Skip to navigation – Site map

« Dynamiques des zones humides littorales et enjeux de gestion en Méditerranée », no 125 de la revue Méditerranée, parution au deuxième semestre 2015.

Special Issue of the Journal of Mediterranean Geography: Mediterranean coastal wetlands: dynamics and management issues”. This issue (no 125) will be published in late 2015.

Version française

Ce prochain numéro de la revue Méditerranée interrogera la diversité des relations actuelles existantes entre les sociétés méditerranéennes et les différents milieux humides qui occupent un grand nombre d’espaces littoraux.

S’inscrivant dans la continuité du numéro dédié en 2010 aux « Rivages méditerranéens », cette réflexion apparaît comme particulièrement opportune à un moment où les enjeux de gestion entourant les zones humides littorales se trouvent à la croisée de changements écologiques, hydro-climatiques et géomorphologiques rapides et inédits liés aux activités anthropiques, de bouleversements géopolitiques régionaux récents ainsi que d’initiatives institutionnelles internationales innovantes en terme de développement durable.

En effet, parmi les quelques 20 millions d’hectares qu’occupent les zones humides en Méditerranée, ce sont celles présentes au sein des domaines littoraux qui subissent aujourd’hui les plus fortes pressions socio-économiques et hydro-climatiques et qui concentrent la majorité des enjeux environnementaux (Synthèse de l’Observatoire des Zones Humides Méditerranéennes, 2012). L’importance de ces écosystèmes est écologique, économique mais également historique et scientifique. Si les lagunes ont une forte valeur économique et tiennent une place notable dans l’histoire des rivages méditerranéens, les marais maritimes ont eux un intérêt pour la reconstitution des paléo-milieux grâce aux indicateurs qu’ils peuvent offrir pour la connaissance de l’évolution récente des rivages ainsi que pour les approches prospectives dans une conjoncture d’élévation du niveau marin.

Avec 135 millions d’habitants, le littoral méditerranéen est une zone stratégique qui concentre une grande partie de la population et l’essentiel de la croissance démographique actuelle. Bien que la principale pression soit liée au développement des secteurs urbains, les facteurs anthropiques et climatiques qui agissent aujourd’hui à différentes échelles sur la dynamique des zones humides côtières sont hétérogènes et d’amplitudes variées. De nombreuses questions se posent quant à l’évolution physique et spatiale de ces écosystèmes, aux relations que les sociétés locales entretiennent avec eux et aux différentes réponses apportées pour leur gestion.

Ces interrogations sont nombreuses et concernent, par exemple, l’intensification de certains usages tels que l’extraction industrielle ou artisanale incontrôlée de sable marin pour alimenter le secteur du bâtiment. Sont à prendre en compte également les risques accrus de submersion des espaces humides littoraux. Le changement climatique et la hausse du niveau de la mer contribuent à une intensification de l’érosion côtière, un affaiblissement de la protection du littoral et une augmentation de la salinité dans les estuaires voire une érosion régressive des deltas. En outre, les risques sanitaires et la transmission des maladies infectieuses dues à l’expansion de certains vecteurs (e.g. moustiques) sont également une source d’inquiétude.

Du point de vue économique, avec environ un quart du tourisme mondial accueilli par les côtes méditerranéennes chaque année, la question des conflits d’usages se pose. Les questions liées à l’amplification du commerce maritime sont elles aussi très prégnantes. La nécessité d’adapter et d’agrandir les infrastructures portuaires afin de permettre l’accueil des porte-conteneurs géants et de bateaux de croisières dont la taille ne cesse de croître n’est pas sans conséquences sur la dynamique spatiale et la préservation des zones humides périphériques ou directement impactées.

À ces aspects d’ordre général viennent s’ajouter des questions plus spécifiques à certains pays et principalement liées aux conséquences encore mal évaluées des bouleversements géopolitiques récents des rives Sud et Est de la Méditerranée. Les mutations politiques et les incertitudes actuelles qui font suite au « Printemps arabe » entrainent de nombreuses interrogations sur l’évolution des politiques d’aménagement et de développement de certains secteurs côtiers jusque-là épargnés par l’urbanisation. Des questions se posent également au sujet des conséquences de la crise financière actuelle dans un pays comme la Grèce, sur la disponibilité et la pérennité des capitaux destinés à la gestion des espaces naturels mais aussi sur la dynamique foncière avec la possible cession de terrains du domaine public à des investisseurs privés étrangers et/ou locaux.

Enfin, en ce qui concerne les processus de gestion et de conservation, il est légitime de s’interroger sur l’influence de l’évolution des échanges et de la coopération entre les différents pays du pourtour méditerranéen avec l’Europe du Nord suite au relatif échec de l’Union pour la Méditerranée initiée en 2008, sur la transmission et la pertinence locale des normes internationales ainsi que sur le rôle et l’efficacité d’initiatives plus précises comme le Protocole de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) en Méditerranée, entré en vigueur dans certains pays riverains en 2011 (sous l’égide du Plan d’Action pour la Méditerranéen, PNUE). Premier instrument juridique supra-étatique visant spécifiquement la gestion des zones côtières, ce protocole touche à des domaines divers allant du cadre juridique au renforcement des capacités et à l'utilisation des documents de planification du territoire en passant par l'intégration du changement climatique dans les décisions d'aménagement et de protection des écosystèmes sans pour autant prendre en compte spécifiquement les zones humides littorales.

Les contributions qui viendront illustrer ces questions pourront aborder des aspects physiques, socio-économiques, sanitaires voire méthodologiques et porteront, entre autres, sur les grands thèmes suivants :

1. L’impact de l’usage des terres et des activités anthropiques

  • L’impact de la littoralisation et de l’étalement urbain

  • Le développement des activités touristiques classiques et de l’éco-tourisme

  • L’impact des projets de développement des activités portuaires de plaisance et de commerce

  • Les conflits liés aux changements d’usages

2. L’influence des changements globaux

  • L’influence des changements climatiques sur les évolutions géomorphologiques et les paysages

  • Les risques sanitaires liés à l’expansion de vecteurs (paludisme, virus du West Nile, etc.)

3. Les pratiques de gestion

  • L’application et l’efficacité des législations nationales et internationales

  • Les initiatives institutionnelles et associatives (mise en gestion et plans de gestion et de conservation des milieux humides)

  • Les outils techniques et institutionnels de gestion (espaces protégés, législations, bases de données, SIG, etc.)

Ce volume ne portera pas sur le fonctionnement écologique des milieux humides ni sur les questions liées à la perte de biodiversité, qui bien qu’elles soient sous-jacentes aux thèmes abordés, ont déjà fait l’objet de nombreux travaux.

Les communications jouant sur des échelles différentes pourront être théoriques et générales ou prendre la forme d’études de cas. Si les travaux concernant la France, l’Italie, l’Espagne ou le Portugal seront bien évidement considérés, les articles faisant référence à des secteurs des rives Sud et Est de la Méditerranée, ou de la péninsule Balkanique seront particulièrement bienvenus. La dimension cartographique est fortement encouragée.

De la même manière, les approches actuelles et prospectives seront privilégiées mais les travaux s’inscrivant dans une perspective diachronique pourront être considérés.

Les propositions d’articles, doivent être transmises avant le 15 septembre 2014. Les langues admises sont le français et l’anglais.

Merci de consulter avec attention les recommandations aux auteurs : http://mediterranee.revues.org/584

Pour toute information et soumission, merci de contacter:

English version

Méditerranée is a peer-reviewed journal that publishes research on all aspects of human and physical geography. It focuses on the circum-Mediterranean.

This special issue is devoted to examining the diversity and the quality of present-day relationships between societies and coastal wetlands through the Mediterranean world.

Following the past issue dedicated in 2010 to the “Mediterranean coastlines” this reflexion appeared relevant and timely at this time. Indeed, management issues of coastal wetlands are at the crossroads of novel and quick ecological, hydro-climatic and geomorphologic changes related to anthropogenic activities, recent geopolitical mutations together with original international institutional initiatives in terms of sustainable development.

Among the 20 million hectares of wetlands in the Mediterranean, those present within coastal areas are nowadays experiencing the strongest socio-economic and hydro-climatic constraints and concentrate the major part of the environmental issues (Mediterranean Wetlands Observatory report – Synthesis for decision makers - 2012). With over 135 million people, coastlines are strategic places supporting a large part of the population growth. These ecosystems have a high ecological, economic but also historical and scientific importance. If coastal lagoons are of high economic value and play a significant role in the history of the shores of the Mediterranean, salt marshes are useful for reconstructing paleoenvironments thanks to different indicators necessary to understanding the recent shoreline evolution, together with prospective approaches in a context of sea-level rise.

Although the main constraint is linked to the expansion of urban areas into peri-urban and rural landscapes, anthropogenic and climatic factors operating on different scales on the dynamic of coastal wetlands are heterogeneous and of various magnitude. Many questions arise about physical and spatial evolution of these ecosystems, on interactions with local societies and management choices.

These questions are wide-ranging and cover, for example, some of the impacts of land use intensification and abandonment, such as uncontrolled industrial or informal sand mining of coastal beaches, to power building and construction industry. The increasing risks of coastal wetlands submersion must also be taken into account. Climate change and sea-level rise contribute to an intensification of the shoreline erosion and retreat, a loss of coastal protection, an increase in the salinity of estuaries or even a subsidence in deltas. Furthermore, risks posed to public health by emerging infectious diseases due to the range expansion of some vectors (e.g mosquitoes) are also a source of concern.

From an economic point of view, with over a quarter of world tourism hosted by Mediterranean coastal areas each year, interrogations about land use conflicts arise. Questions related to global maritime trade growth play also a significant part, the need to adapt and expand seaport infrastructures and facilities to host both new giant container and cruise ships, whose size is growing, is not without consequences on spatial changes and conservation of local and regional wetlands.

In addition to these general aspects, more questions appeared mainly related to consequences (still poorly evaluated) of the recent geopolitical changes on the southern and eastern shores of the Mediterranean.

Political changes and present uncertainties after the « Arab Spring » raise many questions about the evolution of planning and development policies as with the exploitation of some coastal areas hitherto untouched by urbanization. Further issues exist about consequences of the current global financial crisis in a country like Greece, on the availability and sustainability of capital for the natural spaces management but also on the landed dynamics with the potential sale of public lands to foreign private investors.

Lastly, regarding to management and conservation policies, questions can be asked about the real influence of the relations and cooperation development between Mediterranean and Northern European countries (after the relative failure of the Union for the Mediterranean (UfM) created in 2008), on the transmission of international standards and on the role and efficiency of specific initiatives such as the Integrated Coastal Zone Management Protocol (ICZM) in the Mediterranean, (which entered into force in 2011 in some neighboring countries, under the auspices of the UNEP). First supranational legal tool specifically dedicated to the management of coastal areas, but without taking specifically coastal wetlands into account.

Contributions which will illustrate these questions might concern physical, socio-economic, sanitary or even methodological aspects and will focus, among other things, on the following major topics:

1. Impact of land use and anthropogenic activities

  • Impact of coastal development and urbanization

  • The development of tourism and eco-tourism activities

  • Impact of marina and port infrastructure development projects

  • Land use change conflicts

2. Consequences of global changes

  • Outcomes of climatic changes on geomorphologic evolutions and landscapes

  • Health risks due to the range expansion of some vectors (malaria, West Nile virus, etc…)

3. Planning and management initiatives

  • Implementation and efficiency of national and international law

  • Institutional and associative land management and conservation initiatives

  • Technical and institutional management tools (protected areas, legislations, data base, GIS, etc…)

Although closely related to ecological aspects this issue will not cover neither the ecological functioning of wetlands nor problems regarding biodiversity loss.

Proposals focusing on different scales could be theoretical and general or case studies. If work from France, Italy, Spain or Portugal will of course be considered, papers referring to regions from southern and eastern shores of the Mediterranean basin, or from the Balkan Peninsula will be very welcome. Likewise, the cartographic dimension is much appreciated.

In the same way, current and prospective approaches will be preferred but diachronic work might also be considered.

Contributors are expected to submit first drafts by September 15 2014.

Accepted languages are English and French.

We invite contributors to look at the ‘Guide to Authors’: http://mediterranee.revues.org/584

For more information and submission, please contact: