Skip to navigation – Site map
Les modèles traditionnels de gestion de l’eau en question

L’achèvement de la Grande Rivière artificielle en Libye :
et maintenant, quelle gestion de l’eau ?

Completion of the Great Man-Made River of Libya: what now for the management of its water?
Sébastien Palluault
p. 9-16

Abstracts

This article discusses the evolution of water resource allocation for the Great Man-Made River in Libya, at a time when the main sections of this vast hydraulic development are nearing completion. Against a backdrop of serious water shortages and a dwindling involvement of the State, the evolution of water resource allocation underlines the priority given to urban areas and the gradual disappearance of agricultural improvement projects on the arid fringes of the Jeffara Plain. Furthermore, the generalization of private access to water makes supply modes to public areas more complicated. Moreover, arbitration over water supply from the Great Man-Made River between both economic sectors and territories is at the crossroads of institutional overlaps and local and national lobbying.

Top of page

Author's notes

Cet article est issu d’un travail de thèse soutenu en 2009. Les enquêtes de terrain dont il est question ici ont été réalisées en 2005 et 2006 dans plusieurs périmètres agricoles publics ainsi qu’auprès d’agriculteurs détenant des forages individuels. Ce travail a été effectué dans le cadre d’une convention d’accueil entre l’Université Al Fateh de Tripoli et l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Full text

1Près d’une trentaine d’années après le début des travaux, la construction de la Grande Rivière artificielle libyenne (GRA) est en voie d’achèvement. Les principaux tronçons de cet immense réseau de transfert des eaux sahariennes vers les régions littorales sont désormais opérationnels. Tandis que les principales villes littorales ont d’abord été approvisionnées, dès les années 1990, la distribution de l’eau s’étend depuis peu à peu aux exploitations agricoles.

2Après la période dédiée au génie civil et à l’ingénierie hydraulique vient donc le temps de la gestion de l’eau. Or, la question des modalités d’accès et d’usage de ces ressources reste entière, notamment en ce qui concerne le secteur agricole. La rhétorique officielle a entretenu l’idée d’une contribution significative de cet aménagement hydraulique dans un souci de légitimation de son action, mais ce indépendamment du stade d’avancement des travaux hydrauliques ou du nombre d’exploitations desservies. Répondant au principe d’autosuffisance alimentaire, inséparable de la souveraineté nationale selon la doctrine du régime déchu, l’agriculture est pourtant appelée à devenir la principale bénéficiaire de l’arrivée de la GRA.

3Or, l’étatisation des ressources hydrauliques à travers le projet de la GRA est confrontée à une mutation profonde de l’activité agricole. Depuis la fin des années 1980, plusieurs tendances lourdes ont ébranlé l’assise économique et modifié le contexte sociopolitique de la Libye, remodelant les dynamiques comme les conditions de renouvellement des systèmes agricoles. La diminution des capacités de redistribution de la manne pétrolière a favorisé une recomposition des interventions politiques (Vandewalle, 1998), dont le délitement de l’appareil d’État et l’émergence de nouveaux échelons régionaux en constituent l’expression (Martinez, 2007). Dans le contexte des années 1990 marqué par la stagnation du pouvoir d’achat et l’érosion du budget consacré à l’agriculture (Otman et Karlberg, 2007), le développement du commerce privé, l’essor de l’économie informelle, la libéralisation croissante des échanges ont contribué à recomposer les logiques d’articulation du secteur agricole avec les autres activités économiques. Portée par l’initiative individuelle, favorisée tant par le faible coût des intrants que par la disponibilité de la main‑d’œuvre étrangère, la dynamique agricole se traduit par une intensification croissante des systèmes agraires littoraux et un renouveau de l’agriculture saharienne. Cependant, la dégradation généralisée de la situation hydraulique est venue cristalliser de nouveaux enjeux de concurrence pour l’accès à l’eau, entretenant autant l’espoir que le scepticisme suscités par le projet de la Grande Rivière artificielle (Wheida et Verhoeven, 2007).

4Ces bouleversements suggèrent que la question de l’eau se noue au cœur de nombreux paradoxes. Nous les mettrons ici en perspective pour questionner les modalités d’inscription du projet de la GRA dans la plaine de la Jeffara, la principale région agricole et démographique de la Libye. Nous montrerons dans une première partie dans quelle mesure les eaux de la GRA contribuent d’abord aux populations des zones urbaines et secondairement aux périmètres irrigués dans cette région. La seconde partie proposera une analyse des défis qui se présentent aux autorités libyennes en termes de gestion de l’eau face aux limites de ce vaste projet.

1 - L’inscription du projet de la Grande Rivière artificielle dans la Jeffara libyenne

5La GRA se présente comme un vaste projet d’adduction d’eau connectant plusieurs bassins hydrogéologiques sahariens aux régions septentrionales où se concentrent populations et activités économiques.

Fig. 1

Fig. 1

Le réseau de la Grande Rivière artificielle dans la plaine de la Jeffara.

Source : Autorité de la Grande Rivière artificielle.

6À terme, le transfert de 6 à 6,5 millions de mètres cubes par jour est envisagé. Près de la moitié de ce volume doit être acheminée vers la Jeffara, en grande partie à travers la branche occidentale de la GRA (la seconde phase du projet) qui est opérationnelle à Tripoli depuis 1996 mais dont la construction n’a été achevée qu’en 2007. Ce tronçon, prévu pour un débit de 2,5 millions de mètres cubes par jour, est alimenté en eau dans le Fezzan et se divise en deux canalisations distinctes avant de rejoindre la plaine de la Jeffara. Son exploitation est passée d’environ 25 millions de mètres cubes en 1996 à près de 200 millions de mètres de cubes en 2005. Ce réseau de transfert est aussi raccordé à la branche orientale de la GRA, suite à la réalisation d’une extension qui doit permettre le transfert d’un supplément d’eau provenant de forages situés dans la région de Koufra, à l’extrême Sud-Est du pays. Enfin, les localités situées près de la frontière tunisienne (entre Zawiyah et Zouara) devraient bénéficier, dans quelques années, de la réalisation de canalisations alimentées par des forages situés dans la région de Ghadamès.

1.1 - Les enjeux de la Grande Rivière artificielle dans la Jeffara

7Dans son acceptation la plus large, la Jeffara libyenne désigne la plaine qui s’étend entre le rivage méditerranéen et le Jebel tripolitain. Caractérisée par des conditions climatiques et hydrauliques relativement favorables dans ce pays à dominante hyper-aride, cette région offre une étroite imbrication entre les pôles urbains qui s’étendent le long du littoral et une campagne tripolitaine marquée par l’emprise d’une agriculture intensive.

8Principal bassin démographique du pays, la frange côtière a été soumise à une intense urbanisation, liée à la croissance démographique, au rayonnement économique de Tripoli, ainsi qu’à l’absorption des flux migratoires, notamment en provenance du Jebel tripolitain (Fontaine, 2000). Les anciennes palmeraies littorales ont ainsi perdu leur vocation agricole pour former une conurbation de plus de deux millions d’habitants. Sur une bande large de 25‑à‑30‑kilomètres en retrait du littoral, la plaine associe une fonction résidentielle à une intense activité agricole et forme la principale région de production du pays. Axe majeur de pénétration de la colonisation agraire italienne, la plaine a connu une évolution brutale de son agriculture à partir des années 1960, suite aux bouleversements de l’économie libyenne liés à l’exploitation pétrolière (Allan, 1981). D’agropasteur, l’habitant de la Jeffara est devenu urbain tout en profitant de conditions avantageuses pour développer l’irrigation. Croissance rapide des revenus familiaux, proximité de l’écoulement urbain, facilités pour l’appropriation du foncier, disponibilité de la main‑d’œuvre étrangère, faibles coûts d’investissement dans l’hydraulique : tels ont été les principaux leviers du développement intensif de l’agriculture irriguée. Il faut ajouter à ces facteurs le rôle crucial joué par l’État libyen dans l’aménagement et l’équipement de vastes projets agricoles dans la plaine dans les années 1960 et 1970.

9Dans une région où la faiblesse de la pluviométrie se conjugue à l’absence de cours d’eau permanent, ces mutations ont été dépendantes de la mobilisation croissante des ressources souterraines. Cependant l’exploitation intensive des aquifères a conduit à une situation hydraulique alarmante : à l’épuisement progressif des nappes s’est conjugué un phénomène d’intrusion des eaux salines dans les nappes littorales, qui s’étend jusqu’à une dizaine de kilomètres à l’intérieur des terres (Salem, 2005).

10Ainsi, la construction de la GRA répond, dans cet espace, à un triple enjeu : combler les déficits en eau liés à l’épuisement des réserves souterraines, sécuriser les approvisionnements en eau potable soumis à la salinisation des captages, amener l’eau nécessaire à une nouvelle phase d’intensification agricole permettant de relever les défis de l’autosuffisance alimentaire. Tandis que ce troisième enjeu a été mis en avant par les autorités tout au long de la phase de réalisation, la mise en œuvre progressive de ce réseau dessine une toute autre hiérarchie.

1.2 - Vers une diminution de la part attribuée au secteur agricole

11L’arrivée de la GRA à Tripoli, en septembre 1996, a marqué la prééminence accordée à la satisfaction des besoins urbains. Si le dérèglement du système d’approvisionnement en eau potable a justifié une allocation exclusive aux populations de la bordure côtière dans un premier temps, la lenteur du raccordement de la GRA aux exploitations agricoles de la plaine augure d’une réduction significative des allocations destinées au secteur agricole.

12En effet, à mesure de la dégradation des nappes côtières et de l’abandon des forages pour l’alimentation en eau potable, la zone de desserte de la Grande Rivière artificielle s’est considérablement élargie. À terme, l’ensemble des bourgs et villes situés le long des canalisations souterraines doivent être approvisionnés par la GRA, soit une population estimée à près de trois millions d’habitants en 2006 pour la seule tripolitaine. L’interruption de l’approvisionnement de la GRA à la fin du mois d’août 2011, dans le cadre du conflit qui a opposé les troupes loyalistes du régime de M. Khadafi aux « rebelles » du Conseil National de Transition (CNT), a ainsi mis à jour la dépendance de plus d’un million d’habitants à ce réseau. Par ailleurs, la demande en eau par habitant est très élevée en Libye compte tenu du niveau d’équipement des ménages, de la hausse des conditions de vie et des faibles progrès des modes d’économie d’eau, dans un pays où la ressource continue d’être généreusement mise à disposition par les pouvoirs publics (tableau 1).

Tableau 1

Tableau 1

L’importance des usages urbains dans l’allocation des eaux de la G.R.A

Source : Autorité de la Grande Rivière artificielle, 2008, site internet www.gmmra.org

13Du fait de la dégradation rapide des aquifères et de la croissance soutenue des besoins, la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable ne peut être assurée, dans l’attente d’une hypothétique modernisation des stations de dessalement de l’eau de mer, que par le transfert vers les villes des ressources de la GRA initialement réservées à l’irrigation. Les projections des années 1990, qui s’appuyaient sur l’hypothèse d’une allocation au secteur agricole de 80 % des eaux acheminées par le tronçon occidental de la GRA. (Mott Mac Donald, 1993), apparaissent donc obsolètes. Les usages urbains devraient absorber en 2025 près de la moitié des ressources transférées dans les canalisations de la phase 2 (tableau 1), et ce dans l’hypothèse d’une exploitation optimale des forages alimentant la GRA. On peut donc en conclure que la part alloué au secteur agricole sera bien plus faible qu’escomptée par les autorités au début des années 1990.

1.3 - De la mise en valeur des steppes à la sauvegarde du potentiel agricole de la Jeffara

14Outre la diminution des allocations prévues pour l’agriculture, les autorités en charge de la gestion de la GRA procèdent à une réorganisation spatiale des espaces agricoles desservis par cette infrastructure. Cette reconfiguration se traduit par le transfert vers les exploitations privées de la bande littorale des eaux prévues pour la mise en valeur de la plaine intérieure. Elle semble ainsi consacrer la priorité accordée à la sauvegarde du potentiel agricole existant plutôt qu’à la mise en valeur de nouvelles terres.

15Initialement, l’arrivée de la GRA devait conforter la dynamique de mise en valeur initiée dans la plaine intérieure par la création de nouveaux périmètres agricoles (Mott Mac Donald, 1993). L’ampleur des coûts d’équipement et les faibles résultats des périmètres existants ont sans doute convaincu les autorités libyennes de limiter l’aménagement de nouveaux projets agricoles dans les marges arides de la plaine. Seuls quelques milliers d’hectares, répartis sur trois nouveaux périmètres agricoles situés sous des gradients climatiques plus favorables, seront mis en culture grâce à l’arrivée de la GRA. La faiblesse des réalisations est significative du tournant opéré par l’État en lien avec la diminution de ses interventions et face à la menace que fait peser à court terme la dégradation des ressources souterraines.

16Le rabattement et la salinisation des nappes phréatiques conduisent, en effet, à une situation délicate dans les exploitations situées à proximité du littoral. L’augmentation des coûts d’investissement, d’exploitation et de maintenance du matériel hydraulique se conjugue à la reconversion des systèmes agricoles vers des cultures mieux adaptées aux contraintes du milieu, mais généralement à plus faible valeur ajoutée. L’élévation de la salinité de l’eau a ainsi entraîné une forte rétraction des surfaces dédiées à l’arboriculture fruitière, particulièrement les agrumes dont la superficie a été réduite de 65 % entre 1988 et‑2000 (Elaswed, 2009). L’approfondissement ou le déplacement des ouvrages, soutenus par le recours informel à des entreprises effectuant ces travaux pour le compte des propriétaires, ont constitué des réponses à court terme face à l’ampleur du phénomène. Afin de conserver le potentiel d’une région stratégique pour la sécurité alimentaire du pays, les autorités libyennes envisagent donc d’alimenter un large secteur littoral allant de Tajura à Zawiyah, et jusqu’à Al Aziziyah au sud de Tripoli. Approvisionnées en eau à partir de neufs grands réservoirs hydrauliques, les exploitations de la plaine devraient disposer d’eau pour couvrir les besoins de plusieurs dizaines de milliers d’hectares, selon la structure en charge de l’utilisation des eaux du tronçon occidental de la GRA. 

17Ce changement de cap stratégique n’est pas étranger à la pression qu’exerce une population urbaine, à travers ses relais dans l’appareil politico-administratif, face à la dégradation de son patrimoine agricole. Avec l’arrivée de la Grande Rivière artificielle, certains espèrent en effet maintenir les conditions de renouvellement de leur activité agricole, qui constitue un complément non négligeable à leurs revenus familiaux. Les modifications apportées au plan de développement agricole élaboré au début des années 1990 peuvent aussi s’interpréter comme la traduction de revendications locales pour bénéficier d’un accès à cette manne hydraulique. Élément essentiel du contrôle politique (Martinez, 2000), les modalités de distribution des ressources en eaux participent en effet du fonctionnement clientéliste du régime libyen. Il semble qu’à mesure de l’aménagement de la GRA, ces revendications aient portées leur fruit jusqu’à remettre en cause l’une des finalités de ce système de transfert, à savoir la mise en valeur de nouvelles terres agricoles dans les franges présahariennes. Or, même dans les nouveaux périmètres aménagés par l’État pour valoriser les eaux de la GRA, la situation agricole illustre la recomposition des orientations du pouvoir libyen.

1.4 - Développement agricole et gestion de l’eau dans les nouveaux projets agricoles reliés à la GRA

18En 2006, seulement deux périmètres publics bénéficiaient des eaux de la GRA : le projet d’Abou Aïsha et celui de Tarhouna. Le premier est situé à 60 kilomètres au sud de Tripoli, et s’étend sur 4 800 hectares. Le second, localisé à une vingtaine de kilomètres au sud de Tarhouna, couvre une superficie de 1 240 hectares, dont 650 hectares destinés à l’irrigation. Leur mise en œuvre témoigne d’une évolution profonde des modes d’intervention de l’État par rapport à la période dirigiste des années 1970.

19Le rôle de l’autorité de la Grande Rivière artificielle, qui est décentralisée dans chaque projet, se réduit principalement à la fourniture de l’eau et à la maintenance de l’infrastructure hydraulique, même si elle est aussi chargée de superviser toutes les dimensions du projet. L’une des principales innovations intéresse l’instauration d’une tarification de l’eau dans ces périmètres. Sur le projet agricole d’Abou Aïsha, le prix de l’eau au m3, évalué par un compteur situé sur chaque lot, est complété d’une redevance de 150 dinars libyens par hectare par an destinée à couvrir les frais de maintenance des réseaux hydrauliques. Les tarifs sont variables selon les périmètres et le recouvrement des factures d’eau est lié, selon des exploitants, à la santé financière des exploitations. Bien qu’elle soit modérée et ne permette pas de couvrir le coût réel de l’eau, cette tarification est le signe d’une volonté du pouvoir de réduire les déficits liés à sa politique de grande hydraulique. Elle doit aussi permettre, selon les responsables de l’autorité de la Grande Rivière artificielle dans ces projets, de sensibiliser les producteurs à une gestion plus économe de la ressource.

20L’exploitation agricole des périmètres est effectuée par une main‑d’œuvre souvent étrangère, directement liée à une société libyenne ou non. Ainsi, à Tarhouna, c’est un consortium de sociétés européennes et égyptiennes rejoint par des investisseurs nord-américains qui est en charge de la mise en valeur des terres. Créé en 2002, Technofarm International Ltd exploite plusieurs périmètres agricoles reliés au tronçon oriental de la GRA, notamment le vaste périmètre d’Al Khadra en Cyrénaïque et quelques milliers d’hectares dans la région de Syrte. Rémunérée sur les recettes provenant de la vente des productions agricoles sur le marché libyen, cette société prend en charge l’investissement dans les systèmes d’irrigation, les équipements nécessaires à la production ainsi que les semences et les intrants. Elle est en outre responsable du recrutement et de l’encadrement de la main‑d’œuvre agricole. En 2006, une vingtaine de sociétés libyennes et étrangères cultivaient les terres du projet d’Abou Aïsha, parmi lesquelles une entreprise tunisienne exploitant 200 hectares de tomates destinés à l’industrie agroalimentaire.

21Par rapport aux aspirations du régime libyen dans les années 1970, le contraste est troublant : l’agriculture n’est plus seulement dépendante d’un équipement, d’une ingénierie ou d’une main‑d’œuvre étrangère, elle repose aussi sur un encadrement et des capitaux étrangers. On est loin de la politique volontariste axée sur l’installation de paysans libyens et l’aménagement de projets agricoles autour de petits bourgs fondés ex-nihilo (Attir, 1985) ! Dans ce contexte, le maintien du « dogme » de l’autosuffisance alimentaire relève essentiellement du discours officiel et semble d’ailleurs s’estomper à mesure du ralliement de la Libye aux règles d’une économie de marché mondialisée. Certes, la céréaliculture et les fourrages conservent encore une place importante à Tarhouna, mais le développement des productions maraîchères et de l’arboriculture fruitière témoigne d’une orientation de plus en plus nette vers des spéculations commerciales. Jusqu’à la chute du régime de M. Khadafi, ces projets conservaient une portée symbolique et politique. Les étendues agricoles à perte de vue contribuaient à diffuser l’image d’une prospérité retrouvée et démontraient la capacité du pouvoir central à engager la modernisation du pays malgré les contraintes de sa géographie.

22Cependant, quels que soient les résultats à long terme, ces périmètres ne constituent pas un modèle aisément transposable. L’absence d’appropriation foncière et d’une exploitation agricole antérieure dans les franges arides de la Jeffara a permis à l’autorité publique de disposer d’une grande marge de manœuvre pour déterminer les conditions d’aménagement de ces périmètres, les règles d’accès ou d’utilisation des ressources, la nature des systèmes de production, etc. C’est pourquoi les pouvoirs publics ont d’abord entrepris la création de nouveaux périmètres au lieu de fournir l’eau aux exploitations déjà existantes Mais dans les secteurs les plus favorables de la plaine au plan agricole, les terres se caractérisent par des formes d’appropriation privée de la terre – même informelles – et des modes d’accès individuels aux ressources. Tandis que les autorités tendent à accorder une prépondérance aux exploitations privées dans l’usage agricole des eaux de la GRA, la question des modalités concrètes de leur gestion est toujours posée.

2 - La gestion des eaux de la Grande Rivière artificielle : les nouveaux défis

2.1 - Le problème de la fourniture de l’eau de la GRA dans les anciens périmètres publics

23Au début des années 1990, l’utilisation agricole des eaux de la GRA était principalement envisagée pour favoriser l’intensification agricole dans les périmètres aménagés par l’État dans la plaine intérieure de la Jeffara (Mott Mac Donald, 1993). Établis dans le cadre du plan décennal de développement agricole (1973-1982) sur plusieurs dizaines de milliers d’hectares, ces projets se partagent en deux types distincts : les fermes étatiques, dont l’aménagement et l’exploitation relèvent uniquement de l’intervention de l’État, et les concessions, qui répondent à des objectifs d’emploi et de peuplement, l’émergence d’une petite paysannerie libyenne constituant la finalité de cette intervention particulièrement dirigiste. Ces périmètres sont divisés en une multitude de lots de 5 à 25 hectares. Dans ces projets, l’État a aménagé l’espace (route, électricité, eau), chaque exploitation (bâtiments, machines agricoles, matériel d’irrigation), et a fourni en outre les premières ressources agricoles (cheptel, semences, plantation d’arbres). En contrepartie, chaque famille installée devait exploiter la terre selon un schéma défini par l’administration et rétribuer l’État jusqu’à la pleine accession à la propriété.

24À partir de la fin des années 1980, la situation de ces périmètres a été caractérisée par une dégradation de la fourniture de l’eau, basée sur l’exploitation de forages publics. L’activité agricole, qui est en grande partie conditionnée à l’apport d’eau d’irrigation compte tenu des contraintes climatiques, s’est considérablement réduite. De manière à assurer le renouvellement de leurs exploitations, les familles libyennes ont donc creusé des puits individuels sur les terres qu’elles cultivaient, ouvrant la voie à un changement dans les systèmes agraires et dans les pratiques d’irrigation. Bien que le creusement d’ouvrages hydrauliques soit théoriquement interdit par la législation dans les terres du domaine public, les populations ont bénéficié de la bienveillance des autorités locales de la shaabiyat.

25Cette substitution progressive du réseau public défaillant par les points d’eau individuels s’est accompagnée d’un passage aux cultures commerciales avec un intérêt marqué pour le maraîchage d’hiver et d’été. Céréaliculture et élevage demeurent secondaires alors même qu’ils constituaient un objectif stratégique pour l’administration. Pourvus de nouveaux moyens d’accès à la ressource en eau, les agriculteurs se sont affranchis de la tutelle de l’État et exploitent dorénavant les terres – dont ils s’estiment propriétaires – selon des logiques et des stratégies qui leur sont propres. Le recours à la main‑d’œuvre étrangère s’est généralisé dans ces périmètres : le chef d’exploitation libyen contractualise avec des ouvriers essentiellement égyptiens la mise en valeur de sa ferme : le premier fournit la terre et l’eau, tandis que les seconds apportent leur force de travail et les intrants. Ce type d’accord permet à l’exploitant libyen de minimiser les risques financiers, de bénéficier de revenus élevés issus de cultures techniquement exigeantes, mais surtout de générer des profits de son exploitation agricole tout en assurant des revenus familiaux extra-agricoles. Le développement des cultures fortement consommatrices en eau (notamment les cucurbitacées) est symbolique des comportements de prédation et des logiques de court terme qui s’imposent dans l’utilisation des ressources en eaux dans ces périmètres.

26Les changements intervenus dans ces périmètres interrogent dorénavant le mode de gouvernance qui sera proposé et appliqué dans le cadre de la mise en œuvre de la GRA. La privatisation des modes d’accès à l’eau témoigne de l’affranchissement des bénéficiaires de ces projets d’une tutelle administrative qui exigeait une discipline stricte pour le tour d’eau, pour le choix des productions, ou pour le respect de pratiques d’irrigation. L’arrivée de la GRA exige à nouveau que les agriculteurs se conforment à une gestion collective de l’eau, alors même que l’exploitation d’un puits leur offre une certaine autonomie et une relative sécurité de l’approvisionnement. Par ailleurs, les administrations de ces projets liées au ministère de l’Agriculture ont été transférées et n’exercent plus de missions d’encadrement ou de contrôle dans ces périmètres.

27Officiellement, selon des responsables du ministère de l’Agriculture supervisant l’alimentation en eau du projet agricole de Garabulli, les agriculteurs disposant de forages ne pourront pas bénéficier de l’eau de ce réseau de transfert. Cependant, la substitution des points d’eau actuels par les eaux de la GRA suppose une application stricte des règles juridiques d’exploitation des puits. Elle ne peut passer que par un relèvement substantiel des contraintes financières pour l’exploitation des ouvrages individuels (par la hausse du prix de l’électricité par exemple) ou par une sorte d’avantage compétitif des eaux de la GRA lié à la limitation du tarif de l’eau. Compte tenu des pratiques de contournements, on peut penser que l’alimentation en eau des périmètres publics relève, à l’avenir, moins de la substitution d’un mode d’accès (forage privé) par un autre (Grande Rivière artificielle), mais de leur complémentarité au sein des périmètres ou plutôt de leur combinaison à l’échelle de chaque ferme. Les agriculteurs seraient alors en mesure de choisir l’un ou l’autre, ou bien les deux, en fonction des avantages et les inconvénients que présente chacun des systèmes d’approvisionnement. Dans une certaine mesure, l’application d’une tarification de la ressource accompagnée d’un contrôle étroit de l’administration pourrait conduire les agriculteurs à renoncer à bénéficier de l’arrivée de la GRA, de manière à conserver toute latitude pour exploiter leur ferme via leur forage.

28L’application concrète de la distribution des eaux de la GRA pose donc des problèmes importants, notamment en termes de redéfinition des modalités d’accès à l’eau et de réorganisation des relations entre l’État et les communautés locales. L’échec des périmètres publics a conduit à exacerber les stratégies individuelles, sans que les pouvoirs publics, confrontés au télescopage des logiques et des intérêts des diverses institutions intervenant dans ce domaine, soient à même de définir une orientation politique claire.

2.2 - La gestion de l’eau face à l’intrication des institutions et des échelles d’intervention

29Les questions que soulève la gestion des eaux de la GRA renvoient à la faiblesse et l’enchevêtrement institutionnel qui caractérise l’appareil d’État libyen. L’Autorité Générale de l’Eau (General Water Authority, GWA), a théoriquement vocation à définir et mettre en œuvre la politique de l’eau. Toutefois, cette institution demeure sous l’autorité du ministère de l’Agriculture et n’a pas les moyens d’exercer la police de l’eau. Elle reste ainsi confinée dans un rôle relevant davantage de l’expertise technique que de l’élaboration et de l’application d’une politique publique. Par ailleurs, la portée de son action demeure limitée face aux chevauchements de ses compétences avec celles d’autres organismes d’État, comme l’Autorité de la Grande Rivière artificielle (Great Man Made River Authority, GMRA). Créée en 1983 et chargée de superviser l’ensemble du projet de la Grande Rivière artificielle, cette institution bénéficie d’une forte proximité avec le pouvoir central et de moyens financiers et technologiques très importants. Instrument du contrôle du pouvoir central sur les ressources hydrauliques, la GMRA dispose d’une forte autonomie d’appréciation et d’action en termes de gestion de l’eau.

30Parallèlement, la dissolution progressive de l’appareil d’État s’est traduite par un transfert de compétences et de moyens aux shaabiyats, qui forment une nouvelle entité administrative à l’échelon subrégional (Martinez, 2007). C’est ainsi que les agriculteurs ont pu s’appuyer sur ces administrations locales pour justifier la construction de nouveaux forages individuels alors même que le creusement de tout ouvrage hydraulique est théoriquement interdit dans la plaine.

31En quelques décennies, les modes de gouvernance de l’eau se sont déplacés d’une gestion tribale locale à une gestion de plus en plus administrative et centralisée. Dernièrement, la décentralisation opérée à travers la création des shaabiyats a conduit à une diversification des structures opérant dans ce domaine, sans qu’une homogénéisation des approches soit construite. Cet enchevêtrement institutionnel se répercute de manière très concrète sur l’absence de coordination des différentes échelles d’appréhension et d’intervention dans le domaine de l’eau. Si la GWA se fonde sur des logiques topographiques de bassin-versant et intègre désormais même l’échelon hydrogéologique, l’action des shaabiyats qui forment désormais le niveau privilégié de l’action publique, s’inscrit dans un échelon administratif, qui est en outre régulièrement modifié.

32La « dilution » de l’État à travers la décentralisation, le démantèlement ou la création d’un certain nombre d’institutions et de ministères, a conduit à une confusion institutionnelle, qui se répercute de manière criante dans l’absence d’une régulation des prélèvements en eau d’une définition claire des modalités d’usage de la GRA.

2.3 -L’après Grande Rivière artificielle : vers un changement de paradigme ?

33Longtemps présenté comme la solution définitive au problème de l’eau en Libye, à tel point que la politique hydraulique était entièrement subordonnée à sa mise en œuvre, le projet de la GRA démontre des limites nombreuses. Les autorités doivent résoudre une équation économique et environnementale difficile compte tenu de l’importance des investissements nécessaires au maintien de l’exploitation et des incertitudes pesants sur le rythme d’épuisement des ressources fossiles.

34Aussi, depuis la fin des années 1990 émergent d’autres voies pour gérer la ressource et suppléer ce réseau de transfert. Dans ce pays pétrolier, le paradigme de la gestion de l’eau est étroitement associé au développement d’options technologiques coûteuses, avec le recours à une ingénierie moderne et des capitaux abondants. C’est dans cette optique qu’il faut analyser le projet de réalisation de la « Sea Water Desalination River », un programme de désalinisation des eaux de grande ampleur, destiné à compléter la GRA (Elhassadi, 2008). De la même manière, le détournement des eaux de l’Oubangui vers le Lac Tchad puis vers le sud de la Libye pour approvisionner les aquifères sahariens, a été intégré comme une alternative crédible au problème de l’eau par les autorités libyennes. La construction de la GRA ayant démontré la possibilité technique d’acheminer d’importants volumes d’eaux malgré un environnement hostile, les autorités libyennes envisagent la mise en place d’infrastructures de transferts à très grande échelle.

35Cependant, d’autres logiques émergent. La définition d’une nouvelle stratégie nationale pour la gestion des ressources en eaux (National Strategy for Water Resources Management 2000-2025) marque l’inclination de plus en plus concrète vers l’adoption d’une gestion plus intégrée des ressources. Cette stratégie introduit en effet l’abandon de la politique d’autosuffisance alimentaire, à travers la reformulation des concepts de sécurité alimentaire et de sécurité hydraulique. Elle fixe aussi comme objectif la régulation de la demande en eau agricole, sur la base d’une forte baisse du déficit budgétaire du secteur de l’eau, d’une introduction des mesures d’économie d’eau et de l’application des règles d’accès et d’exploitation à la ressource. Si cette orientation n’a pour l’heure que peu d’effet compte tenu de la « paralysie » des institutions libyennes, elle constitue un rattrapage par rapport aux pays voisins, notamment maghrébins, qui se sont lancés dans une gestion à la fois plus rationnelle et optimale de leurs ressources en eaux. Les projets visant à développer une agriculture hors des frontières libyennes, comme le programme d’échange « blé contre pétrole » avec l’Ukraine ou la concession de 100 000 hectares au Mali dans la zone de l’Office du Niger pour y développer la culture du riz, expriment une nouvelle manière d’envisager la sécurité alimentaire du pays. Les capacités financières de la Libye lui permettent du reste d’accéder facilement au marché international et de supporter un accroissement des importations grâce aux revenus du pétrole.

36Par ailleurs, le devenir des usages de l’eau en Libye se conçoit désormais à une échelle territoriale élargie et dans une dynamique de coopération régionale, qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. Même si cette dimension est clairement empreinte d’une portée géopolitique, la Libye s’est engagée fortement depuis la fin des années 1990 dans l’émergence d’une gestion partagée des ressources en eaux souterraines. Ce nouveau rôle s’est traduit par l’organisation de nombreuses conférences internationales consacrées à cette question depuis 2000 et par la candidature de Tripoli comme siège régional du programme hydrologique international en matière de gestion des ressources en eaux souterraines partagées auprès de l’UNESCO. La problématique de l’eau dans la Jeffara libyenne est par exemple imbriquée à l’évolution des pompages opérés dans le système aquifère du Sahara septentrional, que partagent l’Algérie et la Tunisie avec la Libye. La coopération amorcée entre les principales institutions de l’eau tunisienne, libyenne et algérienne sous l’égide de l’Observatoire du Sahel et du Sahara (OSS) à Tunis constitue les premiers pas d’une collaboration transnationale visant à trouver une solution pérenne pour maintenir de façon concertée un niveau d’exploitation raisonnable des nappes souterraines (OSS, 2008).

37Ces évolutions ne traduisent sans doute pas un changement de paradigme dans la gestion des ressources en eaux en Libye. Elles démontrent néanmoins, qu’en parallèle de la mise en œuvre de la GRA, des actions sont entreprises pour pallier les limites de ce système de transfert et pour rechercher des alternatives à celui-ci. Le défi qui est posé au nouveau pouvoir libyen est de trouver dès à présent les moyens d’affranchir les populations et les secteurs d’activités de leur dépendance progressive à la GRA.

Conclusion

38Bien qu’il soit prématuré de dresser un bilan, et sans minimiser son rôle dans la sécurisation des approvisionnements en eau potable d’une partie de la population libyenne, la mise en œuvre du projet de la Grande Rivière artificielle laisse entrevoir un impact beaucoup plus limité que celui escompté par les autorités libyennes au début des années 1980. L’aggravation de la situation hydraulique a conduit en effet à réserver une grande partie de cette manne hydraulique aux usages urbains, et ce au détriment d’une alimentation des périmètres irrigués. La raréfaction et le renchérissement des ressources ont donc amené le pouvoir libyen à assumer des arbitrages sectoriels et territoriaux pour éviter une exacerbation des concurrences intersectoriels et limiter la pression portant sur l’accès et l’usage des eaux de la GRA.

39La mise en place de la GRA conduit à harmoniser l’organisation institutionnelle du secteur de l’eau et surtout à reconfigurer les relations entre le national et le local. Elle représente un enjeu du remodelage politique libyen en cours, et elle en traduira aussi l’expression à travers les modalités de gestion de l’eau qui seront définies. En effet, les représentants des régions qui se sont soulevées contre le régime de M. Khadafi en 2011 exerceront probablement une pression forte pour bénéficier de la GRA au détriment des populations longtemps restées fidèles au leader déchu. Dans quelle mesure l’évolution politique de la Libye va-t-elle modifier, dans les prochaines années, le partage des eaux de la GRA entre la Cyrénaïque et la région de Syrte, entre la région de Misurata, le Jebel tripolitain et la Jeffara ? À l’heure des revendications autonomistes et des tensions politiques entre les différentes communautés de la Libye, l’eau peut apparaître comme un facteur supplémentaire de disputes. Mais on doit aussi la considérer comme un formidable levier de coopération et d’unité nationale tant la GRA a contribué à tisser des relations d’interdépendance entre les régions libyennes au sujet de leur approvisionnement en eau.

40Le défi pour les nouvelles autorités libyennes sera donc à la fois de trouver un certain équilibre dans les modalités d’allocation des ressources en eaux et d’associer à ce vaste projet de génie civil une réorientation des politiques hydrauliques. Celle-ci devra porter sur la maîtrise de la demande et la régulation des prélèvements dans les nappes souterraines, lesquelles exigent de profondes réformes foncières, agricoles, économiques. Or, au cœur de ces évolutions se joue une remise en cause des logiques de redistribution de la manne pétrolière, qui sont le ferment de la légitimation du pouvoir dans les pays producteurs d’or noir.

Top of page

Bibliography

ALLAN J.A., (1981), Libya: the experience of oil, Croom Helm, Londres, 316 p.

ATTIR M.O., (1985), Social adjustment in new libyan agricultural towns, Ekistics, vol. 52, n313, p. 320‑326.

ELASWED T., (2009), Remote sensing of land cover changes in the Jeffara Plain, North‑West Libya, University of Dundee, unpublished Phd thesis, 221 p.

ELHASSADI A., (2008), Horizons and future of water desalination in Libya, desalination, 20, p. 115120.

FONTAINE J., (2000), Les mutations de la population libyenne de l’Indépendance à aujourd’hui, in C. CHANSON-JABEUR, D. GALLET, A. LARONDE, C. LOCHON, Aux rivages des Syrtes : la Libye, espace et développement, de l’Antiquité à nos jours, Centre des Hautes Études sur l’Afrique et l’Asie Moderne, Paris, p. 111133.

MARTINEZ L. (2000), Libye : transformations socio-économiques et mutations politiques sous l’embargo, in C. ROBIN, H. CLAUDOT‑HAWAD, J‑N. FERRIE (sous la responsabilité de.), Annuaire de l’Afrique du Nord, Editions du CNRS, Paris, p. 205229.

—, (2007), The Libyan paradox, Hurst, Londres, 182 p.

MOTT MAC DONALD, (1993), General plan for the utilization of the Great Man-Made River waters Phase II, Agricultural Master Plan, vol. 1, main report, non publié.

OSS, Observatoire du Sahel et du Sahara, (2008), Système aquifère du Sahara septentrional (Algérie, Tunisie, Libye) : gestion commune d’un bassin transfrontalier, OSS, collection synthèse n1, Tunis, 48 p.

OTMAN W., KARLBERG E., (2007), The libyan economy, Springer, Berlin, 465 p.

SALEM O., (2005), Aquifer overexploitation in Libya - the Gefara plain case, in A. SAHUQUILLO., J. CAPILLA, L. MARTINEZ-CORTINA, X. SANCHEZ-VILA, Groundwater intensive use, Taylor & Francis, Spanish Geological Survey, Spain, p. 127136.

VANDEWALLE d.j., (1998), Libya since independence: oil and state-building, Tauris & Co, Londres, 232 p.

WHEIDA E., VERHOEVEN R., (2007), An alternative solution of water shortage problem in Libya. Water Resources Management, 21(6), p. 961982.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Le réseau de la Grande Rivière artificielle dans la plaine de la Jeffara.
Credits Source : Autorité de la Grande Rivière artificielle.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6396/img-1.png
File image/png, 124k
Title Tableau 1
Caption L’importance des usages urbains dans l’allocation des eaux de la G.R.A
Credits Source : Autorité de la Grande Rivière artificielle, 2008, site internet www.gmmra.org
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6396/img-2.jpg
File image/jpeg, 172k
Top of page

References

Electronic reference

Sébastien Palluault, « L’achèvement de la Grande Rivière artificielle en Libye :
et maintenant, quelle gestion de l’eau ?
 », Méditerranée [Online], 119 | 2012, Online since 30 November 2014, connection on 29 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6396 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6396

Top of page

About the author

Sébastien Palluault

Laboratoire GECKO, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, spalluault@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page