Skip to navigation – Site map
Les territoires sensibles face à la « menace »

Mont Athos, les derniers incendies

La gestion d’un territoire réservé à la pratique monastique
Mount Athos, the last fires. Managing an area reserved to monastic practice
Georges SIDIROPOULOS
p. 69-78

Abstracts

Mount Athos is an autonomous community of the Hellenic Republic reserved to monastic practice. As a consequence of this feature, Mount Athos has been kept in intended isolation, which makes the Athos peninsula an area of high vulnerability. During the last 20 years, two major forest fires have severely affected the peninsula. The first one broke in 1990, it lasted fifteen days and revealed particularly destructive. However, despite the fire effects, there has been soon an opportunity to take action in order to restore the natural environment, and in parallel, take important preventive measures. 

In 2012, despite those preventive measures, a new fire broke out and, in only four days, it burned a significantly wider area than the previous one. The area affected by the new fire was of low risk, the ground was regular and there has been an immediate mobilization of authorities on a large scale. However, the measures did not provide the expected results. 

Our analysis shows that the critical point in this fire was that it took place in a non-residential area, lacking any road network, which prevented the fire-brigade forces from having access to the site of the fire. This raises questions about the strategic plan in the fight against the fire, which apparently did not take into consideration the characteristics of the entire peninsula, but only the area burned in 1990.

Top of page

Index terms

Mots-clés :

catastrophe, risque, incendie

Geographical index :

Grèce, Chalcidique, Mont Athos
Top of page

Full text

1Le Mont Athos est la troisième péninsule de la Chalcidique, en Macédoine centrale, et une partie autogérée de l’État grec. Sa superficie est de 335 km2, et son territoire est réparti entre vingt monastères, qui sont autant de communautés monastiques autogérées. La vie érémitique au Mont Athos – autrement appelé Sainte Montagne – apparaît environ un demi-siècle avant toute institutionnalisation monastique. Dès le x e siècle (963) avec la création de la Grande Lavra, premier grand monastère cénobitique, le développement systématique de la vie monastique commence. Le système athonite a été achevé au milieu du xve siècle par la consolidation du statut des vingt monastères, qui forment la communauté autonome du Mont Athos. L’isolement géographique, l’inaccessibilité, les facteurs climatiques et pédologiques favorables et l’absence d’influences anthropiques néfastes, à savoir le fait que cette région ait échappé aux effets dévastateurs du pastoralisme, sont autant d’éléments qui ont favorisé la constitution d’une riche végétation qui couvre toute la surface de la péninsule.

2La documentation disponible fournit nombre de données sur les catastrophes naturelles et humaines que le Mont Athos a connues au cours de sa longue histoire. Le tableau n1 énumère une série d’événements désastreux.

Tableau 1 - Principales catastrophes recensées depuis le xive siècle

Tableau 1 - Principales catastrophes recensées depuis le xive siècle

Source : Sidiropoulos 2012

3Les incendies jouent de toute évidence un rôle dominant dans l’inventaire, avec une fréquence particulièrement élevée autour de 1900. Bien entendu, les difficultés issues de la collecte des données historiques font que le nombre des incendies et leur distribution temporelle ont seulement valeur indicative, en particulier pour les temps les plus anciens. Il est probable que l’ampleur des retombées de tels événements favorise leur référencement dans les textes, plus que d’autres. Mais cette difficulté d’énumération ne contredit pas le constat de base : les incendies sont les catastrophes les plus systématiquement connues. Le présent article examine la question des incendies de forêt au Mont Athos, à travers la comparaison de deux événements majeurs survenus en 1990 et 2012. La reconstitution du milieu après 1990 a déjà fait l’objet d’une étude approfondie (Dafis, 1992), tandis que d’autres auteurs ont porté leur attention sur la vulnérabilité de la péninsule et les conséquences sociales de la catastrophe (Kalabokidis, 2004, Sidiropoulos, 1993).

4Aujourd’hui, l’augmentation de la fréquence des incendies et leur dimension ont conduit à l’ouverture d’un réseau relativement dense de routes. Les routes sont indispensables à la circulation du personnel et du matériel nécessaires pour circonscrire le feu. Le même réseau est en même temps utilisé pour le transport des produits forestiers, des matériaux de construction, l’acheminement des personnes, etc. Il faut noter que la construction de routes, sous prétexte de lutte contre les incendies, a particulièrement altéré les paysages athonites en les dégradant.

5Par ailleurs, la progression du niveau d’instruction des moines (Manzaridis, 1997) au cours des vingt dernières années a permis l’émergence d’une plus grande sensibilité aux questions environnementales, à l’esthétique du paysage et à la protection de la nature. La formation plus poussée des résidents contribue en effet à améliorer la résolution de problèmes complexes auparavant considérés comme négligeables.

1 - Données fondamentales sur les hommes et l’environnement

6Le Mont Athos est une république monastique rattachée à l’État grec en 1912. Ce territoire a été dédié à la pratique monastique par les empereurs byzantins. Aujourd’hui, il se divise en vingt secteurs administrés par un organisme composé des représentants des vingt monastères respectifs, la Sainte Épistasie. Des moines orthodoxes de différentes nations vivent dans ces monastères.

  • 1 On distinguera le Mont Athos (le territoire dans son ensemble, dénomination à caractère légal) du m (...)

7La géomorphologie du Mont Athos se distingue par les pentes abruptes de la côte, par une topographie accidentée et par la forte présence du mont Athos 1, qui dépasse les 2 000 m d’altitude. La densité de peuplement de la péninsule est extrêmement faible (5,4 hab./km2, 1 811 résidents en 2011). Les vingt monastères et quelques centaines de petits logements monastiques (cellules) sont éparpillés sur un territoire de 335 km2. L’essentiel de l’habitat au Mont Athos a été construit sur des sites choisis. Les constructions ont été pensées pour préserver l’harmonie avec l’environnement. Les cellules monastiques sont généralement dispersées dans la nature luxuriante tandis que les monastères sont situés dans de petites plaines, près de la mer, ou au sommet de falaises (Mylonas, 1968).

8La population moyenne s’établit autour de 2 500 moines (Sidiropoulos, 2010). Lors des maximums historiques (fig. 1), la population présente a pu dépasser les 10 000 âmes.

Fig. 1 - Mont Athos, évolution de la population

Fig. 1 - Mont Athos, évolution de la population

Source : Sidiropoulos 2012.

9De tels effectifs ont eu un impact sur le milieu naturel, en particulier sur les forêts d’arbres à feuilles larges et persistantes, principalement utilisées pour répondre aux besoins en bois de chauffage. Autour des monastères, les formations arbustives sont ainsi particulièrement dégradées. Aujourd’hui, le bois de chauffage et le charbon de bois continuent d’alimenter de nombreux monastères. Une autre partie du bois est utilisée pour les travaux de construction, en particulier les chênes, châtaigniers, sapins et pins noirs. Pourtant, l’exploitation forestière sélective et le recours à la traction animale n’ont pas altéré irrémédiablement les écosystèmes forestiers. En effet, la régénération de la sylve est assez rapide grâce à l’absence de pâture. De cette façon, le paysage change peu. Même après les incendies, les écosystèmes sont réhabilités facilement grâce à la capacité germinative élevée des espèces qui les composent (Dafis, 1992) (fig. 2).

Fig. 2 - Mont Athos, végétation

Fig. 2 - Mont Athos, végétation

Source : Karteris 2011

2 - Particularité de la situation géographique de la péninsule

10En plus de son isolement volontaire associé à ses caractéristiques géophysiques (plaines rares et pentes abruptes), la Sainte Montagne est soumise à un contrôle strict de ses moyens de transport avec le « monde extérieur ». L’enclavement résulte de l’absence de liaison routière avec la Grèce. Quelques ferries assurent des trajets quotidiens depuis la Chalcidique, mais toute entrée est soumise à la délivrance d’un visa et à un contrôle douanier. Le nombre de visiteurs est limité et l’hébergement n’est possible que sur réservation.

11Une péninsule coupée de tout transport terrestre et soumise à de strictes conditions d’entrée adopte les caractéristiques d’une île. Ce « micro-État » hérite donc de plusieurs caractères propres à l’insularité : ressources naturelles limitées, faible population, petite capacité entrepreneuriale (interne et externe), insuffisance de la consommation intérieure, grande vulnérabilité, faiblesse des infrastructures.

12Les petits États, en particulier insulaires, peuvent être classés en fonction de caractéristiques propres : degré d’isolement géographique, faiblesse des ressources, espace réduit, haute vulnérabilité des écosystèmes, entre autres éléments. Les contraintes sont telles que toute forme de développement peut avoir un impact négatif sur l’environnement, à court terme. La sensibilité aux catastrophes naturelles est une autre caractéristique. Une tempête ou un incendie peuvent affecter le territoire dans son ensemble. Les écosystèmes ont une faible marge de tolérance (Singh, 1991).

3 - Les deux incendies majeurs du xxe siècle

13Nous allons étudier les deux plus grands incendies qui ont frappé la péninsule dans son histoire récente (1990 et 2012). Ces derniers ont été particulièrement dévastateurs pour deux monastères spécifiques. Le plan de prévention mis en place après 1990 a-t-il été efficace pour limiter l’impact du deuxième grand incendie, vingt-trois années plus tard ?

3.1 - Le monastère de Simonos Petras dans l’incendie de 1990

  • 2 Le fondateur du monastère est le moine Simon l’Athonite. Le despote serbe Johan Uglesha a parrainé (...)

14Construit au sommet d’un rocher massif en 1257, le monastère de Simonos Petras 2 présente toutes les caractéristiques d’une forteresse. Parmi les vingt périmètres administratifs de la péninsule, celui de ce monastère occupe 1 265 ha. Avec une côte rocheuse longue de 4,8 km, la zone est occupée à hauteur de 1,5 ha par des bâtiments, 38,5 ha sont composés de champs abandonnés, 705 ha de forêt de chênes et 520 ha de forêt de châtaigniers. Ce territoire est représentatif de la flore athonite et de sa faune naturelle (Ganiatsas, 1963). Deux étages principaux se distinguent : l’étage côtier (jusqu’à 500-550 mètres d’altitude) est principalement constitué de chênes, en formations exclusives ou mixtes; au-dessus de 550 m, les feuillus à feuilles caduques dominent, entrecoupés ça et là par des formes primitives de forêts de chênes, de sapins et de châtaigniers.

15La zone de Simonopetra rassemble un certain nombre de sites productifs dispersés, à plus ou moins longue distance du monastère, qui peuvent donner lieu à la construction de nouveaux bâtiments. Ces sites accueillent des activités agricoles diverses (forêts exploitables, oliviers, vignes), avec leurs équipements respectifs. De petites unités d’exploitation fonctionnent ainsi, et communiquent avec le monastère par d’anciens sentiers et chemins pavés. Les établissements distants peuvent être des lieux d’élevage (mulets de ferme et chevaux), des ateliers (chaux, tuileries), des parcelles de cultures, des équipements hydrologiques (moulins, scies à eau, puits, citernes, barrages, sources, fontaines). Toutes ces installations se font discrètes et s’intègrent harmonieusement dans l’environnement. La communication avec l’extérieur se fait par la mer. À l’intérieur, les trajets s’effectuaient autrefois à dos d’animal, à travers sentiers et chemins pavés. Aujourd’hui, des véhicules motorisés évoluent sur les nouvelles routes forestières.

L’incendie

16Le monastère a été victime d’incendies très destructeurs plusieurs fois dans son histoire : en 1580, 1622, 1890, 1990. Ces événements dévastateurs sont autant de repères chronologiques. L’incendie de 1990, en particulier, a commencé par hasard à proximité du monastère de Megisti Lavra, au début du mois d’août, et a duré quinze jours. En raison de vents de sud prompts à changer brusquement de direction, les flammes se sont propagées sans réellement pouvoir être contrôlées sur une zone appartenant à six monastères différents : Lavra, Karakalou, Filotheou, Simonopetra, Grigoriou et Xiropotamou. Malgré la mobilisation, l’incendie n’a pu être éteint qu’avec l’arrivée de deux hélicoptères Chinook qui, grâce à des largages ciblés pendant deux jours, ont fini par atteindre le résultat escompté. Le feu a détruit 2 500 ha (tableau 2 et fig. 3).

Tableau 2 - Le monastère de Simonos Petras, avant et après l’incendie de 1990

Tableau 2 - Le monastère de Simonos Petras, avant et après l’incendie de 1990

Source : Dafis 1992

Fig. 3 - Mont Athos, incendie d’août 1990. Superficie incendiée : 2 500 ha

Fig. 3 - Mont Athos, incendie d’août 1990. Superficie incendiée : 2 500 ha

Source : Sidiropoulos, 2013 d’après Dafis S. (1992), Gestion écologique de la région de Simonopetra (Mont Athos)

Après l’incendie

17L’incendie a ravagé de vastes espaces naturels et endommagé des infrastructures essentielles. Aucune formation végétale n’a échappé aux ravages. La destruction de la forêt de châtaigniers a eu pour conséquence de supprimer une source de revenus essentielle au monastère. La perte est très lourde : il faut compter 20 années pour que le cycle de régénération s’accomplisse.

18Mais en même temps, et malgré les apparences, cette catastrophe a créé de nouvelles opportunités de développement et a débouché sur une longue série de projets dynamiques. La planification a pris deux directions. Il s’est agi dans un premier temps de dresser un inventaire couvrant l’ensemble du territoire du monastère. La seconde initiative s’est traduite par la mise en place d’un plan de sécurité contre les incendies. Le souci de restauration des terres brûlées s’est manifesté immédiatement.

19Dans le cadre d’une planification écologique, le monastère s’est chargé d’établir un diagnostic territorial en s’appuyant sur la documentation scientifique disponible, en procédant à des enquêtes de terrain, à des observations directes et à des relevés d’échantillons. L’objectif consistait à décrire exactement les conditions écologiques en vue de la programmation, par le monastère de Simonos Petras, d’un plan stratégique de gestion de la région dans sa totalité, non pas restreint au périmètre incendié.

20Les premières mesures ont visé la création d’un Système d’information géographique (Sidiropoulos, 1992) inventoriant toute activité du monastère sur son propre territoire. Cette application pilote servirait de base à d’autres études de gestion et de planification régionale.

21Le deuxième ensemble de mesures a permis la mise en service d’un programme de gestion forestière (Malamidis, 1990). Une étude a dressé un inventaire quantitatif et qualitatif relatif à la végétation de la région. Il s’agissait d’actualiser sur de nouvelles bases un inventaire ancien établi entre 1979 et 1989. Son objectif était d’aider à la gestion écologique des écosystèmes forestiers afin de :

créer des écosystèmes sains et intégrés dans des processus de production durable,

permettre une production de bois de qualité avec un impact positif sur la conservation de la biodiversité et l’équilibre écologique.

22Ce programme de gestion forestière a, depuis, été mis à jour plusieurs fois. La surveillance de la flore et de la faune a été systématisée (fig. 4).

Fig. 4 - Carte forestière. Monastère de Simonos Petra, nov. 2000

Fig. 4 - Carte forestière. Monastère de Simonos Petra, nov. 2000

Source : Sidiropoulos (1991), d’après la carte de Lagas G., Bikeloudas D. (1979)

23Une série de travaux de sécurité incendie ont été aussi réalisés : un nouveau système de protection contre les feux a été mis en fonction, un réservoir artificiel a été construit, des pare-feu ont été créés, le réseau de chemins forestiers et de sentiers a été amélioré et sa maintenance est devenue systématique.

24En outre, les différentes mesures de lutte contre les incendies ont permis au monastère de se placer sur une trajectoire de développement plus ambitieuse. Grâce à des programmes financés par l’Union européenne – entre autres –, Simonopetra a obtenu le le maintien, la reconstruction et la restauration de l’ensemble de ses bâtiments, a développé une infrastructure de diffusion de ses activités culturelles. Les succès annexes sont multiples : modernisation de la bibliothèque, création d’un musée, mise en place d’une photothèque et d’une cartothèque, développement d’un programme de publications, production d’une série d’œuvres de musique byzantine, etc.

3.2 - L’incendie de 2012

25L’incendie de forêt du mois d’août 2012 (fig. 5) a atteint une taille comparable à celui de 1990.

Fig. 5 - MONT ATHOS. Incendie d’août 2012, superficie incendiée 2 925 ha

Fig. 5 - MONT ATHOS. Incendie d’août 2012, superficie incendiée 2 925 ha

Source : European Forest Fire Information System (EFFIS), 2012, [En ligne]

26En août 2012, en effet, un feu se déclare dans la région du métoche de Dionisiou, à l’extrémité nord-est de la péninsule, au lieu-dit Giovantsa. L’incendie traverse, outre la région de Dionysiou, le métoche de Panteleimon, il franchit les frontières du Mont Athos et atteint Ouranoupolis. Mais, surtout, il ruine la région de Chilandari. Les flammes sont actives pendant quatre jours. Le front de feu dépasse occasionnellement les cinq kilomètres. 2 925 ha sont ravagés. Le sinistre s’éteint grâce à une soudaine pluie torrentielle. Le déclenchement est encore lié à une négligence humaine et la progression des flammes a à nouveau été facilitée par de très forts vents, dont les changements de direction étaient imprévisibles.

27La mobilisation est cette fois-ci majeure. Sont alignés cinq avions CL-415, neuf avions CL-215, deux hélicoptères CH-47D, une troupe militaire de 309 hommes, 40 véhicules de différents types, quatre remorqueurs, sept camions-citernes, sept bulldozers et six véhicules à chenilles. En outre, en raison des liens historiques du monastère de Chilandari avec la Serbie, une aide est dépêchée par Belgrade : 49 pompiers, deux véhicules auxiliaires et quatre camions-citernes pour prêter main-forte aux forces terrestres qui opéraient sur le front du feu.

Tableau 3 - Le bilan de l’incendie de 2012

Tableau 3 - Le bilan de l’incendie de 2012

Source : European Forest Fire System, EFFIS, 2012.

4 - Analyse

4.1 - Les catastrophes naturelles au Mont Athos

La spécificité religieuse

28L’étude des incendies dans un espace réservé à des pratiques religieuses extrêmes renvoie à une vision inhabituelle et toute monastique des catastrophes. Les moines perçoivent les conséquences d’une catastrophe comme une mise à l’épreuve personnelle, non pas en termes de planification et de prévention des risques. Certains exemples sont éloquents. Saint Maxime de Kapsokalyvia (1290-1375) brûlait systématiquement sa cellule rudimentaire, construite de branches de bois, avant de passer à une autre, d’où son nom «Kapsokalyvite» (brûler, καίω + cellule, καλύβη). La région où il vivait porte jusqu’à présent ce même nom, Kapsokalyvia. Dans le même esprit et au même endroit, au cours du xix e siècle, des moines ont répété cette forme d’exercice monastique extrême, s’autodénudant (incendiant leurs cellules régulièrement) en créant les conditions d’une mobilité perpétuelle. Dans le monachisme orthodoxe, les jeunes moines prononcent publiquement trois voeux, dont l’un concerne l’indigence. Ceci explique en partie l’apostrophe «officielle» vis-à-vis des biens matériels.

29Mais un tel raisonnement est un cas particulier et s’applique à des formes extrêmes d’érémitisme. Dans les grandes communautés monastiques, les moines sont pleinement conscients de l’importance du patrimoine qui est en leur possession, d’où l’inclusion du Mont Athos sur la liste des monuments inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

La « récupération automatique »

30Le plus grand danger qui fait suite aux incendies concerne l’érosion des sols. Le terrain perd son bouclier protecteur. Végétation et feuillage permettent de capter et conserver une partie importante des eaux de pluie et réduisent les effets érosifs des précipitations. Le feuillage au sol limite les eaux de ruissellement. « Les hautes températures des incendies forment sous la surface du sol (2-3cm) un horizon hydrophobe qui empêche l’infiltration de l’eau et accentue les écoulements de surface » (Dafis, 1992 p. 101). Les flots gagnent en turbulence, ce qui augmente le potentiel érosif.

31Après l’incendie de 1990, le paysage athonite a mis peu de temps à se reconstituer. Les écosystèmes méditerranéens sont adaptés au feu, même lorsque les conditions climatiques et pédologiques sont difficiles. Les espèces qui composent ces écosystèmes se rétablissent grâce à leurs graines (pin d’Alep et cyprès), mais surtout grâce à des repousses, rhizomes et tubercules qui résistent au feu. Les conifères eux-mêmes (Juniperus oxycedrus) réinvestissent finalement leur ancien habitat (Dafis, 1997).

32Il a été constaté que, dès l’automne 1990, avec les premières pluies, un grand nombre de néophytes est apparu. Au printemps suivant, le sol était entièrement couvert de plantes annuelles. Le premier été a consacré la réapparition des légumineuses. Au second printemps, d’autres espèces propagées par semences, bulbes et rhizomes se sont jointes au concert. Au bout de deux ans, de nombreux types de crucifères ont prospéré. Dès le printemps 1992, une explosion de couleurs a remplacé le paysage maussade légué par l’incendie. L’espoir était revenu (Dafis, 1992, p. 101-103).

4.2 - Quel est le résultat dans le domaine de la sécurité-incendie ?

33L’incendie de 1990 a mis les moines en prise directe avec les effets dévastateurs du feu et les a confrontés aux difficultés – certes surmontables – issues d’une atteinte majeure à leur environnement « naturel ». Mais le danger le plus important concerne les dégâts potentiellement irréversibles occasionnés au patrimoine culturel (Νaziris, 2010).

34Le résultat de cette prise de conscience et de la nécessité d’une réhabilitation générale fut l’élaboration immédiate d’un plan global de protection contre les incendies, avec une attention particulière portée à la coordination des forces d’intervention civile avec les monastères. Malheureusement, la planification n’a pas été réellement globale et n’a concerné jusqu’à ce jour que des domaines «productifs» (complexes monastiques + nature environnante et forêts d’exploitation), et non la totalité du territoire qui comprend des secteurs non anthropisés.

35Toutefois, dans les années qui ont suivi cette catastrophe, nombre de mesures concrètes ont été prises : création de pare-feu, nettoyage des versants, construction de réservoirs d’eau et de lacs artificiels, mise en place d’observatoires, achat de véhicules spécialisés (le parc est passé de trois à 25 véhicules automobiles), construction d’héliports, fondation d’une unité de pompiers à Karyès équipée de huit véhicules, recours possible à un contingent de pompiers saisonniers. Par ailleurs, un certain nombre de lois ont été votées par la Sainte Épistasie (l’organe central) sur ce sujet.

36Dans ce contexte, l’incendie de 1990 s’est concrétisé par des aménagements relativement importants. Il faut noter que les projets ont conservé un caractère “individuel” : ils ont été réalisés dans le cadre de la programmation de chaque monastère et non dans le cadre d’un plan d’aménagement global. Simonos Petra et Grigoriou, notamment, ont construit des barrières artificielles. Dans le même temps, d’autres monastères qui n’étaient pas impactés par l’incendie, tel Vatopedi, ont adopté les mêmes mesures de façon préventive. Ce type de projets d’ingénierie n’a en fait rien de bien nouveau. En 1881 déjà, le monastère de Panteleimon (russe) avait accompagné l’érection de la nouvelle skite de Thèbais (située dans la zone brûlée de 2012) par la construction d’un réservoir (fig. 6).

Fig. 6 – Lac artificiel à Vatopaidi

Fig. 6 – Lac artificiel à Vatopaidi

Photographie : Sidiropoulos, 1995

4.3 - La planification à l’échelle de la péninsule

37Un plan d’aménagement, bien que décidé après une catastrophe, ne doit pas avoir comme unique objet le règlement des conséquences de cette catastrophe, mais intégrer les caractéristiques générales « identitaires » de ce territoire. Cela a été fait, en grande partie, à Simonopetra, comme nous l’avons vu. Dans ce cas précis, une attention particulière a été portée à l’isolement de l’Athos et à ses caractéristiques insulaires. Il est clair que la réussite d’un projet passe par la prise en compte des défis liés au développement tout en intégrant les multiples facteurs de vulnérabilité qui affectent les petits États (World Bank, 2000) : il en est ainsi à la Sainte Montagne.

38De fait, les plans d’aménagement adoptés par les monastères pour leur usage propre ne suffisent pas. Un plan global pour l’ensemble de la péninsule est nécessaire. Ce besoin n’a rien d’original au Μont Athos. Des initiatives ont été prises au niveau de l’administration centrale avec l’aide d’organisations internationales.

  • 3 Comprenant des représentants du Centre du patrimoine mondial, de l’UICN et de l’ICOMOS.
  • 4 Νο de décision 32 COM & B.43.

39En 2006, une mission de l’UNESCO a visité le Mont Athos. Les délégués 3 ont clairement approuvé le lancement d’une étude systématique, qui intégrerait non seulement des mesures pour limiter les risques liés aux incendies, aux tremblements de terre et aux effets du changement climatique, mais aussi des actions pour la préservation du patrimoine naturel et culturel. Cette proposition a été adoptée par le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO4. La Sainte communauté (Parlement athonite) a accepté la suggestion et a décidé de rédiger un rapport préliminaire, fixant des objectifs, formulant des normes et prévoyant une étude majeure intitulée « Grande étude de gestion systématique de l’environnement et du territoire de la péninsule athonite ». Cette étude devrait intégrer les conclusions des analyses sur la protection de l’environnement menées depuis plusieurs années par l’École polytechnique d’Athènes (BAC, 2006), sous la supervision des autorités athonites.

Conclusion

40Des incendies de 1990 et 2012 qui ont touché les monastères de Simonopetra et Chilandari, nous pouvons tirer quelques conclusions. En apparence, nous avons deux incendies qui détruisent des zones géographiques dont les caractéristiques naturelles et humaines sont similaires. En effet, nous constatons que les deux feux sont dus à une négligence humaine et que les conditions météorologiques ont été défavorables.

41Toutefois, les deux phénomènes n’ont pas la même durée. Le premier sinistre s’étend sur deux semaines et le second seulement sur quatre jours, mais les résultats sont inversement proportionnels à la durée. En 1990, 2 500 ha sont détruits contre 2 925 en 2012. Deux types de questions se posent. La première concerne la nature des feux. Dans le cas de l’incendie de 1990, nous observons que les facteurs de risque sont clairement supérieurs à ceux de 2012 (fig. 7).

Fig. 7 - MONT ATHOS, risque d’incendie

Fig. 7 - MONT ATHOS, risque d’incendie

Source : Kalabokidis 2004.

42Le terrain escarpé a en effet facilité la propagation des flammes en 1990. En 2012, au contraire, le front de feu s’est déplacé sur terrain lisse et à basse altitude (fig. 8).

Fig. 8 - MONT ATHOS, profil altimétrique, (vue du sud-ouest)

Fig. 8 - MONT ATHOS, profil altimétrique, (vue du sud-ouest)

Source : Sidiropoulos G. (2013)

43De même, la zone incendiée en 1990 est mentionnée dans la documentation (Kalabokidis, 2004) comme ayant un haut indice de vulnérabilité, a contrario du secteur brûlé en 2012.

44En ce qui concerne l’intervention humaine, il est clair que les leçons du premier feu n’ont pas été tirées et que la prévention a échoué. Il s’agit peut-être là des conséquences logiques de mesures préventives pensées sans grande portée. En 2012, la mobilisation fut immédiate et particulièrement importante, mais sans résultat… sauf peut-être à repousser les flammes en-dehors des frontières du Mont Athos, vers Ouranopolis.

45Si l’on exclut la pluie providentielle qui parvint à arrêter l’incendie, ce résultat était a posteriori prévisible. Si on analyse la répartition de la population et des activités dans la péninsule, en effet, on constate que la présence humaine est bien plus forte au sud-est (Sidiropoulos 2010). Autour de la capitale Karyes, le réseau routier est excessivement dense.

46Au sud-est, dans la zone appelée “désert” et réservée à l’érémitisme, la présence humaine est non négligeable. De nombreuses kellia (cellules) sont dispersées dans la montagne et un réseau de sentiers pédestres bien formé maille le territoire. Au nord-ouest au contraire, le monastère de Chilandari est situé au milieu d’une forêt non exploitable, dénuée d’infrastructures (chemins forestiers et présence humaine) qui pourraient donner accès aux fronts d’incendies. La forêt définit un secteur inaccessible.

  • 5 État central, région de Macédoine centrale, département de la protection civile (2012), Plan d’inte (...)

47Ces constats démontrent qu’un bon système d’extinction s’appuie sur des exigences spécifiques. Dans le cas du Mont Athos, la condition clé réside dans l’existence d’infrastructures de base en appui au système de protection. Un espace anthropisé est un préalable pour toute prévention efficace du feu. Cela signifie que le plan existant n’a pas tenu compte de l’ensemble des données. Le système de protection semble avoir été conçu pour répondre au sinistre de 1990 et n’intègre pas les éléments territoriaux entrés en jeu en 2012. Malgré tout, les progrès sont certains. Les résultats du dernier grand incendie font déjà l’objet d’analyses de la part des deux autorités concernées, l’État grec5 et les autorités de la péninsule du Mont Athos.

Top of page

Bibliography

BUSINESS ARCHITECTS CONSULTANCY, BAC., (2006), Ειδική Περιβαλλοντική Μελέτη Προστατευόμενης Περιοχής Χερσονήσου Αγιώνυμου Όρους Άθω (Étude spéciale d’environnement, de la zone protégée de la péninsule du Mont Athos), Thessalonique.

CONSINA E., (2009), Η Βυζαντινή Πόλη (La ville byzantine), Nea Estia, Athènes, 263 p.

DAFIS S., (1992), Οικολογική διαχείριση περιοχής Ι. Μ. Σίμωνος Πέτρας Αγίου Όρους (La gestion écologique de la région du Saint Monastère de Simonos Pétra, Mont Athos), Simonos Pétra, Mont Athos.

DAFIS S. et al., (1997), Nature and Natural Environment in Mount Athos, Community of MA, Ministry of Culture, OCCE 97, Thessalonique

EUROPEAN FOREST FIRE INFORMATION SYSTEM, EFFIS., (2012), Current Situation, [En ligne] (vu le 20/08/2012).

GANIATSAS K., (1963), Η βλάστηση και η χλωρίδα της χερσονήσου του Αγίου Ορους (La végétation et la flore de la péninsule du Mont Athos), Thessalonique-État de l’Athos.

KALABOKIDIS K. CONSTANTINIDES P. et VASILAKOS C., (2004), Χωρική ανάλυση της επίδρασης φωτιάςανθρώπουπεριβάλλοντος στη βλάστηση Αγίου Όρους και Σιθωνίας (L’analyse spatiale de l’impact du feu -de l’homme- de l’environnement dans la végétation du Mont Athos et Sithonia), Γεωγραφίες, 8, p. 89-106.

KARTERIS M. e.a., (1991), Οπτική ταξινόμηση της βλάστησης του Αγίου Όρους με τη χρήση δορυφορικών εικόνων (Classification de la végétation du Mont Athos par imagerie satellitaire), congrès : La sylviculture et l’environnement du Mont Athos, Chambre géotechnique de la Grèce, Macédoine, Ouranoupoli.

LAGAS G., BIKELOUDAS D., (1979), Διαχειριστική μελέτη Μοναστηριακού δάσους Ιεράς Μονής Σίμωνος Πέτρας περίοδος 1979-89 (Étude de la gestion de la forêt monastique de Simonos Petras, période 1979-89), Hellenic Forests Parthnership, Thessaloniki.

MALAMIDIS G., (1990), Η οικολογική εκτίμηση των ζημιών στο Φυσικό Περιβάλλον του Αγίου Ορους που προκάλεσε η δασική πυρκαγιά του Αυγούστου 1990 (Évaluation écologique des dommages en milieu naturel provoqués par un incendie de forêt en août 1990), [rapport intérieur de l’Ι.Δ.Ε.Θ. (NAGREF)], Monastère de Simonos Pétra, Athos.

MANZARIDIS G., (1997), Πρόσωπο και Θεσμοί (La personne et les institutions), Pournaras, Thessalonique, 203 p.

MYLONAS P., (1968), Μελέτη αξιοποιήσεων των πολιτιστικών και οικιστικών στοιχείων του Άθωνος (Étude de valorisation des éléments culturels et urbanistiques du Mont Athos), ministère de la Coordination, Athènes.

NAZIRIS I., (2010), Risk Assessment in Fire Protection of Cultural Heritage: The case-study of Simonopetra, Tech. Chron. Science Journal, TCG, I 1 (3), p. 27-40.

RÉPUBLIQUE GRECQUE, RÉGION DE MACÉDOINE CENTRALE, DÉPARTEMENT DE LA PROTECTION CIVILE, (2012), Σχέδιο αντιμετώπισης δασικών πυρκαγιών της περιφερειακής ενότητας Χαλκιδικής (Plan d’intervention des incendies de forêt de la région Chalcidique), Poligiros. [En ligne] (vue 28/05/2013).

SIDIROPOULOS G., (2009), Geography of Micro-States: Main arising issues, Regional Science Inquiry Journal, I,1, p. 45-57.

SIDIROPOULOS G., (1993), Γεωγραφικό Αρχείο Πληροφοριών Ι.Μ. Σίμωνος Πέτρας (Système d’Information Géographique du Saint Monastère de Simonos Pétra), 3e congrès hellénique de géographie, Athènes, actes du congrès, p. 494-507.

SIDIROPOULOS G., (2010), Views for the continuity of historical demography data on Mount Athos, Statistical Review, GSA 6.1.

SINGH Ν., (1991), Environmental Problems & Opportunities in Small Open Economies, paper presented at the Eastern Caribbean Central Bank & Commonwealth Secretariat on small states, Problems & Opportunities in a World of Rapid Change, St Kitts, 25-27 March 1991.

WORLD BANK/COMMONWEALTH SECRETARIAT, (2000), Small States: Meeting Challenges in the Global Economy. Report of the Commonwealth Secretariat/World Bank Joint Task Force.

Top of page

Notes

1 On distinguera le Mont Athos (le territoire dans son ensemble, dénomination à caractère légal) du mont Athos (terme qui désigne le sommet principal de la ligne de crête qui occupe le centre de la péninsule).

2 Le fondateur du monastère est le moine Simon l’Athonite. Le despote serbe Johan Uglesha a parrainé en 1368 l’agrandissement et la rénovation du complexe monastique. Ce dernier détient aujourd’hui encore des dépendances en-dehors de l’Athos, en Grèce, en Roumanie.

3 Comprenant des représentants du Centre du patrimoine mondial, de l’UICN et de l’ICOMOS.

4 Νο de décision 32 COM & B.43.

5 État central, région de Macédoine centrale, département de la protection civile (2012), Plan d’intervention des incendies de forêt de l’unité régionale de Chalcidique, Poligiros. [En ligne] (consultation du 28/05/2013).

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 - Principales catastrophes recensées depuis le xive siècle
Credits Source : Sidiropoulos 2012
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-1.png
File image/png, 164k
Title Fig. 1 - Mont Athos, évolution de la population
Credits Source : Sidiropoulos 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-2.png
File image/png, 322k
Title Fig. 2 - Mont Athos, végétation
Credits Source : Karteris 2011
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-3.png
File image/png, 549k
Title Tableau 2 - Le monastère de Simonos Petras, avant et après l’incendie de 1990
Credits Source : Dafis 1992
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-4.png
File image/png, 12k
Title Fig. 3 - Mont Athos, incendie d’août 1990. Superficie incendiée : 2 500 ha
Credits Source : Sidiropoulos, 2013 d’après Dafis S. (1992), Gestion écologique de la région de Simonopetra (Mont Athos)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-5.png
File image/png, 276k
Title Fig. 4 - Carte forestière. Monastère de Simonos Petra, nov. 2000
Credits Source : Sidiropoulos (1991), d’après la carte de Lagas G., Bikeloudas D. (1979)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-6.png
File image/png, 744k
Title Fig. 5 - MONT ATHOS. Incendie d’août 2012, superficie incendiée 2 925 ha
Credits Source : European Forest Fire Information System (EFFIS), 2012, [En ligne]
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-7.png
File image/png, 274k
Title Tableau 3 - Le bilan de l’incendie de 2012
Credits Source : European Forest Fire System, EFFIS, 2012.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-8.png
File image/png, 4.8k
Title Fig. 6 – Lac artificiel à Vatopaidi
Credits Photographie : Sidiropoulos, 1995
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-9.png
File image/png, 545k
Title Fig. 7 - MONT ATHOS, risque d’incendie
Credits Source : Kalabokidis 2004.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-10.png
File image/png, 168k
Title Fig. 8 - MONT ATHOS, profil altimétrique, (vue du sud-ouest)
Credits Source : Sidiropoulos G. (2013)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6890/img-11.png
File image/png, 24k
Top of page

References

Electronic reference

Georges SIDIROPOULOS, « Mont Athos, les derniers incendies », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 19 December 2015, connection on 23 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6890 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6890

Top of page

About the author

Georges SIDIROPOULOS

professeur de Géographie historique, faculté de Géographie de l’Université de l’Égée, geos@aegean.gr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page