l’irrigation au goutte à goutte et dans l’industrie agroalimentaire les processus de fabrication les plus économes, dans le but de réduire la consommation excessive de l’eau par ces deux secteurs ;

  • la mise en place d’un modèle de gestion en intégrant les ressources en eau conventionnelles et non conventionnelles (eaux usées épurées et eaux salées) pour réduire la pression exercée sur le potentiel local disponible de l’eau ;

  • la mise en place d’une politique de gestion rationnelle et coordonnée entre les différents utilisateurs doit être adoptée en tant que cadre stratégique (Liebaert, 2002), car elle est nécessaire au développement socio‑économique de la région. Cette gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) s’articule autour du développement des périmètres irrigués par les forages ;

  • l’option pour le dessalement de l’eau de mer à court terme comme dernière alternative, sans en négliger les conséquences écologiques et le coût économique : les besoins énergétiques importants, l’emploi de produits chimiques pour nettoyer les membranes, les traces des métaux lourds échappés des installations, le bruit généré par les pompes à haute pression et certains systèmes de récupération d’énergie (Blinda, 2010).

39Dans cette optique, la région de Sidi Bel Abbès doit bénéficier dans les années à venir d’un transfert de l’ordre de 100 000 m3/jour pour alimenter 639 182 habitants à partir de la station de dessalement de Honay située dans la wilaya de Tlemcen.

40Ainsi, et dans ce contexte, la gestion rationnelle de cette ressource dans la région est devenue aujourd’hui une nécessité, voir une obligation, en vue d’assurer un développement harmonieux et durable.

6 - Conclusion

41La présente étude nous a permis d’établir l’importance du déficit hydrique dont souffre la wilaya de Sidi Bel Abbès. Ce déficit est accentué par la sécheresse qui sévit depuis deux décennies et perdure dans la région. Cette situation a créé des conditions de pénurie en eau et de dégradation environnementale (Zella, 2007).

42Dans ce cas d’étude, la ressource en eau doit d’autant plus être gérée collectivement, quantitativement et qualitativement par la mise en place de quotas de prélèvements du volume d’eau global attribué pour chaque commune de la wilaya et pour chaque secteur d’activité: AEP 68%, agriculture 29% et industrie 3%. À cet effet, les liens entre l’organisation du territoire de la wilaya et les perspectives d’évolution dans la manière de gérer les eaux doivent répondre à une gestion efficiente (Hermon, 2008).

43Les autorités étatiques responsables et compétentes en coordination avec l’Office d’Assainissement doivent clarifier le statut juridique de l’eau, en définissant les outils et les méthodes permettant d’intégrer un processus qui favorise une gestion coordonnée de l’eau entre les organismes responsables de la gestion (Algérienne des Eaux, Direction Hydraulique de la Wilaya, Office National d’Assainissement et Agence des Barrages Hydrographiques) et les différents utilisateurs (usagers, secteurs agroalimentaire et industriel). Le but est d’optimiser de manière équitable le bien être socioéconomique qui en résulte, sans pour autant compromettre la pérennité des écosystèmes vitaux et en mettant en œuvre une entente sur les ressources durables en eau à l’échelle de la wilaya de Sidi Bel Abbès.

Top of page

Bibliography

ABDEDAYEM S., (2007), La rareté de l’eau dans l’oasis littorale : insuffisance réelle ou problème de gestion ? Cas de l’oasis de Gabés, Revue Tunisienne de Géographie, 2(38), p. 11‑23.

ALGÉRIENNE DES EAUX (ADE), (2010a), Plan d’actions pour l’amélioration de la collecte des eaux pluviales dans la willaya de Sidi Bel Abbès, Office des Publications Universitaires, Sidi Bel Abbès, 30 p.

—, (2010b), Données générales sur le secteur de l’eau dans la wilaya de Sidi Bel Abbès : études et réalisation des projets, Office des Publications Universitaires, Sidi Bel Abbès, 40 p.

BLINDA M., (2010), Eau, énergie, dessalement et changement climatique en Méditerranée, Fac Copies, Plan Bleu, 3(16), p. 1‑5.

BOYER M., (2001), La gestion déléguée de l’eau : gouvernance et rôle des différents intervenants, CIRANO (Centre Interuniversitaire de Recherche en Analyse des Organisations), Montréal, Canada, 24 p.

DIRECTION HYDRAULIQUE DE LA WILAYA (DHW), (2010), Perspective du développement durable dans l’Ouest algérien, Office des Publications Universitaires, Sidi Bel Abbès, 70 p.

GAUSSEN H. et BAGNOULS F., (1953), Saison sèche et indice xérothermique, Revue Géographique de Lyon, 29(3), p. 26‑29.

HERMON E., (2008), L’eau comme patrimoine : de la Méditerranée à l’Amérique du Nord, Pul Coll. Patrimoine en mouvement, Paris, 140 p.

LIEBAERT A., (2002), Gestion intégrée de la ressource en eau, quelle stratégie et quels outils pour la gestion des bassins transfrontaliers, Sommet «Gestion intégrée de la ressource en eau» de l’Initiative Européenne pour l’Eau, France, 233 p.

OFFICE NATIONAL DE LA MÉTÉOROLOGIE (ONM), (2010), climat de la région de Sidi Bel Abbés durant période (1981-2003), Office des Publications Universitaires, Sidi Bel Abbès, 50 p.

OFFICE NATIONAL D’ASSAINISSEMENT (ONA), (2011), Annuaire statistique de la région de Sidi Bel Abbés, Office des Publications universitaires, Sidi Bel Abbés, 20 p.

REMINI B., (2005), Problème de l’eau en Algérie, Office des Publications Universitaires, Alger, 200 p.

—, (2010), Problème de l’eau en Algérie du Nord, Larhyss Journal, 4(8), p. 27‑46.

VERVIER P., AMIGUES J.‑P., SALLES D., GAZELLE F., et MARMONIER P., (2004), Gestion de l’eau et de la sécheresse, Prospective Sociétés et Environnement, INSU, France, 100 p.

ZELLA L., (2007), L’eau (Pénurie ou incurie), Office des Publications Universitaires, Alger, 121 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Présentation de la wilaya de Sidi Bel Abbès.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6330/img-1.png
File image/png, 85k
Title Fig. 2a
Caption Réseau hydrographique et potentiel en eaux superficielles au Nord de la wilaya de Sidi Bel Abbès.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6330/img-2.png
File image/png, 110k
Title Fig. 2b
Caption Potentiel en eaux superficielles au Sud de la wilaya de Sidi Bel Abbès.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6330/img-3.png
File image/png, 82k
Title Tableau 1
Caption Calcul statistique du degré de sécheresse dans la région de Sidi Bel Abbès.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6330/img-4.jpg
File image/jpeg, 244k
Title Tableau 2
Caption Barrages exploités par la wilaya de Sidi Bel Abbès.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6330/img-5.jpg
File image/jpeg, 100k
Title Fig. 3
Caption Potentiel en eaux souterraines dans la wilaya de Sidi Bel Abbès.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6330/img-6.png
File image/png, 316k
Top of page

References

Electronic reference

Faiza Bennabi, Laid Hamel, S. Edine Bachir Bouiadjra and Samia Ghomari, « Ressources hydriques sous tension et enjeux de développement durable dans la wilaya de Sidi Bel Abbes (Algérie occidentale) », Méditerranée [Online], 118 | 2012, Online since 30 May 2014, connection on 29 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6330 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6330

Top of page

About the authors

Faiza Bennabi

Faculté des Sciences, Laboratoire Eco développement des Espaces, Université Djillali Liabés Sidi Bel-Abbès, Algérie, bennfaiza@yahoo.fr

Laid Hamel

Faculté des Sciences, Laboratoire Eco développement des Espaces, Université Djillali Liabés Sidi Bel-Abbès, Algérie

S. Edine Bachir Bouiadjra

Faculté des Sciences, Laboratoire Eco développement des Espaces, Université Djillali Liabés Sidi Bel-Abbès, Algérie

Samia Ghomari

Faculté des Sciences, Laboratoire Biodiversité Végétale et Valorisation et Conservation, Université Djillali Liabés, Sidi Bel-Abbès, Algérie

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page