Skip to navigation – Site map
Enjeux fonciers

Transformations foncières et évolution des paysages agraires en Algérie

Transformations of land and agricultural landscapes evolution in Algeria
Hafiza Tatar
p. 37-46

Abstracts

Agricultural landscapes involve many factors. A single factor fails or moves, and the whole landscape changes. In Algeria, the political movement more than any other factor was affected many jolts in landscapes. Two major events have marked their stamp: colonization and independence. Since this back story, and from reform to reform, land structures have continued to change, and landscapes mutate (self-management, agrarian revolution, restructuration…). The multiplication of agricultural policies since 1962 has greatly influenced the constants and consistencies of land ownership on cropping systems, and on the relations of men to land, however, some remained fixed, dependent on the physical and social constraints weight.

Top of page

Full text

Fig. 1

Fig. 1

Localisation du Ziban.

Source ; l’auteur, réalisation P. Pentsch.

1Les paysages agraires algériens ont beaucoup changé pendant ces dernières décennies, marqués par de nombreuses nouveautés. Le pays n’échappe pas au mouvement général qui caractérise l’évolution des sociétés paysannes : accroissement démographique accéléré, éclatement des familles patriarcales, introduction de nouveaux modes d’occupation du sol, introduction de nouvelles techniques d’irrigation, entrée plus ou moins forcée dans les circuits monétaires et dans une économie marchande de plus en plus omniprésente.

2À ce titre plusieurs déterminants entrent en jeu à l’échelle de la région, et contribuent au maintien ou à la modification plus ou moins profonde des paysages : le foncier en premier lieu, dont la prégnance est particulièrement forte sur toute l’évolution des campagnes, un foncier particulièrement mouvant, lié intimement à la décision politique, le fait communautaire, l’accroissement démographique et les contraintes du milieu.

I - Les facteurs déterminants de la dynamique des paysages agraires

1.1 - Le déterminant foncier soutenu par le politique est sans conteste le plus pesant dans la dynamique des paysages agraires

3En Algérie, sur tout le territoire il y a eu au moins deux grandes ruptures foncières qui ont marqué de façon indélébile la dynamique des paysages : la rupture lors de la colonisation qui a été un bouleversement radical socio-spatial au niveau des campagnes et celle après l’indépendance, qui a plongé l’espace rural dans de multiples mutations au gré des changements politiques. Ceci a donné successivement : des grands domaines coloniaux, des micro propriétés indigènes (melk) et des terres collectives de droit coutumier (arch), des vastes propriétés algériennes puis des domaines socialistes, des domaines privés, des domaines collectifs et des propriétés individuelles. Cette multitude de formes d’appropriation des terres s’est manifestée par des modes d’exploitation et de gestion des terroirs variés, Elle reflète les pratiques agraires sociétales qui façonnent les paysages.

4La question foncière en Algérie est fortement liée à l’histoire et au politique. Parler de la propriété foncière, c’est évoquer inévitablement tout un processus historique au cours duquel la terre a été l’enjeu principal et l’objet de choix politiques, voire idéologiques au cours des grandes périodes de son histoire. Aborder les mutations survenues dans le monde rural par l’entrée du foncier permet d’appréhender les rapports complexes que les hommes ont tissés avec la terre. Depuis la période coloniale, les espaces ruraux algériens se sont transformés à des rythmes accélérés, mus par des forces extérieures et dont le contrôle échappait aux paysans. La dépendance, dans une première étape, vis‑à‑vis de la métropole française, et puis vis‑à‑vis du pouvoir central de l’Algérie indépendante, ont insufflé la dynamique des espaces agraires et bouleversé les structures paysagères.

5À l’aube de l’occupation française, la société agraire était fondée sur deux types d’organisations dont plus d’un trait influence encore les structures actuelles : l’une, paysanne et l’autre agropastorale. La première, sise proche des villes, dans les montagnes du Tell et les piémonts jouissait de terres dites Melk.

6La terre de droit Melk appartenait généralement à une famille entière, qui théoriquement avait la possibilité de l’aliéner puisque d’appropriation individuelle. Mais en fait, cela était impossible, étant donné qu’aucun membre de la famille ne pouvait aliéner toute ou une partie de la propriété sans le consentement des autres membres de la famille, ce qui signifiait que dans les faits, la terre était frappée du caractère indivis. La force de travail et les instruments étaient mis en commun et la répartition des produits se faisait suivant l’apport de chacun, sous l’autorité du chef de famille. Ce sont des terres de droit privé coutumier généralement très morcelées qui pouvaient se transmettre par héritage ou par donation.

7La seconde était basée sur une sorte d’équilibre primaire mais fonctionnel reposant sur l’unité et la solidarité du groupe social qu’est la tribu. Cette dernière jouissait en permanence d’un immense territoire qu’on appelait arch. Chaque tribu était libre d’adopter un mode de jouissance particulier, suivant les besoins ou les nécessités de la communauté. Toutefois, la règle générale consistait à ce que tout membre de la tribu ait droit à la jouissance des superficies qu’il était à même de mettre en valeur. Les femmes étaient exclues, en principe, de la jouissance du sol.

8Les arch regroupaient les terres de cultures et de parcours, propriété d’une tribu, généralement nomade, dont l’étendue variait avec l’importance de la tribu et de ses richesses en têtes de bétail. Ces terres de statut collectif étaient indivises.

9Avec l’avènement et le développement de la colonisation (1830-1962), les premières mutations apparaissent. Elles se manifestent dans un premier temps, par le passage d’un système agropastoral peu utilisateur de l’espace agricole à un système agricole extensif pesant de toutes ses forces sur les ressources en terre. Puis dans un deuxième temps, c’est un double processus qui se met en place, un processus de concentration foncière au niveau des plaines fertiles accompagné par un début de mécanisation des activités agricoles, et un large processus de marginalisation et d’appauvrissement de la paysannerie autochtone, prélude à un fort morcellement de terres et d’émiettement des parcelles agricoles. Une juxtaposition de trois sociétés agraires en résulte, fondée sur le statut et la structuration de la propriété foncière, juxtaposition qui va marquer à jamais les structures foncières en Algérie et les conditions générales des différentes politiques foncières pendant et après la colonisation.

10De grandes exploitations modernes et mécanisées vont remplacer, et pendant longtemps se juxtaposer à de petites, voire très petites exploitations traditionnelles (fig. 2).

Fig. 2 - Bouleversement des structures foncières suite à la colonisation.

Fig. 2 - Bouleversement des structures foncières suite à la colonisation.

A, parcellaire précolonial « laniéré », levé en 1872 dans la tribu des Amran (Jijel) ; B, parcellaire créé en 1874 sur les mêmes terres. Création du périmètre colonial de Strasbourg (émir Abd el­‑Kader).

Sources  droits réservés.

11D’abord les exploitations coloniales qui ont occupé les terres les plus fertiles soit, près de 3 millions d’hectares (40% de la surface agricole utile), face aux petites exploitations familiales autochtones. Puis les exploitations du secteur public et quelques grosses propriétés privées algériennes, face à la masse des petites exploitations du secteur privé. Ce n’est qu’à partir de ces quinze dernières années que le démembrement de la grande exploitation publique devient le fait le plus marquant de l’évolution des structures foncières (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Source : l’auteur.

12Le début des années 1990 est marqué en effet par l’homogénéisation des structures foncières du secteur public et l’abandon définitif des politiques agricole et rurale privilégiant la grande exploitation agricole, jugée jusqu’alors seule capable de rentabiliser le capital investi, Ainsi, les 3 500 domaines socialistes agricoles (DAS) issus eux-mêmes de la fusion des unités d’exploitation du secteur autogéré et du secteur de la révolution agraire (7 229 unités) ont donné naissance dans un premier temps à 29 556 exploitations agricoles collectives (EAC), 22 206 exploitations agricoles individuelles (EAI) et 165 fermes pilotes. Par la suite ces données ont évolué, tab. 1.

Tableau 1 - Nombre et superficie des EAC et EAI en 2001

Tableau 1 - Nombre et superficie des EAC et EAI en 2001

Source : recensement 2001

13La taille moyenne de l’unité d’exploitation est passée en même temps de 900 ha à 130 ha dans le secteur public. Sans nul doute, cette opération foncière visait une ouverture vers l’économie de marché et un retrait de l’État dans l’organisation et le fonctionnement du système agricole.

14En 1990, la restitution des terres agricoles autrefois nationalisées parachève la nouvelle configuration du paysage foncier et ouvre la voie à une privatisation de fait du domaine agricole public. Deux millions cent mille hectares ont été restitués à leurs propriétaires.

Tableau 2 - État des structures agraires(1999)

Tableau 2 - État des structures agraires(1999)

Source : CNES

15Le dernier recensement en 2001 dénombre 1 024 137 exploitations privées, avec une surface moyenne par exploitation de près de 5 ha.

16Les exploitations de taille réduite sont désormais dominantes, le recensement de 2001 en souligne l’émiettement. Le nombre des exploitations inférieures à 5 ha a augmenté de plus du tiers, par rapport à la situation de la veille de la révolution agraire, alors que la grande exploitation (supérieure à 100 ha) a baissé drastiquement (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Source : l’auteur.

17Le nombre des très petites exploitations inférieures à 1 ha a également fortement progressé. Il passe de 107 000 à 168 000. Les superficies cultivées par ces dernières passent de 1% de la SAU à 1,9%, et il est clair qu’une telle structure est préjudiciable à toute modernisation de l’agriculture. Ce qui va réactiver l’exigence de réformes foncières visant à améliorer les dotations en terre et/ou en capital des agriculteurs insuffisamment pourvus (BESSAOUD, 2004). Un programme national de développement agricole (PNDA) est alors décidé à partir de l’année 2000, basé essentiellement sur des actions de mise en valeur par les concessions de terres. Ces dernières ont été définies pour les zones de montagnes, de piémonts, les terres steppiques et les zones sahariennes. Mais le modèle d’organisation sociale de la production auquel fait référence le PNDA est celui d’une entreprise agricole, très éloigné de la réalité sociale des 750 000 petits exploitants dont les conditions de vie se sont détériorées sérieusement. Les actions de développement rural initiées au cours de cette dernière période dans le cadre de programmes de proximité de développement rural (PPDR) tentent aujourd’hui de contourner cette difficulté majeure.

18Ainsi, le déterminant politique a pesé de tout son poids sur l’évolution des structures foncières. Depuis l’indépendance, le politique a constamment influé sur la façon dont se sont faits et défaits les paysages agraires en relation directe avec les mutations foncières. Du socialisme à l’ouverture vers l’économie de marché, la terre a constitué la toile de fond de la quasi-totalité des programmes de développement rural. Actuellement les prérogatives de l’État algérien vont vers une politique libérale, le but étant de stimuler les initiatives privées d’investissement aussi bien d’origine locale qu’étrangère. Cette perspective pourrait être en adaptation avec l’évolution des systèmes de production qui servent à la logique de l’économie de marché. En revanche, la réalisation de cet objectif risque d’être problématique à cause des contraintes d’ordre organisationnel (régularisations judiciaires incomplètes de certains conflits liés à la terre, absence de suivi et de transparence des informations liées à la terre, pluralité des acteurs en matière de la gestion du foncier, etc.) qui bloquent les bonnes volontés et encouragent les pratiques spéculatives et illégales sur la terre.

19Après réforme sur réforme, et réorganisations agraires, il en ressort aujourd’hui plusieurs paysages profondément marqués par ces tribulations et grandement empreints des espaces agraires d’antan.

I.2 - Le déterminant démographique, quoique important, est de moindre influence sur la dynamique du paysage agraire

20La poussée démographique a favorisé l’exode certes, mais n’a pas réussi à vider les campagnes souvent très peuplées. La distorsion campagne/ville s’est de plus en plus accentuée, mais l’exode, malgré son ampleur, est resté un problème secondaire pour la majorité des campagnes, car, la démographie aidant, elles ne risquaient en rien le sous‑peuplement. La population rurale n’a cessé d’augmenter, malgré l’énorme hémorragie subie.

21On a estimé qu’entre 1970 et 1980, près de 1 500 000 ruraux étaient « tombés » sur les villes du pays (M. CÔTE, 2008). Le problème est plutôt d’ordre qualitatif que quantitatif. Ce sont les éléments les plus jeunes et les plus dynamiques qui partent.

I.3 - Le fait communautaire contribue à la maintenance de certains paysages

22Malgré de grands bouleversements politiques et sociaux, certaines sociétés rurales actuelles (sociétés steppiques) continuent à être marquées par les coutumes et l’organisation communautaire, et les rapports ancestraux n’ont pas disparu des mémoires. Fondés moins sur la terre que sur le sang, les liens entre les membres de ces sociétés sont restés très forts. La tribu, organe principal de gestion et de fonctionnement de leur espace, quoiqu’un peu désagrégée, n’a pas pour autant été balayée, car il subsiste encore des éléments de cette structure sociale qui servent de support aux sociétés rurales marginalisées, notamment celles de certains monts de l’Atlas saharien (Les Ouled Nail, les Nememcha…).

I.4 - Le déterminant physique

23L’espace physique est le support sur lequel s’inscrivent toutes les actions de la société. Or cet espace n’est pas neutre. Il intervient de deux façons. Tout d’abord par les contraintes et les possibilités qu’il offre aux interventions humaines, d’autre part et par les différenciations qu’il introduit dans l’espace crée par la société. (M. CÔTE, 1983).

2 - Des mutations et des paysages variés : l’exemple de l’est algérien

24L’hétérogénéité du monde rural reste le fait le plus marquant de l’agriculture algérienne se perpétuant à travers la survivance des espaces agraires ancestraux. Des faits importants, comme ceux qui ont trait à la maîtrise du milieu ou à la vie relationnelle sont toujours présents, notamment dans le pays steppique.

2.1 - Des paysages agraires peu modifiés : cas du pays Nememcha

2.1.1 - La complémentarité, réponse aux contraintes du milieu et facteur de pérennité

25Dans le pays steppique, le système agraire comporte des permanences (milieu naturel, organisation sociale) qui l’empêchent d’évoluer. La recherche de complémentarités, régit toujours l’économie des communautés qui y vivent. Il s’agit de complémentarités dont le principe peut être expliqué par un exemple pris dans la région de Tébessa, en Algérie orientale.

26Dans cette région, où contrastes topographiques et bioclimatiques se conjuguent, (passage rapide sur une centaine de kilomètres, de Chéria à Négrine, de 1 200 à 100 m et pour les pluies de 450 à 150 mm), deux secteurs se juxtaposent : un secteur céréalier vivrier sur épandage de crues et un secteur de parcours (photo 1) ; une situation qui permet des complémentarités entre deux finages et qui génère des déplacements.

Photo 1 - Une partie de la plaine de la Seybouse, parcellaire géométrique colonial.

Photo 1 - Une partie de la plaine de la Seybouse, parcellaire géométrique colonial.

De part et d’autre de l’oued Seybouse les terres fertiles sont occupées par les agrumes et la vigne.

Cliché INC 1959.

27Certains sont effectués  pour les cultures, « à la céréaliculture précoce sur épandage de crue pratiquée sur le piémont saharien succède la céréaliculture tardive pratiquée par les mêmes groupes sur les hautes terres »  et d’autres pour les parcours : « pacage sur le piémont saharien pendant les 3 mois d’hiver ; pacage sur la steppe de la zone médiane pendant les 3 à 4 mois de printemps ; pacage sur les chaumes des hautes terres pendant les 3 à 4 mois d’été » (BOUCHEMAL, 2008).

28Grâce aux déplacements des bêtes et des hommes en des lieux différents au long de l’année, la nourriture pour les hommes et pour le bétail est assurée. Ces mouvements, qui associent élevage et culture, sont le fondement de l’achaba ; ils existent tout le long de l’Atlas saharien (fig. 5).

Fig. 5 - Pays Nemencha.

Fig. 5 - Pays Nemencha.

Source : l’auteur, réalisation P. Pentsch.

29Bien qu’il ait subi quelques changements, ce système demeure, aujourd’hui, bien vivant.

30C’est seulement sur quelques points que les changements ont eu lieu. Les déplacements des bêtes ne se font désormais plus que par camions. La céréaliculture de piémont a fait place aux fourrages. La généralisation de l’enseignement fixe progressivement les familles, dont seuls quelques membres effectuent la transhumance.

31La structure sociale ancienne est ainsi en grande partie maintenue. Le travail de groupe se perpétue, notamment dans le domaine hydraulique où il constitue la forme la mieux appropriée pour la mobilisation de l’eau (foggara, ghout, dérivation d’oued…), faute de moyens techniques. Mais un autre élément également, lié à la vie relationnelle des sociétés rurales, contribue à maintenir le système : les souks, qui transcendent le maillage tribal.

2.1.2 - Le souk, un élément de permanence du paysage agraire

32Les souks, le plus souvent en situation de contact entre différentes zones bioclimatiques mettaient autrefois en relation les habitants des différentes tribus et permettaient les échanges. Ils restent aujourd’hui, malgré certaines transformations, des lieux où se rencontrent les hommes une fois par semaine, des lieux aussi où les fellahs apportent ce qu’ils ont à vendre et achètent leurs biens de consommation. Ils ont perdu la commercialisation de certains produits agricoles, comme les grains, mais ont acquis celle des produits de fabrication industrielle. Les souks ont traversé l’époque coloniale et l’époque récente en modifiant certains de leurs traits, mais sans perdre de leur vitalité, s’adaptant à la circulation des hommes, animant l’espace rural, montrant ainsi qu’ils sont fortement enracinés dans l’espace.

2.1.3 - La force de la communauté, un des fondements de l’organisation agraire traditionnelle

33L’exemple des Ouled Rechache, fraction de la grande tribu des Némemcha, montre combien la force de la communauté sous-tend le système et contribue à sa pérennité. La fraction est divisée elle-même en quatre groupes. Ceux-ci sont établis à cheval sur deux finages, les hauteurs des Némemcha, près de Khenchela, et leur piémont sud, non loin de Négrine, à El Méita et Tagraret. Ici et là, les terres sont de statut arch, c’est-à-dire appartenant à la collectivité. Mais alors que dans le premier cas la terre est confiée en jouissance perpétuelle aux membres du groupe et transmissible aux héritiers mâles, dans le second les Ouled Rechache maintiennent un système de redistribution périodique des terres.

34Dans ce secteur, déjà saharien, l’arch foncier est demeuré intact. Ses règles de fonctionnement sont les mêmes que celles qui le régissaient à l’époque précoloniale. Ici, le support agricole de l’arch est la culture sur épandage de crue. Les eaux sont captées par des barrages rudimentaires, ceds, en pierres et fascines, puis grâce à des raies, séguias, longues de plusieurs kilomètres, et à leurs ramifications, elles s’étalent largement sur le piémont, ce qui permet de recueillir un volume d’eau très important pendant un temps très court. Les séguias présentent une section très grande et les répartiteurs restent ouverts le long de toute l’année, d’où un réseau en forme de peigne, celui-ci dessinant un parcellaire de culture aux parcelles filiformes et parallèles, d’une largeur de 10 à 30 mètres et d’une longueur atteignant parfois 1 à 2 kilomètres.

35Tous les trois ans, à El Méita et à Tagraret, la terre est récupérée momentanément par la collectivité. Elle est ensuite divisée, dans chacun des deux finages, en quatre blocs égaux, un bloc par fraction, ce qui permet une répartition équilibrée des chances dans le temps et dans l’espace, grâce à une occupation alternée. Les familles d’un groupe précis ne peuvent bénéficier que des terres se trouvant dans le secteur où elles sont présentes. Pour chaque famille, la part qui revient à chacun (le farès) est fonction du nombre des chefs de ménage vivants. Le farès varie donc d’une famille à une autre. Il est défini par sa largeur, qui correspond souvent à quelques mètres seulement, sa longueur n’ayant pas de limite, parce que variable, car elle est fonction de l’étendue de la crue.

36Le partage des eaux se fait en volume, et non en temps. Dans le premier cas, chaque utilisateur reçoit une quantité précise des eaux tous les jours de l’année où l’eau coule, alors que dans le second, on lui octroie la totalité du débit durant un temps défini.

37Les épandages de crue expliquent l’exclusivité des céréales, car la discontinuité de l’irrigation dans le temps n’autorise guère d’autres cultures.

38Ainsi, la force du groupe reste, en certains coins de l’Algérie, un élément fondamental dans les rapports entre les hommes et leur espace, elle structure le paysage, mais avec le temps, le système qu’elle génère, en l’occurrence le système arch «  qui laisse peu de place à l’initiative personnelle risque d’être altéré par l’évolution démographique, car devant le souci d’une équité foncière, la collectivité n’aura plus rien à donner à ses membres » (BOUCHEMAL, 2004). Autrement dit, ce système qui a résisté longtemps grâce à une sorte de correspondance entre les structures sociales (tribales), l’état démographique (faible croissance), la base productive d’une part, et d’autre part les systèmes extensifs d’exploitation des ressources ne pourra plus se maintenir sous le poids de la démographie.

39Marginalisé et peu affecté par les différentes réformes, le pays des Nememcha commence aujourd’hui à subir les effets de la politique du PNDA, qui pour la première fois s’intéresse aux zones marginales.

2.2 - Des paysages agraires en perpétuelle mutation : cas du pays de la Seybouse

40Comme sus-cité, l’histoire du monde rural algérien est marquée par deux événements importants et symboliques : la colonisation et l’indépendance. Chacun de ces événements se lit dans l’espace du pays avec plus ou moins de prégnance liée aux spécificités des régions.

41Dans la région de Guelma, arrosée par l’oued Seybouse, où les milieux physiques sont variés et les potentialités nombreuses, mutations foncières et changement des modes d’exploitation des sols ont été le lot de ces événements. À l’instar des grandes zones agricoles de l’Algérie, (plaine de la Bonamoussa, de la Mitidja où les terres sont très convoitées), ses structures foncières ont évolué plus qu’ailleurs, de façon assez remarquable, de même que l’appareil productif qui a connu de multiples bouleversements, avec l’apparition de nouvelles spéculations et la disparition d’anciennes.

2.2.1 - Durant la période coloniale

42Le système productif autochtone est basé sur deux agricultures complémentaires adaptées à la dualité des terroirs : une agriculture plus ou moins intensive localisée dans les basses terres occupant une population paysanne, propriétaire, fixée au sol ; et une agriculture extensive agropastorale, utilisant un savoir faire en milieu contraignant.

43Les structures foncières sont remodelées. Les terres changent de main, et le caractère de la propriété change. De petites propriétés de droit coutumier, on passe, par spoliation, par transaction ou par compensation, à de vastes propriétés coloniales. Ces dernières, grâce à la mise en place de nouveaux modes d’exploitation, donnent une nouvelle impulsion à l’agriculture locale. Les méthodes de travail fondées sur des techniques modernes, accompagnées d’une mécanisation sans cesse grandissante, façonnent les nouveaux paysages : les terres marécageuses abandonnées aux parcours font place, après d’innombrables aménagements, à de vastes domaines agricoles destinés essentiellement au marché métropolitain. L’introduction de la vigne et de l’arboriculture fruitière, les agrumes notamment, des cultures industrielles (tabac) métamorphosent la basse Seybouse. La moyenne Seybouse où les terrasses alluviales offrent les terres les plus fertiles n’a pas échappé à ces bouleversements : pas moins de sept périmètres de colonisation ont été crées sur une superficie de plus de 15 000 ha, soit 34 % de la surface totale, reléguant de cette façon les pratiques agricoles traditionnelles vers les hauteurs et les montagnes environnantes.

2.2.2 - Durant la période socialiste (1962-1980)

44Le même appareil productif hérité de la période coloniale est maintenu. Les grands domaines autogérés se sont répartis les meilleures terres. Rien que pour la moyenne Seybouse, 22 domaines autogérés ont été créés sur l’espace colonial hérité, d’une surface moyenne de 500 ha. Ces derniers manquaient malheureusement de cohérence et souffraient le plus souvent de mauvaise gestion. Le parcellaire exigu et morcelé des petites propriétés où se pratiquait une agriculture d’autosubsistance correspondait aux terres pauvres des marges de la plaine.

45À partir de 1972 le grand mouvement de remodelage agraire présenté par « La révolution agraire » dont l’objectif explicite était d’une part de répartir la terre au profit des paysans sans terre, et d’autre part de modifier les conditions de production en apportant des aménagements dans les formes d’organisation du travail de l’environnement agricole, intervient dans la région et se solde par la récupération de 7 056 ha. Ces derniers permirent la création de 36 coopératives de production (CAPRA) dans lesquelles la terre est propriété de l’État, le travail et le revenu collectifs, et deux GMV (groupement de mise en valeur), avec une taille moyenne de 185 ha. La majorité d’entre elles se situaient sur des terrains escarpés sans grande valeur agronomique. Peu préparées à cette gestion collective, sous‑équipées, les coopératives ont vite montré leur limite, et ont été remises en cause. Elles ont eu pour conséquences de « dépaysanner » l’espace agraire. À partir de 1982, leurs terres ont été regroupées avec celles de l’autogestion.

2.2.3 - Durant la période de restructuration (1982‑1987)

46La refonte du parcellaire des unités de production dans le but d’une amélioration de leur gestion et de leur appareil productif, avec une certaine cohérence spatiale, s’est opérée. Des unités viables ont été mises en place par regroupement ou par éclatement, ainsi que des mécanismes nouveaux (crédits bancaires, matériel agricole), pour faciliter leur gestion. Cela s’est traduit par une augmentation du pourcentage de la SAU des domaines. Pour la moyenne Seybouse 31 unités ont été créées, chacune selon un mode d’occupation des sols différent, en liaison avec les aptitudes de leurs terroirs.

47Ce mouvement aura permis l’intégration d’un certain nombre de paysans sans terre. Il aura permis également de maintenir l’outil de production et d’élever le niveau de vie des travailleurs, seulement, sur le plan de l’intensification et de la rentabilité financière, les résultats sont loin d’être satisfaisants. Une nouvelle réforme intervient alors, assurant aux nouvelles unités une taille plus petite et une réelle autonomie de gestion (M. CÔTE, 2008).

2.2.4 - Durant la période de réajustement (1988‑2010)

48Une nouvelle reconfiguration des structures organiques et foncières se met en place. Elle se manifeste dans un premier temps par un remaniement foncier qui a abouti à la création de nouvelles unités agricoles : les exploitations agricoles collectives (EAC), et les exploitations agricoles individuelles (EAI) en plus des fermes pilotes ; et dans un deuxième temps, par la restitution des terres nationalisées à leur propriétaires.

49Pour la moyenne Seybouse, 16 domaines ont été fractionnés et ont donné naissance à 138 EAC et 216 EAI sur une surface de près de 7 000 ha. Le reste des domaines, soit 7, occupant une surface de plus de 4 000 ha, ont été maintenus tels quels ; ce sont des fermes d’État conservées comme fermes pilotes et semencières (tab. 3).

Tableau 3 - Les mutations foncières dans la moyenne Seybouse

Tableau 3 - Les mutations foncières dans la moyenne Seybouse

Source : Cherrad, 2012.

50Des nouvelles unités, une nouvelle dynamique, un paysage modifié, tels sont les signes les plus voyants de cette évolution agraire. Mais au-delà de ces signes, des changements décisifs de la nature des systèmes agraires et des mentalités se mettent progressivement en place. Il semble qu’un puissant phénomène de modernisation soit en œuvre, portant sur l’ensemble des pratiques et des règles des sociétés rurales.

2.3 - Des paysages agraires en mutation récente et fulgurante : le pays des Zibans

51L’agriculture saharienne a longtemps combiné une technicité traditionnelle remarquable dans les méthodes d’irrigation, et des structures sociales fortes complexes dans les rapports d’exploitation. Les techniques d’irrigation plus que le parcellaire ont façonné les paysages. L’oasis, finage modelé par les vieilles sociétés maitrisant le savoir‑faire hydraulique est l’icône du paysage agraire saharien où l’organisation de l’espace est directement dépendante du mode d’accès à l’eau. Même si en apparence les palmeraies présentent une ressemblance, les formes d’organisation de leur espace sont très variées.

52Les restructurations et réformes agraires engagées depuis l’indépendance n’ont eu que peu d’impact sur ces oasis, jusqu’à la promulgation de la loi à l’Accession à la propriété foncière agricole (APFA) et aux programmes de la Générale des concessions agricole (GCA) en 1998, suivis par les Programmes nationaux du développement agricole (PNDA). De nouvelles techniques d’irrigation pratiquées un peu partout vont enclencher une dynamique qui va transformer les paysages et les uniformiser. Forages profonds et motopompes remplacent pratiquement tous les systèmes traditionnels. Ces moyens mécaniques vont susciter une extension importante des palmeraies (fig. 6) qui va permettre de faire face à la montée démographique. Néanmoins, elle n’a pas su toujours éviter la montée des problèmes tels que l’envahissement par les eaux de rejet, la salure.

Fig. 6

Fig. 6

Composition 342Lansat MMS du 01.10.1973.

53Pour la wilaya de Biskra qui abrite les Zibans, le nombre de palmiers est passé de 2,7 millions en 1990 à 3,9 millions en 2008, une extension qui a touché surtout le Zab Ouest (Tolga, Foughala, Ouled Djellal), alors que le Zab Est, autrefois destiné aux parcours, s’est vu transformé rapidement en grands jardins maraîchers (cultures sous serres) et arboricoles grâce aux nouvelles techniques d’irrigation (photos 2 et 3).

Photo 2 - Zab Oriental : nouveau paysage arboricole (oliveraie).

Photo 2 - Zab Oriental : nouveau paysage arboricole (oliveraie).

Commune de M’Ziraa, 3 avril 2012.

Source : l’auteur.

Photo 3 - Nouveau paysage des Ziban.

Photo 3 - Nouveau paysage des Ziban.

Zab oriental : cultures maraîchères sous serres. Mars 2011.

Source : l’auteur.

54Les Ziban font ainsi face à une dynamique nouvelle : d’un coté les oasis traditionnelles mais rénovées tournées vers la consommation locale (photo 4), de l’autre des oasis reposant sur le maraîchage en serre (plasticulture) et l’arboriculture variée orientées vers le commerce national, voire international.

Photo 4 - Zab Occidental : palmeraie traditionnelle aménagée.

Photo 4 - Zab Occidental : palmeraie traditionnelle aménagée.

Commune de Chetma, mars 2011.

Source : l’auteur.

2.3.1 - Situation en 1973 : des systèmes d’irrigation traditionnels

55En 1973, le Zab oriental où l’eau était inaccessible et la végétation naturelle très rare, s’opposait au Zab occidental mieux nanti en ressources hydriques. Ce dernier présentait deux lignes d’oasis, l’une s’étirant parallèlement à la ligne des Djebels, l’autre suivant le tracé de l’oued Djedi (A. BOUGHERARA, 2008). La phœniciculture occupait les trois quart du finage, le reste était consacré au maraîchage et à l’arboriculture. Une grande densité de palmiers, avec un espacement entre pieds variable caractérisait les anciennes palmeraies. Le Zab oriental n’était qu’un vaste parcours, et parfois un domaine de céréaliculture lié aux épandages des crues.

2.3.2 - Situation de 1987 : apparition des premiers forages profonds

56Le Zab oriental connaît une véritable mutation représentée par des centaines de parcelles qui parsèment les flancs et les bases de cônes de déjection (photo 5). Il possède des potentialités énormes représentées par des sols riches pouvant accueillir différentes activités agricoles, mais il est dépourvu d’eaux souterraines proches de la surface.

Photo 5 - Zab oriental : extension et densification des cultures.

Photo 5 - Zab oriental : extension et densification des cultures.

Google, 2013.

57Grâce à une décision politique, les forages profonds à partir de 1987 vont lui permettre de nouer avec l’agriculture. Des cultures adaptées à l’absence de nappes superficielles vont apparaître un peu partout, des cultures de plein champ, des cultures industrielles, transformant les anciens parcours en vastes jardins.

58À l’origine de cette mutation, la politique agricole suivie par l’État dans la région, surtout après l’envasement du barrage de foum El gharza, et l’encouragement des forages profonds. Durant cette période, le Zab occidental n’a pas connu les mutations qui ont affecté le Zab oriental, les oasis (Chetma, Biskra et Sidi Okba) n’ont pas changé et ont conservé leur aspect de 1973, probablement à cause de la salinité qui est restée une contrainte majeure jusqu’à nos jours, à l’exception de quelques palmeraies qui ont connu une légère extension. Mais il est intéressant de noter l’apparition timide des cultures maraichères vers le sud dans les communes de Doucen et Laghrous. Ces deux dernières deviendront en quelques années le véritable noyau d’une agriculture saharienne qui donnera à la région des Ziban une dimension nationale.

59À partir de 2000, dans le cadre du Plan national de développement agricole (PNDA), les forages profonds se multiplient dans le Zab oriental et rendent possible l’exploitation intensive de vastes superficies concédées par l’État. L’accélération de l’extension des cultures se confirme. La prédominance des cultures maraîchères est évidente dessinant une bande continue tout le long du Zab oriental. À ce jour, les cultures ne cessent de s’étendre vers l’est grâce à l’apport des forages profonds selon un parcellaire longiforme conditionné par le sens de l’écoulement de surface et les épandages de crues.

2.3.3 - La situation en 2008 : une vocation de maraîchage confirmée

60La tendance observée depuis près de deux décennies se confirme. Ces transformations remarquables se poursuivent dans le temps et donnent le cachet d’agriculture intensive à la région. Grâce à l’exploitation des nappes profondes, les parcours reculent progressivement devant l’extension des cultures. C’est le cas de Mezriaa au Zab oriental et de Doucen et Laghrous au Zab occidental, où parallèlement de nouvelles palmeraies sont créées. Elles le sont, selon un schéma géométrique où l’espacement entre les arbres est homogène (9 m), où les amendements sont utilisés, et où la mécanisation est introduite. Malheureusement, La mécanisation n’est pas toujours aisée dans la palmeraie et certaines interventions exigent des actions manuelles fortement rémunérées, ce qui a obligé parfois certains agriculteurs à abandonner l’opération. D’autres ont opté pour le système de morcellement des palmeraies : chaque année, ils travaillent une parcelle, car la solidarité et les liens sociaux qui existaient dans le système traditionnel ont disparu.

61Ainsi les restructurations et réformes agraires engagées depuis quelques années dans les Ziban ont bouleversé les paysages : les nouveaux modes d’alimentation en eau, les nouvelles techniques d’irrigation (pivot, goutte à goutte) ont révolutionné les modes d’occupation du sol, une nouvelle catégorie d’agriculteurs est apparue, à mi‑chemin entre le bonificateur et le spéculateur, détruisant l’identité même des populations oasiennes. Les liens de solidarité qui fondent l’histoire même des groupes sociaux et humains à travers l’agriculture ont été gommés. Aujourd’hui, c’est tout le concept agronomique de l’oasis qui est remis en question dans les Ziban. Une nouvelle agriculture, non plus constituée d’oasis traditionnelles construites à peu près partout sur le même modèle et basée uniquement sur le palmier, est née. Il s’agit d’une agriculture plus ou moins moderne, constituée d’oasis diversifiées à cultures polyvalentes adaptées à des objectifs choisis en fonction des potentialités naturelles économiques et humaines et qui se fait plus avec des entrepreneurs qu’avec des paysans.

Conclusion

62À l’exception de certains paysages agraires marginaux marqués par l’austérité du milieu et le poids communautaire, les paysages agraires de l’Algérie ont beaucoup changé, au fil des réformes et des nombreuses nouveautés, comme les tunnels plastiques des serres maraîchères, les nouvelles techniques d’irrigation, et surtout l’évolution du foncier. Des changements décisifs se sont opérés tant sur les systèmes agraires que sur les mentalités.

63La société, qui a toujours vécu dans des environnements politiques, économiques et sociaux en perpétuelle mutation visant à chaque fois la mise en place d’un nouveau processus de développement économique différent du précédent, s’est résignée en adoptant des pratiques et des règles spécifiques, engendrant des dynamiques régionales particulières.

Top of page

Bibliography

BISSON J., (2003), Les mutations géographiques du Sahara d’hier à aujourd’hui, L’Harmattan, 479 p.

BESSAOUD O., (2004), « L’agriculture et la paysannerie en Algérie », Symposium : État des savoirs en sciences sociales et humaines, CRASC, Oran, 20-22 septembre.

BOUCEMAL S., (2004), « Les pratiques communautaires et rapports à l’espace en Algérie », in colloque international Espaces, sociétés aujourd’hui, Rennes, 22-23 octobre.

BOUGHERARA A., LACAZE B., (2009), Étude préliminaire des images LANDSAT et ALSAT, pour le suivi des mutations agraires des Ziban, de 1973 à 2007, journées d’animation scientifique de l’AUF, Alger, novembre.

BRÛLÉ J.‑C., FONTAINE J., (1986), L’Algérie. Volontarisme étatique et aménagement du territoire, éditions Urbama, Tours et Université de Besançon, 245 p.

CHERRAD S., (2012). Mutations de l’Algérie rurale. Les évolutions dans le constantinois. 1987-2010, Dar El Houda, Algérie, 302 p.

CÔTE M., (1971), « Un arch vif sur le piémont des Aurès », in Annales Algériennes de Géographie, 11, janvier-juin 1971, Imprimerie An Nasr, Constantine, p. 90-94.

— , (1983), L’espace algérien : les prémices d’un aménagement, OPU, Alger, 277 p.

— , (2008), Pays, paysages, paysans d’Algérie, Media‑Plus, Constantine, 269 p.

DUBOST D., (1986.), Nouvelles perspectives agricoles au Sahara algérien, ROMM, 41‑42, p. 339‑356.

— , (1989), La ville, les paysans et le développement agricole au Sahara algérien, in Le nomade, l’oasis, la ville, URABAMA, Tours.

MAROUF N., (1980), Lecture de l’espace oasien, Sindbad, Paris, 283 p.

Top of page

Annex

Achaba : migration estivale des pasteurs nomades sahariens vers les hautes plaines.

Arch : terre de propriété collective.

Farès : part des terres qui revient à chacun des ayants droits après tirage au sort.

Foggara : galerie souterraine destinée à capter l’eau d’une nappe.

Ghout : alvéole excavée par les populations pour planter les palmiers proches de la nappe phréatique.

Melk : terres privées de droit coutumier.

Ced : petit barrage.

Souk : marché hebdomadaire.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Localisation du Ziban.
Credits Source ; l’auteur, réalisation P. Pentsch.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-1.png
File image/png, 378k
Title Fig. 2 - Bouleversement des structures foncières suite à la colonisation.
Caption A, parcellaire précolonial « laniéré », levé en 1872 dans la tribu des Amran (Jijel) ; B, parcellaire créé en 1874 sur les mêmes terres. Création du périmètre colonial de Strasbourg (émir Abd el­‑Kader).
Credits Sources  droits réservés.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-2.png
File image/png, 94k
Title Fig. 3
Credits Source : l’auteur.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-3.png
File image/png, 55k
Title Tableau 1 - Nombre et superficie des EAC et EAI en 2001
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-4.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Tableau 2 - État des structures agraires(1999)
Credits Source : CNES
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-5.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Fig. 4
Credits Source : l’auteur.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-6.png
File image/png, 23k
Title Photo 1 - Une partie de la plaine de la Seybouse, parcellaire géométrique colonial.
Caption De part et d’autre de l’oued Seybouse les terres fertiles sont occupées par les agrumes et la vigne.
Credits Cliché INC 1959.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-7.png
File image/png, 215k
Title Fig. 5 - Pays Nemencha.
Credits Source : l’auteur, réalisation P. Pentsch.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-8.png
File image/png, 359k
Title Tableau 3 - Les mutations foncières dans la moyenne Seybouse
Credits Source : Cherrad, 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-9.jpg
File image/jpeg, 196k
Title Fig. 6
Caption Composition 342Lansat MMS du 01.10.1973.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-10.png
File image/png, 636k
Title Photo 2 - Zab Oriental : nouveau paysage arboricole (oliveraie).
Caption Commune de M’Ziraa, 3 avril 2012.
Credits Source : l’auteur.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-11.png
File image/png, 547k
Title Photo 3 - Nouveau paysage des Ziban.
Caption Zab oriental : cultures maraîchères sous serres. Mars 2011.
Credits Source : l’auteur.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-12.png
File image/png, 223k
Title Photo 4 - Zab Occidental : palmeraie traditionnelle aménagée.
Caption Commune de Chetma, mars 2011.
Credits Source : l’auteur.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-13.png
File image/png, 502k
Title Photo 5 - Zab oriental : extension et densification des cultures.
Credits Google, 2013.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6660/img-14.png
File image/png, 523k
Top of page

References

Electronic reference

Hafiza Tatar, « Transformations foncières et évolution des paysages agraires en Algérie », Méditerranée [Online], 120 | 2013, Online since 30 May 2015, connection on 19 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6660 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6660

Top of page

About the author

Hafiza Tatar

Maître de conférences, Laboratoire LASTERNE. Faculté des Sciences de la Terre, Université de Constantine, tatar_hafiza@hotmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page