Skip to navigation – Site map
« Banalité du mal » et défaillance des politiques publiques ?

Forêts et sociétés dans les environnements méditerranéens : une ardente vulnérabilité ?

Forests and societies in Mediterranean environments : an ardent vulnerability ?
Pauline VILAIN-CARLOTTI and Antoine DA LAGE
p. 23-32

Abstracts

Often considered as common phenomena, forest fires in the Mediterranean hit the headlines every summer, even when nothing, or almost nothing, is worth to be told. Moreover, the scientific discourse seems to take for granted the Mediterranean environment’s vulnerability. This assumption doubtlessly prevents a thorough discussion about these questions of vulnerabilities.

The purpose of this article is to discuss the concept of vulnerability, how it applies to Mediterranean environments and to analyze the significant issues. At first, it will draw up an inventory of the vulnerabilities of the Mediterranean environment then reconsider the vulnerability of spatial structures, including the wildland-urban interface. And finally, thanks to interviews, think about the environment as a political object, crystallizing debates and game actors.

Analyzing vulnerabilities in terms of discourses would be a key to understanding this type of environmental crises.

Top of page

Full text

1Les incendies de forêt en Méditerranée passent pour un sujet épuisé dont il n’y aurait plus rien à dire. Pourtant, loin d’être des événements ordinaires, ils défrayent la chronique chaque été, même quand il n’y a rien à raconter. Les discours institutionnels et médiatiques sur le risque d’incendie prennent-ils en considération les catastrophes exceptionnelles ou sont-ils les mêmes quelle que soit l’ampleur des feux ? En effet, un même scénario nous est souvent présenté : les pompiers volent au secours des forêts méditerranéennes qui brûlent, sous le regard « indifférent » des populations locales. Mais ce regard, qui l’a déjà analysé ? Y a-t-il des enquêtes réalisées auprès de ces populations indifférentes et pourtant exposées au risque ?

2À une époque où la recherche sur les risques ne cesse d’affirmer le primat de la prévention sur la protection et où les questions de vulnérabilités sont au cœur des débats scientifiques, il est étonnant de constater que pour le risque d’incendie de forêt, les travaux sur l’aléa sont quasi exclusifs.Tenir pour un acquis indiscutable la vulnérabilité de l’environnement méditerranéen limite sans doute la réflexion. Ne conviendrait-il pas d’étudier également les perceptions et les représentations qu’ont les populations locales de ce risque pour, à terme, réduire les vulnérabilités, à partir du décryptage des ressentis et de la mémoire des événements et des lieux (Vilain-Carlotti, 2011) ? Passant ainsi de la notion d’écosystèmes méditerranéens à celle de géosystèmes, cet article permettra de redonner une dimension humaine, sociale et culturelle à l’étude du risque d’incendie.

3Il s’agit ainsi de discuter le concept de vulnérabilité, de voir de quelle manière il s’applique aux environnements méditerranéens et quels sont les enjeux significatifs. Partant du principe que « l’environnement est pour le géographe un donné, un perçu, un vécu, un élément géré, un objet politique » (Veyret, 2007), notre démarche consiste, dans un premier temps à établir un état des lieux de la vulnérabilité de l’environnement méditerranéen, en abordant la question du risque d’incendie sous l’angle des caractères écophysiologiques des formations végétales méditerranéennes qui méritent réflexion puisque nombre de ces formations végétales sont sclérophylles et pyrophiles.

4Il s’agira ensuite de reconsidérer cette vulnérabilité de l’environnement méditerranéen, en tant qu’élément géré. On s’intéressera à la vulnérabilité des structures spatiales, sous l’angle des interfaces bâti-forêt notamment. Enfin, un corpus d’entretiens réalisés en Corse, auprès des acteurs locaux (profanes comme gestionnaires), permettra de s’interroger sur l’environnement comme objet sensible, pouvant cristalliser des débats politiques et révéler une grande diversité d’environnements vécus et perçus. La figure 1 replace les quatre secteurs d’étude choisis pour l’enquête, qui correspondent à des communes fortement soumises au risque d’incendie. Ce choix reflète l’hétérogénéité des contextes territoriaux et environnementaux corses (littoral périurbain, littoral touristique, montagne désertée et montagne touristique).

Fig. 1 - Carte de localisation des différents secteurs d’étude en Région Corse

Fig. 1 - Carte de localisation des différents secteurs d’étude en Région Corse

Sources : Géoportail et et [En ligne]

1 - Quels risques d’incendie pour quelle forêt ?

5D’aucuns affirment que plus de 90 % des forêts méditerranéennes sont dégradées et que plus de 50 % (Bonnier, 1980) le sont gravement, au point que, souvent, la dégradation est dite intrinsèque à la forêt méditerranéenne. Cette dégradation, la forêt méditerranéenne la devrait surtout au feu qui serait, pour l’opinion publique, la première cause de sa disparition (Boutefeu, 2008) et les médias entretiennent cette croyance.

6La figure 2 incite à discuter la vulnérabilité « en soi » de la forêt méditerranéenne car les superficies brûlées sont loin d’être homogènes à cette échelle. Les sources de données utilisées, multiples et relativement anciennes, relèvent de la compilation et leur précision est discutable : ces séries statistiques doivent être interprétées avec prudence car des événements politiques ont pu affecter un État et modifier la façon de comptabiliser les feux. De plus, les définitions des incendies de forêt varient d’un pays à l’autre, en fonction des définitions nationales du terme forêt (Alexandrian et Esnault, 1998).

Fig. 2 - Incendies de forêt en Méditerranée : l’échelle zonale, une échelle appropriée pour l’étude de ces phénomènes ?

Fig. 2 - Incendies de forêt en Méditerranée : l’échelle zonale, une échelle appropriée pour l’étude de ces phénomènes ?

Sources : Daniel Alexandrian et François Esnault, (1998), Politiques nationales ayant une incidence sur les incendies de forêt dans le bassin méditerranéen, in Réunion de la FAO sur les politiques nationales ayant une incidence sur les incendies de forêt ; Pierre Quézel et Frédéric Médail, (2003), Écologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Elsevier, Paris, 571 p. ; fond de carte © Daniel Dalet / d-maps.com

7Les superficies annuelles incendiées sont plus importantes pour les pays de la Méditerranée nord-occidentale. Un premier facteur explicatif pourrait être le déclin des activités agricoles et pastorales et son corollaire l’emboisement des friches agricoles, combustibles potentiels. Cependant, appréhendées à l’échelle zonale ou nationale (fig. 2), les valeurs des incendies laissent présager des conséquences dramatiques pour la végétation. Pour peu que l’on s’intéresse aux paysages végétaux et aux espèces qui les composent, il devient possible de nuancer le propos sur le danger que représentent les feux pour ces espaces boisés.

8Considérant la construction sociale et culturelle de ce donné naturel menacé, nous tenterons de savoir si cette végétation méditerranéenne pâtit nécessairement de chaque incendie ou si elle n’est pas adaptée plus que dégradée ? Cette idée de dégradation, si souvent évoquée par les « experts » mérite d’ailleurs d’être prise avec circonspection, car elle peut s’aborder notamment en termes de dynamique biogéographique, de valeur économique, de qualité paysagère... D’où l’intérêt de prendre en compte les adaptations au climat, au terrain et au feu.

1.1 - L’invention de la forêt méditerranéenne menacée…

9Toujours présentée comme dégradée, la forêt méditerranéenne est perçue et montrée comme un milieu menacé à protéger de la folie incendiaire de l’homme. Pourtant, parler de forêt méditerranéenne menacée relève presque du pléonasme puisque le concept même de forêt méditerranéenne tire son essence de cette mise en danger (Chalvet, 2001). En effet, l’histoire de la végétation méditerranéenne a presque toujours été interprétée dans une perspective « dégradationniste » (ONF, 2009), l’homme étant tenu pour principal agent de cette dégradation, à travers l’usage du feu et le pastoralisme. Cette conception qui oppose l’homme à la nature repose sans doute sur une interprétation réductrice des interactions complexes entre les hommes et les espaces boisés dans les sociétés traditionnelles et leurs conséquences sur l’évolution du couvert végétal. C’est en s’en tenant à la fameuse notion de climax que les adeptes de la dégradation affirment que « normalement », sur la majorité du territoire de la Corse, les forêts de chênes devraient constituer la norme de la végétation évoluée. Pourtant les chênes verts sont attribuables en grande partie à l’action de l’homme (Gamisans, 2010).

10Avant d’être un écosystème, cette forêt méditerranéenne est une construction sociale. La silva devient foresta quand l’homme la transforme en ressource et en tire profit. La première fait référence à la nature sauvage, celle contre laquelle l’homme doit se battre, celle peu productive et peu rentable qui reconquiert les terres agricoles abandonnées alors que la seconde représente la nature domestiquée, la bonne forêt ou la forêt fonctionnelle (Labrue, 2007). Jadis, le qualificatif « méditerranéen » désignait un ensemble homogène d’un point de vue culturel et non écologique. Il était utilisé alors pour résoudre le problème de limite qui se posait entre ceux qui sont culturellement méditerranéens et les autres (Aspe, 2008). C’est pourquoi Seigue (1985) préfère le terme de forêt circumméditerranéenne qui se fonde sur des critères climatiques et floristiques et comprend autant les forêts du bassin méditerranéen que celles de Californie ou d’Afrique du Sud.

11En outre, si l’installation humaine et les pratiques sont anciennes dans cette région, le concept de forêt méditerranéenne est récent. Il commence à germer au XIXe siècle, quand les anciennes interactions entre les sociétés locales et les espaces boisés se délitent. La forêt méditerranéenne est alors présentée comme un patrimoine naturel à sauvegarder, des feux notamment (Chalvet, 2001). Pourtant, toute l’histoire de ces forêts est traversée par la périodicité des incendies. L’homme y a d’abord mis le feu de façon accidentelle, puis à dessein, en instrumentalisant le feu en fonction de différents usages des ressources et de l’espace. Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que les incendies sont devenus un problème pour les forêts (Métailié, 1981). On commence à critiquer le feu spontané quand le couvert forestier conditionne l’appréciation touristique. Le politiquement correct instauré par des élites dites éclairées stipule l’amour des espaces boisés et la peur du feu. L’indifférence face aux feux est blâmée ainsi que la passivité ou le stoïcisme des habitants. « Le couple infernal du bois et du feu n’est pas une création paysanne, mais une construction élitiste » (Corvol, 2008).

12Mais si la végétation méditerranéenne n’est pas si menacée et si elle semble même adaptée aux feux et à la sécheresse, que dire de cette adaptation ? Elle serait, sans doute, davantage héritée de l’action de l’homme et notamment de l’usage du feu et des pâturages.

1.2 - … qui occulte les adaptations anatomiques et physionomiques des espaces boisés méditerranéens

13Pour Renaudo (1988, cité par Schnitzler et Génot, 2012) « la forêt n’est plus depuis longtemps, un espace naturel » en raison des influences notables que l’homme a exercées sur elle. La végétation méditerranéenne et notamment « la nature sclérophylle » (Schnitzler et Génot, 2012) dominante aux étages inférieurs sont le résultat d’activités humaines millénaires. En outre, ce qu’on sait des origines de la végétation méditerranéenne reste, pour l’essentiel, du domaine de la spéculation (Quézel et Médail, 2003). Pourquoi alors parler d’écosystème forestier méditerranéen si celui-ci est en réalité un géosystème où l’homme a tenu (voire tient toujours) un rôle important ? La littérature scientifique préfère user à loisir du terme d’écosystème dégradé et préconise de restaurer cette « forêt relique » (Schnitzler et Génot, 2012) comme une antiquité.

14Loin de disparaître après chaque incendie, les espèces végétales méditerranéennes ont trouvé des réponses anatomiques. Les pyrophytes, par exemple, sont des végétaux qui résistent à la flamme ou dont la multiplication est stimulée par le feu : espèces peu combustibles comme le chêne-liège (qui, s’il n’a pas été démasclé ce qui est fréquent étant donné le déclin de la subériculture, retrouve sa jeunesse environ cinq ans après l’incendie grâce à sa carapace de liège et à ses feuilles coriaces et persistantes) ; espèces ayant une aptitude à rejeter de souche, à se régénérer végétativement (à partir d’organes résistants à la chaleur). Différente selon le substrat, la régénération est plus rapide sur sols siliceux, propices au maquis, que cristallins (Tassin, 2012).

15Et s’il existe des pyrophytes qui supportent le passage du feu, il existe également des espèces pyrophiles, assez répandues parmi la végétation méditerranéenne, qui ont besoin du feu pour se reproduire et se développer. Par exemple, les pins (notamment le pin d’Alep, qualifié « d’expansionniste ») se sont multipliés massivement à la faveur des incendies (Schnitzler et Génot, 2012). Les graines du pin germent rapidement après un incendie car elles sont protégées par la sérotinie, la capacité des cônes à rester fermés pour les conserver.

16C’est pourquoi, plus qu’une adaptation, certains évoquent même une prédisposition à des régimes particuliers d’incendie. Nicolas Faivre (2011) parle de pyrodiversité pour décrire la capacité des espèces pyrophytiques à résister voire à encourager les incendies, dans les biomes méditerranéens. La pyrodiversité qui peut se définir comme « la part de la biodiversité d’une végétation ou d’un territoire donné, liée au passage des feux » (Da Lage et Métailié, 2014) invite à s’interroger sur la vulnérabilité supposée de la forêt méditerranéenne.

17Au regard des arguments précédents, la vulnérabilité de l’environnement méditerranéen est à nuancer. En outre, cette approche holistique du risque d’incendie repose sur des représentations savantes qui ne prennent pas en compte le risque dans sa dimension humaine et territoriale. Pourtant peut-on vraiment parler de risque s’il n’y a pas d’enjeux ? Y a-t-il de réels enjeux associés au risque d’incendie en territoires méditerranéens et à quelle échelle se situent-ils ?

2 - De la vulnérabilité environnementale aux structures spatiales vulnérables

18Existerait-il deux risques d’incendie en région méditerranéenne ? Le premier, issu d’une réflexion technique et modélisable quantitativement, serait la combinaison de l’intensité de l’incendie (évalué d’après la hauteur des flammes) et de la perte de valeur de la parcelle incendiée (Calkin et al., 2009). Le second, à définition plus géographique, se fonde sur la combinaison d’un aléa et de vulnérabilités (pas seulement environnementales). On pourrait a priori se dire que ces deux acceptions se rejoignent : l’aléa correspondrait à l’intensité de l’incendie et la perte de valeur de la parcelle incendiée serait la transcription quantitative des enjeux. Cependant, cela semble restrictif car les questionnements sous-jacents sont différents. La première définition pose uniquement des questions quantitatives. Sachant que l’aléa se caractérise par la hauteur des flammes, cette notion occulte de fait la cause de l’incendie qui, dans plus de 90 % des cas, est d’origine humaine (Alexandrian et Gouiran, 1990). Ce qui nécessite de ne pas exclure les données humaines du calcul. En outre, le second postulat est celui de la perte et non du changement de valeur, impliquant une considération strictement négative de l’incendie.

19Enfin, est-ce à l’échelle de la forêt méditerranéenne ou de la parcelle végétalisée que se joue le risque proprement dit ? Ou existe-t-il d’autres structures spatiales vulnérables qui sont occultées ? Envisager le risque à l’échelle de la forêt méditerranéenne (globale ou celle de la parcelle), ne permet pas d’approcher la question du risque et encore moins celle des vulnérabilités, dans leur diversité, celle des territoires locaux. C’est pourquoi nous nous intéresserons aux changements occasionnés, en Corse, par les efforts de protection de la forêt.

2.1 - La vulnérabilité environnementale en question : gérer les interfaces

20Si la nécessité de protéger ces forêts menacées semble fallacieuse d’un point de vue écologique, peut-être est-elle en revanche utile à la préservation d’un cadre de vie agréable aux locaux plutôt urbains et aux touristes. Cependant, ces efforts en matière de préservation de la « nature » et notamment de la « nature arborée » ne sont pas sans conséquence et peuvent devenir facteurs de vulnérabilités.

21Si l’on observe des photographies anciennes ou des cartes postales de la Corse, du temps où la civilisation touristique n’avait pas encore étendu son empire, on constate une organisation spatiale des villages adaptée et préparée à la possibilité d’occurrence d’un incendie. Les villages s’organisaient de manière concentrique. Au centre le bourg, puis une première périphérie, l’hortus, pare-feu que constituaient les jardins potagers et d’ornement. Ensuite venait le saltus, l’espace défriché réservé à l’élevage, où de temps à autre le maquis se développait de nouveau subséquemment à l’abandon de l’activité pastorale. Cet espace défriché, souvent brûlé, paradoxalement, constituait un rempart contre le feu, faute de combustible. Et enfin, la foresta, réservoir de chasse et domaine des bandits.

22Mais il est vrai que bien qu’en partie forestier ce paysage pouvait sembler ne pas l’être assez : trop anthropisé et entouré d’une nature maîtrisée, contrainte même. Peut-être n’avait-il plus l’heur de plaire aux touristes et aux esthètes citadins avides d’une nature sauvage et pittoresque, plus proche de la Corse de Mérimée qu’ils espéraient observer. Le désir de forêt a supplanté le désir de village ; ou du moins le village doit-il être entouré d’une végétation maquisée si ce n’est arborée ou boisée. La forêt, non plus réservoir de chasse et de ressources, devient une rente foncière. La forêt méditerranéenne récupère son importance économique, mais la nature de celle-ci n’est plus multifonctionnelle. Elle concerne seulement la qualité de l’habitat. Que ces espaces boisés puissent disparaître semble impensable ! De valeur d’existence, la forêt méditerranéenne est devenue une valeur de legs, un patrimoine écologique, mais aussi social et culturel, à protéger (Aspe, 2008).

23En raison des bouleversements socio-économiques et à la littoralisation des activités, l’organisation socio-spatiale des villages se transforme. Dépeuplé et habité seulement par quelques habitants âgés, le bourg central est désormais encerclé par des jardins abandonnés, des friches embroussaillées. Le saltus qui n’est plus pâturé a laissé place aux maquis bas ou hauts, selon l’ancienneté de l’abandon. La forêt s’accroît et ferme le paysage autour des villages. Néanmoins, si ce scénario s’observe dans la plupart des villages de l’intérieur, la situation est différente aux abords des grandes villes littorales. En effet, là, les anciens bourgs s’étendent de manière dispersée, dans une logique de périurbanisation. Le mitage sévit : des villas isolées jaillissent au milieu d’espaces boisés en augmentation. La végétation fait le prix des terrains, la valeur de l’immobilier. Qui n’a jamais rêvé d’une villa surplombant la côte entourée d’arbousiers et de chênes verts, au milieu du « palais vert ». Cependant, en protégeant trop la forêt, les élites dirigeantes ont accepté sans le voir, ou occulté, la création de structures spatiales vulnérables.

24Le passage d’une nature-ressource à une nature-ressourcement a entraîné le changement de statut du feu et modifié l’organisation spatiale, et sociale, des villages. Aujourd’hui, dans le discours des acteurs locaux, apparaît un regret des jardins, qui constituaient un pare-feu, mais ces mêmes jardins n’étaient que les éléments d’un système dans lequel le feu avait une place prépondérante. Les élites, relayées par les médias qui font de chaque incendie un événement exceptionnel, ont construit un nouveau risque, un risque majeur : le risque d’incendie. La stigmatisation des anciens usages du feu a aggravé les vulnérabilités.

2.2 - Les territoires du risque en Corse : risque officiel, territoires vulnérables

25Cette réalité occultée se remarque lorsqu’on s’intéresse à « qui » dénonce le risque d’incendie de forêt. S’intéresser à l’énonciation du danger, de ses causes et de ses conséquences permet d’envisager la question des perceptions et des représentations des événements incendies, leur anormalité et exceptionnalité (Métailié, 2006) et de poser la question du risque et de sa construction sociale et territoriale.

26Au regard de la figure 3, on constate qu’en Corse, les zones les plus forestières ne sont pas celles qui brûlent le plus.

Fig. 3 - Les forêts de Corse, des espaces vulnérables et menacés par les incendies ?

Fig. 3 - Les forêts de Corse, des espaces vulnérables et menacés par les incendies ?

Sources : base de données Prométhée (données pour la période 1990‑2011) et plan pluriannuel régional de développement forestier de Corse (PPRDF), approuvé par arrêté préfectoral no 2012 356-0006 du 21 décembre 2012

27En effet, les superficies les plus gravement incendiées depuis les vingt dernières années se concentrent dans des communes littorales et davantage peuplées (comme Ajaccio, Sartène, etc.). Ainsi, peut-on observer que la forêt, au sens strict, brûle peu. Cependant, compte tenu de la fréquence des incendies et de la réactivité de certaines espèces après incendie, la distinction forêt-maquis est particulièrement délicate en Corse. C’est pourquoi la nouvelle définition considère les maquis comme des forêts (Hamza, 2008).

28On observe également un décalage entre le risque recensé, celui qu’indiquent les superficies incendiées, et le risque institutionnel, celui qui est pris en considération dans l’aménagement du territoire par le biais des Plans de prévention des risques d’incendies de forêt (PPRIF). En effet, les PPRIF correspondent aux aires urbaines et pas forcément aux zones les plus incendiées. Par ailleurs, ils ne concernent pas toutes les zones urbaines, de manière indifférenciée, mais particulièrement les deux principales agglomérations et leur périphérie et les zones urbaines touristiques. Serait-ce parce que les élites administratives considèrent que les populations rurales connaissent mieux la réalité du risque d’incendie que les touristes ou serait-ce justement une manière de protéger cette rente foncière ?

29C’est pourquoi, face à ce décalage entre les politiques publiques de gestion du risque et la réalité objective, on peut se poser la question de la construction sociale du risque d’incendie de forêt en Corse. Pourtant certains territoires sont fréquemment endommagés et certaines populations peuvent être qualifiées de vulnérables. Cependant, pour identifier et analyser les vulnérabilités locales, un changement d’échelle, du global aux territoires du quotidien, est utile, mais également un changement de considérations : le passage d’une approche technique et quantitative à une approche plus humaine et sociale, prenant en compte la part du symbolique. Cela implique également un changement méthodologique : prendre en compte les acteurs locaux, leur vécu, leurs perceptions et leurs représentations des territoires sur lesquels ils vivent.

3 - Quels risques pour quels acteurs ?

30Le risque renvoie à des événements survenus dans un territoire concret avec une part de contingence qui interdit qu’on le réduise à une modélisation quantitative. Il est approprié de lui substituer une démarche de scénarisation par laquelle le milieu local actualise la menace (November, 2002). Abandonnant l’approche holistique du risque pour lui donner une dimension territoriale et sociale, il s’agira de comprendre ce qui fait le risque, où il se situe et comment il est vécu et perçu à travers le prisme des discours « locaux ».

31Les données ci-après sont issues d’une vingtaine d’entretiens (recueillis lors de plusieurs séjours de terrain réalisés entre 2011 et 2013, lors de la saison estivale) sélectionnés pour éclairer les questions abordées dans cet article. Les entretiens semi-directifs qui permettent de recueillir la parole des leaders d’opinion ont été réalisés à partir de guides d’entretiens. Cependant, pour interroger les « gens des lieux », l’entretien non-directif a été privilégié. Il permet davantage de rendre compte des systèmes de valeurs et des représentations propres à un groupe d’acteurs (Montané, 2002).

3.1 - De la forêt méditerranéenne dégradée des élites aux espaces boisés locaux, lieux de pratiques variées

32Quand on demande aux responsables politiques l’usage qui est fait des espaces boisés de leur commune, on a l’impression que ceux-ci ont simplement une valeur écologique à préserver. « La préservation des espaces boisés est une volonté […] de la municipalité. Appietto a été très fortement marquée par le risque d’incendie et par la diminution du couvert forestier d’années en années » (premier adjoint, Appietto).

33La protection contre la dégradation de la forêt liée à l’incendie est encore une fois évoquée. À la rigueur, les élus conçoivent-ils également une dimension touristique pour les espaces boisés. Ils les perçoivent comme des espaces de loisirs. « [Sur] le secteur de la promenade vers le château de la Punta, on a une fréquentation régulière de la part des Ajacciens ou même des touristes » (maire, Alata).

34Mais pour ce qui est d’une potentielle valeur économique, elle semble inexistante. Les espaces boisés « n’ont aucun rôle économique. Il n’y a pas d’espace de production. Ce sont des essences du bassin méditerranéen pour lesquelles il n’y a pas d’exploitation » (premier adjoint, Appietto).

35S’il n’y a pas d’exploitation pourquoi alors parler d’essences, terme réservé aux forestiers pour les espèces à exploiter ? En outre, s’il est vrai que « la filière-bois n’est pas très active, pas très dynamique mis à part quelques scieurs et que c’est aussi pour ça qu’il n’y a pas tellement d’économie du bois et une forêt peu productive » (responsable des risques à la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) de la Corse-du-Sud), il existe néanmoins des interactions entre les populations locales et les espaces boisés. « Les terrains sont utilisés comme circuit de pacage […] et ils ont […] un intérêt de ce point de vue » (maire, Alata).

36L’usage pastoral ne constitue pas le seul usage des espaces boisés sur les différents secteurs d’étude. En effet, le bois de chauffage représente encore une ressource importante sur ces secteurs. « Les gens s’y promènent et ils font du bois […] vers Pietroso » (secrétaire de mairie, Vezzani). On retrouve l’idée d’une nature comme réservoir de ressources utilisables pour les humains comme pour les animaux. En outre, si souvent la méconnaissance des espaces boisés est évoquée, elle semble peu avérée. « On a du pin, du chêne vert et du frêne. Et […] des aulnes. Et puis du maquis avec des arbousiers, de la bruyère et des cistes mais le ciste c’est une variété dégradée du maquis, là où les terrains sont les plus pauvres. […] Les vieux arbousiers sont de très beaux arbres[…] et ça fait de l’ombre » (un retraité, Vezzani).

37Les espaces boisés ou cultivés étaient pratiqués par les « gens du lieu » et ils étaient également l’occasion d’interactions sociales entre les usagers. « J’ai aussi un jardin en indivision […] il fait 7 ha. On n’y va jamais c’est que du maquis et des broussailles. […] Avant si. On louait aux bergers qui nous payaient en fromage » (Une retraitée, Vezzani). Depuis, ils font l’objet d’amers regrets paysagers, mais aussi en termes de sécurité. « Il y avait beaucoup moins d’incendies avant car […] autour des villages tout était planté et nettoyé » (un professionnel du bois).

38Nombre d’enquêtés regrettent aujourd’hui ces jardins et critiquent le maquis et la friche qui les environnent désormais. Peut-être sont-ils finalement plus perspicaces que les élites politiques et administratives quant aux sources de danger qui les menacent ? Peut-être sont-ils également moins attentistes face aux incendies et détiennent-ils plus de connaissances et de savoirs sur les feux et les lieux que les discours médiatiques et scientifiques veulent le faire croire ?

39Cependant, il s’agira de nuancer ces propos car la perception des espaces boisés est très variable selon les secteurs et leur vocation économique. « C’est triste, le jour où il n’y a plus de maquis, on perd de la valeur ajoutée. Certains de mes clients viennent, justement pour pouvoir l’apprécier ! » (Un professionnel du tourisme, Porto‑Vecchio). La forêt méditerranéenne, réservée aujourd’hui aux touristes et aux loisirs, présenterait-elle essentiellement une vulnérabilité économique ?

3.2 - Des gens, des lieux, des feux :
essai d’ethnogéographie du risque

40Loin des discours classiques sur la catastrophe que représente le feu sans distinction de lieu ni de taille, les habitants interrogés dans le village de Vezzani et dans les quartiers urbainsde Porto-Vecchio et du golfe de Lava expriment des discours plus temporisés sur ce phénomène qu’ils connaissent bien. Serait-ce alors la preuve d’une sylvophobie atavique (Cerutti, 1990), d’un attentisme coupable ? Ou celle d’une connaissance fine de leurs territoires du quotidien ? Il s’agit là de confronter les discours d’habitants d’une commune de la Corse de l’intérieur avec ceux de villes du littoral.

41La figure 4 nous permet d’appréhender l’espace et les feux vécus par les habitants de Vezzani.

Fig. 4 - Esprit des lieux, mémoire des feux : Les perceptions des incendies et des lieux à Vezzani confrontés aux incendies localisés dans la base de données Prométhée

Fig. 4 - Esprit des lieux, mémoire des feux : Les perceptions des incendies et des lieux à Vezzani confrontés aux incendies localisés dans la base de données Prométhée

Sources : Carte réalisées d’après les discours issus de quatre entretiens réalisés à Vezzani en juillet 2012, des incendies répertoriés et localisés (carreau DFCI) dans la base de données Prométhée de 1973 à 2011 et des données topographiques disponibles sur le site Géoportail

42Une différence apparaît entre les incendies recensés par la base de données Prométhée et ceux des habitants. Les premiers se répartissent sur l’ensemble du territoire alors que ceux évoqués par les habitants sont proches du centre du village. En outre, les espaces boisés touchés par ces incendies sont également souvent évoqués. Cela signifie-t-il pour autant que les habitants considèrent les incendies comme un grave danger pour leurs forêts ?

43« Sur la route de Rospigliani, j’ai une parcelle de forêt qui a brûlé il y a plusieurs années. Mais bon […] depuis ça a repoussé » (une retraitée, Vezzani). « Le feu, c’est pas notre préoccupation principale, ici. Y en a eu quelques‑uns mais ça ne nous effraie pas plus que ça » (un résident, Villanova). Ainsi, loin d’être considérés comme une menace pour les espaces boisés, les incendies passent pour un phénomène normal, au sens où il y en a toujours eu et que la forêt y est adaptée comme habituée et même si celle qui est menacée leur appartient. Serait-ce la preuve d’un attentisme coupable ?

44Les incendies évoqués sont souvent précisément localisés (fig. 4), ce qui montre que la mémoire locale, loin d’être indifférente aux incendies, peut faire preuve de précisions et d’attentions quand les enjeux sont conséquents, par exemple une menace pour le village ou une menace pour des biens privés voire des personnes. « Il y avait eu un feu gigantesque, il y a […] peut-être même 30 ans, il a menacé le village. Il est parti du Tagnone, il est monté vers le village. C’est la seule fois où le village a été menacé » (un retraité, Vezzani). « L’incendie de 1994 avait menacé la maison. On essayait de se protéger avec mon gendre mais on avait perdu une pièce pour brancher le tuyau et y avait des flammes de 15 mètres » (un retraité, Porto-Vecchio).

45« Il y a eu […] un grand incendie, mais il y a très longtemps […], environ 30 ans […] dans la forêt de Padula » (un retraité, Vezzani). Les incendies cités dans le cadre de ces entretiens ne sont pas les plus récents comme le laissait présager la tendance à l’exceptionnel dont abusent les médias. En revanche peut-être cela va-t-il de pair avec la démographie des villages qui concentrent des populations âgées à ancrage local pérenne quand les zones urbaines sont peuplées de personnes plus jeunes et plus mobiles dont le vécu en termes d’incendie est moindre. « Aujourd’hui ça veut plus vraiment dire quelque chose, les incendies de forêt. C’est fini » (un résident, Porto-Vecchio).

46Les habitants semblent préparés à ce type d’événements et connaissent également les moyens de se défendre face aux feux. « Celui [le feu] du Stuppiole, […] quelqu’un […] avait dit qu’il y avait le feu pour qu’on avertisse les pompiers. Puisqu’aujourd’hui la population ne peut plus participer. [avant] on se débrouillait mieux. C’était les jeunes qui y allaient, enfin pas tous. Certains jeunes n’y allaient pas. Mais après ils étaient méprisés dans le village » (entretien collectif, Vezzani). Plus qu’un impératif pour se protéger contre les incendies, existait un devoir moral « d’aller au feu », passage initiatique pour les jeunes. Mais peut-être ce devoir moral existe-t-il encore lorsque le danger est réel. « Il y a quelques années, la dernière maison, au bout, avait été menacée et on avait été aider le voisin. On avait mis nos tuyaux bout à bout mais y a pas de pression. C’est d’ailleurs pour ça qu’on a fait pression sur la mairie pour avoir des bornes » (un résident, Villanova).

47Ainsi, les feux de forêt ne constituent pas uniquement un moment de démonstration technique, mais ils se parent, également, d’une dimension symbolique (les divers degrés d’attachement aux territoires et aux paysages, aux biens et à la terre…) révélatrice des valeurs, des pratiques et des savoirs locaux qui mériteraient une meilleure prise en compte par les pouvoirs publics, les élites et les scientifiques.

Conclusion

48Notre approche de la gestion du risque d’incendie en Corse implique de préciser l’objet risque. Il est ici entendu comme représentation d’un danger possible, comme un objet complexe qui n’existe pas autrement que dans une relation avec un individu, ou groupe, qui l’appréhende par le biais de pratiques et de représentations sociales et spatiales spécifiques. Le risque n’a donc pas de sens en soi, mais seulement contextualisé dans une société et sur un territoire donnés.

49Plus qu’une réponse aux désastres environnementaux que sont parfois les incendies, le vécu, les perceptions et les représentations des « gens du lieu » constituent des clés pour une meilleure compréhension de ce type de crises et des discours qui en découlent. Elles méritent d’être tout aussi prises en compte que les « grandes catastrophes » par les penseurs et les praticiens de l’aménagement.

50La présente étude montre que recueillir la parole de ceux qui vivent sur les territoires du risque d’incendie est une méthodologie adéquate pour comprendre leurs perceptions, leurs représentations et leurs pratiques. En outre, les confronter à celles des décideurs permet d’interpréter les interactions entre ces deux groupes d’acteurs, d’appréhender les difficultés et d’envisager de nouveaux modes de prévention plus en accord avec les réalités locales.

51À la stigmatisation des pratiques ancestrales et à l’approche « misérabiliste » de la forêt méditerranéenne devrait être substituée une réelle prévention par la planification à l’échelle locale : par exemple en élaborant de nouveaux PPRIF et en mettant fin au laxisme à l’égard du mitage qui crée des structures spatiales hautement vulnérables, notamment en zone touristique, d’autant plus que ces villas dans des environnements « emmaquisés » sont bien souvent des résidences secondaires pour lesquelles le débroussaillement fait défaut. Le réel risque d’incendie se situe davantage à ces échelles et mérite que les décideurs s’y intéressent. Mais la perte de la forêt-rente foncière pourrait être plus dommageable que ne l’est le risque d’incendie lui-même. Peut-être n’est-ce pas tant la forêt méditerranéenne qui serait menacée que la qualité de l’habitat et une certaine manière de vivre, le rapport de l’habitant à sa terre…

Top of page

Bibliography

Alexandrian D., Esnault F., (1998), Politiques nationales ayant une incidence sur les incendies de forêt dans le bassin méditerranéen, in Réunion de la FAO, Rome, 28‑30 octobre 1998, [En ligne].

Alexandrian D. et Gouiran M. (1990), Les causes d’incendie : levons le voile, Revue forestière française, numéro spécial : Espaces forestiers, [En ligne], DOI : 10.4267/2042/ 26158, p. 33‑41.

Aspe C., (2008), La naturalité entre profunda scientia et esthétique verte : l’exemple de la forêt, Forêt Méditerranéenne, no spécial Trente ans de forêt méditerranéenne, tome XXIX, no 4, p. 517‑524.

Bonnier J., (1980), Il est urgent de reconstituer la forêt méditerranéenne pour des raisons énergétiques, Forêt Méditerranéenne, tome I, no 2, p. 163‑170.

Boutefeu B., (2008), Les incendies de forêt : une actualité brûlante à traitement médiatique à « show », analyse des reportages sur les incendies de forêt dans les journaux télévisés de TF1 de 2002 à 2004, La télévision : un outil qui informe ou qui déforme ?, Forêt Méditerranéenne, tome XXIX, no 3, p. 297‑308.

Calkin D., Ager A., Gilbertson-Day J. (eds), (2009), Wildfire risk and hazard: procedures for the first approximation. Fort Collins, CO: U.S. Department of Agriculture, Forest Service, Rocky Mountain Research Station.75 p.

Cerutti F., (1990), La Corse, île de feu, Revue forestière française, no spécial, p. 46‑56.

Chalvet M., (2001), L’invention de la forêt méditerranéenne de la fin du xviiie siècle aux années 1960, thèse de doctorat d’histoire, Revue d’histoire du xixe siècle, n23, p. 294‑296.

Corvol A., (2008), Préface : Forêt et incendie, in Corvol A. (coord.), Forêt et incendie, cahier d’Études Forêt, Environnement et Société xvi-xxe siècle, n18, p. 4‑10.

Da Lage A., MÉtailiÉ G. (coord.), (2014), Dictionnaire encyclopédique et critique de biogéographie végétale, à paraître.

Faivre N., (2011), Quelle pyrodiversité pour quelle biodiversité ? Une étude comparative multi-échelle de deux écosystèmes méditerranéens, Roche P. (sous la dir.), thèse de doctorat soutenue à l’Université Paul Cézanne Aix Marseille III, 173 p.

Gamisans J., (2010), Le paysage végétal de la Corse, Ajaccio : Albiana, 340 p.

Hamza N., (2008), État et évolution de la ressource en forêt méditerranéenne : les chiffres de l’IFN, Forêt Méditerranéenne, no spécial Trente ans de forêt méditerranéenne, Tome XXIX, p. 361‑370.

Labrue C., (2007), La forêt, paradigme de la nature en Occident ?, communication orale, Journée interdisciplinaire « Nature et Culture », 21‑06‑2007, Limoges.

MÉtailiÉ J.-P., (2006), La « dégradation des montagnes » au xixe siècle dans les Pyrénées,in Beck C., Luginbuhl Y. et Muxart T. (éds), Temps et espaces des crises de l’environnement, QUAE, p. 191-210.

—, (1981), Le feu pastoral dans les Pyrénées centrales : Barousse, Oueil, Larboust, CNRS Éditions, 293 p.

Montane M.-A., (2002), Paroles de leaders : l’entretien semi-directif de recherche est-il adaptable à de nouvelles situations d’enquêtes ?, in Blanchard P., Ribemont T. (éds.), Méthodes et outils des sciences sociales : innovation et renouvellement, L’Harmattan, Paris, Budapest, Turin, p. 19‑36.

November V., (2002), Les territoires du risque. Peter Lang Editions : Bern, 332 p.

Office national des forêts, (2009), Les espaces naturels et forestiers méditerranéens, Forêt Méditerranéenne, Tome XXX, no 4, p. 335‑338.

Quezel P., Medail F., (2003), Écologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Elsevier, Paris, 571 p.

Schnitzler A.et Genot J.-C., (2012), La France des friches : de la ruralité à la féralité, QUAE, 185 p.

Seigue A., (1985), La forêt circumméditerranéenne et ses problèmes, Maisonneuve et Larose : Agence de coopération culturelle et technique, 502 p.

Tassin C., (2012), Paysages végétaux du domaine méditerranéen : Bassin méditerranéen, Californie, Chili central, Afrique du Sud, Australie méridionale, Éditions de l’IRD, 421 p.

Veyret Y., (2007), L’environnement, objet géographique ?, Responsabilité & Environnement, n48, p. 19-29.

Vilain-Carlotti P., (2011), La nature sous la cendre : les incendies de forêt en Corse, comme image du désastre ou promesse de renouveau ?, Séminaire ENeC, communication du 18-03-2011, (à paraître : Guichard-Anguis S., Frerot A.-M. et Da Lage A., La Nature, miroir de l’Homme, L’Harmattan).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Carte de localisation des différents secteurs d’étude en Région Corse
Credits Sources : Géoportail et et [En ligne]
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6811/img-1.png
File image/png, 100k
Title Fig. 2 - Incendies de forêt en Méditerranée : l’échelle zonale, une échelle appropriée pour l’étude de ces phénomènes ?
Credits Sources : Daniel Alexandrian et François Esnault, (1998), Politiques nationales ayant une incidence sur les incendies de forêt dans le bassin méditerranéen, in Réunion de la FAO sur les politiques nationales ayant une incidence sur les incendies de forêt ; Pierre Quézel et Frédéric Médail, (2003), Écologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Elsevier, Paris, 571 p. ; fond de carte © Daniel Dalet / d-maps.com
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6811/img-2.png
File image/png, 93k
Title Fig. 3 - Les forêts de Corse, des espaces vulnérables et menacés par les incendies ?
Credits Sources : base de données Prométhée (données pour la période 1990‑2011) et plan pluriannuel régional de développement forestier de Corse (PPRDF), approuvé par arrêté préfectoral no 2012 356-0006 du 21 décembre 2012
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6811/img-3.png
File image/png, 180k
Title Fig. 4 - Esprit des lieux, mémoire des feux : Les perceptions des incendies et des lieux à Vezzani confrontés aux incendies localisés dans la base de données Prométhée
Credits Sources : Carte réalisées d’après les discours issus de quatre entretiens réalisés à Vezzani en juillet 2012, des incendies répertoriés et localisés (carreau DFCI) dans la base de données Prométhée de 1973 à 2011 et des données topographiques disponibles sur le site Géoportail
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6811/img-4.png
File image/png, 100k
Top of page

References

Electronic reference

Pauline VILAIN-CARLOTTI and Antoine DA LAGE, « Forêts et sociétés dans les environnements méditerranéens : une ardente vulnérabilité ? », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 19 December 2015, connection on 17 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6811 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6811

Top of page

About the authors

Pauline VILAIN-CARLOTTI

doctorante en géographie, Université Paris 8, laboratoire LADYSS (UMR 7533), pauline.vilain@orange.fr

Antoine DA LAGE

maître de conférences Université Paris 8, Laboratoire ENeC (UMR 8185), dir.ufr.tes@univ-paris8.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page