Skip to navigation – Site map
Notes de lecture et comptes rendus
Comptes rendus

Neue geoarchäologische Untersuchungen zur Verschüttung Olympias, eine Einführung in die Olympa‑Tsunami-Hypothese

Andreas VÖTT, vol. 23, Trierer Winckelmannsprogramm 2011, Harrasowitz Verlag, Wiesbaden 2013, 56 p.
Nouvelles recherches géoarchéologiques sur l’ensevelissement d’Olympie ; une introduction à l’Olympa-Tsunami-Hypothese
Jean Nicod
p. 111-112
Bibliographical reference

Andreas VÖTT – Neue geoarchäologische Untersuchungen zur Verschüttung Olympias, Eine Einführung in die Olympa‑Tsunami-Hypothese (Nouvelles recherches géoarchéologiques sur l’ensevelissement d’Olympie ; une introduction à l’Olympa-Tsunami-Hypothese), 23. Trierer Winckelmannsprogramm 2011, Harrasowitz Verlag, Wiesbaden 2013, 56 p.

Full text

1Cette étude géoarchéologique se situe dans la continuité des recherches allemandes sur le site d’Olympie depuis 1875, et particulièrement de ce 23e programme de l’Institut für klassische Archäologie de l’Université de Trèves, auxquels de nombreux chercheurs de plusieurs universités sont associés, comme A. Vött et les collègues de son groupe de travail « Naturrisko-Forschung und Geoarchäologie » de l’Institut de Géographie de l’Université Johannes Gütenberg de  Mayence.

2À la suite de recherches sur le terrain, avec de grands moyens techniques, A. Vött présente une nouvelle hypothèse sur l’origine de la catastrophe qui a affecté Olympie entre 4 et 7 ap. J.‑C. Il s’agit de l’ensevelissement subit du site des Jeux panhelléniques par plusieurs mètres de matériel détritique. Dans une première partie l’auteur rappelle les conditions géologiques et géomorphologiques générales ainsi que les caractères propres du site : la terrasse d’Olympie, une dizaine de mètres au‑dessus de l’Alphée et de son affluent le Kladéos. Ce chapitre est argumenté sur des documents de grand intérêt, certains empruntés à divers auteurs et devenus classiques, comme la coupe de la terrasse d’Olympie et le schéma de sa position (à +10 m) par rapport aux deux cours d’eau, d’après BÜDEL (Klima‑Geomorphologie, 1981). La catastrophe était attribuée par les différents auteurs soit à un glissement de terrain local d’origine séismique soit aux actions fluviatiles : à cet effet A. Vött rappelle la dégradation des sols en fonction de la densité du peuplement aux diverses époques depuis le Néolithique (fig. 8) et l’agencement du réseau hydrographique. Une monstrueuse inondation aurait pu provenir de précipitations exceptionnelles sur l’ensemble du bassin hydrographique. L’hypothèse de BÜDEL (1965/1981) était celle de la vidange brutale du poljé de Fénéos, submergé épisodiquement, dans le Ladon (affluent de l’Alphée) par suite de modifications, lors d’un séisme, du réseau karstique qui alimente ses sources.

3Dans la seconde partie l’auteur présente les recherches effectuées sur le terrain  particulièrement les sondages dans la vallée du Kladéos et, sur le littoral, près du port antique de Phéia. Les profils établis montrent plusieurs séquences d’apports détritiques de haute énergie attribués à des tsunamis, avec à l’appui, une comparaison géochimique des dépôts. Par ailleurs l’examen des sédiments détritiques dans les ruines du temple de Zeus montrent des éléments de faune marine dans une matrice sablo-limoneuse (fig. 2c). Ainsi A. Vött peut présenter les effets d’un tsunami comme origine de la catastrophe : l’Olympa-Tsunami-Hypothese (OTH). Elle est confrontée aux effets constatés lors de tsunamis récents et, par modélisation, une disposition des flux d’entrée et de retour est proposée (fig. 29). En conclusion (p. 43), pour conforter l’OTH, l’auteur annonce la publication d’une analyse de la microfaune des sédiments de haute énergie et l’établissement d’une chronostratigraphie des formations dans les sites étudiés d’Olympie et du littoral.

4Ainsi cette étude est très intéressante par la discussion des différentes hypothèses sur l’origine de « l’ensevelissement » d’Olympie. Elle s’oppose à la notion d’un enfouissement torrentiel progressif à la suite des divagations épisodiques du Kladéos ( cf. J.‑J. Dufaure, BAGF 433 /1976). On peut regretter que systématiquement orientée sur les problèmes géologiques et géomorphologiques, elle ne rappelle pas la connaissance de cette catastrophe qu’ont pu en avoir les auteurs anciens. Mais elle est riche de documents, tant sur Olympie que sur des problèmes généraux (carte d’ensemble des tsunamis historiques sur les côtes des mers Egée et Ionienne (fig. 5), schéma néotectonique du Péloponnèse (fig. 26). Après vérification, elle nous éclairera d’un jour nouveau sur une grande catastrophe naturelle de l’Antiquité et la possibilité d’une sédimentation accélérée d’origine marine, sur certains sites proche d’un littoral exposé aux tsunamis.

Top of page

References

Electronic reference

Jean Nicod, « Neue geoarchäologische Untersuchungen zur Verschüttung Olympias, eine Einführung in die Olympa‑Tsunami-Hypothese », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 19 November 2014, connection on 27 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6945

Top of page

About the author

Jean Nicod

Université d’Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page