Skip to navigation – Site map
Enjeux fonciers

Le foncier agricole et sa gestion dans le Pays « Asses-Verdon-Vaïre-Var » (Alpes de Haute‑Provence)

Agricultural land management in the country of « Asse‑Verdon-Vaïre‑Var » (Alpes de Haute‑Provence department)
Jean-Baptiste Grison, Daniel Ricard and Laurent Rieutort
p. 13-24

Abstracts

The country of « Asse – Vaïre – Var – Verdon » (« A3V ») spans the South-eastern part of the Alpes de Haute Provence department. The article analyses the management of the agricultural land of this territory where there is little farming (it only occupies 12.3% of the total land superficy) which is decreasing in the long-term, and where new competitions have been developing for two generations, mainly linked to the arrival of new populations and demographic growth. The text analyses in detail the farming land strategy, notably using statistics from Graphic Parcel Register built from farmers’ CAP declarations. It integrates this land management into a broader environment where both intervene the new inhabitants of those countrysides (who strengthen land pressure) and politicians (who try to organize it).

Top of page

Full text

  • 1 Cet article s’inspire d’une recherche contractuelle conduite par le laboratoire clermontois CERAMAC (...)

1Le « Pays » « Asses-Verdon-Vaïre-Var » (ou « A3V ») correspond à la partie orientale du département des Alpes de Haute-Provence et s’individualise par quelques caractéristiques fortes : des paysages de moyenne ou de haute montagne, de très faibles densités de population (6,56 hab/km²), la marque d’une longue phase d’exode rural, plus que séculaire, qui laisse place à un net mouvement de repeuplement depuis les années 1970, l’absence d’organismes urbains dans le territoire (Castellane, la sous-préfecture et bourg le plus peuplé, n’a que 1 607 habitants en 2009), un certain isolement, une couverture forestière très importante, une agriculture concentrée spatialement et assez diversifiée, une activité touristique significative. Ce Pays est assurément une sorte d’archétype d’arrière-pays méditerranéen de faibles densités humaines, pour lequel les défis fonciers et de gestion de l’espace sont nombreux1. Le risque d’une perte de maîtrise dans la valorisation des ressources ancrées dans les territoires est réel ? investissements fonciers portés par des opérateurs extérieurs, voire même internationaux, disparition de l’agriculture, sanctuarisation des espaces à vocation naturelle par des acteurs privés ou publics. Comment, dès lors, les acteurs locaux et les agriculteurs peuvent-il maîtriser la valorisation des ressources ou l’occupation du foncier ? Cela suppose, non seulement de construire des mécanismes de régulations, mais aussi de mieux comprendre les logiques des exploitants et de maintenir une capacité de mobilisation et de créativité des élus et des acteurs habitant sur ces territoires.

2Dans sa définition du « système foncier local », A. Guéringer (2008) a confronté « les dynamiques de redistribution entre usages du sol et les jeux d’acteurs qui les sous tendent « . Dans la moyenne montagne du Massif central, il oppose ainsi des systèmes encore fortement marqués par l’agriculture où « les interrogations portent avant tout sur la répartition de l’espace agricole entre les exploitations… l’agrandissement est encore considéré comme la principale voie de développement et les exploitations exercent une forte pression sur le foncier ». Pour autant, face à un marché foncier relativement bloqué, les systèmes d›arbitrage (intervention des SAFER) sont peu efficients et débouchent sur des conflits entre agriculteurs. Un deuxième type concerne des massifs dépeuplés et largement reboisés : les enjeux portent alors sur le maintien d’espaces ouverts autour des villages et sont confrontés à la stratégie des propriétaires forestiers qui s’inscrivent dans une logique de conservation du patrimoine et de mise en réserve d’un capital : « sauf à imaginer un développement du marché foncier, la part de la propriété foraine, citadine pour une bonne part, devrait encore augmenter ». Enfin les zones les plus touristiques ou proches des villes sont marquées par la « juxtaposition de deux systèmes fonciers, l’un de type urbain, concentré en certains endroits mais qui se diffuse sur l’ensemble du massif et l’autre obéissant à une logique rurale, mais depuis longtemps plus ouvert, plus mobile que dans les autres cas ». On voit alors se juxtaposer conflits d’usages, tensions foncières mais aussi inquiétudes sur l’entretien de l’espace. Dans le contexte particulier du Pays A3V, cet article tente de tester cette grille de lecture en se focalisant sur la manière dont les agriculteurs utilisent et gèrent leurs ressources foncières et comment ce foncier agricole (largement minoritaire dans la surface totale du territoire) s’inscrit dans le processus d’évolution à long terme des territoires bas alpins. Afin d’aborder ces questions, la recherche s’est appuyée sur des entretiens sur le terrain et sur les données issues du registre parcellaire graphique (qui reprend les déclarations de surfaces des agriculteurs au titre de la PAC) ou du dernier recensement agricole 2010.

I - Le Pays A3V : un territoire rural à l’agriculture marginalisée

3Ce Pays de Haute-Provence (fig. 1) s’organise autour des vallées de l’Asse (le « A »), de la Vaïre, du Var et du Verdon (les 3 « V ») et les altitudes s’y étagent de 421 m en aval d’Entrevaux à 3 053 m au mont Pelat, mais l’habitat permanent se situe, pour l’essentiel, entre 600 et 1 300 m : le Pays A3V relève ainsi de cette moyenne montagne périméditerranéenne au potentiel agricole fort limité, marquée par la pente et la sècheresse estivale.

Figure 1 - Le Pays A3V en haute Provence.

Figure 1 - Le Pays A3V en haute Provence.

Source : J.‑B. Grison, CERAMAC, 2012.

  • 2 Onze communes du Pays ont vu leur population doubler depuis le minimum démographique. Sausse et Sai (...)

4Ce milieu rural ignore presque totalement l’industrie et vit d’une triple activité agricole, résidentielle et touristique. Cette dernière est à la fois diffuse et concentrée : diffuse à travers un tourisme rural (randonnées, vélo, VTT, gîtes, pêche…) que l’on retrouve un peu partout, concentrée à travers la station de ski de la Foux d’Allos et les spectaculaires gorges du Verdon, qui connaissent une énorme fréquentation estivale faisant la fortune de Castellane depuis un siècle. La fonction résidentielle est en plein développement en dépit d’un intense exode rural qui a littéralement vidé le pays. Il faut dire que depuis le creux démographique de 1975, la population n’a cessé de croître, parfois de manière très significative2. Cela, associé à un fort développement des résidences secondaires, a conduit à une extension généralisée du bâti. Ce renouveau ne parvient toutefois pas à maintenir le tissu des commerces et des services locaux, qui tend à se concentrer dans les rares bourgs du territoire (Castellane, Saint-André-les-Alpes, Annot, Entrevaux, Allos, voire Barrême), une évidente captation commerciale profitant par ailleurs à des agglomérations urbaines extérieures au Pays (Digne, Grasse, Carros, voire Nice).

1.1 - Une agriculture peu présente

5L’agriculture du Pays A3V, qui nous intéresse plus particulièrement ici, ne compte guère dans le contexte national. Certes, les exploitations sont assez grandes (77 ha de moyenne d’après le RGA de 2010), mais les surfaces sont faiblement productives. Elles s’adonnent largement à l’élevage, plus particulièrement à celui des ovins pour la viande. En dépit de la présence d’une certaine clientèle touristique et de l’image positive de la montagne alpine, la profession s’en remet massivement aux filières dites « longues » (agneaux maigres notamment). Diversification, vente directe et circuits courts sont en effet limités par la faiblesse de la clientèle locale, la quasi absence de productions sous signe officiel de qualité (révélatrice de la rareté des spécialités dites de terroir) et, il faut l’avouer, par un manque d’intérêt de la part des paysans. Bref, l’agriculture s’inscrit dans un processus de marginalisation.

6Le RGA n’a dénombré que 214 exploitations dans le Pays en 2010. La part de la population active agricole, qui rassemble 261 personnes (6 % du total), se trouve, certes, supérieure à la moyenne nationale, mais bien inférieure à celle de bien des régions rurales et agricoles

  • 3 À l’exclusion des pâturages collectifs d’altitude.

7Ce caractère assez marginal de l’agriculture se retrouve dans les paysages. Ainsi, toujours selon le RGA, la SAU s’établit à 16 513 ha3, soit 12,35 % seulement de la surface totale du Pays. Même si, dans cet univers de montagne méditerranéenne, le recensement précis des surfaces agricoles n’est pas chose aisée et demeure sujet à caution, il est clair que l’espace agricole compte peu au regard de l’omniprésence des surfaces forestières, qui couvrent, quant à elles, plus de la moitié de l’espace étudié.

8À l’intérieur de ce Pays, la marque paysagère de l’agriculture souligne une certaine différenciation Nord / Sud, au profit du haut Verdon et de la vallée de l’Asse de Clumanc. Au Sud d’une ligne Saint‑André‑les‑Alpes / Annot / Entrevaux en revanche, les espaces agricoles sont nettement moins présents dans les paysages. Au total, l’agriculture n’occupe guère que des îlots, souvent de petite taille, les terroirs agricoles les plus étendus se situant au-devant de Thorame, en arrière de Méailles, dans la vallée du Verdon de part et d’autre de Saint‑André-les‑Alpes et dans la large vallée de l’Asse de Clumanc.

9L’observateur repère rapidement l’organisation spatiale de ces finages jadis très complémentaires. En altitude, les alpages dominent. De qualité inégale, ils restent bien utilisés, surtout dans le haut Verdon et sur les rebords du « bloc » de Majastres. Les parcelles de fond de vallée ont toujours été très recherchées dans les Alpes du Sud. L’irrigation leur confère généralement une bonne productivité. Restent les versants, jadis bien entretenus mais de plus en plus délaissés aujourd’hui par la faute d’une mécanisation difficile, voire impossible, et de sols peu épais et trop filtrants.

1.2 - Un déclin prononcé depuis le xixe siècle

10L’analyse révèle également un net recul de la SAU, révélateur d’un évident déclin agricole. Quelle que soit la période considérée, la tendance est la même.

11Au temps du maximum démographique et des campagnes pleines, les géographes, tel Arbos (1913), décrivaient des milieux difficiles dont la population n’avait de cesse d’accroître la surface et la production agricole pour faire face à la pression démographique. On n’hésitait pas, alors, à utiliser les longs versants de Peyresq (photographie 1), à développer l’irrigation par un dense réseau de canaux, à soulager l’exploitation par la transhumance inverse et à multiplier les terrasses dans les milieux les plus pentus (photographie 2). Les vieilles photographies du xixe siècle révèlent cette constante recherche de l’extension du territoire agricole.

Photographie 1 ‑ Peyresq, un terroir d’altitude très accidenté.

Photographie 1 ‑ Peyresq, un terroir d’altitude très accidenté.

J.-B. Grison, mai 2011.

Photographie 2 ‑ Terrasses abandonnées à Castellet-lès-Sausses.

Photographie 2 ‑ Terrasses abandonnées à Castellet-lès-Sausses.

J.-B. Grison, mai 2011.

12L’exode rural a mis fin à cette « faim de terres », les pertes de la Grande Guerre réduisant encore la pression sur le foncier. À l’inverse, les forestiers ont cherché à récupérer une partie des terres de ces communautés rurales fragilisées, même si le mouvement est moins net ici que dans d’autres massifs.

  • 4 On a peine à croire à des évolutions aussi peu linéaires que celles révélées par le tableau 1. Comm (...)

13Enfin, depuis un demi-siècle, la révolution agricole, l’intensification et la compétition interrégionale continuent à stimuler le recul de la SAU. Même si la qualité des statistiques issues du RGA reste sujette à de nombreuses interrogations4, les chiffres parlent d’eux-mêmes : la surface agricole du Pays A3V recule de 34,7 % entre 1979 et 2010, soit près de 1 % par an !

Tableau 1 - Évolution des structures agricoles du Pays A3V (1979‑2010)

Tableau 1 - Évolution des structures agricoles du Pays A3V (1979‑2010)

Source : Recensements agricoles

14Ce recul de la surface agricole impacte largement paysages et sociétés paysannes. Ainsi, on se décharge de l’entretien des restanques pour les abandonner au pacage des moutons, les murets tombant progressivement en ruine au bout de quelques années. Le repli de l’espace agricole est particulièrement net sur les versants, là où il est difficile de mécaniser et où les sols sont souvent trop minces, sans parler des roubines soumises à l’érosion. La clôture électrique ne remplace pas le gardiennage par un berger devenu trop coûteux et les parcelles retournent souvent à la friche. Parfois, le relief autorise le passage d’un girobroyeur, mais souvent, les agriculteurs préfèrent partir à la recherche de nouvelles parcelles que d’assurer un entretien trop contraignant. Les systèmes d’irrigation, qui étaient jadis entretenus bénévolement par les collectivités villageoises, sont gérés de nos jours par des associations syndicales autorisées (ASA). Mais celles-ci manquent de bras et 21 des 59 canaux recensés sur l’Asse, le haut Verdon et le haut Var ont déjà disparu (Démarche concertée d’agriculture durable, 2009).

1.3 - De nouvelles concurrences foncières

15Les dynamiques récessives qui stimulent la contraction de la SAU sont nombreuses. Mais d’autres facteurs évolutifs agissent aussi depuis une ou deux générations, se traduisant notamment par de nouvelles concurrences pour le foncier.

16Parler de pression de l’urbanisation peut surprendre dans un tel milieu dépourvu de villes, mais l’observation du paysage montre bien l’omniprésence des constructions nouvelles, habitations le plus souvent, locaux artisanaux ou commerciaux parfois. Cette pression « urbaine » est particulièrement visible autour des bourgs (Saint-André, Barrême, Castellane, Allos…) mais anime aussi les périphéries de presque tous les villages. Partout, résidences principales et secondaires recherchent des terrains plats, faciles à construire (photographie 3).

Photographie 3 ‑ Le plan de La Palud.

Photographie 3 ‑ Le plan de La Palud.

Sources : J.-B. Grison, mai 2011.

17L’étude de l’évolution du nombre de permis de construire confirme la tendance récente, que ce soit pour le collectif – dominé par les résidences touristiques d’Allos ou des logements développés dans les bourgades – ou pour les constructions individuelles qui se multiplient en périphérie des vieux noyaux villageois, avec fréquemment de vastes terrains attenants. Ces permis de construire délivrés entre 1998 et 2007, sont géographiquement concentrés dans la vallée du Verdon (un quart des permis du Pays pour la seule commune d’Allos !) et dans les chefs-lieux de canton. Dans ces conditions, la pression foncière ne peut que s’accentuer. Une étude des documents d’urbanisme existants dans le département des Alpes-de-Haute-Provence confirme que les zones ouvertes à l’urbanisation ne sont pas négligeables en valeur absolue, représentant plusieurs dizaines d’hectares, en particulier dans l’axe du Verdon et entre Saint-André-les-Alpes et Entrevaux. Dans ces conditions, les prix du foncier progressent et atteignent des niveaux comparables à ceux de la vallée de la Durance, par exemple vers Allos et, de manière peut-être plus surprenante, à Barrême. Les conséquences sont inquiétantes pour les zones agricoles qui apparaissent alors morcelées et « éclatées » face à des zones encore urbanisables (Allos, Thorame, Allons, Moriez, Entrevaux, Castellane, Demandolx).

18La pression touristique est un autre facteur évolutif de premier plan. Ainsi, en aval de Castellane, la vallée du Verdon est désormais presque intégralement occupée par les installations touristiques, dans un milieu où, toutefois, l’agriculture n’a pas attendu le développement des campings pour disparaître. Une pression similaire anime le val d’Allos où elle a fait disparaître une partie des pâturages de la Foux et désorganisé l’agriculture de toute la commune. Quant aux alpages, largement sollicités par les skieurs en hiver, ils sont toutefois toujours bien utilisés en été par les troupeaux, le plus souvent en gestion collective.

19Ajoutons les emprises éventuelles des infrastructures routières, également consommatrices d’espace, et souvent de bonnes terres agricoles, comme lors des récents travaux d’amélioration de la RN 85, entre Barrême et le col des Robines.

20D’intenses pressions fragilisent donc le foncier agricole et la concurrence s’exerce surtout, classiquement, sur les meilleures terres agricoles des fonds de vallée, faciles à construire. Cette compétition entre agriculture et nouveaux usages tourne généralement à l’avantage de ces derniers, compte tenu du différentiel de valorisation des terrains. Les propriétaires fonciers (dont nombre d’agriculteurs) réalisent alors quelques belles plus-values qui stimulent l’économie du territoire. Hélas, les bonnes terres sont progressivement mitées et l’assise foncière des fermes désorganisée, avant l’étape ultérieure qui est celle de l’exclusion de l’activité agricole, comme dans les plans de Castellane et d’Entrevaux, ou en périphérie de Saint‑André‑les‑Alpes.

21Face à cette pression foncière croissante, le laisser-faire s’avère la pire des solutions car il attise les problèmes de gestion de l’espace et stimule la désorganisation de l’agriculture. Les collectivités locales s’efforcent alors de mettre en place de nouvelles modalités de maîtrise de ce foncier. Ainsi, en 2009, la majorité des communes (24 sur 40) sont dotées d’un document d’urbanisme, et quatre autres ont une carte communale ou un PLU en préparation. Les chefs-lieux de canton et les communes touristiques sont intégralement couverts.

2 - Les stratégies foncières des exploitations agricoles

  • 5 L’utilisation du RPG à des fins de connaissance scientifique exige d’avoir à l’esprit les limites d (...)

22L’analyse qui suit a été réalisée à partir de nombreuses enquêtes de terrain, des résultats du récent RGA (2010), et de l’exploitation des données déclaratives de la PAC consignées dans la base du registre parcellaire graphique (RPG) diffusée par l’Agence de Services et de Paiement (ASP, administration en charge du paiement des aides de la PAC aux agriculteurs)5. Le recours à ces données permet une approche cartographique novatrice des territoires agricoles. On peut alors mieux cerner la géographie fine des exploitations, mieux comprendre leurs stratégies foncières. Celles-ci dépendent de facteurs explicatifs nombreux qui interagissent sur le territoire. Certains sont liés à l’environnement général, d’autres au contexte local, les parcours individuels de chaque exploitant combinant le tout.

2.1 - Les leviers des stratégies foncières

23Le rôle du marché, des filières et des entreprises de collecte des produits est incontestablement de plus en plus décisif. Des cours de moins en moins rémunérateurs sur le long terme pour les « produits matière première » (lait, broutards, agneaux maigres…), incitent en effet à produire plus pour compenser la baisse des marges unitaires. Les agriculteurs du Pays A3V s’inscrivent d’autant mieux dans cette stratégie classique d’agrandissement qu’ils ont massivement recours à ces filières longues et qu’ils sont manifestement peu intéressés par la recherche d’une amélioration de la plus value unitaire par la diversification, la vente directe ou la qualité.

24La PAC et les aides agricoles nationales renforcent incontestablement cet agrandissement, en dépit des récents phénomènes de « découplage ». Le mouvement est d’autant plus net que l’ICHN (indemnité compensatrice de handicaps naturels, issue de la « prime à la montagne » de jadis) et la PMSEE (prime au maintien des systèmes d’elevage extensif, ancienne « prime à l’herbe ») comportent des limites à l’intensification. Il est également renforcé par la très faible valeur unitaire des DPU (droits à paiement unique) : quelques dizaines d’euro à l’hectare seulement. Bref, la politique agricole incite bien les exploitants, notamment les éleveurs ovins et bovins allaitants, à augmenter leurs surfaces et leur cheptel.

25Les progrès de la mécanisation bouleversent également l’assise foncière des exploitations. Nous ne reviendrons pas ici sur les incidences de la mécanisation des diverses tâches de l’élevage, notamment des travaux de fenaison. Réservons en revanche une attention particulière à l’amélioration des moyens de transport, qui joue actuellement un rôle non négligeable. Gros tracteurs, remorques et bétaillères, voire camions, permettent désormais d’exploiter plus aisément des parcelles éloignées et les exploitants sont de plus en plus nombreux à valoriser des terres sur plusieurs communes, parfois fort lointaines.

26Les héritages locaux jouent aussi un rôle significatif dans l’organisation et la stratégie foncière des exploitations. Pensons notamment à l’importance des propriétaires extérieurs dans la région, ainsi qu’au poids des propriétés collectives, surtout en altitude. Autre héritage : l’émiettement parcellaire, qui marque les exploitations comme le paysage, d’autant plus que ces campagnes ont ignoré le remembrement et que les canaux d’irrigation rendent difficiles les regroupements parcellaires. Il en résulte de « beaux » paysages ruraux, tels ceux de Thorame ou de Méailles, toujours bien entretenus mais très émiettés, même si la taille des parcelles augmente au fur et à mesure du regroupement des exploitations.

27Au final, les stratégies foncières des exploitations sont largement dictées par tous ces facteurs évolutifs mais on privilégie manifestement l’agrandissement. La SAU moyenne a d’ailleurs presque doublé dans le Pays de 1988 à 2010, un mouvement favorisé par la disparition des petites fermes et la quasi obligation, pour les jeunes qui s’installent, d’apporter des surfaces supplémentaires pour prétendre à certaines aides. Le RGA ne souligne d’ailleurs qu’en partie cette tendance, la présence d’exploitations retraite ou à titre secondaire, voire d’apiculteurs, pouvant masquer le phénomène. Les enquêtes montrent en revanche que les exploitations professionnelles dépassent presque toujours la centaine d’hectares, avec un double mouvement de concentration des terres autour du siège de l’exploitation et d’extension sur plusieurs communes, voire plusieurs départements.

2.2 - Les contours des exploitations ou la diversité des situations locales

28La profession est animée par ces multiples mouvements de fond qui ne sont pas, à l’évidence, spécifiques au Pays A3V. Mais, au-delà de ces tendances lourdes, chaque agriculteur agit aussi en tant qu’acteur individuel, en fonction de sa situation personnelle, de son âge, de sa capacité financière, de son niveau technique, de ses expériences, sans parler de sa motivation. Il en ressort une multitude de situations locales et personnelles très contrastées, qui sont parfaitement révélées par la combinaison de l’enquête de terrain et des données issues du RPG (fig. 2).

Fig. 2 Parcellaires des exploitations agricoles de Thorame-Haute.

Fig. 2 ‑ Parcellaires des exploitations agricoles de Thorame-Haute.

Source RPG 2009. J.­‑B. Grison, CERAMAC, 2012.

29La plupart des exploitations conservent un ancrage villageois toujours bien affirmé, avec de nombreuses parcelles disséminées dans le vieux finage. Le terroir agricole de Thorame-Haute (fig. 2), contigu à celui de Thorame-Basse, entre 1 000 m et 1 300 m d’altitude, illustre bien cette situation assez classique. Ici, huit exploitations de bonne taille (pour une SAU moyenne de 85 ha - RGA 2010) se partagent ce grand versant exposé au sud, la présence du réseau d’irrigation traditionnel ayant bloqué assez fortement l’évolution du parcellaire et du paysage. Le reste de cette vaste commune présente aussi quelques aspects intéressants, en particulier concernant le devenir des anciens finages de trois villages satellites (dont deux, Peyresq et La Colle‑Saint‑Michel, sont d’ailleurs d’anciennes communes). Le terroir de La Colle-Saint-Michel, à plus de 1 400 m d’altitude, continue d’être valorisé par une unique exploitation locale. Les parcelles encore déclarées en contrebas du village d’Ondres sont valorisées par deux agriculteurs de Thorame‑Haute. Enfin, les versants de Peyresq (photographie 1) sont désormais intégrés aux vastes alpages qui occupent désormais une large part du territoire municipal, essentiellement sous la forme de groupements pastoraux. L’exemple mis en valeur sur la figure 2 présente un groupement pastoral en deux parties (puy de Rent et Orgéas) nécessitant une transhumance des troupeaux en milieu de saison. En somme, la commune de Thorame‑Haute présente un assez bon concentré des organisations parcellaires agricoles présentes dans le Pays.

30Les exploitations morcelées des villages valorisent parfois des pâturages d’altitude, aboutissant à des configurations foncières plus contrastées. La ferme associe alors le parcellaire de référence, proche du village et une ou deux vastes parcelles d’alpages, plus ou moins éloignés du siège de l’exploitation. À Angles par exemple (fig. 3), le finage de fond de vallée est tenu par quatre fermes, dont trois disposent des pâturages sur les hauteurs de la commune, notamment sur la crête de la Grau.

Fig. 3 Parcellaires des exploitations agricoles d’Angles.

Fig. 3 ‑ Parcellaires des exploitations agricoles d’Angles.

Source RPG 2009. J.‑B. Grison, CERAMAC, II 2012.

31À Allons (fig. 4), la configuration est encore assez différente. La vallée de l’Ivoire offre, sur 6 km de long, un beau terroir valorisé par trois exploitations dont l’assise foncière permet de deviner souvent les anciennes fermes progressivement regroupées. En périphérie, les crêtes des Serres et de Chamatte ainsi que le Puy‑de‑Rent (1 996 m) abritent quant à eux 5 grandes parcelles d’alpages valorisées par des exploitants extérieurs à la commune.

Fig. 4 - Parcellaires des exploitations agricoles d’Allons.

Fig. 4 - Parcellaires des exploitations agricoles d’Allons.

Sources : RPG 2009. J.­‑B. Grison, CERAMAC, II 2012.

32On note par ailleurs la présence d’exploitations plus éclatées, constituées par achats, locations ou héritages successifs. De telles organisations foncières doivent beaucoup à l’histoire provençale (pays de transhumance), à la déprise agricole locale qui a libéré beaucoup de terres, mais aussi au développement de moyens de transport performants (camions ou bétaillères pour le transport des bêtes, tracteurs capables de rouler à 30 km/h…). Nous avons ainsi repéré une exploitation qui possède 127 ha répartis en 27 parcelles autour de son siège de Lambruisse, mais aussi 400 ha sur le petit plan de Canjuers et 148 ha à Vergière, dans la Crau. Quant aux alpages d’Allons, 398 ha sont tenus par un exploitant des Maures qui possède aussi 185 ha autour du golfe de Saint‑Tropez et 365 ha à Allos (alpage de Valplane). Les 948 ha de ce transhumant sont donc distants de 170 km, quand celui de Lambruisse valorisait 675 ha éloignés de 240 km (fig. 5) !

Fig. 5 - Carte d’exploitations éclatées de Lambruisse et de Allons.

Fig. 5 - Carte d’exploitations éclatées de Lambruisse et de Allons.

Sources : RPG 2009. J.‑B. Grison, CERAMAC, 2012.

  • 6 Cette surface ne comprend pas les éventuels alpages collectifs exploités en groupement pastoral par (...)

33Soulignons aussi le poids de l’appropriation privée extérieure, dite « foraine ». Au début des années 1970, à Thorame-Basse, ces forains tenaient déjà 1 452 ha, soit 48 % du territoire communal d’appropriation privée (De Réparaz, 1978) et on observait des tendances voisines autour de Castellane et tout au long de la vallée du Verdon ; la propriété niçoise étant plus marquée à l’est, par exemples à Peyroules où 42 % des propriétés relevaient de cette origine. L’analyse du RPG confirme une part de cet héritage, ici pour les seuls exploitants (pas nécessairement propriétaires). Près de 2 200 hectares (13 % du total) sont ainsi valorisés par des éleveurs installés dans le Var, les Alpes‑Maritimes ou les Bouches-du-Rhône6. Ces terrains, d’exploitation privée, correspondent pour l’essentiel à des alpages situés dans le Haut Verdon (le Valdemars à Allos, la Dent du Lièvre à Colmars) ou le Teillon.

  • 7 Le RPG isole ces groupements pastoraux qui se comportent, aux yeux de la PAC, comme des entités agr (...)

34La base de données du RPG révèle aussi l’existence de situations foncières particulières, au premier rang desquelles les alpages relevant de groupements pastoraux issus de la loi pastorale de 19727. Ceux-ci sont particulièrement développés dans le Haut Verdon (fig. 6) et, à degré moindre, sur le Teillon (versant de Soleilhas) et le rebord septentrional du Bloc de Majastres (Blieux, Le Poil). Ils sont utilisés par des troupeaux transhumants « de proximité » (venus, par exemple, de Clumanc, du Haut Verdon ou de Thorame) ou par de « grands transhumants » issus, eux, classiquement, de basse Provence, notamment de la Crau. On retrouve là les vieilles pratiques traditionnelles qui avaient mis en relation très tôt la plaine et la montagne.

Fig. 6 – Les groupements pastoraux dans le Pays A3V.

Fig. 6 – Les groupements pastoraux dans le Pays A3V.

Sources : RPG 2009. J.‑B. Grison, CERAMAC, I 2012.

3 - Retour à l’exploitation : quelle maîtrise et valorisation du foncier ?

35Le fichier RPG permet de bien mesurer la diversité des configurations parcellaires dans le territoire. Cette complexité de détail conduit les exploitants à adopter des stratégies de valorisation différenciées d’une ferme à l’autre, d’un versant à l’autre, d’une parcelle à l’autre.

3.1 - Les exploitants et la sélection des parcelles

36Les agriculteurs du Pays A3V disposent, on l’a dit, de terrains aux qualités agronomiques et au potentiel productif très variables, héritages de parcellaires très complémentaires qui permettaient de répondre aux besoins de la famille dans le cadre d’une économie largement repliée sur elle-même et de pallier, pour partie, les aléas de la nature. De nos jours, cette diversité demeure, mais les exigences de l’économie ont bien changé, conduisant les agriculteurs à arbitrer entre les différents types de parcelles.

37Les parcelles de fond de vallée sont intensifiées en priorité (intensification relative), par l’irrigation notamment, comme dans la vallée de l’Asse de Clumanc. En l’absence de remembrement, elles ne sont pas toujours faciles d’accès et souvent de taille réduite, même si l’on cherche à les agrandir par achats ou locations.

38Les versants, moins morcelés, vont essentiellement au pâturage des ovins. Ils étaient jadis assez intensifiés, dans un monde qui manquait de terres, mais ne le sont plus vraiment aujourd’hui et tendent à être délaissés. Le retour à la friche s’y développe, surtout dans les versants les plus pauvres, trop difficiles à entretenir, les obligations liées à la perception de la PHAE ou de l’ICHN ne freinant qu’en partie le mouvement. Parfois même d’ailleurs, on préfère ne pas déclarer ces parcelles pour éviter le contrôle jugé tatillon des agents de la PAC. L’observation de photographies aériennes des années 1950 et d’autres prises de vues anciennes met clairement en évidence ce mouvement de déprise sur le temps long.

  • 8 De toute évidence, les DDT acceptent la déclaration de l’ensemble de la parcelle, associée à un pou (...)

39Les grandes parcelles d’alpage sont une spécificité régionale. Elles sont souvent bien entretenues, comme dans le Haut Verdon, même si l’arrivée récente du loup n’est pas sans poser de problèmes pour le gardiennage des troupeaux. À l’inverse, de nombreuses parcelles de pâturage extensif, situées à une altitude plus basse, dans l’étage forestier, interrogent le visiteur par leur état d’enfrichement, comme sur les versants du haut Coulomp où nombre de ces parcelles sont pourtant consignées dans les registres parcellaires ! Qu’en est-il alors la compatibilité avec les règles d’entretien minimales de la PAC ou des ICHN8 ?

40Les parcelles de la périphérie des bourgs s’urbanisent progressivement depuis une trentaine d’années et leur destin agricole apparaît de plus en plus compromis : mitage par les habitations, difficultés d’accès, petite taille, spéculation foncière omniprésente… On tend alors souvent vers le recul, voire l’abandon de l’utilisation agricole de ces belles parcelles, comme en périphérie de Castellane, de Saint-André-les-Alpes ou d’Entrevaux.

3.2 - L’utilisation du sol et ses contrastes

41Les agriculteurs procèdent donc à des arbitrages en fonction des potentialités agronomiques des parcelles, de leur éloignement, de leur taille, de la présence éventuelle de l’irrigation ou encore de la pente. Cela explique, notamment, un degré d’intensification inégal des utilisations productives différenciées de ces mêmes parcelles. La base de données du RPG renseigne ces « usages du sol ». On dispose ainsi d’une cartographie annuelle des formes de valorisation de la terre agricole qui renvoie aux systèmes d’exploitation locaux. Ces derniers, assez homogènes, renvoient à l’omniprésence des systèmes d’élevage, notamment ovins.

42Les prairies naturelles, ou permanentes, sont omniprésentes dans le Pays A3V. Elles sont exclusives en alpage et sur les versants et sont alors conduites de manière plus ou moins extensives. D’après le RPG, alpages et prairies permanentes représentent plus de 80 % des surfaces agricoles. Les terres labourables sont quasi exclusivement concentrées dans les vallées. Généralement planes, davantage intensifiées et souvent irriguées, elles sont alors valorisées par un assolement simple associant trois à cinq ans de prairie temporaire (luzerne notamment) et une culture de céréales. Elles sont indispensables à l’équilibre de la ferme, fournissant le foin pour l’hiver et quelques céréales autoconsommées.

43L’agriculture du Pays A3V offre à l’observateur un système classique de finages herbagers montagnards, plus ou moins bien entretenus et intensifiés mais finalement assez homogènes, valorisés par le bétail ovin, parfois par les bovins. ça et là, quelques situations locales particulières, liées à des formes de valorisation agricole spécifiques, renvoient à des terroirs souvent spécifiques, engendrant des paysages originaux. Tel est notamment le cas des Plans d’Entrevaux, marqués par un déclin rapide de l’arboriculture traditionnelle et par une pression « urbaine » significative. Face à la cité fortifiée, le versant des Bayons, voué à l’olivier, associe des structures foncières particulièrement émiettées et un paysage original, à la limite de la culture de ce fruit. Quant au versant de Méouilles, en face de Saint-André-les-Alpes, son couvert de lavande lui confère une incidence paysagère évidente, notamment lors de la floraison estivale.

4 - Des capacités de résistance variées : entre jeux d’acteurs et perspectives offertes par une démarche participative

44La maîtrise du foncier agricole passe alors par la connaissance fine des stratégies des exploitants et par la mise en place de nouveaux outils participant à protection des espaces agricoles. Des jeux d’alliances apparaissent notamment entre le monde agricole et les élus locaux, en particulier pour localiser les zones constructibles à l’écart des meilleurs fonds agricoles ou pour mieux réglementer les nouvelles constructions dans les documents d’urbanisme. À Lambruisse, par exemple, la grande affaire de la commune fut la création d’un important lotissement, en 1974, le remembrement de l’époque ayant permis d’obtenir des financements de l’ordre de 80 % pour cette réalisation. Ce dernier s’est construit dans une zone de graviers sans intérêt agronomique, hors zone agricole donc. À l’époque, 38 lots (deux ont été ajoutés depuis), dont 18 communaux avaient été prévus. La mairie céda ensuite ces lots en fonction de ses besoins de trésorerie, le dernier ayant été mis en vente en 2004. À La Mure‑Argens, le bâti se répartit différemment selon les lieux, même si partout, la pression est forte, alimentée surtout par le développement voisin de Saint-André-les-Alpes. Dans le village de La Mure, les constructions nouvelles se sont échelonnées le long de la route qui relie les deux localités. Globalement, l’urbanisation s’est faite au gré des opportunités offertes par le marché foncier, surtout à partir des années 1960‑1970 (sur les anciens champs de lavande notamment), des bâtiments agricoles modernes commençant à émerger par ailleurs à la même époque à l’extérieur du centre ancien. L’examen des 42 permis de construire accordés depuis 1995 par la municipalité montre bien la provenance diversifiée des résidents (un gros tiers est originaire du département, un quart des Alpes-Maritimes, 16 % des Bouches-du-Rhône et autant du reste de la France ou de l’étranger). Il s’agit, pour 57 % des demandes, de constructions nouvelles, les deux tiers étant destinés à la résidence principale. Le POS/PLU de La Mure est en révision depuis 10 ans et il n’y a quasiment plus de terrains à vendre. Il y a eu, dans ces conditions, nombre d’opérations de rénovations et quelques petites extensions, mais peu de constructions nouvelles. Le repli de l’activité agricole est manifeste même si l’urbanisation a toutefois laissé subsister quelques territoires interstitiels non construits. Le PLU en cours prévoit de ce fait que certaines ZU seront transformées en ZA. Autre cas, le hameau d’Argens est une ancienne commune, située dans la montagne, à bonne distance de la route principale. Le recul agricole y a été très marqué là aussi, à tel point que le village n’abrite qu’une seule exploitation qui a, en quelque sorte, « ressuscité » la culture de la lavande, en misant sur la vente directe et en communiquant sur la « marque » Bleu d’Argens. Ce renouveau a réactivé un certain nombre de terres, plus ou moins délaissées jusque là. Dans le même temps, une opération sylvopastorale a permis la réouverture de 70 ha de boisements, la création d’une piste forestière et la rénovation d’une cabane, ce qui contribue à un certain renouveau pastoral. En parallèle et malgré une dépopulation marquée jusque dans les années 1970, la construction d’une dizaine de chalets en amont du village a étendu, là aussi, la surface bâtie.

45Afin de donner une cohérence à toutes ces initiatives, le Conseil de Développement du Pays A3V, a donc lancé à la fois une démarche participative et prospective. Plusieurs réunions et débats se sont succédés avec succès dans le Pays A3V entre le printemps 2010 et l’automne 2011. La démarche a abouti à la tenue d’un forum participatif, le 24 septembre 2011, organisé à Saint-André-les-Alpes autour de la présentation des scénarios. Le scénario retenu propose un nouvel « équilibre » économique accompagné par des collectifs d’acteurs (réseaux locaux, grandes collectivités comme la région). En matière de foncier, ce scenario est complexe, associant des stratégies collectives (espaces protégés, gestion écologique et contrôle de l’urbanisation) et individuelles (valorisation des ressources), mais il n’exclut pas l’abandon de certains terroirs. Les usages sont donc différents et la recherche de complémentarités (élevage, cultures, forêts, habitat, entreprises et zones d’activités) conduit à mieux contrôler les choix d’affectation du sol. Pour les élus, ce défi de la multifonctionnalité et de l’attractivité, exigera de se doter d’un observatoire des dynamiques foncières (diagnostic, animation) à l’échelle du Pays afin de connaître les mouvements prévisibles sur le territoire. Ainsi les collectivités locales pourront s’engager pour l’implantation de nouveaux porteurs de projets en mettant à leur disposition du foncier disponible. Sur le plan des filières agricoles, il est également important de continuer à soutenir les filières de qualité ? produits fermiers, bio, Label Rouge... tout en veillant à la qualité paysagère des espaces agricoles, et notamment à l’intégration des bâtiments d’exploitation. Dans les secteurs où l’agriculture rencontre des difficultés, il faudra favoriser la mise en place d’activités complémentaires (accueil, loisirs…). Dans ce même scénario, les enjeux géographiques en matière d’urbanisme sont fortement posés : même si le territoire reste largement « préservé » et marqué par les activités agro‑sylvo‑pastorales, il est clair qu’en plus d’une urbanisation ne répondant pas toujours aux spécificités du territoire, l’attractivité migratoire et l’accroissement de la population conduit à une concurrence vis à vis des terres agricoles et à un développement du parc de logements pavillonnaires. Tout cela risque de mettre à mal les objectifs d’équilibre du territoire (équilibre social de l’habitat, équilibre entre les espaces urbains et les espaces naturels, agricoles ou forestiers, équilibre dans les déplacements), surtout si l’absence d’anticipation aboutit à des réponses d’urgence souvent peu satisfaisantes. Une réponse à moyen terme réside bien dans l’élaboration d’un SCoT rural afin de faire converger les politiques d’urbanisme et de conforter le projet territorial issu du scénario prospectif. Dans ce cadre, il s’agira de limiter l’extension urbaine aux zones urbanisables à court et à moyen terme (sites traditionnels généralement au contact des espaces naturels et agricoles, en hauteur, proximité des centres bourgs ou noyaux villageois ; réhabilitation du parc existant y compris pour du petit locatif, soit par la remise en état des logements vacants, soit par transformation des résidences secondaires, soit par la transformation de bâti agricole en logements). L’un des enjeux sera également de constituer des zones de protection agricole, afin de freiner le mitage urbain, voire de remettre en valeur certains terroirs en déprise, dans toute leur diversité (vergers et terrasses de l’est du Pays par exemple).

Conclusions

46Le système foncier local du Pays A3V apparaît ainsi « hybride », associant des formes « agricoles » avec un marché relativement bloqué et une course à l’agrandissement source potentielle de conflits, mais aussi de « déprise » avec des logiques « exogènes », et de type « urbain » lié à une forte attractivité récente qui menace l’équilibre agro-sylvo-pastorale. La gestion de ce foncier par les acteurs locaux s’inscrit bien dans ce contexte original de moyennes montagnes méditerranéennes marquées par un potentiel agronomique limité et une agriculture assez peu dynamique, en repli sur le temps long. Mais ces montagnes du soleil attirent, même ici, déjà très loin du littoral, renforçant alors la pression qui s’exerce sur la terre agricole, via le développement du tourisme et des résidences secondaires et principales. Et l’on retrouve alors cette situation particulière de territoires qui associent faibles densités et forte concurrence pour le sol (Barthe, 2011). Les stratégies des acteurs locaux, mobilisés par une récente démarche de prospective partagée, tente de concilier les différents usages en faisant converger les documents d’urbanisme communaux, en limitant l’urbanisation diffuse et préservant certaines terres agricoles.

47Une dernière remarque peut être faite à propos des potentialités de recherche offertes par la base de données issue du RPG. Celle-ci, d’un maniement certes assez lourd, apparaît incontestablement comme un outil statistique et cartographique de choix pour le géographe ruraliste. Elle autorise une approche fine de l’activité agricole et de l’utilisation du sol, à l’échelle de la parcelle, permet de mieux comprendre les stratégies foncières des agriculteurs et notamment l’extension spatiale des exploitations sur plusieurs communes.

Top of page

Bibliography

ARBOS Ph., (1913), « L’élevage dans les Alpes », Bulletin des Halles, supplément des numéros des 27 mars, 3, 10, 17, 24 avril, 2 et 9 mai.

BARTHE L., MILIAN J., (2011)a, « Les espaces de faible densité – état des lieux et problématiques », in Territoires 2040, Paris, La documentation Française, p. 147-160.

— , (2011)b, « Les espaces de faible densité – processus et scénarios », in Territoires 2040, Paris, La Documentation française, p. 151‑183.

CHAMBRE D’AGRICULTURE DES ALPES‑DE‑HAUTE‑PROVENCE, (2009, Démarche concertée d’agriculture durable, Pays A3V, Diagnostic, rapport, 88 p.

DE REPARAZ A., (1978), La vie rurale dans les Préalpes de Haute-Provence, thèse, Lille, 3 vol., 1 227 p.

— , (2000), Les campagnes de l’ancienne Haute-Provence vues par les géographes du passé (1880-1950), Mane, Les Alpes de Lumière, 180 p.

FABRE É., (2011), La fin d’un monde ? Dynamiques humaines en Pays A3V entre maximum et minimum démographique, rapport au Pays A3V, Digne-les-Bains, 184 p.

GUERINGER A., (2008), « Systèmes fonciers locaux : une approche de la question foncière à partir d’études de cas en moyenne montagne française », Géocarrefour, vol. 83/4.

Top of page

Notes

1 Cet article s’inspire d’une recherche contractuelle conduite par le laboratoire clermontois CERAMAC pour le compte du Conseil de développement du Pays « A3V ». Cette commande, au caractère prospectif, visait à réfléchir sur l’évolution du foncier, de l’occupation du territoire et des paysages, dans un milieu montagnard peu peuplé, mais marqué par une forte pression démographique récente liée à d’intenses apports migratoires. Elle entrait dans une démarche plus globale dont l’objectif était de mieux maîtriser l’évolution de cette zone rurale en pleine mutation (recherche d’une qualité paysagère et d’une meilleure gestion des espaces agricoles et forestiers, lutte contre le mitage) tout en abordant la question de la multifonctionnalité, des tensions, des conflits, mais aussi des coopérations, des formes d’action, d’organisation de partage, de gestion collective ou du moins coordonnée, de ces espaces et des ressources dont ils sont les supports, et notamment de la tension entre les enjeux de valorisation, de production et de conservation qui peuvent s’y poser.

2 Onze communes du Pays ont vu leur population doubler depuis le minimum démographique. Sausse et Saint-Pierre ont même connu un triplement de leurs effectifs ! Au total, le nombre d’habitants est passé de 8 022 en 1975 à 10 707 en 2008.

3 À l’exclusion des pâturages collectifs d’altitude.

4 On a peine à croire à des évolutions aussi peu linéaires que celles révélées par le tableau 1. Comment imaginer que le nombre d’exploitations n’ait diminué que 8,6 % entre 1979 et 1988 mais de 54,4 % entre 1988 et l’an 2000 ? De même, le recul de la SAU moyenne des exploitations depuis l’an 2000 est peu convaincant au regard de l’augmentation de 3,3 ha par an de cette dernière à la fin du siècle. Le difficile recensement des exploitations dans un milieu où les fermes marginales (pluriactifs, producteurs de foin dépourvus de cheptel…) sont légion, ainsi que la délimitation tout aussi délicate de l’espace agricole (prise en compte inégale du degré d’ouverture des parcelles de parcours) expliquent ces incertitudes.

5 L’utilisation du RPG à des fins de connaissance scientifique exige d’avoir à l’esprit les limites d’un tel fichier. Ne sont notamment recensées ici que les seules parcelles relevant d’exploitants qui déposent une déclaration en vue d’obtenir des aides de la PAC. On occulte donc les parcelles des non déclarants, qui peuvent être localement nombreux : systèmes productifs hors PAC (fruits, légumes, élevages hors sol…), retraités qui n’émargent plus à la PAC, sauf au titre de la « parcelle de subsistance » (4 ha maximum), terres exploitées sans bail… La base de données est donc d’autant plus fiable que l’on est dans des systèmes de production aidés, ce qui est le cas du Pays A3V, alors qu’elle serait beaucoup moins intéressante dans les régions viticoles ou dans les systèmes horticoles de la Riviera. À l’inverse, le RPG recense les alpages des associations foncières pastorales (AFP) qui ne sont pas considérées comme exploitations par le RGA. Quoi qu’il en soit, cette base permet une cartographie très précise de l’ensemble des parcelles de chaque exploitation. L’apport de cet outil statistique pour la recherche en géographie rurale est donc évident, alors que les exploitations ne cessent de s’étendre jusqu’à valoriser des terres dans plusieurs communes (voire plusieurs départements).

6 Cette surface ne comprend pas les éventuels alpages collectifs exploités en groupement pastoral par ces mêmes agriculteurs.

7 Le RPG isole ces groupements pastoraux qui se comportent, aux yeux de la PAC, comme des entités agricoles autonomes demandeuse d’aides.

8 De toute évidence, les DDT acceptent la déclaration de l’ensemble de la parcelle, associée à un pourcentage de prise en compte de la surface. Ainsi, une parcelle de 200 ha déclarée ouverte à 15 % comptera pour 30 ha.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Le Pays A3V en haute Provence.
Credits Source : J.‑B. Grison, CERAMAC, 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-1.png
File image/png, 118k
Title Photographie 1 ‑ Peyresq, un terroir d’altitude très accidenté.
Credits J.-B. Grison, mai 2011.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-2.png
File image/png, 613k
Title Photographie 2 ‑ Terrasses abandonnées à Castellet-lès-Sausses.
Credits J.-B. Grison, mai 2011.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-3.png
File image/png, 486k
Title Tableau 1 - Évolution des structures agricoles du Pays A3V (1979‑2010)
Credits Source : Recensements agricoles
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-4.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Photographie 3 ‑ Le plan de La Palud.
Credits Sources : J.-B. Grison, mai 2011.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-5.png
File image/png, 627k
Title Fig. 2 Parcellaires des exploitations agricoles de Thorame-Haute.
Credits Source RPG 2009. J.­‑B. Grison, CERAMAC, 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-6.png
File image/png, 180k
Title Fig. 3 Parcellaires des exploitations agricoles d’Angles.
Credits Source RPG 2009. J.‑B. Grison, CERAMAC, II 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-7.png
File image/png, 51k
Title Fig. 4 - Parcellaires des exploitations agricoles d’Allons.
Credits Sources : RPG 2009. J.­‑B. Grison, CERAMAC, II 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-8.png
File image/png, 72k
Title Fig. 5 - Carte d’exploitations éclatées de Lambruisse et de Allons.
Credits Sources : RPG 2009. J.‑B. Grison, CERAMAC, 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-9.png
File image/png, 121k
Title Fig. 6 – Les groupements pastoraux dans le Pays A3V.
Credits Sources : RPG 2009. J.‑B. Grison, CERAMAC, I 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6623/img-10.png
File image/png, 82k
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Baptiste Grison, Daniel Ricard and Laurent Rieutort, « Le foncier agricole et sa gestion dans le Pays « Asses-Verdon-Vaïre-Var » (Alpes de Haute‑Provence) », Méditerranée [Online], 120 | 2013, Online since 30 May 2015, connection on 25 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6623 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6623

Top of page

About the authors

Jean-Baptiste Grison

Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 997, CERAMAC, BP 10448, F-63000 Clermont-Ferrand, jbgrison1@gmail.com

Daniel Ricard

Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 997, CERAMAC, BP 10448, F-63000 Clermont-Ferrand

By this author

Laurent Rieutort

Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 997, CERAMAC, BP 10448, F-63000 Clermont-Ferrand

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page