Skip to navigation – Site map
Notes de lecture et comptes rendus
Notes de lecture

Géographie et anarchie. Reclus, Kropotkine, Metchnikoff

Philippe Pelletier, Éditions du Monde libertaire & Éditions libertaires, 2013, 632 pages.
Michel BOUILLET
p. 105-108
Bibliographical reference

Philippe Pelletier, Géographie et anarchie. Reclus, Kropotkine, Metchnikoff, Éditions du Monde libertaire & Éditions libertaires, 2013, 632 p.

Full text

Le livre que tout géographe doit lire !

1On doit à Philippe Pelletier, spécialiste du Japon, un livre original, bien et sobrement présenté par les éditeurs, sur trois géographes anarchistes majeurs, Élisée Reclus (1830-1905), Pierre Kropotkine (1842-1921) et Léon Metchnikoff (1838-1888).

2Le plaisir de lecture est procuré par une écriture sobre et dynamique. L’argumentation est solide, puisée aux sources originales appuyées sur de longues citations contextualisées et des commentaires de textes rigoureux. Ce parti de l’auteur – que nous rejoignons – est l’essence de la géographie : une science d’observation sans a priori idéologique, afin de décrypter, à l’aide d’une multitude de données, le terrain en tant qu’espace social au sein d’une unité de la nature incluant l’humanité.

3Cette « science avec conscience » (p. 15-20) qu’il défend a à voir avec l’anarchie. L’auteur s’insurge contre la géographie scolaire enseignée majoritairement par des historiens, « la pression institutionnelle, économique et médiatique » entravant la rébellion de notre discipline contre la « logique détenue par l’État, le Capital et la Vulgate », et affirme que « la géographie peut être plus déstabilisante que l’histoire ou la sociologie tant son rapport au concret, mais aussi à l’imaginaire entrave finalement tout dogmatisme », en distinguant « le doute de la vigilance critique » du « scepticisme manipulateur ».

  • 1 Marcel Leroux, La Dynamique du temps et du climat, 2e éd., Dunod, 2006, p. 335.

4Il met en évidence les risques « du déterminisme géographique et du social darwinisme » et parallèlement, la négation des déterminismes « telluriques, biogéographiques [et] génétiques », ainsi que la place du quantativisme en géographie : « La machine et le chiffre remplaceraient-ils la réflexion et l’être humain ? ». Comme si les modélisations étaient seules capables de comprendre les réalités ! Il rejoint le regretté Marcel Leroux : « L’observation attentive du concret supprime la prétendue frontière entre météorologie et climatologie, entre temps et climat, et elle permet également une totale indépendance d’esprit vis-à-vis des écoles et des concepts, souvent érigés en dogme et cristallisés par la routine1. »

5P. Pelletier constate que la géographie a « raté le train de l’environnement dans les années 1970 et 1980 » (p. 21). Puis p. 76 et p. 323 à 367, il analyse l’abandon par les géographes de l’interface homme-nature au profit des écologistes. Il montre l’apport d’Élisée Reclus et de Pierre Kropotkine, étrangers à « l’écologie profonde ». Ils ne sanctifient, ni ne fossilisent la nature en distinguant « milieu espace » et « milieu temps » (p. 93). Reclus affirme : « L’homme est la nature prenant conscience d’elle-même ». Le rapport entre géographie et écologie est au cœur de la conception anarchique de « l’harmonie » entre l’homme et la nature, dont l’homme libre a, par conséquent, la responsabilité. Il n’a nul besoin de règlements étatiques dictés par l’écologie profonde ou par « l’utilitarisme borné libéral ou social-démocrate » (p. 367) car l’Homme n’est pas non plus Prométhée.

6Les géographes anarchistes refusent la « naturalisation du politique » contrairement aux géographes oublieux de l’héritage reclusien qui ont laissé aux écologistes le combat politique, jusqu’à substituer « la lutte des places à la lutte des classes » (p. 77), selon la formulation heureuse de l’auteur qui annonce en introduction :

Il ne s’agit pas de songer à de quelconques générations futures qui n’existent pas encore, sinon dans l’esprit des prophètes qui ne pensent qu’à l’avenir hypothétique pour mieux éviter le maintenant, mais à la pensée et à l’action présentes.

7Il plaide la nécessité de revenir à une géographie désidéologisée et moins timorée face aux politiques publiques, revenant à la réalité stricte du terrain conformément à son étymologie et à sa vocation première (p. 80-85). De même, l’étude de l’anarchie pourrait revivifier une pensée rationnelle, dynamique, critique et libre, capable de refonder une action collective. La structure du livre nous y invite.

8La première partie, Les géographes anarchistes, histoires, contextes et méthodes, historique et épistémologique, débute par la biographie intellectuelle des trois géographes. Ils sont contemporains, amis et ont travaillé en réseau à partir de leur rencontre en 1877 dans le Jura, haut lieu de l’histoire de l’anarchie. Leur descendance intellectuelle et leurs correspondants non anarchistes ne sont pas oubliés. La fécondation réciproque entre géographie et anarchie est finement analysée. Proudhon et Bakounine connaissaient la géographie autant que l’histoire alors que Marx et Engels l’ignoraient. Ce qui n’est pas pour rien dans l’échec du « socialisme réel ».

9La géographie mésologique de Reclus, objet du chapitre III, est définie : « L’inégalité des traits planétaires a fait la diversité de l’histoire humaine et chacun de ces traits a déterminé son événement correspondant au milieu de l’infinie variété des choses […]. Tel est le principe fondamental de la mésologie ou «science des milieux» » (note 1, p. 549).

10P. Pelletier présente les « trois lois reclusiennes » nommées les « trois ordres de faits » (p. 106 à 120), que sont « la lutte des classes », « la recherche de l’équilibre » et « la décision souveraine de l’individu » constitutive « de la base primaire de la souveraineté ». La perspective en est « dynamique plutôt que dialectique » d’où les notions de « progrès » et de « regrès ». S’opposant à toute doctrine autoritaire, Reclus pense à la réalité de mouvements de balancier – au progrès succède le regrès et inversement, sans fatalité ni mythification de supposés cycles – et s’oppose à toute histoire téléologique d’où qu’elle vienne. Dès lors, il « anticipe de façon novatrice sur l’approche systémique ».

  • 2 On savourera en gourmet l’usage du terme milieu au sens reclusien à propos des géographes de son te (...)

11L’apport essentiel à l’histoire de la géographie est constitué par le chapitre IV, Élisée Reclus et le milieu2 des géographes. L’auteur pointe le décalage chronologique entre les décès de Reclus (1905) et de Vidal de Lablache (1918), correspondant à la période durant laquelle la géographie se constitue en tant que discipline au sein de l’université.

12Il rappelle l’apport de la géographie allemande de Ratzel chez Vidal de Lablache, qui, avec ses élèves, remise sciemment Reclus au placard. Les raisons en sont exposées et analysées avec précision, sans anachronisme. Leurs divergences épistémologiques sont expliquées dans le chapitre V, La démarche géographique de Reclus, autour de sa « géographie sociale » systémique et politisée face à la « géographie humaine » dépolitisée de Vidal. Le premier est le précurseur de la « géohistoire », le second suit les conceptions naturalistes de Ratzel (p. 168‑169).

13Ils s’opposent politiquement, que ce soit par leurs attitudes durant la Commune de Paris (p. 126) ou par leurs options ultérieures (p. 159) et philosophiquement : à l’anarchie libératrice, malgré les excès de la propagande par le fait des années 1890, répond l’organicisme de Ratzel et de Vidal (p. 166‑173) débouchant sur le monisme de Haeckel (p. 173), aliment idéologique des racismes nazi et sud-africain (p. 174‑176) et de l’écologie profonde avec le holisme, habit neuf du monisme de la première moitié du xxe siècle (p. 176‑179).

14Enfin, à l’absence de volonté de faire école de Reclus et des Russes, répond la recherche des positions de pouvoir au sein de l’université et dans les antichambres du pouvoir d’État pour Vidal et ses élèves, fondateurs d’une école géographique marquant l’histoire de l’université jusqu’à nos jours. Ainsi, p. 151 : « Élisée Reclus n’a pas non plus vraiment les moyens pratiques, ou institutionnels, de former des « disciples », puisque, en tant qu’exilé politique et intellectuel, il est en dehors du monde universitaire français ou international dont la perpétuation est la fabrication de thésards. » L’illustration de l’allégeance quasi féodale au maître est fournie par l’évolution de Jean Brunhes par rapport à Reclus (p. 138-142).

15La partie II, Les géographes anarchistes face à la nature et au politique, aborde en cinq chapitres les synergies entre géographie et anarchie. Le darwinisme et sa diffusion en géographie sont finement contextualisés (p. 249‑253). L’accent est mis sur les anarchistes qui développent après Metchnikoff, dès 1886, la théorie de l’entraide validée par les naturalistes contemporains ; à l’opposé de la loi du plus fort et de la lutte des races. É. Gautier, anarchiste, publie en 1880, Le Darwinisme social pour critiquer l’utilisation de Darwin par Haeckel et nombre de naturalistes allemands. P. Pelletier insiste sur l’importance de « l’inversion de l’épithète » :

 On ne parle plus de «darwinisme social», dans un sens où le darwinisme participe positivement à l’amélioration de la société, mais de «social-darwinisme» dans un sens où la science darwinienne est appelée à justifier les inégalités et les hiérarchies sociales, ainsi que l’inéluctabilité de l’évolution sociale. (p. 267).

16La prise en compte du réel, y compris le politique (cf. la question des frontières, p. 183‑187), permet à la « géographie sociale » reclusienne de l’emporter sur la philosophie de l’histoire. Il serait trop long ici de citer la quantité d’analyses « prophétiques » rapportées par l’auteur. Les géographes anarchistes reconnaissent l’équivalente historicité des peuples, comme celle des Bantous dans la Nouvelle Géographie Universelle publiée en 1888, contrairement à « certains hommes politiques français » (p. 306).

17La troisième partie, La géographie reclusienne et les peuples du monde est composée de cinq études thématiques. L’auteur démontre l’anticolonialisme, l’antiracisme et l’absence d’antisémitisme chez Reclus, positions communes aux géographes anarchistes. Bizarrement, il faut y revenir, car Reclus est suspecté de colonialisme et qualifié d’antisémite par trois auteurs ! Il est fait litière de ces accusations. À l’inverse, les écoles ratzélienne et vidalienne ne sont pas exemptes de tout reproche (voir p. 391, ou p. 132-137 sur l’importance de M. Dubois, colonialiste et aménageur-planificateur).

18En outre, Reclus n’établit aucune hiérarchie de valeur entre les histoires européenne et africaine. Ainsi, pour 1848, il place sur un plan d’égalité les « révolutions en Europe et en Asie » et la formation du Liberia, « la nouvelle république nègre. » Ou Metchnikoff qui s’insurge « contre les explorateurs qui classent ces peuples [les Khoisan] en dehors du genre humain. » (p. 399). P. Pelletier précise à plusieurs reprises (ainsi p. 414) que « nègre » n’est empreint d’aucune connotation péjorative et correspond à une dénomination neutre à l’époque, alors que des auteurs actuels pratiquent encore l’anachronisme des mots.

  • 3 Voir les calomnies et les injures faites à la Grèce depuis 2009.

19La critique reclusienne « de la méconnaissance européenne de l’Afrique » fait l’objet d’un développement bien venu et toujours d’actualité. Ses propos concernent l’Afrique et, on ajoutera, pas uniquement3. La critique sociale du colonialisme chez Reclus apparaît résolument moderne, même par rapport aux post colonial studies anglo-saxonnes.

20Le chapitre XII montre l’inanité des accusations d’antisémitisme à son encontre. Il voit la judéité comme une question sociale, plutôt que raciale ou ethnique. Les Juifs sont reconnus en tant que nation sans territoire au même titre que les Tziganes et les Arméniens, « peuples pourchassés » dignes d’études géographiques (p. 424-435).

21L’analyse des définitions spatiales entre aires des civilisations occidentales et orientales dans le chapitre XIII critique le prétendu choc des civilisations de Huntington à juste raison. On peut cependant regretter que l’étude des notions d’Orient et d’Occident soit incluse dans une « métagéographie des civilisations ». C’est, certes, le fait de trop d’auteurs et de non géographes, mais ces notions sont réellement géographiques dès lors que des géographes les intègrent à des formes d’appropriation du sol, de fonctionnement des sociétés et de structures mentales et culturelles pour les cartographier.

22Un problème majeur vient du fait que les définitions et les délimitations spatiales demeurent floues et variables selon les spécialités des auteurs. Pour P. Pelletier, l’Orient débute à l’ouest par le monde chinois, tandis que pour E. Saïd il va du Proche-Orient jusqu’à l’Inde (p. 441) et, pour G. Corm, il se limite au Proche et Moyen-Orient, ce qui fait regretter à l’auteur que la Chine et le Japon soient rejetés vers l’Extrême-Orient, terme qui ne lui est guère sympathique.

23D’autant que, comme le rappelle justement l’auteur, chacun considère qu’il occupe le centre de la sphère terrestre, ou plutôt le centre de sa surface, ce qui n’a a priori aucun sens. Il prend l’exemple de l’Asie mineure, Occident des Babyloniens, Orient des Hellènes. À propos des Hellènes, on peut ajouter qu’ils sont les seuls à dénommer leur pays Hellas. Les Occidentaux, et à leur suite les Slaves et jusqu’au Japon, ont adopté la racine latine Græcia, alors que les Orientaux proches parlent d’Ionie – l’Ouest – : al iounan, en arabe, Yunanistan en turc, Yunani en malais… On peut donc cartographier le phénomène et l’analyser. Rien de tel avec la France, universellement nommée ainsi, sauf en Grèce, où elle est encore la Gaule (Gallia) !

24La ligne de partage entre Orient et Occident est recherchée tant par Reclus – « la zone médiane » – que par d’autres, comme Mackinder. Le géographe anarchiste voit « un centre orographique » qui l’amène à expliquer le retard de l’Orient sur l’Occident à l’époque, non par une quelconque infériorité raciale ou un strict déterminisme naturel, mais par des interactions entre les grandes structures naturelles et de multiples facteurs sociaux (p. 466‑467).

  • 4 Dimitri Kitsikis, L’Empire Ottoman, PUF-Que sais-je ? 2e édition, 1991, p. 15-16.

25En fait, il nous semble qu’il conviendrait de définir plus rigoureusement des Occidents et des Orients, avec des zones de transition diverses, comme l’analyse D. Kitsikis qui place entre eux, la Région intermédiaire depuis l’Afrique du Nord et l’Europe orientale de tradition byzantine – y compris la Russie – à l’Asie occidentale ottomane et persane4.

26Pour les géographes anarchistes, ces grandes aires de civilisations n’ont cessé d’évoluer selon leurs dynamiques internes de progrès et de regrès, enrichies par les échanges dans le temps long. Ainsi, Reclus annonce la mondialisation, démontrant par là que, pour qui sait voir grâce à la liberté de l’esprit, rationnellement et avec les outils du géographe de terrain, les grands mouvements de civilisations peuvent être perçus, sans que cela ne relève de la prophétie.

27Dans le chapitre XV, Une autre vison du Japon avec Reclus et Metchnikoff, P. Pelletier nous présente la réflexion pénétrante de Metchnikoff, informateur de première qualité pour Reclus, qui le reconnaît bien volontiers. Page 480, une phrase essentielle termine une ample citation de ce dernier : « l’indépendance ainsi que la liberté politique et religieuse sont les gages du progrès ».  Vérité pour le Japon ou vérité universelle ? Chercherions-nous le début du processus de progrès en Occident du côté de l’accession à l’indépendance des nations européennes contre le principe impérial, comme la France et l’Angleterre au cours de la Guerre de Cent Ans ? On pense aux concepts gaulliens d’indépendance nationale et de grandeur, nullement agressifs, à l’inverse du militarisme japonais que Reclus pressent dès 1882 (p. 490), mais fondés sur le développement interne des capacités de la nation à s’affirmer elle-même et à servir l’humanité.

28Le chapitre est conclu par « Trois tensions polaires d’une géographie universelle » (p. 494-498), mises en évidence par G. Siary. Reclus évoque les civilisations plutôt que la civilisation, fidèle à ses principes de non-hiérarchisation des sociétés humaines. Elles se caractériseraient par ces « tensions polaires », à savoir : « clôture et fermeture », « unité et diversité » et « Occident et Orient », qualificatifs particulièrement adaptés au cas japonais.

  • 5 Voir aussi la contemporanéité de la féodalité dans maints espaces du monde, ou encore celle des gra (...)

29La constatation par Reclus de la « contemporanéité presque rigoureuse » de la libération des serfs ou des esclaves en Russie, au Japon et aux États-Unis (p. 496), l’autorise à souligner l’unité de l’humanité en dépit de la diversité des cas d’espèce, car « la marche du monde va bien dans cette même direction »5. Le progrès n’est pas une spécificité occidentale, mais il est universel. Le progrès technique venu d’Europe occidentale s’étend désormais – dès le dernier tiers du xixe siècle – à la planète entière, à commencer par l’Orient asiatique. Et il est libérateur. Au terme de ce chapitre, on doit suivre P. Pelletier quand il écrit : « Mais le jeu des trois tensions reclusiennes est toujours à l’œuvre, et il peut servir à interpréter le monde actuel. »

30Le dernier chapitre décrit un Reclus devançant Raoul Blanchard comme pionnier de la géographie urbaine. Il prévoit la formation de mégapoles, le développement de la suburbanisation ou « banlieusardisation » et annonce la rurbanisation (p. 500-505). Reclus décrit lucidement une ville en tension où s’épanouit une « demi-civilisation puisqu’elle ne profite point à tous », illustrant la notion de progrès et de regrès : progrès pour les riches et les classes moyennes, regrès pour les pauvres, mais élévation du niveau de vie moyen, donc progrès global. Ne décrit-il pas une constante du développement économique des débuts de la Révolution industrielle applicable aux actuels «émergents» ? Ce chapitre justifie la pertinence des analyses géographiques reclusiennes.

31En conclusion, le rappel des conceptions dynamiques des géographes anarchistes amène à réfléchir sur le progrès et ses risques si la science ne se libère pas de l’obscurantisme. Le débat est actuel. L’auteur insiste justement « sur la substitution de la religion par la science dans les sociétés industrielles » (p. 535) permettant l’essor d’un catastrophisme écologiste liberticide. Enfin, on souscrira sans réserve à la phrase finale : « Pratiquer une géographie libre, c’est décupler la liberté de tous ».

32Et, on ajoutera : c’est redonner à notre discipline la place centrale qui est la sienne au sein des sciences humaines et sociales.

Top of page

Notes

1 Marcel Leroux, La Dynamique du temps et du climat, 2e éd., Dunod, 2006, p. 335.

2 On savourera en gourmet l’usage du terme milieu au sens reclusien à propos des géographes de son temps.

3 Voir les calomnies et les injures faites à la Grèce depuis 2009.

4 Dimitri Kitsikis, L’Empire Ottoman, PUF-Que sais-je ? 2e édition, 1991, p. 15-16.

5 Voir aussi la contemporanéité de la féodalité dans maints espaces du monde, ou encore celle des grands fondateurs, Socrate, Bouddha, Confucius…

Top of page

References

Electronic reference

Michel BOUILLET, « Géographie et anarchie. Reclus, Kropotkine, Metchnikoff », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 19 November 2014, connection on 25 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6931

Top of page

About the author

Michel BOUILLET

Ancien chercheur associé UMR TELEMME

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page