Skip to navigation – Site map

« La qualité environnementale en milieu urbain, évaluation pluridisciplinaire », no 124 de la revue Méditerranée, à paraître juin 2015

The quality of the environment in urban zones, a multidisciplinary assessment”, n°124 issue, to appear in June 2015

Version française

Ce numéro de la revue Méditerranée vise à confronter des travaux de recherche qui interrogent la qualité environnementale du cadre de vie à partir de réflexions sur la matérialité urbaine en lien avec des approches sensibles, sociales et politico-économiques de la relation à l’environnement. Au delà des approches normatives ou économiques qui sous-tendent aujourd'hui le discours et les politiques de la ville "durable", il s’agit de comprendre la construction des systèmes des valeurs environnementales dans leur globalité matérielle, sociale et culturelle.

Ce numéro entend donc recueillir un panel de contributions associant géographie physique, humaine, approches socio-politiques et urbanistiques, représentatives du bassin méditerranéen nord et sud, s’ouvrant de préférence aux études empiriques, sans exclure une réflexion théorique. Nous envisagerons favorablement les contributions pluridisciplinaires pourvu que la dimension territoriale soit présente. Le numéro vise à promouvoir des approches aux échelles fines des espaces urbains, car les composantes de l'environnement urbain sont parfois totalement hétérogènes sur un périmètre restreint, ou perçues différemment en fonction des individus et des groupes sociaux cohabitant.

Il s'agit d'abord de mettre en relation les paramètres mesurables de la qualité environnementale avec certaines perceptions sensibles, pratiques sociales, représentations, revendications ou mobilisations des habitants.

- La qualité environnementale aux échelles fines (bâtiments, ilots, quartiers) peut être mesurée physiquement à travers divers paramètres (microclimats, dynamiques spatiotemporelles de la pollution urbaine et des ambiances sonores, indices de végétalisation etc.). Elle peut être reliée aux perceptions corporelles immédiates (sensations de confort ou d’inconfort thermique, gêne respiratoire, sensibilité aux ambiances acoustiques, etc. …) et aux appréciations plus globales des habitants de leur environnement (le sentiment de risque, de stress ou d’apaisement, l’esthétique, la hiérarchie des nuisances et des aménités, etc.).

En plus des critères physiques mesurables et de l'évaluation des perceptions sensibles qui leurs sont associées, les contributions pourront explorer sous quelles modalités l’évaluation d’une « qualité environnementale » par les habitants renvoie à un système de valeurs socialement construites et structurellement inégalitaires. La hiérarchie des valeurs environnementales attribuées au cadre de vie peut en effet témoigner de liens identitaires, affectifs, d'ancrage communautaire, de pragmatisme social ou de stratégies résidentielles qui traduisent diverses formes de territorialisation.

Enfin, le dernier objectif est d'interroger les enjeux et effets des politiques et opérations de requalification environnementale dans les territoires urbains: renouvellement urbain, projets labellisés de développement urbain durable, interventions visant à corriger des nuisances ou à développer des aménités etc. que ce soit dans le cadre d’opérations publiques et/ou privées. L’importance croissante des « qualités environnementales » dans la distribution des valeurs immobilières et leur marchandisation  ("prix hédoniques") n'est plus à démontrer. Elle interroge ce faisant les contradictions entre les objectifs sociaux et environnementaux du développement urbain et pose la question de la « justice environnementale ».

La publication du volume est attendue pour le 1er semestre 2015. Un résumé de la proposition (250 mots et mots-clés) sera transmis avant fin avril 2014. Le comité éditorial transmettra un avis sur la proposition en Juin 2014. Les contributions acceptées devront être transmises au plus tard le 31 octobre 2014 pour relecture suivant les conditions de publication dans la revue Méditerranée. Merci de consulter avec attention les recommandations aux auteurs.

Renseignements à fournir

Titre de la proposition :
Auteur(s) (si plusieurs auteurs, souligner l'auteur correspondant) :
Adresse du correspondant :
Résumé et abstract (250 mots maximum) :
Mot-clés et keywords (5 maximum) :
Index géographique

Le comité éditorial sera composé d’Elisabeth Dorier (professeur de géographie, Aix‑Marseille Université, UMR LPED, Elisabeth.dorier@univ-amu.fr), Isabelle Berry-Chikahoui (maître de conférence en en géographie et aménagement, Université de Montpellier, UMR ART-DEV, berry.chikahoui.isabelle@neuf.fr), Sinda Houes Jouve (maître de conférence en en urbanisme et aménagement, Université de Toulouse, UMR LISST, Sinda.haoues-jouve@univ-tlse2.fr).

Les langues admises sont l’anglais et le français.

English version

The focus of this issue of the journal Méditerranée  is  to compare  research studies dealing with the quality of the  human environment through an examination of urban materiality on the basis of sensitive, social, political and economic approaches to the relation with the environment. Going beyond the normative or economic approaches that today underlie issues and policies dealing with the “sustainable" city, the aim is to understand the construction of the environmental value systems in their material, social and cultural global entirety.

This purpose of this issue is thus to assemble a panel of contributions associating physical and human geography, sociological and political and town planning approaches , representative of the north and south of the Mediterranean Basin, with the emphasis primarily on empirical studies, though though theoretical aspects will also be considered.

Multidisciplinary contributions will be welcome on condition that the territorial dimension is dealt with. The aim of this issue is to promote fine scale studies of the urban space, since the components of the urban environment may sometimes be totally heterogeneous within a limited perimeter, or perceived differently according to the individuals and the social groups living there.

The first stage is to relate the measurable parameters of the quality of the environment to certain sensitive perceptions to certain of the inhabitants subjective perceptions, social practices, representations, requirements or priorities.

The quality of the environment at fine scale (buildings, housing blocks, districts) can be physically measured on the basis of various parameters (microclimates, spatio-temporal dynamics of urban pollution and the sonic ambiances environment, the indices of vegetation etc.). Environmental quality may be related to the immediate physical perceptions (sensitivity to thermal comfort or discomfort, respiratory problems, sensitivity to the acoustic ambiances, etc.) and to the inhabitants’ more general appreciation of their environment ( sensitivity to risk, stress or reassurance, aesthetic considerations, the order of priority of nuisances or amenities, etc.).

In addition to the measurable physical criteria and the assessment of the associated subjective perceptions, contributions may investigate by which means the assessment of the quality of the environment by the inhabitants may relate to a socially constructed and structurally inegalitarian value system.

The order of priority of environmental values attributed to the human environment can indeed reflect the links of identity, affective relations, community roots, social pragmatism or residential strategies, which reflect various forms of territorialisation.

Finally, the last aim is to examine the issues and the impact of environmental regeneration policies and projects in urban territories: urban renovation, officially supported sustainable urban development projects, operations to remedy nuisances or to develop amenities, etc., whether they are public and/or private sector operations.

The increasing importance of the quality of the environment in the determination of real estate values and property transactions (hedonic pricing) is now common knowledge. This raises the issues of the contradictions between the social and environmental objectives of urban development and that of "environmental justice".

The special issue will be published in early 2015. A list of proposed contributions (250 words and 5 keywords) will be circulated at the end of April 2014. The editorial board will return peer-reviewed reports in June 2014.
Accepted papers must be returned by the 31st October 2014 at the very latest.

We invite contributors to look at the ‘Guide to Authors’.

Elements to be supplied

Proposed title:
List of authors:
Abstract (maximum of 250 words):
Keywords (maximum of 5)

The members of the Editorial Committee are Professor Elisabeth Dorier, (professor of geography Aix‑Marseille University, UMR LPED, Elisabeth.dorier@univ-amu.fr), Dr Isabelle Berry-Chikahoui (associate professor of geography and development, berry.chikahoui.isabelle@neuf.fr), Dr Sinda Haouès Jouve (associate professor of town planning and development, Sinda.haoues-jouve@univ-tlse2.fr).