Skip to navigation – Site map
Notes de lecture et comptes rendus
Comptes rendus

À travers les murs

J.-C. DEPAULE, (2014), avec la collaboration de Jean-Luc Arnaud, Éditions Parenthèses, collection Eupalinos, Marseille, 219 p.
Catherine BERNIÉ-BOISSARD
p. 113-114
Bibliographical reference

J.-C. DEPAULE, (2014), À travers les murs, avec la collaboration de Jean-Luc Arnaud, Éditions Parenthèses, collection Eupalinos, Marseille, 219 p.

Full text

1Après « la ville à travers ses mots », c’est la ville « À travers le mur » que Jean-Charles Depaule explore. Enseignant en architecture, chercheur en anthropologie urbaine, poète et traducteur, il nous invite à la parcourir, à la percevoir, à la comprendre. « Il s’agit de la façon dont les corps, les vues et les sons franchissent la frontière de l’habitation dans les villes de l’Orient arabe, Le Caire, Damas, Alep, Sanaa, Beyrouth (…). Il s’agit de murs, de portes, de fenêtres, de balcons, de gestes, de mouvements, de regards et de mots ». Approche salutaire dans le temps où les « révolutions arabes »‑ « révolutions urbaines » par excellence, en Tunisie dès 2011, puis en Égypte, en Jordanie, au Moyen-Orient, ont mis au premier plan des villes et leurs lieux symboliques, par exemple la place Tahrir au Caire.

2À travers les murs permet de pénétrer les variations infinies de l’habitat et de l’habiter dans la ville arabe, en interrogeant les réinterprétations de l’architecture traditionnelle ou vernaculaire. En sorte que l’on dépasse les stéréotypes, forgés par une littérature essentiellement masculine – et colonialiste –, d’une maison arabe flanquée de ses « moucharabiehs impénétrables », de ses « captives ennuyées », qui « appartient à une représentation plus large de la ville, de l’architecture et des mœurs ». À l’imagerie littéraire d’un monde clos, séparant nettement intérieur et extérieur, « où les maisons, comme les femmes, sont voilées » … Or, dans la ville contemporaine, à Sanaa ou au Caire, comme ailleurs, des accommodements existent, dans la vie quotidienne, au regard d’une stricte division du territoire des femmes de celui des hommes, dont témoignent croquis et photos, poèmes et observations, certaines réalisées pour une première édition en 1985. Variations, accommodements, porosités : on ressaisit ainsi quelques clés de compréhension d’une ville complexe, en mutation profonde. Une ville palimpseste, où se superposent, s’entrecroisent et s’entrelacent influences européennes, orientales, Mouvement moderne, architecture contemporaine désormais générique.

3Mais une ville observée à travers les mille et une manières de traverser les murs, à la façon d’un récit métaphorique. « Comme la porte, la fenêtre est un objet "alternatif" qui se prête aux virtuosités quotidiennes : tantôt elle interdit le passage, elle est un substitut du mur ; tantôt elle assure son franchissement, (…) elle est capable de concilier des contraires en les combinant, d’être en même temps fermée et ouverte, de façon sélective. Elle retient les corps, mais pas les vues, ou bien les regards, mais pas les sons, ou bien la lumière, mais pas l’air ».

4Rituels, médiations, architectures : les seuils de la maison, qu’elle soit trouée d’une cour en Syrie, flanquée d’une tour au Yémen, ou l’appartement contemporain à Damas ou au Caire, ne se franchissent pas de la même manière dans les villes arabes – ni même à l’intérieur des villes, selon les appartenances sociales. Au Caire, en milieu populaire dense, ce qui sépare « proximité et promiscuité » est bien instable. Dès lors se manifeste toute une série de « variations » dans les agencements des portes, des fenêtres, des balcons, des terrasses, des murs entre espace privé et espace public, donc dans les pratiques habitantes.

5Ruptures, réinterprétations, sont d’autres clés de lecture des villes de l’Orient arabe. Un chapitre, intitulé « Savoir-faire », évoque l’ancienneté des transformations architecturales. Le terme de rupture retient l’attention. Rupture technique avec l’usage de la vitre, substituée au volet ou à la grille de bois. Rupture radicale, avec la standardisation de normes urbanistiques internationales (Le Caire), la banalisation de l’immeuble élevé (Damas, Alep), dépréciant la maison avec cour, brisant la continuité des tissus urbains. Continuité qu’un hommage à l’art de la baie, syrien ou libanais, égyptien ou yéménite, rétablit à travers les pratiques habitantes. En quelque sorte une « version bricoleuse » de la logique du moucharabieh, au Caire comme en Syrie ou à Beyrouth. Mais assez loin des stéréotypes du harem et de ses mystères, puisqu’il s’agit là de s’adapter aux conditions climatiques, tout autant que d’éviter les vis‑à‑vis excessifs. Plutôt que de rechercher à tout prix dans la réalité d’aujourd’hui l’héritage du passé, Jean‑Charles Depaule préfère voir dans les interventions des habitants « une critique active et compétente de l’architecture ». Ouvrant ainsi l’esquisse d’un catalogue qui conclue l’ouvrage. Un catalogue qui valorise une architecture et des savoir‑faire tout aussi contemporains que l’architecture dominante, entre autoconstruction, informel et programmé, entre spontané et planifié. Autrement dit, « la majorité de ce qui se fait », par quoi les habitants fabriquent les villes de l’Orient arabe d’aujourd’hui.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine BERNIÉ-BOISSARD, « À travers les murs », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 31 October 2014, connection on 29 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6953

Top of page

About the author

Catherine BERNIÉ-BOISSARD

ART-Dev (UMR 5281), ED 60 Montpellier 3

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page