Skip to navigation – Site map

Enjeux de l’eau en Méditerrranée orientale

Water in the Eastern Mediterranean
Stéphane Ghiotti
p. 3
Translation(s):
Water in the Eastern Mediterranean

Full text

1La revue Méditerranée consacre son numéro 119 à la question des « Enjeux de l’eau en Méditerranée orientale ». Les thèmes de la Méditerranée et de l’eau sont très souvent associés au point d’être présentés comme des archétypes et à ce titre bénéficient d’une littérature ancienne, diverse et abondante. Souvent les analyses proposées se focalisent cependant sur les pays du Maghreb ou sur des cas ponctuels voire emblématiques, en témoignent le cas israélo-palestinien, celui sur le Nil ou encore le Tigre et l’Euphrate. Plus rares sont les essais consacrés à l’Est de la Méditerranée dans une optique de mise en perspective plus large. C’est l’ambition de ce numéro. Son originalité procède de trois facteurs.

2Tout d’abord, un large spectre de pays et de cas d’étude est développé, allant des rivages de la mer Noire aux portes du Maghreb. Sont ainsi présentés les exemples de la Turquie, de la Syrie, du Liban, de l’Autorité palestinienne, de la Jordanie et de la Libye.

3Ensuite, les analyses proposées ne se focalisent pas uniquement sur des thématiques « traditionnellement » abordées comme l’irrigation ou selon des approches technique ou modélisatrice. Les auteurs se détachent assez nettement d’une conception dite moderne de la ressource (Linton, 2010) qui considère l’eau comme a-territoriale, homogène, a-historique et dissociée des relations sociales. Certaines problématiques traitées dans ce numéro s’ouvrent à la mise en évidence des relations de pouvoir dans la gestion territoriale de la ressource selon les approches de political ecology. P. Blanc pour la Jordanie montre très bien comment la combinaison des enjeux politiques locaux et régionaux et la diversification des moyens d’allocation de l’eau (canal, puits, sources...) recomposent les hiérarchies entre usages et entre groupes sociaux. Il rend compte des rajustements sérieux du réseau d’acteurs afin d’assurer développement économique via l’agriculture irriguée, maintien de l’État et satisfaction de la demande urbaine en eau potable. Dans le cas de la Libye, S. Palluault témoigne d’enjeux sociaux et spatiaux particulièrement aigus dans le nouveau contexte politique suite à la fin des travaux de la Grande Rivière artificielle. Pour paraphraser M. Marié, « après la technique, le reste... », et les modalités de distribution et d’allocation de la ressource entre secteur (ville/agriculture) et espace (Tripolitaine/Cyrénaïque) renvoient aux question d’aménagement du territoire, d’organisation de l’État et de développement de manière plus générale. D’autres s’intéressent aux modalités de construction sociale des savoirs et des techniques de gestion de l’eau en lien avec les courants des Science and Technlogy Studies (STS). Les exemples développés par K. Fustec pour l’Autorité palestinienne, M. Saade-Sbeih et R. Jaubert pour la Syrie montrent la façon dont le cadre du questionnement, les problématiques retenues et les solutions proposées relèvent de constructions sociales. Les modes de gestion mise en œuvre traduisent moins des connaissances scientifiques « objectives » mobilisées que de leur réinterprétation sur fond de rapports de forces et de luttes entre acteurs afin d’asseoir son leadership. D’une manière transversale à l’ensemble de ce numéro, les principes de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE), paradigme dominant depuis deux décennies et leur mise en œuvre sont questionnés à la lumière des dynamiques sociales, territoriales, économiques et politiques à l’œuvre dans les différents pays analysés.

4Enfin et en lien avec ce dernier point, ce numéro fournit une actualisation détaillée des enjeux de la gestion de l’eau à l’est de la Méditerranée en intégrant les profondes évolutions inhérentes au « Printemps arabe ». Les exemples libyen et syrien (F. Balanche) illustrent les modifications des priorités à toutes les échelles de décision et de gestion dans la distribution et l’utilisation de la ressource. Ils témoignent de la recomposition des rapports entre usages, usagers, pouvoirs officiels/officieux et organisation de l’espace.

Top of page

Bibliography

LINTON J., (2010), What is water, The history of modern abstraction, Vancouver, UBC Press.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphane Ghiotti, « Enjeux de l’eau en Méditerrranée orientale », Méditerranée [Online], 119 | 2012, Online since 28 March 2013, connection on 30 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6579

Top of page

About the author

Stéphane Ghiotti

Chargé de recherche, CNRS, ART-Dev, UMR 5281, Montpellier 3, stephane.ghiotti@univ-montp3.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page