Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Variabilités environnementales, mutations sociales : natures, intensités, échelles et temporalités des changements

Frédérique BERTONCELLO et Franck BRAEMER (dirs), 2012, actes des 32e rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, éditions APDCA, 349 p.,
ISBN 2-904110-52-6.
Christophe Morhange
p. 128
Bibliographical reference

Frédérique BERTONCELLO et Franck BRAEMER (dirs), 2012, « Variabilités environnementales, mutations sociales : natures, intensités, échelles et temporalités des changements », actes des 32es rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, éditions APDCA, 349 p., ISBN 2-904110-52-6.

Full text

1Le thème de ces actes répond à une préoccupation importante de la communauté scientifique, au croisement des géosciences et des sciences sociales, relative à la perception des interactions entre les facteurs naturels et anthropiques sur l’évolution des environnements et des sociétés. La question centrale est celle de l’impact respectif des processus naturels et d’origine anthropique dans les dynamiques sociales et environnementales, que l’on peut désormais restituer de plus en plus finement. De nombreuses études permettent en effet de préciser notre connaissance de la variabilité environnementale et d’obtenir des niveaux de résolution chronologique et géographique de plus en plus précis. Parallèlement, la multiplication des prospections ainsi que de nombreuses fouilles archéologiques ont permis d’obtenir des informations de plus en plus détaillées sur les modalités d’occupation du sol dans des aires géographiques et chronologiques variées.

2Les responsables scientifiques du colloque ont envisagé les relations sociétés-milieux dans la perspective d’un système en coévolution et cette nouvelle publication est une suite au colloque de Clermont-Ferrand en l’honneur du professeur René Néboit-Guilhot (ALLEE et LESPEZ, 2006). L’objectif est de proposer des modèles de représentation et d’interprétation nuancés et adaptés à la variabilité des situations étudiées et des fonctionnements des anthropo-systèmes. Cela passe par la mobilisation de données hétérogènes (climatiques, paléo-environnementales, archéologiques, historiques…), souvent lacunaires, de résolutions chronologiques et spatiales variées et aux degrés de précision différents. De même, les effets des changements climatiques et des actions anthropiques sur les environnements et les sociétés ne se manifestent pas avec la même intensité, selon les mêmes rythmes ni les mêmes échelles. Ce sont donc ces questions de nature, d’intensité, de seuils et de temporalité des impacts climatiques et anthropiques, principaux enjeux de la modélisation des dynamiques socio‑environnementales, que ce riche ouvrage se propose donc d’explorer.

3Ce gros volume, bien illustré, présente 28 contributions regroupées autour de cinq questions clefs classées selon un plan subtil.

  • La première partie aborde la question de la mesure des forçages climatiques à partir de différents proxys comme les archives lacustres, les travertins et les enregistrements polliniques. Du point de vue méthodologique, les articles montrent clairement les difficultés posées par le déchiffrage et l’interprétation des archives bio-sédimentaires comme indicateurs des paléo-environnements et des signatures anthropiques.

  • La deuxième section développe le thème des forçages anthropiques en présentant différents cas d’étude comme l’impact érosif des dynamiques de l’occupation du sol dans différents contextes morphoclimatiques.

  • La troisième partie aborde la question de la mesure des transformations des sociétés et soulève le problème des forçages anthropiques avec d’intéressantes tentatives de modélisations spatiales et de comparaisons inter-régionales qui démontrent tout la richesse des sciences géographiques.

  • En quatrième lieu, est proposée une présentation de différents exemples de réponses des sociétés aux changements environnementaux, du Maghreb à la Chine.

  • La dernière section restitue enfin l’évolution des environnements en insistant sur les interactions des processus climatiques et anthropiques en présentant cinq études de cas principalement en contexte méditerranéen.

4Dans cet ouvrage, archéologues géographes et paléo-environnementalistes, ont donc tenté de revisiter les rapports complexes et multiformes existant au sein du triptyque société, climat et environnement. Cette publication de qualité soulève remarquablement bien le problème des dialectiques Homme/environnement et insiste sur leur inégale perception selon les acteurs scientifiques, les échelles d’analyse et les contextes morphoclimatiques et sociaux. On ne peut qu’apprécier ces récents développements initiés il y à plusieurs décennies par P. Leveau (2009) et qui permet de dépasser les interprétations déterministes à la recherche de causalités simplistes.

Top of page

Bibliography

ALLEE P., LESPEZ L., eds., (2006), « L’érosion, entre société, climat et paléoenvironnement », Table ronde en l’honneur du professeur René Neboit-Guilhot, Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 482 p.

LEVEAU P., (2009), « Les conditions environnementales dans le nord de l’Afrique à l’époque romaine. Contribution historiographique à l’histoire du climat et des relations homme/milieu », in HERMON E., Sociétés et climats dans l’Empire romain. Pour une perspective historique et systémique de la gestion des ressources en eau dans l’Empire romain, Editoriale Scientifica, Naples, Italie, p. 309-348.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « Variabilités environnementales, mutations sociales : natures, intensités, échelles et temporalités des changements », Méditerranée [Online], 120 | 2013, Online since 12 November 2013, connection on 23 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6774

Top of page

About the author

Christophe Morhange

Université d’Aix-Marseille, UMR 7330 CEREGE

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page