Skip to navigation – Site map
« Banalité du mal » et défaillance des politiques publiques ?

Mythe et réalité des « grands » incendies en Méditerranée

Myth and reality of "great" fires in the Mediterranean
Régis DARQUES
p. 11-21

Abstracts

Mediterranean fires are often disregarded. Contrary to common perception, most fires are human-induced and part of traditional agricultural practices, and submitted as such to legal regulation or prohibition. “Great fires” might be apprehended either through environmental conditions, ignition mode, extent of physical damage, or alternatively they might be thought off as an ecosystem “breath” also necessary for proper farming. Debates rage on such themes which imply far reaching economical and political consequences. Although the “crisis” rhetoric still permeates most discussions, fires seem to comply with a factual “banality” we intend to examine. This paper is built on the treatment of a large image database issued from the two MODIS sensors (Terra and Aqua) for the years 2000-2013. The whole Mediterranean basin is covered. The objective of this work is to bring a new look to “great” fires by providing political and geographical background information on this “problem”.

Top of page

Full text

1Les incendies sont extrêmement difficiles à appréhender en tant qu’objets géographiques. Leur complexité est étonnante, de sorte que traiter de ce phénomène de manière générique peut déjà être considéré comme une pétition de principe. Derrière chaque feu se cachent des conditions particulières édaphiques, climatiques, topographiques, écologiques et divers autres facteurs singuliers qui président à la mise en place des conditions nécessaires à son apparition et à son développement. Il ne faut pas oublier la dimension humaine, essentielle par ailleurs. Les incendies se propagent sur un « terrain » passivement ou activement « préparé » par des politiques d’aménagement ou tout simplement d’occupation et de pratique du territoire dont l’inscription temporelle et spatiale est profonde. Les feux se développent sur un « terreau » physique et humain qu’il est possible d’appréhender de manière assez complète, pour peu que l’on y consacre quelques moyens.

2Cette manière systémique de penser les incendies induit, presque inconsciemment, que la connaissance peut et doit déboucher sur une forme de contrôle (Arnould et Calugaru, 2008 ; Clément, 2005). Si l’on connaît suffisamment bien un phénomène, on peut alors en prendre la mesure et in fine le maîtriser. Les feux de forêt ne sont qu’une modalité d’expression de feux de natures diverses, dont la plupart sont volontaires – ce qui ne veut pas dire qu’ils sont tous contrôlés. En la matière, les limites sont floues. De même qu’il est bien difficile de déterminer ce qui fait « forêt » en Méditerranée, de même il est délicat d’établir une limite claire entre feux volontaires ou spontanés, entre incendies agricoles et forestiers. La plupart du temps, les représentations mentales ignorent ce genre de subtilités pour se concentrer exclusivement sur ce qui fait spectacle : les incendies « de forêt ».

3Au-delà du contexte des « milieux » physiques favorables à la propagation des feux, la géographie des incendies de forêt, d’un point de vue humain et politique, serait ainsi presque entièrement calquée sur celle du développement : les États « développés », qui ont les moyens matériels suffisants pour étudier et donc contrôler leurs espaces, peuvent prétendre à une maîtrise territoriale dont les structures étatiques les moins « avancées » sont exclues. Les victimes permanentes des incendies sont ainsi toutes désignées : ce sont les « Suds ».

4Le paradigme de la géographie des incendies de forêt, sur lesquels se focalisent toute l’attention du public, se formulerait donc en termes simples :

  • maîtrise des incendies au « Nord », induisant ipso facto leur suppression ou la limitation maximale de leur impact par la mise en place de politiques préventives et de moyens de contrôle matériels supposément efficaces;

  • sujétion et passivité au « Sud » face à un phénomène imprévisible – ou au contraire parfaitement prévisible –, mais où l’État ne disposerait pas des moyens nécessaires à sa prise de contrôle.

5Le schéma est simpliste, mais semble assez bien ancré dans les esprits. N’est-ce pas la position adoptée presque systématiquement par les médias lorsqu’un incendie « majeur » perturbe le train-train quotidien de territoires habituellement « paisibles » ? La mainmise politique sur les territoires – assimilée à une forme de « modernité » – implique un contrôle géographique que tous les événements « naturels » exceptionnels, par définition impossibles à prévenir du fait de leur caractère singulier (au sens statistique du terme), semblent devoir battre en brèche.

6Au cours des quinze dernières années, des incendies « catastrophiques » semblent pourtant avoir voué ce modèle de contrôle territorial aux gémonies. Lorsque de grands incendies se déclarent au cœur de pays « développés », touchent jusqu’aux faubourgs des grandes capitales en entraînant de multiples victimes et destructions matérielles, le rêve de la maîtrise territoriale s’évanouit brusquement. Par sa « violence » temporelle et paysagère, l’incendie ne peut être nié comme tant d’autres phénomènes géographiques. Il apparaît comme une évidence. L’échec des politiques publiques est patent. Le feu comme produit d’un système causal s’introduit à son tour, et brusquement, dans un autre système complexe où la société civile joue un rôle central : l’aménagement du territoire s’y révèle « a-ménagement ».

7La liste, non exhaustive, des grandes « crises » qui ont secoué la dernière décennie est longue. Et c’est justement ce qui pose problème. Pensons, à titre d’exemple, aux années 2000 et 2001 qui ont particulièrement affecté la Grèce et l’Espagne. En 2003, la France puis l’Italie et le Portugal enregistrent des records de surfaces parties en fumée. En 2007 et 2009, les « ravages » sont presque généraux : Algérie, Grèce, Italie, Croatie, Turquie et Espagne voient une grande partie de leur patrimoine forestier détruit et comptent plusieurs dizaines de victimes humaines cumulées. Les « années noires » semblent se succéder à grande vitesse. Mais, en termes de « taille », dans la perspective systémique qui est la nôtre, les plus « grands » incendies ne sont-ils pas ceux qui ont touché de plein fouet de grands centres urbains méditerranéens ? Les dégâts engendrés par l’incendie du Mont Carmel dans la banlieue de Haïfa en décembre 2010, la destruction du poumon vert athénien du Mont Parnès en 2007 et des bois du Pentélique en 2009, les ravages enregistrés à l’ouest de Madrid en 2012 ont davantage marqué les esprits que d’autres « destructions », certes spectaculaires, mais observées dans des secteurs broussailleux éloignés des espaces centraux, dont l’intérêt économique direct est mineur.

8Un phénomène exceptionnel peut effectivement perturber un système sans en remettre en cause les grands équilibres. Lorsque l’exceptionnel devient récurrent, la question se pose d’une réévaluation des termes du débat et des grandes lignes de force qui le structurent. C’est ce que nombre d’auteurs ont tenté de faire au cours des dernières années (Adams, 2013; San Miguel-Ayanz et al., 2013; J.C. Williams et Hyde, 2009; J. Williams et al., 2011).

9Afin d’apporter notre contribution – modeste – à un sujet très rebattu, nous aborderons dans un premier temps, et pour lever un certain nombre d’ambiguïtés, le problème de la terminologie appliquée aux feux, qui exprime le plus souvent un a priori politique. Dans un second temps, nous procéderons à l’analyse d’une base de données issue des capteurs MODIS (Terra et Aqua) sur les incendies qui ont affecté l’ensemble des pays du bassin méditerranéen de 2000 à 2013.

1 - Le feu de forêt : une approche sémantique et conceptuelle tronquée

10Dans l’immense littérature qui traite du sujet hautement controversé des incendies de forêt, d’improbables combats sont menés entre partisans de « camps » fermement établis : dans l’opinion publique, sur ce sujet comme sur d’autres à caractère « environnemental », les positions sont tranchées, mais manquent cruellement de cohérence. Certains écologistes désireux d’en découdre avec les entrepreneurs du développement s’appuient sur les « ravages » perpétrés par les événements paroxystiques pour revendiquer un « respect » du milieu « naturel » et demander la mise en place de mesure de « protection » contre les méfaits de la civilisation urbaine actuelle. Leurs détracteurs mettent au contraire en avant la « banalité du mal » et constatent les phénomènes de récupération végétale spontanée pour promouvoir l’idée que ces phénomènes sont écologiquement, aussi bien que géographiquement, négligeables.

11Les positions partisanes n’épargnent pas les débats entre spécialistes. Mais les « camps » politiques cèdent ici le pas aux « champs » thématiques et disciplinaires dont les analyses très documentées produisent parfois des résultats apparemment divergents. Géographes, écologues, forestiers, climatologues et pédologues ne sont pas systématiquement enclins à rendre compatibles leurs points de vue. Bref, les débats sont souvent partiels, fragmentés ou tronqués, hautement dépendants de contextes politiques locaux. Le débat est piégé. Et l’instrumentalisation politique quasi-systématique de ces évènements ne fait qu’exacerber la tendance en radicalisant les positions de principe.

12Dans un souci de clarification, nous opposerons deux approches différentes du problème des incendies – au sens large – à travers la comparaison de deux ouvrages à notre sens fondamentaux : The Wildfire Reader (Wuerthner, 2006), somme de contributions d’auteurs divers, dont le positionnement est clairement « politique » sur le sujet ; et Ecologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen (Quézel et Médail, 2003), ouvrage issu de la plume de deux auteurs spécialistes d’écologie et phytologie. Les deux volumes portent uniquement sur les incendies de forêt, mais ils présentent l’avantage de poser clairement les termes du débat.

13Dans The Wildfire Reader, George Wuerthner pose les bases d’une réflexion réellement interdisciplinaire. L’essentiel du livre est résumé en introduction. De manière significative et redoutablement efficace, l’auteur énonce – pour mieux les déconstruire – plusieurs fausses idées attachées à ces phénomènes-spectacle (les incendies) que le grand public a pris l’habitude de « condamner » ou de « subir ». Citons quelques-uns de ces « mythes » attachés dans l’imaginaire collectif aux incendies de forêt :

  • le feu est un mal et doit être supprimé ;

  • les grands incendies résultent d’un trop-plein de combustible ;

  • les coupes de bois produisent les mêmes effets que les feux de forêt ;

  • les grands incendies (big fires ou large blazes) peuvent être arrêtés ;

  • les feux détruisent les forêts et la vie sauvage ;

  • le feu « stérilise » la terre ;

  • la pâture animale peut prévenir les incendies ;

  • les coupes de récupération après un incendie sont nécessaires pour restaurer la forêt ;

  • le brûlage dirigé peut servir de substitut pour maintenir la vie sauvage.

14Chacun de ces « préceptes » est minutieusement déconstruit et démenti pour faire émerger une autre réalité des feux : leur caractère inévitable et utile pour des écosystèmes non seulement soumis à ce mécanisme d’« autorégénération » au moins depuis la fin de la dernière glaciation, mais intrinsèquement construits par lui. La thèse principale consiste à établir la « normalité » des incendies en milieu méditerranéen – le propos porte essentiellement sur la Californie. La récurrence des feux et l’incapacité des pouvoirs publics à en maîtriser l’apparition et le développement sont décrites d’un point de vue constructif.

15Pour résumer, l’approche du politique et celle de l’aménageur mériteraient d’être infléchies notablement. Grâce à ce point de vue inversé, la suppression des feux – Graal de politiques publiques responsables – est qualifiée de « contrôle prédateur » sur la forêt, totalement irrespectueuse de ses rythmes de renouvellement. La dimension « humaine » des incendies n’est pas oubliée. Elle est même centrale dans la mesure où les politiques d’aménagement du territoire à travers leur interventionnisme permanent auraient durablement modifié des équilibres naturels anciens, aboutissant in fine à l’accentuation actuelle de l’ampleur des feux.

16Ce type de réflexions en appelle d’autres. L’action exercée par les « habitants », non pas en tant qu’initiateurs réguliers des feux, mais en tant que communautés interagissant en permanence avec un environnement « naturel », n’est‑elle pas centrale ? Des regards divergents s’opposent avec vigueur sur ce sujet épineux, énième déclinaison d’un vieux débat entre les partisans d’une prévalence culturelle vs. naturelle dans la formation des paysages. Les uns tentent de cerner dans la récurrence des incendies, parfois dans l’augmentation de sa fréquence ou dans le développement récent de gigantesques perturbations la marque de phénomènes d’envergure planétaires. D’autres observent des « dysfonctionnements » locaux dans la prévention ou la gestion de l’environnement. La « défaillance » humaine, à de multiples échelles, semble en tout cas un leitmotiv. Rares sont les regards décalés qui tentent de restituer sa juste place à la dimension humaine du phénomène et qui voient dans l’incendie l’expression d’une interaction « homme‑nature » à déconstruire. Avec G. Wuerthner, la déconstruction prend la forme d’une nouvelle dissociation, d’ampleur limitée.

17Il est vrai que, dans la littérature spécialisée, l’étude des phénomènes physiques qui gravitent autour des feux prend souvent le pas sur l’analyse des incidences humaines du problème. L’empilement de législations complexes, les dispositifs techniques multiples, l’histoire locale de l’aménagement, l’emprise du politique sur la société civile, la pression humaine différentielle exercée sur l’environnement, la place « laissée » aux « espaces verts », la dimension foncière et immobilière de l’occupation des terres sont autant de questions qui influent directement sur ces moments de « crise » que semblent constituer les incendies. À la complexité physique et biologique des communautés forestières répond une composante humaine, non moins complexe, des géosystèmes. La diversité des espaces méditerranéens n’implique-t-elle pas que des causes apparemment identiques n’emportent pas obligatoirement les mêmes effets ?

18Comme on peut le constater, les guillemets sont presque toujours requis lorsqu’il s’agit d’aborder un tel sujet. Tous les termes sont piégés. Même lorsqu’on tente de se départir du registre lexical péjoratif et militaire associé aux incendies (crise, destruction, catastrophe, dévastation, etc.), chaque mot reste porteur d’une polysémie ou de connotations multiples susceptibles de brouiller le sens des propos. Dépasser cette difficulté et développer une méthodologie de recherche cohérente n’est pas une entreprise évidente.

19P. Quézel et F. Médail proposent quant à eux une approche beaucoup moins politique du sujet. Les incendies ne sont pas abordés de front, mais comme un des facteurs qui contribuent, parmi d’autres, à la transformation des écosystèmes méditerranéens. Le regard du biologiste végétal et de l’écologue complète très bien les questionnements précédents. Lorsque le point de vue n’est plus anthropocentré, d’autres enjeux émergent. Ces deux auteurs donnent admirablement matière au postulat posé par G. Wuerthner : dès lors que nous ne pourrons jamais complètement comprendre la complexité infinie des écosystèmes, notre volonté de la gérer et de la contrôler exprime une prétention incroyable dont l’origine est un mythe collectif.

20Du point de vue de l’écologue, l’incendie est un élément parmi d’autres susceptible d’infléchir de manière significative l’évolution dynamique des systèmes forestiers. Ils ne sauraient être dissociés des autres « perturbations » d’origine naturelle ou humaine : tempêtes, pollutions, pastoralisme, écobuage, etc. Ici, le point de vue s’infléchit. Les variations de pression démographique, notamment entre le Nord et le Sud de la Méditerranée, déterminent des modes d’occupation du sol et des usages de la forêt dont certains sont qualifiés de « catastrophiques ». Les déforestations massives au Maghreb ou au Proche-Orient au cours des dernières décennies ont grandement détérioré les écosystèmes forestiers, au point de menacer leur existence même. Lorsque la pression dépasse les capacités de régénération végétale et se maintient dans le temps, des mécanismes de « dégradation » se mettent en place qui peuvent éventuellement aboutir à une thérophytisation à grande échelle. Mais la concentration urbaine et la baisse de la pression démographique enregistrée au Nord depuis l’exode rural emportent des risques tout aussi importants. L’extension spatiale des matorrals, le développement de vastes secteurs dévolus aux résineux, par remontée biologique ou plantation, favorisent les incendies, en particulier les plus « grands » d’entre eux.

21Catastrophe ou phénomène banal ? Les plus grands spécialistes ne s’accordent pas vraiment entre eux. Aborder la question des « grands incendies », c’est évoquer un sujet délicat. Pour tenter d’y répondre, très partiellement, il nous semble nécessaire d’étudier les incendies dans un cadre méditerranéen global. C’est ce que certains outils de télédétection permettent aujourd’hui.

2 ‑ Complexité et diversité des feux en Méditerranée. Les données MODIS (2000-2013)

22Le pourtour méditerranéen est un observatoire privilégié des incendies. Pourtant, les enquêtes qui se positionnent à échelle globale du bassin sont très peu nombreuses (Chuvieco, 2009 ; C. Quintano et al., 2006 ; Carmen Quintano et al., 2011), à caractère technique, et produisent peu ou pas de cartographie. La plupart des analyses sont en fait réduites à des portions du bassin méditerranéen, notamment dans le cas d’utilisation de données européennes, ou à des périmètres nationaux (Levin and Heimowitz, 2012). Les données issues des inventaires forestiers ne sont pas comparables entre elles, les bases de données numériques ne sont pas systématiques, la profondeur historique des acquisitions varie, bref l’analyste doit se contenter la plupart du temps d’estimations pour valider ou récuser ses hypothèses de travail. L’initiative européenne EFFIS (European Forest Fire Information System) agrège des données internationales, mais ne couvre que la partie nord de la Méditerranée.

23Le lancement des satellites Terra et Aqua par la NASA en décembre 1999 et mai 2002 a profondément changé la donne. Grâce à leurs capteurs MODIS, ces deux plates‑formes ont permis de collecter des informations essentielles à la surveillance terrestre, maritime et atmosphérique pour l’ensemble de la planète. Les 36 bandes d’acquisition, la résolution spatiale variable d’un canal à l’autre (250 m à 1 km), la haute résolution spectrale par rapport aux capteurs conventionnels, la courte période de revisite (quatre passages journaliers en mode combiné) autorisent une observation de nombre de phénomènes spatiaux à microéchelle. Ces capteurs sont donc parfaitement adaptés à l’observation du monde végétal et aux incendies.

24Pour les besoins de cette étude, parmi le panel des produits d’imagerie fournis par l’USGS et la NASA à partir des données MODIS, nous avons eu recours à deux ensembles principaux de données :

  • 1-MODIS Active Fire & Burned Area (MCD45, collection 5.1)

  • Il s’agit d’une base de données spécifiquement dédiée aux incendies issue de la combinaison des informations fournies par les deux capteurs MODIS embarqués à bord de Terra et Aqua (C.O. Justice et al., 2002 ; C. Justice et al., 2006 ; Roy et al., 2005). Les données sont calculées et proposées à la communauté des chercheurs mensuellement. L’Université du Maryland compile les données sous forme « régionale ». Pour couvrir l’ensemble du bassin méditerranéen, nous avons donc dû mosaïquer cinq dalles différentes. L’algorithme de détection de feux se réfère à 7 bandes d’acquisition et se fonde essentiellement sur des mesures d’émissivité dans l’infrarouge moyen.

  • 2-MODIS Land Cover Type Yearly L3 (MCD12Q1)

  • Pour atteindre notre objectif, il était indispensable de confronter les informations précédentes à des relevés d’occupation du sol. Les données MLCT (MODIS Land Cover Type) proposent cinq classifications différentes pour décrire l’occupation du sol (Friedl et al., 2010 ; Sun et al., 2008 ; Townshend, 1999). Le traitement initial provient d’une classification supervisée par arbre de décision à partir de données MODIS combinées (Terra+Aqua). Des cinq classifications avancées, toutes fondées sur les catégories IGBP (International Geosphere-Biosphere Programme), nous avons retenu celle qui nous semblait le plus à même de répondre à la problématique des feux : il s’agit de la classification végétale fonctionnelle Plant Functional Type (PFT) (tab. 1), délivrée avec une résolution spatiale de 500 m. L’algorithme de traitement inclut 12 jeux de données issues de moyennes mensuelles (un pour chaque année calendaire).

Tableau 1 - Classification végétale fonctionnelle (Plant Functional Type-PFT)

Tableau 1 - Classification végétale fonctionnelle (Plant Functional Type-PFT)

Source : NASA EOSDIS, USGS

25L’algorithme étant pensé pour caractériser des changements environnementaux à échelle globale, et la compilation des données portant sur une année pleine, la variabilité interannuelle des résultats pose parfois problème. Les écotones sont instables et les zones sont hétérogènes (mixels) à 500 m de résolution. La variabilité phénologique est forte d’une année sur l’autre et des perturbations multiples peuvent intervenir (incendies, infestations d’insectes, sécheresses). La fiabilité des résultats s’en ressent. Pour cette raison, les données MLCT ne peuvent être utilisées pour caractériser des changements d’occupation du sol. Nous avons eu recours à cette base de données pour définir des états annuels « stables » d’occupation par contraste avec les changements de couverture occasionnés par les incendies, pour mieux cerner ces derniers.

26Bien que certaines données soient disponibles sous format vectoriel (appauvries), nous avons choisi de traiter ces deux sources d’information en mode raster, par traitement d’image. Au total, ce sont donc 1 032 images qui ont été combinées (192 issues de la base de données PFT et 840 portant sur les incendies) puis traitées pour produire les résultats ci-dessous. L’entreprise est lourde et difficile à mener sur un PC individuel aux capacités limitées, mais l’approche à échelle régionale, qui est notre but, ne pouvait se faire qu’à ce prix. Heureusement, certains traitements algorithmiques peuvent être automatisés par programmation.

27Il ne saurait être question à l’échelle d’un article de rendre compte de tous les résultats issus de ces traitements. Nous en retiendrons un faible échantillon ayant trait aux grands incendies.

3 - Les incendies en Méditerranée, un phénomène polymorphe

28Dans le travail ainsi réalisé, le périmètre méditerranéen a été défini sur critère politique plutôt que climatique ou bioclimatique. C’est l’expression d’une approche volontairement positionnée en géographie humaine. Tous les pays ayant actuellement ou récemment bénéficié d’une façade maritime méditerranéenne ont été retenus. Yougoslavie et Bulgarie font donc partie du lot. Portugal, Palestine et Jordanie ont, classiquement, été associés. Ce sont 32 États (dont 5 micro-États) au final qui ont pu être renseignés avec une garantie d’homogénéité des sources d’information.

29Au cours des 12 dernières années, sur une superficie globale de 8 850 000 km2, ce ne sont pas moins de 256 000 km2 qui ont été touchés au moins une fois par un incendie (2,9 %). Interprété stricto sensu, ce chiffre confirmerait à lui seul le désintérêt réel (autre que journalistique) de la société civile et du personnel politique à l’égard des feux. Cette réalité est confirmée par la moyenne annuelle de 0,2  % de surfaces incendiées pour l’ensemble du bassin. Les incendies sont des phénomènes spatialement marginaux, cela ne fait aucun doute. Ce constat mérite pourtant d’être pondéré par une série de remarques.

3.1 - Incendies de forêt et feux agricoles

30Ces valeurs ne prennent sens qu’une fois rapportées aux surfaces végétalisées et après avoir déduit les immenses aires semi-désertes et désertes d’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Pour être exact, et en dérogeant à la règle que nous avons nous-mêmes édictée précédemment, il faudrait également soustraire les vastes étendues hors secteur bioclimatique méditerranéen du nord de la France, des Balkans septentrionaux et de l’Anatolie. Ces résultats emportent conséquence du découpage étatique adopté.

31La fig. 1 illustre parfaitement le déséquilibre nord-sud qui caractérise le couvert forestier et végétal méditerranéen. La plupart des incendies sont enregistrés au nord… là où les principales communautés forestières ou pré-forestières se localisent aujourd’hui. L’incendie est une préoccupation de riches et de populations vieillissantes (Alexandrian et al., 1999). Les contrées jeunes, plus instables et pauvres ne peuvent pas se payer le luxe d’ériger les feux en problème prioritaire. Les feux se déploient d’abord sur des terres de déprise, pas sur des zones de « colonisation » interne.

Fig. 1 - Forêt méditerranéenne et zones incendiées, 2002-2013

Fig. 1 - Forêt méditerranéenne et zones incendiées, 2002-2013

Source : données MODIS, NASA EOSDIS

32Les incendies de forêt stricto sensu représentent à peine plus de 18 % du total des zones brûlées (tab. 2).

Tableau 2 - Étendues incendiées dans le bassin méditerranéen, 2002-2013

Tableau 2 - Étendues incendiées dans le bassin méditerranéen, 2002-2013

Source : Données MODIS, NASA EOSDIS, calculs de l’auteur.

33L’immense majorité des feux sont donc provoqués volontairement et s’inscrivent dans une démarche de mise en valeur économique des territoires. Les pratiques sont le plus souvent encadrées par des dispositions légales et interviennent à des moments clés du calendrier agricole, qu’il s’agisse de brûlis après récolte (céréales à paille) ou de brûlis pastoraux. La tendance récente est à la limitation ou à la suppression de ces pratiques jugées risquées, notamment du fait de la multiplication d’épisodes climatiques secs. Très logiquement, la corrélation entre degrés de mécanisation et incendies agricoles est inverse. En Europe de l’Est à climat continental, mais aussi en Afrique du Nord, le feu est caractéristique d’une agriculture peu productive, faiblement mécanisée et encore marquée par certains usages familiaux de la terre.

34D’un point de vue statistique, à travers les incendies de forêt, l’attention du public se focalise sur des événements tout à fait marginaux. Ce n’est pas l’emprise spatiale des feux qui pose problème, c’est la représentation que l’on s’en fait. Nous noterons au passage que le bassin méditerranéen reste globalement peu touché par les incendies comparativement à d’autres régions voisines (steppes et forêts boréales, Sahel tels que révélés par le traitement des grandes dalles MODIS préalable à l’extraction de notre zone d’étude) (UNECE/FAO, 2010).

3.2 - Seuil de détection et classification

35Les données MODIS à 500 m de résolution spatiale entraînent par défaut l’élimination de quantité de petits incendies intégrés dans la plupart des relevés nationaux. Des milliers de feux échappent ainsi au recensement, même si en télédétection le seuil de détection est en général inférieur la résolution nominale du capteur (c’est l’objet des classifications sub-pixel). Les résultats sont minorés, ce qui empêche la comparaison avec d’autres sources de données plus précises. La différence mesurée avec certaines données issues des inventaires nationaux (Portugal) sur la même période démontre une minoration surfacique de l’ordre de 30%. Inversement, dans d’autres secteurs, la mesure des surfaces brûlées par MODIS dépasse objectivement la masse combustible disponible : c’est le cas dans les quartiers périurbains où des feux de jardin dispersés semblent activer la détection des capteurs.

36De même, la définition de la « forêt » en milieu méditerranéen pose problème. L’infinie variété des formations végétales, la dispersion plus ou moins grande des ligneux, les différents types de matorrals, friches, maquis, garrigues, phryganes ou autres embroussaillements fait que les catégories PFT 5 et 6 (arbustes et plantes herbacées) varie fortement en fonction des années. L’emprise spatiale forestière ne doit donc pas être considérée comme parfaitement appréhendée par les données MODIS. Il s’agit ici d’un problème de classification. S’ajoute à cette difficulté le fait que les classes IGBP sont prévues pour couvrir l’ensemble du globe et ne sont donc pas parfaitement adaptées à la diversité du milieu méditerranéen, comme nous le verrons par la suite.

3.3 - Une extrême variabilité locale

37En dépit de ces inconvénients, les résultats de l’analyse sont éloquents. En moyenne, l’impact spatial des incendies est faible, mais la variabilité des conditions locales est extrême. De grandes régions à « risque » récurrent émergent clairement : Portugal et Ouest de l’Espagne, Sud de l’Italie, Bulgarie, Anatolie centrale, confins de la Turquie et de la Syrie, grandes îles de la Méditerranée sont incontestablement des « points chauds ». Le Nord du Maghreb et la façade occidentale des Balkans arrivent au second plan.

38Le « regard » des capteurs MODIS est universel et non discriminant. Tous les feux sont répertoriés, pas seulement les feux de forêt. La fig. 1 révèle deux schémas morphologiques : des zones de forte concentration et d’autres où l’émiettement domine. Ceci doit être interprété comme le résultat d’un cumul pluriannuel.

39Les « grands » incendies sont avant tout agricoles, issus de la coalescence de périmètres individuels réduits. Dans quelques secteurs du pourtour méditerranéen, le feu reste fondamentalement ancré dans le monde rural. Les brûlis après culture, l’écobuage et certaines formes d’essartage y sont finalement pratiqués à grande échelle. S’y ajoutent les périmètres voués à un pastoralisme extensif. Ceci confirme la place écrasante tenue par les activités humaines au sens large dans le déclenchement de feux en Méditerranée (Leone et al., 2009). Les grands incendies volontaires liés aux zones de conflit (politique de la terre brûlée) se rattachent également à cette catégorie (Nord de la Syrie, Cyrénaïque) (Goldammer 2011). De leur côté, les incendies de forêt sont reconnaissables à la grande fragmentation des paysages qui marque leur passage. C’est l’« archipel » décrit par nombre d’auteurs.

40Lorsque la variabilité locale se mesure à l’échelle des États (tab. 3), les chiffres sont parfois impressionnants. Chypre, Portugal, Turquie et Bulgarie dépassent les 10% de superficie incendiée en 12 ans. À ce niveau, le feu ne peut plus être considéré comme un phénomène marginal. La Turquie (on inclura la partie nord de Chypre) est le champion méditerranéen des incendies. Toutefois, la plupart des feux sont provoqués et relèvent de la partie non strictement méditerranéenne (au sens bioclimatique) du pays. En Bulgarie également, les grandes plaines agricoles sont livrées régulièrement aux flammes. Le climat plus humide permet ainsi d’alterner cultures et pâturage extensif, y compris sur des périmètres périurbains. Le cas du Portugal est spécifique en ce sens que ce pays semble cumuler à peu près toutes les formes d’incendies, y compris forestiers.

Tableau 3 - Les zones incendiées (PFT 1 à 11) entre 2002 et 2013, par pays

Tableau 3 - Les zones incendiées (PFT 1 à 11) entre 2002 et 2013, par pays

Sources : Données MODIS, NASA EOSDIS, computation de l’auteur.

41Entre 5 et 10 % de surface brûlée se retrouve le cortège des pays nord-méditerranéens classiquement associés aux difficultés de gestion de leur patrimoine forestier, parfois envahissant. En queue de liste figurent les contrées essentiellement méridionales et proche-orientales dont les couvertures végétales sont les plus fragiles. La France arrive dans les dernières positions, mais ceci résulte de la place limitée du milieu méditerranéen dans le pays. Ces informations mériteraient d’être affinées à un niveau régional ou local pour mettre davantage en valeur les écarts locaux.

3.4 - Périodicité et variabilité temporelle

42Cette analyse chiffrée doit être comprise avec toute la précaution nécessaire en termes de pertinence statistique. Douze années de mesure représentent une « fenêtre » temporelle très réduite à l’échelle de la durée de vie de certains végétaux, mais se révèlent aussi trop courtes pour comprendre l’évolution à long terme des formations végétales. Malgré tout, la distribution mensuelle et interannuelle des données peut varier très fortement (fig. 2 et fig. 3).

Fig. 2 ‑ Variabilité mensuelle et annuelle (1) : les incendies en 2011

Fig. 2 ‑ Variabilité mensuelle et annuelle (1) : les incendies en 2011

Source : données MODIS, NASA EOSDIS

Fig. 3 ‑ Variabilité mensuelle et annuelle (2) : les incendies en 2012

Fig. 3 ‑ Variabilité mensuelle et annuelle (2) : les incendies en 2012

Source : données MODIS, NASA EOSDIS

43Les brûlis agricoles sont pratiqués presque tout au long de l’année en fonction des conditions météorologiques, des calendriers agricoles et des autorisations légales, mais nous pouvons relever un fort gradient nord-sud dans la temporalité des incendies provoqués : sur les versants septentrionaux des Haut et Moyen Atlas marocains, sur les hauteurs du Tell algérien, dans la partie nord de Chypre, en Extremadure, les feux se développent dès les mois d’avril-mai, en préparation des semailles. En juin-juillet, les premières récoltes autorisent de vastes opérations de déchaumage dans les grandes régions de culture céréalière sèche (contreforts sud du Taurus oriental, plateau centre-anatolien, Pouilles, Sicile, plaines agricoles des Balkans, etc.) qui se prolongent en fonction des lieux jusqu’au mois d’octobre ou de novembre. Ces opérations qui peuvent intervenir avant ou après récolte selon le type de céréales semées s’étalent ainsi sur plus de sept mois dans l’année. L’« œil » de MODIS agglomère ces phénomènes avec les incendies de forêt comme si les deux événements étaient intrinsèquement liés.

44La corrélation est maximale (Leone et al., 2009). Cela ne signifie pas que les feux agricoles sont à l’origine des feux de forêt. Le risque de propagation existe surtout en limites de formations forestières. La morphologie des plantations et la distribution spatiale des zones boisées ou embroussaillées est ici un élément clé de compréhension des risques de propagation associés à ce type de pratiques agricoles mises en œuvre à grande échelle.

4 - Les « grands » incendies de forêt, marqueurs de déséquilibres ?

45Face à cette « banalité » des feux, comment caractériser le phénomène des grands incendies de forêt ? La question est vaste et nous l’aborderons uniquement par le « biais » – dans tous les sens du terme – de leur emprise spatiale. Pour ce faire, la base de données incendies a été croisée avec celle d’occupation du sol. Les périmètres incendiés ont été constitués par coalescence de pixels voisins, mois par mois, afin d’obtenir des secteurs relativement uniformes. Les algorithmes de traitement tendent à minorer la place tenue par les feux en mosaïque. La résolution spatiale du capteur conduit en effet à considérer comme feux séparés les zones incendiées révélées par des pixels joints uniquement par un angle. Un effet général équivalent à un lissage se produit.

46De manière tout à fait classique, la prévalence des grands incendies est manifeste sur l’ensemble des périmètres brûlés. Les incendies dont l’emprise spatiale excède 10 km2 ont détruit 44% des superficies répertoriées (tableau 4). Ce chiffre doit être rapporté aux 18 % d’incendies forestiers relevés précédemment. Le grand incendie ravageur, incontrôlable, est d’autant plus inquiétant que la « menace » qu’il représente pour les forêts méditerranéennes est avérée. Le fantasme rejoint ici la réalité. Et l’effet « destructeur » est d’autant plus évident que les périmètres concernés bénéficient de mesures de protection à caractère patrimonial.

Tableau 4 - Les grands incendies de forêt dans le bassin méditerranéen, par taille (2002-2013)

Tableau 4 - Les grands incendies de forêt dans le bassin méditerranéen, par taille (2002-2013)

Sources : Données MODIS, NASA EOSDIS, calculs de l’auteur

47En termes de répartition (fig. 4), il apparaît clairement que les grands incendies affectent en priorité, et quasi‑exclusivement, la Méditerranée occidentale.

Fig. 4 – Les « grands » feux de forêt (PFT 1-5), 2002-2013

Fig. 4 – Les « grands » feux de forêt (PFT 1-5), 2002-2013

Source : Données MODIS, NASA EOSDIS

48La géographie objective de ce phénomène est surprenante : Italie et France métropolitaines et insulaires, Machrek et pays du Levant échappent pratiquement à son emprise. Algérie, Portugal et Espagne sont en revanche très affectés. Le cas de la Grèce est spécifique dans la mesure où ce pays est le seul en Méditerranée orientale à être fortement touché. Il faut ici noter que le nord de Chypre, les confins turco-syriens et certains périmètres complexes du Maghreb où se mêlent cultures sèches, pâturage extensif et lambeaux forestiers figurent sur la carte de façon erronée : c’est le résultat de la confusion de classe PFT entre les catégories 5 et 6 (arbustes et herbacées), en fonction des années. Certains incendies provoqués sont ainsi indûment représentés faute d’une caractérisation adéquate. Le problème technique rejoint ici une réalité humaine : les limites entre différentes pratiques agricoles sont floues à cause de leur diversité propre (comment différencier un brûlage pastoral d’un écobuage destiné à étendre ou restaurer un champ destiné à la plantation ?), de même que les formations végétales sont hétéroclites.

49La confusion statistique entre les différents types de feux permet de replacer les catégories conceptuelles usuelles à leur juste place : l’ « humain » et le « naturel », l’« agricole » et le « forestier » n’ont ici plus grand sens. C’est ce que l’on peut constater à Chypre au cours de l’année 2013 (fig. 5).

Fig. 5 – Les incendies à Chypre en 2013

Fig. 5 – Les incendies à Chypre en 2013

Image Landsat 8 OLI du 31 mai 2013, visualisation des bandes 7-6-5. La végétation apparaît en bleu. Les zones incendiées sont en brun (issues des capteurs MODIS) et les secteurs urbanisés en violet. Deux catégories de feux : au nord, les brûlis agricoles pratiqués au mois de mai ; au sud, les incendies de forêt survenus pendant l’été. Au printemps, par petites touches cumulées, près du quart de l’île a été mis à feu. Où sont les « grands » incendies ?

Source : données MODIS, NASA EOSDIS ; données Landsat 8 OLI, USGS

50La partie nord de l’île est parmi les régions méditerranéennes les plus affectées par les incendies, de manière récurrente. La pratique fréquente du déchaumage par brûlis et l’écobuage pastoral définissent in fine d’immenses périmètres incendiés qui reproduisent les divisions politiques entre la partie nord et sud de l’île. Deux « cultures » du feu s’opposent de part et d’autre du Troodos.

Conclusion

51Il ne saurait être question en quelques pages de dresser un état complet du phénomène « incendie » en Méditerranée. La diversité du milieu, les pratiques et calendriers agricoles, l’extension ou la régression des périmètres boisés en fonction de la pression démographique et de la mécanisation de l’agriculture, et les zones de conflit qui se sont multipliées au cours des dernières années sont autant de paramètres à intégrer dans l’analyse. À échelle globale donc, les incendies apparaissent comme des phénomènes polymorphes : la plupart des « grands incendies » n’ont rien de « catastrophique » puisqu’ils sont provoqués et, le plus souvent, contrôlés. Une extrême minorité d’entre eux affecte des périmètres boisés, et seulement lorsque les conditions climatiques s’y prêtent.

52Le paradigme des « Suds » présenté en introduction et applicable essentiellement aux feux de forêt se retourne finalement lorsqu’on intègre dans le raisonnement toutes les modalités de manifestation DES feux. La maîtrise des feux n’est pas l’apanage des Nords, mais s’applique plus certainement aux Suds dans la mesure où la forte pression anthropozoogène sur le milieu et la place occupée par les agricultures familiales implique une pratique récurrente, volontaire et parfois maîtrisée des incendies dans le cadre d’une économie territoriale expansionniste. Au contraire, les Nords, partisans actifs d’une suppression des feux de tous genres, se retrouvent le plus souvent dans une position « passive » lorsque ces derniers se déclarent : chassez l’intrus par la porte, il revient par la fenêtre… Le « malaise » est ainsi le résultat d’une mutation profonde du rapport à l’environnement, de l’évolution déjà ancienne de pratiques agricoles qui n’ont plus rien à voir avec la « paysannerie », bref des changements sociologiques et économiques d’un « monde rural » qui n’est plus que l’ombre de lui-même. Faut-il s’en offusquer ? D’un point de vue « écologiste », le feu « destructeur » traduit avec succès le retour de l’environnement naturel dans l’œkoumène des pays riches.

53À l’issue de cette analyse à microéchelle, il semble que le fantasme s’éloigne souvent de la réalité des feux… pour mieux la rejoindre parfois. Les « grands » incendies ne sont finalement pas ceux que l’on croit.

Top of page

Bibliography

Adams M.A., (2013), Mega-fires, tipping points and ecosystem services: Managing forests and woodlands in an uncertain future, Forest Ecology & Management, 294, p. 250‑61.

Alexandrian D., Esnault F. et Calabri G., (1999), Forest fires in the Mediterranean area, Unasylva, 197 (50), p. 3541.

Arnould P., Calugaru C., (2008), Incendies de forêts en Méditerranée : le trop dit, le mal dit, le non dit, Forêt méditerranéenne, 29 (3), p. 28196.

Chuvieco E., (2009), Earth Observation of Wildland Fires in Mediterranean Ecosystems [texte en ligne], Springer

Clément V., (2005), Les feux de forêt en Méditerranée: un faux procès contre Nature, L’espace géographique, 34 (4), p. 289‑304.

Friedl M.A. et al., (2010), MODIS Collection 5 global land cover: Algorithm refinements and characterization of new datasets, Remote Sensing of Environment, 114 (1), p. 16882.

Goldammer J. G., (2011), Wildland Fires and Human Security: Challenges for Fire Management in the 21st Century, Proceedings of the International Forest Fire Symposium, Korea Forest Research Institute, Sol Beach-Gangwon-do, p. 3649.

Justice C. O. et al. (2002), The MODIS fire products, Remote Sensing of Environment, 83 (1–2), p. 244‑262.

Justice C. O. et al., (2006), MODIS Fire Products [texte en ligne].

Leone V. et al., (2009), Human Factors of Fire Occurence in the Mediterranean, in Springer (ed.), in Chuvieco E., Earth Observation of wildland Fires in Mediterranean Ecosystems, Springer, Berlin-Heidelberg, p. 149‑170.

Levin N., Heimowitz A., (2012), Mapping spatial and temporal patterns of Mediterranean wildfires from MODIS, Remote Sensing of Environment, 126, p. 12‑26.

Quézel P. et Médail F., (2003), Écologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Paris, Elsevier, 571 p.

Quintano C. et al., (2006), Mapping burned areas in Mediterranean countries using spectral mixture analysis from a uni-temporal perspective, International journal of remote sensing, 27 (3-4), p. 645‑662.

Quintano C. et al., (2011), Estimation of area burned by forest fires in Mediterranean countries: a remote sensing data mining perspective, Forest Ecology and Management, 262, p. 1 597-1 607.

Roy D.P. et al., (2005), Prototyping a global algorithm for systematic fire-affected area mapping using MODIS time series data, Remote Sensing of Environment, 97 (2), p. 137-162.

San Miguel-Ayanz J., Moreno J.M. et Camia A., (2013), Analysis of large fires in European Mediterranean landscapes: Lessons learned and perspectives, Forest Ecology & Management, 294, p. 11-22.

Sun W. et al., (2008), Mapping plant functional types from MODIS data using multisource evidential reasoning, Remote Sensing of Environment, 112 (3), p. 1010-24.

Townshend J., (1999), MODIS Enhanced Land Cover and Land Cover Change Product [texte en ligne], 

UNECE/FAO (ed.), (2010), International Forest Fires News 40; Organisation des Nations Unies, 133 p.

Williams J.C. et Hyde A.C., (2009), The mega-fire phenomenon: Observations from a coarse-scale assessment with implications for foresters, land managers, and policy-makers, 89th National Convention, Society of American Foresters, Orlando.

Williams J. et al., (2011), Findings and implications from a coarse-scale global assessment of recent selected mega-fires, 5th International Wildland Fire Conference (Sun City).

Wuerthner G., (2006), The wildfire reader : a century of failed forest policy, Washington, Island Press, xvi, 429 p.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 - Classification végétale fonctionnelle (Plant Functional Type-PFT)
Credits Source : NASA EOSDIS, USGS
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-1.png
File image/png, 20k
Title Fig. 1 - Forêt méditerranéenne et zones incendiées, 2002-2013
Credits Source : données MODIS, NASA EOSDIS
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-2.png
File image/png, 1.9M
Title Tableau 2 - Étendues incendiées dans le bassin méditerranéen, 2002-2013
Credits Source : Données MODIS, NASA EOSDIS, calculs de l’auteur.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-3.png
File image/png, 12k
Title Tableau 3 - Les zones incendiées (PFT 1 à 11) entre 2002 et 2013, par pays
Credits Sources : Données MODIS, NASA EOSDIS, computation de l’auteur.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-4.png
File image/png, 41k
Title Fig. 2 ‑ Variabilité mensuelle et annuelle (1) : les incendies en 2011
Credits Source : données MODIS, NASA EOSDIS
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-5.png
File image/png, 488k
Title Fig. 3 ‑ Variabilité mensuelle et annuelle (2) : les incendies en 2012
Credits Source : données MODIS, NASA EOSDIS
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-6.png
File image/png, 479k
Title Tableau 4 - Les grands incendies de forêt dans le bassin méditerranéen, par taille (2002-2013)
Credits Sources : Données MODIS, NASA EOSDIS, calculs de l’auteur
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-7.png
File image/png, 5.5k
Title Fig. 4 – Les « grands » feux de forêt (PFT 1-5), 2002-2013
Credits Source : Données MODIS, NASA EOSDIS
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-8.png
File image/png, 282k
Title Fig. 5 – Les incendies à Chypre en 2013
Caption Image Landsat 8 OLI du 31 mai 2013, visualisation des bandes 7-6-5. La végétation apparaît en bleu. Les zones incendiées sont en brun (issues des capteurs MODIS) et les secteurs urbanisés en violet. Deux catégories de feux : au nord, les brûlis agricoles pratiqués au mois de mai ; au sud, les incendies de forêt survenus pendant l’été. Au printemps, par petites touches cumulées, près du quart de l’île a été mis à feu. Où sont les « grands » incendies ?
Credits Source : données MODIS, NASA EOSDIS ; données Landsat 8 OLI, USGS
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6796/img-9.png
File image/png, 6.8M
Top of page

References

Electronic reference

Régis DARQUES, « Mythe et réalité des « grands » incendies en Méditerranée », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 19 December 2015, connection on 26 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6796 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6796

Top of page

About the author

Régis DARQUES

Chargé de recherche CNRS, UMR 5281 ART-Dev, Montpellier, France, regis.darques@univ-montp3.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page