Skip to navigation – Site map

Introduction

Régis DARQUES
p. 5-6
Translation(s):
Foreword

Full text

1La revue Méditerranée n’a enregistré que peu de publications au cours de son histoire sur le thème des incendies de forêt. Il faut remonter aux années 1970 ou 1990 pour voir apparaître des références à quelques événements d’ampleur mais, dans l’ensemble, la problématique reste abordée de manière transversale, comme si la réalité des incendies et la récurrence du phénomène constituaient un arrière-plan à d’autres investigations géographiques sans jamais être abordées directement ou globalement.

2La situation est paradoxale : comment une revue méditerranéenne pourrait-elle faire l’impasse sur un sujet aussi emblématique ? Pour de multiples raisons, en effet, dans l’imaginaire collectif l’incendie est étroitement associé au milieu méditerranéen, présenté comme « fragile » ou « sensible » face à ce « fléau ». Nous en sommes chaque année les témoins directs. La forêt flambe, des dégâts plus ou moins importants sont immédiatement rapportés, la sécurité civile se mobilise ainsi que les services publics concernés, les médias s’emparent du sujet et relayent l’information, appelant régulièrement le public à la « prudence ». Les gazettes en font souvent leur une, avant de passer à d’autres questions porteuses.

3Ce numéro de la revue Méditerranée souhaite aborder le sujet sous un angle différent. De très nombreuses publications scientifiques sont en effet consacrées chaque année aux incendies de forêt. Dans ce vaste corpus, la place occupée chez les auteurs par les « forestiers » ou les climatologues, parmi d’autres spécialistes des phénomènes de combustion, est écrasante. Les « naturalistes », auxquels se mêlent nombre de biologistes, leur emboîtent le pas. Mais les géographes intéressés par la question forment une micro-communauté dont la visibilité dans les bases de données bibliographiques internationales n’est pas franchement assurée.

4Le constat est regrettable tant les géographes peuvent apporter un éclairage adapté au sujet. Les contributions ici rassemblées sont issues d’auteurs originaires de différents pays, sans que l’entière couverture du pourtour méditerranéen ne soit assurée. L’objectif n’était évidemment pas de briguer une quelconque exhaustivité. Le thème est si vaste – et si mal couvert en géographie humaine – qu’un seul volume de la revue ne peut prétendre qu’à une fonction de « défrichement ».

5En se positionnant à l’interface, en privilégiant le point de vue du géographe par rapport à celui de l’ingénieur territorial, ce numéro de Méditerranée se propose d’avancer en terrain mouvant. Au-delà de l’idée de promouvoir une géographie moins segmentée entre sa dimension physique et humaine, il s’agit avant tout de déconstruire des discours, de cerner à quel point l’incendie agit comme un révélateur de rapports localisés entre espaces « naturels » et « anthropisés ».

6En langue anglaise, la question des grands incendies ne pouvait être posée sans ambigüités. Fallait-il traiter des « large wildfires » ou « megafires » auxquels on trouve de très nombreuses références bibliographiques ? Partant du principe que la taille de l’incendie est un facteur secondaire mais que priment l’impact sociopolitique et les conséquences lointaines sur l’aménagement du territoire, en particulier urbain, nous avons jugé préférable d’introduire l’expression « great wildfires ». Ce choix est risqué dans la mesure où l’adjectif « great » tend de plus en plus à être connoté positivement dans la langue moderne. L’avantage est de supprimer l’inférence spatiale et de poser ouvertement l’ambigüité : faut-il voir dans ces incendies des « catastrophes » (point de vue de l’aménageur-urbaniste) ou des événements « normaux » (position assez partagée parmi les forestiers-naturalistes) susceptibles de renouveler des couvertures forestières entières selon un processus écosystémique « naturel » ?

7Afin de démêler quelque peu ces questions, nous avons organisé ce numéro en deux parties. La première regroupe des articles dont l’échelle d’analyse se situe au niveau national ou qui présentent des éléments généraux de réflexion sur la recrudescence des « grands » incendies au cours des dernières années. La question principale posée en arrière‑plan de ces contributions est celle de l’adaptation des politiques publiques face à ce qui est souvent perçu comme une « aggravation » de la situation, liée aux conditions politiques ou économiques des États concernés, et aux « défaillances » des politiques d’aménagement, en particulier urbain. S’il fallait le rappeler, il apparaît clairement que caractériser quantitativement les « grands » incendies est impossible, tant ces phénomènes sont dépendants de facteurs sociopolitiques locaux et de conditions éco-systémiques particulières susceptibles d’« autoriser » leur apparition.

8L’exceptionnalité des feux est plus directement abordée dans la seconde partie. Sont ici considérés des cas particuliers dont la « dimension » n’est pas forcément liée à la superficie des zones brûlées. Les représentations mentales sont de toute première importance en géographie humaine. Lorsque sont touchés des lieux symboliques, des territoires fonctionnels ou productifs, des « réserves » naturelles, des quartiers d’habitation, la « menace » produit des effets bien réels qu’aucun aménageur ne peut déconsidérer. L’impact est d’autant plus important lorsque les feux se développent à proximité de lieux centraux. Finalement, les situations les plus « critiques » sont celles qui touchent à l’interface ville-forêt. Lorsque l’interpénétration des deux milieux s’accroît, le risque est démultiplié. Le scénario de « l’échec » des politiques publiques est ainsi parfaitement programmé.

Top of page

References

Electronic reference

Régis DARQUES, « Introduction  », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since , connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6809

Top of page

About the author

Régis DARQUES

Chargé de recherche CNRS, UMR 5281 ART-Dev, Montpellier, France, regis.darques@univ-montp3.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page