Skip to navigation – Site map
Les territoires sensibles face à la « menace »

Les incendies de forêt en Tunisie

Séquelles irréversibles de la révolution de 2011
Forest fires in Tunisia, irreversible sequelae of the revolution of 2011
Salem CHRIHA and Abdeljalil SGHARI
p. 87-93

Abstracts

Located at the heart of the Mediterranean, attached to its African roots and impregnated by the vicinity of the European continent, Tunisia has known a sedentary human occupation for more than three thousand years. The country has to deal with an important human pressure on its territory and its vital natural resources. Always highly coveted by the population, the forest has shrunk considerably and is folded over the rugged terrain of the West. Today, the forest area left as a legacy suffers from an acute fragility due to frequent droughts. Many forest fires have grown as a consequence of the socio- economic turmoil that accompanied the revolution of January 2011. The period 2011-2013 during which the state has lost much of its authority, has seen an unprecedented increase of forest fires whose impacts are so serious that reforestation shall require considerable efforts and a long time for regeneration.

Top of page

Full text

1L’espace forestier tunisien, qui s’étendait à l’époque romaine sur près de trois millions d’hectares, ne couvrait que 400 000 ha lors de l’indépendance du pays (1956), mais le reboisement a permis d’atteindre aujourd’hui environ 1,2 million d’hectares. La pression humaine permanente exercée sur les forêts limite leur progression et met en danger leur existence même. Les incendies constituent une réelle menace qui ampute chaque année un espace forestier déjà profondément affecté par le poids de l’histoire. Plus de 1 400 ha de formations végétales naturelles sont perdus annuellement. Les troubles socio-politiques qui ont duré toute l’année 2011 (insurrection généralisée et effondrement du pouvoir central) ont accentué la dégradation de l’espace forestier tunisien. Les dommages portés à la forêt au cours de ces événements ont débordé les mesures de protection mises en œuvre habituellement et auraient pu, sans l’intervention efficace de l’armée, dégénérer en une catastrophe écologique sans précédent pour le pays.

2L’impact des incendies des forêts en Tunisie est immense, à commencer par l’atteinte à la diversité biologique (arbres et arbustes, avec toute la faune et la flore qui leur sont associées). La forêt constitue par ailleurs une source de revenus pour la population rurale riveraine qui travaille sous l’égide des services forestiers au reboisement, à l’entretien et à l’exploitation des surfaces de chêne-liège, chêne vert, chêne kermès. Les formations herbacées pérennes et semi‑pérennes des marges de l’espace forestier forment, qui plus est, pour les éleveurs d’excellentes pâtures de proximité. Un rapport quotidien de la population avec la forêt s’est créé avec le temps, mais les habitants ont tendance à ponctionner toujours davantage les ressources (fruits, bois, liège, chasse, pâturage,…) sans contrepartie aucune – les prélèvements pourraient être accompagnés par exemple de la mise en place d’une protection efficace contre les incendies ou d’un soutien aux efforts consentis par les services concernés.

3Afin de cerner les enjeux liés à l’impact catastrophique des incendies de forêt en Tunisie, nous avons examiné un cas récent de propagation de feux au cœur de l’espace de reboisement de Dar Chichou (Nord-Est tunisien), initialement prévu pour lutter contre l’ensablement des agglomérations urbaines voisines et des périmètres agricoles du nord de la presqu’île du Cap Bon.

I - Les forêts en Tunisie : milieux de vie et de travail

1.1 - Des ressources forestières précieuses

4Les forêts n’occupent plus que de modestes superficies dans les trois pays du Maghreb (Maroc, Algérie Tunisie) mais, en Tunisie, la forêt a été beaucoup plus affectée par la dégradation pour plusieurs raisons géographiques et historiques : faibles dénivelés, accessibilité aisée, installations humaines anciennes et développement de civilisations s’appuyant sur l’exploitation intensive des ressources naturelles.

5Actuellement, la couverture végétale naturelle est estimée en Tunisie à 5,7 millions d’hectares, dont 657 000 ha de forêt proprement dite (feuillus, 179 000 ha et résineux, 457 000 ha) auxquels s’ajoutent 400 000 ha de forêt de reboisement et 200 000 ha de garrigues. Ce qui porte à 1,2 million d’hectares les espaces forestiers au sens large, tandis que les terrains de parcours atteignent 4,5 millions d’hectares (FAO 2010). L’ensemble de cet espace végétal représente moins de 5 % de la superficie totale du pays, dont environ la moitié appartient au domaine subsaharien.

6La forêt « naturelle » tunisienne se compose principalement de pin d’Alep, de chêne-liège, de chêne zen et de pin maritime. L’extension géographique des espaces forestiers est fortement liée aux conditions climatiques, car environ 80 % se localisent dans les zones bien arrosées du Nord qui s’étendent sur plus de 400 km le long de la frontière avec l’Algérie. Les montagnes du Tell tunisien, composé des Mogods et de la Kroumirie, sont les plus arrosées du pays (plus de 1 000 mm/an) et abritent l’une des plus pittoresques forêts méditerranéennes (chêne Zen, chêne liège, pinèdes). Un peu plus au sud, sur les reliefs de plateaux du Kef‑Tala‑Kasserine et la Dorsale tunisienne, c’est une forêt de pins d’Alep qui recouvre les versants occidentaux plus humides et plus frais.

7En dépit de sa faible superficie, la forêt tunisienne a toujours joué un rôle important, aussi bien socio-économique et culturel qu’identitaire. D’elle dépendent plusieurs secteurs d’activité (agro-pastoralisme et industrie) dont vivent près d’un million d’habitants.

1.2 - Un rôle socio-économique indéniable

8En Tunisie, le domaine forestier est propriété de l’État et dépend directement d’organismes spécialisés. Le ministère de l’Agriculture, en particulier, gère toute la chaîne de production forestière par le biais de quelques services dédiés. La production est diversifiée. Elle concerne le bois, le liège et l’alfa, principalement. Près de 80 % des besoins en panneaux industriels sont ainsi couverts. 20 % des besoins alimentaires du cheptel animal sont assurés par les parcours forestiers. Près de 14 % du bilan énergétique du pays est également produit par la filière bois. Au total, on estime que la forêt contribue à la création de très nombreux emplois directs ou indirects (7 millions de journées de travail) et peut fournir jusqu’à 30 % des revenus annuels de certaines familles. Les revenus générés par les forêts tunisiennes sont évalués à 220 millions de dinars tunisiens (MDT) dont 207 de revenus indirects (165 MDT des rendements des terrains de parcours, 35 MDT de bois de chauffage, 7 MDT de chasse et 13 MDT de revenus annuels directs de produits boisés et non boisés.

9On considère en général que la forêt tunisienne ne contribue qu’à environ 1 % du PIB agricole (FAO, 2011) mais ce chiffre est fortement sous-estimé. La production moyenne annuelle de bois est limitée à environ 250 000 m3 mais le potentiel productif pourrait atteindre 400 000 m3 (tab. 1).

Tab. 1 - Principaux produits forestiers en Tunisie (1985‑2009)

Tab. 1 - Principaux produits forestiers en Tunisie (1985‑2009)

Source : Régie d’exploitation des forêts

10Pour les produits secondaires, le liège atteint environ 8 000 t/an, et l’alfa avec 35 000 t/an voit sa production reculer de près de 3,5 fois par rapport aux années 1960.

11Les plantes pharmaceutiques et aromatiques, qui sont nombreuses en Tunisie, constituent une importante source de revenus complémentaires. Les services forestiers du ministère de l’Agriculture ont recensé 149 plantes médicinales et 38 plantes à huile essentielle, mais l’exploitation grandissante de certaines variétés comme le romarin ou le myrte risquent de conduire à une raréfaction de la ressource, voire à l’extinction de certaines espèces.

12Ainsi, près d’un million d’habitants sur un total de 11 millions vivent directement ou indirectement de la forêt dont ils tirent une part non négligeable de leurs revenus, en l’absence quasi totale d’une politique de développement dans les régions concernées. Pour la population locale, la forêt est un moyen de subsistance. De multiples activités quotidiennes vitales sont organisées autour d’elle: pâturage, ramassage du bois de feu, récolte de semences et fruits (comme les pignons de pin), production de charbon de bois, collecte de miel et d’escargots, artisanat du bois et du liège. Les forêts denses du Nord-Ouest du pays s’étendent sur 478 000 ha et fournissent en moyenne 100 000 m3 de bois par an, auxquels s’ajoutent 19 millions de plants, 32 tonnes d’huile de romarin et 121 tonnes de pignons (tab. 2).

Tab. 2 - Principaux produits forestiers dans le Nord-Ouest tunisien en 2010

Tab. 2 - Principaux produits forestiers dans le Nord-Ouest tunisien en 2010

Source : CRDA (Commissariat régional au développement agricole), 2011

13Malgré son importance socio-économique et environnementale, la forêt tunisienne n’a pourtant jamais été à l’abri de risques divers, au premier rang desquels figurent les incendies.

2 - Troubles politiques de 2011 et incendies de forêt en Tunisie

14Les forêts tunisiennes sont, comme toujours, exposées aux dégradations causées par l’élevage extensif d’ovins et caprins auxquelles s’ajoute la déforestation opérée par les populations riveraines, en particulier au cours des années de sécheresse ou lorsque les hivers sont très rigoureux. Cependant, les incendies demeurent de loin la première menace du fait de leur capacité à ravager rapidement de grandes superficies.

15Les forêts tunisiennes enregistrent des incendies à un rythme comparable aux autres pays méditerranéens. En effet, au cours de la période 1985-2000, plus d’une centaine d’incendies se sont déclarés chaque année, ravageant en moyenne 1 500 hectares de forêts. Les années 1987-1988 et 1993-1994, caractérisées par des étés longs et une sécheresse accentuée, ont été exceptionnelles et se sont traduites par une fragilisation remarquable du couvert forestier (Frigui, 2010). La variabilité des données est évidente, de même que l’explosion des années 2011-2012. Si l’on en croit la Presse tunisienne du 21 Juillet 2009, la cigarette serait classiquement à l’origine de la moitié des incendies enregistrés.

16Les premiers événements politiques qui secouent la société tunisienne à la fin de l’année 2010 provoquent l’effondrement de l’État en janvier 2011 et la chute du régime. Insécurité et confusion gagnent les campagnes. Le recul de l’État pousse de nombreux individus à transgresser le cadre légal dans de multiples domaines. L’espace forestier se retrouve victime de déprédations à grande échelle. Des feux sont volontairement déclenchés afin de permettre l’accaparement spontané des terrains dévastés. Le rétablissement partiel de l’autorité de l’État à partir de mars 2011 ne réduit que partiellement les dangers pesant sur la forêt tunisienne. Avec 300 incendies recensés en 2012, le nombre de feux est ainsi multiplié par deux par rapport aux années habituelles (tab. 3).

Tab. 3 - Nombre d’incendies de forêt et superficies incendiées en Tunisie (1986-2012)

Tab. 3 - Nombre d’incendies de forêt et superficies incendiées en Tunisie (1986-2012)

Source : ministère de l’Agriculture et de l’Environnement, Direction générale des forêts.

17Les statistiques les plus fiables sur les incendies de forêt ont commencé à être produites par les services du ministère de l’Agriculture en 1985. De cette date à 2012, 32 000 ha sont partis en fumée. Annuellement, en moyenne, 150 incendies détruisent 1 500 ha. Les années 2011 et 2012 ont été particulièrement dévastatrices avec un total de 555 incendies qui ont ravagé 3 700 ha (fig. 1 et 2).

Fig. 1 - Les zones les plus affectées par les incendies de forêt en Tunisie (fin 2010 - début 2013)

Fig. 1 - Les zones les plus affectées par les incendies de forêt en Tunisie (fin 2010 - début 2013)

Source : Direction générale des forêts (2012-2013), élaboration personnelle.

Fig. 2 - Évolution des incendies de forêts en Tunisie

Fig. 2 - Évolution des incendies de forêts en Tunisie

Source : Direction générale des Forêts

18Ces superficies semblent faibles eu égard aux événements majeurs recensés dans d’autres régions du globe. Une fois rapportés à la surface forestière tunisienne totale, ces chiffres signifient pourtant des destructions majeures – ceci implique que la notion de « grand incendie » demeure relative à l’extension du domaine forestier national.

19L’étude régionale du risque d’incendie forestier révèle que la région du Nord-Ouest, composée des gouvernorats de Jendouba, Siliana, le Kef et Béja, a été la plus touchée. Dans le gouvernorat de Jendouba, dont la superficie recouverte s’étend sur 227 000 ha (dont 120 000 ha de forêts et 107 000 ha de parcours), 1 700 incendies ont été recensés entre 1986 et 2012. Les destructions portent sur 7 600 ha. Le maximum a été atteint au cours des dix dernières années : 1 142 incendies ont été comptés, dont près de 500 (soit 44 %) sur les seules années 2011 et 2012 (fig. 3).

Fig. 3 - Évolution des incendies de forêts dans le gouvernorat de Jedouba (Nord-Ouest tunisien) de 2002 à 2012

Fig. 3 - Évolution des incendies de forêts dans le gouvernorat de Jedouba (Nord-Ouest tunisien) de 2002 à 2012

Source : Direction générale des Forêts

20Au cours de la même période, la délégation de Gardimaou (fig. 4), la plus arrosée de Tunisie avec plus de 1 500 mm/ an, a vu son patrimoine forestier également ravagé par 173 incendies détruisant près de 148 ha.

Fig. 4 - Superficies incendiées dans le Nord-Ouest tunisien en 2012 (% de la surface forestière totale)

Fig. 4 - Superficies incendiées dans le Nord-Ouest tunisien en 2012 (% de la surface forestière totale)

Source : Direction générale des Forêts

21Sur les 25 dernières années, 60 % de ces incendies sont attribués à des raisons inconnues et 40 % sont provoqués par des faits divers : jets de mégots de cigarettes (57 %), différents prélèvements de ruraux (chauffage, production de charbon, 14 %), autres raisons d’ordre naturel et criminel (3 %). Ces éléments anciens tranchent avec l’ascension du fait criminel depuis 2011. En effet, l’immobilisme de l’administration et la situation révolutionnaire des derniers mois, ont laissé libre cours à diverses interprétations. Souvent, des intrus procèdent à des coupes sauvages à l’intérieur de grands espaces forestiers ou de réserves naturelles, ou déclenchent des feux volontaires. Des bandes organisées procèdent à de multiples mises à feu simultanées dans des endroits dispersés à fin de limiter l’efficacité des pompiers et bénévoles et de minimiser leurs chances de combattre les foyers.

22L’objectif de ces fauteurs de trouble est de s’emparer de terres nouvelles en mettant les autorités devant le fait accompli. L’opération se fait par étapes successives : brûler les arbres, défricher la surface « libérée », construire rapidement une habitation de fortune, puis s’installer et entamer une extension progressive de la nouvelle « propriété ». Si les autorités tentent de déloger le nouvel occupant, ce dernier fait appel à de faux témoins qui certifient une occupation ancienne du terrain depuis des années ou des décennies. Il devient dès lors difficile aux autorités locales de le déloger. De longues démarches devant les tribunaux régionaux doivent être entamées. Les rapports des services forestiers à propos de ces délits stipulent que certains occupants spontanés ont avancé vouloir récupérer des droits anciens sur des terrains rattachés illégalement au domaine d’État. Il est à noter que les terres wakf-habous ont été souvent épargnées par le phénomène, vu leur caractère sacré, et en dépit du problème épineux posé à l’État par ces biens inaliénables après 1956. L’imbroglio juridique qui mêle appropriation illégale et restauration de droits anciens favorise l’incertitude. Les forêts continuent d’être ravagées en attendant qu’une « autorité forte » puisse rétablir un certain ordre. Les tribunaux qui ont toujours été confrontés à ces querelles foncières tranchaient jusqu’à 2011 le plus souvent en faveur de l’État, vu la fragilité des titres de propriété présentés par les prétendants.

23À titre d’exemple, la forêt du Jebel Ain Younes dans le gouvernorat de Béja (nord-ouest) a subi plus de sept incendies en une semaine (mois d’août 2012), qui ont ravagé près de 250 ha. Maîtrisés grâce au déploiement d’efforts considérables, d’autres feux causés par des personnes non identifiées sont apparus dans d’autres zones : dans la forêt pittoresque d’El Gouairia (délégation de Fernana), à Ain Mloula (délégation de Tabarka), ce sont respectivement 30 et 18 ha qui ont brûlé le 30 août 2011. Un peu plus tôt, le 2 août, la forêt d’El Hamra (délégation de Ain Draham) avait perdu 115 ha. À Dar Chichou (Cap-Bon), ces pratiques sont tout à fait caractéristiques : l’éclosion de feux intervient à différents moments de la journée et dans des lieux multiples.

24Les années 2012 et 2013 ont donné lieu à des répliques politiques. D’autres comportements ont pu être identifiés. Aux déclenchements de feux qui visaient l’appropriation de terrains se sont ajoutées des initiatives contre révolutionnaires, similaires dans le procédé mais à visée opposée : les partisans du régime déchu pratiquent une politique de « terre brûlée » (au sens propre et figuré) pour empêcher l’installation durable d’un régime démocratique fondé sur la croissance économique et la prospérité sociale. De nouveaux incendiaires sont ainsi rémunérés par des notables de l’ancien régime, aidés dans les zones frontalières par des contrebandiers (La Presse de Tunisie, 08 août 2011).

25Le 3 septembre 2011, citant la Direction des Forêts, l’Agence Tunisienne de Presse signale que « la protection civile et l’armée nationale à Jendouba luttent sans relâche contre 15 incendies déclenchés, en même temps, dans différentes zones forestières de la région. Les foyers sont situés, notamment, à Faj El Atlal, Ouled Helal, Jebel Bcheynia, Bou Fernana et Michrawa, Dougas, Aïn Soltane, Sifana, Dar Kchich, Al Kahala, Errhim et Douret Langliz » (fig. 1 et fig. 4). Les médias tunisiens et étrangers dénoncent unanimement les faits, suivis par différentes associations écologiques. Le Parti Tunisie Verte (PTV) et le parti français Europe Écologie les Verts (EEV) adoptent une position commune et réaffirment très tôt leur solidarité et leur désir de préserver un environnement fragilisé.

3 - Le cas du grand incendie de forêt de Dar Chichou

26Dans un manuel de procédures, les organismes tunisiens chargés de la gestion de ce type de catastrophes (Direction générale des forêts et protection civile) classent les incendies selon leur gravité en quatre degrés. Le quatrième niveau, le plus élevé, autorise le Conseil national de sécurité interministériel (présidence de la République, ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Santé) à mobiliser tous les moyens civils et militaires pour combattre le feu. Au cours des dernières années, deux feux de forêts auraient été classés au quatrième degré et peuvent être considérés comme de « grands » incendies si l’on se réfère aux critères de classement adoptés en Tunisie :

l’incendie du Jebel Boukornine, situé à 18 km au sud de Tunis, a eu lieu en juin 1998. Sur ce massif se localise un parc naturel qui couvre une superficie de près de 2 000 ha, protégeant de nombreuses espèces végétales et animales sensibles. Les versants des montagnes sont couverts de pins d’Alep et de thuyas. Plus bas s’étend la garrigue. L’incendie de juin 1998 a ravagé la quasi-totalité du parc malgré l’intervention de l’armée qui a combattu les flammes pendant plusieurs jours tout en interdisant l’accès à la zone sinistrée aux journalistes, aux curieux et à la population. Cette interdiction d’accès a été interprétée de différentes manières. Les raisons de sécurité (proximité des agglomérations urbaines) invoquées par les autorités n’ont pas du tout convaincu les observateurs. La Ligue tunisienne des droits de l’homme a dénoncé l’attitude des autorités dans leur volonté d’empêcher les journalistes d’accéder à la zone incendiée et de relever l’impact de cette grande catastrophe écologique visible depuis le palais présidentiel de Carthage. Ce blocus rappelait à beaucoup le mauvais souvenir de l’attaque israélienne de Hammam Chatt (1985), sur un site très proche de celui de Boukornine. L’événement avait été perçu par le peuple comme une humiliation. De ce fait, la documentation sur cet incendie couvert par le « secret d’État » est pratiquement inexistante, mais l’ouverture des archives de l’ancien régime actuellement attendue pourrait apporter des précisions importantes sur la catastrophe écologique de Boukornine. Dès la fin des feux un grand effort de reboisement a été entrepris sous l’égide de l’Office des forêts. La régénération n’a pas totalement réussi mais de nouvelles plantations ont lieu tous les ans.

L’incendie de Dar Chichou -notre cas d’étude- a touché en juillet 2011 un massif forestier qui s’étend sur 12 000 ha, coincé entre la localité de Dar Chichou et le site archéologique punique de Kerkouane, dans la presqu’île du Cap Bon, au nord-est de la Tunisie (fig. 5). Bien que la superficie ravagée soit très inférieure à celle relevée à Boukornine, l’aspect catastrophique de l’événement est indubitable car le contexte spatial diffère. Dans le premier cas, l’incendie s’est produit en altitude et a touché une montagne inhabitée ; dans le second, le territoire forestier s’insère dans une région beaucoup plus peuplée aux forts enjeux économiques, en particulier touristiques. La forêt de Dar Chichou est le symbole d’une réussite : la résistance à la pression anthropique qui s’exerce sur l’environnement naturel avec l’avènement du secteur touristique. Cette forêt est par ailleurs située à la croisée des routes entre deux pôles économiques majeurs : le Cap Bon-Hammamet et le Grand Tunis. La région concentre environ le quart de la capacité totale d’hébergement touristique de la Tunisie, rassemble 152 établissements hôteliers disposant de plus de 52 000 lits, et assurant plus de 6 millions de nuitées (18% du total des nuitées à l’échelle nationale en 2010 selon l’Office National du Tourisme tunisien). Les complexes hôteliers et les villages touristiques occupent des sites de grande valeur paysagère abrités par le Jebel Abderrahman. La forêt de Dar Chichou est issue d’un reboisement décidé par décret en 1929 pour faire obstacle à l’ensablement qui prend à cette époque une dimension considérable. L’objectif premier des plantations était de fixer les dunes mobiles et d’empêcher l’ensevelissement des terres agricoles et des cultures irriguées. À ce rôle environnemental initial s’est ajoutée par la suite une fonction de ressource économique pour les populations locales. Du point de vue structurel, trois variétés principales d’arbres constituent le massif : le pin d’Alep, l’Eucalyptus et l’Acacia. Dar Chichou abrite de plus un centre d’élevage d’espèces rares d’animaux sauvages et une pépinière régionale de plants forestiers.

Fig. 5 - Dynamique de propagation des feux de forêt à Dar Chichou en juillet 2011.

Fig. 5 - Dynamique de propagation des feux de forêt à Dar Chichou en juillet 2011.

Source : Enquête personnelle auprès de la population et de la protection civile. Imagerie Google Earth

27La pression démographique et foncière s’exerce plus fortement sur la zone Est du massif. Le dynamisme économique du littoral oriental est garanti par une plus grande facilité d’accès. Les prix des terrains y sont beaucoup plus élevés qu’ailleurs. Suite à la révolte populaire de 2010‑2011, la Subdivision des forêts s’est révélée incapable d’assurer la protection de cet espace en l’absence d’appui des forces de l’ordre. Une certaine confusion a régné pendant des semaines : les révoltés désireux d’améliorer leurs conditions de vie et partisans d’un régime démocratique ne se distinguent pas vraiment des profiteurs qui utilisent la vacance du pouvoir pour s’emparer de terres publiques. L’empiètement sur le domaine public touche aussi bien les terres forestières que des exploitations agricoles nationales ou des offices de développement agricole régional. Le cas des terres fertiles gérées par l’Office de mise en valeur de la vallée de la Medjerda est caractéristique d’autres « saisies spontanées ». Le retour progressif des forces de l’ordre en 2012 a permis de déloger certains assaillants et de les conduire devant les tribunaux.

28En dépit de leur extension limitée (400 à 600 ha), les incendies de Dar Chichou sont considérés comme une véritable catastrophe écologique (photographies 1A et 1B) car la biodiversité se concentre essentiellement sur la partie orientale de la forêt, la plus touchée par les feux.

Photo 1 - A, février 2013, progression des incendies à Dar Chichou (Cap Bon, Tunisie). B, la catastrophe écologique de Dar Chichou

Photo 1 - A, février 2013, progression des incendies à Dar Chichou (Cap Bon, Tunisie). B, la catastrophe écologique de Dar Chichou

Clichés en ligne : [images].

29La faune locale constituée d’oiseaux nicheurs, de batraciens, de rongeurs, d’insectes (en particulier d’abeilles) a énormément souffert. Sans l’intervention des collectivités publiques et des associations écologiques, la catastrophe aurait pu être beaucoup grave. Il était toutefois possible de limiter davantage les dégâts dans cette région d’accès facile. Les moyens mis en œuvre, aussi bien en ressources humaines que du point de vue matériel, ont été très insuffisants au regard du nombre d’incendies déclenchés simultanément.

Conclusion

30Dans un pays où les ressources forestières n’assurent pas uniquement une fonction environnementale mais fournissent des revenus complémentaires à une part non négligeable de la population, la mise en place d’une politique moderne de gestion et de protection de la forêt semble s’imposer comme une nécessité absolue.

31La révision du code forestier ne peut être évitée à court terme, tant la réglementation actuelle a démontré son incapacité à contenir les atteintes aux espaces boisés. Cette amélioration serait toutefois inutile sans l’accompagnement d’un programme de vulgarisation à destination de la population rurale, souvent illettrée et ignorante des dangers induis par des actes de déforestation.

32La question foncière est, ici comme ailleurs, au cœur du problème des incendies d’ampleur catastrophique. De génération en génération, les habitants ont subi de nombreuses injustices de la part du pouvoir central et trouvent dans la déforestation un moyen efficace aussi bien que rapide de résoudre un problème d’accès à des ressources foncières inaccessibles par d’autres méthodes « légales ». Leurs revendications « territoriales » inabouties créent une certaine désespérance qui se traduit lors des révoltes socio-économiques par un désir de « revanche géographique ». Aujourd’hui, le nouveau régime politique et les instances démocratiques qui en sont issues pourraient bien redonner l’avantage à une forêt tunisienne « contre » leurs populations riveraines. Il ne serait pas superflu de prévoir, par exemple, la création d’une plateforme d’entente entre les autorités et la population riveraine grâce à l’instauration de comités mixtes chargés de régler les différents fonciers.

33Bien entendu, la restauration d’un équilibre des pressions passe par une augmentation des moyens d’intervention, à la fois sur le plan préventif et curatif. La protection des espaces boisés ne peut être efficace que par la mise en place de moyens de surveillance appropriés. Le reboisement est également un impératif catégorique : sans lui, les zones incendiées resteront dédiées au pastoralisme extensif. Le lien avec la situation économique précaire de la population de la région de Dar Chichou est évident. Sans l’amélioration rapide des conditions de vie des riverains, toute tentative de protection est d’ores et déjà vouée à l’échec. Le schéma « prospectif » semble passer par une prise de conscience : la forêt peut devenir une opportunité de développement économique bien plus profitable pour l’ensemble de la communauté dans le cadre, par exemple d’une valorisation écotouristique.

Top of page

Bibliography

BEN JAMAA M. L., (2012), Industrie du liège aggloméré et autres utilisations du liège en Tunisie, colloque Vivexpo, 24 p.

BEN JAMAA M. L., ABID H., NOUIOUI M., (2006), Impact de la gestion du liège sur l’économie rurale et les incendies des forêts en Tunisie, Colloque Vivexpo « L’Homme et le Liège », 18 p.

BOUDY P., (1952), Guide forestier en Afrique du Nord, Éd. La maison rustique, Paris, 505 p.

BANQUE MONDIALE, (2004), Tunisie, analyse de la performance environnementale (Country Environmental Analysis), Rapport final, 119 p.

BOUISSET CH., (2011), « PPR, urbanisation et risques d’incendie de forêt dans les Pyrénées-Orientales : méthodes, enjeux, débats », Cybergeo, Environnement, Nature, Paysage, document 551 p.

BRUN S., (2007), De l’erg à la forêt. Dynamique des unités paysagères d’un boisement en région littorale. Forêt des dunes de Menzel Belgacem, cap Bon, Tunisie, thèse de Doctorat, Université de Paris IV – Paris-Sorbonne, UFR de géographie et aménagement, École doctorale de géographie de Paris, 322 p.

CHANDOUL H., (1986), Le problème des feux de forêts en Tunisie, Séminaire sur les méthodes et matériels à utiliser pour prévenir les incendies de forêt, Valence, 15 p. (+ annexes).

EL ADAB A., (1993), Les produits forestiers et leur importance dans l’économie tunisienne, Séminaire sur les Produits de la Forêt Méditerranéenne, Florence, 20‑24 septembre 1990.

ELLOUMI M., SELMI S., HAMMAMI M., DELLAI H., AZIZI N., (2006), Développement local, institutions et gestion des ressources naturelles (Tunisie). Le cas de la communauté d’Ouled H’lel dans la délégation de Aïn Draham, Options Méditerranéennes, Sér. A / n°71, 2006, 11 p.

FAO, (2003), Rôle des plantations forestières et des arbres hors forêt dans l’aménagement forestier durable en République de Tunisie, Documents de travail sur les forêts et les arbres plantés, Service de la mise en valeur des ressources forestières, Division des ressources forestières, Rome, 108 p. (non publié).

FAO, (2011), Appui à la promotion des micro-entreprises forestières basées sur les PFNL pour améliorer le niveau de vie des populations forestières et une gestion durable des ressources forestières tunisiennes, 32 p.

FRIGUI H. L., (2010), Sécheresses en Tunisie. Indicateurs et gestion, SEMIDE EMWIS, colloque « Processus conjoint méditerranéen », groupe de travail « Pénuries d’eau et Sécheresse », Madrid, [En ligne].

HAOURI I., (2009) Lutte contre les incendies de forêts, protéger les zones vulnérables, La Presse Tunisienne (quotidien), 21 juillet 2009.

HELAL S., (2005), Secteur forestier et développement durable en Méditerranée : défis, politiques et gouvernance, Forum régional, Rabat, 13 p.

IBN KHALDÛN A., (1981), Kitab al-Ikhbar, Beyrouth, Imprimerie Dar al-kitab al-lubnani.

LE HOUEROU H. N., (1980), L’impact de l’homme et de ses animaux sur la forêt méditerranéenne, Forêt Méditerranéenne, 1re partie, t. II, n° 1, p. 31‑44.

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ENVIRONNEMENT /DIRECTION GÉNÉRALE DES FORÊTS, (2011), Forêts, parcours et changement climatique dans la région du Moyen-Orient, atelier régional, Le Caire, 20-22 septembre 2011, Rapport national Tunisie, 11 p.

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ENVIRONNEMENT /DIRECTION GÉNÉRALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE (2011), Stratégie nationale de développement durable (Tunisie), 2012-2016, 51 p.

MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, (2007), Rapport national sur l’état de l’environnement (Tunisie), 209 p.

MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, (2009), Rapport national sur l’état de l’environnement (Tunisie), 252 p.

OBSERVATOIRE TUNISIEN DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT, (2005), Forêts durables, 48 p.

OFFICE DE DÉVELOPPEMENT DU NORD-OUEST, (2004), Valorisation des produits forestiers au Nord-Ouest, 67 p.

OFFICE NATIONAL DU TOURISME TUNISIEN, (2010), Le tourisme tunisien en chiffres.

ONAGRI, (2004), Les forêts et la prévention des incendies de l’été, Bulletin de l’ONAGRI, 4e année, no 87, 4 p.

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE, (2010), Évaluation des ressources forestières mondiales, Rapport principal, Rome, 377 p.

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE, (2012), Situation des forêts du monde, Rome, 66 p.

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE, DÉPARTEMENT DES FORÊTS, (2007), Relier les programmes forestiers nationaux aux stratégies de réduction de la pauvreté, Cas de la Tunisie, 37 p.

SAHAR O., BOUISSET C., DERRIDJ. A., (2013), La gestion du risque incendie de forêt en Algérie : des mesures curatives ou préventives ? IVe conférence internationale sur les stratégies de prévention des incendies dans les forêts d’Europe du Sud, Bordeaux, Centre de Congrès (diaporama, 34 p.), p. 67‑80.

SGHARI A., (2009), À propos de la présence d’une steppe tropicale au Jebel Bouhedma en Tunisie présaharienne: approche géomorphologique, Quaternaire, 20, (2), p. 243‑252.

SGHARI A., (2012), Habilitation à diriger des recherches d’Abdeljalil Sghari, Physio Géo, n6, 2012, p 9‑13.

SAMAALI H, (2011), Étude de l’évolution de l’occupation et de l’utilisation du sol dans le delta de Mejerda par télédétection et systèmes d’informations géographiques, thèse de doctorat, Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, 390 p.

Top of page

List of illustrations

Title Tab. 1 - Principaux produits forestiers en Tunisie (1985‑2009)
Credits Source : Régie d’exploitation des forêts
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-1.png
File image/png, 8.3k
Title Tab. 2 - Principaux produits forestiers dans le Nord-Ouest tunisien en 2010
Credits Source : CRDA (Commissariat régional au développement agricole), 2011
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-2.png
File image/png, 11k
Title Tab. 3 - Nombre d’incendies de forêt et superficies incendiées en Tunisie (1986-2012)
Credits Source : ministère de l’Agriculture et de l’Environnement, Direction générale des forêts.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-3.png
File image/png, 12k
Title Fig. 1 - Les zones les plus affectées par les incendies de forêt en Tunisie (fin 2010 - début 2013)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-4.png
File image/png, 22k
Title Fig. 2 - Évolution des incendies de forêts en Tunisie
Credits Source : Direction générale des Forêts
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-5.png
File image/png, 14k
Title Fig. 3 - Évolution des incendies de forêts dans le gouvernorat de Jedouba (Nord-Ouest tunisien) de 2002 à 2012
Credits Source : Direction générale des Forêts
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-6.png
File image/png, 14k
Title Fig. 4 - Superficies incendiées dans le Nord-Ouest tunisien en 2012 (% de la surface forestière totale)
Credits Source : Direction générale des Forêts
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-7.png
File image/png, 15k
Title Fig. 5 - Dynamique de propagation des feux de forêt à Dar Chichou en juillet 2011.
Credits Source : Enquête personnelle auprès de la population et de la protection civile. Imagerie Google Earth
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-8.png
File image/png, 613k
Title Photo 1 - A, février 2013, progression des incendies à Dar Chichou (Cap Bon, Tunisie). B, la catastrophe écologique de Dar Chichou
Credits Clichés en ligne : [images].
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6910/img-9.png
File image/png, 729k
Top of page

References

Electronic reference

Salem CHRIHA and Abdeljalil SGHARI, « Les incendies de forêt en Tunisie », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 19 December 2015, connection on 19 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6910 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6910

Top of page

About the authors

Salem CHRIHA

Université de Sfax, Faculté de lettres et sciences humaines, chrihasalem@yahoo.fr

Abdeljalil SGHARI

Université de Sfax, Faculté de lettres et sciences humaines, Laboratoire Eau-Energie-Environnement, École des ingénieurs de Sfax (ENIS), sghariabdeljalil@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page