Skip to navigation – Site map
L'étude des dynamiques paysagères dans le temps long

Les mutations paysagères engendrées par l’arrachage viticole, un vecteur de mobilisation des acteurs territoriaux dans l’Hérault

The landscape mutations generated by the uprooting of vineyard, a vector for the mobilization of local actors in the Herault department
Clément Arnal, Lucette Laurens and Christophe Soulard
p. 49-58

Abstracts

The Hérault department has faced, from 1980 to 2011, the uprooting of half of his vineyard, within the framework of the Permanent Abandonment Premiums, European structural measure aimed at cleaning up the European wine market. This has led to profound changes in the landscapes of the Hérault territories, related to a change in destination for the uprooted plots and a disruption of the balance between production and vineyard landscapes. The question of the future of these uprooted vine lands is acute, resulting in the mobilization of local actors at different scales. The latter take public policies intended to overcome land abandonment and to accompany changes in rural landscapes affected by uprooting.

Top of page

Full text

1Au début des années 1980, le vignoble languedocien a traversé une crise profonde, celle de la production de masse de vin de table. Celle-ci était liée à des facteurs exogènes (TOUZARD et LAPORTE, 1998) : régression de la demande de vins de table en France, extension de la concurrence, insertion dans le marché international, mais aussi développement de l’économie régionale, qui a pris une forme tertiaire et urbaine, où le poids économique et démographique de la viticulture a régressé.

2Face à cette crise s’est produit un arrachage massif des vignes en Languedoc-Roussillon. Le processus fut initié par la Communauté économique européenne en 1980, date de l’instauration de la Prime à l’abandon définitif (PAD), destinée à « assainir » le marché viti‑vinicole (CEE, 1980). Il a cessé en 2011, dernière année d’attribution de la prime. Dans le département de l’Hérault, ses conséquences paysagères et spatiales ont été multiples. Elles sont complexes, car elles combinent des stratégies individuelles ou collectives de la part des viticulteurs, et sont dépendantes du contexte territorial dans lequel ils s’insèrent. En effet, les facteurs strictement économiques ou agronomiques ne constituent pas les seuls déterminants de l’arrachage des vignes, dans un département à la croissance démographique vigoureuse et à l’attrait touristique indéniable.

3Cette rupture de l’équilibre entre production et paysages viticoles et les mutations paysagères qu’elle entraîne est au centre des enjeux et des questionnements relatifs au devenir des territoires héraultais les plus affectés par l’arrachage des vignes : il s’agit de pallier à l’abandon des terres viticoles et d’accompagner l’évolution des paysages ruraux.

4Cet article propose de saisir les conséquences paysagères et territoriales engendrées par l’arrachage des vignes, à l’échelle du département de l’Hérault. Quelle est la nature des mutations paysagères engendrées par la PAD ? Quelles en sont les conséquences pour les territoires affectés ? Comment les acteurs territoriaux se sont-ils mobilisés pour aller à l’encontre d’un mouvement massif d’abandon des terres viticoles ? Quelles politiques publiques en découlent ? Et quels paysages renouvelés se mettent en place à la faveur de ces dynamiques territoriales ?

5Nous nous appuyons sur une recherche documentaire, menée dans le cadre d’un post-doctorat intégré à un programme de recherche financé par l’Agence nationale de la Recherche : Patermed (Paysages et Terroirs Méditerranéens). Les sources utilisées sont variées : textes réglementaires européens, statistiques (provenant d’Agreste, de France Agri Mer ou de l’Observatoire viticole de l’Hérault), documents d’orientation, diagnostics territoriaux et rapports d’études. Elles proviennent d’acteurs de différentes échelles et natures (Union européenne, État, région, département, territoires).

6Dans un premier temps, nous dresserons le portrait de la PAD et appréhenderons l’ampleur de l’arrachage dans l’Hérault. Il s’agira ensuite d’envisager les conséquences de ce processus en termes d’évolution des paysages : il sera question d’enfrichement, de reconversion agricole et de pression urbaine. Puis nous caractériserons la manière dont les acteurs territoriaux ont fait face au processus d’arrachage, engageant des actions diversifiées, à des échelles multiples, destinées à orienter le devenir des terres viticoles arrachées et par là même des paysages impactés par l’arrachage.

1 - Une prime à l’abandon définitif qui a engendré un arrachage massif des vignes héraultaises

7L’Hérault est le deuxième département viticole français (derrière la Gironde), et le premier département viticole du principal vignoble français, le Languedoc. Selon Agreste (2011a), la viticulture reste très largement prédominante en Languedoc-Roussillon. En 2010, 19 800 exploitations cultivent des vignes (soit les deux tiers du total régional) ; le vignoble couvre une superficie de 236 000 ha, et a produit le tiers de la production française (soit 12 millions d’hl). La viticulture héraultaise concerne quant à elle 7 800 exploitations et couvre 86 100 ha (47% de la surface agricole utile départementale), pour un volume de production de 4 683 000 hl. Le poids de la viticulture s’observe également par la présence de la vigne dans plus de huit communes héraultaises sur dix (84%). Comme le relève Agreste (2011b), « la vigne est donc extrêmement importante dans l’Hérault en termes de poids économique, de nombre d’emplois et de structuration des territoires ». Toutefois, le vignoble héraultais a été profondément affecté par la crise de la filière viticole et les arrachages « définitifs » qu’elle a entraînée.

1.1 - La prime à l’abandon définitif, un facteur d’ajustement du marché viti-vinicole européen

8La PAD apparaît dans le règlement no 456/80, du 18 février 1980, relatif à « l’octroi de primes d’abandon temporaire et d’abandon définitif de certaines superficies plantées en vigne » (CEE, 1980) En vigueur jusqu’en 2011, elle a connu trois phases distinctes, se voyant chacune attribuer des objectifs différents, fonction d’un contexte de la filière viticole changeant et des orientations de la Politique agricole commune (PAC) et des organisations communes de marché (OCM) viti-vinicoles en vigueur.

9Lors de la première phase de la PAD, de 1980 à 1999, la Commission européenne souhaite diminuer le potentiel viticole européen, dans un contexte de surproduction ; l’arrachage est alors reconnu « d’intérêt communautaire ». Sont visées en priorité des parcelles de vigne non entretenues ou à la faible productivité, et des vignobles produisant des vins de « piètre qualité » (CEE, 1980). La PAD, d’un montant de 2 418 écus/ha, vise alors un double objectif, qualitatif (amélioration de la qualité des vins) et quantitatif (limitation de la production). Elle est pour cela assortie d’une perte des droits de replantation sur les parcelles primées.

10Lors de la deuxième phase, de 1999 à 2008, les excédents structurels de la filière viti-vinicole sont jugés moins fréquents, mais le marché des vins est considéré comme instable (CEE, 1999). La PAD s’inscrit dans une OCM viti-vinicole qui vise l’adaptation du potentiel viticole aux marchés internationaux et le soutien à la filière en vue d’en assurer l’équilibre et la compétitivité. Le montant de la prime devient graduel, en fonction du rendement des parcelles visées (de 1 450 € pour un rendement inférieur à 20 hl/ha à 12 300 € s’il est supérieur à 160 hl/ha, pour une moyenne de 6 300 € /ha), dans l’objectif d’inciter à l’arrachage des vignes les plus productives. Il sera en vigueur jusqu’en 2011.

11Lors de la dernière période d’attribution de la PAD, de 2008 à 2011, le contexte de la filière est marqué par une détérioration de l’équilibre entre l’offre et la demande européenne en vin, impactant les prix des vins et les revenus des viticulteurs (UE, 2008). La PAD s’inscrit dans une OCM viti-vinicole qui entend renforcer la compétitivité des producteurs européens, reconquérir les anciens marchés et en gagner de nouveaux. La différence majeure avec les phases précédentes provient du fait que l’enveloppe budgétaire allouée à la PAD est « fermée », limitée à 1 milliard d’euros (FAM, 2012b), alors qu’auparavant tout viticulteur européen en faisant la demande pouvait bénéficier de la prime, pour peu qu’il en respecte les critères d’attribution. De ce fait, sont introduits de nouveaux critères, de « priorité » : sont d’abord ciblés des viticulteurs arrachant la totalité des parcelles de leur exploitation, puis des exploitants âgés de plus de cinquante-cinq ans. Par ailleurs, ce règlement adopte la conditionnalité des primes, comme pour l’ensemble des aides PAC : ses bénéficiaires doivent en particulier s’engager à observer des bonnes conditions agro-environnementales (BCAE) dans les trois années suivant l’arrachage, à savoir le maintien d’un couvert herbacé sur les parcelles arrachées.

12À ces trois phases réglementaires de la PAD se juxtaposent différentes phases d’arrachage dans l’Hérault : la prime a été utilisée par les viticulteurs héraultais durant deux périodes, de 1980 à 1995, puis de 2005 à 2011. Entre ces deux phases d’arrachage effectif a eu lieu une accalmie de dix ans, pendant laquelle les viticulteurs n’ont pas sollicité la PAD. La dynamique du vignoble languedocien était alors dominée par la reconversion qualitative et l’essor des vins d’appellation d’origine protégée ou d’indication géographique Protégée. Le redémarrage de l’arrachage en 2005 est la conséquence directe d’une nouvelle crise viticole, entamée en 2004.

13Nous nous trouvons ainsi à la fin d’un cycle de trente ans d’arrachages subventionnés par l’Europe, et d’une phase intensive d’arrachage, de 2005 à 2011. Les vignobles languedociens et héraultais en ont été les principaux affectés en France : la région Languedoc-Roussillon a totalisé 70% des arrachages lors de la dernière phase de la PAD, dont 22% pour le seul département de l’Hérault (FAM, 2012a).

Photo 1

Photo 1

Parcelle de vigne arrachée, Saint‑Mathieu‑de‑Tréviers.

Photo C. Arnal, 2013.

1.2 - L’arrachage des vignes, une réalité multiple

14Confrontés à des crises économiques cycliques, les viticulteurs ont utilisé la PAD comme une mesure d’ajustement, suivant des motivations variées. Certains y ont vu l’opportunité de renforcer la trésorerie de leur exploitation en période de crise, d’autres d’accompagner leur cessation d’activité, d’autres encore de préparer leur retraite. La PAD a aussi fait partie intégrante des stratégies et trajectoires des exploitations viticoles, pouvant être utilisée dans le cadre d’une restructuration foncière ou productive, ou comme l’opportunité de développer un atelier complémentaire voire de réorienter complètement sa production. Elle a à ce titre été très largement utilisée par les viticulteurs, sa dernière version (2008-2011) permettant de mieux cibler ses destinataires. L’utilisation de la PAD recouvre donc une diversité de situations, à l’échelle de l’exploitation, d’un terroir viticole, d’un territoire ou du département de l’Hérault dans son ensemble. Le processus d’arrachage qu’elle a entraîné a de ce fait été hétérogène, tout comme ses conséquences paysagères. De plus, l’arrachage des vignes ne se limite pas à la seule PAD, d’autres processus participant également à la mutation rapide des vignobles héraultais et de leurs paysages.

15L’arrachage peut ainsi être temporaire. Il peut tout d’abord correspondre au simple renouvellement d’une parcelle en vigne dont les ceps ont atteint leur limite d’âge. Il peut également avoir lieu à l’occasion d’une restructuration / reconversion d’un vignoble, processus piloté par l’Union européenne. Son but est d’améliorer la compétitivité des viticulteurs par des aides destinées à améliorer leur gestion technique (conduite des vignes, mécanisation, etc.) ou à assurer une reconversion variétale (implantation de nouveaux cépages adaptés aux attentes du marché) (UE, 2008). S. SCHILIZZI (1990) note à ce titre que « le phénomène de l’arrachage n’a donc pas freiné les replantations, indiquant ainsi que deux types de viticulture coexistent, dont l’une investit, résiste à l’arrachage et l’autre n’investit pas et se fragilise ». Il peut enfin être mené dans le cadre d’un processus de reconversion qualitative différée : les parcelles de vigne arrachées connaissent alors une période de transition de trois à cinq ans, durant laquelle sont mises en place des cultures intermédiaires (légumineuses, crucifères ou graminées) avant replantation, dans le but de régénérer les sols.

16Les arrachages définitifs peuvent quant à eux être liés à la lutte contre la flavescence dorée, maladie de la vigne qui entraîne une dégénérescence puis la mort des ceps. Un arrêté ministériel du 1er avril 1994 instaure au niveau national la lutte obligatoire contre cette maladie, qui se traduit par l’arrachage des parcelles infestées. Par ailleurs, comme le relève le conseil général de l’Hérault (2005), « tous les arrachages définitifs qui ont eu lieu n’ont pas forcément bénéficié d’une prime » : des viticulteurs non professionnels ont pu arracher leurs vignes sans solliciter la PAD, simplement car ils ne souhaitaient pas les conserver. Et la déprise viticole ne s’est pas forcément traduite par un arrachage : nombreuses sont les parcelles de vigne à avoir été tout bonnement abandonnées.

17Enfin, notons que le caractère « définitif » de l’arrachage entraîné par la PAD est relatif, car par le jeu des droits à replantation, attribués à l’exploitation et non à la parcelle, un exploitant ayant arraché une parcelle peut utiliser des droits acquis sur son exploitation pour replanter ladite parcelle en vigne. De même, en cas de cession d’une parcelle arrachée à un tiers, ce dernier peut faire jouer ses propres droits à replantation.

18Ces différentes formes d’arrachage se juxtaposent, ce qui renforce l’impact paysager du phénomène, mais en complique l’appréhension, puisque des parcelles arrachées ou ayant connu une reconversion agricole peuvent l’être de manière temporaire, avant réimplantation de la vigne.

1.3 - Une traduction spatiale et paysagère incontournable : l’arrachage de la moitié du vignoble héraultais

19Conséquence directe de l’arrachage « définitif », à l’échelle du département de l’Hérault, « la régression du vignoble est considérable » (DDAF de l’Hérault, s. d.), la surface en vigne s’étant réduite pratiquement de moitié, passant de 162 000 ha en 1974 à 86 000 ha en 2010. Le recensement des communes touchées par la PAD permet de saisir l’ampleur du phénomène : sur les 343 communes du département, 95% (324 communes) ont été concernées !

Fig. 1

Fig. 1

Répartition des communes de l’Hérault en fonction des surfaces de vigne arrachées (%).

Source : Observatoire viticole de l’Hérault, 2011, réalisation C. Arnal.

Tableau 1

Tableau 1

Répartition des communes de l’Hérault en fonction de l’intensité de l’arrachage (effectifs)

Source : Observatoire viticole de l’Hérault, 2011, réalisation C. Arnal.

20L’importance de l’arrachage varie toutefois fortement selon les communes et les territoires. Ainsi, pour le tiers des communes, il a concerné de faibles surfaces, comprises entre 0,1 et 50 ha. Pour 43% d’entre elles, les surfaces arrachées se situent entre 50 et 200 ha. Le quart restant (75 communes) a connu un arrachage de plus de 200 ha ; les communes les plus affectées ont été Mauguio (930 ha), Servian (1 049 ha) et Béziers (2 167 ha). Notons qu’en raison de l’arrachage, la vigne a disparu dans trente-six communes, représentant 11% de l’ensemble des communes où la vigne était présente au début des années 1980.

Fig. 2

Fig. 2

Carte du cumul des surfaces de vigne arrachées dans le cadre de la PAD, 1985-2010

Source : Observatoire viticole de l’Hérault, 2011, réalisation C. Arnal.

21La zone urbaine littorale (notamment les agglomérations de Béziers, d’Agde, et le Pays de l’Or), la vallée de l’Hérault au centre du département et la vallée de l’Orb au nord‑ouest de Béziers ont connu les plus fortes régressions de leurs vignobles. Les hauts cantons de l’Hérault ont été fortement touchés, en termes de taux d’arrachage, mais cela a concerné des surfaces modestes (SCHILIZZI, 1990) ; c’est ici que la vigne a disparu, sur des communes où l’activité viticole était marginale.

22En outre, si la PAD, conformément aux objectifs qui lui étaient assignés, a entraîné l’arrachage de nombreuses vignes dans des zones autrefois productrices de vin de table, notamment dans le Biterrois, cœur de la « mer de vignes » languedocienne, les vignobles AOP n’ont pas toujours été épargnés. Ainsi, selon France Agri Mer (2012a), lors de la dernière période d’attribution de la PAD, 41% des arrachages ont eu lieu dans des vignobles d’appellation d’origine. Les vignobles AOP du Minervois et des Coteaux du Languedoc ont été particulièrement affectés, apparaissant respectivement comme le second et le cinquième vignobles d’appellation où l’arrachage a été le plus important à l’échelle française.

23La traduction spatiale et paysagère de la PAD est ainsi différenciée : les vignobles et leurs territoires ont plus ou moins bien résisté aux crises viticoles successives et ont été plus ou moins impactés par l’arrachage, à l’image des vignobles du Faugérois et du Pic Saint Loup qui ont mieux résisté que d’autres. Cette différenciation est aussi temporelle : la régression du vignoble héraultais commence dès 1974, avant de s’accélérer au cours des années 1980 à la faveur de la PAD. Les surfaces en vigne connaissent une certaine stabilité entre 1995 et 2004, période où la PAD n’a pas été sollicitée par les viticulteurs, avant de régresser à nouveau de 2005 à 2011, pour se stabiliser actuellement. L’aspect cyclique des crises viticoles a donc un impact direct sur l’étendue du vignoble. Ce qu’avait déjà souligné P. Bartoli (1986), pour qui les taux d’arrachage sont fortement différenciés selon les périodes et les zones, en partie en raison des primes, mais surtout en raison des facteurs profonds qui contribuent à la régression ou à l’inertie des vignobles.

2 - Des mutations paysagères intenses, rapides et diversifiées à l’échelle du département de l’Hérault

24Parmi les conséquences de l’arrachage « définitif », les mutations paysagères rapides et parfois spectaculaires qu’il a entraînées focalisent l’attention des acteurs territoriaux. Ces mutations sont complexes : l’évolution des territoires concernés par l’arrachage est tout sauf homogène, l’espace laissé libre par l’arrachage pouvant faire l’objet d’un très large panel d’usages de « substitution ». D’autant plus que la crise viticole, associée à la croissance urbaine, entraîne des recompositions différenciées de l’agriculture selon les territoires (JARRIGE, 2004).

25Cette évolution est différenciée spatialement, mais aussi temporellement : on assiste à une transition entre vigne et nouvel usage du sol, en passant ou non par un stade plus ou moins long de friche. Les paysages héraultais ont ainsi évolué d’une année sur l’autre, d’une décennie à l’autre, et ce à toutes les échelles (parcelles, communes, terroirs, territoires, département dans son ensemble).

2.1 - Une pluralité de nouvelles affectations du sol 

26Afin de saisir les multiples devenirs possibles des parcelles viticoles arrachées, nous avons établi une typologie des mutations induites par l’arrachage « définitif » des vignes. Elles peuvent être regroupées en quatre catégories : une reconversion agricole prenant des formes variées ; une artificialisation de l’espace sur un foncier rendu disponible par le recul de la viticulture ; le développement de friches à des stades plus ou moins avancés ; un entretien des terres à des fins de gestion de l’espace.

Le devenir des parcelles viticoles arrachées : une grande diversité d’usages.

Réalisation C. Arnal.

27Ainsi, dans certains territoires émergent de nouveaux paysages agraires. Il s’agit essentiellement de grandes cultures, dont la superficie a été multipliée par quatre entre les recensements agricoles de 1988 et 2010 (DDTM, s. d.). Elles se sont particulièrement développées dans deux secteurs de l’Hérault : le Biterrois et la plaine littorale. Le blé dur est la production ayant le plus progressé en termes d’occupation du sol : bien adaptée au climat méditerranéen, elle concerne 80% des surfaces céréalières du département (DDTM, s. d.). Mais cet essor représente une « solution d’attente » (conseil général de l’Hérault, 2009) : le plus souvent, les parcelles ensemencées sont mises à disposition par l’intermédiaire de baux précaires et de courte durée, destinés à maintenir des terres en état de produire. Une autre culture connaît également un fort développement : celle du melon. Selon la DDTM de l’Hérault (s. d.), elle tient une place prépondérante au sein de la filière fruits et légumes héraultaise, représentant 68% de la surface légumière départementale et 13% de la récolte nationale. La culture melonnière nécessitant, pour des raisons sanitaires, un assolement pluriannuel, elle est complémentaire avec la céréaliculture, utilisée comme culture de rotation.

28Le développement d’autres cultures est plus marginal : quelques exploitations se lancent dans le maraîchage dans certains secteurs (zones de plaine irriguées, notamment à l’est de Montpellier), d’autres dans les plantes aromatiques et médicinales (PAM), d’autres encore dans les productions de semences et de fourrages. Ainsi, le secteur de plaine entre Montpellier et Lunel a connu une véritable « explosion » des surfaces fourragères, dont les superficies ont triplé, cette progression accompagnant le développement des filières équine et bovine (DDTM, 2011b). Une partie des terres arrachées a effectivement été l’objet d’une reconversion liée à l’élevage, sous des formes diversifiées : élevage bovin et équin extensif à l’est du département, correspondant à une extension des manades camarguaises ; élevage ovin dans les zones de garrigues des collines et piémonts héraultais ; élevages équins périurbains, liés au développement des loisirs équestres.

Photo 2

Photo 2

Parcelle de blé dur, Puisserguier

Photo C. Arnal, 2013.

29La reconversion agricole ne va toutefois pas de soi, étant assujettie à de nombreux freins. Tout d’abord, les viticulteurs souhaitant se reconvertir sont confrontés à des difficultés techniques, n’étant pas formés aux techniques culturales ou d’élevage mais à la conduite de la vigne. Ils manquent également de matériel adapté, et peuvent connaître des difficultés à investir, notamment quand ils ont arraché leurs vignes en raison des difficultés économiques traversées par leurs exploitations. Ensuite, la configuration des terroirs viticoles n’est pas des plus favorables à une diversification : le parcellaire est constitué d’une multitude de petites parcelles (souvent inférieures à 0,5 ha)  complexifiant l’organisation de nouvelles productions. Et le mode de faire valoir, essentiellement direct, complique la cession du foncier et les installations hors cadre familial. Il existe également des freins en termes d’accessibilité (isolement des parcelles, chemins d’exploitations inadaptés au passage des engins agricoles nécessaires aux grandes cultures) ou de potentiel agronomique des sols. D’autres sont liés au climat méditerranéen. Les potentialités d’irrigation sont ainsi cruciales pour le développement de cultures alternatives à la vigne. Enfin, se pose la question de la pérennité de ces cultures, en particulier du blé dur, rentable dans le contexte actuel (prix élevé des céréales et primes européennes avantageuses), mais pas forcément viable à long terme.

30D’autres territoires ont été marqués par la déprise agricole et sa traduction paysagère : le développement des friches. Le paysage est alors confronté à des processus aux connotations négatives : abandon, banalisation, dégradation, fermeture, le mot « friche » renvoyant à des espaces inclassables, inutiles et mal définis (DERIOZ, 1991). Deux dynamiques opposées se côtoient dans l’Hérault : l’enfrichement d’espaces ruraux en déprise, en particulier dans les zones de piémont, mais aussi d’espaces périurbains concernés par des friches périvillageoises d’anticipation en vue d’une future urbanisation (CHEYLAN, 2001).

Photo 3

Photo 3

Friche viticole, Capestang.

Photo C. Arnal, 2013.

31Le développement des friches est la conséquence la plus visible et la moins bien acceptée de l’arrachage définitif des vignes. En effet, il génère nombre de problèmes (dégradation des paysages, accroissement du risque incendie, impacts indirects sur l’attractivité touristique, etc.) décriés par les acteurs territoriaux. Toutefois, peu de solutions pérennes existent pour assurer leur entretien. Actuellement, une partie des friches viticoles est entretenue dans le cadre des bonnes conditions agro-environnementales associées à la PAD dernière génération. Mais la fin programmée de cette obligation d’entretien, en 2014, pose de manière accrue la question de leur devenir. L’Europe et la région Languedoc-Roussillon, par le biais du Document régional de développement rural (DRDR), ont tenté de proposer un dispositif pour assurer leur entretien à l’échelle régionale : l’instauration d’une mesure agro-environnementale territorialisée. Elle avait pour objectif la contractualisation de 10 000 ha de friches auprès de 1 250 exploitations (UE, 2007). Mais la mesure n’a pas rencontré le succès escompté : dans l’Hérault, seules deux coopératives (les Celliers d’Oneirac et les Vignerons de l’Occitane) se sont engagées dans la démarche, pour 167 ha contractualisés. Le montant insuffisant des primes (216 €/ha), la lourdeur administrative des dossiers et la durée de l’engagement (cinq ans) ont été autant de freins à son application (PRÉFECTURE DE RÉGION LANGUEDOC-ROUSSILLON, 2012). D’autres modalités de gestion des friches viticoles sont expérimentées (redéploiement pastoral, cultures DFCI, etc.), mais elles restent marginales et concernent de très faibles superficies.

32Enfin, les parcelles arrachées sont susceptibles d’être gagnées par l’artificialisation des terres, pour de multiples usages : habitat plus ou moins légal (avec le phénomène de cabanisation, en particulier en zone littorale), développement économique, création d’infrastructures de tout type. Ces usages entrent en concurrence forte avec l’agriculture, les parcelles arrachées représentant souvent, aux yeux de leurs propriétaires, une opportunité de vente et donc de plus-value financière. De leur côté, les décideurs locaux les perçoivent fréquemment comme autant de réserves foncières pouvant potentiellement être réaffectées à un autre usage. Cette pression foncière est forte dans un département qui connaît l’une des croissances démographiques les plus importantes de France, accueillant annuellement 15 000 habitants supplémentaires depuis 1999, et qui a vu 7 327 ha de terres, essentiellement agricoles, s’artificialiser entre 1997 et 2009 (DDTM, 2011a).

33Il est difficile d’établir le portrait exact de ces mutations paysagères à l’échelle de l’Hérault. Pour les illustrer, nous avons repris les données d’une étude réalisée par le conseil général de l’Hérault (2009), portant sur les vingt et une communes les plus impactées par l’arrachage définitif.

Fig. 4

Fig. 4

Devenir des parcelles viticoles arrachées (%).

Source : conseil général de l’Hérault, 2009, réalisation C. Arnal.

34L’étude montre que, dans ces communes, 45% des parcelles arrachées ont connu une reconversion agricole, majoritairement en céréales. 45% d’entre elles sont inexploitées, étant en friche ou faisant l’objet d’un simple entretien. 10% font l’objet d’un autre usage (artificialisation de l’espace sous toutes ses formes).

2.2 - Des mutations paysagères qui reflètent les processus à l’œuvre dans le département héraultais

35L’ampleur prise par l’arrachage définitif a profondément modifié les paysages héraultais, avec l’apparition au sein des vignobles de nouveaux éléments paysagers (cultures ou friches). Ces dynamiques différenciées se sont traduites par un effet de mosaïque paysagère, résultant de la juxtaposition de parcelles de vignes entretenues ou à l’abandon, de friches herbacées ou arbustives et de cultures de toutes sortes, en fonction de la réaffectation (ou non) des terres, dans des territoires où la vigne a pu être dominante. En outre, si l’arrachage ne s’est pas produit de manière uniforme, la réaffectation des sols non plus. Il en résulte une grande hétérogénéité, qui dépend en partie du potentiel agronomique des terres libérées par la vigne et de leur accès potentiel à l’irrigation, mais aussi de la pression foncière qui s’exerce sur elles. À la diversification des paysages se superpose ainsi une diversification des dynamiques paysagères et spatiales. Des paysages autrefois viticoles sont en « transition ». Le processus est en cours, et encore inachevé à ce jour : la fin de la PAD n’a pas signé celle de ses conséquences paysagères et spatiales.

Photo 4

Photo 4

Mosaïque paysagère, plaine biterroise.

Photo C. Arnal, 2013.

36Cette modification parfois profonde des paysages soulève des questions multiples, ayant trait au patrimoine local, à l’identité territoriale, au cadre de vie. Mais aussi à la modification des repères visuels, des marqueurs paysagers rattachés à la viticulture. Ainsi, les bouleversements engendrés par la PAD sont-ils beaucoup plus profonds que ne le laisse présager leur simple aspect visuel.

37Il importe en définitive de souligner une réelle dichotomie entre des dynamiques de déprise agricole et rurale et de pression foncière et urbaine, entre des stratégies d’attente et des stratégies de « reconquête agricole ». Ce contexte mouvant a conduit à l’émergence de problématiques de gestion de l’espace, et à l’apparition de nouveaux acteurs se substituant à la seule profession agricole dans la gestion du « post-arrachage ».

3 - La mobilisation des acteurs territoriaux de l’Hérault face à la problématique de l’arrachage

38L’ampleur de l’arrachage des vignes a été mal vécue par les acteurs territoriaux héraultais, qui l’ont perçue comme un phénomène subi, non voulu, non désiré. Un sentiment diffus prévaut également : ce sont les territoires qui en ont « souffert » et font face à ses conséquences multiples, et notamment paysagères. Car si la décision d’arracher la vigne a été individuelle, étant le fait d’un viticulteur, ses conséquences sont collectives.

39Ce constat a amené les acteurs territoriaux à se poser la question du devenir des terres arrachées, et à tenter de mettre en place des politiques publiques destinées à l’orienter. Ainsi, la région Languedoc-Roussillon, le conseil général de l’Hérault et nombre de collectivités territoriales portent des projets en la matière, qui ont plus ou moins abouti. Nous présenterons ici les actions et initiatives les plus significatives ayant été engagées.

3.1 - Une mobilisation institutionnelle aux échelles régionale et départementale

40La région Languedoc-Roussillon a mis en place, en juillet 2007, un programme régional d’accompagnement à la restructuration de l’espace viticole suite aux arrachages, baptisé « Plan Viticole ». Celui-ci s’inscrit dans le cadre du Contrat de Plan État‑Région et du DRDR pour la période 2007-2013 : l’ensemble des acteurs institutionnels intervenant en Languedoc-Roussillon (départements, région, État et Union européenne) est donc impliqué. Ses objectifs sont doubles (RÉGION LANGUEDOC-ROUSSILLON, 2008a). Il souhaite d’une part préserver le potentiel de production du vignoble languedocien, en accompagnant les projets des exploitations et coopératives viticoles qui visent à préserver de l’arrachage les parcelles ayant un potentiel en termes de terroir et/ou de cépage. D’autre part, il entend assurer la reconversion des parcelles après arrachage, en accompagnant les projets portés par des collectivités territoriales, dans le cadre de démarches concertées et collectives, qu’il s’agisse de permettre le développement de cultures agricoles alternatives à la vigne ou d’assurer une reconversion environnementale. La mise en œuvre de ce programme repose sur une « boîte à outils » mise à disposition des porteurs de projets souhaitant bénéficier des soutiens financiers et techniques apportés par la région, l’Europe et les départements concernés.

41La région a également commandité une étude prospective, la « synthèse des alternatives à l’arrachage de la vigne en Languedoc-Roussillon », réalisée en 2008 par la chambre régionale d’Agriculture, en partenariat avec la SAFER et Montpellier Supagro (RÉGION LANGUEDOC-ROUSSILLON, 2008b). Son objectif était d’identifier les avantages et les inconvénients de différentes productions alternatives à la vigne, afin de favoriser leur développement. Elle a été mise à disposition des organisations professionnelles agricoles et des agriculteurs souhaitant s’engager dans une reconversion, et des territoires porteurs d’un projet d’aménagement et de gestion des espaces issus de l’arrachage. Soixante-seize productions agricoles (arboriculture, maraîchage, céréales, semences, etc.) ont été analysées dans ce cadre, et présentées sous la forme de fiches-action.

42Enfin, parmi les outils proposés par la région en direction de ses territoires ruraux, les Opérations Concertées d’Aménagement et de Gestion des Espaces Ruraux (OCAGER) ont pu être mobilisées par des territoires pour faire face à l’arrachage. Elles s’inscrivent dans des démarches territoriales portées par les collectivités, et visent à répondre aux enjeux de l’espace rural identifiés par ces dernières : aménagement de l’espace, accès au foncier, reconquête des friches agricoles, etc. Ces actions collectives s’appuient sur une stratégie multisectorielle, économique, sociale et paysagère, dans le cadre d’une large concertation avec les acteurs du territoire.

43Le conseil général de l’Hérault a quant à lui opté pour une politique active de soutien à la filière viticole, à la suite d’une réunion « de crise » entre les élus départementaux et la profession viticole, en octobre 2005. Une étude des impacts de l’arrachage définitif a été réalisée en décembre 2005 (CONSEIL GÉNÉRAL DE L’HÉRAULT, 2005). Elle a précédé la signature en octobre 2006 d’un protocole d’accord avec la profession viticole, où il s’est engagé à mettre en œuvre une « politique départementale face aux arrachages viticoles définitifs ». Celle-ci comprend des mesures pré-arrachage (en réponse à des enjeux économiques, notamment le maintien du potentiel de production) et post-arrachage (en réponse à des enjeux territoriaux, en particulier la limitation de la déprise viticole). L’action du conseil général s’inscrit donc dans la continuité de celle de la région.

44Dans ce cadre, il a lancé une étude d’opportunités post‑arrachage finalisée en octobre 2009 (CONSEIL GÉNÉRAL DE L’HÉRAULT, 2009). Celle-ci a ciblé vingt et une communes, situées dans les dix territoires les plus impactés par l’arrachage définitif, avec pour objectif de favoriser le maintien de l’activité viticole et agricole et de préserver les paysages ruraux en limitant les impacts des arrachages. L’étude s’est accompagnée d’une animation territoriale, destinée à faire émerger des projets de développement local sur les territoires visés, proposant des alternatives à la crise viticole. Plusieurs axes de réflexion ont été privilégiés : le développement de nouvelles filières de production agricole ; la diversification des activités (circuits courts, agritourisme) ; l’aménagement et la maîtrise du foncier ; des projets environnementaux et paysagers. Toutefois, malgré l’impulsion voulue afin d’enclencher une dynamique locale, peu de projets ont abouti, en raison d’un processus « top down » qui a modérément suscité l’adhésion des acteurs locaux.

45D’autre part, le conseil général, en partenariat avec la chambre d’Agriculture de l’Hérault, appuie des expérimentations portant sur deux nouvelles productions : la stevia et le chanvre. La stevia, plante de la famille des Asteraceae contenant des édulcorants naturels, est expérimentée dans deux sites héraultais depuis mai 2010 : le Centre expérimental horticole de Marsillargues et le Domaine de Bayssan, à Béziers, appartenant au conseil général. La culture du chanvre est quant à elle expérimentée depuis 2008, sur différentes parcelles réparties dans cinq communes héraultaises (Gignac, Nébian, Péret, Pouzols et Nissan‑lez‑Ensérune). L’expérimentation repose sur un projet porté par le Pays Cœur d’Hérault, qui souhaite développer une filière locale de matériaux pour l’éco-construction.

46Ces expérimentations reposent sur une logique commune : tester des filières innovantes, au fort potentiel de développement, pouvant permettre de reclasser une partie des terres libérées par l’arrachage et d’œuvrer au redéploiement de l’agriculture à l’échelle départementale, voire régionale. Elles suscitent l’adhésion de multiples acteurs (agriculteurs, centres d’expérimentation, acteurs institutionnels, organisations professionnelles agricoles et collectivités territoriales), signe de leur intérêt réciproque. Toutefois, ces deux cultures concernent actuellement de faibles surfaces, car il s’agit de déterminer si elles peuvent s’acclimater dans l’Hérault, être rentables économiquement et donc pouvoir constituer une alternative crédible pour relancer l’activité agricole.

3.2 - La gestion des terres arrachées et des territoires « abandonnés », un enjeu pour les collectivités territoriales

47Face à la problématique de l’arrachage, des collectivités territoriales se sont également mobilisées, à différentes échelles (supra-communale, intercommunale et communale).

48Ainsi, les six Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT) héraultais se montrent attentifs aux problèmes engendrés par l’arrachage viticole dans leurs territoires respectifs, dans le cadre de leurs diagnostics préalables et états initiaux de l’environnement. Trois d’entre eux (les SCOT du Biterrois, du Pays de Lunel et du Grand Pic Saint‑Loup) traduisent ce constat en préconisations pour le développement futur de leurs territoires. Ces dernières sont similaires : il s’agit de préserver les espaces délaissés par la viticulture de la déprise agricole et de l’urbanisation. Et ce en maintenant les espaces agricoles à fort potentiel de reconversion (notamment en raison de leurs possibilités d’irrigation), en favorisant la reconquête agricole des friches (par le développement de cultures alternatives ou un redéploiement pastoral dans le cas du Pic Saint‑Loup), et en valorisant les paysages agricoles et viticoles, en raison de leur valeurs paysagère, patrimoniale et identitaire.

49À l’échelle intercommunale, seules deux collectivités territoriales mènent des politiques visant directement la gestion des friches viticoles. La communauté d’agglomération Hérault Méditerranée porte deux projets en la matière. Le premier est dédié à la reconquête pastorale d’espaces en friche, dans cinq communes de l’agglomération, en partenariat avec la chambre d’Agriculture de l’Hérault ; une expérimentation a eu lieu à l’été 2012, la commune de Cazouls d’Hérault ayant accueilli un berger et son troupeau. Le second vise à promouvoir le développement des circuits courts dans l’agglomération, en facilitant l’accès au foncier des agriculteurs souhaitant se diversifier, sur des friches viticoles, permettant par la même occasion de reconquérir ces espaces.

50La communauté de communes du Pays de Thongue porte quant à elle un projet intitulé « viticulture, biodiversité et développement social ». Il ambitionne d’assurer le maintien d’une viticulture forte, structurée autour de la qualité des produits et de l’environnement, et la gestion des espaces délaissés par la viticulture, en maintenant leur vocation agricole, paysagère et environnementale.

51Ces politiques intercommunales devraient a priori se développer, en raison du rôle actif de la chambre d’Agriculture de l’Hérault, qui s’est engagée depuis 2010 dans une politique « territoriale » visant à se rapprocher des collectivités. Cinq conventions de partenariat ont été signées entre la Chambre et des intercommunalités, deux autres sont en cours d’approbation. Certaines prennent en considération les problématiques liées à la gestion des friches et à l’accompagnement des projets de diversification post-arrachage. Néanmoins, ces conventions représentent avant tout une forme de dialogue s’instaurant entre la profession agricole et les collectivités territoriales, et il est trop tôt pour en mesurer les effets.

52Certaines collectivités territoriales mobilisent également des outils mis à disposition par la région Languedoc-Roussillon (les OCAGER) ou l’État (les PER, Pôles d’excellence rurale). Ainsi, quatre OCAGER se sont structurées autour des problématiques de gestion des friches viticoles, ayant pour objectifs la lutte contre la déprise et la dégradation du paysage, et le redéploiement de l’agriculture. Mais elles connaissent des difficultés de mise en œuvre, résultant du passage d’une phase de diagnostic à l’animation territoriale puis à l’action. Dans les faits, les résultats sont peu probants. L’OCAGER du Salagou, porté par le syndicat mixte de gestion du Salagou, a abouti à la création d’une cellule de veille foncière chargée de faciliter les échanges et achats de parcelles afin de limiter les friches. L’OCAGER de la Serre d’Oupia, porté par la communauté de communes du Minervois, a permis la création d’une association foncière agricole, qui a mobilisé les propriétaires fonciers de ce massif pour permettre l’installation future de deux éleveurs.

53Le Pays Haut Languedoc et Vignobles est à l’origine d’un PER labellisé en 2011, « Bio-Orb ». Il vise la création d’une filière PAM en agriculture biologique, autour de l’iris de Florence (parfumerie) et de l’artichaut (pharmacologie), à l’échelle de la communauté de communes Orb et Jaur. L’objectif est d’implanter 150 ha de PAM d’ici 2020 ; les premières parcelles d’iris ont été plantées en 2012, et le projet est en cours de réalisation.

54Enfin, quelques communes mènent des actions à leur échelle, à l’image de Montagnac, qui a créé une commission locale d’aménagement foncier afin de restructurer le foncier communal pour limiter et reconquérir les friches viticoles, de Saint‑André‑de‑Sangonis, qui a lancé un Agenda 21 dont l’un des axes concerne la valorisation et la reconversion des terroirs viticoles, ou de Causses et Veyran, qui souhaite créer une ferme de reconquête pastorale mais peine à trouver un agriculteur désirant s’y installer.

Conclusion

55L’arrachage des vignes engendré par la prime à l’abandon définitif a constitué un phénomène majeur dans le département de l’Hérault, qui a marqué le déclin de la viticulture, en tant qu’activité économique, mais aussi le déclin de son emprise spatiale et de son importance en termes de structuration des paysages héraultais. Les incidences de ce processus sont évidentes sur les paysages viticoles et les territoires englobants. La déprise viticole, l’enfrichement, la reconversion agricole ou la réaffectation à d’autres usages « urbains » des parcelles arrachées sont autant d’éléments nouveaux qui ont profondément modifié l’organisation des paysages et les dynamiques paysagères, voire territoriales, des territoires héraultais.

56Si le phénomène peut de prime abord paraître « inquiétant », il a mobilisé la profession agricole et la société locale dans certains territoires, a incité à la recherche de nouveaux possibles, et a donc favorisé l’émergence de nouvelles dynamiques territoriales et agricoles. Les mutations paysagères engendrées par l’arrachage viticole ont ainsi permis de mobiliser les acteurs territoriaux, qui se sont engagés dans une dynamique de projets dont on ne peut que souligner la diversité, en termes d’enjeux, d’échelles, mais aussi de résultats. Toutefois, la problématique paysagère n’y est pas centrale : elle est abordée par des biais, qu’il s’agisse de gestion de l’espace, de reconversion agricole, de redéploiement pastoral ou de restructuration foncière.

57En outre, la mise en œuvre de ces projets se heurte à de nombreux freins. Les acteurs territoriaux ont essentiellement un rôle de porter à connaissance des enjeux liés à l’arrachage viticole, et d’incitation à l’action. Mais ils n’ont ni les moyens, ni la légitimité d’agir directement sur les parcelles arrachées, car en définitive les seuls à pouvoir décider de leur devenir sont leurs propriétaires fonciers, seuls maîtres de la destinée de leurs biens. L’action publique trouve donc ses limites, celles de la propriété privée.

58Toutefois, il semble que les nombreux débats et initiatives induits par la gestion de l’arrachage et de ses conséquences a contribué à remettre l’agriculture au centre des préoccupations des collectivités territoriales, traduisant une prise de conscience de la place de l’agriculture et de la viticulture dans les territoires héraultais.

Top of page

Bibliography

AGRESTE, (2011a), Données du RGA 2010 – Languedoc-Roussillon, 4 p.

—, (2011b), Données du RGA 2010 – Hérault, 4 p.

BARTOLI P., (1986), Les primes à l’arrachage et la régression du vignoble. Une analyse d’impact de la politique viticole, Économie Rurale, 175, p. 3‑19.

CEE, (1999), Règlement no 1493/1999 du Conseil, du 17 mai 1999, portant sur l’organisation commune du marché viti-vinicole, 84 p.

—, (1980), Règlement no 456/80 du Conseil, du 18 février 1980, relatif à l’octroi de primes d’abandon temporaire et d’abandon définitif de certaines superficies plantées en vigne ainsi que de primes de renonciation à la replantation, 15 p.

CHEYLAN J.‑P., (2001), Évolution de l’occupation des sols en hautes garrigues viticoles et périurbaines de l’Hérault, actes du colloque international CNRS, Dynamique rurale, environnement et stratégies spatiales, Éditions Montpellier III, Montpellier, p. 481‑491.

CONSEIL GÉNÉRAL DE L’HÉRAULT, (2009), Étude d’opportunités suite aux campagnes d’arrachage définitif 2005/2008 en vue d’initier des stratégies de développement local, rapport de synthèse, 29 p.

—, (2005), Étude d’impact des arrachages définitifs dans l’Hérault, 47 p.

DDAF de l’Hérault, (s. d.), Les filières viticoles dans l’Hérault, 3 p.

DDTM de l’Hérault, (s. d.), Regard sur l’Hérault, une agriculture en mutation, 8 p.

—, (2011a), Observatoire des espaces agricoles et forestiers. Introduction, 39 p.

—, (2011b), Observatoire des espaces agricoles et forestiers. Plaine montpelliéraine et lunelloise, 58 p.

DERIOZ P., (1991), Les conséquences spatiales de la déprise agricole en Haut-Languedoc occidental : l’éphémère victoire de la friche, Revue de géographie de Lyon, 66 (1), p. 47‑54.

FRANCE AGRI MER (FAM), (2012a), Prime à l’arrachage de vignes. Bilan 2008-2009 à 2010-2011, 25 p.

—, (2012b), Viticultures. La note d’information du délégué de la filière vins de France Agri Mer, 37, 2 p.

JARRIGE F., (2004), Les mutations d’une agriculture méditerranéenne face à la croissance urbaine : dynamiques et enjeux autour de Montpellier, Cahiers Agricultures, 13 (1), p. 64‑74.

PRÉFECTURE DE RÉGION LANGUEDOC-ROUSSILLON, (2012), Mesures agro-environnementales territorialisées du Languedoc-Roussillon. Bilan et synthèse des résultats d’enquête, 6 p.

RÉGION LANGUEDOC-ROUSSILLON, (2008a), La région Languedoc-Roussillon soutient la gestion des territoires viticoles pour accompagner l’arrachage, dossier de presse, 4 p.

—, (2008b), Synthèse des alternatives à l’arrachage de la vigne en Languedoc-Roussillon.

SCHILIZZI S., (1990), Les arrachages de vigne dans l’Hérault. Et après ?, Forêts méditerranéennes, 4, p. 422‑424.

TOUZARD J.‑M., LAPORTE J.‑P., (1998), Deux décennies de transition viticole en Languedoc-Roussillon : de la production de masse à une viticulture plurielle, Pôle Sud, 9, p. 26‑47.

UNION EUROPÉENNE, (2008), Règlement no 479/2008 du Conseil, du 29 avril 2008, portant sur l’organisation commune du marché viti-vinicole, 61 p.

—, (2007), Document Régional de Développement Rural 2007‑2013, volet de la région Languedoc-Roussillon, 243 p.

Top of page

List of illustrations

Title Photo 1
Caption Parcelle de vigne arrachée, Saint‑Mathieu‑de‑Tréviers.
Credits Photo C. Arnal, 2013.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-1.png
File image/png, 158k
Title Fig. 1
Caption Répartition des communes de l’Hérault en fonction des surfaces de vigne arrachées (%).
Credits Source : Observatoire viticole de l’Hérault, 2011, réalisation C. Arnal.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-2.png
File image/png, 77k
Title Tableau 1
Caption Répartition des communes de l’Hérault en fonction de l’intensité de l’arrachage (effectifs)
Credits Source : Observatoire viticole de l’Hérault, 2011, réalisation C. Arnal.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-3.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 2
Caption Carte du cumul des surfaces de vigne arrachées dans le cadre de la PAD, 1985-2010
Credits Source : Observatoire viticole de l’Hérault, 2011, réalisation C. Arnal.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-4.png
File image/png, 97k
Title Fig. 3
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-5.png
File image/png, 153k
Title Photo 2
Caption Parcelle de blé dur, Puisserguier
Credits Photo C. Arnal, 2013.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-6.png
File image/png, 125k
Title Photo 3
Caption Friche viticole, Capestang.
Credits Photo C. Arnal, 2013.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-7.png
File image/png, 254k
Title Fig. 4
Caption Devenir des parcelles viticoles arrachées (%).
Credits Source : conseil général de l’Hérault, 2009, réalisation C. Arnal.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-8.png
File image/png, 31k
Title Photo 4
Caption Mosaïque paysagère, plaine biterroise.
Credits Photo C. Arnal, 2013.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6673/img-9.png
File image/png, 128k
Top of page

References

Electronic reference

Clément Arnal, Lucette Laurens and Christophe Soulard, « Les mutations paysagères engendrées par l’arrachage viticole, un vecteur de mobilisation des acteurs territoriaux dans l’Hérault », Méditerranée [Online], 120 | 2013, Online since 30 May 2015, connection on 23 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6673 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6673

Top of page

About the authors

Clément Arnal

Ingénieur de recherche, INRA, UMR Innovation, clement.arnal@supagro.inra.fr

Lucette Laurens

Professeur de géographie, Université Montpellier III, lucette.laurens@supagro.inra.fr

Christophe Soulard

Directeur d’unité, INRA, UMR Innovation, christophe.soulard@supagro.inra.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page