Skip to navigation – Site map
Les modèles traditionnels de gestion de l’eau en question

L’Établissement Al-Assad, ferme d’État sur l’Euphrate avant la liquidation en 2000 : quelques effets pervers d’une approche de développement top‑down

The state farm of Al‑Assad (Euphrates) before its closure in 2000: some negative effects of a top‑down development approach
Roman-Oliver Foy and Martine Tabeaud
p. 45-55

Abstracts

Until 2000, the Al-Asad Establishment was a state farm created in the 1970’s and irrigated with water from Al-Asad Lake. This state farm was intended to be a model of agricultural and rural development for the country. Nevertheless, few studies have dealt with the experiences of the inhabitants about the expropriation of the lands, the relocalisation of the population and the setting up of the state farm. Moreover, specific works on water management systems and organization of agriculture in the particular pattern of the state farms are rare. This article aims to fill the gap with a method based on the analysis of former employees and old inhabitants’ testimonies.

Top of page

Full text

Travail réalisé en tant que boursier de l’IFPO de 2008 à 2010 et avec le soutien de l’équipe « Eau & Développement » financée par l’AUF et l’Université d’Alep et l’Université Paris 1.

Merci à Jack pour nous avoir aidés dans les traductions des entretiens

  • 1 Avant 1987, l’Établissement Al-Assad était sous tutelle de l’Administration du Bassin de l’Euphrate (...)

1À l’est d’Alep, à Maskané, sur le plateau steppique (entre 200 et 250 mm / an de précipitations) le gouvernement syrien a créé dès 1971 une ferme d’État de 28 000 ha (Al‑Abd, 1976b ; Al-Abd, 1976c) : l’Établissement Al-Assad (EAA)1. Cette exploitation agricole est irriguée avec l’eau pompée dans le lac Assad créé par le barrage de Tabqa achevé en 1973. L’EAA est un élément du Projet de l’Euphrate qui visait notamment à mettre en valeur 640 000 ha dans le bassin de l’Euphrate. La mise en eau du barrage a impliqué le déplacement de 11 000 familles qui vivaient sur 62 500 ha, qui sont sous le niveau actuel du lac, dont la moitié était irrigable (FAO, 1973, p. 10-11).

2Durant les années 1950-60, dans le contexte de la guerre froide et de la décolonisation, la grande hydraulique a permis, à travers une modernisation affichée, de légitimer les régimes naissants, soutenus par les États-Unis ou l’URSS (Molle, Molinga, Wester, 2009, p. 335). Le Projet de l’Euphrate a été présenté comme « le plus grand exécuté en Syrie » (Guiné, 1971, p. 2) ; c’était la grande œuvre du parti Ba’th, arrivé au pouvoir en 1963 : « le projet de l’Euphrate est considéré comme (…) une révolution (…) ; ce projet constitue la colonne vertébrale des plans et programmes de développement économique et social et l’un des piliers de la transformation socialiste » (Guiné, 1971, p. 21-22). Lors de l’inauguration des travaux du barrage de Tabqa en 1968, le Président du Conseil des ministres syrien Youssef Zuaen déclarait : « Such achievements would not have been completed without the support of vast masses and their creative inventiveness and revolutionary interaction with the Party and the revolution » (Goedeb, 1970, p. 4). À propos de l’Établissement Al-Assad, un expert syrien réalisant une étude conjointement commandée par le ministère du barrage de l’Euphrate et la FAO écrivait dans son rapport : « The state farm could be used as a model for agricultural production and livestock improvement. It is an experiment of social and natural development » (Al-‘Abd, 1976A, p. 4).

3Le Projet de l’Euphrate n’a pas tenu toutes ses promesses. Sur les 640 000 ha prévus en 1970, 250 000 étaient irrigués en 2008 (ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire2008, p. 225). Ces grands aménagements socialistes, véritables vitrines de développement, ont fait l’objet de nombreuses recherches. Les premières interrogations ont concerné la pertinence de l’aménagement du fleuve, la gestion de l’eau d’irrigation et l’organisation du travail dans les périmètres concernés (Hannoyer, 1985 ; Kerbe, 1987 ; Métral, 1987 ; Hinnebush, 1989 ; Bauer, Bostroem, Goerdten, 1990 ; Younis, 1992 ; Badlissi, 2002 ). Un autre élément questionné dans les recherches concernait le mode d’exploitation : ferme d’État, coopérative de production ou exploitation familiale (Métral, 1980 ; Hannoyer, 1985 ; Hinnebush, 1989 ; Hopfinger, 1991 ; Younis, 1992). Sur les fermes d’État, c’est l’organisation interne qui a fait l’objet des travaux les plus nombreux (Hinnebush, 1989 ; Hopfinger, 1989, 1991 ; Bauer, Bostroem, Goerdten, 1990 ; Younis, 1992 ; Ababsa, 2007, 2009). Seuls quelques rapports d’experts concernent l’Établissement Al-Assad en tant que tel (Al-Abd, 1976 a, b et c ; ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire, 1989).

4Peu de travaux ont donné la parole aux acteurs locaux. Une seule enquête, par questionnaires, a été effectuée dans la région de Maskané. Elle a été menée pour le compte de la FAO par Gattinara (1973) auprès des habitants dont les maisons allaient être submergées dans le lac Al-Assad. De l’autre coté de l’Euphrate, dans la région de Raqqa, l’ethnologue S. Khalaf (1981, 1991) a utilisé les propos tenus par les personnes interrogées, mais il parle peu du Projet de l’Euphrate. A. Rabo (1986) a employé cette même méthode, notamment pour expliquer les changements dus au Projet de l’Euphrate en Djézireh. Mais son travail de terrain a été réalisé avant 1980, c’est-à-dire quelques années seulement après la bonification des sols. En outre, ces deux auteurs se sont plus intéressés à l’évolution des structures sociales qu’aux pratiques des acteurs.

  • 2 Les entretiens ont eu lieu en arabe. Sachant que les citations sont traduites par nous-mêmes, des m (...)

5En complément des travaux précédemment cités, cet article donne la parole aux habitants de la région de Maskané et aux anciens techniciens et ouvriers agricoles employés de l’Établissement Al-Assad. Il s’agit de comprendre comment ils ont vécu la mise en place de l’irrigation, puis la gestion et les usages des eaux agricoles dans le cadre de la ferme d’État avant sa liquidation en 20002. La synthèse résulte d’une enquête de terrain réalisée entre août et septembre 2010 dans l’EAA sous forme de quatre-vingt entretiens enregistrés avec des acteurs locaux, complétés par des propos tenus lors de discussions informelles. La confrontation du point de vue de la base, des ouvriers, et celui des cadres, des ingénieurs, permet d’éviter deux écueils : les préconçus théoriques et idéologiques et le défaut de crédibilité des sources et chiffres officiels. Passer par les discours des acteurs locaux permet donc d’accéder à une source d’information complémentaire, même si elle non plus n’est pas exempte de subjectivité, certains interlocuteurs ayant par exemple pu être influencés par le point de vue officiel.

1 - Un développement exogène et contraignant

  • 3 Nous avons choisi de mettre entre parenthèses, après chaque citation, différentes caractéristiques (...)
  • 4 "برا"

6« Les projets de l’État ont été établis ici et l’eau a été amenée du Lac Al-Assad » (fils d’un détenteur de droits de propriété avant la ferme ; 40 ans)3. Dès cette première phrase, l’origine du développement est présentée comme exogène : l’eau vient d’ailleurs. Plusieurs témoignages confirment cette impression : « Au début il n’y avait que des ouvriers, en 1975, des ouvriers et des machines de l’extérieur » (ancien chauffeur à l’EAA ; 65 ans). Même si cet interlocuteur n’est pas originaire d’un village situé dans les limites de la ferme, il vient de la région voisine. Dans sa bouche, l’emploi du mot « extérieur »4 traduit le caractère importé de l’aménagement construit par une entreprise publique mobile : « C’était l’entreprise de mise en valeur des sols. (…) Ils construisent et ils laissent [l’aménagement] à [l’Administration du] Bassin de l’Euphrate, après avoir tout préparé : les champs, les bâtiments, l’aplanissement, le réseau de drainage (…). Ils préparent et après ils s’en vont dans d’autres projets » (ancien chauffeur à l’EAA : 65 ans). La construction était donc le fait d’ouvriers du bâtiment n’ayant aucun ancrage dans ce territoire rural qu’ils aménageaient. Après le chantier, ils repartaient ailleurs.

7À cette vision d’un projet qui vient d’ailleurs s’ajoute la confiscation des droits sur la terre qu’une partie de la population locale détenait dans le périmètre de la ferme d’État (Archives de la propriété d’État). Ailleurs, dans le Projet de l’Euphrate (par exemple, à Deir Hafir, à Deir Ez-Zor, à Al-Bab, etc.), l’État a confisqué les terres le temps de la mise en place des réseaux d’irrigation mais a ensuite redistribué les parcelles aux habitants (enquêtes de terrain, 2009). Mais, à Maskané, l’irrigation a été directement associée à la mise en place de l’Établissement Al-Assad, si bien que la spoliation des terres n’a pas été bien vécue par les habitants. Certains, comme ce vieil homme qui a refusé de travailler dans la ferme d’État, sont d’autant plus en colère qu’ils disent n’avoir reçu aucune indemnisation : « Ils nous ont pris les terres sans contrepartie. Ils nous ont rien donné ! » (ancien détenteur de droit d’exploitation ; 75 ans). Un autre, ancien employé de l’EAA est moins critique et a des souvenirs différents : « Il y avait des indemnisations. (…) Mon père en a reçu » (fils d’un ancien détenteur de droits de propriété ; 65 ans). Ces contradictions sont dues aux conditions d’éligibilité pour recevoir des indemnisations : d’après un document administratif de la Direction de la Propriété d’État à Alep recensant les villages où des habitants avaient reçu des compensations, seuls les détenteurs de droits de propriété pouvaient être indemnisés ; tous n’étaient donc pas traités à la même enseigne. Quoi qu’il en soit, plusieurs interlocuteurs expliquent que les indemnisations étaient si faibles que beaucoup n’ont pas voulu effectuer les démarches administratives nécessaires.

8Le désarroi était d’autant plus grand que l’aménagement a nécessité la destruction de trois villages situés dans le périmètre de la ferme de l’Amitié, centre de l’EAA, intégralement financée par l’URSS (Al-Abd, 1976a, p. 2). Une vieille femme raconte le déplacement en périphérie de l’EAA : « En 1980, nous avons été déplacés d’ici pour aller dans le village là-bas. (…) [Ici], il ne reste plus rien : c’est devenu des parcelles agricoles » (ancienne habitante d’un village détruit ; 60 ans). Ce témoignage est révélateur du caractère radical de l’opération : aucune trace ne subsiste de son ancien village natal. Certains, comme ce fils de déplacé, se souviennent avoir reçu des indemnisations pour les maisons détruites, même si celles-ci étaient minimes : « Ils ont fait une évaluation : ils venaient voir telle maison et, enfin c’était un comité d’évaluation qui venait d’Alep, évidemment, de la [Commission de la] propriété d’État ; ils évaluaient telle maison, par exemple 1 000 livres, 2 000 livres (…) et toi tu dois construire là. (…) Vraiment, c’était pas suffisant ; c’était pas suffisant. Nous on a récupéré… 7 000… 8 000 livres d’indemnisation » (ancien habitant d’un village détruit ; 45 ans). Encore une fois, le comité vient d’Alep et la population locale n’est pas partie prenante. Des difficultés accompagnaient donc cet évènement : « Évidemment c’était dur ! (…) Je me rappelle lorsque nous sommes venus ici pour construire ; à l’époque, on n’avait pas d’argent (…). On est venu en hiver ( …) et on n’avait pas encore construit de maison » (ancien habitant d’un village détruit ; 45 ans).

  • 5 "دولة"

9Le sentiment d’impuissance face à « l’État » était un leitmotiv, comme l’exprime cet ancien ouvrier de la ferme d’État et originaire de la région : «  Qu’est-ce que je vais penser ?! C’est l’État qui est venu prendre les terres. (…) C’est l’État, l’État : qu’est-ce que tu veux faire des problèmes à l’État ! L’État est venu confisquer les terres. C’est tout. (…) C’est l’État ; s’il veut prendre, il prend » (fils d’un ancien détenteur de droits d’exploitation ; 45 ans). Dans la bouche de cet interlocuteur, « État »5 semble être pris comme une force dont l’action ne peut être restreinte. En outre, « c’est l’État qui est venu » : il n’était donc pas de la région, comme un corps étranger. Cet « État » était coercitif : d’après un vieil habitant, les cultures avaient été interdites dès le début des années 1970 pour laisser la place aux aménagements ; quelques réfractaires avaient décidé de cultiver leurs terres malgré l’interdiction, mais des bulldozers passèrent pour détruire les parcelles cultivées.

  • 6 "بسيط"
  • 7 "العادات غير مستحبة والتي تعوق تقدم المجتمع وتحولها الى برامج عمل تعمل على رخائة واسعادة"

10Les cadres et les concepteurs de la ferme d’État, qui sont d’une certaine manière les représentants de « l’État » décrits plus haut, confirment ce rapport antagoniste avec la population locale : « Ici, dans, la ferme, il y avait des formateurs russes. Des formateurs d’Union Soviétique (…) d’Ouzbékistan, de Russie, ils étaient installés là-bas [à Tabqa] et travaillaient ici : des techniciens, des formateurs, des ingénieurs, ils travaillaient ici. Nous, nous étions des techniciens et des ingénieurs arabes. Nous collaborions tous ensemble. Évidemment, le paysan, il était primitif, les paysans dans la région, ils étaient primitifs : à l’époque, ils ne savaient que labourer et cultiver sous la pluie, c’est tout. La technologie, il n’y en avait pas ; le développement technique, il n’y en avait pas. Nous devions donc diriger les paysans, ou plutôt les ouvriers : ‘fait ceci, travaille comme cela, applique ça’. Nous les dirigions et ils faisaient ce que nous souhaitions, c’est-à-dire, ils le faisaient avec technique, pas n’importe comment, ils cultivaient avec science » (ancien technicien de secteur à l’EAA ; 50 ans). À l’absence d’implication des habitants, s’ajoute donc un savoir technique exogène apporté par des professionnels russes et transmis par les cadres de la ferme d’État. Les mots employés pour qualifier « les paysans de la région » sont révélateurs des préjugés à leur égard : « primitifs »6, sans technique, etc. ; un rapport avait d’ailleurs souligné des taux d’alphabétisation inférieurs à 10% (Al-Abd, 1976a, p. 9). Déjà, en 1976, Salah Al-Abld parlait « d’habitudes peu recommandables qui freinent le progrès social et la transformation de la société vers le bien‑être et le bonheur »7 (AL-ABD 1976 B, p.54). L’importation du modèle de développement était donc, sinon délibérée, du moins consciente.

  • 8 عشيرة

11Néanmoins, malgré les effets pervers d’un projet vécu par tous les acteurs comme exogène et contraignant, le regard que porte la population locale sur l’EAA est plus complexe. La population locale n’est d’ailleurs elle-même pas homogène puisque certains de ses membres feront partie des cadres de la ferme d’État. En outre, beaucoup reconnaissent certains bienfaits du développement apporté par l’État. En général, les habitants de la région commencent souvent par dire : « Avant [l’irrigation], il n’y avait rien, c’était le désert ». Un vieil habitant du plateau précise : « Avant, lorsque nous sommes arrivés ici [dans les années 50], il n’y avait pas d’eau. Même pas de l’eau pour boire. (…) Avec l’Établissement Al-Assad, il y a eu beaucoup d’eau » (ancien détenteur de droit d’exploitation ; 75 ans). Cette vision est d’autant plus intéressante qu’elle émane de quelqu’un qui n’hésitait pas à faire de vives critiques sur la confiscation des terres. En réalité, comme l’explique le fils d’un ancien propriétaire de plus de 300 ha, ce n’est pas le développement apporté par l’irrigation qui est discuté mais le mode d’exploitation en ferme d’État, impliquant une confiscation des terres : il ne fallait pas introduire un « système communiste » dans des territoires traditionnellement gérés par des « tribus ». Cette vision d’un ancien gros propriétaire est partagée par de nombreux autres interlocuteurs, quelle qu’aient été leurs positions sociales. Effectivement, d’après un habitant de la région, chaque « clan »8 avait son village et ses membres vivaient surtout entre eux, les hiérarchies étant notamment fonction du lignage. Comment l’arrivée d’un nouvel acteur, l’État, prétendant bouleverser les structures sociales préexistantes, aurait‑elle pu ne pas rencontrer de résistances ?

2 - Une structure hiérarchique

2.1 -Du lac à la parcelle : une hiérarchie de canaux

12Le réaménagement foncier a été réalisé selon une logique techniciste, vue comme plus rationnelle, sans respect du tracé des anciennes parcelles. Les aménagements hydrauliques marquent le paysage structuré désormais par la disposition des canaux : à chaque casier correspond un canal d’irrigation et un drain.

Fig. 1

Fig. 1

Le quadrillage de l’espace par les canaux

© Damien Delaville, 2008.

13« L’eau est pompée à la station et remontée de 59‑60 m. Là commence le pompage du canal principal (…), main canal, qui mesure 3,5 à 4 km. Puis il se scinde en deux : le canal principal-ouest, west main canal, et le canal-principal est, east main canal. Ensuite, après une certaine distance, chacun se sépare en deux : west main canal number 1, west main canal number 2, east main canal number 1, east main canal number Chaque partie alimente une ferme et ainsi de suite. Ensuite, c’est le niveau le moins élevé dans le réseau : le west main canal number 1 se scinde en deux canaux tertiaires. C’est-à-dire qu’il y a les principaux, les primaires, les secondaires et les tertiaires. Après les canaux tertiaires, on a les canaux d’irrigation qui amènent directement l’eau au champ » (ancien directeur de l’irrigation de l’EAA après la liquidation ; 45 ans).

Fig. 2

Fig. 2

Le canal principal d’irrigation

© Roman-Oliver Foy, janvier 2009.

14En réalité, dans le réseau, plus un casier est proche de la station de pompage, moins il y a de niveaux hiérarchiques entre le canal principal et le canal d’irrigation. Par exemple, dans la première ferme (fig. 3), les canaux d’irrigation sont directement reliés aux canaux primaires alors que dans la sixième, ils sont effectivement reliés aux canaux tertiaires, d’où une inégalité spatiale d’accès à l’eau si la ressource vient à manquer ou si le réseau est mal conçu, mal géré ou interrompu. Si tout est en état, la desserte est seulement retardée de quelques jours en bout de chaine. Le drainage suit la même organisation hiérarchique inversée que le réseau d’irrigation : « L’eau est évacuée dans les drains recouverts et va ensuite dans les drains secondaires qui se rejoignent dans les drains principaux dont une partie se jette dans le lac salé Jabboul et l’autre partie dans le lac Al-Assad » (ancien directeur de l’irrigation de l’EAA après la liquidation ; 45 ans). Dans ce discours, la logique semble implacable, l’eau n’ayant qu’à suivre les niveaux hiérarchiques de la pompe à l’évacuation.

Fig. 3

Fig. 3

Plan de l’EAA

© Roman-Oliver Foy, 2010. Sources : Archives de l’Établissement Al-Assad, Google Earth, enquêtes de terrain. Équipe Eau & Développement 2010

15Cette hiérarchie se retrouvait dans la conception et donc l’organigramme de la ferme d’État. Un ancien responsable des ressources humaines expliquait que l’Établissement Al‑Assad était dirigé par un directeur général en charge de toutes les décisions, de la production à l’embauche en passant par la gestion de l’eau. Il était sous la tutelle de l’Administration Générale des Fermes d’État, elle-même sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire (Hopfinger, 1989, p. 292). La direction générale de la ferme d’État était composée de plusieurs départements centraux, notamment celui de l’irrigation et de la station de pompage, localisés au centre, dans la ferme de l’Amitié. L’EAA était divisé en sept fermes, d’environ 4 000 ha chacune, où des villages-modèles accueillaient la direction de chacune d’entre elles et des logements pour les employés (Hopfinger, 1991, p. 291). D’après un ancien technicien de réseau, les directeurs de fermes et les chefs de départements se réunissaient tous les soirs au bureau du directeur général pour y faire le point et prendre les directives pour le lendemain. Les décisions étaient donc centralisées autour du directeur général.

16Le département de la station de pompage fournissant l’eau d’irrigation ne comprenait que des employés sous contrat permanent avec droits à la retraite : « Il y avait soixante‑dix employés dans la station de pompage (…) tous des fonctionnaires : il y avait des électriciens, des mécaniciens, tu vois ? (…) Il y avait des ingénieurs en électronique, des assistants techniques en mise en valeur des sols » (ancien secrétaire dans la station de pompage ; 70 ans). Une fois encore, la structure de la station reproduisait le même schéma hiérarchique de la ferme d’État, les dirigeants ayant leurs bureaux à l’étage le plus élevé : « Le bâtiment faisait sept étages. En‑dessous du sol, à la surface de la terre mais en‑dessous du sol. En bas, c’était la station d’évacuation, pour l’évacuation des eaux d’infiltration qu’on jetait dehors. Au second, il y avait les tableaux d’électricité. Au troisième, c’était la salle des opérations, avec surveillance par écrans : s’il y a une panne dans une pompe, une couleur rouge ou verte s’allume et on sait où elle se situe. S’il y a une panne, ils contrôlent le secteur. Ils y vont, ils travaillent et ils réparent, c’est leur travail. Ça, c’est par rapport à la station. Le dernier étage, le plus haut, c’est le cinquième, il s’appelle … c’est là qu’il y a les salles de direction, les bureaux » (ancien secrétaire dans la station de pompage ; 70 ans).

17L’eau était ensuite distribuée dans les canaux par le département de l’irrigation qui devait assurer la gestion et l’entretien du réseau. D’après un ancien employé de l’EAA, il y avait deux à trois mois de trêve pendant l’hiver (saison des pluies) afin d’assurer la maintenance du canal principal. Parfois, c’était le technicien de secteur (voir § 2.2), sous tutelle des fermes, qui faisait remonter les besoins sur le terrain : « Je présentais des demandes. Par exemple, dans telle zone, si j’ai des canaux affaissés. On faisait remonter à [la direction de] l’irrigation et ils venaient réparer » (ancien technicien de secteur ; 60 ans). Dans ce cas de figure, l’ordre hiérarchique devait être respecté : le technicien de secteur devait passer par le directeur de sa ferme pour prévenir le département de l’irrigation.

18Les quantités d’eau distribuées dépendaient d’études théoriques réalisées en amont et d’une adaptation sur le terrain en fonction de différents facteurs. Des modèles de consommation par hectare avaient été réalisés : « Par exemple un hectare a besoin de 10 000 m3, combien il y a d’hectares dans l’Établissement ? Tant d’hectares. Ils multiplient par 10 000 m3 et ils donnent le montant » (ancien technicien de secteur ; 60 ans). Ces modèles devaient être croisés avec le plan annuel de production : « [Les décisions étaient prises] par la direction générale, par la direction, à Soukariyé ou à Deir Ez-Zor, à la direction générale, à la direction générale des fermes d’État à Deir Ez-Zor où des décisions étaient publiées. Par exemple, cultiver du blé sur 5 000 ha, cultiver du coton sur 2 000 ha, cultiver du maïs sur 1 000 ha ; ça, c’était le plan » (ancien technicien de secteur ; 50 ans). La structure hiérarchique dépassait donc l’Établissement Al-Assad. Même si un cadre de direction expliquait que la ferme d’État jouissait d’une certaine indépendance, le plan était théoriquement élaboré à l’échelon supérieur, c’est-à-dire au ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire. À partir de ces directives, une adaptation au jour le jour, localement, était nécessaire : « On a le plan annuel d’irrigation qu’on élabore généralement en fonction des données du climat régional. On connait les précipitations annuelles et on s’y adapte. Mais si, dans une saison, les pluies sont abondantes et suffisantes pour irriguer, on arrête l’irrigation et on profite de la pluie, pour économiser de l’eau. Mais il y a des saisons lors desquelles il y a pénurie, il y a de la sécheresse, il n’y a pas beaucoup de pluie, on pompe plus que le plan pour compenser le manque de pluie » (ancien directeur de l’irrigation de l’EAA après la liquidation ; 45 ans).

19Sur le terrain, le technicien de réseau, employé permanent, était responsable des distributeurs d’eau, vacataires : « Il y a un distributeur de l’irrigation. C’est un ouvrier qui ouvre l’eau et ferme l’eau. Par exemple, aujourd’hui, je veux ouvrir ce casier. Je l’indique au technicien de réseau : ‘laisse le distributeur d’eau ouvrir le canal du casier numéro 5’. L’ouvrier vient. Il ouvre » (ancien technicien de secteur ; 50 ans). Ils dépendent des fermes. Mais parfois, le département de l’irrigation pouvait aussi prendre des décisions « si le technicien ne peut pas fournir assez d’eau, s’il y a trop peu d’eau. Il y a un ingénieur de l’irrigation, responsable de l’irrigation de l’ensemble des fermes. (…) L’ingénieur de l’irrigation écrit une demande et va à la direction. Il dit ‘nous n’avons pas assez d’eau, il nous faut de l’eau.’ ‘Combien de mètres ?’ ‘Il nous faut 1 m3 / seconde.’ Le responsable venait de la direction générale et il augmentait l’eau » (ancien technicien de secteur ; 50 ans). La réactivité dépendait donc de la rapidité de la transmission de l’information entre les responsables de l’irrigation au champ, les responsables de la distribution de l’eau dans le réseau et la station de pompage.

2.2 - Dans la parcelle : le technicien de secteur et les ouvriers-irrigants

20Alors que la gestion de la pompe et des réseaux hydrauliques dépendait de départements situés à la direction générale, la culture et l’irrigation des parcelles étaient effectuées au niveau des fermes, chacune dirigées par un directeur. C’est le technicien de secteur, un employé permanent ayant des droits à la retraite, qui s’occupait de la supervision des travaux aux champs, toujours selon le même modèle hiérarchique : « Nous, on y va et on applique le plan (…). [J’étais responsable] de tout, des cultures, de l’entretien des arbres, de la culture des arbres, de tout. J’avais 1 000 ha. Moi, j’étais responsable de 1 000 ha. Sur les 1 000 ha, il y avait des contrôleurs, il y avait des ouvriers ; moi j’étais responsable de tous, je les supervisais et je leur donnais les directives » (ancien technicien de secteur ; 50 ans). La délimitation des secteurs dépendait probablement du réseau d’irrigation, chacun d’entre eux correspondant à la surface alimentée par des canaux d’irrigation reliés à une même branche. D’ailleurs, même si, en principe, l’ouverture des bouches des canaux d’irrigation dépendait des techniciens de réseau, le système était plus souple sur le terrain : « Il n’y avait pas de technicien de réseau, avant. (…) C’est moi qui ouvrais l’eau : si j’avais un champ à irriguer là, je l’irriguais. Je veux dire, je connaissais les endroits qui avaient besoin d’eau, j’y envoyais l’ouvrier et il ouvrait l’eau » (ancien technicien de secteur ; 60 ans). Le technicien de secteur dépendait lui aussi de sa hiérarchie : « Nous, tous les jours, le matin, à 8 h 00, on allait à la direction [de la ferme]. Les techniciens et les ingénieurs, on y allait, il y avait le directeur. On se posait avec le directeur et on discutait de la situation des casiers et des ouvriers. On réglait les problèmes et les difficultés. Puis on appliquait les nouvelles décisions » (ancien technicien de secteur ; 50 ans).

  • 9 D’après les statistiques officielles, on a aussi cultivé dans l’établissement Al-Assad des arbres f (...)

21Les travaux manuels étaient assurés par des ouvriers non qualifiés : « [Le nombre d’ouvriers] dépendait du plan. Parfois, il y en avait 1 000 ; parfois, il y avait 1 000 ouvriers et ouvrières. Mais en hiver, il n’y avait pas de travail, à cause de la pluie, il y avait peu de travail, peut-être 50 ou 75 [personnes]. En hiver, il y avait peu d’ouvriers. Mais en été, le plan agricole exigeait beaucoup d’ouvriers » (ancien technicien de secteur ; 50 ans). En fait, en été, outre les travaux d’entretien des parcelles et de récolte des cultures, il fallait assurer l’irrigation : « J’ouvrais un sillon, l’eau allait dans les sillons, par exemple, dans tel sillon, elle arrive à l’autre bout de la parcelle, je ferme le sillon et je reprends avec un autre. (…) [J’irriguais] seulement à la pelle » (ancien ouvrier-irrigant ; 60 ans). La difficulté de la tâche dépendait de la culture : « Il y avait du blé, il y avait du coton, il y avait du maïs.9 (…) Question travail, les peupliers étaient plus confortables que le blé ou le coton. (…) Dans les peupliers, tu diriges l’eau et tu laisses. Avec le blé, le maïs, ou le coton, tu dois rester sur place, tu dois travailler correctement. Mais par contre, le revenu était plus important [pour le blé et le coton] que pour les peupliers. ( …) Si tu irriguais 20 ha de peupliers, pour deux irrigations, tu gagnais 1500‑2000 LS. Pour 20 ha de coton, deux irrigations, cela faisait 10 000 LS » (ancien ouvrier‑irrigant ; 60 ans). Ces ouvriers ne jouissaient d’aucune initiative : « nous supervisions les paysans, les ouvriers : ‘fais ceci, fais cela, fais comme ça’. Nous supervisions et ils appliquaient comme nous le voulions » (ancien technicien de secteur ; 50 ans).

22Les contrats de travail de ces ouvriers-irrigants devaient être renouvelés tous les trois mois, comme plusieurs d’entre eux l’ont expliqué. L’un d’eux précise que le salaire n’était pas à la hauteur des conditions de travail : « Le salaire était faible, c’est‑à-dire, moins de 100-200 LS (…) par jour. Par mois, [cela faisait] 3 000 LS » (ouvrier-irrigant ; 40 ans). Un deuxième système existait parallèlement : « [On travaillait à] la facture, on irriguait une parcelle, 20‑30 ha. Quand on avait fini, le contrôleur de l’irrigation venait, il vérifiait la parcelle [pour voir si] le travail était bon (…), après un ou deux mois, on était payé. (…) Chaque saison, il y avait 7‑8 irrigations ; chaque irrigation effectuée, on faisait une facture » (ouvrier-irrigant ; 60 ans).

3 - Une mauvaise gestion à tous les niveaux

3.1 - Des pertes en eau

23Dès la mise en place des infrastructures, le projet a rencontré des difficultés. Certains canaux n’ont pas été terminés (fig. 4) et d’après les statistiques officielles, 16 000 ha au maximum ont été mis en culture alors qu’il était prévu, à terme, d’en irriguer 21 000.

24Canal d’irrigation inachevé

25© Roman-Oliver Foy, juillet 2009.

26En outre, il semble que les aménagements réalisés par les Syriens aient pâti de manques de moyens par rapport à la ferme de l’Amitié, entièrement financée par les soviétiques. D’après un responsable de la division de l’irrigation de l’EAA, des drains verticaux avaient été mis en place dans la ferme de l’Amitié lorsque les terrains étaient durs, mais rien n’avait été fait ailleurs sur des sols tout aussi difficiles à mettre en valeur. Ce qui pouvait favoriser la salinisation si les terres étaient irriguées.

  • 10 مديرية التشغيل والصيانة

27En 1987, l’efficience du réseau d’irrigation de l’EAA était de 63 % seulement, alors qu’il était de 75 % pour le reste de l’Euphrate (Badlissi, 2002, p. 550). Ces pertes sont probablement dues une forte évaporation dans ce réseau à ciel ouvert et à un mauvais entretien des canaux, faute de moyens. Un technicien en charge du canal principal expliquait que les difficultés les plus importantes dans son travail concernaient l’entretien du réseau et rapportait que pour certains ingénieurs : « le réseau est abîmé » et donc difficile à entretenir. Un cadre supérieur de la direction du fonctionnement et de l’entretien10 des réseaux publics d’irrigation du gouvernorat d’Alep, créée à la fin des années 2000, explique que l’ensemble du réseau de l’EAA devrait être aujourd’hui remplacé. D’où les problèmes récurrents de coupure d’eau, liée à la rupture de certains canaux d’irrigation, qui gênent la bonne conduite des cultures. Effectivement, sur le terrain il est fréquent de constater ces défaillances (fig. 5).

28Canal d’irrigation en mauvais état

29© Roman-Oliver Foy, juillet 2010.

30Les difficultés de gestion sont d’autant plus importantes qu’aujourd’hui, comme à l’époque de la ferme d’État, il est difficile de savoir comment les quantités d’eau se répartissent dans le réseau. En principe, les débits d’eau sont calculés en fonction du degré d’ouverture des portes, mais cette évaluation est approximative dans la mesure où une telle méthode nécessite une connaissance des pentes des canaux sur l’ensemble du réseau, ce qui est loin d’être le cas à l’EAA. En outre, l’adaptation aux caractères climatiques saisonniers dépend de la qualité de la transmission de l’information entre les fermes, le département de l’irrigation et la station de pompage. Mais l’indispensable accord du directeur général ralentissait la réaction. Un ancien technicien de réseau expliquait que ce système occasionnait un gaspillage d’eau important car le directeur donnait les directives, mais ne connaissait pas les conséquences précises de ses décisions sur le terrain : 400 millions de m3 étaient donc consommés tous les ans contre environ 250 millions aujourd’hui (ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire, 2008, p. 226). On peut se demander dans quelles mesures la trop grande centralisation des tâches et l’absence d’indicateurs précis ne constituaient pas autant d’obstacles à la bonne gestion de ce vaste territoire.

31À ces difficultés, il faut ajouter un ressenti d’inépuisabilité de la ressource en eau. Le lac Al-Assad peut contenir 14 milliards de m3 (ministère de l’Irrigation, 2006) et visuellement on voit à peine l’autre rive située à environ 5‑10 km… Un ancien directeur de la division de l’irrigation de l’EAA dans les années 2000 le confirme en expliquant qu’avant le changement de tutelle de la station de pompage (en 1996 – voir ci‑après), l’eau coulait en continu dans les canaux. « Lorsque c’était nous [l’EAA], si on dépensait 100 millions, personne ne vérifiait » (ancien technicien de secteur ; 60 ans), comme si cette ressource n’était pas limitée.

32Malgré l’abondance de l’eau, les rendements étaient relativement faibles par rapport au reste de la région : 27,6 qx/ha pour le blé et 13,3 qx/ha pour le coton en 1996 contre respectivement 40 qx/ha et 32,8 qx/ha en moyenne dans les gouvernorats d’Alep et Raqqa (Badlissi, 2002, p. 552‑553).

3.2 -Des contournements des règles

33La mobilisation des employés au service du modèle révolutionnaire des fermes d’État était faible. La hiérarchisation des postes et la division des tâches étaient trop importantes pour permettre aux employés de se sentir responsables et parties prenantes de la réussite du projet. En outre, plusieurs anciens employés, des cadres supérieurs comme des manœuvres, se plaignaient du faible niveau des revenus, sans oublier le caractère exogène du développement proposé.

34À tous les niveaux, la recherche de l’intérêt personnel était prioritaire. Les cadres profitaient de leurs marges de manœuvre pour obtenir plus d’argent. Par exemple, un directeur de ferme aurait écrit dans ses comptes qu’il avait produit 1 000 t/ha de blé afin de détourner l’argent de l’achat de la récolte. De même, les techniciens de secteurs détournaient les règles : au sujet des conflits avec les exploitants-contractuels (voir § 4.3), il existait des moyens officiels de résolution mais la corruption pouvait aussi permettre d’arrondir les angles d’après un témoin. Un technicien de secteur explique comment il pouvait « profiter des marges de manœuvre » : « Je louais des terres auprès de l’Établissement et j’y mettais des ouvriers (…) Bon, moi ce n’était pas possible car je suis fonctionnaire, mais je le faisais au nom d’un ami, au nom d’un voisin, on faisait un contrat et on partageait. (…) Moitié pour moi, moitié pour lui. Cela dépendait des coûts. Par exemple, on a mis 10 000 LS de travail ouvrier et on a récolté pour 30 000 LS ; retire les 10 000 LS, il reste 20 000 LS : 10 000 LS pour lui et 10 000 LS pour moi » (ancien technicien de secteur ; 45 ans).

35Les ouvriers-irrigants avaient des marges de manœuvre plus réduites mais certains n’étaient pas plus consciencieux. Un ancien employé expliquait qu’en l’absence de relations entre les productions et les salaires, les ouvriers-irrigants n’étaient pas assidus au travail. Certaines histoires circulent sur ceux qui se contentaient d’ouvrir le canal d’irrigation d’une parcelle et rentraient chez eux « pour dormir » ; si l’eau n’était pas répartie, ils ne se sentaient pas concernés car ils étaient payés le même salaire. Dans un système d’environ 6 000 employés, trop nombreux pour être réellement surveillés et peu motivés, un contrôle efficace de gestion ne semble guère avoir été possible.

4 - Les premiers désengagements de l’État dans les années 1990 : révélateurs des défauts de la structure ?

4.1 - Des nouveaux contrats d’exploitation : une augmentation des marges de manœuvre qui accentue les convoitises

36À partir des années 1990, plusieurs nouveaux contrats apparurent. Les revenus d’une partie des cultivateurs dépendaient alors partiellement de la production : « [Je faisais] du blé … du blé et du maïs. (…) Je devais faire le travail manuel, l’irrigation, mettre en sac et… et l’épandage des engrais, après que les plantes soient sorties, voilà ce que j’avais à faire, le travail manuel ; et l’État me donnait les semences, les machines, la moissonneuse, et 10 à 11 % de la récolte (…) C’est moi qui embauchais les ouvrières : le travail manuel était à ma charge. (…) Je cultivais 4 ha » (ancien irrigant au pourcentage à l’EAA ; 45 ans). L’eau était distribuée par tour, l’ouvrier ayant un temps limité pour irriguer ses champs : « Lorsque mon voisin avait fini, je lui demandais ‘tu as fini, tu peux me faire passer’ et il me passait le tour [d’eau] » (ancien irrigant au pourcentage à l’EAA ; 45 ans).

37Même si on peut supposer que les rendements étaient meilleurs lorsque les ouvriers recevaient un pourcentage de la récolte, l’enthousiasme n’était guère de mise. Ainsi, concernant les tours d’eau, « à l’époque de la ferme d’État, personne ne prenait du retard. (…) Parce que le pourcentage le plus gros était pour l’État » (ancien irrigant au pourcentage à l’EAA ; 45 ans). Comprenons : personne ne se battait pour avoir de l’eau dans la mesure où les irrigants ne touchaient qu’un faible pourcentage alors que « maintenant toute la récolte est pour nous, donc on veut plus d’eau » (ancien irrigant au pourcentage à l’EAA ; 45 ans).

38Un autre type de mise en valeur, le contrat d’exploitation, fut aussi adopté : « Entre deux lignes [de peupliers], il y a trois mètres. Entre ces deux lignes, il n’y avait rien. Un paysan vient, un citoyen vient, quelqu’un qui a des moutons vient, il va cultiver des légumineuses : des lentilles, des pois-chiches, des fèves » (ancien technicien de secteur ; 50 ans). Les terres étaient alors en fermage : « Il y avait un contrat : chaque hectare, je payais 2 000 LS ; chaque hectare, 2 000 LS. Je prenais 15 hectares pour 30 000 LS, selon le contrat (…). [L’État] ne faisait rien pour moi, il me donnait juste les terres. (…) Moi, j’apportais les semences, j’apportais les engrais, j’irriguais. On devait aussi élaguer les peupliers » (ancien exploitant-contractuel ; 45 ans). L’accès à l’eau se faisait aussi par tours dont le technicien de secteur était responsable : « Eux, ils me fournissaient l’eau dans les canaux et moi j’irriguais. (…) Il y avait un tour (…) j’ouvrais moi-même. (…) Je demandais la permission au fonctionnaire : ‘j’ai besoin d’eau pour irriguer ; mes champs ont soif, je dois irriguer’ », (ancien exploitant‑contractuel ; 45 ans).

39Ces systèmes d’exploitation ont été adoptés pour assurer l’entretien des peupliers, notamment l’élagage et le désherbage, qui demandent beaucoup de travail. Progressivement, la direction générale de l’EAA a donc externalisé des tâches et abandonné la mainmise sur l’ensemble du processus de production. L’irrigation se faisant par tour, la quantité d’eau dépensée était probablement plus limitée. L’augmentation des marges de manœuvre permise dans le cadre des contrats d’exploitation était une motivation importante pour les contractants : un fonctionnaire a même démissionné pour devenir exploitant-contractuel car il préférait « être libre » (ancien exploitant-contractuel ; 40 ans). Néanmoins, la résolution des problèmes de détournement fut limitée, comme l’atteste le comportement de certains techniciens de secteur (voir § 3.2)

4.2 -L’expérience de l’irrigation moderne : des résultats satisfaisants gâchés par un manque de préparation

40Au début des années 1990, dans certains secteurs non drainés, l’aspersion fut expérimentée : « Une rampe d’aspersion était constituée de neuf tours ; chaque tour mesurait quarante mètres. Ces rampes fonctionnaient par rotation, sur environ cinquante à soixante hectares » (ancien ouvrier de l’irrigation moderne ; 45 ans). Cet ouvrier ajoutait que les consommations hydriques étaient diminuées et les rendements meilleurs.

41Des économies étaient aussi réalisées en ressources humaines puisqu’on embauchait beaucoup moins que dans les secteurs irrigués par gravitation : « Il y avait par exemple un seul ingénieur et un technicien en tout. Et pour chaque rampe, il y avait un ouvrier [pour l’entretien et le fonctionnement de la rampe] » (ancien ouvrier de l’irrigation moderne ; 45 ans). D’après l’ouvrier interrogé, cette équipe constituait une division indépendante au sein de la ferme dans laquelle les terres étaient situées. L’irrigation consommait probablement moins d’eau et les problèmes de rationnement étaient donc plus rares.

42Le travail était en outre moins fatigant : « L’aspersion, c’est plus confortable ; avec l’autre [l’irrigation gravitaire], il faut travailler avec la pelle, c’est fatigant (…). L’aspersion, c’est électrique, cela fonctionne tout seul » (ancien ouvrier de l’irrigation moderne ; 45 ans). Outre ce confort dû à l’automatisation, les ouvriers chargés de la maintenance des rampes se sentaient peut-être plus impliqués de par leur équipe réduite. En outre, responsables chacun d’une rampe, ils pouvaient être motivés par la possibilité de voir directement le résultat de leur travail dans la parcelle qu’ils entretenaient.

43« Cela fonctionnait assez bien » (ancien ouvrier de l’irrigation moderne ; 45 ans). Pourtant, ils ont enlevé les rampes « un à deux ans avant 2000 » (ancien ouvrier de l’irrigation moderne ; 45 ans). Un ancien ingénieur de l’EAA explique que les systèmes auraient pu être très performants mais personne ne savait les utiliser et les réparer : l’entreprise qui avait vendu les machines n’avait pas fait son travail de mise en route et de maintenance et n’avait pas fourni de pièces de rechange. La pérennisation des investissements de départ n’a donc pas été au rendez-vous, à cause d’un défaut de préparation et d’absence d’une vision à long terme.

4.3 - Le changement de tutelle de la station de pompage : des économies d’eau qui ne satisfont pas la demande

44« La station de pompage appartenait à l’Établissement Al-Assad, jusqu’en 1996 » (ancien secrétaire dans la station de pompage ; 70 ans). À partir de cette date, « elle a été transférée à l’administration de mise en valeur des sols, qui appartenait au ministère de l’Irrigation » (ancien secrétaire dans la station de pompage ; 70 ans). Ce changement était fait pour mieux gérer l’eau consommée : « Il y a eu un changement car lorsque c’était l’administration des eaux, ils se sont mis à plafonner les quantités d’eau. (…) Lorsque c’était nous [l’EAA], si on dépensait 100 millions, personne ne le comptait » (ancien technicien de secteur ; 60 ans).

45Ce changement n’a pas été perçu par tous dans la station de pompage, comme l’attestent les propos d’un de ses anciens secrétaires : « Le fonctionnement était le même et la direction était la même. Et il n’y a pas eu d’augmentation du nombre de fonctionnaires. Elle a juste été transférée d’un ministère à un autre, c’était juste un transfert » (ancien secrétaire dans la station de pompage ; 70 ans) ; seule modification, le salaire : « Tous les mois, on avait 1000 LS en plus » (ancien secrétaire dans la station de pompage ; 70 ans). Le plafonnement des quantités d’eau n’a pas été évoqué par cet interlocuteur car il n’en percevait probablement pas directement les enjeux.

46Concrètement, aucune information chiffrée n’a été obtenue en ce qui concerne les économies d’eau réalisées après le changement de tutelle de la station de pompage en 1996, mais certains l’ont ressenti comme excessive : « Cela a changé pour nous en … en 1997, à la moisson 1997. Lors de la moisson 1997, ils se sont mis à plafonner les quantités d’eau. J’avais un secteur, le secteur d’Ahmad… Vraiment, que Dieu protège ce secteur ! rires. J’avais du blé ; il était déshydraté. Nous ne pouvions pas lui apporter de l’eau : elle n’était pas suffisante » (ancien technicien de secteur ; 60 ans). Ces difficultés ressenties en queue de réseau sont révélatrices du défaut d’intégration des différents éléments du système. Certes, le changement de tutelle de la station de pompage a pu permettre des économies d’eau car les quantités pompées, qui rentraient dans le réseau, étaient diminuées. Mais elles n’ont pas été accompagnées d’un meilleur entretien du réseau, d’une redistribution plus rationnelle ou de changements dans les méthodes d’irrigation ; en bout de réseau, certaines surfaces pouvaient donc se retrouver en situation de pénurie.

Conclusion

47Les entretiens permettent de dégager les grands traits de la perception des employés de la Ferme d’État. Le regard porté sur cette structure est ambivalent. Le développement, permis par un accès plus facile aux ressources en eau, n’est pas parvenu à faire oublier l’ambiance coercitive dans laquelle l’opération de création s’est déroulée. Durant les années de fonctionnement, le déficit de participation et d’initiative des individus a été vécu comme une des causes mêmes de l’échec. Le manque de moyens financiers et humains peut expliquer un défaut d’encadrement qui a permis un tel contournement des règles.

48Alors qu’elle employait environ 5 000 personnes d’après un ancien cadre, la ferme d’État a été liquidée en 2000 et les terres ont été redistribuées par lots de 2 à 3 ha aux anciens employés ainsi qu’aux anciens détenteurs de droits de propriété et d’exploitation des terres. Certains agriculteurs insistent sur la perte d’équité (écarts de revenus faibles) après la liquidation. Ils soulignent en revanche la hausse des rendements (multiplication par 1,5 environ pour le blé et le coton d’après les enquêtes de terrain) avec le passage à l’exploitation familiale.

49En outre, ils insistent sur les problèmes de gestion qui perdurent. Les infrastructures sont en mauvais état. Le réseau d’eau est ancien : il a plus de 30 ans. L’irrigation gravitaire occasionne des pertes en eau. Selon un cadre de la direction du fonctionnement et de l’entretien des réseaux publics d’irrigation du gouvernorat d’Alep, il faut remplacer l’ensemble des infrastructures par un système sous pression qui permettrait aux agriculteurs d’être économes à moindre frais. Mais les coûts de réfection seront importants et les travaux longs. Les agriculteurs ont été habitués à une gestion très interventionniste, de type top-down. Pour eux c’est l’affaire de l’État. Mais ce dernier sera-t-il en mesure de relever ce défi ? Dans ce cadre de pensée, un changement des mentalités avec une implication participative des individus est-il envisageable ?

Top of page

Bibliography

ABABSA M., (2009), Raqqa : territoires et pratiques sociales d’une ville syrienne, Presses de l’IFPO, Beyrouth, 362 p.

—, (2007), Contre-réforme agraire et conflits fonciers en Jazîra syrienne (2000-2005), Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 115-116, p. 211‑230.

AL-ABD S., (1976a), Proposed land used pattern and production structure for the model state farm (4 000 ha in West Meskeneh), Damas, Ministère du barrage de l’Euphrate, 41 p.

—, (1976b), Proposition d’un plan d’exploitation agricole pour la ferme gouvernementale modèle (4 000 ha), Damas, Ministère du barrage de l’Euphrate, 41 p. (en arabe).

—, (1976c, Plan d’exploitation agricole et de développement rural dans le périmètre de mise en valeur des 17 000 ha de Maskané-ouest, Damas, Ministère du barrage de l’Euphrate, 57 p., (en arabe).

BADLISSI S., (2002), Le blé et le coton en Syrie : stratégies d’un choix entre une culture alimentaire et une culture d’exportation. Recherches sur l’optimisation de la rentabilité économique de l’utilisation de ressources hydriques limitées, thèse de géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 627 p.

BAUER S., BOSTROEM M., GOERDTEN D. et al., (1990), The Euphrates Development Scheme in Syria. Social impact, Production Organization and linkages, Berlin, German Development Institute, 202 p.

GATTINARA G.C.C., (1973), The Euphrates Pilot Irrigation Project. Studies on socio-cultural cum institutional factors affecting resettlement from the Tabqa reservoir and adjacent area of the Euphrates River, FAO, Raqqa, 199 p.

GOEDEB (General Organisation for the Exploitation and Development of the Euphrates Basin), (1970), Euphrates Project, The High Authority of the Euphrates Project, Raqqa, 43 p.

GUINÉ A., (1971), Le barrage sur l’Euphrate, Damas, Office de Presse Arabe et de Documentation, 33 p.

HANNOYER J., (1985) Grands projets hydrauliques en Syrie : la tentation orientale, Maghreb-Machrek, 109, p. 24-42

HOPFINGER H., (1989), State Farming in Syria, Proceedings of the 1989 International Conference on Europe and the Middle East, University of Durham, 9-12 juillet, p. 290-299.

—, (1991), Öffentliche und private Landwirtschaft in Syrien. Eine wirtschafts- und sozialgeographi­sche Untersuchung im Nordwesten und Nordosten des Landes, Erlangen, Fränkischen Geographischen Gesellschaft, 348 p.

KERBÉ J., (1987), Climat, hydrologie et aménagements hydro-agricoles de Syrie, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 2 vol., 1 228 p.

KHALAF S.N., (1981), Family, Village and the Political Party: Articulation of Social Change in Contemporary Rural Syria, thèse d’anthropologie, Université de Californie, Los Angeles, 622 p.

—, (1991), Land Reform and Class Structure in Rural Syria, in ANTOUN R.T., QUATAERT D. (dir.), Syria: Society, Culture and Polity, New York, State University of New York Press, p. 63-78.

MÉTRAL F., (1987), Périmètres irrigués d’État sur l’Euphrate syrien : modes de gestion et politique agricole, in MÉTRAL F., MÉTRAL J., LOUIS P. (dirs), L’homme et l’eau IV : l’eau dans l’agriculture, Maison de l’Orient, Lyon, p. 111-144.

MILLOT C., (2009), Désorganisation et réorganisation des services publics dans les fermes d’État de l’Établissement Al-Assad en Syrie, mémoire de Master 1 en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 62 p.

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE ET DE LA RÉFORME AGRAIRE, (1989), Classification des sols de l’Établissement Al-Assad (Gouvernorat d’Alep, Maskané), Damas, ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire, 53 p. (en arabe).

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE ET DE LA RÉFORME AGRAIRE, (2008), Besoins hydriques du plan agricole, Damas, ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire, 364 p., (en arabe).

MINISTÈRE DE L’IRRIGATION, (2006), Le barrage de l’Euphrate, site du ministère de l’Irrigation, [en ligne], consultée le 4 janvier 2011 (en arabe).

MOLLE F., MOLLIGA P.P., WESTER P., (2009), Hydraulic bureaucracies and the hydraulic mission: Flows of water, flows of power, Water Alternatives, 2(3), p. 328-349.

POULIQUEN A., (1982), L’organisation du travail agricole collectif et le contrôle social de l’activité économique en URSS, Revue d’études comparatives Est-Ouest, 13(3), p. 5-48.

RABO A., (1986), Change on the Euphrates. Villagers, Townsmen and employees in northeast Syria, thèse d’anthropologie, Université de Stockholm, 222 p.

YOUNIS M., (1992), Le barrage de Tabqa sur l’Euphrate au nord de la Syrie : étude d’impact et proposition d’aménagement, thèse de géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 398 p.

Top of page

Notes

1 Avant 1987, l’Établissement Al-Assad était sous tutelle de l’Administration du Bassin de l’Euphrate et s’appelait « Projet 21 000 ha de Maskané ». Néanmoins, pour rendre plus simple la lecture, nous n’employons que le nom Établissement Al-Assad.

2 Les entretiens ont eu lieu en arabe. Sachant que les citations sont traduites par nous-mêmes, des modifications du sens des propos sont inévitables.

3 Nous avons choisi de mettre entre parenthèses, après chaque citation, différentes caractéristiques des interlocuteurs cités : à quel titre ils s’expriment dans le cadre de la citation ; l’âge.

4 "برا"

5 "دولة"

6 "بسيط"

7 "العادات غير مستحبة والتي تعوق تقدم المجتمع وتحولها الى برامج عمل تعمل على رخائة واسعادة"

8 عشيرة

9 D’après les statistiques officielles, on a aussi cultivé dans l’établissement Al-Assad des arbres fruitiers (notamment des oliviers et des pommiers), des betteraves sucrières, de l’alpha-alpha, de l’orge et des pois.

10 مديرية التشغيل والصيانة

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Le quadrillage de l’espace par les canaux
Credits © Damien Delaville, 2008.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6483/img-1.png
File image/png, 225k
Title Fig. 2
Caption Le canal principal d’irrigation
Credits © Roman-Oliver Foy, janvier 2009.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6483/img-2.png
File image/png, 520k
Title Fig. 3
Caption Plan de l’EAA
Credits © Roman-Oliver Foy, 2010. Sources : Archives de l’Établissement Al-Assad, Google Earth, enquêtes de terrain. Équipe Eau & Développement 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6483/img-3.png
File image/png, 122k
Title Fig. 4
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6483/img-4.png
File image/png, 600k
Title Fig. 5
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6483/img-5.png
File image/png, 1.2M
Top of page

References

Electronic reference

Roman-Oliver Foy and Martine Tabeaud, « L’Établissement Al-Assad, ferme d’État sur l’Euphrate avant la liquidation en 2000 : quelques effets pervers d’une approche de développement top‑down », Méditerranée [Online], 119 | 2012, Online since 30 November 2014, connection on 18 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6483 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6483

Top of page

About the authors

Roman-Oliver Foy

UMR 8185 Espace, Nature et Culture, Université Paris Panthéon Sorbonne, foy.roman@gmail.com

Martine Tabeaud

UMR 8185 Espace, Nature et Culture, Université Paris Panthéon-Sorbonne, martine.tabeaud@univ-paris1.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page